Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Cinquième partie. Ordre et désordre viticole mondial

Chapitre 23. Le désordre viticole mondial, la planète des vins en mouvement

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, la planète des vins est touchée par le processus contemporain de mondialisation et connaît depuis lors une période de mutations d’une rare ampleur. Même si au cours du temps la viticulture mondiale a été touchée par bon nombre de crises, l’heure est aujourd’hui à une accélération des transformations. Ces transformations sont profondes et ébranlent la stabilité et l’ordre de l’édifice viticole mondial. Ainsi, ici encore, tout semble se mouvoir et perdre en consistance, et ce dans le même temps.

2De nouveaux producteurs apparaissent, produisent des vins rencontrant un succès certain auprès des consommateurs et rivalisant dans les concours internationaux avec les vins du vieux monde. De plus, ces succès commerciaux ne sont pas attribuables de façon systématique à la réussite d’un transfert de savoir et de savoir-faire du vieux continent vers le nouveau monde. En effet, les règles de déontologie mises en place dans les vignobles de belle antériorité, ne sont pas forcément suivies. Ces nouveaux producteurs sont même parfois réticents à s’imposer des règles qu’ils considèrent comme trop strictes. De plus, ils ne cherchent pas à fonder la qualité de leur vin sur une antériorité prestigieuse, qu’ils n’ont d’ailleurs souvent pas.

  • 1 Garrier G., 1995, Histoire culturelle et sociale du vin, Paris, Bordas.

3Rompant avec l’équilibre ancien, les superficies plantées augmentent dans les pays nouvellement producteurs et la diminution des superficies sur le vieux continent n’apparaît pas suffisante, pour l’instant, pour que la superficie totale mondiale se stabilise. La surproduction est avant tout liée à une diminution de la consommation mondiale de vin au motif que les consommateurs « boivent moins mais boivent mieux »1. Ainsi, les goûts changent et ne peuvent plus être décryptés au sein de codes culturels modernes, la clientèle se diversifie et ne concerne plus exclusivement la catégorie des hommes formés par les mêmes processus de socialisation, en fonction de leur classe sociale. Les consommateurs, nouveaux et parfois traditionnels, semblent chercher un nouveau goût au vin et lui accorder d’autres valeurs que la distinction sociale qui l’avait promu durant la première modernité.

  • 2 Diminution sous les effets cumulés des mesures d’incitation à l’arrachage au sein de l’Union Europ (...)
  • 3 Les chiffres utilisés sont, pour cette partie, issus de l’OIV. Pour les surfaces plantées, les chi (...)

4Le tableau de la viticulture mondiale montre de façon schématique trois grandes tendances en ce qui concerne la production. D’abord, après une croissance forte jusqu’au début des années 1980, on assiste à une diminution2 des surfaces plantées3. Ainsi, en 1998, le vignoble mondial atteint son niveau le plus bas depuis l’année 1950. À partir de cette date, un redressement s’opère, à un rythme plus ou moins soutenu.

Figure 1 – Superficies plantées en vigne par année (en milliers d’hectares).

Figure 1 – Superficies plantées en vigne par année (en milliers d’hectares).
  • 4 Dans les pays nouveaux producteurs, nous incluons l’Argentine, le Chili, les États-Unis, l’Afrique (...)
  • 5 Dans les pays anciens producteurs, nous incluons le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la France, l’Al (...)

5Une observation plus fine montre de fortes disparités et des sortes de contradictions spatiales. La croissance mondiale est due à l’accroissement des surfaces plantées dans les pays nouveaux producteurs4 qui compensent et dépassent la diminution des surfaces dans les pays anciens producteurs5.

Figure 2 – Moyenne des surfaces plantées. Pays nouveaux producteurs (NP) et pays anciens producteurs (AP).

Figure 2 – Moyenne des surfaces plantées. Pays nouveaux producteurs (NP) et pays anciens producteurs (AP).
  • 6 C’est-à-dire l’Argentine, le Chili, les États-Unis, l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zél (...)

6Ainsi, si l’on constate que sur la période 1986-1990 la superficie plantée dans les pays nouveaux producteurs représentait 20 % de la superficie des grands pays producteurs mondiaux6, sur la période 2001-2003 elle est de 31 %.

7En ce qui concerne la production (en milliers d’hectolitres), la période 1986-1995 se caractérise par un recul par rapport aux périodes précédentes. Depuis l’année 1995, on assiste à un accroissement modeste de la production dû à l’augmentation des surfaces plantées.

Figure 3 – Production mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).

Figure 3 – Production mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).

8Si l’on observe les pays choisis et considérés comme ayant une importance viticole au niveau mondial, on se rend compte de la même manière que la diminution de la production mondiale et sa modeste croissance à partir de 1995 sont le fait d’un phénomène de compensation entre diminution de la production des pays anciens producteurs et augmentation de la production des pays nouveaux producteurs.

Figure 4 – Productions moyennes (en milliers d’hectolitres). Pays nouveaux producteurs (NP) et pays anciens producteurs (AP).

Figure 4 – Productions moyennes (en milliers d’hectolitres). Pays nouveaux producteurs (NP) et pays anciens producteurs (AP).

9Ainsi, si sur la période 1986-1990 la production des pays nouveaux producteurs représentait 23 % de la production des grands pays producteurs dans le monde, sur la période 2001-2003 elle représente 31 %.

10Enfin, si l’on s’intéresse aux exportations mondiales de vins, on peut observer une extraordinaire croissance depuis le milieu des années 1980. L’accroissement de près de 68 % des exportations, entre 1986-1990 et 2001-2003, témoigne du grand dynamisme du marché mondial.

Figure 5 – Exportations mondiales (en milliers d’hectolitres).

Figure 5 – Exportations mondiales (en milliers d’hectolitres).

