Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Cinquième partie. Ordre et désordre viticole mondial

Chapitre 21. Approches des géographes

Texte intégral

  • 1 Pitte J.-R., 2005, Bordeaux Bourgogne. Les passions rivales, Paris, Hachette Littératures, p. 234.
  • 2 Ici, nous pensons aux géographes portugais, espagnols, sud-africains, australiens, chiliens ou arg (...)
  • 3 C’est à Bordeaux que revient l’organisation régulière de colloques, rencontres et séminaires sur l (...)

1En préambule de cette partie relative aux mutations contemporaines du monde viticole mondial, qui sera pour nous l’occasion d’expérimenter nos propos précédents, nous proposons un détour par les travaux des géographes. De façon générale, l’étude de la vigne et du vin a fait l’objet d’un engouement modéré dans la communauté des géographes français, à tel point que J.-R. Pitte dresse dans un de ses derniers ouvrages1 une liste presque exhaustive des principaux chercheurs concernés. Au niveau mondial, le phénomène est identique, et finalement, la majorité des géographes2, s’intéressant de près ou de loin au thème, se connaissent et se rencontrent lors des rares manifestations consacrées exclusivement à cet objet3 ou sont liés par des programmes de recherches.

La géographie viticole, l’apport initial et fondamental de Roger Dion

  • 4 Professeur au Collège de France (1896-1981).
  • 5 Dion R., 1977 [1959], Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle, Paris, (...)
  • 6 Voir Schirmer R., 2000, « Le regard des géographes français sur la vigne et le vin », p. 345-364, (...)
  • 7 Ibid., p. x.

2Cette petite communauté, à l’image de la « grande » communauté des géographes, possède ses précurseurs, ses périodes de consensus et d’affrontements et ses perspectives. Sans troubler personne, on peut sans nul doute dire que l’émergence d’une géographie spécifiquement consacrée à la vigne et au vin revient à Roger Dion4. Auteur de l’Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle5, il se démarque promptement des principes vidaliens6. Il incline la géographie viticole à se construire sur une démarche diachronique : « Quoique, dans l’exploration d’un sujet aussi étendu, on ne puisse guère se détacher des vues générales, j’ai délibérément préféré, dans la conduite de mon travail, l’attitude de l’ouvrier d’histoire, prospecteur et vérificateur de données positives, à celle de constructeur de systèmes, instruit que j’étais par mes essais antérieurs à n’attendre de récompense que d’une marche patiente vers les foyers de la lumière qui naissent du simple rapprochement des faits7. »

  • 8 Dion R., 1952, « Querelle des anciens et des modernes sur les facteurs de la qualité du vin », Anna (...)
  • 9 Ibid., p. 418.

3Malgré cette modestie, R. Dion avait publié quelques années plus tôt un texte fondateur relatif à la « Querelle des anciens et des modernes sur les facteurs de la qualité du vin »8, dans lequel il se positionne sur la question de la répartition des vins et des vignobles de qualité. Il y met en place un modèle compréhensif explicite, se débarrassant de toute tentation de déterminisme naturel : « Le rôle du terrain dans un grand cru, ne va guère au-delà de celui de la matière dans l’élaboration d’une œuvre d’art9. »

  • 10 Pour R. Dion, la conception moderne débute à partir des années 1930, elle est donc contemporaine d (...)
  • 11 La conception des anciens est approchée par l’auteur à partir d’archives (xvie, xviie, xviiie sièc (...)
  • 12 C’est pour cela que R. Dion parle de « querelle ».

4Dans cet article, la problématique s’attache à comprendre les causes de la répartition géographique et de la physionomie des vignobles français. Pour cela, sa démarche est comparative et synchronique. Il va en effet analyser et comparer deux écoles de pensée séparées dans le temps : celle des modernes10 et celle des anciens11. Ces deux courants s’affrontent12 dans les justifications qu’ils apportent à la répartition des vignobles, alors que paradoxalement « depuis l’avènement du machinisme, les conditions du commerce du vin ont été profondément transformées mais la répartition géographique et la physionomie des vignobles n’ont pas changé au point de justifier l’écart qui, dans l’interprétation des faits, sépare les deux conceptions ».

