Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Quatrième partie. Les territoires contemporains et la dimension spatiale des identités. Proposition

Chapitre 18. Les territoires émergents

Texte intégral

1Nous avons repéré quatre types de territoires émergents autour de systèmes de valeurs spécifiques : les territoires se fondant sur la tradition et l’authenticité, les territoires se fondant sur l’éthique, les territoires se fondant sur l’hédonisme, et enfin les territoires se fondant sur la rationalité économique.

2Bien sûr, il ne s’agit que de tendances. Il conviendrait plutôt de dire que les territoires émergents s’appuient de façon préférentielle sur telle ou telle valeur, mais non de façon exclusive.

Les territoires de valeur traditionnelle

  • 1 Hobsbawm E. et Ranger T. (dir.), 1992. Se reporter aussi à Lipovetsky G., 2004, p. 123 et suivantes
  • 2 Peut-être s’agit-il de ces territoires cachés sous les cartes ?
  • 3 Voir Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002.

3Ils n’émergent pas d’un recours à une coutume transmise mais plutôt d’un processus d’« invention de la tradition »1. Les territoires dessinés sont variés. Ils relèvent d’une réémergence d’une sorte de « patrimoine humain » que la première modernité aurait négligé ou tenté de faire disparaître2. Les acteurs, des simples associations jusqu’aux structures politiques élaborées, en appellent à une réécriture ethnographique et écologique3 pour confirmer l’historicité et la particularité de ces territoires et des populations qui les ont constitués.

  • 4 Chivallon C., 2004 (b), « Espace et mémoire à la Martinique », Annales de Géographie, Paris, Armand (...)

4Ils sont reconstruits, dans les discours, sur le modèle de ce qu’ils étaient avant que l’État-Nation ne tente de les effacer, et ce par des moyens plus ou moins violents, avec ou sans le consentement des autochtones. Ces territoires ne recouvrent évidemment pas les territoires politiques de la première modernité ; ils sont porteurs d’une identité « mémoire »4 souvent présentée comme « pré-nationale ».

  • 5 Cavaillès H., 1910, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime », Revue Historique, tome 205, (...)
  • 6 Ducourneau C., 1996, Récréation culturelle des territoires en Béarn (Josbaig et Barétous), Universi (...)

5Par exemple, dans les Pyrénées Occidentales françaises, ce que H. Cavaillès5 avait appelé « les petites Républiques », à la topographie « valléenne », font l’objet de toutes les attentions. Ces anciennes entités sociales et politiques sont recréées et ce sont les anciennes coutumes (carnaval, montée des brebis aux estives, fabrication de fromage par les bergers) qui, après de longues années d’oubli, sont réinvesties, resémantisées notamment par la création d’événements festifs6. Ces événements temporaires, largement repris par les acteurs politiques locaux, recréent le sentiment d’une identité « valléenne », mettant en avant une sorte d’authenticité spatialisée des rapports sociaux.

  • 7 Dans d’autres cas, la religion est invoquée. Par exemple, les Indiens Aymara, dont le territoire h (...)

6Les tentatives plus ou moins abouties de re-création de territoires régionalistes comme la Corse et le Pays Basque en appellent aussi à la tradition. Forme plus aboutie, ici c’est la langue commune, les systèmes sociaux et culturels, et l’histoire des résistances et des humiliations qui sont convoqués7. Des phénomènes semblables sont émergents aussi dans le processus de réhabilitation des premières nations en Amérique du Nord et plus marginalement en Amérique du Sud. Ces communautés revendiquent une légitimité territoriale du fait de l’ancienneté de leur installation. Les limites du territoire revendiqué correspondent aux limites historiques souvent « présumées ».

  • 8 Sur la diaspora chinoise, voir les travaux de Manzagol C., 2005, ou de Velasco-Graciet H., « Le te (...)

7Entre ces territoires se créent des réseaux de natures diverses qui favorisent l’entraide pour la défense de leurs particularismes. Les appuis sont aussi extérieurs et émanent d’associations organisées ou d’individus isolés. L’utilisation croissante des communications (et notamment l’accès facilité à Internet) semble avoir un rôle déterminant dans la mise en réseau des mouvements culturels et politiques locaux et des diasporas disséminées dans le monde. Ainsi, à titre d’exemple, le territoire basque inclut, à partir de son centre « historique », une constellation de lieux reliés par des réseaux. Ce territoire de type archi-pélagique est régi par des normes et des valeurs exprimées comme authentiques qui lient ses membres8.

