Version classiqueVersion mobile

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Conclusion générale. La géographie du développement, une vue d’ensemble

Paul Claval

Texte intégral

Philosophies du progrès et développement

Progrès et épanouissement individuel

1Le problème du développement est au cœur de la pensée occidentale dès l’instant où l’étude de l’homme se sécularise, au xviiie siècle. L’idée de progrès s’affirme aux alentours de 1750. Tous les hommes ont droit au bonheur : c’est ce vers quoi tend la civilisation.

2C’est l’individu, et non la société, qui se trouve au centre de la nouvelle réflexion. L’épanouissement est impossible là où l’homme connaît la servitude. La liberté est son premier bien. Celle-ci ne prend tout son sens que si elle s’accompagne d’une éducation qui élargisse les horizons individuels et multiplie les options et les choix – c’est l’image des Lumières.

3Il existe dans chaque être une aspiration au bonheur et à l’épanouissement personnel. Cela explique les attentes que l’avance de la civilisation suscite dans la plupart des milieux populaires occidentaux : progrès et démocratie sont liés.

4La société occidentale devient porteuse d’un idéal de promotion de l’individu. Elle n’a pas le droit d’en jouir égoïstement. Il lui faut le partager ; c’est le thème de la mission civilisatrice dont les nations européennes se sentent investies et qui justifie leur impérialisme. Il n’y a pas de possibilité de bonheur pour chacun là où règne la servitude : d’où la condamnation de l’esclavage qui s’impose, à la suite de la Grande-Bretagne, à toutes les nations occidentales dans le courant du xixe siècle.

5La disposition de moyens matériels plus larges est une des conditions de l’affranchissement de l’individu, mais ce n’est pas l’aspect sur lequel on met d’abord l’accent : il faut attendre que la révolution industrielle porte ses fruits pour que l’on comprenne que la promotion de tous passe par l’augmentation de la productivité du travail, l’allongement du temps libre et une meilleure hygiène. Or le démarrage économique est lent : le revenu national britannique n’augmente guère, durant le xixe siècle, que de 1 % ou 1,5 % par an – on parlerait de stagnation dans les conditions actuelles !

Lidée de progrès au contact des peuples non européens

6Les contacts que les Européens nouent avec les peuples d’outre-mer ne concernent longtemps que des effectifs limités : marins et marchands en quête de bonnes affaires, missionnaires soucieux de porter la Révélation à des populations qui l’ignorent, quelques topographes (on parle alors de géographes), naturalistes et médecins, un encadrement de militaires et de fonctionnaires là où la colonisation s’installe.

7La plupart de ces expatriés sont conscients de la misère qui caractérise une bonne partie – souvent la majorité – des sociétés qu’ils découvrent. Mais cette misère prend tant de formes qu’ils ne la perçoivent pas comme une réalité unique, demandant à être éradiquée par une action systématique. Ici, les gens vivent d’élevage nomade, là, d’une agriculture itinérante sur brûlis, ailleurs, d’une riziculture irriguée.

8Les attitudes des premiers spécialistes des sciences sociales qui travaillent dans le monde d’outre-mer sont similaires. Les ethnographes essaient de saisir la spécificité des cellules les plus traditionnelles. Les sociologues sont peu nombreux. Les géographes qui ont adopté le point de vue colonial s’interrogent sur les moyens de mettre en valeur les nouveaux territoires, c’est-à-dire d’y créer des activités exportatrices. Ceux qui préfèrent les orientations tropicalistes sont fascinés par l’ingéniosité des solutions qui permettent de tirer parti de la diversité de ressources souvent médiocres. Ils aimeraient aider les gens qu’ils rencontrent, mais dans les sociétés qu’ils découvrent, production et consommation apparaissent comme les deux faces indissociables du genre de vie. Comment améliorer les disponibilités sans remettre en cause l’équilibre fragile – et insuffisant, c’est vrai – qu’ils analysent ? Moderniser les travaux agricoles ? Mais comment payer les machines ? Et comment employer la population qu’elles libéreraient ? Imposer un système moderne d’enseignement à l’occidentale ? Oui, mais sans interrompre la transmission des savoir-faire qui permettent à ces populations de vivre ! Cette prudence est évidente chez Pierre Gourou : il est conscient de l’effort qu’il faut faire pour moderniser les sociétés de l’Extrême-Orient sur lesquelles il a d’abord travaillé, mais soucieux aussi de ne pas se lancer dans une aventure dont les résultats seraient négatifs. Les géographes, comme la plupart de ceux qui s’intéressent au monde non européen, sont trop sensibles à sa diversité et à sa fragilité pour faire du développement leur objectif unique.