  • 13 Maby J., 2002, Campagne de recherches, Avignon, Habilitation à Diriger des Recherches, p. 28.
  • 14 Ibid., p. 31.

5En ce milieu du xxe siècle, l’approche est particulièrement innovante car l’auteur s’intéresse aux discours scientifiques, à leur pouvoir de construction et de légitimation d’entités géographiques et à leurs capacités de transfert dans les discours politiques voire dans le sens commun. Bien avant l’heure, R. Dion propose de considérer le « terroir » comme « un concept, qui […] permet d’organiser le connaître […] » et demande finalement au géographe de « sans cesse inventer des terroirs pour se représenter plus commodément l’espace conformément à la problématique qu’il a choisi »13. Le terroir apparaît déjà, chez cet auteur, comme « un subtil instrument d’analyse géographique »14.

6Roger Dion met d’abord en évidence le principe qui anime l’explication de la répartition géographique des vignobles français et des vins de qualité dans les théories des modernes. Ainsi, selon eux, « cette répartition et les différences locales qui apparaissent dans la qualité de leurs produits sont déterminées par les propriétés du sol et du climat ». Se fondant sur un déterminisme naturel simple, ce principe, nous dit l’auteur, est consensuel car il est accepté de tous (géographes et techniciens). Valeur paradigmatique, il est « une opinion communément répandue parmi nos contemporains ». Ainsi, il joue comme une lunette déformante qui initie et influence les recherches et plus encore s’institutionnalise en passant du monde des chercheurs et des techniciens au monde politique. Progressivement, il est institutionnalisé par des arrêts, des décrets et autres productions institutionnelles et entre dans le sens commun.

  • 15 Le recours à l’histoire est constant dans l’œuvre de R. Dion ; il caractérisait sa géographie de « (...)
  • 16 Il s’inspire pour cela des écrits d’Olivier de Serres.

7R. Dion soulève à juste titre la difficulté à laquelle se trouvent confrontés les chercheurs, pour expliquer dans le temps long cette répartition des vignobles français sous la seule contrainte de la nature. Les motifs invoqués par les modernes se placent dans la lignée de la pensée vidalienne car, pour eux, les sociétés auraient une sorte de connaissance a priori (sensible) de la nature des sols et des terres les plus adaptés à la production de vins de qualité. De plus, les géographes et agronomes utilisent un renversement de preuve lorsqu’il s’agit de légitimer des aires de production ou de « non production ». En effet, ils fondent leurs discours sur l’argumentation selon laquelle les sociétés n’auraient pas pu se tromper dans leurs choix et auraient laissé au chercheur la tâche de percer le mystère de la vérité et de la perfectibilité des sociétés vigneronnes. À partir de la description de la théorie des modernes, R. Dion va aborder les théories des anciens : quels motifs les anciens ont-ils invoqué pour expliquer la répartition des vignobles et la qualité des vins produits15 ? Pour ce faire, il va déconstruire les discours des scientifiques, des agronomes et des hommes d’État, et reconstruire le système explicatif mis en place. Ce système est multicausal et se construit sur plusieurs échelles.16

  • 17 Dans la même logique, dans les régions éloignées des grands carrefours de communications, les vign (...)

8Tout d’abord, la qualité des vins possède une cause économique17. En effet, la localisation des vins de qualité dépend en premier lieu de la qualité de leur localisation. Pour les scientifiques des xviiie et xixe siècles, ce sont les espaces situés aux abords des grandes voies de communication terrestres, maritimes ou fluviales qui auront la capacité de produire du vin de qualité. L’auteur met ensuite en évidence une chaîne de causalités secondaires : l’ouverture commerciale vers l’extérieur entraîne une augmentation de la demande, donc des débouchés ; cette augmentation de la demande induit une augmentation des profits et joue sur les pratiques des vignerons ; les pratiques, en se modifiant, influent sur la qualité, et la qualité influe sur l’image du vin produit et donc sur l’image de l’espace support (Bordeaux et son port, Orléans et la Loire, etc.)18. Finalement, pour les « anciens », ce n’est pas tant la qualité du sol qui fait la qualité du vin, mais au contraire la qualité du vin qui fait la qualité du sol.

