Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Quatrième partie. Les territoires contemporains et la dimension spatiale des identités. Proposition

Chapitre 20. Des identifications aux identités

Texte intégral

Les entrelacs des territorialités et des identifications

1Si le passage de la première à la seconde modernité fait entrer les sciences humaines et sociales dans une période toute nouvelle d’exploration et invite à revoir les façons de cerner les activités sociales et, pour les géographes, leurs dimensions spatiales, les individus connaissent au même titre cette période d’exploration. Cependant, ces individus vivent les mutations dans leur quotidien et sont soumis à une sorte d’urgence pour mettre en cohérence leur agir social et territorial avec les mutations globales contemporaines ; ils sont finalement, selon Z. Bauman, dans l’obligation de régler à leur échelle (individuelle) des mutations globales.

2L’une de ces mutations relève de la disparition progressive de la relation univoque entre territoire et identité. En effet, les individus ne sont plus assignés à un territoire unique et plus contraints d’endosser une identité territoriale transmise et reconnue comme généalogique. Le passage d’un type d’imaginaire sédentaire à un imaginaire nomade invite les individus à la mobilité. Cette mobilité, effective ou rêvée, est multiforme et touche toutes les sphères de la vie sociale, et vient en retour conforter les mutations et fragiliser les institutions héritées (la famille, la profession, la religion, l’État) et leurs territoires.

  • 1 Voir Ascher F., 2005, p. 85.
  • 2 Lévy J., 2000, p. 334.

3Le tableau contemporain offre au regard une sorte d’entrelacs de pratiques et de compétences individuelles et collectives montrant un degré important d’interdépendance avec la globalité1, difficile à cerner. En effet, la difficulté qui apparaît réside dans le mouvement global. Tout est en mouvement, les pratiques des individus, leurs appartenances à des collectifs sociaux, les identités auxquelles ils se réfèrent et les territoires auxquels ils s’identifient. Et pour ces territoires, les fondamentaux (pour reprendre J. Lévy2), que sont échelle, métrique et substance, changent en même temps et dans le même mouvement.

  • 3 Turco A., 2000, « Pragmatique de la territorialité : compétence, science, philosophie », p. 287-298 (...)
  • 4 Ehrenberg A., 2000, La fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob.

4Ces mobilités multiples, dont les individus sont les acteurs, montrent « l’habileté [de chacun d’eux] à agir territorialement pour satisfaire leurs besoins vitaux et pour assumer leurs rôles sociaux »3. Cette habileté peut, en réalité, n’être qu’apparente et les erreurs, les faux pas et les mauvais choix sont autant d’éléments générateurs de troubles psychiques liés aux expérimentations sociales et territoriales des individus contemporains. A. Ehrenberg met en lien le nombre croissant des dépressions avec l’évolution des normes et des valeurs imposées par la société. Ainsi, lorsque l’individu dirigeait sa vie en fonction de lois imposées socialement dans le cadre rassurant d’un territoire légitime, les troubles mentaux s’exprimaient entre autres par l’hystérie et la culpabilité. À l’heure où l’individu est « responsable de sa vie et de son destin », contraint à la réussite et à la performance, en ne se fiant dans ses choix qu’à lui-même, la dépression s’exprime par ce que l’auteur appelle « la fatigue d’être soi »4.

  • 5 Bauman Z., 2002, p. 63.

5La question se situe bien au niveau des choix que les individus sont dans l’obligation de faire pour être performants. Cette difficulté est renforcée par le nombre et l’éclectisme des discours mobilisateurs des collectifs sociaux émergents, auxquels les individus adhèreront. Ainsi, « le dilemme qui tourmente les individus n’est pas tellement de savoir comment attendre les identités de leur choix ou comment les faire reconnaître par les gens qui les entourent, mais quelle identité choisir et comment rester en alerte et vigilant une fois que l’identité choisie a été retirée du marché ou a perdu ses pouvoirs séducteurs »5.

