Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Cinquième partie. Ordre et désordre viticole mondial

Chapitre 24. La crise du monde viticole

Texte intégral

1De façon générale, lorsqu’il est question de la crise viticole contemporaine, c’est la référence à la surproduction (soit l’écart entre production et consommation) qui est avancée. Effectivement, au niveau macro-économique, le marché viticole est excédentaire, la production mondiale de vin étant supérieure à la consommation.

Figure 8 – Surproduction mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).

Figure 8 – Surproduction mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).
  • 1 Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

2Malgré tout, l’OIV1 insiste sur les disparités régionales qui apparaissent à la lecture fine des statistiques. En effet, l’organisme distingue trois grands types de pays. Le premier concerne les pays dont la production et la consommation sont proches. On y trouve les États-Unis, la Chine et l’Argentine. Leur degré d’ouverture sur le marché mondial est faible pour les deux derniers alors que les États-Unis sont au troisième rang mondial pour les importations et au sixième rang mondial pour les exportations. Le second type concerne les pays à vocation exportatrice nette et dont le marché interne, malgré une nette régression depuis plusieurs années, constitue un débouché majeur. La France, par exemple, exporte 28 % de sa production, et l’Italie 33 %. Enfin, le troisième type concerne les pays à vocation exportatrice déterminante et dont l’écart « production-consommation » est supérieur à 50 %. On y trouve l’Espagne, l’Afrique du Sud, l’Australie et le Chili.

Figure 9 – Écarts production/consommation de vin par pays (en %).

Figure 9 – Écarts production/consommation de vin par pays (en %).

3En 2003, l’OIV, fait preuve d’un bel optimisme prospectif quant à cette crise de surproduction mondiale :

Certains indicateurs laissent à penser qu’à l’échéance de quelques années :

- si le rythme de croissance des plantations se ralentit dans l’hémisphère Sud et en Chine (comme cela semble être le cas au vu de l’évolution récente du vignoble total),

- si l’assise géographique de la consommation mondiale de vin continue de se diversifier [les six principaux “producteurs consommateurs” mondiaux de vin – France, Italie, Espagne, USA, Argentine et Allemagne – qui représentaient en effet 60 % de la consommation mondiale en moyenne sur la période 1996-2000, ne pèsent plus que 56 % de celle-ci en 2003],

  • 2 Voir http://www.oiv.int/.

- et si la compétition croissante sur les marchés ne conduit pas à rechercher systématiquement, à travers un accroissement des rendements, une compétitivité accrue en terme de coût de production, alors, il est envisageable qu’un quasi-équilibre se fasse jour à terme, à un niveau quantitatif plus élevé qu’aujourd’hui, mais sans qu’il soit vraisemblablement possible d’éviter des à-coups conjoncturels, notamment si le vignoble exprime, du fait d’un impact climatique globalement positif, la totalité de son potentiel2.

  • 3 Nous ne pouvons ici que relever le paradoxe avec les valeurs « traditionnelles » du milieu agricol (...)

4Ainsi, si le rythme de plantations dans les pays du Sud ralentit, si le nombre de consommateurs augmente notamment hors des pays traditionnels et si la qualité est préservée, entre autres par une gestion des rendements, selon les experts de l’OIV, le seul risque d’une surproduction mondiale dépendra de conditions climatiques trop favorables, entraînant une augmentation conséquente de la production mondiale3 et rompant finalement un fragile équilibre.

5Cet optimisme cache de fortes tensions entre pays producteurs. En effet, une série d’oppositions se dessine dans une âpre concurrence : les pays anciens producteurs procèdent à des arrachages, diminuent leurs productions et perdent des parts de marché à l’exportation au profit des pays nouveaux producteurs. Ces derniers, à l’inverse, procèdent à des plantations, augmentent leurs productions et voient leurs parts de marché à l’exportation augmenter. Nous parlons ici de marché mondial car la perspective économique globalisante choisie nous y invite.

  • 4 À ce propos, il est nécessaire de relever le cas de l’Espagne qui, depuis les années 1995, connaît (...)

6Mais bien entendu, le marché mondial n’est en réalité pas aussi simple dans son fonctionnement et, derrière les termes de pays anciens producteurs et de pays nouveaux producteurs, se trouve une foule de vignobles n’entrant pas dans cette logique économique duale. En effet, certains vignobles de pays anciens producteurs connaissent de beaux succès commerciaux comme les grands crus classés ou les vins de « niche »4. Au contraire, certains vignobles des pays nouveaux producteurs, comme en Argentine, voient décroître à la fois leurs superficies et leurs productions.

