Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Introduction générale

Christian Bouquet

Texte intégral

« Les géographes, comme la plupart de ceux qui s’intéressent au monde non européen, sont trop sensibles à sa diversité et à sa fragilité pour faire du développement leur objectif unique. »
Paul Claval

  • 1 P. Singaravelou (dir.), L’Empire des géographes, Paris, Belin, 2007, 288 p., 18 contributions ; H. (...)

1Nous en sommes donc à la dernière partie d’une pièce en trois actes et 48 tableaux – car nous proposons au total 48 contributions1 – ou encore au troisième volet d’une trilogie plus ou moins métaphoriquement inspirée du Ring de Wagner, du moins pour ceux qui se souviennent de la violence des passions ayant marqué le début des années 1980 dans le microcosme de la géographie. Laquelle a su montrer à cette occasion qu’elle était davantage un art qu’une science, comme l’avait déploré en son temps Claude Lévi-Strauss (« les sciences humaines ne sont des sciences que par une flatteuse imposture »).

2Le premier de ces trois actes a été orchestré par Pierre Singaravelou en octobre 2005, le second par Hélène Velasco-Graciet en janvier 2007, et le troisième par moi-même aujourd’hui, avec dans le comité scientifique Michel Bruneau, François Bart, Bernard Calas, Denis Retaillé, Sylvie Brunel, et la participation de quelques grands témoins comme Yves Lacoste, Paul Pélissier, Pierre Gentelle et Paul Claval, présent aujourd’hui et qui était déjà des nôtres lors du premier acte de 2005.

3L’argument, au sens romanesque du terme, était le suivant : pouvons-nous, au xxie siècle, tenter une relecture de nature épistémologique du débat qui avait agité le petit monde – David Lodge dirait le tout petit monde – de la géographie franco-bordelaise au xxe siècle, notamment autour du casus belli de la géographie dite tropicale ? Celle-ci était-elle le faux-nez de la géographie coloniale, ou la mère putative d’une géographie dite du développement, non exempte elle-même d’arrière-pensées idéologiques ? Et existait-il réellement une filiation entre ces trois-là ?

4Trois grands rendez-vous ont donc été programmés pour se pencher sur la malade.

5Tout d’abord, en octobre 2005, sous la coordination de Pierre Singaravelou, une vingtaine de chercheurs (essentiellement des historiens) ont réabordé assez courageusement la géographie coloniale. À cette occasion, nous n’avons pas réinstruit le procès en mémoire d’Élisée Reclus pour l’ensemble de son œuvre, ou de Pierre Gourou pour ses travaux en Indochine et en Afrique (malgré les témoignages à charge d’Aimé Césaire), mais resitué les travaux de ces grands anciens dans le contexte de l’époque. Tant que nous y étions, nous avons aussi vérifié qu’un autre géographe communiste, Jean Dresch, n’était pas non plus passible d’un opprobre post mortem.

6Partant du principe que, de son temps, Mozart écrivait de la musique contemporaine, nous avons assez clairement – avec quelques nuances de circonstance – estimé à la suite d’Yves Lacoste qu’il fallait distinguer les géographes ayant sillonné leurs terrains avec une forte dose d’empathie de ceux qui avaient tenté d’en récupérer les fruits à des fins idéologiques ou propagandistes.

7La synthèse de ces points de vue a été publiée sous la direction de Pierre Singaravelou sous le titre L’Empire des géographes, titre à double tranchant qui donne pourtant l’impression de ne pas trancher vraiment, voire de pencher pour une lecture allant dans le sens de la pensée dominante, sans doute pour des raisons commerciales, mais on y trouve quelques analyses solides qui amorcent la sortie, vers le haut, d’un débat qui, somme toute, n’aura pas été inutile.

8Le second acte a été joué également à la MSHA de Bordeaux en janvier 2007 sous la baguette d’un jeune chef dont les principales caractéristiques étaient, outre son statut de femme, de n’être ni bordelaise ni « tropicaliste ». Peu suspecte de partialité, Hélène Velasco-Graciet a donc posé quatre questions très précises à une vingtaine de chercheurs, cette fois-ci tous géographes, afin d’essayer de mieux comprendre ce qu’était – ou n’était pas – la géographie dite tropicale : [1] Comment la géographie tropicale a-t-elle émergé (où, quand, par qui) ? [2] Sur quoi s’est-elle fondée (concepts, théories, terrains, méthodes, tactiques de carrière) ? Peut-on alors la définir ? [3] La géographie tropicale est-elle restée, dans la lignée de la géographie coloniale, une géographie de l’action au service des espaces étudiés, ou bien s’est-elle transformée en une sorte de géographie hybride ménageant à la fois des acquis scientifiques et les obligations de carrière ? [4] Pourquoi la géographie tropicale a-t-elle déclenché et provoque-t-elle encore de telles polémiques ?

