Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Cinquième partie. Ordre et désordre viticole mondial

Chapitre 22. L’ordre viticole, la planète des vins

Texte intégral

Conditions d’émergence et de développement

  • 1 Ce terme de « planète de vins » est emprunté à Pitte J.-R. (dir.), 2000, « La nouvelle planète des (...)

1C’est parce qu’il existe des territoires viticoles dans le sens défini par J.-C. Hinnewinkel qu’il est possible de parler de « planète des vins »1, c’est-à-dire d’une organisation territoriale de la viticulture mondiale. Cette organisation s’est construite au fil du temps, en prenant assise sur les vignobles les plus anciens et incluant en son sein des territoires viticoles émergeant progressivement. Lorsque nous parlons d’organisation, nous ne faisons référence à aucune institution écrite, reconnue et légitime au niveau mondial.

  • 2 Pitte J.-R., 2005, p. 90.
  • 3 Pitte J.-R., 2005, p. 96.

2Cette organisation viticole s’est construite en synchronie avec la mise en place de la première modernité et, au fil des années, un ordre a émergé, fragmentant et hiérarchisant à l’échelle mondiale les vignobles entre eux, selon deux critères liés : celui de l’antériorité et celui de la qualité. Cet ordre viticole moderne est à relier à l’imaginaire « sédentaire » qui a touché l’ensemble des sphères sociales, imaginaire selon lequel les « territoires et les individus » possèdent une place, qu’ils doivent tenir voire honorer le mieux possible. Ainsi, cet ordre incluait des vignobles de qualité et d’autres de qualité moindre voire sans qualité aucune, des vignobles prestigieux, et d’autres, pour reprendre J.-R. Pitte, « sous l’éteignoir »2. En fonction de la place qui leur était accordée, certains entraient dans le cercle vertueux de la qualité, et d’autres dans le cercle vicieux de la routine et de la tradition, tant dans les pays de longue antériorité viticole que dans les pays nouvellement producteurs. Ainsi, « dans les années 1960, les vignerons des petites appellations ne songeaient nullement à se rebeller contre ce qu’ils croyaient être un état de fait incontournable, encore moins à imaginer des moyens de produire aussi bons sur leurs propres terres. Le négoce, les syndicats, les organismes professionnels et les administrations jouaient la carte de l’immuabilité de cette hiérarchie et la pérennisaient dans leurs tarifs, leurs décrets, leurs écrits »3.

Ici, à Cahors, on a souffert de la crise du phylloxéra, les gens sont partis. Chez moi, on avait toujours fait du vin, du bon vin car le sol s’y prête. Mais on savait, à l’époque de mon père et à la mienne aussi, avant qu’on devienne AOC, qu’on ne ferait jamais de grands vins. D’ailleurs, le marché ne s’y prêtait pas, on n’aurait pas eu de client. Dans le Sud-Ouest, c’était réservé aux Bordelais, d’ailleurs, on ne les aimait pas beaucoup les Bordelais.
Entretien avec un viticulteur à la retraite
Prayssac, département du Lot
Printemps 2006

Faire du vin, enfin du vin de qualité, c’est-à-dire le vendre cher et l’exporter, c’est nouveau [au Chili]. Il a fallu que des gens viennent d’ailleurs pour que ce soit possible. Le premier, ça a été Miguel Torres et après des Français, et pas n’importe lesquels. Avant, ce n’était pas la peine d’y penser, car les bons vins, c’étaient les vins français. La classe dirigeante, et ça quel que soit le régime, ne jurait que par les vins français, même si certains produisaient du vin ici. Les vins français, c’était pour les riches, et la bibine locale pour les pauvres.
Producteur français au Chili
Santiago, hiver 2005

  • 4 Hinnewinkel J.-C., 2004, p. 34 et suivantes.
  • 5 Elias N., 1975, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.
  • 6 Face à cette demande, toute une série d’innovations concernant la vinification et le conditionneme (...)

3Plus encore, cette hiérarchie moderne était porteuse de valeurs de distinction de classe. En suivant J.-C. Hinnewinkel4, il apparaît que la hiérarchie des territoires viticoles fondée sur une promotion de la qualité, et ce très précocement, fut une réponse des producteurs aux demandes des consommateurs appartenant aux classes dominantes. Ainsi, dès la Renaissance, de nouvelles classes sociales apparaissent et vont mettre en place un système complexe de marqueurs sociaux les distinguant. De nouvelles formes de savoir-vivre vont apparaître et progressivement se codifier, voire se rigidifier. Entre autres, les arts de la table seront l’un de ces marqueurs sociaux5. La hiérarchie des territoires viticoles distinguant les vignobles et la qualité du vin produit6 sera synchronique de l’émergence d’une hiérarchie sociale stricte et défensive, la qualité du vin consommé et la qualité de la classe d’appartenance entretenant une relation dialogique. Cette relation sera préservée et maintenue par le prix prohibitif du produit.

