Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Quatrième partie. Les territoires contemporains et la dimension spatiale des identités. Proposition

Chapitre 19. Les territoires, natures et modalités

Texte intégral

La texture des territoires

  • 1 Par exemple, en suivant S. Brunel, il arrive que les touristes remplacent des ONG à leur départ.
  • 2 Sur ce sujet, se référer entre autres à Reed D. (dir.), 1998, Ajustement structurel, environnement (...)
  • 3 Source : sondage Alter Eco, mai 2002. À la question « qu’évoque pour vous le commerce équitable ?  (...)
  • 4 À titre anecdotique, au cours d’un entretien en février 2006, un chef d’une entreprise d’import-ex (...)

1Cette proposition ne consiste pas à dire que les territoires émergents sont exclusivement déterminés. Bien au contraire, ils possèdent un ensemble de compétences potentielles qui, en fonction du moment et par effet de mode ou par nécessité économique, seront ou non convoquées. Par compétence, nous entendons une plasticité et une consistance dans les formes et les fonctions tant matérielles que symboliques. Nous ne voulons pas dire par là que les territoires seraient doués d’une mémoire, mais plutôt qu’ils sont suffisamment malléables et épais pour être configurés en fonction des demandes et des besoins. Un territoire peut être concordant avec une valeur à un moment donné, puis avec une autre à un autre moment. Ainsi, un territoire possédant une valeur éthique peut se voir attribuer une valeur hédoniste par la suite1. Pareillement, un même territoire peut se référer à deux valeurs différentes à un même moment. Par exemple, les territoires du commerce équitable se situent à la charnière entre l’éthique et l’économique2. Si de façon générale les consommateurs de produits équitables évoquent une action humanitaire à destination de tel pays3 pour expliquer leur choix, le sens visé par les acteurs du commerce équitable relève quant à lui de la maximisation des profits : ils fondent leurs actions sur des valeurs économiques et construisent des territoires en fonction de ce sens visé4.

2Cette plasticité et cette consistance potentielle des territoires peuvent être, ici et pour l’instant, approchées au moyen d’un exemple : celui de la vallée d’Aspe dans les Pyrénées-Atlantiques, dont la malléabilité et la consistance se sont dévoilées à la faveur de divers « événements » largement médiatisés.

3Au milieu des années 1990, l’annonce de la construction d’une infrastructure routière et du percement d’un tunnel sous le col du Somport provoqua une large contestation au sein de la vallée. Cette contestation fut initiée et développée, au moins au début du conflit, par des néo-résidents rassemblés autour d’un leader. Le processus de contestation, qui fut rapidement médiatisé, eut deux conséquences. D’une part, il individualisa la vallée vis-à-vis des autres vallées (Baretous, Ossau, etc.) et, plus généralement, lui donna une place spécifique au sein du massif. Ainsi, la vallée d’Aspe devint, pour les uns, un lieu de résistance locale aux pouvoirs de l’État et, pour les autres, un événement supplémentaire venant conforter l’image de sociétés rurales arriérées et composées d’irréductibles rétrogrades. Tout un discours local se construisit aussi autour du thème de la manipulation : manipulation de la société autochtone par des néo-ruraux extérieurs, eux-mêmes manipulés par des organisations de protection environnementale, manipulées en amont par de grands groupes industriels concurrents des sociétés titulaires des marchés de réalisation de l’ouvrage.

4D’autre part, le conflit fut assez rapidement internationalisé et le mouvement local reçut divers appuis d’organisations étrangères ayant pour champ d’action la protection de l’environnement. Par ce fait même, la vallée fut incluse dans un réseau de territoires ayant été ou étant confrontés au même type de conflit et de militance. La rhétorique qui domina fut de dimension éthique et releva de la protection de l’environnement montagnard. Les actions prirent la forme d’un conflit ouvert contre la souveraineté territoriale de l’État.

