Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Sixième partie. Orientations pour une approche de la complexité territoriale viticole

Chapitre 28. Les nouveaux territoires du vin

Texte intégral

1Nous parlerons ici de nouveaux territoires du vin, même si cette appellation englobe des territoires de belle antériorité. Leur qualité de « nouveaux » n’est pas liée à la date de leur implantation ou de leur développement, mais à la récente nécessité qu’ils ont de se différencier les uns des autres en faisant appel à des références et des valeurs inusuelles. Les territoires viticoles, dans leur ensemble, sont aujourd’hui insérés de façon plus ou moins prégnante dans l’économie mondiale et en subissent de façon plus ou moins directe les conséquences. Cette concurrence, en sapant les privilèges que la première modernité avait instaurés, contraint les acteurs de la filière à se poser des questions somme toute assez banales dans le cadre d’une économie libérale : le vin produit correspond-t-il à une quelconque demande ? Quel type de consommateur est concerné ? Quelle image est attribuée au vin produit ? Comment informer les consommateurs ? Etc.

  • 1 À l’exclusion, a priori, des crus les plus prestigieux qui relèvent bien plus de la spéculation.

2Ces questionnements sont aujourd’hui communs à l’ensemble des collectifs viticoles, quelles que soient leur taille et leur situation géographique1. Cette sorte d’égalité des préoccupations économiques permet la mise au jour des pratiques et des visions du monde de chacun d’eux. Les savoir-faire, les techniques, la nature des agro-terroirs, l’histoire, etc., sont autant d’éléments qui, il y a encore peu, allaient de soi et faisaient partie du non-dit, quand ce n’était pas du secret. Aujourd’hui, ils sont au contraire objets de toutes les attentions car ils constituent l’armature des discours qui les promeuvent et qui assureront leurs éventuels succès.

3Ce dernier chapitre est consacré à une étude empirique ayant pour ambition de cerner les caractéristiques des nouveaux territoires du vin, et ce en fonction des valeurs dont ils se réclament.

Carte 12 – Carte de localisation du vignoble chilien (par vallées).

Carte 12 – Carte de localisation du vignoble chilien (par vallées).

Carte 13 – Carte de localisation de l’AOC Cahors.

Carte 13 – Carte de localisation de l’AOC Cahors.

La question de recherche et les conditions d’expérimentation scientifique

4Cette réflexion s’est construite autour d’une problématique échafaudée dans le cadre d’un programme ECOS-SUD en collaboration avec l’Université Catholique de Santiago et l’Université de Los Lagos du Chili.

  • 2 Par modèle viticole européen, nous entendons, d’une part, sa dimension matérielle (savoirs et savo (...)

5Nos questions de départ étaient les suivantes : le formidable essor et l’incontestable réussite des pays nouveaux producteurs sont-ils imputables, même en partie, à un transfert du modèle viticole européen et plus précisément français2 ? Ce transfert, tant dans ses pratiques que ses représentations, a-t-il été appliqué de façon si efficace que cela puisse expliquer aujourd’hui cet affrontement économique qui oppose les vins du vieux continent à ceux du Nouveau Monde ?

  • 3 Le travail de terrain a eu lieu en décembre 2005. Vingt-cinq acteurs ont été rencontrés : propriét (...)
  • 4 Pour une bonne analyse du vignoble chilien se référer à Schirmer R., 2005, « Le Chili, un vignoble (...)

6L’entrée méthodologique sollicitée fut celle de l’analyse des discours de Français3 ayant choisi d’investir ou de travailler dans le secteur viticole chilien4. Ce choix fut conditionné par deux éléments. D’une part, ces personnes sont mobiles, donc potentiellement représentatives des mouvements qui touchent le monde contemporain ; elles constituent un des groupes extraterritoriaux et transnationaux pour lesquels la mondialisation est acquise, et plus encore, constitue une opportunité. D’autre part, elles sont d’origine française, donc a priori porteuses du modèle vitivinicole français. Leur formation et leur histoire personnelle les prédisposent à savoir ce qu’est un vin de qualité, quelles sont les conditions de production d’un tel vin, et quels territoires sont liés historiquement à cette notion.

  • 5 Se référer entre autres à Rouvellac É., 2005, Les terroirs du vin de Cahors, Limoges, Presses Univ (...)
  • 6 À la lumière de notre nouvelle problématique, nous avons procédé à une relecture des entretiens ef (...)
  • 7 Velasco-Graciet H. et Tulet J.-C., 2007, « Refondation d’un grand vignoble du Sud de la France : le (...)
  • 8 Velasco-Graciet H., 2002 (b).