4Les vins de « qualité distinctive », marqueurs sociaux, seront exportés bien au-delà de l’Europe et réappropriés par les élites extra-européennes, adoptant les façons de vivre, de faire et de consommer des élites du vieux continent. Car le vin, par sa qualité, distingue tout à la fois celui qui le sert à sa table et l’hôte reçu. De plus, comme le montre J.-C. Hinnewinkel, la demande d’un vin de qualité participera très tôt – notamment dans le Bordelais – d’une part, à une fragmentation toujours plus grande et précise des territoires viticoles et, d’autre part, à l’émergence de nouvelles classes de viticulteurs qui accorderont une place privilégiée voire prépondérante au négoce.

La niche écologique de la vigne et ses diffusions spatiales

  • 7 Roudié Ph., 1998 (a), « Le Sud-Ouest atlantique ou le plus prestigieux vignoble du monde », p. 191- (...)
  • 8 Roudié Ph., 2001, « Aspects de la viticulture mondiale au début du xxie siècle », Travalls de la So (...)
  • 9 Ibid.

5L’émergence et le développement de cet ordre viticole mondial se dévoilent au travers des écrits de Ph. Roudié. Ainsi, tout d’abord, la vigne est une plante méditerranéenne tant d’un point de vue climatique et écologique que social et culturel : « La vigne, culture méditerranéenne s’il en est, considérée comme l’un des piliers traditionnels de la trilogie culturale et culturelle antique blé-vigne-olivier, originaire sans doute de l’orient méditerranéen, caucasien ou non…7 » « Plante de la civilisation judéo-chrétienne, la vigne, associée au blé et à l’olivier dans le monde méditerranéen8. » « Il est de fait que la vigne est avant tout le symbole de la civilisation méditerranéenne9. »

  • 10 Roudié Ph., 2001, p. 293.

6Si cette localisation de la vigne est écologique, elle est constitutive de ce que l’auteur appelle la « civilisation des mondes méditerranéens » ; civilisation se différenciant du monde oriental : « Très vite dans l’histoire s’impose ainsi face à la dualité thé-riz du monde oriental la trilogie blé-vigne-olivier des mondes méditerranéens10. »

  • 11 Ibid.

7Ainsi posée, de la géographie originelle de la vigne émerge la question de sa diffusion spatiale hors de la niche écologique. C’est par les conquêtes et les colonisations que la diffusion s’opèrera : « La vigne s’est répandue dans le monde et ceci partout où ses exigences écologiques lui permettaient de faire mûrir son fruit, le raisin, lequel donnait une boisson culturelle par excellence, le vin à forte valeur symbolique11. »

  • 12 Roudié Ph., 1998 (a), p. 191.

8Ce sont les Latins qui, les premiers, diffusent la plante dans les mondes atlantiques. Cette large diffusion constituera une ample entité géographique qui « décrit une vaste courbe concave le long du golfe de Gascogne, des finisterres du Kerry, de Galles, de Cornouailles et de Bretagne jusqu’aux Asturies pour se retourner sur elle-même et présenter une allure convexe de la Galice espagnole jusqu’à l’Andalousie orientale (méditerranéenne) ; et ceci en passant par les caps portugais da Roca et de Saint-Vincent, les plus occidentaux du continent européen. Cette façade échelonnée sur 2 000 km et 20 degrés de latitude (soit du 35e au 55e parallèles) présente des aspects physiques et humains communs, ne serait-ce que par la présence de l’Océan »12.

  • 13 Lavaud S., 2003, Bordeaux et le vin au Moyen-âge. Essor d’une civilisation, Bordeaux, Éditions Sud (...)
  • 14 Ibid., p. 203.
  • 15 Ibid., p. 284. Au Mexique, la plantation des premières vignes (venues d’Espagne) revient à Fernand (...)