La simplification de lidée de progrès par léconomie et la découverte de linégal développement

9Pour que l’idée de développement prenne sa forme moderne, il faut que la croissance générale des niveaux de vie dans les pays industrialisés devienne sensible – c’est le cas à partir de la fin du xixe siècle. Il faut surtout que les économistes transforment les perspectives en mettant davantage l’accent sur les revenus que sur la production. Cette dernière prend des formes infiniment variées ; la consommation peut partout s’exprimer en pouvoir d’achat ; il est donc possible de la mesurer en argent.

10La Grande Crise conduit les économistes à se pencher sur les équilibres globaux des économies nationales. Les spécialistes d’économétrie apprennent à mesurer les flux qui circulent dans chaque pays et les revenus qu’ils assurent à la collectivité. Il suffit de diviser ce chiffre par le nombre d’habitants pour avoir le revenu par tête. Un constat s’impose : la richesse est très mal répartie à l’échelle mondiale. Le scandale de l’inégal développement ne naît pas de la réaction de chacun face à la misère qu’il observe. Il résulte d’une nouvelle manière d’appréhender les réalités nationales – et par extension, celles des territoires encore colonisés.

11La conviction que la vocation de l’Occident est d’assurer le bonheur de l’humanité en permettant l’épanouissement de chacun transforme le constat établi par les économistes travaillant dans les institutions internationales au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en une ardente obligation morale pour tous les gouvernements.

12Dans les sociétés non européennes, les attitudes à l’égard du nouvel idéal de développement sont diverses. Les élites traditionnelles sont souvent réticentes à l’égard d’une vision du monde qui met au premier plan l’individu, alors qu’elles ont appris à penser en termes de collectivités. Les masses populaires rêvent de jouir de la même situation matérielle que celle dont bénéficient Américains et Européens. Les leaders politiques hésitent. Rares sont cependant ceux qui, à l’instar de la junte militaire birmane, refusent d’emblée la voie occidentale. La plupart font de la promotion économique de leur peuple une des bases de la doctrine qu’ils adoptent – ou pour le moins, l’affichent. Dans la mesure où le système des relations internationales se moralise, le développement n’est-il pas un droit fondamental, un des droits de l’homme que l’Organisation des Nations unies essaie de promouvoir ?

Faire du développement un thème central de la géographie : une idée qui tarde à simposer outre-mer

13Les sciences sociales suivent le même mouvement que les opinions publiques : la pauvreté de la plupart des pays est une anomalie qu’il faut combattre par tous les moyens.

14La plupart des géographes français qui travaillent outre-mer sont conscients du problème, mais ils l’abordent dans une perspective qui demeure physiocratique ; pour eux, la croissance doit commencer par l’agriculture ; les autres secteurs de l’économie en dépendent. Dans le monde tropical, la fertilité naturelle de la plupart des sols est médiocre et s’épuise vite, ce qui conduit aux longues jachères de l’agriculture sur brûlis, et limite sévèrement la productivité du travail. Les paysans des deltas de l’Asie orientale et méridionale ont su passer, grâce à la riziculture irriguée, à une mise en valeur continue du sol, mais sans que la productivité du travail s’en trouve améliorée.