7Une mise en regard avec le modèle français s’est rapidement imposée. En effet, il est apparu nécessaire de cerner les représentations qu’avaient les viticulteurs installés en France du modèle qu’ils appliquaient, et quelles étaient les conséquences de son application sur leurs pratiques professionnelles. Pour mettre en place cette démarche comparative, nous avons choisi de travailler également sur les discours des viticulteurs du vignoble de Cahors5. Ce choix a été en partie conditionné par nos travaux antérieurs (lesquels nous avaient déjà conduit sur ce terrain6), mais bien plus encore par l’exemplarité de l’histoire de ce vignoble qui nous assure du bien-fondé de ce choix. En effet, ancienne zone viticole durement touchée par le phylloxéra, le vignoble de Cahors a franchi, grâce à la ténacité et à la patience du collectif viticole qui le portait, toutes les étapes imposées par l’INAO pour atteindre le niveau le plus élevé de reconnaissance de qualité d’un vin produit en France : le label AOC7. Plus encore et comme nous l’avons vu précédemment, les ambitions des viticulteurs, ou du moins de certains, se sont portées sur la mise en place d’une hiérarchisation encore plus fine de l’aire, intégrant en son sein une sorte de « sur-territoire » de la qualité composé de « grands crus »8. Ce vignoble apparaît ici comme un exemple de premier choix car les volontés d’exercice de la profession correspondent parfaitement avec la politique générale de l’institution qui le gouverne. Il serait en fin de compte un excellent élève au regard du respect des normes et des valeurs qui structurent le modèle viticole français et dont l’INAO est le garant.

De l’illusion d’un transfert de modèle à la co-existence de deux systèmes complémentaires

  • 9 Il est à noter que les superficies des propriétés sont sans commune mesure, de quelques dizaines d (...)

8Si nous parlons d’illusion, c’est que la confrontation de notre questionnement de départ nous y invite. En effet, même si les cépages plantés au Chili sont français, si le matériel utilisé est européen, si les œnologues employés sont souvent Français ou formés en France, et si incontestablement par ces canaux il y a eu et il y a toujours transfert de modèle, les façons de faire et de concevoir le processus viticole qui va de la plantation à la commercialisation de vin distinguent voire opposent les viticulteurs français installés au Chili et les viticulteurs cadurciens9.

9Ainsi, là où nous attendions le dévoilement d’un processus social classique de « transfert-appropriation », le fil de cette recherche a vu se construire au contraire deux types de territoires singuliers : celui de la vieille Europe qui révélait des territoires de production fixes, rigides et enchâssés dans l’épaisseur du temps, et celui du Nouveau Monde, révélant pour sa part des territoires de production mobiles, se fondant sur un temps court, sans héritage, libérant les actions professionnelles et la vision prospective de l’avenir viticole de chacun des viticulteurs.

  • 10 De fortes prescriptions dans les vignobles européens contre une grande liberté dans les pays nouve (...)
  • 11 Notamment au niveau des coûts de production.

10Si finalement ces deux systèmes possèdent plus ou moins les mêmes données de base (de la terre, des cépages, un climat, des techniques, du matériel, un savoir-faire), la mise en relation de ces éléments diffère et invente des systèmes territoriaux distincts. Cette mise en relation est bien évidemment conditionnée par les obligations qui pèsent sur les collectifs viticoles (dans un contexte législatif10 et des conditions économiques fort différents11), mais elle dépend aussi des intentions de chacun de ces collectifs pour se positionner sur le marché, en fonction de leurs connaissances de ses règles, de leur capacité à anticiper ses aléas, de leurs représentations des collectifs concurrents, de leur histoire et de son poids sur les pratiques d’exercice professionnel. La métaphore classique du jeu de cartes utilisée par Lévi-Strauss est ici d’un secours précis. Ainsi, si deux joueurs reçoivent le même jeu à deux tours de cartes différents, ils ne joueront en effet pas les mêmes coups : les coups dépendront donc tant de leurs intentions que de leurs représentations du jeu et des autres joueurs.

11Dans le cas qui nous concerne, deux systèmes territoriaux se sont dévoilés. Ils se distinguent l’un de l’autre, notamment par les inversions dans l’emboîtement des échelles qu’ils connaissent : inversion dans l’emboîtement des échelles spatiales sur lequel ils reposent, et inversion dans l’emboîtement des échelles temporelles sur lequel ils se fondent.

12Avant d’entrer plus en détails dans l’analyse, un retour sur notre problématique de départ s’impose. En effet, à partir de notre questionnement, nous cherchions à comprendre, afin de mesurer sa capacité d’adaptation, comment ce transfert de modèle européen s’était opéré à plusieurs milliers de kilomètres de son lieu d’édification, et sous quels motifs. Notre objectif final était d’ébaucher un système explicatif capable de dévoiler les conditions structurelles de la crise contemporaine. Ce questionnement de départ peut aujourd’hui être appréhendé avec distance afin de souligner la difficulté à se défaire des idéologies prégnantes qui conditionnent notre appréhension de la réalité sociale et géographique. Car en effet, nous avons considéré qu’il n’y a de modèle viticole qu’européen, voire français. Dans cette logique, nous pensions que ce modèle n’avait pu être que transféré en l’état et au mieux réapproprié tel quel et, au pire, en le dévoyant. Ainsi, par cette problématique, nous participions à la légitimation d’un modèle qui en fin de compte n’a de valeur que parce qu’il a été construit dans des pays dominants, et nous adhérions bien malgré nous à une sorte d’idéologie post-colonialiste.