9On peut considérer qu’à partir du iiie siècle13, l’installation de la vigne dans « les mondes atlantiques » est définitive. Elle aura dans les siècles à venir les succès qu’on lui connaît. C’est par une seconde vague de conquêtes que la vigne se diffusera au-delà du monde européen, les migrants du nouveau monde emmenant « dans leurs bagages » des ceps de vigne : « un pan de leur civilisation », nous dit Ph. Roudié. On voit ainsi que l’histoire de ces nouveaux vignobles est récente et que leur origine est attribuable et attribuée à des individus connus et nommés, faisant souvent figure de héros voire de « vignerons de l’impossible »14. « Jean-Louis Vigne près d’Honolulu aux îles Hawaï, le Français Monteron aux Îles du Cap Vert, etc. La plupart étaient originaires de régions viticoles et transportaient avec eux des ceps comme autant de souvenirs du terroir qu’on avait dû déserter. Autant que le désir de faire fortune avec ces idées folles, c’est à la fois un morceau de patrie qu’on amenait avec soi voire même un complice. Et parmi ces Robinson qui ont essayé de recréer leur propre patrie au bout du monde, les Français et les Italiens semblent les plus nombreux, encore que ce comportement ait touché des représentants de toutes les nations vigneronnes européennes et même, ça et là, des britanniques. Dans le cas spécifique des Italiens et parfois des Français, il s’agissait bien souvent de religieux missionnaires pour qui la plantation de la vigne apparaissait comme un devoir moral, une quasi-obligation sacerdotale en même temps qu’une immense satisfaction personnelle […]. Quant aux Français, on ne s’étonnera point de retrouver parmi ces aventuriers des Gascons, des Bourguignons, des Languedociens pour qui la vigne est une des raisons de vivre15. »

  • 16 Ibid., p. 283.

10Malgré toutes les tentatives d’expérimentation, tous ces projets ne connurent pas un égal succès : « Autant d’expériences, autant d’échecs dans les pays tropicaux humides antillais par exemple, et de bien timides résultats dans les montagnes mexicaines ; mais par contre, de véritables succès au Pérou en particulier dans la vallée de l’Ica en plein désert grâce à l’irrigation, avec une véritable paysannerie de viticulteurs qui va perdurer, cahin-caha, jusqu’à nos jours16. »

  • 17 Voir à titre d’exemple les difficultés rencontrées par les viticulteurs malgaches : Salomon J.-N., (...)

11Par ces deux grands mouvements, la vigne se diffusera hors de sa niche écologique primitive, rencontrant des climats et des sols plus ou moins favorables à son développement17. Né de cette diffusion, un ordre mondial va progressivement s’édifier et, en son sein, chaque vignoble possédera une place et un statut, accordés en fonction de la qualité culturellement attribuée au vin produit. Au fil de ses écrits, Ph. Roudié adopte une classification arborescente, sorte de généalogie topique dévoilant une géographie mondiale des vignobles et des vins.

La structure de l’ordre viticole mondial moderne

  • 18 Pour aller au-delà de cette catégorisation, se référer à Butel P., 2001, Histoire du thé, Paris, D (...)

12Le monde est partagé, comme l’a exprimé Ph. Roudié, en deux grandes zones dont la frontière sépare deux formes de civilisation. Ainsi trouve-t-on les pays viticoles, produisant et consommant du vin depuis des dates différentes et à des degrés divers, et les pays non viticoles, culturellement fondés sur le binôme « riz-thé »18.

13Au sein des pays et des espaces viticoles, la classification s’affine et dévoile une géographie spécifique. On y trouve un premier niveau distinguant les espaces viticoles les plus anciens des espaces viticoles les plus récents, ces derniers étant issus des dernières avancées coloniales et englobant les pays du Nouveau Monde.

  • 19 Roudié Ph., 2001, p. 294.
  • 20 Ibid., p. 296.

14Les premiers, c’est-à-dire ceux localisés au sein de la vieille Europe19, constituent le centre de la « planète viticole » et côtoient, en leurs marges, des vignobles plus récents qui leur sont en quelque sorte inféodés, comme ceux d’Afrique du Nord : « Singulièrement d’Algérie, véritable viticulture coloniale qui n’a dû son succès pendant trois quarts de siècle qu’aux débouchés métropolitains. Le vignoble algérien n’était au début de sa création qu’un vignoble destiné à la consommation des colons européens ; mais la crise phylloxérique en France lui a donné une impulsion décisive […]. La reconstruction post-phylloxérique du vignoble en métropole ne lésa pas le vignoble algérien car la France avait besoin de vin méditerranéen de fort degré et de belle couleur pour améliorer les vins languedociens trop faibles pour être consommés en l’état ; d’où une complémentarité qualitative fournie par l’Afrique du Nord pour les coupages20. »

  • 21 Roudié Ph., 1998 (b), « Vignobles et vins de France, élitisme et diversité », Historiens et géograp (...)

