Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons initié cet ouvrage par la mise en relief de divers faits d’actualité empruntés aux années 1992 et 1993, des faits que les médias avaient jugés suffisamment importants pour être retenus et soumis au public. Nous avons voulu montrer par là comment, d’une part, ces évènements pouvaient être catégorisés et, d’autre part, de quelles façons ils pouvaient jouer sur les représentations communes de la géographie du monde. De la multitude évanescente de ces événements proches ou lointains, nous n’avons retenu qu’un seul d’entre eux pour le décrypter au prisme de l’histoire de vie d’un homme. Sous forme d’intrigue, cette première partie trouve finalement sa réponse dans un grand écart méthodologique.

2Si notre ambition a été de mettre en évidence les grands mouvements mondiaux, notre intérêt était de montrer que leur compréhension nécessite de considérer les actions individuelles. Par action individuelle, nous entendons les méthodes adoptées par les individus pour prendre à leur compte ou à leur charge des décisions qui leur sont extérieures. Cette prise en charge est soutenue par l’obligation de façonner les contraintes imposées en objets fonctionnels (dans le cas qui nous intéressait, la frontière passe du statut de coupure à celui de lien).

3La géographie qui se dégage de cette approche prend alors de la consistance et permet de mesurer les conséquences des projets territoriaux, leurs chances de succès ou leurs possibles échecs. La réussite des constructions territoriales ne dépendrait donc, à terme, que de leur plus ou moins grande prise en compte par les individus, de la façon que ces derniers auraient de les faire entrer dans un processus d’appropriation et de les prendre en charge par des conduites synchroniques. Finalement, il n’y aurait de territoire que par les individus qui les composent, les acceptent et les considèrent à terme comme fonctionnels, dans le sens le plus large.

  • 1 Se reporter à Ferrier J.-P., 1999, « Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoir (...)

4Nous nous rapprochons ainsi de Jean-Paul Ferrier lorsqu’il propose d’envisager tout homme, en tant qu’habitant, comme un peu géographe1, et nous nous risquerons même à aller plus loin encore, car à notre sens, tout homme est un géographe. Outre la dimension ontologique, les individus ne construisent-ils pas la géographie du monde par leurs manières de vivre, d’habiter et de penser leurs itinéraires ?

5Cependant, nous avons considéré l’individu dans sa capacité à prendre en charge et à son propre compte des obligations et des transformations territoriales qui lui sont extérieures. L’illustration, même si elle s’appuyait sur le mouvement de l’action, était privée d’une autre facette qui lui donne une consistance particulière. En effet, au fil des chapitres, l’individu devient un personnage qui se révèle comme principal. Il se dévoile par son aptitude à délaisser peu à peu le second rôle joué à partir d’un texte déjà écrit par d’autres, même s’il est en mesure de l’adapter à sa propre dimension par toutes sortes de ruses d’improvisation. Il se montre ici comme un personnage central par sa capacité à devenir auteur et à écrire lui-même le texte qu’il joue, participant, ou mieux, initiant l’émergence de territoires inusuels pour l’heure.

6Ainsi, c’est par l’agrégation de petites décisions individuelles, de petits événements souterrains, d’un fourmillement de pratiques silencieuses que de nouvelles formes territoriales se dessinent. Isolée, chacune de ces actions a peu de poids mais, regroupées, elles séduisent un nombre toujours plus grand d’individus qui leur reconnaissent une valeur opératoire et les incluent dans leurs pratiques. Elles prennent en force et peuvent jouer sur l’ordre géographique institué du moment.

7Cette coexistence entre différentes logiques de construction territoriale, l’une séculaire, ayant fait ses preuves dans la mise en place de territoires solides, historiquement et géographiquement éprouvés, et l’autre émergente et plurielle, se manifestant dans des territoires fluides, aux contours incertains, crée un tableau complexe. À côté de l’ordre territorial institué, des territoires apparaissent et brouillent la lecture géographique du monde contemporain. Les territoires émergents se superposent, se juxtaposent aux formes antérieures. De plus, les mouvements semblent ne jamais s’arrêter, des déplacements jaillissent, d’autres s’interrompent, mettant pour des temps plus ou moins longs des territoires en lumière. Si l’on voulait en faire une carte, celle-ci, une fois achevée, serait déjà dépassée. Leur écriture même apparaît difficile. Le mouvement s’épuise dans la pauvreté de son champ sémantique. L’analyse de la complexité territoriale semble se heurter à l’indigence de nos référents linguistiques. Cela nous invite à faire œuvre de modestie. Une œuvre de modestie car la meilleure compréhension des mutations territoriales nécessite de revoir notre regard et de bousculer nos façons de faire.

8Par quelle entrée approcher les mouvements qui génèrent dans leur sillage ce que nous pensons être de la complexité ? Notre proposition est de comprendre les mutations territoriales par les individus et les collectifs sociaux car ce sont eux qui permettent leurs émergences et leurs développements. Ce sont eux qui, par leurs pratiques, leurs rêves, leurs obligations, leurs désirs, donnent de la substance géographique à leurs actions et à leurs engagements sociaux. Dans la foule des propositions territoriales pour lesquelles ils sont aujourd’hui invités ou contraints à faire des choix pour construire leur identité, ils prouvent une grande capacité de compréhension. Une compréhension de la multiplicité des possibles territoriaux offerts et des intérêts fonctionnels ou symboliques qu’ils peuvent tirer de tel ou tel choix. Une compréhension finalement bien supérieure à la nôtre lorsque nous sommes en posture de recherche.