9Ensuite, pour chacune des régions viticoles reconnues comme productrices d’un vin de qualité un second déterminisme va être mis en évidence. Deux « groupes » de producteurs sont en présence et en concurrence, d’une part, un groupe de vignerons paysans et, d’autre part, un groupe composé de propriétaires issus de la bourgeoisie ou de l’aristocratie. Si des éléments communs rapprochent ces deux groupes (produire du vin et en tirer un profit), les moyens d’y parvenir et les motifs invoqués les différencient.

10Si la classe des vignerons privilégie la quantité de vin produit par rapport à sa qualité, la classe des bourgeois et des aristocrates se positionne à l’inverse. Mais cette différence d’approche pour maintenir et augmenter les profits cache, selon l’auteur, une conception de la viticulture opposée.

11Si pour les vignerons la vigne est une culture comme une autre et le vin un produit agricole comme un autre, pour les aristocrates la vigne et le vin sont un des signes de « distinction sociale » aurait dit Bourdieu, « d’honneur, de luxe, d’opulence et de renommée » dit R. Dion. En effet, « il suffit qu’il y ait un château, une bourgade rehaussée de quelques maisons opulentes pour faire apparaître un vignoble » et ce, quel que soit le site (Caen, Amiens, etc.). Cette classe se distingue de celle des vignerons par la qualité de son appartenance sociale, une appartenance qui trouve aussi, et entre autres, sa confirmation dans la production d’un vin prestigieux ou du moins de qualité. Cette qualité est acquise par des soins spécifiques accordés à l’entretien de la vigne (drainage, travail du sol, etc.) et à la fabrication du vin. Cette obligation sociale de la qualité fut à tel point prégnante et si efficacement intégrée à la vision du monde de cette classe que ses membres, possédant les moyens tant matériels qu’intellectuels adéquats, dira Dion, vont construire une hiérarchie au sein des aires de production. Elle prendra la forme, par exemple dans le Bordelais, d’une classification en grands crus, crus bourgeois et crus paysans. La valeur sociale accordée au vin de qualité, tant par les producteurs que par les consommateurs, initiera les prémisses d’un ordre fondé sur une hiérarchie territoriale qui se développera et connaîtra les succès que l’on sait. Le sol n’est ici qu’un support et ses valeurs intrinsèques sont secondaires. En effet, chaque changement de propriétaire remet en cause la qualité du vin produit jusqu’à ce que le système se rigidifie au point que les transactions foncières ne s’effectuent plus qu’au sein de la même classe. Ainsi, la valeur des terres viticoles va être corrélée au niveau de qualité du vin produit, ce qui permettra l’émergence progressive de l’idée, certains diraient de la croyance, selon laquelle la qualité d’un vin dépend de la qualité agronomique du sol.

12Grâce à cette mise en perceptive, R. Dion montre de façon très précoce que la qualité du vin et des terres viticoles est, avant toute autre chose, une notion éminemment subjective, synchronique de la société et du temps dont elle dépend, et que les arguments la réifiant le sont tout autant.