  • 12 Les travaux de A. Volvey à ce sujet constituent les premiers pas vers une réflexion plus globale. (...)

13Une analyse réflexive plus fine nous laisse entrevoir un second travers qui apparaît opposé au premier. Nous pouvons tout aussi bien voir dans cette démarche entreprise l’adhésion à une pensée culturaliste. En effet, en accordant trop d’importance aux capacités culturelles des groupes (ici, les viticulteurs chiliens) à recevoir des normes imposées de l’extérieur, à opérer une appropriation et, en toute liberté, à faire un pied de nez à la mondialisation, en dépassant le modèle et en mettant à mal ses détenteurs, nous rentrions finalement dans une simpliste et dangereuse idéologie d’indigénisation.12

  • 13 Se reporter en particulier aux travaux de Blanckaert C. (dir.), 1996.
  • 14 de Bougainville L.-A., 1982, Voyage autour du monde par la frégate du Roi « la Boudeuse » et le flû (...)

14Nous pourrions ici conclure qu’à trop vouloir contextualiser sa propre recherche et à interroger sans cesse les conditions d’émergence de ses objets, de ses méthodes, de son corpus théorique, on entrave plus qu’on ne favorise l’action du chercheur. Mais tel n’est pas ici notre propos, notre intention est plutôt d’en appeler à une réhabilitation du terrain car celui-ci apparaît bien souvent comme un bon moyen de mise à l’épreuve et d’expérimentation de la recherche. Il est au cœur de nombre de débats au sein de la communauté des géographes et constitue un point d’achoppement que seule une réflexion commune13 sur son statut apaisera, comme cela a été le cas dans la discipline voisine qu’est l’anthropologie14.

15Cette réflexion apparaît aujourd’hui indispensable pour éviter l’émergence et le développement d’une disqualification qui serait pourvoyeuse de conflits internes et de possibles ruptures, disqualification et frustration que de Bougainville au xviiie siècle mentionnait déjà : « Je suis voyageur et marin, c’est-à-dire un menteur, et un imbécile aux yeux de cette classe d’écrivains qui, dans l’ombre de leurs cabinets, philosophent à perte de vue sur le monde et ses habitants, et soumettent impérieusement la nature à leur imagination. Procédé bien singulier, bien inconcevable de la part de gens qui, n’ayant rien observé par eux-mêmes, n’écrivent, ne dogmatisent que d’après des observations empruntées de ces mêmes voyageurs auxquels ils refusent la faculté de voir et de penser15. »

Inversion dans les échelles spatiales

16Nous mettrons ici en parallèle les échelles spatiales par niveau pour les deux systèmes viticoles qui ont retenu notre attention, le vignoble de Cahors et le vignoble chilien. Rappelons-le, cette démonstration s’appuie sur un travail de terrain, elle n’est qu’une ébauche et demande une confirmation par une recherche plus soutenue. Elle ne propose que des pistes de recherche à venir. De plus, il ne s’agit pas ici de tirer des conclusions hâtives. Ces deux « terrains » constituent pour nous deux exemples extrêmes, et il est bien évident qu’entre eux deux existe une gamme de vignobles intermédiaire.

17Dans le monde viticole de la vieille Europe, la parcelle constitue en quelque sorte l’atome ou la cellule de base du système. Elle se distingue et est distinguée des autres parcelles par ses qualités agronomiques éprouvées par les viticulteurs et reconnues institutionnellement. Ces viticulteurs possèdent une connaissance fine de chacune des parcelles qui composent leurs domaines, ils les localisent et en déclinent l’histoire, allant parfois vers la personnification.

Ici, là, vous voyez, sur cette parcelle, on a toujours une bonne récolte, elle est protégée du vent. Les années de grand froid, elle est peu touchée, avec celle-là, on n’a jamais eu de problème.
Cahors, 2006

18Le second niveau correspond à la propriété viticole et est constitué par l’ensemble plus ou moins vaste des parcelles. La propriété viticole, parfaitement délimitée, cadastrée, est le lieu de production. Mais plus encore, elle est considérée comme le lieu du savoir-faire hérité. Cet héritage tant matériel qu’immatériel participe à la construction de l’histoire du domaine. Ici, par les expérimentations répétées, les viticulteurs possèdent la certitude d’une connaissance pointue, car éprouvée bien avant eux, du lien entre terroir et qualité.

Dans la propriété, c’est pas compliqué, on connaît tout, on sait où tel cépage produit bien. Mais ça, vous comprenez, ça ne vient pas du jour au lendemain, c’est le travail de mon père et avant lui de mon grand-père. Sur cela, ils ne se sont pas trompés. Les vieux, ils savaient regarder et observer, les jeunes heureusement qu’on leur dit tout ça ; car ça, enfin à mon avis, on ne l’apprend pas à l’école.
Cahors, 2006

19La propriété est ensuite incluse dans l’aire AOC dont elle dépend. L’aire AOC est perçue par les viticulteurs comme l’agrégation de l’ensemble des propriétés viticoles. Cette agrégation se dessine comme un territoire délimité car, pour les viticulteurs interrogés, chaque exploitation fait partie d’un collectif soumis à des règles bien précises et communes, acceptées car envisagées comme opératoires et dont le respect est soumis au contrôle. L’inclusion de sa propriété apparaît aussi comme une garantie de la qualité du vin produit, sous réserve bien sûr du respect des règles déterminant cette qualité. Les solutions locales envisagées en cette période de crise tendent à renforcer les règles régissant l’aire AOC dans l’objectif d’une part d’améliorer la qualité, et d’autre part de mettre en place une hiérarchie interne au sein de l’appellation distinguant les vins entre eux par le truchement entre hiérarchie des agro-terroirs et des savoir-faire.