Carte 2 – Réseau des Maisons basques dans le monde.

Carte 2 – Réseau des Maisons basques dans le monde.
  • 9 Club sportif où les Basques français se retrouvaient pour pratiquer un sport et pour les grands év (...)

Nous, ici, à Santiago, maintenant, on est toujours en relation avec le Pays Basque. On a un site et on sait tout ce qui se passe là-bas et eux, pareil pour ici. Moi, je suis parti en 1947 et là, il n’y avait que les lettres avec la famille et les copains. J’allais en vacances de temps en temps, mais la vie, elle va plus vite que le courrier et elle ne s’arrête pas quand on n’est pas là, au pays je veux dire. On avait la Maison basque et le club français9 pour se retrouver, mais ce n’était pas pareil, c’était plutôt pour ne pas oublier, qu’on se retrouvait. Maintenant, on a même des accords avec l’Euskadi. Même si on est loin et qu’on est un peu Chilien, surtout les gosses qui sont nés ici, on est comme au Pays Basque, on suit les événements, on peut signer des pétitions pour les prisonniers, enfin pour ceux qui veulent. Enfin, on suit tout ça de près, comme si on y était. Des fois, quand je rentre, je me rends compte que j’en sais plus sur ce qui se passe que certains qui sont restés là-bas.
Entretien décembre 2005
Maison basque, Santiago

Les territoires de valeur éthique10

  • 10 Outre les exemples proposés, peuvent y être ajoutés les territoires relevant du religieux et du sa (...)

8Ces territoires sont portés par divers acteurs de taille et d’envergure territoriales diverses. On y trouve aussi bien des petites associations locales, des acteurs politiques issus des politiques de décentralisation que des organisations internationales, issues soit de la société civile comme les ONG (de tailles plus ou moins importantes), soit de la volonté politique d’États fédérant leurs actions autour de problèmes internationaux spécifiques comme L’UNESCO ou L’UNICEF.

  • 11 Se référer à Brunel S., 2004, « Les ONG et la mondialisation », in Michaud Y. (dir.), p. 283-304.

9Ces acteurs légitiment leurs pratiques sur des valeurs de nature éthique que l’on peut regrouper sous la bannière du « développement durable », conciliant la lutte contre les inégalités et la pauvreté, et la préservation de l’environnement naturel et culturel11. De façon générale, la rhétorique se fonde sur une contestation, souvent de nature militante, de la mondialisation et de ses conséquences.

10Leurs interventions construisent des territoires qui, à un moment donné, sont considérés comme nécessitant une intervention extérieure allant du fauchage d’un champ de maïs transgénique, d’une fouille préventive de sauvetage lors de la construction d’une infrastructure, à la mise en place d’un « protectorat humanitaire ». On peut parler de territoire car les limites sont définies. Elles circonscrivent une zone d’intervention sur laquelle un collectif social plus ou moins fédéré et institutionnalisé va, par ses actions, intervenir au nom de grands principes moraux.

  • 12 Brunel S., 2006, La planète dysneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Paris, Éditions Sciences (...)

11Certains de ces territoires s’inscrivent dans un temps court et perdent de leur substance dès que les actions sont considérées comme menées à leur terme. Territoires d’intervention, ils ne durent que le temps d’un conflit, d’une catastrophe humanitaire ou environnementale et de l’intérêt médiatique qui leur est porté. Ainsi, une cartographie de ces territoires éthiques est délicate. En effet, ils naissent et disparaissent au rythme des catastrophes qui secouent la planète et leur mise en lumière se succède à grand rythme. Il pourrait s’agir d’une carte où ces territoires s’allumeraient par année : « En 1991, c’était Diyarbakir en Turquie, parce que l’exode des Kurdes fuyant les bombardements de Saddam Hussein était bloqué dans les montagnes aux frontières de la Turquie ; en 1992, Phnom Penh, dans un Cambodge pacifié après les accords de Paris, Sarajevo, dévastée par les snipers, ou encore Mogadiscio, où s’affrontaient les seigneurs de la guerre ; en 1994, Goma, aux frontières du Rwanda, ravagée par le choléra après le génocide ; en 1998, l’Amérique centrale, nouvel épicentre de la solidarité internationale à la suite de l’ouragan Mitch ; en 1999, Pristina au Kosovo et Dili au Timor, quand la diplomatie internationale inventa les protectorats humanitaires. Et puis Khartoum, Kaboul, Monrovia, Freetown… Chacune de ces villes est devenue tour à tour un “humanitaire land”, avec les quartiers des ONG et leurs belles villas, les restaurants et les bars fréquentés par les expatriés, l’explosion des emplois offerts aux locaux dans le secteur de l’aide. Puis l’engouement caritatif est retombé et quand la communauté internationale a cessé de financer l’aide d’urgence ou la reconstruction de la région, les ONG sont reparties. Leur désertion entraîne toujours un véritable marasme économique…12 »