15De cet espace centre, l’auteur met en place et décrit les caractéristiques, dessine le paysage. L’analyse met en évidence trois composantes propres à ce cœur du vignoble mondial et propose la typologie suivante21. D’abord, les vignobles de crus qui, selon l’auteur, « correspondent à des zones très sévèrement réputées pour la qualité, sévèrement contrôlée et toujours originale, de leur produit où le nom du vin s’apparentait à celui de la région productrice. Parfaitement limités dans l’espace, connus dans le monde entier, ces vignobles (Bordeaux, Bourgogne, Alsace, Val de Loire, Côtes du Rhône, Champagne, Cognac, Porto, vins verts de Galice et du Portugal, vin de Jerez et de l’Alto Douro, etc.) présentent en leur sein une hiérarchie très complexe d’appellations emboîtées, au sommet desquelles trônaient des crus individuels prestigieux aux prix parfois prohibitifs et donc réservés en fait à une clientèle étroite de consommateurs riches, et souvent lointains ». Ensuite, les vignobles de masse définis par « ces vastes zones au paysage assez uniforme, couvertes de ceps à l’infini, aux allures de monoculture plus ou moins complète marquées par l’énormité de la production provenant de quelques grands domaines et de nombreux petits producteurs livrant à des coopératives un produit acheté par le négoce selon le degré d’alcool, et qui fournissait la boisson quotidienne [du Français] après coupage c’est-à-dire mélange avec des vins de plus fort degré qui donnait “le gros rouge qui tache” ». Et enfin, les vignobles paysans qui « consistaient dans des vignes cultivées par des agriculteurs pour leurs consommations personnelle et familiale qui livraient aussi de petites (ou moyennes) quantités de vins courants à des circuits directs de producteurs à consommateurs, ou à une coopérative locale, ou à un négociant régional. De toute façon ces vins produits dans le cadre d’une polyculture familiale étaient plus importants sur le plan de la société et du paysage agricole que sur le plan strictement économique. […] Ce sont pratiquement tous les agriculteurs qui faisaient un peu de vin partout où l’on pouvait cultiver de la vigne. Cependant, ni la qualité ni la quantité du produit n’en faisaient une affaire d’importance économique réelle ».

  • 22 Roudié Ph., 1998 (b), mai-juin, p. 342.
  • 23 Roudié Ph., 1998 (a), p. 202.

16Mais si le vin de masse et les vins paysans peuvent être localisés hors de cet « espace-centre » comme par exemple dans « le piedmont andin de Mendoza, dans le monde de l’Algérie occidentale »22, c’est malgré tout dans cet espace du centre qu’on les retrouve plus majoritairement. La réussite de ces trois catégories de vignobles, à des degrés divers, et concernant divers secteurs (économique, social ou paysager), se fondent selon l’auteur sur le triptyque « terroirs, cépages (c’est-à-dire ceux les plus adaptés à leur milieu) et techniques de vinification »23.

Acteurs et mise en normes, de la périphérie au cœur

  • 24 Roudié Ph., 2001, p. 298.
  • 25 Roudié Ph., 1998 (a), p. 204.
  • 26 Roudié Ph., 2001, p. 298.
  • 27 Roudié Ph., 1998 (a), p. 194.

17Cet « espace-centre » délimité est un système complexe, système où chacun des éléments constitutifs est lié aux autres. Ainsi, s’y distinguent quatre composantes majeures. On y trouve d’abord les différents producteurs : petits propriétaires uniquement viticulteurs, agriculteurs pratiquant la polyculture, riches propriétaires de domaines. Puis, viennent les produits proposés se démarquant les uns des autres par la qualité qui leur est reconnue : vins de masse, vins paysans, vins de prestige, chacun se différenciant par des niveaux de production en hectolitres (les rendements)24 et les prix proposés : « Plus les noms sont prestigieux, plus les prix du produit livré sont hauts »25. S’insèrent ensuite dans le décor les divers types de consommateurs : du buveur de « gros rouge » à la « clientèle étroite de consommateurs riches et souvent [géographiquement] éloignés », et pour finir, les paysages construits, fortement humanisés, convoqués pour compléter le tableau : océans de vignes26, petites parcelles jardinées, joualles en France et coltura promiscua en Italie. « Pièces de vignes où les rangées de ceps élargies alternées avec des bandes de cultures herbacées, fruitières ou maraîchères, ou même des parcelles de labour ponctuées de quelques règles isolées […] dans les Pyrénées françaises, en Galice, au Portugal du nord, à Madère, les vignes étaient accrochées à des tuteurs de pierre, véritables aiguilles de granit, et délimitaient même les minuscules parcelles de cultures27. »

  • 28 Roudié Ph., 1998 (a), p. 202, et 2002, p. 341.
  • 29 Roudié Ph., 1996, « La victoire des alliés », p. 36-38, L’Amateur de Bordeaux, no 52, septembre, p. (...)
  • 30 Roudié Ph., 2000, « Vous avez dit “château” ? Essai sur le succès sémantique d’un modèle viticole v (...)
  • 31 Roudié Ph., 1998 (a), p. 200.
  • 32 Roudié Ph., 2002, p. 5.

