Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Sixième partie. Orientations pour une approche de la complexité territoriale viticole

Chapitre 25. Approche géographique des vignobles contemporains

Texte intégral

Géographie provisoire d’une planète des vins en mouvement

1Lorsque nous parlons de « passage » d’un ordre viticole mondial à une sorte de désordre, nous prenons le terme dans le sens de « transition » d’un état à un autre, une transition progressive, insensible presque, sans coupure franche, sans heurt et sans violence et consécutive à des facteurs contingents. Ainsi, comme nous l’avons exposé plus en avant, l’ordre viticole a connu trois importantes mutations étalées dans le temps.

  • 1 Roudié Ph., 2000, p. 422.
  • 2 Velasco-Graciet H. et Hinnewinkel J.-C., 2005, « Les vins de l’hémisphère Sud et la mondialisation (...)

2D’abord, les transformations des pratiques agricoles au sein des pays développés ont entraîné la disparition, presque achevée, des vignobles paysans1. Ensuite, les vignobles de masse, sous l’impact de la baisse de la consommation de vin, de la disparition progressive de sa fonction alimentaire et de la mise en place progressive dans les pays européens2 d’une politique du « tout AOC » ont connu et connaissent deux destinées que l’on aurait eu peine à imaginer il y a quelques années encore.

  • 3 Roudié Ph., 2000, p. 422.
  • 4 Roudié Ph., 2002, p. 4.

3Certains se sont soit progressivement reconvertis en vignobles de qualité (comme par exemple en Languedoc-Roussillon3), et d’autres ont migré vers des terrasses mieux exposées et aux sols plus pauvres, regagnant des zones abandonnées à la suite de la crise du phylloxéra, comme par exemple dans les Pouilles italiennes4.

4De façon générale, une foule de petits vignobles sont apparus ou réapparus à partir des années 1980. La France en est un bon exemple et c’est par dizaines que de « nouveaux » vins sont proposés sur les linéaires des supermarchés ou attirent, par une publicité locale, l’attention des touristes de passage : vignoble de Fronton, de Dome en Dordogne, de Capbreton dans les Landes, des Côtes d’Auvergne, de la Vallée de la Loue en Franche-Comté, du Quercy le long de la rivière du Lot, des Côtes de Toul en Lorraine, de Rangiroa à Tahiti, de Montmartre ou du Parc de Belleville, etc.

  • 5 Roudié Ph., 1989, « Vignes et vins des tropiques : culture et production de riches en pays pauvres  (...)

5La troisième mutation, et non la moindre, est que partout dans le monde, « en Amérique, en Australie, au Brésil, au Mexique […] à l’exception des très hautes latitudes, aucun milieu naturel n’est aujourd’hui à l’abri d’expériences viticoles aussi exceptionnelles que spectaculaires »5. Ces expériences, se fondant ou non sur un passé viticole plus ou moins ancien, étant plus ou moins couronnées de succès, se matérialisent soit par l’entrée de ces « nouveaux » vins sur le marché mondial, soit par leur introduction sur les marchés locaux – ici aussi souvent à destination des touristes.

6Nous assistons donc depuis une vingtaine d’années à l’émergence ou la réémergence d’une foule de vignobles, possédant un nom et une provenance et ne faisant pas ou peu partie du corpus des savoirs des consommateurs traditionnels. Ainsi, apprend-t-on que le désert du Kalahari, le pays Betsiléo, les oasis de Mendoza et de San Juan, la vallée de Valparaiso, les hautes altitudes de Cafayate, la Napa Valley, l’Ontario ou les Cantons de l’Est, etc., sont des territoires viticoles.

  • 6 Voir entre autres Velasco-Graciet H. et Hinnewinkel J.-C., 2005, p. 269.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Au moins dans les pays du vieux continent.
  • 10 Roudié Ph., 2000, p. 422.