12Les territoires relevant de la protection des environnements naturels et culturels se fondent de la même manière sur des valeurs éthiques de protection et de conservation d’un patrimoine subissant les effets néfastes de la mondialisation. Ici aussi les exemples sont nombreux et les territoires dessinés sont de métriques et d’échelles variées : de la protection du petit patrimoine (granges, lavoirs, etc.) par des associations locales à la reconnaissance internationale d’ensembles culturels ou naturels se voyant octroyer divers labels leur donnant une reconnaissance territoriale de belle ampleur. Ainsi, à titre d’exemple, la vallée de la Vézère dans le département de la Dordogne devient la « Vallée de l’Homme » et la ville de Valparaiso au Chili s’annonce être la ville des marins, des bars d’escale, des maisons colorées et des ascenseurs vertigineux. Mais le travail ne s’arrête pas à la construction d’une image ; les acteurs (publics, privés, nationaux ou internationaux) interviennent sur la matérialité et construisent un paysage coïncidant avec la rhétorique mise en place. Les lieux sont retravaillés et des politiques de réhabilitation et de développement, avec leurs normes et leurs prescriptions, surgissent avec tous les éléments architecturaux d’un territoire particulier nullement comparable à un autre. Par le paysage reconstruit, une ambiance émerge, susceptible de séduire les individus en quête d’authenticité et de patrimoine pour le choix de leurs vacances ou de leurs lieux de résidence.

  • 13 Ce réseau regroupe Porto, Bilbao, Bordeaux, etc. Voir partie 6.

13De plus, ces divers territoires, inscrits dans une même dynamique, sont reliés entre eux soit par les règles qu’ils doivent suivre pour entrer et se maintenir dans le cercle fermé des sites remarquables, soit par des réseaux de promotion touristique, comme par exemple les liens entre le site d’Eyzies en France et celui d’Altamira en Espagne ou l’adhésion de la ville de Bordeaux au réseau mondial des métropoles viticoles13. Les acteurs qui les inventent les institutionnalisent en les délimitant et en les normalisant. Mais ces limites ne sont jamais figées et les normes qui les régissent peuvent à tout moment être actualisées. Leur cartographie est en mouvement. La carte des sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité en 2004 montre un globe moucheté de points, chacun de ces points figurant un territoire concerné (que l’on pourrait relier par des lignes figurant les liens qui les mettent en rapport) différera d’une même carte qui sera élaborée dans quelques années.

14Viennent s’y ajouter toutes les aires naturelles protégées, territoires éthiques qui, au nom de la nature et de sa protection, peuvent interdire aux populations locales l’exercice de leurs activités (cueillette, chasse, élevage, exercice de rites, etc.). Les normes qui constituent ces territoires font l’objet de bien des résistances locales sous les formes les plus frontales (oppositions d’agriculteurs en France contre les zones Natura 2000) aux plus transgressives (prélèvements d’essence médicinale, maintien des pratiques de cueillette et de chasse par les populations rurales malgaches à l’intérieur des parcs nationaux).

Carte 3 – Répartition mondiale des sites classés au patrimoine de l’humanité.

Carte 3 – Répartition mondiale des sites classés au patrimoine de l’humanité.
  • 14 Association Gazpar.