L’entrée dans l’AOC a été pour nous une chance. On est entré sur le marché et puis les consommateurs, lorsqu’ils voyaient sur l’étiquette AOC, ils savaient que le vin était de qualité, ils pouvaient acheter les yeux fermés.
Cahors, 2002

La crise, c’est des stocks, des récoltes qui se vendent mal. On n’avait pas connu cela depuis longtemps. Je le dis à tous, si on veut s’en sortir, il faut faire comme quand on est devenu AOC […]. De la qua-li-té ! Et on n’est pas tous au même niveau, donc il faut qu’on mette les « traînards » de côté, et les meilleurs tireront l’appellation vers le haut. On n’a pas tous de bons terrains, on n’aime pas tous le métier de la même façon […] de toute manière, il faut réagir.
Cahors, 2006

20Enfin, la quatrième et dernière strate concerne le marché. Les viticulteurs interrogés sont tous positionnés, à des degrés différents, sur le marché mondial. Ils ont la certitude d’y proposer un vin de qualité. Si leur savoir-faire est assuré, il s’agit bien plus pour eux de le faire savoir par des campagnes de promotion. L’atout qu’ils entendent développer est la relation, unique au monde, entre la qualité d’un vin, le terroir dont il est issu et les institutions qui en assurent la garantie. Finalement, ils proposent un discours à l’usage des consommateurs autour du triptyque qualité/terroir/territoire.

Nos exportations diminuent depuis quatre ou cinq ans notamment en Belgique et en Angleterre. Le problème, c’est la communication. Mon idée, c’est qu’il ne faut pas changer notre vin, enfin, on peut l’améliorer mais il ne faut pas lui faire perdre sa typicité. Le Cahors, c’est un Cahors et ce n’est pas un Bordeaux ou un vin étranger. Ce qu’on doit faire, c’est expliquer aux gens que notre vin, c’est du vrai vin, qu’il est fait sur un sol particulier avec certains cépages et pas n’importe quoi, qu’on n’est pas des rigolos, on obéit à des règles, qu’on ne fait pas n’importe quoi. Et parce qu’il y a tout cela et l’amour du métier, ils seront sûrs, quand ils ouvriront une bouteille, d’avoir du bon vin qui vient de quelque part et qu’ils peuvent le vérifier, on peut leur montrer tout ça, on n’a pas peur.
Cahors, 2002

21En ce qui concerne le système viticole du Chili, c’est le marché mondial qui est considéré comme le premier niveau spatial à prendre en compte. Pour nos interlocuteurs, il est en effet l’élément de base du système. Multiforme et fragmenté, il est composé de divers marchés nationaux qui se différencient en fonction des « goûts » des consommateurs et de la représentation que ces derniers ont d’un vin de qualité : qualités gustatives, olfactives mais aussi forme du conditionnement, imagerie de l’étiquette, etc. Il n’existe pas, pour eux, un consommateur unique mais plusieurs types, différents selon les pays : consommateurs anglais, américains, asiatiques, etc. Ainsi décrit, le marché mondial n’est pas pour autant considéré comme fixe et figé dans le temps. Il est, sous la pression de diverses causes géopolitiques, économiques ou plus simplement sous l’effet de changements de mode, susceptible de connaître des mouvements continus.

L’avenir, c’est les grands marchés du monde. La grande erreur serait de croire que c’est parce qu’on produit du vin qu’il va être acheté. Mais tous les consommateurs au monde n’apprécient pas le même vin. La qualité n’est pas universelle. Par exemple, les Américains, ils n’aiment pas le même vin que les Chinois. Les Chinois, ils veulent un château sur l’étiquette, après ce qu’il y a dans la bouteille, ce n’est pas grave.
Chili, 2005

Nous ici, on part de la question : « Que veut le client ? » et puis, on essaie de le faire. Certains, ils préfèrent Michèle Morgan et d’autres Pamela Anderson, c’est comme ça. Vous n’allez pas arriver, vous, à ce que tous les consommateurs au monde, ils aiment le même vin. Si on n’en tient pas compte, c’est foutu.
Chili, 2005

J’ai été un des premiers à planter du Pinot noir. Avec ça, on a ramé jusqu’à l’an dernier et il y a eu un film américain, Side way, et les ventes ont doublé. J’avais même pensé arracher, j’ai continué heureusement.
Chili, 2005

22Si le premier niveau du système est le marché mondial, le second niveau relève de sa connaissance. Ainsi, les réseaux de distribution et les directeurs commerciaux occupent des places stratégiques pour la vente, mais possèdent aussi un rôle d’anticipation des évolutions des demandes sur les différents marchés.