13À partir de l’analyse de ces deux conceptions, R. Dion va proposer un modèle tout à fait stimulant. Ainsi, pour l’auteur, les deux conceptions présentées renferment en elles leurs propres limites. La première, celle des modernes, ne s’intéresse qu’aux moyens, et la seconde, celle des anciens, ne s’intéresse qu’aux fins. L’auteur va se départir de tout déterminisme naturel : « Les hommes ne subissent pas la nature sinon ils se fussent bien gardés d’aventurer leurs plantations hors de la région méditerranéenne. » Pour l’auteur, la genèse de la qualité est avant tout économique et l’accès au marché est de ce point déterminant. Ainsi, les aires à forte potentialité économique seront investies par les producteurs et, au sein de ces zones, les terres les plus favorables seront choisies pour être plantées en vigne. Cependant, cette alliance entre nature et culture, supposée devoir tendre vers l’harmonie et la perfection, est pour l’auteur « menu détail ». Ce qui constitue le cœur du modèle proposé est bien au contraire le principe selon lequel « la propagation de cette plante sous des climats de la France du Centre et du Nord est violence faite à la nature ». R. Dion place alors l’homme au centre de son argumentation. Ce dernier apparaît comme un acteur car il va forger l’espace, lui faire violence, lui résister, le plier à ses desseins et à ses besoins. C’est par les techniques mises en œuvre (choix des cépages, amendements, drainages, etc.) que les hommes vont venir à bout de ce combat. Désormais, ce n’est plus la nature qui contraint l’homme mais l’homme qui « contraint la nature à donner ce que jamais d’elle-même elle n’eut offert à personne ».

La question sensible de l’origine de la qualité du vin, de l’agro-terroir au territoire

  • 18 Dans cette lignée, nous pouvons y inclure les travaux de Ph. Roudié, A. Huetz de Lemps, J.-R. Pitt (...)

14Cet article ouvrit dès sa parution une perspective nouvelle permettant de considérer les terroirs (territoires) viticoles comme des systèmes dans lesquels s’entretissent un ensemble de phénomènes appartenant à des sphères diverses : économiques, sociales, culturelles. Permettant des approches sociales et culturelles, multicausales et systémiques, la démarche de R. Dion va initier une géographie de la vigne et du vin largement ouverte sur les sciences humaines et sociales. De nombreuses recherches seront initiées dans ce sens18.

  • 19 Gadille R., 1967, Le vignoble de Bourgogne. Fondements physiques et humains d’une viticulture de ha (...)
  • 20 Pijassou R., 1980, Un grand vignoble de qualité. Le Médoc, Paris, Tallandier. R. Pijassou suivit le (...)
  • 21 D’ailleurs, les deux auteurs arriveront à des conclusions proches.
  • 22 À ce propos, la hiérarchie de 1855 repose d’après Ph. Roudié sur l’état du marché. Voir Roudié Ph. (...)
  • 23 Pijassou R., 1980, p. 1096-1097, cité par Pitte J.-R., 2005, p. 99.
  • 24 Pitte J.-R., 2005, p. 98.
  • 25 Ibid., p. 99.

15Mais dans le même temps, l’article provoqua une sorte de crispation autour de la recherche des conditions naturelles favorables à la production de vins de qualité, ou pour le dire autrement sur les origines « naturelles » de la qualité d’un vin. C’est à R. Gadille19 pour la Bourgogne et à R. Pijassou20 pour le Médoc que l’on doit les travaux les plus aboutis en ce domaine21. Ainsi, pour le géographe bordelais : « Les sols des Graves du Médoc peuvent paraître uniformes dans leur pauvreté originelle qui confine à l’indigence. Et pourtant, ces terres maigres produisent des vins de qualités très différentes, si bien qu’une hiérarchie de mérite a été établie depuis plus de deux siècles22. On ne saurait valablement prétendre que le prestige du propriétaire explique à lui seul la réputation du produit ; cette condition est nécessaire ; elle ne saurait être suffisante. À ne parler que de “graves”, on oublierait deux facteurs essentiels du milieu naturel : l’âge des nappes alluviales, d’une part, leur modelé de dissection plus ou moins poussé, de l’autre. Les prendre en compte, c’est rappeler l’influence des sites de terroirs. Nous avons montré que les meilleurs d’entre eux disposent du modelé le mieux disséqué en croupe dans les graves du Quaternaire ancien et qu’à ce double titre leur nombre est limité23. » Le chercheur et ses travaux reçurent, selon J.-R. Pitte, « un accueil très favorable de la part des grands propriétaires de châteaux médocains et des négociants de Bordeaux, heureux d’espérer voir définitivement légitimée leur supériorité »24 ; d’ailleurs, « la hiérarchie interne des crus du Médoc [y] fut magistralement justifiée »25.