Je suis arrivé en Soule en tant qu’objecteur de conscience pour travailler dans une ferme. Je viens de la Beauce. Mes parents avaient une exploitation agricole. Je suis venu ici pour être un paysan, pas un exploitant agricole. Je me suis plu ici, tout de suite, même si l’accueil a été mitigé. Quand ils ont parlé de faire passer le gazoduc ici, c’est comme s’ils avaient touché à ma chair. Faire mal à la terre, c’est me faire mal à moi, ici à l’intérieur. Alors, tu parles, j’ai été des premiers à faire partie de l’association14. Des Souletins sont venus nous rejoindre après et puis nos copains de la vallée d’Aspe. On avait des contacts avec des militants allemands et néerlandais, tous des copains. On est ami quand on se bat pour protéger la terre, l’environnement. On est responsable, tous, de la nature. Et moi, que ce soit ici ou plus loin, je me mobiliserai toujours pour ça ou plutôt contre toutes les « saloperies » qu’ils font pour toujours gagner plus. Ils font crever les enfants de faim, il assèchent les rivières avec l’irrigation, ils font mourir les poissons.
Entretien printemps 1996
Province de la Soule, Pays Basque français

Les territoires de valeur hédoniste

  • 15 Dans les discours des individus, c’est ce sens qui sera mentionné, même si, de façon inconsciente (...)

15Ces territoires se dévoilent à la faveur de la multiplication des pratiques touristiques, sportives, culturelles et festives qui caractérisent l’époque contemporaine. Portés par des acteurs très variés (collectivités territoriales, entreprises du secteur privé de toutes tailles, associations, etc.), leur invention et leur développement se réfèrent à des valeurs hédonistes. La montée de l’individualisme a en effet développé une attention égocentrique : culte du corps et de la performance, attention portée aux émotions et recherche de plaisir. Mais plus qu’une recherche exclusive du plaisir comme fin en soi, il s’agit davantage de la recherche d’un bonheur individuel dans un collectif uni par cette même quête et trouvant une cohérence autour d’un altruisme partagé. Ainsi, nous pouvons caractériser cette valeur émergente non pas d’hédoniste, mais plutôt d’eudémoniste car elle prône non le plaisir mais le bonheur. Par exemple, les nouvelles pratiques d’écotourisme conjuguent, au moins dans les discours qui les légitiment15, à la fois un plaisir personnel de découverte d’un Ailleurs et une participation, volontaire et en acte, au développement de ce même Ailleurs.

  • 16 Nous y incluons l’ensemble des pratiques touristiques, sportives, culturelles ou festives. Soulign (...)
  • 17 Dewailly J.-M., 2002, « Déplacements et espaces de tourisme et de loisir », p. 100-109, in Knafou R (...)

16La facilité et la rapidité accrues des moyens de transport ont généré une sorte de planétarisation des migrations (plus ou moins lointaines) liées à ces phénomènes fugaces que sont les loisirs16. Ainsi « n’est-il sans doute pas exagéré de dire que, bien qu’aucune estimation précise n’ait jamais été faite, les déplacements de loisirs se comptent par dizaines ou centaines de milliards à la surface du globe. Dans tous les pays, à des rythmes spatiotemporels divers, mais partout en croissance rapide, ils se multiplient pour répondre à la curiosité des hommes, à leur soif de découverte, de rapports sociaux nouveaux, de rencontres des autres et de soi-même »17.

  • 18 Voir, entre autres, Urbain J.-D., 1989.

17Séjours de courte ou de longue durée, déplacements plus ou moins lointains sous des motivations diverses, les pratiques des loisirs dépassent le seul espace-temps dans lequel elles se déroulent. Elles débutent, bien avant le départ, par la consultation de brochures, de guides, de sites de promotion et de programmes de fêtes. Elles se poursuivent durant le trajet. Au retour, elles se manifestent par la construction d’un discours resituant l’action dans le cadre du sens visé avant le départ, lui donnant ainsi le sens voulu : « Se détendre, s’amuser, visiter, se cultiver, etc. »18.

  • 19 L’éloignement des lieux fréquentés fut progressif et est lié aux améliorations des moyens de commu (...)
  • 20 Rauch A., 2002, « Mobilités vacancières », p. 95-100, in Knafou R. (dir.), p. 98.
  • 21 Voir Brunel S., 2006, p. 125.
  • 22 Viard J., 1984, Penser les vacances, Paris, Actes Sud, et Viard J., 2000, Court traité sur les vaca (...)
  • 23 Cazes G., 2002, « Les mobilités touristiques internationales », p. 77-91, in Knafou R. (dir.), p. 8 (...)