7L’étonnement se confirme par les types de vins proposés. Les géographes en distinguent généralement trois6. D’abord, les vins de cépage et les vins de pays, appelés aussi parfois « vins de soif » ; « autrefois, il s’agissait des vins de table, [ils sont] d’accès facile par la simplicité de leur arôme notamment »7. Ensuite, les vins de terroir ou vins « culturels » : « Il s’agit pour nous de vins enracinés dans un terroir au sens complet de la notion, et donc produits d’une société sur un espace particulier et bien délimité. Ils sont typiques parce qu’ils sont le fruit d’une longue cohabitation entre les hommes et leur vignoble8. » Et enfin, les vins de prestige issus de « ces zones d’élite très spécifiques et que l’on cerne de mieux en mieux9, jusqu’au niveau de la parcelle de culture, on en définit les critères de production de plus en plus précisément (encépagement, mode de culture et de vinification, etc.). Si l’on restreint quelquefois l’aire délimitée pour mieux spécifier la qualité des terroirs, celle-ci tend, a contrario, à se remplir au point qu’il n’y a plus alors de possibilité d’extension, ce qui est le cas en Champagne »10.

Schéma 4 – Proposition de lecture de la nouvelle planète des vins en fonction des types de vins produits (d’après J.-C. Hinnewinkel).

Schéma 4 – Proposition de lecture de la nouvelle planète des vins en fonction des types de vins produits (d’après J.-C. Hinnewinkel).
  • 11 Par exemple, les « premium » ou les « super-premium » dans certains pays nouveaux producteurs.
  • 12 Voir Pitte J.-R., 2005, p. 232.
  • 13 Bailly A., 2000, « Vins de cépage ou AOC : que choisir ? », http://fig-st-die.education.fr/actes/ac (...)

8Cette typologie met en place un ordre hiérarchique intéressant car c’est une clé de lecture utile pour déchiffrer le « désordre » viticole contemporain. Sa dimension heuristique se dévoile à deux échelles. Tout d’abord, la production de vins produits à l’échelle mondiale se décline selon une hiérarchie de ce type : vins génériques ou de cépage, vins faisant mention d’une origine géographique précise et précisée, et vins de qualité supérieure ou dits « de prestige »11. Malgré tout, à cette échelle, une correspondance entre types de vins, qualité et prix souffre de nombreuses exceptions. En effet, et c’est sûrement une des difficultés majeures, certains vins de cépage connaissent de beaux succès internationaux (dans les concours par exemple) et supplantent des vins de prestige traditionnels12, et certains vins génériques considérés de moindre qualité surpassent en prix certains vins de terroir13.

9Ensuite, cette hiérarchie, dans une démarche prospective, apparaît comme un bon moyen de restructurer les vignobles à l’échelle de chaque territoire de production. En France, le syndicat des vins de Cahors, avec l’ambition assez précoce de se positionner au sein du marché mondial, a initié au milieu des années 1990 une étude de terroirs dont l’issue était de mettre sur pied une hiérarchie du territoire AOC. Ainsi, après un recensement, sorte d’inventaire des caractères géologique, hydrologique et climatique, une typologie des terroirs a été proposée sur la base d’une unicité de caractéristiques de chacun d’eux. Cette distinction a permis au syndicat des vins de Cahors de proposer à l’INAO une nouvelle géographie de l’aire d’appellation, fondée sur la coïncidence entre hiérarchie des terroirs et hiérarchie de vins proposés. À la base de la structure se trouvent des « vins de pays », en son centre « des vins d’appellation » et à son sommet des « grands crus ». Cette proposition fit grand bruit au sein de la communauté des viticulteurs cadurciens. Elle opposa frontalement deux groupes. Le premier, composé des réformistes, considérait la restructuration du vignoble comme une nécessité afin de se prémunir contre l’indifférenciation au sein de l’appellation entre vins de qualité et vins de moindre qualité. Le second groupe, composé des adversaires, y voyait au contraire les prémisses de l’éviction des plus « faibles », éviction inhérente d’après eux à une logique capitaliste créant toutes les conditions d’émergence de situations précaires. Cette proposition fut finalement rejetée par l’INAO, au motif de la carence de la dimension humaine de l’étude préalable.