6Sans nous positionner sur la nature des sentiments que provoque cette obligation de choix identitaire (sentiment de liberté ou d’angoisse), nous retiendrons que les individus sont dans l’obligation de choisir d’appartenir à tel collectif ou à tel autre, que cette appartenance n’est pas unique et qu’elle peut concerner l’ensemble des sphères de la vie sociale, et qu’une fois ces choix opérés, ils ne sont pas fixés dans le temps et peuvent être remis en cause, obligeant à d’autres choix d’appartenance. Ainsi, nous pouvons dire que les appartenances identitaires sont multiples tant à l’échelle diachronique que synchronique, qu’il y a en fin de compte une hyper-mobilité potentielle des identifications.

7Le choix d’appartenir à tel ou tel collectif dépend en partie des valeurs dont les individus sont porteurs et auxquelles ils souhaitent adhérer soit parce que telle est la mode, soit parce qu’elles passent pour se distinguer dans certains milieux, soit qu’elles valent par tradition. Par cette adhésion au groupe, les individus adhèrent dans le même temps aux valeurs qui les fondent et à leurs territoires d’exercice ; ces derniers ne sont pas inclus dans une structure spatiale supérieure et constituée en aire, mais sont reliés à d’autres territoires se fondant sur une même valeur (tradition, éthique, hédoniste, économique) par des réseaux de différentes natures (matériels ou immatériels). Par leurs territorialités réelles ou virtuelles, les individus participent ainsi à l’existence et au bien-fondé de territoires émergents, proches ou lointains. Mais parce qu’il y a expérimentation territoriale, matérielle ou immatérielle, chacun des individus intervenant dans la construction et le développement des territoires choisis n’y verra pas et n’y trouvera pas la même chose.

8Les territoires d’élection sont, pour chaque individu, une sorte d’extension de lui-même ; ils ne sont pas des objets stables, ni de pratiques ni de représentations. Ils semblent être le résultat du point de vue des uns et des autres, points de vue variables selon les individus, leurs fonctions sociales, leurs origines géographiques et divers événements qui les touchent.

9Ainsi, nous proposons l’hypothèse selon laquelle les individus, à un même moment, ont recours à plusieurs types de territorialités et à plusieurs identifications territoriales. Ces identifications ne sont pas durables et peuvent varier dans le temps, en fonction de circonstances extérieures.

10Cela ne veut pas dire pour autant qu’il y ait appropriation au sens où nous l’entendons habituellement, c’est-à-dire se fondant sur la durée et sur la mise en place d’un sentiment d’appartenance puissant à un territoire unique. Dans ses formes contemporaines, elle paraît être bien plus une appropriation de circonstance qui, une fois qu’elle aura satisfait les besoins d’appartenance et d’identification sollicités, sera mise de côté, voire abandonnée. Ainsi, les individus semblent pratiquer, sous le sceau de la contrainte ou dans la gestion de la liberté, le brouillage des catégories critiques : l’Ici et l’Ailleurs, le Nous et les Autres, le diachronique et le synchronique, le local et le global, le national et l’international.

  • 6 Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p. 258.

11Nous pouvons ici reprendre l’image de butinage territorial mise en évidence par B. Debarbieux et M. Vanier pour rendre compte des nouvelles pratiques des individus ; « butinage territorial car il (l’individu) pratique des lieux non contigus (domicile, lieu de travail, liens familiaux et sociaux), y puise des ressources diverses (matérielles et symboliques) et sculpte ainsi sa propre territorialité. Loin d’être indifférent au territoire, il y trouve les ressources de sa propre construction identitaire »6. Pour notre part, nous emploierons une autre métaphore. Ainsi, si les individus de la première modernité pratiquent une géographie de jardinage, les individus de la seconde modernité pratiquent quant à eux une géographie de cueillette. Le territoire national, à l’image d’un jardin, était minutieusement entretenu, labouré, amendé sur l’ensemble de sa superficie et jalousement protégé. Il offrait à chacun de ses membres tous les éléments nécessaires à leurs besoins sociaux, culturels, identitaires, politiques, économiques. Ainsi, il leur suffisait de procéder à l’entretien des valeurs et des normes par l’adoption de pratiques et de représentations en harmonie avec ce que l’on pourrait appeler, pour poursuivre la métaphore, l’« écosystème national ».