18Le développement des pratiques de loisir a généré l’apparition de nombreux territoires d’exercice. André Rauch, dans sa brève histoire du tourisme, rappelle les mutations des motivations liées aux pratiques touristiques : le tourisme lié à la santé dans les villes d’eau et les stations de montagne, ou à la recherche des origines en Italie, en Grèce ou en Orient, au xixe siècle19. Ce tourisme réservé aux catégories sociales les plus élevées se démocratise en France à partir de 1936, et progressivement, « les vacances de masse brouillent l’ordre antérieur, changent les lieux et les mentalités, mais reproduisent souvent les savoir-faire hérités : il faut visiter les lieux qui ont porté les rêves de générations passées ou celle des parents »20. Des imposantes architectures de bord de mer des années 1960-1970 jusqu’aux aménagements les plus intégrés, émergent des territoires bien spécifiques en adéquation avec les demandes variées et plurielles, mais marquées dans le temps, des touristes contemporains. Ces territoires sont parfaitement délimités, passant des enceintes d’une marina à un itinéraire obligatoire que les touristes sont invités à suivre21 dans telle réserve. Toujours plus vastes et toujours plus nombreux, les territoires du tourisme constitueraient « la deuxième peau du monde » pour reprendre J. Viard22, et « désormais, la quasi-totalité des régions et des populations mondiales est exposée au phénomène touristique à des degrés variables, des Tarahumaras mexicains aux Indiens Wayana de Guyane ou aux Toraja de Sulawesi… »23.

  • 24 Brunel S., 2006.

19Ces territoires entrent en écho avec les attentes des touristes, s’y conforment avec justesse et finesse et sont réglés par tout un système de normes. Ainsi, le paysage est exotique s’il le faut, les indigènes joyeux et accueillants si nécessaire, les monuments prestigieux et les animaux sauvages, faisant dire à S. Brunel que le monde se « disneylandise »24.

  • 25 Ibid., p. 89-90.

20Mais le développement par le tourisme, tant pour les pays que pour les entreprises, n’apparaît pas être un pari puisque les prévisions de l’Office Mondial du Tourisme estiment le nombre de touristes en 2010 à 1,2 milliards et en 2020 à 1,6 milliards. Les retombées économiques sont ainsi considérables puisque « l’évaluation stricte du flux monétaire engendré par les déplacements internationaux révèle son importance par comparaison : c’est l’équivalent de la valeur de 7 à 8 % des exportations mondiales de biens et de services, de 35 % des seuls échanges de services, de 30 % des échanges pétroliers… Pour les pays en développement, l’apport touristique brut représente plus de deux fois celui de l’aide publique internationale »25.

21Finalement, la seule incertitude dépend de l’évolution des goûts des touristes qui, à la recherche de nouveautés paysagères, de rencontres inattendues, d’un regard renouvelé sur l’Ailleurs, peuvent délaisser des sites pour d’autres, abandonnant des territoires qu’ils avaient chéris, des lieux qui avaient toute la force de l’exceptionnel peu de temps auparavant.

  • 26 Voir Augustin J.-P., 1995, Sport, géographie, aménagement, Paris, Nathan.
  • 27 Voir Augustin J.-P., 1994, Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, Pessac, MSHA.

22Les territoires du sport entrent dans la même logique d’invention. Les pratiques sportives, en se fondant sur diverses valeurs de type hédoniste allant du culte du corps à la performance et au dépassement de soi, nécessitent pour leur exercice des aménagements de tous types26. Ces aménagements dévoilent des territoires de pratiques, institutionnalisés par des normes et des obligations reconnues par les pratiquants sur l’ensemble des sites de cette même pratique, et ce quelle que soit leur situation géographique (territoire du surf, du golf, de la varappe, de l’alpinisme, etc.). Ces territoires n’attirent pas seulement les pratiquants, mais aussi toute une foule d’admirateurs et d’activités annexes27. Ils revêtent souvent un caractère éphémère car leur maintien dans le temps dépend du degré d’engouement collectif, engouement qui se tarit en fonction de nouvelles modes.