9Les principales communications entendues lors de cette session ont été publiées sous un titre volontairement sobre, Les Tropiques des géographes. On y trouve une sorte de démonstration laissant entendre que l’ambiguïté du passage de la géographie coloniale à la géographie tropicale est largement venue d’un saut de l’une à l’autre sans questionnement – contrairement à nos collègues anglo-saxons – notamment autour du problème du déterminisme naturel et de son rapport au déterminisme culturel et social.

10Ainsi aurions-nous préféré, au siècle dernier, basculer dans un débat qu’il serait prétentieux de qualifier d’idéologique dans la mesure où le tabou de l’engagement politique pesait sur la discipline, et choisi de traiter de néo-colonialistes les géographes qui s’inscrivaient, en effet, dans le droit fil d’une certaine géographie coloniale, c’est-à-dire celle qui était en empathie (même maladroite) avec le terrain étudié.

11Et aujourd’hui où l’on ose davantage exprimer ses convictions, on redécouvre que quelques-uns des tropicalistes des années 1950, et non des moindres, conduisaient leurs recherches dans le but essentiel de faire accéder les populations chez qui ils travaillaient à davantage de bien-être, de liberté et de dignité. Souvent on les disait « de gauche », et on se souvient à présent que bien des administrateurs de la France d’Outre-Mer étaient également encartés dans des syndicats progressistes de l’époque. Et aussi que Pierre Gourou, aux côtés d’André Gide et de quelques autres, outre le fait qu’il avait secrètement milité pour la libération de l’Indochine, avait réfléchi à une mutation des rapports coloniaux à la demande du Front populaire en 1936.

12C’est ainsi que nous avons progressivement infléchi notre projet d’origine, et sous-titré le troisième acte qui se tient aujourd’hui : Les géographes et le développement. Discours et actions. Parce que, certes, nous étions tenus par le contrat de départ de traiter la géographie du développement, mais nous avons souhaité en profiter pour confronter les discours aux actions.

  • 2 « La mondialisation jusqu’aux marges du monde. La pluie ou le beau temps ? », Les Cahiers d’Outre- (...)

13Pour ce faire, nous avons repris le principe méthodologique des questions précises posées en guise d’appel à communications, principe qui a fait la fortune du no 238 des Cahiers d’Outre-Mer qu’Hélène Velasco-Graciet et moi-même avons coordonné (« La mondialisation jusqu’aux marges du monde. La pluie ou le beau temps ? »2). Nous avons donc tenté de répondre à quatre nouvelles questions, nées des actes précédents : [1] Quels sont les fondements scientifiques (et idéologiques) de la géographie du développement ? Cette nouvelle étiquette était-elle conjoncturelle ? [2] S’agissait-il vraiment d’une volonté de rupture avec la géographie coloniale et la géographie tropicale ? La géographie du développement n’est-elle pas, à son corps défendant, néocoloniale ? [3] Géographie de quel développement ? Y a-t-il des géographes altermondialistes ? [4] En fin de compte, filiation ou non ? Et la géographie française n’aurait-elle pas raté le train des Postcolonial Studies ?

14On le voit, on a essayé de tirer les leçons des épisodes passés, à la fois en reconnaissant que la géographie française avait peut-être, au siècle dernier, manqué quelques marches, et en se préparant à un éventuel nouveau procès en mémoire lorsque les prochaines générations de géographes s’interrogeront sur la nature du développement tel que nous le définissons aujourd’hui.

15Nous avons également fait un effort particulier pour nous démarquer de l’ethnocentrisme en donnant la parole à des géographes du Sud, certes formés « au moule » de la pensée occidentale – leurs diplômes en attestent – mais à qui nous avons demandé d’essayer de gratter énergiquement ce vernis, non pas pour flageller les anciens colonisateurs mais pour nous donner leur version non expurgée de ce que représente pour eux la géographie tropicale et la géographie du développement.

16Et, le cas échéant, pour savoir si, chez eux, c’est-à-dire justement sur ce « terrain tropical » qui a doublement fait l’objet de polémique (pour le « terrain » et pour le « tropical »), notre débat franco-bordelais a eu un réel écho, ou bien si, une fois de plus, les géographes français ont joué avec les mots et avec les concepts comme d’autres jouent aux billes ou aux osselets, c’est-à-dire faute de pouvoir faire mieux…

17Ainsi lancés, nul doute que les débats ont permis aux uns et aux autres de s’exprimer en toute franchise, sans jamais oublier que nous, géographes, sommes les mieux placés pour promener sur le monde, le tout petit monde mais aussi sur l’autre monde, c’est-à-dire la planète entière, la pensée de l’Autre, et sur l’Autre tout court, un regard bienveillant qui doit savoir rester à la fois proche et distancié.

Notes

1 P. Singaravelou (dir.), L’Empire des géographes, Paris, Belin, 2007, 288 p., 18 contributions ; H. Velasco-Graciet (dir.), Les Tropiques des géographes, Pessac, MSHA, 2008, 234 p., 14 contributions ; Les Géographes et le développement, Pessac, MSHA, 2010, 16 contributions.

2 « La mondialisation jusqu’aux marges du monde. La pluie ou le beau temps ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, vol. 60, no 238, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, avril-juin 2007.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540