9Ainsi, prendre au sérieux les savoirs géographiques des individus et les territorialités ordinaires et quotidiennes nous permet, par une vision scientifique révisée, d’aller vers les territoires et d’en comprendre les fondements et les fonctionnements. C’est parce que les territorialités sont plurielles que les appartenances aux territoires sont multiples. Cela n’implique pas malgré tout que les identités territoriales individuelles soient des identités en miettes et éparpillées dans un horizon incertain sans consistance et sans repère. La cohérence se construit pas à pas, par abandon de certaines appartenances au profit d’autres, considérées à un moment donné comme douées de plus d’intérêt ou de plus de charme. Chacun construit finalement un « où à soi » cohérent et synchronique avec les grandes prescriptions idéologiques auxquelles il appartient, désire appartenir ou est dans l’obligation d’appartenir.

  • 2 Clavreul C., 2006, « De si grands petits vins », Le Monde, 25-26 septembre, p. 3.

10Nous avons commencé ce travail par des faits d’actualité, nous l’achèverons de même dans une sorte de parallélisme des formes. Le fait que nous avons retenu rend compte de cette nouvelle aptitude des individus à créer de la surprise territoriale, à interroger par leurs actions et leurs engagements ce que nous pensions être, il y a encore peu, la face de la Terre. Un article du 25 septembre 2006 du quotidien Le Monde retrace une de ces aventures territoriales2. Nous le reprendrons ici car il accompagne nos préoccupations actuelles de recherche. Cet article, en proposant une lecture des mutations contemporaines du vignoble français, met en évidence toute la complexité territoriale qu’elles génèrent. Y est dévoilé ce qui, il y a peu encore, aurait paru incongru. Des propriétaires, sans généalogie viticole, produisent de « petits » vins sous le label des vins de pays, et ces « petits » vins rivalisent avec des vins de prestige tant au niveau du prix que de la clientèle touchée. Ces roturiers de la viticulture que le journaliste qualifie d’« aristocrates du vin de pays » sont remarquables par les actions qu’ils mènent, les engagements atypiques qui les caractérisent et le trouble territorial qu’ils insufflent.

  • 3 Contrat Territorial d’Exploitation.
  • 4 Maby J., 2002, p. 158.

11Un trouble territorial se dessine en effet car les propriétés de ces viticulteurs se trouvent hors des territoires séculaires des AOC, soit qu’ils en aient été exclus, soit qu’ils les aient quittés volontairement. Paradoxalement, c’est au travers de cette situation géographique qu’ils s’engagent dans la production de vins de qualité. En effet, selon eux, de telles productions sont dépendantes d’actions librement choisies et se prêtent mal à la rigidité des règles qui régissent les aires d’appellation. Ils tentent en partie de s’extraire du système français, un « système qui quadrille la production et la commercialisation de l’amont à l’aval, la corsète, au moins en Europe, dans une réglementation pointilleuse qui détermine les aires de production, les cépages autorisés, les pratiques culturales, les conditions d’agrément des appellations, […] sans compter la direction des fraudes et de la concurrence qui suit scrupuleusement tout mouvement de vin, toute plantation ou arrachage de vigne, tout transport ou toute utilisation de produits œnologiques destinés à l’enrichissement ou à l’acidification des moûts. Le contrôle et le suivi sont une quasi-religion dans le monde viticole : contrôleurs de l’INAO dans les terroirs, inspecteurs de la régie dans les caves, dégustateurs dans les commissions d’agréments, techniciens de la Chambre d’Agriculture ou d’organismes indépendants de certification pour vérifier des cahiers des charges des CTE3, des labels qualité-sécurité, des vins issus de culture biologique… »4.

  • 5 Jusqu’à 70 euros la bouteille.

12Leur horizon de commercialisation n’est pas local ; il est en petite partie national mais se réfère majoritairement au marché international. Leurs réseaux sont de choix, en majorité des cavistes, et touchent une clientèle étrangère aisée, attentive aux recommandations des critiques comme Robert Parker ou Kermit Lynch. Belles réussites que les leurs puisqu’ils écoulent la totalité de leur production à des prix que peu de vins des aires AOC atteignent5. Ces façons de faire, et plus encore de penser le système viticole, nous rapprochent de la catégorie des viticulteurs et des vignobles émergents du Nouveau Monde, et notamment du Chili.

13Ces exemples hexagonaux, auxquels s’ajoutent des exemples a contrario de viticulteurs appelant de leurs voeux des procédures AOC dans certains pays nouvellement producteurs (Australie, Ontario, etc.), viennent nous rappeler que toute tentative de découpage géographique strict du monde ne peut être qu’une posture scientifique intermédiaire. Nous la prenons ici comme une étape vers la mise en place d’un système compréhensif plus affiné et se départissant de visions tranchées et donc simplistes.

Notes

1 Se reporter à Ferrier J.-P., 1999, « Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires » (entretiens), Sciences Humaines, Paris, Éditions Sciences Humaines, no 98.

2 Clavreul C., 2006, « De si grands petits vins », Le Monde, 25-26 septembre, p. 3.

3 Contrat Territorial d’Exploitation.

4 Maby J., 2002, p. 158.

5 Jusqu’à 70 euros la bouteille.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search