18La structure s’organise autour d’un ensemble de relations. Des relations institutionnelles sont ainsi mises en place par la construction d’une hiérarchie légale autour de la notion d’appellation : « Au Portugal, c’est le marquis de Pombal, Premier ministre qui fait délimiter la zone du Haut Douro dès 1756. En Espagne, les premières appellations d’origine créées furent celle de Jerez et de Malaga. En France, ce sont des Bordelais qui firent triompher en 1911 et 1935 la notion d’appellation dont le créateur (et premier président de l’INAO) fut Joseph Capus, ce qui au demeurant ne saurait effacer le rôle pionnier du duc de Toscane, délimitant le Chianti dès la première moitié du xviiie siècle28. » Cette hiérarchisation légale va institutionnaliser les fragmentations, mettre en évidence des territoires viticoles possédant un supplément de distinction et constituer le « noyau-cœur » de cette vaste organisation. Des liens organisationnels se développent aussi, par la création de groupes et d’organisations socio-économiques : les caves coopératives29, les caves indépendantes30, les négociants et les marchands31. Et enfin, l’ensemble de ces espaces viticoles est lié à la sphère des consommateurs ; consommateurs proches ou lointains. C’est par les grands flux commerciaux développés dès les débuts de l’aventure viticole mondiale que le vin sera acheminé : « Pendant des décennies, sinon des siècles, le commerce international se réduisait à quelques courants privilégiés : les Bordeaux en Grande-Bretagne, voire en Europe du Nord ; les Bourgogne au Benelux, en Allemagne et en Suisse, les Madères et les Portos en Angleterre, ces derniers allant aussi au Brésil, et les Jerez en France et Outre-Manche32. »

19Du schéma représentant l’ordre viticole moderne se dégage une sorte de géopolitique de la vigne et du vin reposant sur un centre hégémonique (les vignobles anciens), constitué autour d’un cœur (les aires d’appellation), point de convergence de trois éléments fondant le système : agro-terroir, qualité du vin, prix. Ce cœur est lui-même hiérarchisé, et possède en quelque sorte un supplément de distinction (les crus classés, crus bourgeois, etc.). À partir de ce centre, se dévoilent des périphéries plus ou moins lointaines et plus ou moins inféodées au centre.

20Ainsi, plus on se rapproche du cœur du vignoble mondial, plus les territoires viticoles se structurent, se bornent, se ferment, se fragmentent, plus ils sont soumis à des règles strictes et contraignantes, plus l’évocation de leur dénomination renvoie à l’idée de qualité et plus leurs prix peuvent être élevés.

Schéma 3 – L’ordre viticole moderne.

Schéma 3 – L’ordre viticole moderne.

L’ordre viticole mondial, un jeu d’ombre et de lumière

  • 33 Voir Hinnewinkel J.-C., 2004.

21La mise en place des aires d’appellation au Portugal, en France ou en Italie est ancienne et toujours héritière de diverses tentatives préalables33. Leurs délimitations et leurs nominations en aires furent l’objet d’âpres débats et conflits car il s’agissait bien de se protéger (ou de se défendre), mais aussi d’avoir ou de conserver un nom, garant de l’antériorité du savoir-faire.

  • 34 Les contrôles, notamment en ce qui concerne la qualité et le respect des règles d’encépagement, de (...)
  • 35 C’est en 1947 que cette autorité deviendra l’INAO, remplaçant le Comité National des Appellations (...)

22En France, c’est en 1936 que le maillage viticole français débute. Il se manifeste dans la mise en place d’aires (AOC) clairement délimitées, strictement normées et attentivement contrôlées34 par l’autorité créée à cet effet : l’Institut National des Appellations d’Origine35. Progressivement, les territoires viticoles et les collectifs de viticulteurs, réussissant à faire preuve de « constants et loyaux services », entrent dans le cercle fermé des AOC qui, par un glissement sémantique, devient le cercle des vins des vignobles de qualité. La carte représentant l’historique de l’obtention du label montre la diffusion spatiale des vignobles reconnus par l’INAO entre 1936 et 1997. L’essentiel des labels est attribué les deux premières années d’exercice et concerne les grands foyers viticoles du Bordelais et de Bourgogne. Puis, de façon progressive en leurs abords, d’autres vignobles seront reconnus institutionnellement. On le voit ici, la France viticole se compose de trois grandes zones, chacune étant fragmentée en plusieurs appellations et chacune de ces appellations étant régie par des règles strictes et sévèrement contrôlées.