En fait, le secret c’est les réseaux de distribution. Tout ce que l’on peut dire sur le vin ne veut rien dire si l’on n’a pas de distributeur. Le réseau R., y a pas de problème, ils ont commencé il y a 250 ans, les propriétés sont restées aux mains de la même famille qui historiquement a suivi la même politique, a suivi les mêmes négociants. M. c’est pareil, son réseau c’est les duty free, dans le monde entier. Y en a qui avaient des réseaux de distribution et qui sont entrés dans la vigne car ils avaient ces réseaux. La concurrence, elle est là.
Chili, 2005

On compte beaucoup sur nos réseaux, les représentants, ils sentent le marché. Ils nous disent « il se passe quelque chose en Chine ». On a testé, il faut foncer. On ne vit pas sur nos lauriers, on essaie de suivre, il le faut.
Chili, 2005

23C’est enfin la propriété viticole qui se trouve au troisième et dernier niveau de cette structure. Le travail collectif qui s’y opère est de conformer le vin produit aux demandes réelles ou anticipées des consommateurs. Les éléments qui composent le domaine (parcelles, cépages, matériels, etc.) sont considérés comme des instruments utilisés et utilisables à ce service. Mais leurs fonctions ne sont pas figées et sont révisables à tout moment, et ce en fonction du vin désiré.

Les copeaux, la micro-oxygénation, ce n’est un problème qu’en France. Si c’est nécessaire, il ne faut pas hésiter. […] On se sert de tel cépage et puis on se rend compte que c’est la mode de tel autre. Ici, on plante, on arrache, on s’adapte.
Chili, 2005

  • 15 Nom d’une vallée viticole.

Ici, pour les viticulteurs, le terroir, c’est un outil, un peu comme une palette qu’aurait un peintre. Ils ont besoin de toutes les couleurs pour après faire ces fameux assemblages, ce qui est l’art ultime des œnologues. Ils doivent faire le maximum pour faire le meilleur vin possible pour après le vendre. Est-ce que pour le client final, c’est important de savoir qu’il y a 20 % de Maïpo15 et 15 % d’ailleurs […]. Il n’en a rien à faire. Ce dont il a envie, c’est que le vin soit sympa à boire, qu’il lui fasse plaisir. Rattacher le vin à un endroit ou à un autre, c’est important pour la communication, c’est tout.
Chili, 2005

Tableau 2 – Emboîtement inversé des échelles spatiales des structures viticoles de la vieille Europe et du Nouveau Monde.

Tableau 2 – Emboîtement inversé des échelles spatiales des structures viticoles de la vieille Europe et du Nouveau Monde.

Inversions dans l’emboîtement des échelles temporelles

24Nous observons une même inversion en ce qui concerne les échelles temporelles sur lesquelles reposent les deux systèmes, objets de notre analyse. Si les viticulteurs de la vieille Europe se réfèrent au temps long et à son épaisseur, les viticulteurs du Nouveau Monde en appellent à un temps éphémère, jamais fixé et toujours mobile. L’horizon apparaît projeté pour les uns dans le passé et pour les autres dans l’avenir. Pour les viticulteurs cadurciens, à la base de la structuration temporelle du vignoble se trouve la parcelle. Pour eux, chaque parcelle est dotée d’un capital spatial fixe et avéré. Ce capital exprime sa force dans la production d’un vin de qualité, et ce grâce à la mémoire dont il est nanti, mémoire des longs et patients efforts de toute une communauté, des plus humbles anonymes aux plus prestigieux propriétaires.

25L’agrégation des parcelles, sélectionnées de longue date, construit un territoire solide car il est perçu comme un héritage et décrit par conséquent comme inaliénable. Pour les viticulteurs, il renferme en lui son origine qui se fonde sur l’épaisseur d’un temps commun ; un temps qui finalement dépasse chacun d’eux et dans lequel ils ne sont que les passeurs.

On a beau changer les techniques et les façons de faire, je le dis au fils, ici, à la propriété, chaque endroit a vu passer les vieux. Ils y ont travaillé, ils ont ramené la terre vers le haut, lorsqu’il pleuvait. Ils ont travaillé dur et ça, il ne faut pas l’oublier. Nous, on a continué et puis, ce sera les jeunes.
Cahors, 2002

L’AOC, c’est un travail collectif. Il y a eu les pionniers mais il a fallu que tout le monde s’y mette. C’est la solidarité, la solidarité des paysans. On a gagné de l’argent, on a des belles voitures, les jeunes partent en vacances, mais il ne faut pas oublier ce temps de la bagarre.
Cahors, 2006

26Le troisième niveau, invoqué et lié aux deux précédents, concerne les images et donc l’imaginaire qui se dégage des discours. Ainsi, le vignoble et le vin qu’il produit sont toujours associés à des notions de sédentarité et d’authenticité. Ces notions apparaissent comme des forces, notamment dans un monde appréhendé comme mobile donc dangereux. L’enracinement de l’homme et de sa production dans le temps long est perçu au contraire comme une preuve de stabilité qui garantit la qualité du vin produit.