5À partir des années 2000, la vallée d’Aspe entra à nouveau en « lutte » contre les actions souveraines de l’État en s’opposant à la protection de l’ours et à sa réintroduction dans le massif. Adhérant à la cause commune, elle se trouva incluse dans un territoire plus vaste de contestation qui toucha et touche la majorité des vallées des Pyrénées Occidentales. Le débat et les actions menées se réfèrent au maintien et à la conservation des pratiques locales traditionnelles, et notamment pastorales. Ces actions soutenues par les élus locaux et menées par les agriculteurs et les bergers se fondèrent sur la rhétorique locale mettant en scène la société pyrénéenne et son territoire de vie, les deux s’étant construits avec force et patience contre une nature difficile et un environnement faunistique historiquement souvent hostile. La réintroduction d’un des éléments naturels fut perçu, d’une part, comme le déni de cette lutte locale historique contre les prédateurs des troupeaux et, d’autre part, comme la fin annoncée du droit d’exercice des activités sur un territoire relevant de la tradition.

  • 5 Son action dura plus de cinq semaines, l’élu perdit près de 40 kilogrammes.

6Plus récemment, au printemps 2006, un élu aspois s’engagea dans une grève de la faim pour protester et empêcher le départ d’une entreprise de la vallée. Son action largement médiatisée permit de dévoiler à un large public la dimension économique du territoire « valléen » et son intégration dans un territoire plus large : celui du complexe sidérurgique de Lacq. Par sa détermination5, J. Lassalle montra que la vallée était un territoire à valeur économique, intégré dans un réseau, et qu’elle n’était en fin de compte pas exclusivement composée d’ours, de bergers et de néo-ruraux à forte capacité militante. La rhétorique développée se focalisa, d’une part, sur la possibilité pour les Aspois de « vivre et travailler au pays » et, d’autre part, sur la nécessité pour les zones rurales en général et, les zones de montagne en particulier, d’être intégrées dans des réseaux économiques et de ne pas être exclues du processus de développement.

7De ces trois conflits, seul le dernier se solda – provisoirement – par un succès à la faveur de la contestation. Mais sans analyser les causes de ces échecs et de ces succès, il apparaît que ces trois « événements », que nous qualifierons de militants, ont montré tour à tour que cette vallée pyrénéenne était d’abord un territoire à valeur éthique, ensuite à valeur traditionnelle, et enfin à valeur économique.

8Nous avancerons l’hypothèse que les territoires, doués d’une forte plasticité et d’une puissante consistance, forment des instruments remarquables au service des nouveaux acteurs. Très simplement, nous pouvons avancer l’idée que les territoires possèdent la plasticité et la consistance nécessaires pour dire ce que l’on veut leur faire dire et pour montrer ce que l’on veut leur faire montrer.

  • 6 Nous empruntons ici la terminologie à Weber M., 1971, Économie et société, Paris, Plon.
  • 7 Ibid., p. 19.

9Il est maintenant nécessaire de préciser qu’en mettant en place ces quatre types de territoires, nous sommes bien consciente de la réduction que nous initions. Cependant, les territoires, conçus comme des constructions sociales, ne peuvent être interprétés et compris qu’à partir du sens et des formes que l’activité humaine attribue ou tente d’attribuer à leur invention (à leur construction) et leur développement. Les territoires, car ils possèdent une forme et un contenu significatifs visés6, entrent en cohérence avec l’activité humaine soit comme « moyen », soit comme « fin ». Face au foisonnement de l’activité humaine, cette proposition, par son ouverture et son degré d’approximation, permet de dégager des types « indicatifs » de territoires que l’on ne trouve pas sous cette forme dans la réalité. En effet, dans tous les cas, les territoires sont le résultat de processus hétérogènes, dont la part dans le processus de construction et de développement est souvent difficile à cerner. Les acteurs qui participent aux émergences territoriales contemporaines sont eux-mêmes, la plupart du temps, étrangers aux conséquences territoriales de leurs actions, même s’ils tentent de les prévoir quand cela a un intérêt pour eux (comme c’est le cas pour les acteurs politiques, par exemple). Une activité clairement significative ne constitue finalement qu’un cas limite7. Cette tentative n’a donc pour objectif que de cerner l’invention, la construction et le développement des territoires comme si l’activité sociale qui y participait se déroulait de façon consciente et selon une orientation réfléchie vers un sens visé.