10Ainsi, tout un ensemble de mutations économiques, sociales et politiques a bouleversé progressivement la physionomie géographique mondiale. Tous les vignobles émergents, proches ou lointains, d’importance variable en superficie ou en production, en prix de vente, reconnus ou en passe de l’être, semblent aujourd’hui sortir de l’ombre et entrer dans la lumière. Naissants ou renaissants, leur dévoilement est pourtant l’aboutissement d’un processus temporel englobant plantation, expérimentation, vinification et commercialisation. Cette dernière apparaît souvent comme le couronnement de prouesses d’imagination. Ainsi parle-t-on des vins de cépage historique au Chili et en Argentine (référence aux cépages Carménère et Malbec), des vins du Pacifique à Madagascar, des vins historiques des Côtes d’Auvergne, des vins environnementaux dans la vallée de la Loue (lutte contre les friches), du vin des sables de Capbreton, des vins ethniques d’Afrique du Sud (référence aux Zoulous), etc.

  • 14 Des petits producteurs aux firmes internationales comme LVMH, Gallo, etc.
  • 15 Se référer à la troisième partie.

11La multiplicité cumulée des vins produits, des territoires producteurs, des types de producteurs14, des prix pratiqués, des marchés sollicités, des références « à visée » commerciale convoquées, donne une impression de grande confusion. Mais plutôt que de confusion et de désordre, nous préférons parler ici de complexité15. La démultiplication et l’imbrication des territoires viticoles contemporains conduisent à une remise en cause (ou du moins à une contestation), d’une part, de l’ordre viticole issu de la première modernité et de la suprématie de ses territoires de référence et, d’autre part, et de façon liée, des pratiques et des représentations des producteurs et des consommateurs de vin.

  • 16 Les sites consacrés aux concours viticoles sont nombreux. Le site www.vignobletiquette.com consacr (...)
  • 17 Se reporter à www.greatwinecapitals.com.

12Parler de complexité permet à la fois de prendre en compte et de tenir compte du passage d’un ordre territorial hiérarchique à une situation de contiguïté territoriale. En effet, il ne s’agit pas du remplacement de territoires viticoles par d’autres, ni du passage d’une hégémonie à une autre. Les territoires viticoles des pays anciens producteurs font en effet preuve de belle résilience et sont des acteurs déterminants et actifs dans la mue que connaît la planète des vins. Cette complexité se dévoile dans l’émergence d’une géographie plus horizontale, prenant les allures d’une mosaïque faite de juxtapositions territoriales. Cette mosaïque n’apparaît ni fixe ni figée. Nous l’entrevoyons vivante et malléable. En effet, les territoires la composant possèdent, pour les plus récents, des configurations en mouvement et des types de productions mobiles. Les formes et les contenus des plus anciens vignobles sont aujourd’hui retravaillés et repensés. De plus, en leur sein, apparaissent de nouvelles alliances inédites et débordant les limites rigides des aires de production ou des pays auxquels elles appartiennent. Par exemple, il s’agit des réseaux tout nouveaux unissant à travers le monde (souvent dans la concurrence par le biais de concours) les producteurs de Chardonnay, de Riesling, de Muscat, etc.16, ou encore le balbutiant réseau des métropoles viticoles reliant Bilbao, Bordeaux, Le Cap, Florence, Melbourne, Mendoza, Porto et San Francisco17.

  • 18 Voir Bailly A., 2000 : « La réglementation stricte nécessaire, nécessaire à une époque, peut deven (...)

13Nous voulons dire que les rapports aux territoires viticoles et aux vins des producteurs et des consommateurs contemporains connaissent des mutations fondamentales. En effet, les règles relatives à la production de vin, notamment celles imposées dans les pays européens et ayant fait leurs succès, n’apparaissent plus, de façon unanime, comme un « modèle » à suivre pour produire un vin de qualité, tant dans les pays anciens producteurs18 que dans les pays émergents.

  • 19 Nous reviendrons plus explicitement sur les nouvelles pratiques de consommation par la suite.

14De plus, les consommateurs19 – tant néophytes qu’éclairés pour reprendre une expression chère à J.-R. Pitte –, sans forcément rejeter le principe de distinction sociale que confère la consommation de vins de prestige, semblent se débarrasser de sa pesanteur. Ainsi, en certaines occasions, ils choisissent d’adhérer à d’autres valeurs de facture contemporaine et se fondant sur d’autres types de distinctions.