7Notre intention ici est de mettre en évidence des tendances générales. Comme cela existe pour les orientations géopolitiques au sens classique du terme, la nouvelle planète des vins est aussi composée de vignobles « non alignés », « neutres » ou « atypiques ». Ainsi, notre propos est de dévoiler une géopolitique du vin qui serait passée d’un monde unipolaire, fondé sur l’hégémonie de certains vignobles possédant des caractéristiques communes, à un monde bipolaire voire multipolaire, opposant ces vignobles de belle antériorité à de nouveaux vignobles. Les affrontements de facture économique s’opèrent sur le marché mondial et se fondent sur la conquête de parts de marché. De plus, et quel que soit le niveau d’accès au marché des vins (marché local, régional ou mondial), aucun d’entre eux n’est réellement protégé compte tenu de la libéralisation des échanges mondiaux. Ils sont donc tous soumis à la concurrence dans la gamme de produits et de prix à laquelle ils appartiennent.

  • 5 Se reporter à la quatrième partie et notamment aux développements relatifs à la mondialisation.
  • 6 Nous pensons ici aux diverses crises qui ont jalonné le temps et qui ont donné lieu à de violentes (...)

8L’émergence de cette géopolitique viticole contemporaine est liée, rappelons-le, à deux mouvements, celui de la libéralisation des échanges et de l’ouverture quasi-générale des pays à l’économie libérale5, et celui de l’extraordinaire essor financier qu’a connu le commerce des vins à partir des années 1980. Notre propos n’est pas d’affirmer ici qu’avant l’arrivée sur le marché mondial des vins de nouveaux producteurs dans des proportions conséquentes, la concurrence n’existait pas. Elle existait bien sûr, et se manifestait parfois de façon violente6, mais elle ne remettait pas en cause la somme de certitudes constitutives de l’ordre, comme entre autres celle de la hiérarchie des vins et des territoires de production, et celle des pratiques des consommateurs. De plus, elle n’affectait pas l’ensemble ou du moins la majorité des vignobles, et ce dans le même temps.

  • 7 Il est nécessaire de préciser que les vins les plus prestigieux sont épargnés par la crise d’autan (...)

9Finalement, les crises passées n’ébranlaient pas les fondements de la planète des vins, contrairement à la crise contemporaine qui, par son ampleur géographique, semble annoncer la fin de l’ordonnancement moderne. Ainsi, cette crise mondiale se manifeste par un profond retournement de la situation d’équilibre antérieur et est pourvoyeuse de tensions sociales dans le vieux continent. Elle affecte les niveaux de vie des viticulteurs7, provoque faillites et arrachages massifs.

  • 8 Voir http://www.senat.fr/.

10Si l’on ne s’intéresse qu’à la filière française, la viticulture concerne 144 000 exploitations, 870 caves coopératives et unions, 1 400 entreprises de négoce, au total 500 000 emplois directs et auxquels il faut rajouter 300 000 emplois indirects. La production viticole représente 14 % de la valeur de la production agricole française, ce qui la place au deuxième rang des productions nationales après les céréales. En 2000, les exportations ont représenté un volume de 14,8 millions d’hectolitres pour un montant de 5,44 milliards d’euros. En outre, le solde des échanges vitivinicoles, qui s’élève à 5 milliards d’euros (hors spiritueux), constitue le premier excédent de la balance commerciale agroalimentaire française, devant les céréales (3,83 milliards d’euros) et les produits laitiers (1,8 milliards d’euros)8.

  • 9 Il faut de plus préciser que la récolte 1999 fut exceptionnelle.

11Ce secteur économique d’importance connaît – schématiquement depuis le début des années 2000 – les stigmates de la crise avec une succession en chaîne d’éléments défavorables. Les exportations vont connaître en 2000 le premier fléchissement (-7 %), notamment sur le marché traditionnel qu’est le marché britannique. Elles continueront à régresser les années suivantes. Cette régression concernera les marchés américain, belge, allemand et danois. Cette baisse est, de plus, cumulée à une diminution des ventes sur le marché intérieur. Ces deux ralentissements9 ont entraîné et entraînent un accroissement des stocks provoquant une diminution des prix et des incitations à la distillation, variables selon les régions et le type de vins produits, les grands crus et les vins de niche n’étant peu ou pas affectés.