Notre famille est ici depuis la nuit des temps, certains sont partis mais un noyau est resté. Ils ont toujours fait du vin, même lorsque c’était difficile. On est de là et ça continuera, je l’espère. Et quand on fait du vin depuis toujours, ça veut dire qu’on fait du bon vin. Mon fils, il dit qu’il est né dans une barrique, ici dans le chai. Avec ça, on ne peut que continuer même avec la crise. On s’adapte. Moi par exemple, je repars sur les marchés vendre du vin, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas fait. Mais s’il le faut je le fais. On en a vu d’autres et c’est notre force. Ici, c’est fixe, on s’y retrouve et ceux qui sont partis regrettent.
Cahors, 2006

27Enfin, le dernier niveau concerne les consommateurs. Les consommateurs sollicités sont, de façon générale et notamment pour les vins haut de gamme, des connaisseurs. Ils sont préférés car ils possèdent les codes culturels qui leur permettent de déguster et d’apprécier le vin proposé. Ils sont finalement dans une perspective temporelle coïncidant avec les viticulteurs interrogés et les vins proposés. Ils ont une histoire et un rapport au vin ancré dans le temps long.

Les clients qu’on préfère, ce sont les connaisseurs. Ils arrivent ici, ils dégustent, ils s’informent, posent des questions intelligentes. On reconnaît tout de suite s’ils sont connaisseurs ou si ce sont des rigolos. C’est autre chose que ceux qui veulent s’acheter une bonne bouteille pour une occasion. Vous savez le genre « On va se payer un bon vin pour nos 25 ans de mariage ». Alors là, c’est la cata. Et puis, il y a ceux qui passent, les touristes, ils veulent ramener un souvenir de vacances. Ceux-là, leur trip, c’est le foie gras, le vin, et si on vendait des castagnettes, ils en achèteraient.
Cahors, 2002

28Les viticulteurs du Chili que nous avons interrogés se réclament, quant à eux, d’un temps éphémère et dénué d’une histoire ancienne et héritée. Ainsi, pour eux, les parcelles possèdent un capital spatial potentiel. Ce capital est utilisé en fonction du type de vin à produire. De plus, il n’est pas figé et peut être révisé si les demandes du marché changent. Leur agrégation n’est donc pas stable et le territoire qui en ressort est fluide et jamais fixé une fois pour toutes. En fonction des expérimentations de nouveaux « lieux » ou de nouveaux cépages, les parcelles seront ou non exploitées.

Ici, rien n’est figé, les parcelles, on les utilise ou pas. On expérimente. On a planté sur le coteau, là-bas, en face, et si les résultats sont bons, on continuera, sinon on abandonne.
Chili, 2006

Ici, vous pouvez faire des expérimentations grandeur nature qui vont donner des résultats réels. Car si vous expérimentez sur 10 ares, vous pouvez avoir de la chance. Et puis on n’a pas de droits de plantation. C’est capital. En France, mais je ne veux pas avoir les Bordelais sur le dos, le viticulteur est devenu un fonctionnaire. Alors qu’ici, on plante, on essaie. On est libre, car on nous laisse de la liberté mais aussi on est libre dans notre tête. C’est pour trouver ça qu’on a quitté la France. Chili, 2006

29Nous le voyons à travers ce dernier extrait, les images qui se dégagent des discours font appel au mouvement, au nouveau, à la liberté de penser et d’ entreprendre.

Ici, c’est la liberté de faire, d’entreprendre. Lorsque je suis arrivé, je n’en croyais pas mes yeux. Tout ce qui est interdit en France est autorisé ici et les Français ont beau dire le contraire, on fait du bon vin, on les dépasse dans les concours internationaux.
Chili, 2006

La liberté, c’est la jeunesse et la jeunesse lorsqu’on la retrouve, on est bon et c’est pour cela qu’on fait des bons vins. Pour les consommateurs, y a pas photo, un vin français, c’est un vin coincé comme ceux qui le produisent, le vin chilien, c’est un vin qui sent la liberté, la jeunesse, c’est frais.
Chili, 2006

30Les consommateurs sollicités sont bien évidement différents des consommateurs attendus et espérés par les viticulteurs cadurciens. Ils sont imaginés audacieux dans leurs choix de vie et toujours dans une logique d’ouverture et de renouvellement. Le vin qu’ils consomment est finalement à l’image de la vie qu’ils ont ou aimeraient avoir.