12Les territoires de la seconde modernité, quant à eux, ne possèdent plus cette dimension totalisante et ordonnée, où le hasard est exclu par tous les moyens. Ces nouveaux territoires semblent plutôt être cultivés partiellement et de façon momentanée. De ce fait, ils ne répondent qu’en partie aux besoins des individus qui se voient contraints de procéder par cueillette, allant de territoire en territoire, aspirant à une totalité perçue comme réalisable. Si l’on peut parler d’enracinement, il faut parler ici d’un enracinement dynamique fait de diverses identifications territoriales et se fondant sur des territorialités spécifiques.

La reconstruction de l’identité, l’individu et son « où à soi »

13S’il est avancé que l’identité individuelle contemporaine est polytopique et territorialement inclusive, cela voudrait dire que les individus ont perdu en attachement social et spatial. Si l’on constate que les individus pratiquent la polygamie géographique, le butinage ou la cueillette territoriale, cela suppose que chacun vit dans une sorte d’éclatement spatial, sans référence préférentielle et sans continuité. Ainsi, pratiquant et s’appropriant, même de façon marginale et circonstancielle, un nombre important de territoires, les individus n’accorderaient finalement que peu de sens aux territoires et ne les feraient pas ou peu entrer dans la construction de leur identité. Pour le dire autrement, trop d’identifications territoriales nuiraient aux territoires et leur enlèveraient leur dimension d’appartenance. Ils ne seraient en fin de compte que des instruments, des objets supports sans valeur identitaire.

  • 7 Malgré tout, notre proposition part en quelque sorte d’un postulat de nature ontologique mis en év (...)

14Notre proposition est toute autre7. Si les identifications territoriales des individus contemporains sont nombreuses, compte tenu de l’importance croissante des mobilités réelles ou virtuelles, la construction de l’identité relève d’une autre dimension. Si les identifications territoriales font partie du domaine de l’action, l’identité quant à elle relève du domaine de la réflexion et dévoile la capacité réflexive des individus. Cette capacité instaure l’individu en sujet qui construit son rapport personnel aux territoires, sa propre « histoire géographique ». Mais il est essentiel de dire que l’identité construite n’est pas l’agrégation des différentes identifications et territorialités que l’individu mène et pratique. Pour le dire autrement, la somme des identifications ne dévoile pas l’identité individuelle et la relation qu’elle a avec le territoire.

  • 8 Turco A., 2001, « Sociotopies : institutions géographiques de la subjectivité », Cahiers de géograp (...)

15Le processus de construction identitaire relève d’une construction narrative auto-centrée qui élabore un itinéraire personnel particulier ; l’identité prend donc la forme rhétorique du récit. Cette élaboration se fonde à partir d’une quantité de matériaux dans lesquels les identifications territoriales multiples, que l’individu possède, sont incluses. Pour reprendre A. Turco, « ce qui est certain, c’est que l’infinité des éléments mobilisables, et donc l’exercice d’un pouvoir de sélection sur eux, permet de poursuivre des stratégies de flexibilisation de la propre image, en suivant des itinéraires “d’oubli cohérent” »8. L’auteur insiste aussi sur la dimension anticipatrice de la construction narrative de l’identité.

16À partir d’une pluralité d’identifications et d’appartenances territoriales qui donne l’impression d’une sorte de cacophonie, l’individu construit par sélection et anticipation une sorte de symphonie identitaire, réécrite en fonction des actions menées et des destins imaginés. Cette écriture dynamique permet d’assurer la cohérence et la continuité de l’individu dans le temps et de dévoiler des enracinements dynamiques que la seule observation des pratiques ne découvre pas ou peu. L’identité territoriale apparaît donc comme une synthèse des territorialités et des identifications. Chaque individu construit une sorte d’unité cohérente à partir de l’ensemble de ses expériences territoriales. De plus, du fourmillement des mobilités que connaît chaque individu, toutes ne sont pas incluses dans son corpus identitaire. Seules quelques-unes ont valeur opératoire, celles qui nécessitent un choix et donnent à chacun une autonomie.