15Travailler outre-mer conduit la plupart des géographes à attacher un grand poids aux réalités rurales. Ils le font en prenant de plus en plus en compte les problèmes du développement. Cristina d’Alessandro-Scarpari illustre ces évolutions en retraçant l’histoire des atlas d’utilisation du sol qui sont élaborés dans le cadre de l’ORSTOM, et sous la direction de Gilles Sautter et de Paul Pélissier de la fin des années 1960 au milieu des années 1980. C’est là que l’on voit le mieux ce que la géographie tropicale apporte : une connaissance précise des fondements agricoles des sociétés du Sud et une analyse de la variété des utilisations du sol qu’elles mettent en œuvre. Dans l’optique d’un développement conditionné par la modernisation de l’agriculture, ce seraient là des contributions de toute première grandeur ! Mais le monde rural du Sud se transforme. La Conférence de Ouagadougou, en 1978, en apporte la preuve. Les structures agraires si minutieusement analysées sont en train de se défaire. Ne faut-il pas imaginer d’autres stratégies de développement ?

16Les géographes ne restent pas indifférents face à la croissance accélérée des villes, mais ils ont tendance à y voir une pathologie qui renforce le sous-développement, plutôt que la manière choisie par des portions croissantes de la population de fuir le sous-emploi rural et d’accéder à une certaine modernité.

17Le parti pris ruraliste est renforcé par la prégnance de l’idée de géographie zonale. Ébauchée à la veille de la Seconde Guerre mondiale par Emmanuel de Martonne, elle triomphe dans le domaine physique grâce aux travaux de Jean Tricart et de Pierre Birot. Les spécialistes de la géographie humaine la reprennent à leur compte. Elle donne à la géographie tropicale française une base doctrinale, mais explique aussi ses œillères – et son déclin rapide dans les années 1970. Hors du monde francophone, les études tropicales occupent toujours une place importante. Le succès du Singapore Journal of Tropical Geography en témoigne. Mais ici, on n’a jamais imaginé que les contraintes propres à l’environnement tropical conditionnaient tous les aspects de sa géographie humaine !

Les racines idéologiques et les fondements scientifiques de la géographie du développement

Le caractère conjoncturel du succès de lidée de développement

18Ce que nous venons de rappeler montre les racines idéologiques des questions du développement (le succès des philosophies du progrès) et le rôle de l’économie dans leur formulation moderne : racines idéologiques, certes, mais appuyées sur la connaissance des circulations économiques et sur la construction de comptabilités territoriales.

19L’accent mis sur le développement a des fondements scientifiques. La contrainte que la plupart des environnements imposaient à l’activité humaine venait de l’absence, qui les caractérisait, de sources d’énergie concentrées dans la plupart des lieux. La révolution industrielle naît de la mobilisation de l’énergie fossile de la houille par la machine à vapeur – mais les effets n’en sont directement sensibles que sur le carreau des mines ou le long des axes de circulation qui permettent d’acheminer le charbon à bas prix.

20L’électricité et le pétrole bouleversent la situation : il est désormais possible de disposer partout de formes d’énergie concentrées et d’acheminer en tout lieu les produits qu’elles permettent d’obtenir – les engrais et les pesticides dans le domaine agricole, les machines dans le domaine industriel. Pour assurer le démarrage d’une économie, il n’est plus nécessaire d’inventer de nouvelles stratégies qui rendent les environnements naturels plus productifs ; il suffit de procéder à des investissements en voies de communication et en équipements qui accroissent les capacités de production – qu’elles soient agricoles ou industrielles – quelles que soient les conditions initiales. La logique du développement est devenue économique.

21C’est en ce sens qu’une géographie du développement peut être conçue ; elle insiste sur les capacités d’épargne de chaque pays, sur les capitaux qui viennent s’y investir, sur les formations qu’il convient de dispenser aux travailleurs pour les adapter aux nouveaux modes de production, sur les infrastructures de transport à mettre en place, sur la modernisation de l’agriculture, sur l’élargissement du secteur industriel et sur la multiplication des activités de service qui résulte de la croissance.