  • 26 Voir par exemple Pijassou R., 1994, « Grands vins et géographie historique », Hérodote, Paris, La (...)
  • 27 De plus, certains grands crus apparaissent tout aussi prestigieux qu’atypiques quant à la nature d (...)
  • 28 Pitte J.-R., 1997, « Pour en finir avec le pseudo-terroir : les vrais facteurs de la qualité du vin (...)
  • 29 Voir Velasco-Graciet H., 2002 (b), « Le vignoble de Cahors au temps de l’économie-monde », p. 87-9 (...)
  • 30 J. de Langevin écrira pour sa part cette idée largement répandue : « Je crois très sincèrement que (...)

16Malgré tout, ces chercheurs ont été, aux cours de leurs travaux26, dans l’obligation de prendre en compte le rôle des acteurs dans l’émergence et le développement de la qualité, notamment par leurs interventions sur les terroirs (amendements, apports de terre, drainages, etc.), par les techniques de vinification employées, et bien sûr par le rôle de la commercialisation27. Cependant, leur « entrée » resta « naturaliste » et, comme d’autres ont cherché les sources du Nil, il s’agissait pour eux de maintenir des efforts constants pour aller vers les « sources » de la qualité du vin. Cette recherche, que J.-R. Pitte rapproche d’une croyance28, a stimulé et stimule encore certains travaux de géographie29. Plus encore, et en suivant R. Dion, la construction de ce lien quasi-exclusif entre terroir (ici, dans le sens d’« agro-terroir ») et vin de qualité semble être entrée dans le sens commun après avoir été largement relayée par les acteurs politiques30.

  • 31 Une controverse qui « opposera » une géographie de facture plutôt naturaliste à une géographie plu (...)
  • 32 Composée essentiellement d’œnologues, de pédologues, etc., et à la marge d’historiens, de juristes (...)
  • 33 Hinnewinkel J.-C., 2004 (a), Les terroirs viticoles. Origines et devenirs, Bordeaux, Féret, p. 183.

17Au sein de la communauté des géographes, la controverse intellectuelle31 aura conduit, selon R. Schirmer, à marginaliser la géographie de la vigne et du vin au sein de la discipline et à scléroser les recherches. Finalement, il faudra attendre l’année 2004, dans la continuation des travaux de J. Maby, pour qu’une définition ouverte du terroir soit donnée, permettant ainsi aux géographes de trouver une place dans le vaste monde scientifique s’y intéressant32. J.-C. Hinnewinkel, en menant une approche rétrospective sur quatre grands vignobles européens (Bordelais, Chianti, Douro et Rioja), montre en effet que le terroir est une construction sociale à capacité de rente territoriale et à fort pouvoir de distinction. Selon l’auteur, ce processus de construction se fonde sur le temps long et prend appui sur une fragmentation et une hiérarchie territoriale stricte et sévèrement contrôlée. En outre, en intégrant à son analyse une dimension prospective, il propose une définition englobante selon laquelle le terroir est « une construction sociale résultant du projet d’un groupe d’acteurs pour un espace délimité, avec ses privilèges, ses règles, ses images (paysage, environnement, produits, etc.), ses perspectives de développement-aménagement. Derrière ce projet, le produit, un vin typique, serait reconnu par une qualité déterminée, soit un positionnement recherché dans une pyramide qualitative, grâce à un contrôle exigeant, une traçabilité sans faille, une communication sur innovation-tradition et donc une notoriété associée à des représentations claires où se trouvent en bonne place les paysages. C’est le renforcement de la dimension territoriale, de la spatialisation-territorialisation. C’est le passage du projet mais également un espace d’action collective »33.

  • 34 Voir Maby J., « Le vignoble : Qu’y a-t-il de géographique dans cet objet ? Quels indicateurs pour (...)
  • 35 Ibid., p. 286.
  • 36 À ce propos, J.-R. Pitte, dans son dernier ouvrage, après un positionnement favorable pour la thès (...)