11Si l’on observe les pays choisis, ici encore l’accroissement des exportations mondiales est largement le fait des pays nouveaux producteurs.

Carte 7 – Les principaux pays producteurs de vin dans le monde.

Carte 7 – Les principaux pays producteurs de vin dans le monde.

Les principaux pays producteurs de vin dans le monde (annexe). Superficie : 1 000 ha – Production : 1 000 hl – Exportation : 1 000 hl

Les principaux pays producteurs de vin dans le monde (annexe). Superficie : 1 000 ha – Production : 1 000 hl – Exportation : 1 000 hl

Source : OIV 2003

Figure 6 – Exportations mondiales (en milliers d’hectolitres). Pays anciens producteurs (AP) et pays nouveaux producteurs (NP).

Figure 6 – Exportations mondiales (en milliers d’hectolitres). Pays anciens producteurs (AP) et pays nouveaux producteurs (NP).

12Ainsi, si sur la période 1986-1990 les volumes de vins exportés par les pays nouveaux producteurs représentaient moins de 4 % des volumes exportés par l’ensemble des grands pays producteurs, sur la période 2001-2003 ils représentent un peu moins de 24 %.

13En complétant ce tableau schématique de la viticulture mondiale par l’analyse de la consommation, on se rend compte qu’après une période de stagnation la tendance du début des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990 est à la baisse, période à laquelle va succéder un renversement de tendance avec une croissance modeste mais continue.

Figure 7 – Consommation mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).

Figure 7 – Consommation mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).

Carte 8 – Consommation mondiale de vin par pays (en milliers d’hectolitres). Moyenne des années 1990-1998.

Carte 8 – Consommation mondiale de vin par pays (en milliers d’hectolitres). Moyenne des années 1990-1998.

Carte 9 – Consommation mondiale de vin par pays (en milliers d’hectolitres). Année 2003.

Carte 9 – Consommation mondiale de vin par pays (en milliers d’hectolitres). Année 2003.
  • 7 Et plus généralement, l’Europe reste le premier continent consommateur.

14Si la France et l’Italie restent les deux premiers pays consommateurs de vin7, les États-Unis et la Chine voient leur consommation totale augmenter de façon significative.

  • 8 Ibid.

15Un bon révélateur pour approcher les pratiques de consommation est le volume per capita et par an. Si de façon générale les pays anciennement producteurs ont la consommation par habitant et par an la plus élevée, ils ont connu depuis plus d’un demi-siècle une baisse spectaculaire. Ainsi, « vers 1960, trois pays avaient une grosse consommation – la France (122 litres), l’Italie et le Portugal (110 litres). Aujourd’hui, la situation est bien différente : les Français restent en tête (mais avec 57 litres seulement) devant les Italiens (51,2) et les Espagnols (38). L’Argentine, la Suisse, la Grèce, la Roumanie, la Hongrie, l’Autriche, le Chili, l’Australie sont aussi de bons consommateurs […] ; le fait le plus remarquable vient cependant de l’arrivée, dans des rangs honorables, de pays non producteurs (ou faiblement) comme la Belgique (20), les Pays Bas (18), les pays scandinaves (Suède 14,6, Danemark 30), l’Amérique du Nord voire l’Australasie »8.

Carte 10 – Consommation de vin per capita (en litres par personne). Année 1996.

Carte 10 – Consommation de vin per capita (en litres par personne). Année 1996.

Carte 11 – Consommation de vin per capita (en litres par personne). Année 2003.

Carte 11 – Consommation de vin per capita (en litres par personne). Année 2003.

Notes

1 Garrier G., 1995, Histoire culturelle et sociale du vin, Paris, Bordas.

2 Diminution sous les effets cumulés des mesures d’incitation à l’arrachage au sein de l’Union Européenne et d’arrachages massifs dans l’ex-URSS.

3 Les chiffres utilisés sont, pour cette partie, issus de l’OIV. Pour les surfaces plantées, les chiffres donnés concernent l’ensemble des surfaces, qu’elles produisent ou non.

4 Dans les pays nouveaux producteurs, nous incluons l’Argentine, le Chili, les États-Unis, l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Chine.

5 Dans les pays anciens producteurs, nous incluons le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la France, l’Allemagne et la Hongrie.

6 C’est-à-dire l’Argentine, le Chili, les États-Unis, l’Afrique du Sud, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la France, l’Allemagne et la Hongrie.

7 Et plus généralement, l’Europe reste le premier continent consommateur.

8 Ibid.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Superficies plantées en vigne par année (en milliers d’hectares).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure 2 – Moyenne des surfaces plantées. Pays nouveaux producteurs (NP) et pays anciens producteurs (AP).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 – Production mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4 – Productions moyennes (en milliers d’hectolitres). Pays nouveaux producteurs (NP) et pays anciens producteurs (AP).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5 – Exportations mondiales (en milliers d’hectolitres).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 7 – Les principaux pays producteurs de vin dans le monde.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Les principaux pays producteurs de vin dans le monde (annexe). Superficie : 1 000 ha – Production : 1 000 hl – Exportation : 1 000 hl
Légende Source : OIV 2003
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 6 – Exportations mondiales (en milliers d’hectolitres). Pays anciens producteurs (AP) et pays nouveaux producteurs (NP).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Figure 7 – Consommation mondiale de vin (en milliers d’hectolitres).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Carte 8 – Consommation mondiale de vin par pays (en milliers d’hectolitres). Moyenne des années 1990-1998.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Carte 9 – Consommation mondiale de vin par pays (en milliers d’hectolitres). Année 2003.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Carte 10 – Consommation de vin per capita (en litres par personne). Année 1996.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Carte 11 – Consommation de vin per capita (en litres par personne). Année 2003.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9174/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search