23Nous voyons dans cette institutionnalisation un élément parmi d’autres de mise en forme et en norme touchant tant les territoires que les collectifs sociaux dont la première modernité a été la grande pourvoyeuse. Ainsi, progressivement, s’y dévoile un « territoire de territoires » viticoles « dans la lumière », et un autre territoire fait de « petits » vignobles marginaux, proches ou lointains, « dans l’ombre », l’image tauromachique trop statique de l’ombre et de lumière pouvant être remplacée par celle des classes.

24Il s’agirait d’une sorte de hiérarchie de classes avec de possibles ascensions. En effet, l’objectif ne fut-il pas (et ne l’est-il pas encore dans bien des cas) pour ces « petits » vignobles de moindre considération, d’accéder à la lumière, de gravir les échelons (du label VDQS à celui d’AOC par exemple) et de se soumettre à l’autorité de la puissante INAO ? L’accès au label d’AOC n’était-il pas prometteur d’une reconnaissance institutionnelle certes, mais aussi de la construction d’une rente territoriale ? N’a-t-on pas remarqué l’appétence de certains producteurs des pays du Nouveau Monde pour se parer de certains attributs (utilisation du vocable « château », « clos », etc.) et pour adopter des techniques culturales ou de vinification (« bordelaises », « champenoise », etc.) ayant fait le succès des territoires viticoles du centre ?

Carte 6 – Historique de l’obtention du label AOC. Vignoble français 1936-1997.

Carte 6 – Historique de l’obtention du label AOC. Vignoble français 1936-1997.
  • 36 Velasco-Graciet H., 2002 (b), p. 90.

D’abord, il y a eu le passage en VDQS, il a permis de nous démarquer et de prendre place même si on faisait du gros rouge […]. La caricature des consommateurs [de l’époque, 1946], c’était l’ouvrier, le bon gars qui travaillait à l’usine toute sa vie et avait besoin de sa bouteille chaque jour.
Entretien avec un viticulteur de Soturac
Appellation Cahors
Automne 200236

L’idée a été d’avoir le label AOC, on se protégeait définitivement mais surtout, même si ce n’est pas écrit, on se positionnait dans le Sud-Ouest mais aussi en France et encore mieux à l’export. C’est toute une transformation, il a fallu être plus rigoureux, accepter les contrôles. Une fois, j’ai trouvé des types dans ma vigne qui venaient contrôler. Quelques années plus tôt, je leur aurais tiré dessus, avec le fusil. Mais là, on savait qu’il fallait suivre les conseils. On n’a pas regretté, pas un seul n’a regretté même si beaucoup, au début, ils n’étaient pas d’accord. Mais on n’a pas eu à se plaindre, les clients sont arrivés. Ils venaient de loin, rien que pour déguster.
Entretien avec un viticulteur de Douelle
Appellation Cahors
Automne 2002

Au début, l’idée était de faire du vin français. Essayez de faire la même chose, le même goût, les mêmes bouteilles, les mêmes belles étiquettes, un peu ringardes avec un château dessus. C’est pour cela que j’ai appelé la propriété « Château X ». Mon idée au départ, une idée fixe, c’était de faire du vin français, pas pour le cocorico mais pour tout ce que ça représentait. Mon idée, c’était que les gens, ils voient « château un tel », « vin de la propriété », « élevé en fût de chêne » et ça marchait. Mais bon, ici, ce n’est pas la France, c’est le Chili, les consommateurs qu’on touche, c’est autre chose, ils veulent du nouveau…
Propriétaire français installé au Chili
Requinoa, décembre 2005

Propositions et orientations

25À l’issue de ce développement, nous proposons l’hypothèse de travail suivante : une structure viticole hiérarchique mondiale s’est constituée synchroniquement à la première modernité. Une hiérarchie territoriale s’est mise en place autour de deux principes considérés comme consubstantiels : l’antériorité des vignobles et des savoir-faire et la qualité des vins produits.

  • 37 Comme les AOC, en France.

26L’alliance construite entre ces deux principes a permis l’hégémonie de certains vignobles. Elle a de plus concouru à un glissement sémantique relevant d’une idéologie extrêmement efficace : pour se protéger de la concurrence, certains vignobles ont, par l’institution de normes dépendant, d’une part, de la nature physique de leur assise (dimension géographique), d’autre part, des savoir-faire (dimension socio-culturelle), et enfin du temps long (dimension historique), été délimités avec précision en aires de production (considérées comme homogènes tant au niveau de la géographie, de l’histoire et de la culture)37. Ces aires entrent dans la définition du concept « classique » de territoire car :

  • elles sont bornées et clairement délimitées ;
  • elles sont nommées donc clairement identifiables ;
  • elles sont le lieu d’exercice d’un pouvoir et donc d’un contrôle (qui inclut et exclut), d’une gestion et d’une administration exercée au quotidien ;
  • elles sont le lieu de dessaisissement des pratiques individuelles et multiples et de la mise en œuvre de pratiques uniformisées, acceptées et considérées comme justes et bonnes par les individus et entrant en cohérence avec les règles édictées par le pouvoir, permettant son maintien et sa légitimité dans le temps ;
  • elles sont enfin le lieu d’émergence de diverses sphères liées et se renforçant mutuellement : sphères de décision, de savoir légitime, de production, de commercialisation.