23Nous finirons rapidement par les territoires festifs. Nous ne parlons pas ici des fêtes « traditionnelles » mais de ces fêtes qui, peu à peu, se mondialisent et connaissent un engouement tout neuf. Sans revenir sur les fondements sociaux des fêtes, carnavals ou cavalcades, ici ce sont les valeurs individuelles que nous retiendrons. Car dans ces cas, il ne semble pas s’agir d’une remise en cause d’un système social. Ce qui ressort relève plutôt de l’adhésion individuelle et éphémère à un territoire, proche ou lointain, sur lequel chaque participant peut s’exprimer en toute liberté, du moins le croit-il. La fête de la bière de Munich, les carnavals de Rio et de Nice, les fêtes de Pampelune sont autant de territoires qui, autrefois traditionnels, se sont inventés une nouvelle façon d’être. Attractifs pour diverses raisons, leur succès a progressivement figé des normes et des règles et délimité leurs contours festifs.

  • 28 Hemingway E., 1949, Le soleil se lève aussi, Paris, Gallimard.
  • 29 Garat I., 2001, « Bayonne : la fête urbaine et le pays », in Di Méo G. (dir.), p. 133-154 ; Pisseta (...)

24Ainsi, à titre d’exemple, les fêtes de Pampelune n’ont pas ou peu connu de changements, dans leurs formes et dans leurs règles, après qu’Ernest Hemingway les ait publicisées et mondialisées dans son roman Le soleil se lève aussi28. Par leur succès de nature internationale, ces fêtes se sont diffusées, dans leurs formes et dans leurs règles, dans le grand Sud-Ouest français29. De plus, par des réseaux institutionnels entre les divers comités des fêtes et des flux des participants, une sorte de « supra-territoire » festif s’est constitué, incluant l’ensemble des villes concernées (Pampelune, Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, etc.). Ce « supra-territoire » n’existe ou n’a de matérialité que durant les mois d’été. Aux limites mobiles, il s’épaissit au gré des entrées nouvelles : la dernière repérée en remontant vers le nord est la ville de Souillac, dans le Lot. Ainsi, le temps d’une saison estivale, ce « supra-territoire » festif va être mis en lumière, et en chacun de ces points la forme et les règles de la fête seront identiques. Il drainera non seulement les populations autochtones, mais aussi, en fonction de leur renommée, des populations éloignées qui, durant quelques jours, s’approprieront le territoire, le pratiqueront et auront l’impression d’en faire partie.

  • 30 Le nom de festayre est réservé à ceux qui « savent faire la fête » selon les normes imposées et ex (...)
  • 31 Régionalisme du terme « bagarre ».

Les fêtes de Bayonne, j’y viens depuis sept ans. Je vais aussi à Pampelune, à Dax, à Vic-Fezensac, enfin, je vais là où l’on s’amuse. Et ici, on sait s’amuser. Je trouve que c’est bien, on est tous habillé en blanc et en rouge, comme ça, on est tous pareil. Pendant cinq jours, je suis Bayonnais. À la base, je suis plutôt un festayre30 car je suis pareil à Bayonne qu’à Dax ou à Pampelune. Remarque, ce n’est pas compliqué, il suffit de boire et de chanter. Et puis ici, ça gère, c’est organisé, il y a tout ce qu’il faut même les flics pour surveiller au cas où. Ici, on s’éclate et c’est important de s’éclater, on se laisse aller, on parle de ce qu’on veut, on drague qui on veut, on boit comme on veut. C’est pas comme les fêtes dans les villages chez moi où on est surveillé et souvent ça finit à la castagne31. Heureusement qu’il y a toutes ces fêtes car on peut s’éclater. Ici, on se sent vraiment être ce qu’on est vraiment.
Entretien août 2006, fêtes de Bayonne
Département des Pyrénées-Atlantiques

Les territoires de valeur économique32

  • 32 Ce type de territoire est à notre avis prédominant, et sous tous les autres types de territoires m (...)
  • 33 Les économistes préfèrent parler de firmes transnationales plutôt que de firmes multinationales.