10De plus, cette démarche proposée ne saurait en aucune façon se fonder sur un quelconque positivisme ou sur un évolutionnisme caché. Certains territoires seraient supérieurs à d’autres et pourraient entrer dans une « marche » vers un aboutissement bienheureux. Ces quatre types sont à considérer comme analogues dans les valeurs (même si elles sont différenciables) qui les portent et les processus sociaux qui les constituent. Ils sont, à notre sens, les aboutissements différenciés des idéologies contemporaines qui font cohabiter, de façon a priori paradoxale, un retour vers la tradition et l’authentique d’une certaine idée d’un « vivre ensemble », un hédonisme auto-centré, une conscience collective du respect de principes moraux vis-à-vis des hommes et de la nature, et un capitalisme avancé.

11Les questions de savoir si l’ensemble des territoires hérités et émergents entrent dans le cadre, si certains territoires sont attractifs et d’autres répulsifs, s’ils sont porteurs de distinction, ne trouveront pas ici de réponse. Il s’agit ici de proposer. L’épreuve empirique viendra ensuite.

La nature des discours constitutifs des territoires

12Ces territoires émergents ne peuvent avoir d’existence et de légitimité que s’ils fédèrent un nombre suffisant d’individus, ou pour le dire autrement s’ils possèdent une certaine importance numérique. Or, si durant la première modernité il y avait coïncidence entre les différentes sphères sociales et le territoire, cette coïncidence est à porter au crédit des États-Nations. En effet, forts d’un large faisceau de pouvoirs (violence institutionnalisée, contrôle de la socialisation, etc.), ils possédaient tous les moyens de persuasion, des plus doux aux plus violents, pour assurer et maintenir cette coïncidence.

13Les nouveaux acteurs émergeant, entre autres, des divers désengagements des États-Nation ne possèdent pas les mêmes « atouts » de conviction. La tâche est d’autant plus délicate qu’il s’agit ici de démontrer l’efficacité de la relation valeur/action/territoire : protéger l’environnement, convaincre les individus de signer une pétition, leur faire admettre que l’environnement est plus en danger à tel endroit qu’ailleurs et que cela nécessite une mobilisation de chacun, qu’il vive ou non sur ce territoire menacé, prôner l’équité spatiale ou persuader de consommer de façon préférentielle des produits du commerce équitable (café du Nicaragua ou du Costa Rica, chocolat du Ghana ou riz de Thaïlande). Ainsi, par l’intermédiaire du produit et de son origine tant géographique qu’équitable (les deux étant repérables notamment par des étiquettes bien spécifiques), le consommateur aura l’impression d’avoir une relation presque personnelle avec un producteur de tel ou tel pays et de participer à son développement socio-économique.

  • 8 Descombes V., 1987, Proust, philosophie du roman, Paris, Éditions de Minuit, cité par Augé M., 2006 (...)

14C’est donc par le discours que le territoire se construit et selon V. Descombes, « le territoire est aussi un territoire rhétorique »8. Ce discours fonctionne sur les fondements d’une idéologie. La reconnaissance et la légitimité du territoire passent ainsi par le partage du langage. Si celui-ci réussit à persuader un nombre suffisant d’individus, ce n’est pas parce qu’il est « vrai » mais parce que les individus acceptent de se laisser informer par à peu près n’importe quel discours, de le faire leur, à condition que celui-ci soit synchronique avec les grands principes et les valeurs du moment. L’habileté des émetteurs consiste donc à construire un sens en fait inexistant, ou du moins ténu. Lorsque ces magiciens de la significativité « tombent » sur des individus se percevant eux-mêmes comme désarticulés ou étant en « quête » d’identification, et qu’ils réussissent à persuader ces derniers des aptitudes « thérapeutiques » de leurs discours, ceux-ci ont alors de bonnes chances de passer pour vrais. Il s’agit donc d’une sorte de capacité de séduction déployée par les acteurs qui donnera une valeur au territoire.