Ce sont les jeunes, on cherche à conquérir les jeunes du vieux continent. Des jeunes qui veulent voir ailleurs, sortir de Bordeaux ou de Bourgogne, des gens qui surfent sur la mode sud-américaine, qui sortent dans les « salsathèques », le soir. Je ne pense pas que ce soit un effet de mode. Les gens de Bordeaux qui ont dit, à une époque, que c’était un effet de mode, ce devaient être des gens qui font la politique viticole bordelaise et qui font des effets de manches en disant « ce sera une mode », pour rassurer les gens. Et aujourd’hui, ils s’en mordent les doigts car c’est loin d’être un effet de mode. C’est un mouvement de fond et ça va continuer.
Chili, 2006

Aujourd’hui, les gens, ils veulent boire mieux et moins. Mais ils veulent boire des vins qui leur plaisent. Ils veulent des vins sexy, jeunes, dynamiques et ça, les Français, il ne savent pas encore le faire.
Chili, 2006

Ici, on propose des vins qu’on boit rapidement, qui ne nécessitent pas 6 à 10 ans d’attente. Les gens, ils recherchent un plaisir immédiat, qu’ils soient jeunes ou vieux. Ils ont l’idée que la vie passe vite et qu’il ne faut pas perdre son temps. Et puis, n’importe qui peut boire du vin. Pour boire du vin français, on nous fait croire qu’il faut avoir fait des études. Non, les gens cherchent un vin dynamique, qui représente un pays dynamique, qui porte l’image de l’aventure, du risque. Au Chili, même l’image de Pinochet peut être porteuse, ça prouve que c’est un pays qui a souffert et qui s’en est sorti, et ça, ça plaît aux gens.
Chili, 2006

Tableau 3 – Emboîtement inversé des échelles temporelles des structures viticoles de la vieille Europe et du Nouveau Monde (conformément à nos échantillons).

Tableau 3 – Emboîtement inversé des échelles temporelles des structures viticoles de la vieille Europe et du Nouveau Monde (conformément à nos échantillons).

31Derrière la mise en évidence de ces deux systèmes, nous pouvons voir les formidables transformations du monde contemporain qui rendent possibles, dans le monde de la vigne et du vin, de nouvelles pratiques et engendrent de nouvelles visions prospectives de l’avenir de la planète des vins. Nous y voyons la coexistence de deux types de territoires. Le premier se révèle fixe, clairement délimité et soumis à un ensemble de règles strictes dont le contrôle est assuré par un pouvoir institutionnalisé et reconnu ; il est finalement un exemple des territoires de la première modernité tels que nous les avons mis en évidence. Le second se dessine fluide, aux contours incertains et soumis à peu de règles, sauf celles imposées par un collectif exogène et mouvant, celui des consommateurs. Il se confond avec ces territoires mouvants et fluides de la seconde modernité.

  • 16 Dans les catégories de vins proposées, nous n’incluons en aucune sorte d’un côté des vins de quali (...)

32Au-delà, se pose la question du devenir de ces deux systèmes viticoles dans le contexte contemporain de crise. À l’issue de ce travail, l’étonnement est de mise. En effet, en suivant les discours, il apparaît finalement que ces deux systèmes ne peuvent pas être concurrents dans la mesure où les vins qu’ils proposent ne s’adressent pas au même type de consommateurs. Les viticulteurs du vieux continent ciblent en effet une clientèle sédentaire, ancrée dans ses habitudes et cultivant des valeurs d’authenticité et de respect des traditions. Cette clientèle possède une certaine culture du vin, en connaît les valeurs et en respecte les rites. Au contraire, les viticulteurs du Nouveau Monde, dans la limite de notre échantillon, cherchent à entrer en cohérence avec des consommateurs mobiles et sans attache, cherchant dans le goût du vin des sensations nouvelles et renouvelées pour démontrer leurs capacités à s’adapter aux changements. Cette typologie de consommateurs conduirait à penser que la crise n’est qu’une vue de l’esprit, qu’elle serait plus fantasmée que réelle, chaque type de vin possédant finalement sa propre clientèle16.

33Mais la crise est bien effective. Ainsi, cette typologie des consommateurs ne peut nous satisfaire. Nous pensons, pour notre part, qu’elle souffre d’une carence, celle de faire du consommateur un monolithe qui consommerait, en tout temps et en toute circonstance, le même type de vin. Mais le consommateur contemporain est pluriel et c’est lui qui, par ses pratiques de consommation non plus exclusives (boire tel type de vin ou tel autre type de vin) mais inclusives (boire tel vin et tel vin), génère une concurrence âpre entre les vignobles sur les marchés, à quelque échelle que l’on se trouve. En effet, en fonction du lieu ou du contexte social dans lequel il vit, son choix se portera sur tel type de vin plutôt que sur tel autre. C’est parce que le consommateur contemporain est mobile dans ses rencontres, dans ses expériences, dans les valeurs auxquelles il adhère, qu’il apparaît comme infidèle dans ses choix de consommation de vin. Ainsi, s’il veut montrer son attachement aux traditions, célébrer une fête de façon prestigieuse, son choix se portera sur un vin qui selon lui reflétera le plus justement ces valeurs, comme par exemple certains vins du vieux continent. Si au contraire, c’est l’audace, la jeunesse et la liberté qu’il veut mettre en avant au sein d’un collectif apte à entendre cette position, son choix se portera de façon préférentielle sur un vin qui, selon lui, développera ce type de valeur.