22Tous les auteurs ne s’accordent pas sur les stratégies à adopter : faut-il mettre au premier plan l’indépendance économique du pays et bâtir la croissance sur les capacités d’épargne locale ? Doit-on faire largement appel aux capitaux extérieurs ? Convient-il de privilégier l’initiative des entreprises privées, le rôle planificateur d’un gouvernement central ou l’ingéniosité des populations locales et leur capacité d’unir leurs forces ? Les industries lourdes sont-elles plus utiles que les industries légères ? Autant d’options sur lesquelles on discute longuement au long des années 1960 et 1970 – avant que les difficultés des économies socialistes, et leurs résultats catastrophiques dans les pays en voie de développement, ne donnent un avantage aux partisans du libéralisme économique.

23Denis Retaillé insiste longuement, dans son intervention, sur la manière dont l’optique du développement s’intègre dans les perspectives longues de la géographie, celles qui ont trait à la dynamique des relations entre centre et périphérie par exemple.

Les faiblesses de lidée de développement

24Les bases sur lesquelles reposent les actions en faveur du développement sont-elles aussi solides que beaucoup ne le pensent dans les années 1950 ? La marche de la civilisation telle qu’elle se déroule en Occident a un caractère ambigu que Rousseau dénonce au moment même où l’idée de progrès s’affirme : la civilisation transforme le sauvage en homme, au sens plein du terme, mais elle fait son malheur dans la mesure où la propriété privée génère des inégalités. N’est-ce pas cette idée que retrouvent les études sur l’inégal développement ? Ne faut-il pas, pour venir à bout de celui-ci, envisager des mesures plus radicales que celles que préconisent généralement les économistes ?

25Il y a plus : la mise en évidence du dynamisme contrasté des sociétés repose sur le choix d’une perspective éminemment réductrice : la prise en compte exclusive de ce qui est économique – en fait, de ce qui passe par le marché. Dès le milieu des années 1950, on substitue le terme de développement à celui de croissance, pour intégrer dans l’analyse des situations des dimensions non économiques. C’est en ce sens que l’on propose des indicateurs de développement humain qui prennent en compte la longévité moyenne des populations, le taux de mortalité infantile, la longueur de la scolarité, etc.

26La dominante économique du discours développementaliste explique aussi la non-prise en compte des problèmes environnementaux – ce que les géographes tropicalistes lui reprochaient à juste titre. À partir des années 1970, l’optique se transforme : la Commission Brundlandt propose, en 1987, d’œuvrer pour un nouveau type de développement, sustainable development, le développement durable.

La géographie du développement vue dans loptique des pays du Sud

27Comment les géographes dont les économies étaient en retard se sont-ils positionnés vis-à-vis des actions sur le développement ? Un des apports les plus intéressants de ce colloque a été de donner la voix à des collègues africains.

28L’option tropicaliste ne les a pas directement intéressés – les agitations françaises en ce domaine leurs paraissent vaines. Leur pays se situe parfois hors du monde tropical – c’est le cas du Maroc dont a parlé Mustapha Chouiki. Lorsqu’il en fait partie, le problème qui se pose aux géographes locaux n’est pas de méditer sur les contraintes que les milieux où ils vivent subissent, mais d’améliorer la situation de leur pays, comme le montrent Irène Kassi pour la Côte d’Ivoire ou Hassan Rayaleh pour Djibouti. Leur but n’est pas de répondre à un problème intellectuel général. Ils doivent travailler dans l’urgence à la solution de problèmes dramatiques.