27Cette structure territoriale hiérarchique s’est mise en place pas à pas (au rythme de la modernité), avec force et patience. Elle se définit (ou se définissait) par un centre constitué des grands vignobles (France, Italie, Espagne et Portugal), par une zone périphérique interne constituée de vignobles bénéficiant de moins de renommée et produisant un vin de moindre qualité (petits vignobles paysans, vins de masse, etc.). Et enfin, on trouve une périphérie lointaine que l’on pourrait qualifier de « reste du monde », de vignobles « anecdotiques » par comparaison aux vignobles centraux. Ils sont issus souvent de la colonisation et destinés, en un premier temps, à permettre l’exercice de la liturgie.

28Si la mondialisation n’avait pas affecté la planète viticole, on aurait pu croire à l’intemporalité et à l’immuabilité de l’ordre territorial qui la sous-tendait. En effet, il y a quelques années encore, l’ordre géographique du monde viticole paraissait (à quelques exceptions près) comme lisse, efficace et finalement presque « naturel ». D’ailleurs, tout portait à le croire.

29Il était en effet en parfaite cohérence avec les sphères sociales (caricaturalement par une coïncidence entre un type de vin et une classe sociale) et économiques (le prix avait certes un lien avec la rareté du produit mais plus encore avec la classe à laquelle il était destiné).

  • 38 En 1958, en Argentine ; en 1973, en Afrique du Sud ; en 1978, aux États-Unis ; en 1980, en Austral (...)
  • 39 Roudié Ph., 1997, « “Bordeaux”, un modèle pour la viticulture mondiale ? », Les Cahiers d’Outre-Mer (...)
  • 40 Se référer à Roudié Ph., 1997. Dans cet article, l’auteur effectue un recensement des œnologues fo (...)

30Donnant plus de crédibilité à l’immuabilité de cet ordre, les emprunts « frauduleux » de noms de châteaux français par des vignobles étrangers, leur désir d’attirer à eux les œnologues européens et les premières réglementations relatives à des délimitations géographiques38, venaient prouver la supériorité d’un centre dont les acteurs crurent qu’il était, dans sa forme et dans ses modalités d’exercice, un modèle exportable dans le monde entier et qu’il possédait une sorte de « carrure universelle »39. Mais pour croire en cela, il fallait méconnaître que ce centre était doué de tous les pouvoirs et de la force de prescription qu’il confère ; pouvoir économique bien entendu, mais aussi celui de la construction du savoir légitime et de la recherche, un savoir géographiquement situé et par lequel le modèle s’exportera40.

  • 41 Schirmer R., 2000, p. 361.

31Les grands vignobles européens ont d’ailleurs exercé une sorte de fascination chez les scientifiques qui se sont consacrés à leur étude de façon privilégiée. Ainsi, pour R. Schirmer : « Les géographes se sont focalisés sur l’exceptionnel, mer de vigne ici, “grands” château là, clos prestigieux ailleurs. L’iconographie atteste de cette propension à plutôt montrer le beau et le grand41. » Cependant, en s’intéressant à ces vignobles « grands et beaux », les chercheurs ont aussi mis en évidence la fragilité de leur émergence, de leur développement et le pouvoir de la construction rhétorique de leur légitimité. En effet, loin d’avoir émergé en l’état d’une sorte de chaos originel, les grands vignobles européens ont conquis leur puissance de haute lutte, triomphant des conflits internes, des mesures discriminatoires, des pressions et des opportunismes politiques, mettant en œuvre un travail patient et sans répit pour adapter le produit final aux goûts des consommateurs. L’ordre qu’ils ont ainsi imposé au reste du monde a donc émergé lentement, le temps nécessaire pour que le modèle soit progressivement accepté par tous et reconnu comme légitime et allant de soi. Cependant, cet ordre efficacement construit et la forte capacité de résistance et d’adaptation qui l’a caractérisé sont depuis peu remis en cause. Nous tenterons maintenant de décrypter les éléments concourant à ce qui apparaît comme une crise viticole au niveau mondial.

Notes

1 Ce terme de « planète de vins » est emprunté à Pitte J.-R. (dir.), 2000, « La nouvelle planète des vins », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, no 614-615.