34Ainsi, nous proposons de considérer que les types de vins et les territoires qui les produisent sont distingués par les consommateurs en fonction des valeurs dont ils sont porteurs. Mais ces valeurs, même si elles sont dévoilées par des discours, n’en dépendent pas exclusivement. Elles relèvent aussi des pratiques et des représentations des collectifs viticoles qui les portent et se matérialisent au travers des vins et des territoires viticoles qui permettent leurs existences.

35Cette approche, intégrant le consommateur dans une dimension plurielle, permet d’envisager les conceptions des vieilles régions viticoles sous un autre jour. En effet, si les conditions de production et notamment économiques sont indépassables (par exemple le coût de la main-d’œuvre), le recours à une gouvernance régionale adaptée pourrait permettre d’orienter les secteurs les plus fragiles vers l’application, en leurs périmètres, de normes plus souples et en partie cohérentes avec les attentes se manifestant sur le marché mondial. Un tel assouplissement permettrait de doter les territoires viticoles d’un potentiel de réactivité, et en ferait à ce titre des territoires de l’action.

Notes

1 À l’exclusion, a priori, des crus les plus prestigieux qui relèvent bien plus de la spéculation.

2 Par modèle viticole européen, nous entendons, d’une part, sa dimension matérielle (savoirs et savoir-faire tels que cépages, techniques culturales de vinification) et, d’autre part, sa dimension idéelle (une certaine conception de la qualité, de la hiérarchie entre vignobles, de la prise en compte du temps long).

3 Le travail de terrain a eu lieu en décembre 2005. Vingt-cinq acteurs ont été rencontrés : propriétaires, œnologues, directeurs de filiales, importateurs de matériels viticoles, ingénieurs conseil. La méthode utilisée fut celle des entretiens semi-directifs.

4 Pour une bonne analyse du vignoble chilien se référer à Schirmer R., 2005, « Le Chili, un vignoble à la conquête du monde », Les Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, vol. 58, no 231-232, juillet-octobre, p. 301-328. Voir aussi de Palacio Villefort A., 2005, La notion de terroirs viticoles au Chili. Construction, enjeux, limites, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, mémoire de Maîtrise ; Tullet J.-C. et Sanchez Alvarez J., 2002 (décembre) ; Gimenes, 1998, El boom del vino chileno. Una evaluación y consideraciones para seguir creciendo, Santiago de Chile ; Del Pozo J., 1998, Historia del vino chileno, Santiago de Chile, Editorial universitaria.

5 Se référer entre autres à Rouvellac É., 2005, Les terroirs du vin de Cahors, Limoges, Presses Universitaires de Limoges.

6 À la lumière de notre nouvelle problématique, nous avons procédé à une relecture des entretiens effectués en septembre 2002, enrichis par un travail de terrain au printemps 2006. Au total, ce travail repose sur plus de trente entretiens semi-directifs. De plus, l’échantillon était composé de viticulteurs, engagés dans un démarche de qualité et ayant obtenu au moins une médaille au Concours général de Paris.

7 Velasco-Graciet H. et Tulet J.-C., 2007, « Refondation d’un grand vignoble du Sud de la France : le Cahors », Paris, Éditions du CTHS.

8 Velasco-Graciet H., 2002 (b).

9 Il est à noter que les superficies des propriétés sont sans commune mesure, de quelques dizaines d’hectares dans l’aire de Cahors à des centaines au Chili. Le personnel sollicité n’est évidemment pas le même et les propriétaires ou gérants, dans leurs modes de vie et la gestion de la propriété, sont forts éloignés des « grands » viticulteurs cadurciens.

10 De fortes prescriptions dans les vignobles européens contre une grande liberté dans les pays nouveaux producteurs, et notamment au Chili.

11 Notamment au niveau des coûts de production.

12 Les travaux de A. Volvey à ce sujet constituent les premiers pas vers une réflexion plus globale. Voir Volvey A., 2000, « L’espace vu du corps », in Lévy J. et Lussault M, p. 319-333.

13 Se reporter en particulier aux travaux de Blanckaert C. (dir.), 1996.

14 de Bougainville L.-A., 1982, Voyage autour du monde par la frégate du Roi « la Boudeuse » et le flûte « l’Étoile » (1771), Paris, Gallimard.

15 Nom d’une vallée viticole.

16 Dans les catégories de vins proposées, nous n’incluons en aucune sorte d’un côté des vins de qualité et de l’autre des vins de moindre qualité. En effet, les viticulteurs chiliens, et notamment ceux que nous avons rencontrés, proposent des vins haut de gamme dont certains sont de redoutables concurrents des vins français dans les concours internationaux.

Table des illustrations

Titre Carte 12 – Carte de localisation du vignoble chilien (par vallées).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Carte 13 – Carte de localisation de l’AOC Cahors.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 2 – Emboîtement inversé des échelles spatiales des structures viticoles de la vieille Europe et du Nouveau Monde.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Tableau 3 – Emboîtement inversé des échelles temporelles des structures viticoles de la vieille Europe et du Nouveau Monde (conformément à nos échantillons).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search