De l’ébranlement du monde viticole de la première modernité à la complexité de la planète contemporaine des vins

  • 20 Velasco-Graciet H. et Hinnewinkel J.-C., 2005, p. 269.

15La crise profonde qui affecte la planète des vins touche, nous l’avons vu, une large majorité des producteurs des pays du vieux continent. S’ils en subissent les effets à des degrés variables, gageons que tous, quelle que soit la reconnaissance qualitative de leur production, s’en inquiètent un minimum. Tous, car durant de riches années, ils ont été « “seuls au monde”… [et] ont pu croire un temps que leur rente d’appellation les protégerait de la concurrence, au nom tantôt de l’histoire, tantôt d’une qualité supérieure des terroirs, tantôt de savoir-faire non encore partagés. Mais après cette phase de “monopole” des pays européens sur le marché mondial, l’arrivée assez brutale de nouveaux producteurs qui s’étaient spécialement préparés pour conquérir ce segment de nouveaux consommateurs, dans un premier temps asiatiques ou américains, aujourd’hui européens avec le succès que l’on sait des vins australiens sur le marché traditionnel des Bordeaux qu’est l’Angleterre »20.

  • 21 Pitte J.-R., p. 48.
  • 22 Voir chapitre 5.

16Cette vision du monde viticole se fondant sur une hiérarchie territoriale rodée était partagée : « Pendant longtemps, les Français, qu’ils soient Bordelais, Bourguignons ou d’ailleurs, n’ont jamais pensé un seul instant que l’on pourrait produire de grands vins dans d’autres régions du monde21. » Gageons ici encore que ce consensus était unanimement accepté. Ainsi, si certains producteurs avaient la certitude de produire du vin de qualité, d’autres avaient celle de ne jamais pouvoir en produire22.

17D’autre part, cette discrimination d’accès à la production de vin de qualité, sous différents motifs géographique, culturel, historique, était confortée par une vision du monde viticole des consommateurs qui, par leurs achats et leurs consommations préférentiels, venaient confirmer le système et sa hiérarchie.

18L’accélération des échanges, l’ouverture de la quasi-totalité des pays du monde à l’économie libérale et les extraordinaires gains financiers qu’a connu l’économie vinicole à partir des années 1980 sont autant de causes explicatives de l’émergence de nouveaux producteurs et des prouesses qualitatives des vins produits. Mais ces phénomènes de facture économique ne suffisent pas à expliquer en totalité un tel engouement.

  • 23 Et ce schématiquement, en fonction de sa situation géographique.

19Nous proposons d’y adjoindre un autre phénomène explicatif, lié à la seconde modernité, qui a bouleversé le monde viticole en ébranlant le mythe de la hiérarchie territoriale héritée. Plus que d’un ébranlement, parlons plutôt d’un désenchantement, désenchantement d’un mythe valide depuis la fin du xixe siècle. Ainsi, depuis quelques années, le pouvoir qu’il avait de conférer des places et des rôles à chaque vignoble, et par là même à chaque viticulteur ou groupement de viticulteurs23, perçu et vécu comme rassurant et légitime, est devenu le signe de contraintes d’exercice et de privation de libertés. La hiérarchie territoriale, appréhendée jusqu’à il y a peu comme « juste et bonne » car fondée en raison scientifique par des institutions supérieures, s’est en partie vue transformée en un instrument de pouvoir hégémonique excluant plus que n’incluant. Cette contestation a progressivement émergé sous la poussée d’une idéologie contemporaine de type égalitaire qui voudrait que chaque vignoble et chaque producteur possèdent les mêmes chances d’accès au marché, et ce quelle que soit leur position géographique ; finalement, pour reprendre une expression « postmoderne », que « tous les vignobles pourraient se valoir ».

20Affaiblissant la croyance en une supériorité territoriale historique et physique, l’idéologie égalitaire développée brouille la physionomie de la géographie viticole mondiale. Il en donne l’image, comme nous l’avons vu, d’une mosaïque en mouvement où, à côté de territoires viticoles délimités, territoires connus et reconnus, faisant l’objet de pratiques éprouvées et ayant fait « leurs preuves », émergent des territoires aux contours incertains, pour lesquels les pratiques relèvent de l’expérimentation et dont la nouveauté laisse supposer de riches potentialités.