17Notre proposition qui a valeur d’hypothèse est une analogie simple au « quant à soi » de F. Dubet : les individus construisent un « où à soi » synchronique avec leur position sociale du moment. Ce « où à soi », construit à partir de territoires sélectionnés qui apparaissent éclatés, prend de la cohérence par le récit. Cette notion pourrait être rapprochée du concept de lieu. Mais ici, sa valeur est avant tout sociale, car cette construction permet à chaque individu de s’édifier dans la continuité mais aussi de s’insérer socialement, de trouver une place dans des collectifs auxquels il appartient ou souhaite appartenir.

  • 9 Berdoulay V. et Entrikin J.N., 1998, p. 115.
  • 10 Se reporter à Ramos E., 2006, L’invention des origines. Sociologie de l’ancrage identitaire, Paris (...)

18En accordant du crédit aux individus, en s’intéressant aux récits qu’ils composent, notre proposition est, à la suite de V. Berdoulay et de N. Entrikin, d’insister sur « cette part active d’un sujet qui se transforme lui-même tout en transformant le monde dans lequel il s’insère »9. Cette autonomie accordée au sujet n’est pas neutre car elle permet de saisir la construction des identités collectives qui se dévoilent par une sorte d’agrégation des identités individuelles et qui possèdent, comme celles-ci, la même labilité, tout en étant portées par la même cohérence. Car si les parcours individuels mis en récit apparaissent originaux ou perçus comme tels, ils sont représentatifs de l’imaginaire de la seconde modernité. Chaque individu montrerait une exceptionnelle capacité à manipuler les territoires et à les redimensionner, entre autres, à ses besoins identitaires. Par cela, les catégories classiques qui opposaient l’identité et l’altérité, l’ici et l’ailleurs, le local et le global, le national et l’international, semblent brouillées et relèvent bien plus de l’alliance et du lien. En devenant acteurs de leur vie, de gré ou de force, les individus en finissent avec l’ordre hérité et les découpages que les acteurs politiques et les scientifiques ont construits avec force, patience et parfois violence. Ils prouvent finalement qu’il n’existe pas de mode de vie authentique comme l’a suggéré Heidegger, mais bien au contraire une pluralité et une diversité de formes d’habiter dans lesquelles l’individu voyage – des voyages à la fois diachroniques et synchroniques entre différents territoires10.

19Dans cette partie, notre objectif a été de poser les premiers jalons d’une grille de lecture des mutations territoriales contemporaines qui bouleversent l’ordre et la hiérarchie territoriale de la première modernité. Pour ce qui nous concerne, si la mondialisation se manifeste par l’émergence de nouveaux territoires, ces derniers possèdent des caractéristiques inusuelles au regard des territoires séculaires et de l’ordre qui les instituait. Leurs limites sont floues, leur contenu est souvent fluide et peut ne se référer qu’à un type de valeur, leur degré d’institutionnalisation peut être faible. De plus, leur validité d’exercice se fonde sur un nouveau rapport au temps. Malgré cette apparente inconsistance, la légitimité dont ils sont dotés est suffisante pour d’une part les investir d’un potentiel d’attraction, et d’autre part les mettre en concurrence entre eux. Nous ne disons pas que ces territoires émergents se substituent aux anciens territoires de la première modernité, mais qu’ils cohabitent avec eux, qu’ils en sont ou non des rivaux, et qu’ils introduisent un univers d’infinie complexité.

20Cette complexité est consubstantielle des nouveaux rapports qu’entretiennent les individus aux territoires. L’accroissement des mobilités réelles ou virtuelles a engendré, dans son sillage, une nouvelle acception de ces liens. Les nouvelles logiques d’échanges, inusuelles pour l’heure, remettent en cause l’ordre institué des identités et se fondent sur un imaginaire ne s’arrêtant plus aux frontières des territoires séculiers mais les débordant et les dépassant.