18Nous reprenons ici cette définition car elle institue d’abord le vignoble en « objet géographique »34, et tente ensuite de « relever tout ce qui est agissant dans les processus de différenciation spatiale »35. Elle œuvre donc pour l’édification d’une « géographie du vignoble » que J. Maby appelle de ses vœux. Elle en pose finalement la première pierre. Cette définition possède de plus pour grand mérite celui de dégager la notion de qualité du mystère de ses origines36. Ensuite, en rapprochant le terroir du concept de territoire, l’auteur rend aux recherches relatives à la vigne et au vin la dimension géographique qui leur faisait défaut. Dans la logique de R. Dion, les territoires viticoles ne sont donc pas des donnés mais des construits émanant de collectifs sociaux.

19C’est parce qu’il y a projet et donc intentionnalité, puis mise en œuvre et développement, que le terroir est un territoire au sens géographique. Le collectif social promoteur exerce son activité (fabriquer du vin) sur un espace délimité (aux limites plus ou moins rigides), le transforme, y exerce des règles et y jouit de privilèges. C’est par l’entremise de la production de vin que ce territoire émerge et se développe, et s’il possède une identité, c’est parce qu’il est à la fois nommé et repérable tant par son paysage que par sa production. Il est, de ce fait, objet de représentations qui lient sa matérialité au vin produit par son intermédiaire. Plus encore, ces représentations le situent dans une échelle hiérarchique dépendant de la qualité attribuée au vin produit.

20Cependant, cette qualité, nous y reviendrons plus tard, est éminemment subjective et se rattache à des valeurs de distinction sociale complexes.

Notes

1 Pitte J.-R., 2005, Bordeaux Bourgogne. Les passions rivales, Paris, Hachette Littératures, p. 234.

2 Ici, nous pensons aux géographes portugais, espagnols, sud-africains, australiens, chiliens ou argentins.

3 C’est à Bordeaux que revient l’organisation régulière de colloques, rencontres et séminaires sur le thème de la vigne et du vin.

4 Professeur au Collège de France (1896-1981).

5 Dion R., 1977 [1959], Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle, Paris, Flammarion.

6 Voir Schirmer R., 2000, « Le regard des géographes français sur la vigne et le vin », p. 345-364, Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, n ° 614-615, juillet-octobre, p. 350 et suivantes.

7 Ibid., p. x.

8 Dion R., 1952, « Querelle des anciens et des modernes sur les facteurs de la qualité du vin », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, p. 417-431.

9 Ibid., p. 418.

10 Pour R. Dion, la conception moderne débute à partir des années 1930, elle est donc contemporaine de l’article.

11 La conception des anciens est approchée par l’auteur à partir d’archives (xvie, xviie, xviiie siècles, témoignages de voyageurs, d’observateurs, d’hommes politiques), de traités d’agronomie et d’articles scientifiques pour le xixe et le début du xxe siècle.

12 C’est pour cela que R. Dion parle de « querelle ».

13 Maby J., 2002, Campagne de recherches, Avignon, Habilitation à Diriger des Recherches, p. 28.

14 Ibid., p. 31.

15 Le recours à l’histoire est constant dans l’œuvre de R. Dion ; il caractérisait sa géographie de « géographie rétrospective ».

16 Il s’inspire pour cela des écrits d’Olivier de Serres.

17 Dans la même logique, dans les régions éloignées des grands carrefours de communications, les vignerons continueront à produire du vin en quelque sorte « domestique », ils ne seront ni amenés ni intéressés à revoir leurs façons de faire, le vin produit restera tel qu’il est, et son image, au mieux, ne changera pas (par comparaison avec les autres vignobles), au pire deviendra négative (partie centrale du Périgord, le Berry central, etc.).

18 Dans cette lignée, nous pouvons y inclure les travaux de Ph. Roudié, A. Huetz de Lemps, J.-R. Pitte, F. Auriac, J. Maby, J.-C. Hinnewinkel et C. Legars, et plus récemment de R. Schirmer, S. Darmaillac, F. Legouy et S. Fassier-Boulanger.