15De plus, la participation des individus à la construction de ces territoires ne s’appuie sur aucune prescription et obligation, les émetteurs devront sans cesse revivifier le discours par de nouvelles preuves relatant le bien-fondé des actions menées et des territoires d’exercice pour conforter et maintenir l’adhésion d’un nombre nécessaire d’individus. En effet, les rapports aux territoires ne sont plus donnés mais choisis, et ne se fondent plus sur la prescription mais sur une sorte de négociation persuasive continuelle. Ainsi, les territoires n’ont de pertinence et de consistance, de valeur et de qualité, que si les individus acceptent de les pratiquer (d’une façon ou d’une autre) et de les faire entrer dans le champ de leurs territorialités.

  • 9 Voir Lussault M., 1993, Tours : images de la ville et politique urbaine, Tours, Éditions de la Mai (...)

16Les travaux de M. Lussault sur l’importance du récit identitaire dans l’action urbaine montre l’ingéniosité des acteurs urbains dans la construction d’un discours à visée identitaire qui distinguera leur ville des autres9. Cet auteur recourt à la notion de « performativité » pour caractériser les compétences des élus à construire l’image de la ville par le récit et pour lui conférer une particularité spatiale et une identité nécessaires pour trouver une « place » dans la concurrence mondiale.

  • 10 Symbole classique et perceptible dans l’architecture bordelaise.
  • 11 Organisation d’une fête bi-annuelle du vin.
  • 12 Vinitech, salon mondial des équipements et des techniques de la vigne, du vin et des spiritueux.
  • 13 Vinexpo, salon international du vin et des spiritueux.
  • 14 Voir www.greatwinecapitals.com.
  • 15 Velasco-Graciet H. et Kociembav V. et Roy C., 2006.

17Une recherche récente sur l’utilisation de la référence à la vigne et au vin dans la construction de l’image de l’agglomération bordelaise vient confirmer la thèse. En effet, les élus, par une rhétorique mariant le symbole classique du vin-distinction10 et de toutes nouvelles correspondances entre le vin et la fête11, entre le vin et l’innovation12, le vin et le commerce mondial13, tentent de donner une identité « relookée » à la ville et de l’insérer dans un réseau mondial des agglomérations viticoles14. À la suite de ce premier travail sur la construction de l’image vitivinicole de l’agglomération bordelaise, une enquête a été menée auprès d’habitants pour mesurer le degré d’appropriation de cette « nouvelle image » de Bordeaux. Cette enquête montre que, malgré les efforts développés par les acteurs, les habitants de la CUB convoquent en majorité la vigne et le vin de façon annexe lorsqu’ils parlent de leur ville15.

  • 16 Di Méo G., 2004, « Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités », p. 339 (...)
  • 17 Se reporter à Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002.

18Cet écart entre la création en acte et en espace d’une identité collective et le degré d’appropriation par les individus nous met dans l’embarras. Ainsi, même si nous pouvons parler de performances symboliques pour caractériser la façon dont les acteurs inventent des territoires et des identités collectives, il apparaît que « le territoire émergent relève en effet bien plus de l’imaginaire et du vécu (de l’idéologie donc et de ses manipulations politiques) que de la stricte pratique ou de l’usage concret des lieux qui le composent »16. Cet écart mis en évidence par les auteurs leur fait avancer, comme nous l’avons vu, l’existence d’une séparation entre deux sphères, celle des pratiques et du vécu des individus et celle des images et des symboles appelés dans l’invention des nouveaux territoires17.

  • 18 Staszak J.-F., 2004, « L’exote, l’oviri, l’exilé : les singulières identités géographies de Paul Ga (...)

19À notre sens, la méprise vient de la vision classique que nous avons de l’identité comme étant exclusive, donnée et en cohérence avec un territoire. Nous cherchons en vain, semble-t-il, l’enracinement et l’appropriation. Il semble plus pertinent d’établir une correspondance systématique entre l’identité d’un territoire inventé et construit par des acteurs et l’identification exclusive des individus à ce même territoire. Nous suivrons ici l’intuition de J.-F. Staszak selon laquelle « il n’est pas non plus évident que le rapport identitaire à l’espace passe nécessairement par un processus d’appropriation ou d’affectation spatiale »18. Nous soutiendrons l’idée que le rapport identitaire à l’espace est ténu, mobile et labile et, par ce fait, qu’il met les territoires en concurrence, les menace dans leur bien-fondé temporel.