2 Pitte J.-R., 2005, p. 90.

3 Pitte J.-R., 2005, p. 96.

4 Hinnewinkel J.-C., 2004, p. 34 et suivantes.

5 Elias N., 1975, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

6 Face à cette demande, toute une série d’innovations concernant la vinification et le conditionnement apparaîtra et participera à une promotion de la qualité du vin.

7 Roudié Ph., 1998 (a), « Le Sud-Ouest atlantique ou le plus prestigieux vignoble du monde », p. 191-208, Recherches Rurales, n ° 2 « Campagnes françaises et ibériques de l’Atlantique », p. 193.

8 Roudié Ph., 2001, « Aspects de la viticulture mondiale au début du xxie siècle », Travalls de la Societat catalana de Geografia, no 51, septembre, p. 293-305, et Roudié Ph., 2002, « Vignobles et vins du monde », p. 1-8, Clartés Histoire-Géographie, novembre, p. 1.

9 Ibid.

10 Roudié Ph., 2001, p. 293.

11 Ibid.

12 Roudié Ph., 1998 (a), p. 191.

13 Lavaud S., 2003, Bordeaux et le vin au Moyen-âge. Essor d’une civilisation, Bordeaux, Éditions Sud Ouest.

14 Ibid., p. 203.

15 Ibid., p. 284. Au Mexique, la plantation des premières vignes (venues d’Espagne) revient à Fernand Cortez qui décréta en 1524 que tout Espagnol concessionnaire de terrain devait planter des vignes tant pour les besoins de l’Eucharistie que pour subvenir à une part essentielle des besoins alimentaires ; en 1769, c’est P. Junipero Serra, originaire de Majorque, qui plante les premières vignes en Californie. Voir Gautier J.-F., 1997, La civilisation du vin, Paris, PUF (Coll. Que sais-je ?).

16 Ibid., p. 283.

17 Voir à titre d’exemple les difficultés rencontrées par les viticulteurs malgaches : Salomon J.-N., 1980, « Les vignobles et les vins de Madagascar », Les Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, vol. 33, no 132, p. 335-362 ; Boivin N., 2005, Les vignobles malgaches, Bordeaux, mémoire de DEA.

18 Pour aller au-delà de cette catégorisation, se référer à Butel P., 2001, Histoire du thé, Paris, Desjonquères.

19 Roudié Ph., 2001, p. 294.

20 Ibid., p. 296.

21 Roudié Ph., 1998 (b), « Vignobles et vins de France, élitisme et diversité », Historiens et géographes, Paris, mai-juin, p. 341-346 ; Roudié Ph., septembre 2001 et novembre 2002.

22 Roudié Ph., 1998 (b), mai-juin, p. 342.

23 Roudié Ph., 1998 (a), p. 202.

24 Roudié Ph., 2001, p. 298.

25 Roudié Ph., 1998 (a), p. 204.

26 Roudié Ph., 2001, p. 298.

27 Roudié Ph., 1998 (a), p. 194.

28 Roudié Ph., 1998 (a), p. 202, et 2002, p. 341.

29 Roudié Ph., 1996, « La victoire des alliés », p. 36-38, L’Amateur de Bordeaux, no 52, septembre, p. 37.

30 Roudié Ph., 2000, « Vous avez dit “château” ? Essai sur le succès sémantique d’un modèle viticole venu du Bordelais », p. 415-425, Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, no 614-615, p. 424.

31 Roudié Ph., 1998 (a), p. 200.

32 Roudié Ph., 2002, p. 5.

33 Voir Hinnewinkel J.-C., 2004.

34 Les contrôles, notamment en ce qui concerne la qualité et le respect des règles d’encépagement, de vinifications, etc., se renforceront au cours du temps. Voir Hinnewinkel J.-C., 2004, p. 98 et suivantes.

35 C’est en 1947 que cette autorité deviendra l’INAO, remplaçant le Comité National des Appellations d’Origine (CNAO).

36 Velasco-Graciet H., 2002 (b), p. 90.

37 Comme les AOC, en France.

38 En 1958, en Argentine ; en 1973, en Afrique du Sud ; en 1978, aux États-Unis ; en 1980, en Australie. Voir Hinnewinkel J.-C., 2004, p. 169-170.

39 Roudié Ph., 1997, « “Bordeaux”, un modèle pour la viticulture mondiale ? », Les Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, no 200, p. 403-422, et Roudié Ph., 2000.

40 Se référer à Roudié Ph., 1997. Dans cet article, l’auteur effectue un recensement des œnologues formés à l’Institut de Bordeaux entre 1995 et 1997, installés à l’étranger.

41 Schirmer R., 2000, p. 361.

Table des illustrations

Titre Schéma 3 – L’ordre viticole moderne.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Carte 6 – Historique de l’obtention du label AOC. Vignoble français 1936-1997.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 446k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search