19 Gadille R., 1967, Le vignoble de Bourgogne. Fondements physiques et humains d’une viticulture de haute qualité, Paris, Les Belles Lettres.

20 Pijassou R., 1980, Un grand vignoble de qualité. Le Médoc, Paris, Tallandier. R. Pijassou suivit les pas de son directeur de thèse H. Enjalbert, spécialiste de la pédologie des sols aquitains : Enjalbert H., 1960, Les Pays aquitains. Le modelé et les sols, Bordeaux, Bière ; Voir aussi Enjalbert H., 1975, Histoire de la vigne et du vin, l’avènement de la qualité, Paris, Bordas.

21 D’ailleurs, les deux auteurs arriveront à des conclusions proches.

22 À ce propos, la hiérarchie de 1855 repose d’après Ph. Roudié sur l’état du marché. Voir Roudié Ph., 1990, « Crus classés et châteaux dans le Bordelais : deux nouvelles notions qualitatives au xixe siècle », in Les vins des historiens, Suze-la-Rousse, p. 189-198.

23 Pijassou R., 1980, p. 1096-1097, cité par Pitte J.-R., 2005, p. 99.

24 Pitte J.-R., 2005, p. 98.

25 Ibid., p. 99.

26 Voir par exemple Pijassou R., 1994, « Grands vins et géographie historique », Hérodote, Paris, La Découverte, no 74-75 « Géographie historique », p. 23-31.

27 De plus, certains grands crus apparaissent tout aussi prestigieux qu’atypiques quant à la nature de leurs sols : terrain plat dénué de graves pour Pétrus à Pomerol, terrains majoritairement argileux pour le château Cheval Blanc à Saint-Émilion et le château d’Yquem à Barsac.

28 Pitte J.-R., 1997, « Pour en finir avec le pseudo-terroir : les vrais facteurs de la qualité du vin », in Humbert A., Pratiques anciennes et genèse des paysages. Mélanges de géographie historique à la mémoire du Professeur Jean Peltre, Nancy, Centre d’Étude et de Recherche sur les Paysages, p. 195-212.

29 Voir Velasco-Graciet H., 2002 (b), « Le vignoble de Cahors au temps de l’économie-monde », p. 87-98, Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, no 14, p. 93.

30 J. de Langevin écrira pour sa part cette idée largement répandue : « Je crois très sincèrement que les mérites imputables au seul vigneron ne représentent pas plus de 10 % parmi l’ensemble des mérites qui aboutissent à créer un vin excellent. » ; cité par Pitte J.-R., 2005, p. 31. Ou encore, la campagne de communication du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux en 1992 autour du slogan « La terre que nous envie la terre entière ».

31 Une controverse qui « opposera » une géographie de facture plutôt naturaliste à une géographie plutôt sociale.

32 Composée essentiellement d’œnologues, de pédologues, etc., et à la marge d’historiens, de juristes, d’anthropologues, etc.

33 Hinnewinkel J.-C., 2004 (a), Les terroirs viticoles. Origines et devenirs, Bordeaux, Féret, p. 183.

34 Voir Maby J., « Le vignoble : Qu’y a-t-il de géographique dans cet objet ? Quels indicateurs pour en parler géographiquement ? », p. 282-308, in Maby J. (dir.), Objets et indicateurs géographiques, Université d’Avignon, UMR Espace, à paraître, p. 286.

35 Ibid., p. 286.

36 À ce propos, J.-R. Pitte, dans son dernier ouvrage, après un positionnement favorable pour la thèse de R. Dion et une critique sévère à l’égard des écrits de R. Pijassou, ne prend nullement position. Il laisse flotter un certain flou quant à la notion de qualité et de ses origines : « Au terme de cette rapide approche de la question des terroirs physiques, aucune conclusion claire ne s’impose, tant sont imbriquées les données naturelles antérieures à la première mise en valeur viticole (sous-sol, sol, climat, hydrologie), les améliorations tout au long de l’histoire, les méthodes de culture et de vinification. » ; in Pitte J.-R., 2005, p. 112.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search