20Ainsi, nous proposons d’observer ces territoires qui possèdent un pouvoir d’identification possiblement remis en cause car ils sont soumis aux aléas des modes et des idéologies dominantes, aux intérêts et aux besoins des individus qui, dans cette seconde modernité, ont la possibilité ou l’obligation de participer à des collectifs variés. Ces territoires se logent dans un vaste entre-deux. Ils se situent dans la béance territoriale entre deux types de territoires.

  • 19 Augé M., 1992. Pour plus de précisions sur la notion se rapporter à Oliven R.G., 2006, « Territoire (...)
  • 20 Foucault M., 1984, « Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 196 (...)
  • 21 Augé M., 2006, p. 7.

21D’abord, les territoires par lesquels les mobilités et les passages de tous ordres s’opèrent et s’exercent : les aéroports, les gares, les supermarchés, les bateaux, les casernes, les autoroutes, etc. Ils sont des accélérateurs de mobilité. M. Augé les a qualifiés, pour partie, de « non-lieux »19, notion souvent rapprochée à celle d’« hétérotopie » de M. Foucault20. Ces territoires « autres », sont définis comme des « espaces où l’on ne lit pas immédiatement ni une identité, ni des relations, ni des symboles partagés »21. M. Foucault les caractérise par cinq principes : ce sont des lieux de nulle part ; qui sont en synchronie avec la culture dont il dépendent ; qui intègrent, dans le cadre de leurs limites matérielles, plusieurs espaces ; qui sont hétérochrones (liés à des découpages du temps) et dont l’accès nécessite de remplir certaines conditions ; et enfin, qui possèdent notamment la fonction de spatialiser les déviances ou les pratiques remettant en cause l’ordre social et territorial.

22Ensuite, il y a tous ces espaces supports de l’identité qui s’énoncent : être de tel village, de tel pays, de telle région, voire appartenir au monde. Les enquêtes menées afin de cerner l’identité sont, en général, construites autour de questions simplistes qui induisent soit une réponse attendue qui oblige l’enquêté à se positionner dans un cadre géographique pré-établi (« Vous sentez-vous être plutôt Français, Européen ou citoyen du monde ? »), soit une réponse obligée à une question que les enquêtés semblent peu se poser (« À quel espace ou territoire vous sentez-vous appartenir ? »). Et même si les questions sont enrichies de l’« inévitable » « pourquoi ? », le sentiment qui ressort chez l’enquêteur est souvent celui de marcher sur d’autres sentiers que ceux des individus qu’il interroge, de ne pas posséder les bons outils pour approcher et cerner la réalité des rapports des individus à l’espace. L’embarras des réponses des interlocuteurs pourrait, comme ce fut le cas, justifier la thèse selon laquelle l’identité territoriale des individus serait à tel point intégrée qu’elle ne serait pas réfléchie, qu’elle appartiendrait, pour chacun d’entre eux, à la nature des choses, ou pour le dire autrement, que les individus posséderaient une identité à tel territoire de la même façon qu’ils respireraient nécessairement de l’air pour vivre.

  • 22 Lévy J., 1999.

23Mais notre intuition est toute autre et nous pensons, pour reprendre J. Lévy, que cette identité énoncée est, en certaines circonstances, une « identité de localité »22, même si elle fait référence au monde. Elle est une identité de positionnement géographique car finalement, il faut bien être de quelque part et pouvoir se situer par rapport aux autres. Cependant, cette identité territoriale énoncée (et bien sûr élective) n’épuise en rien les autres identifications territoriales des individus de la seconde modernité et ne donne qu’une idée tronquée de la complexité de leurs jeux.

  • 23 Friedman J., 2000, « Des racines et (dé)routes : tropes pour trekkers », L’Homme, Paris, Éditions d (...)