  • 10 Le rapport Delfau et César (2001-2002) développait cinq axes de préconisations : investir dans la (...)

12Le secteur viticole français connaît ainsi, comme la majorité des pays anciennement producteurs, à la fois une crise économique et sociale, et son importance politique ne manque pas de faire l’objet d’amples débats au sein des deux assemblées politiques françaises. Ainsi, députés et sénateurs issus des circonscriptions viticoles se font les porte-parole du secteur et appellent de leurs vœux des plans d’aide, et notamment l’application des propositions du rapport Delfau et César10. Le mouvement politique s’organise parallèlement à des actions de protestation dont les plus médiatisées furent sans nul doute les manifestations de Narbonne, Béziers, Nîmes et Bordeaux le 15 février 2006.

13S’il ne fait pas de doute que la planète des vins est soumise à une crise de grande importance, s’attacher à ses seuls aspects quantitatifs ne permet pas d’en mesurer son ampleur. Les géographes et les historiens nous ont informé des diverses crises que la planète des vins avait connues depuis ses origines. Les crises de surproduction vers des retours à un équilibre sont finalement des processus ordinaires d’une économie se libéralisant progressivement. Mais à notre sens, la crise contemporaine n’entre qu’en partie dans cette logique. Ces fondements sont d’une nature éminemment différente. Même si elle se mesure en hectolitres surproduits, en baisse des prix de vente, en nombre de faillites ou de réussites financières, en hectares arrachés ou plantés, des éléments fondamentaux sont apparus et semblent modifier en profondeur la structure du système viticole mondial. Nous avons tenté de montrer que nous assistons à un passage, le passage d’un ordre territorial viticole moderne, hiérarchique et puissant vers ce qui apparaît être un désordre. Ce désordre dévoile une géographie où les territoires ne s’emboîtent plus dans une hiérarchie éprouvée et considérée bien longtemps comme légitime, mais semblent pour l’instant se juxtaposer et se superposer dans une apparente grande confusion.

Notes

1 Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.

2 Voir http://www.oiv.int/.

3 Nous ne pouvons ici que relever le paradoxe avec les valeurs « traditionnelles » du milieu agricole selon lesquelles des conditions climatiques favorables sont le signe d’une belle production et d’un revenu plus important. Pour exemple, cet extrait d’entretien d’un viticulteur du Cahors : « Pour mon père, ça a été terrible de faire des vendanges vertes. Il a mis du temps à admettre que pour gagner plus, il fallait produire moins. Maintenant, il ne dit plus rien mais je ne suis pas sûr qu’il soit encore d’accord. »

4 À ce propos, il est nécessaire de relever le cas de l’Espagne qui, depuis les années 1995, connaît à la fois une augmentation de sa production et un accroissement de ses exportations.

5 Se reporter à la quatrième partie et notamment aux développements relatifs à la mondialisation.

6 Nous pensons ici aux diverses crises qui ont jalonné le temps et qui ont donné lieu à de violentes manifestations de viticulteurs, entre autres dans le Sud de la France, protestant contre l’entrée des vins espagnols ou algériens par exemple.

7 Il est nécessaire de préciser que les vins les plus prestigieux sont épargnés par la crise d’autant plus que leurs prix ne cessent d’augmenter. Ils semblent constituer un marché autonome, relevant en premier lieu de la spéculation financière. Il est difficile d’intégrer leur dynamique dans les mouvements actuels que connaît la planète des vins. Malgré tout, ils apparaissent comme une sorte d’étalon permettant de mesurer la force de la concurrence contemporaine. En effet, les grands crus classés entrent dans de difficiles comparaisons avec les vins étrangers, dans les concours internationaux où leur suprématie ne va plus de soi. Voir Pitte J.-R., 2005, p. 231.

8 Voir http://www.senat.fr/.

9 Il faut de plus préciser que la récolte 1999 fut exceptionnelle.

10 Le rapport Delfau et César (2001-2002) développait cinq axes de préconisations : investir dans la qualité, rendre l’offre plus visible et plus lisible, mettre le consommateur au centre des préoccupations (passer d’une culture de l’offre à une culture de la demande), mettre en place une politique viticole adaptée, notamment par une obligation à la distillation obligatoire en cas de crise et un plan d’arrachage temporaire ou définitif, et enfin mettre en lien le secteur avec les centres de recherche, notamment autour du thème « vin et santé ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search