21Notre proposition est de considérer que les territoires, anciens ou émergents, sont aujourd’hui tributaires des temporalités et des mobilités des individus contemporains alors que les territoires de la première modernité avaient, jusqu’à il y a peu, la force de l’institution qui les avait fait naître, et la légitimité du temps long.

  • 11 Ferrier J.-P., 1998, Le contrat géographique ou l’habitat durable des territoires, Lausanne, Payot.

22Pour les approcher et les cerner, nous suggérons une double entrée. La première est relative à l’analyse des discours des acteurs et des collectifs qui participent à leur émergence et à leur développement. Ces discours se fondent sur des rhétoriques particulières usant d’une séduction sans cesse renouvelée et conforme aux grandes idéologies contemporaines. Ensuite, c’est par une approche des individus que nous proposons d’entrer. Elle nous permet en effet de mesurer l’aptitude des individus contemporains à inclure plusieurs territoires de référence et de valeur dans un itinéraire géographique de vie. Il ne s’agit pas d’une élaboration consciente ou éthique, d’une sorte de contrat géographique au sens de J.-P. Ferrier11, mais bien plus d’une négociation personnelle nécessitant un choix entre plusieurs identifications territoriales possibles afin de reconstruire une continuité identitaire cohérente dans le temps.

23Nous avons choisi de vérifier l’efficacité de notre approche théorique en nous intéressant, dans les deux parties suivantes, à la « nouvelle planète des vins ». Ce choix est conditionné par les extraordinaires mutations qui touchent le monde viticole à quelque échelle que l’on se trouve.

24Une lecture rapide de la crise mondiale dévoile en effet des phénomènes inusuels qui brouillent la géographie classique des vignobles. Ainsi, l’arrivée de nouveaux producteurs sur le marché semble remettre en cause l’ordre et la hiérarchie du vignoble mondial construit avec force et patience dans le temps long. La complexité qui en ressort nous met dans l’embarras. En effet, elle révèle d’abord la capacité des nouveaux producteurs à prendre des libertés avec les savoirs et les savoir-faire de belle antériorité, valeurs dont le respect était considéré comme nécessaire pour produire un vin de qualité.

25Ensuite, elle montre les changements des rapports que les consommateurs entretiennent avec le vin. Si, en effet, le vin est un formidable indicateur des structures sociales d’une société par le pouvoir de distinction dont il est doté, il apparaît depuis une vingtaine d’années que la qualité attribuée ne dépend plus exclusivement de sa position dans la hiérarchie classique qui donnait aux vins du vieux continent une place de premier choix.

26Ainsi, dans les parties suivantes, il sera question des nouveaux territoires du vin qui défont, par les succès qu’ils connaissent auprès des consommateurs, les certitudes séculairement établies à partir de hiérarchies de légitimité, d’habitudes de consommation liées aux valeurs des terroirs et à l’ordre institué de la qualité. En somme, il s’agira de cerner la nouvelle géographie des vignobles qui se façonne autour du principe de mobilité et dont la prégnance est telle qu’elle se loge aussi dans les stratégies de consommation des individus.

Notes

1 Voir Ascher F., 2005, p. 85.

2 Lévy J., 2000, p. 334.

3 Turco A., 2000, « Pragmatique de la territorialité : compétence, science, philosophie », p. 287-298, in Lévy J. et Lussault M., p. 293.

4 Ehrenberg A., 2000, La fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob.

5 Bauman Z., 2002, p. 63.

6 Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p. 258.

7 Malgré tout, notre proposition part en quelque sorte d’un postulat de nature ontologique mis en évidence par A. Berque et selon lequel l’individu possède une essence géographique et entretient un lien existentiel avec l’espace.

8 Turco A., 2001, « Sociotopies : institutions géographiques de la subjectivité », Cahiers de géographie du Québec, vol. 45, no 125, septembre, p. 269-284.

9 Berdoulay V. et Entrikin J.N., 1998, p. 115.

10 Se reporter à Ramos E., 2006, L’invention des origines. Sociologie de l’ancrage identitaire, Paris, Armand Colin.

11 Ferrier J.-P., 1998, Le contrat géographique ou l’habitat durable des territoires, Lausanne, Payot.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search