24Malgré tout (et cela mérite d’être rappelé), nombreux sont ceux qui aujourd’hui vivent toute leur vie au même endroit, au sein d’une communauté relativement stable, et une bonne partie de la population mondiale n’a pas accès aux médias électroniques : tout le monde n’a pas, en effet, un « passé local » et un « présent mondial »23. Mais l’idée d’un Ailleurs fait de possibles imprègne l’imaginaire social et insuffle la conscience, de façon plus ou moins explicite, d’appartenir à un corps physique relativement restreint, celui de la planète où les mobilités sont possibles.

Notes

1 Par exemple, en suivant S. Brunel, il arrive que les touristes remplacent des ONG à leur départ.

2 Sur ce sujet, se référer entre autres à Reed D. (dir.), 1998, Ajustement structurel, environnement et développement durable, Paris, L’Harmattan ; Auroi C. et Schümperli Younossian C. (dir.), 2001, Le commerce équitable, Genève IUED ; Lecomte T., 2005, Le commerce équitable, Hambourg, Eyrolles.

3 Source : sondage Alter Eco, mai 2002. À la question « qu’évoque pour vous le commerce équitable ? », 70,1 % des personnes évoquent l’humanitaire, 8,4 % la tradition, 8 % la découverte, 7,3 % la nature (6,2 % autres).

4 À titre anecdotique, au cours d’un entretien en février 2006, un chef d’une entreprise d’import-export de produits équitables (région bordelaise), après un préambule sur l’éthique de ses activités, précisait : « Il est important de suivre la géopolitique mondiale, d’être toujours prêt. S’il y a un problème politique en Haïti, tout de suite mettre sur le marché du café haïtien, un début de famine à Madagascar, lancer le chocolat malgache… et là, c’est sûr que ça marche. »

5 Son action dura plus de cinq semaines, l’élu perdit près de 40 kilogrammes.

6 Nous empruntons ici la terminologie à Weber M., 1971, Économie et société, Paris, Plon.

7 Ibid., p. 19.

8 Descombes V., 1987, Proust, philosophie du roman, Paris, Éditions de Minuit, cité par Augé M., 2006, « La planète comme territoire », p. 7-15, in de Biase A. et Rossi C., Chez nous. Territoires et identités dans le monde contemporain, Paris, Éditions de la Villette, p. 9.

9 Voir Lussault M., 1993, Tours : images de la ville et politique urbaine, Tours, Éditions de la Maison des Sciences de la Ville ; Lussault M., 1997, « Des récits et des lieux : le registre identitaire dans l’action urbaine », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, p. 522-530 ; Tremblay R., 2006, « La qualité de vie des villes du savoir », colloque du 50e anniversaire des Cahiers de géographie du Québec intitulé « Les Chantiers de la géographie », Cahiers de géographie du Québec, Montréal, 28-29 avril.

10 Symbole classique et perceptible dans l’architecture bordelaise.

11 Organisation d’une fête bi-annuelle du vin.

12 Vinitech, salon mondial des équipements et des techniques de la vigne, du vin et des spiritueux.

13 Vinexpo, salon international du vin et des spiritueux.

14 Voir www.greatwinecapitals.com.

15 Velasco-Graciet H. et Kociembav V. et Roy C., 2006.

16 Di Méo G., 2004, « Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités », p. 339-361, Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, no 638-639, p. 345.

17 Se reporter à Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002.

18 Staszak J.-F., 2004, « L’exote, l’oviri, l’exilé : les singulières identités géographies de Paul Gauguin », p. 363-384, Annales de géographie, Paris, Armand Colin, no 638-339, p. 365.

19 Augé M., 1992. Pour plus de précisions sur la notion se rapporter à Oliven R.G., 2006, « Territoires et identités : une relation construite », in de Biase A. et Rossi C., p. 304-314.

20 Foucault M., 1984, « Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967) », Architecture, Mouvement, Continuité, no 5, octobre, p. 46-49. Ce rapprochement entre non-lieux et hétérotopies mériterait malgré tout de plus amples développements.

21 Augé M., 2006, p. 7.

22 Lévy J., 1999.

23 Friedman J., 2000, « Des racines et (dé)routes : tropes pour trekkers », L’Homme, Paris, Éditions de l’EHESS, no 156.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search