21Finalement, et telle est notre proposition, la mise à résidence qualitative des territoires viticoles en fonction de leur situation géographique est aujourd’hui remise en cause sous l’influence d’un imaginaire nomade ouvrant des champs de possibles. Cet imaginaire confère à tous, viticulteurs de métier et de tradition ou non, la « possibilité de » tenter l’aventure de produire du vin, et plus encore du vin de qualité. Cette croyance induit pour partie la naissance (et la renaissance) de vignobles, laquelle, d’une part, désenchante le mythe d’une planète des vins hiérarchisée et, d’autre part, ébranle l’équilibre qui lui était lié.

Ici [au Chili], c’est l’inverse de la France, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. En France, tout est interdit, tout est contrôlé. Ici, on ne nous dit pas quels cépages planter, la date des vendanges, et ceci, et cela. On est libre. Mais ce n’était pas évident au départ, on avait le modèle de chez nous. Comme quand on est gosse, si je ne fais pas ça bien, ça ne marchera pas et ce sera tant pis pour moi. Et puis, nous les Français, lorsqu’on est arrivés ici, on s’est rendu compte du potentiel du pays. Tout le monde peut faire du vin ici, le climat est favorable, on a toute liberté pour planter, vinifier, pas de problème pour irriguer à condition d’avoir les droits d’eau. Alors, en mettant un peu d’application, on s’est vite rendu compte que l’on pouvait faire du très bon vin, aussi bon peut-être meilleur qu’à Bordeaux. Ici, ce sont les Français qui ont donné le premier souffle et après c’est parti. Je comprends que les Bordelais ne soient pas contents mais il va bien falloir qu’ils s’habituent. Je ne dis pas qu’ils n’existeront plus mais ils ne sont plus les seuls, à eux maintenant de faire leurs preuves.
Entretien avec un œnologue français installé au Chili
Santiago, décembre 2005

Faire du vin ici, il fallait être fou. Le climat, vous comprenez. Mais certains se sont lancés grâce à des Français d’ailleurs. Ces Français-là, ils sont partis à cause de toutes les règles qu’il y a dans votre pays. Ils disent que le climat, c’est moins difficile à surmonter pour faire du vin que toutes les règles à respecter en France. Nous, enfin les pionniers, on s’est dit que si les Français, ils venaient, c’est que c’était possible de faire du vin et du bon vin. On y a cru, quoi !
Entretien avec un viticulteur
Canton de l’Est (province du Québec), août 2004

22Il s’agit bien entendu d’une idéologie et de ce fait, sa réussite ne dépend que de la capacité de séduction de ses promoteurs. Si nous gageons qu’elle s’est diffusée efficacement, malgré tout, nous devons rappeler ici qu’elle a bénéficié majoritairement aux grands groupes (Mondavi, Concha y Toro, Rothschild, etc.), aptes matériellement et immatériellement à entrer sur le marché mondial et à y jouer le jeu de la concurrence par la mise en place de réseaux de commercialisation solides (ou l’utilisation de réseaux déjà existants).

  • 24 Voir Tulet J.-C. et Sanchez Alvarez J., 2002, « La croissance du vignoble du Chili par l’améliorat (...)

23Dans ce sens, nous pouvons parier que cette idéologie et la croyance en une égalité généralisée entraînent et entraîneront des situations de précarité économique et sociale, certes dans les pays anciens producteurs du fait de cette nouvelle concurrence, mais aussi dans les pays nouveaux producteurs où certains, tentés par l’expérience sous les motifs de la liberté d’action et de perspectives financières prometteuses, n’auront ni les moyens ni les atouts suffisants pour entrer et faire face à la dure concurrence sur le marché mondial, et parfois même sur les marchés locaux24.