29Deux raisons les poussent à œuvrer dans ce sens : ils partagent le souci de leurs concitoyens d’améliorer leurs conditions de vie ; dans leurs pays, la politique que mènent leurs gouvernements s’inscrit dans la logique du développement : les géographes ont conscience de ce que leur savoir-faire peut apporter à la collectivité ; ils sont prêts à participer aux études, à se transformer en experts, à s’intégrer dans les structures mises en place pour assurer l’essor de leur pays. Hassan Rayaleh souligne les positions stratégiques qu’occupent ainsi ses collègues à Djibouti. Mustapha Chouiki montre à quel point les collègues marocains ont intégré, dans leur démarche, un point de vue qui leur permet de bénéficier de situations gratifiantes. Irène Kassi décrit l’implication profonde des géographes ivoiriens dans les actions menées dans leur pays – et la part prise par l’Université d’Abidjan dans la formation de géographes aptes à œuvrer dans les pays voisins, comme le Burkina Faso.

30La profonde implication des géographes dans le mouvement développementaliste explique le succès de la discipline dans les pays africains, mais elle ne va pas sans danger : elle détourne beaucoup de jeunes talents de l’enseignement supérieur ; elle alimente un certain carriérisme, comme le montre Mustapha Chouiki.

Des vues plus critiques sur les politiques de développement

31Les géographes qui s’intéressent au développent ne se bornent pas à appliquer sur le terrain les solutions imaginées par d’autres spécialistes. Ils développent des perspectives critiques.

Les apports de la géographie du développement

32La perspective développementaliste conduit à reconsidérer certains diagnostics pessimistes, ceux que l’on portait sur la multiplication des bidonvilles par exemple. Odette Louiset souligne qu’aux Indes – mais ses résultats sont valables ailleurs –, la manière d’envisager la prolifération des habitats spontanés change progressivement. Ceux qui s’y entassent ne constituent pas un obstacle au développement ; ils sont venus pour accéder à des conditions de vie meilleures que celles des régions rurales où ils vivaient. Ils aspirent au développement. Il faut les inciter à y participer activement, et aider leur intégration dans une société plus progressive que celle qu’ils ont quittée.

Biais et dérives dans les études de développement

33Certaines des idées précocement émises par les naturalistes continuent à rencontrer les faveurs des experts du développement bien qu’elles soient fausses, car elles donnent le moyen aux États de montrer leur implication dans le domaine de la croissance. L’idée court depuis l’extrême fin du xixe siècle que la latéritisation de certains sols tropicaux, les crises d’érosion que connaissent souvent les sols, et les coulées boueuses qui bouleversent les versants, résultent d’un développement incontrôlé de l’élevage. À terme, l’évolution conduirait à un assèchement du climat des régions concernées et à la baisse de l’écoulement qui en est issu. Vision catastrophiste que l’on trouve à peu près sous la même forme au Fouta Djalon qu’analyse Véronique André et à Madagascar qu’étudie Xavier Amelot. À l’échelle du Cameroun, c’est tout l’équilibre entre le souci de promotion économique rapide et la volonté de préserver les environnements locaux qui est ainsi abordé par Moïse Tsayem Demaze.

34La demande de développement conduit donc souvent à des approximations, et favorise dans certains cas la persistance d’erreurs. Elle peut modeler des stratégies de recherche plus liées au souci de répondre aux attentes de l’opinion publique que d’aborder les vrais problèmes. David Goeury le montre admirablement : pourquoi tant d’études sont-elles consacrées, dans les pays du Sud, à des communautés de montagne vivant dans des conditions particulièrement difficiles – dans les Andes ou le Haut Atlas marocain, en Éthiopie, ou sur les versants de l’Himalaya ? C’est qu’à une époque où le développement se veut durable, on pense volontiers que les groupes qui habitent ces milieux extrêmes sont particulièrement bien placés pour offrir des leçons à l’Occident. Ils auraient réussi à exploiter une nature avare et dangereuse sans mettre en cause les équilibres écologiques qui y existent depuis toujours. Ils fourniraient à l’humanité déboussolée par la course au progrès des recettes qui pourraient se révéler précieuses dans les sociétés avancées. La surenchère est si considérable que les équipes de recherche se succèdent. Les groupes étudiés en profitent pour se faire connaître, intégrer les formes de modernisation qui les aident, et peser sur les politiques de leurs pays.