Je suis arrivé au Chili, dans les valises de L., comme directeur technique. Puis, je suis parti de l’entreprise pour faire du vin, ça payait bien. J’ai acheté des parcelles à un Chilien, qui faisait des vignes en pergola, on est devenu associés. On a planté, fait un chai. Pas de problème pour faire du vin ici, c’est enfantin. Vous prenez un livre, vous suivez les instructions et le tour est joué. Pas de problème de maladie, on ne traite pas ou très peu, on irrigue […]. Le problème, il est ailleurs, je me suis vite rendu compte que tout se jouait à la distribution. On se bat contre des gros qui ont des réseaux qui tiennent la route. Nous, on ne connaissait pas grand monde et en plus, on n’avait pas de gamme complète. J’avais misé sur le rouge, exclusivement. Vous allez voir un acheteur, il veut des rouges, des génériques, des premiums, des blancs. En plus, ils préfèrent avoir affaire aux gros qui fournissent de façon continue. Donc, ça s’est assez mal passé. Ce n’est pas grave pour moi, car ici, il y a des affaires en or dans tous les secteurs.
Entretien avec un ancien viticulteur français installé au Chili
Santiago, décembre 2005

24La multiplication des vignobles est souvent considérée, dans le sens commun, comme une des causes majeures de la crise mondiale. Notre intérêt est maintenant de cerner les représentations qu’ont les producteurs du vieux continent de cette période de grandes difficultés, les raisons qu’ils invoquent et les propositions qu’ils font.

Notes

1 Roudié Ph., 2000, p. 422.

2 Velasco-Graciet H. et Hinnewinkel J.-C., 2005, « Les vins de l’hémisphère Sud et la mondialisation de la planète viticole », p. 267-280, Les Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, no 231-232, p. 269.

3 Roudié Ph., 2000, p. 422.

4 Roudié Ph., 2002, p. 4.

5 Roudié Ph., 1989, « Vignes et vins des tropiques : culture et production de riches en pays pauvres », p. 276-288, Pauvreté et développement dans les pays tropicaux. Hommage à Guy Lasserre, Pessac, CEGET-CNRS, Presses Universitaire de Bordeaux, p. 281.

6 Voir entre autres Velasco-Graciet H. et Hinnewinkel J.-C., 2005, p. 269.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Au moins dans les pays du vieux continent.

10 Roudié Ph., 2000, p. 422.

11 Par exemple, les « premium » ou les « super-premium » dans certains pays nouveaux producteurs.

12 Voir Pitte J.-R., 2005, p. 232.

13 Bailly A., 2000, « Vins de cépage ou AOC : que choisir ? », http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2000/bailly/article.htm.

14 Des petits producteurs aux firmes internationales comme LVMH, Gallo, etc.

15 Se référer à la troisième partie.

16 Les sites consacrés aux concours viticoles sont nombreux. Le site www.vignobletiquette.com consacre quelques rubriques aux relations entre vignobles à travers le monde.

17 Se reporter à www.greatwinecapitals.com.

18 Voir Bailly A., 2000 : « La réglementation stricte nécessaire, nécessaire à une époque, peut devenir vite un carcan : beaucoup de régions AOC ne peuvent suivre les changements technologiques, les évolutions dans les cépages et les pratiques culturales et œnologiques, et les changements de goût. Par exemple, impossible d’utiliser un “gamaret”, ce cépage créé par une station de recherche œnologique à Changins (Suisse), Beaujolais, même s’il présente des avantages prouvés en terme de qualité. Et autre exemple, si l’année est excellente, comment ne pas dépasser les 13 % prévus par l’Appellation ? »

19 Nous reviendrons plus explicitement sur les nouvelles pratiques de consommation par la suite.

20 Velasco-Graciet H. et Hinnewinkel J.-C., 2005, p. 269.

21 Pitte J.-R., p. 48.

22 Voir chapitre 5.

23 Et ce schématiquement, en fonction de sa situation géographique.

24 Voir Tulet J.-C. et Sanchez Alvarez J., 2002, « La croissance du vignoble du Chili par l’amélioration de la qualité et de l’exportation », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, no 14, décembre, p. 11-21.

Table des illustrations

Titre Schéma 4 – Proposition de lecture de la nouvelle planète des vins en fonction des types de vins produits (d’après J.-C. Hinnewinkel).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search