Une géographie de lalter-développement est-elle possible ?

35La mode est d’affirmer qu’il existe toujours des alternatives aux solutions proposées par les équipes de recherche payées par les gouvernements en place : ne sont-elles pas inféodées aux politiques, eux-mêmes trop sensibles aux solutions préconisées par les grandes sociétés internationales ?

36L’idée qu’il existe des possibilités d’alter-développement est très populaire dans certains milieux. Elle a la faveur de bon nombre d’ONG. On mise sur les activités artisanales et les petits producteurs : on parvient, en les aidant, à favoriser un essor dont les fruits sont plus justement répartis que lorsque les grandes entreprises dominent la scène. Chacun a bien sûr en tête les essais de commerce équitable, illustrés par Max Havelaar.

37Julien Noël analyse un exemple d’initiative d’alter-développement : celui de la pêche. Face aux grandes sociétés qui arment des chalutiers puissants, dominent souvent le marché et sont en partie responsable de la surpêche, les pêcheurs artisanaux ont réagi. Ils ont choisi de s’unir pour défendre leurs intérêts. Ils y sont parvenus. Leurs initiatives sont-elles capables de restructurer le marché mondial et d’y faire triompher de nouvelles pratiques ? Ce n’est pas ce qui ressort de l’analyse de Julien Noël. Critiquer ce qui se fait et rapprocher les points de vue de ceux que l’évolution actuelle lèse est possible. Cela conduit-il à la formulation de politiques de développement vraiment nouvelles ? On peut en douter.

Géographie du développement et géographie postcoloniale ?

38L’intérêt que les géographes français portent aux pays d’outre-mer ne cesse de se transformer : comme l’ont montré les contributions à cet ouvrage, ils sont passés d’une géographie de l’exploration à des formes diverses de géographie coloniale, puis ont élaboré une géographie tropicale qui échappait à la plupart des excès de celles qui l’avaient précédée. L’inflexion vers la géographie du développement date des années 1960. Elle vise d’abord à transposer aux pays du Sud les stratégies de croissance qui ont fait leur preuve dans le monde industrialisé, puis prend en compte un élément négligé au départ, l’environnement.

39Dans les pays anglo-saxons, on voit s’affirmer, à partir des années 1990, un autre mouvement : celui des recherches postcoloniales. Il naît, bien sûr, de la critique des positions prises par l’Occident face aux pays qui lui sont extérieurs. Le déclic vient de l’essai sur L’Orientalisme que publie Edward Saïd en 1978. Il résulte également de la conviction, qui s’impose un peu plus tard, dans le courant des années 1980, que le monde est entré dans une nouvelle phase de son histoire, la phase postmoderne. Celle-ci est caractérisée par la globalisation, par le poids croissant de l’électronique dans tous les aspects de la vie, et par un rééquilibrage impressionnant de l’équilibre mondial au profit des pays asiatiques.

40Le postcolonialisme s’intéresse à la manière dont la perspective impérialiste a pesé sur l’ensemble des attitudes et des conceptions occidentales depuis trois siècles – c’est son aspect rétrospectif – et sur la façon dont elle modèle aujourd’hui encore la vie dans les pays du Nord et dans ceux du Sud – c’est son côté actuel et prospectif. Les catégories et les façons de penser occidentales n’ont pas fini de marquer la vie intellectuelle des ex-colonies. En retour, la pensée occidentale perd de sa superbe, admet son intransigeance passée et intègre un nombre croissant de thèmes qui viennent des anciennes possessions.

41La perspective postcoloniale sort du cadre où s’inscrivent traditionnellement, en France, les études consacrées aux pays d’outre-mer. Elle implique l’adoption d’une démarche systématiquement comparative. Il aurait fallu convoquer une assemblée plus large pour que la question d’une géographie postcoloniale à la française puisse vraiment être analysée. La question a été abordée dans une perspective plus restreinte par Esoh Elamé.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search