25Par la mise en place de politiques de déréglementations et de privatisations, les États-Nations ont permis et accéléré, entre autres, la libéralisation de l’économie. Abandonnant une position interventionniste de type keynésien, ils se sont attribué une compétence externe, celle relative à l’environnement des entreprises : infrastructures, politiques fiscales, etc. Ce désengagement a favorisé l’émergence de nouveaux acteurs économiques, les firmes transnationales33. Elles se caractérisent comme des unités produisant dans plusieurs pays et dont 25 % au moins du chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger, opérant à l’intérieur et à l’extérieur du territoire national, et ayant un marquage national tout en traversant les frontières.

26Le CNUCED dénombre 63 000 firmes transnationales en 2000, avec 700 000 à 800 000 filiales à l’étranger.

  • 34 Au même titre que le type de technologie ou le style de commandement.

27Si les révolutions industrielles avaient fortement spécialisé les territoires (textiles dans le Nord de la France, métallurgie dans l’Est de la France), la nouvelle économie des années 1970 et la mondialisation définissent une nouvelle logique spatiale se fondant sur un régime d’accumulation inédit et sur un processus de redéploiement industriel. Malgré tout, la dynamique concurrentielle mondiale réactive aujourd’hui certains enracinements en donnant de la valeur aux territoires appartenant à une même firme. En effet, mis en réseau, ils permettent de dépasser le capitalisme fordiste, faisant preuve depuis une trentaine d’années de faiblesses conséquentes manifestant son inadéquation à la mondialisation. Nous parlons de territoire de valeur rationnelle car ici, le territoire est un moyen parmi d’autres34, considéré comme adéquat pour atteindre un but visé (ici, la maximisation des profits).

  • 35 Voir Carroué L., 2004 ; Bacconier G., Benoît B., Clément G., Lallemant P. et Saussac R., 2005.

28Nous prendrons comme exemple la firme Toyota compte tenu de l’exemplarité des procédés économiques mis en œuvre et du territoire qu’elle a progressivement construit depuis sa création en 193335.

29La firme Toyota apparaît comme un modèle alternatif au fordisme. Ses succès la placent au deuxième rang mondial pour la production de véhicules en 2003, derrière General Motors et devant Ford (qui occupait cette deuxième place depuis 1927). Ainsi, contrairement au modèle fordiste qui s’appuie sur une structure hiérarchique du centre vers les filiales (avec une forte intégration) par un emboîtement d’échelles strict, la logique du modèle Toyota se fonde quant à elle sur une semi-autonomie des filiales et des ateliers, les échanges étant de ce fait de type horizontal. Ainsi, des centres de coordination régionale sont présents dans les trois continents : à Singapour pour l’Asie, aux États-Unis pour l’ALÉNA, en Belgique pour l’Europe. On trouve des unités de production dans vingt-six pays et des centres de recherche et de design dans cinq pays. L’éclatement géographique de ces centres permet un rapprochement avec les consommateurs afin de cerner les goûts dominants.

  • 36 Jusqu’en 1990, un emploi à vie était garanti sous la condition d’une bonne flexibilité des emplois (...)

30De plus, en favorisant des relations privilégiées avec les salariés, notamment par la mise en place de cercles de qualité et la recherche d’une humanisation du travail36, la firme rend possible une certaine « transférabilité » des spécificités du modèle à l’étranger en ce qui concerne la main-d’œuvre et l’organisation de la production. L’objectif est bien entendu de trouver les principes fédérateurs qui dépasseraient les cultures des pays d’implantation. L’uniformisation des façons de faire selon un modèle exporté construit un territoire relié par des réseaux. Chaque sous-ensemble possède malgré tout une certaine autonomie négociée, se fondant aussi sur cette rationalité économique.

31Nous incluons ici les territoires mafieux. En effet, les effets de la mondialisation concernent aussi ces organisations parallèles, ou du moins ont permis une accélération et un développement de leurs activités. Les chercheurs leur accordent une dimension entrepreneuriale spécialisée dans les activités illégales.

  • 37 La rencontre entre la Cosa Nostra et la mafia italo-américaine à Palerme en 1957 organisera les ré (...)
  • 38 Sommier I., 2004, in Michaud Y. (dir.), p. 246.

32En effet, par les mutations qu’a connu la mafia « traditionnelle », la mafia « contemporaine » et toutes ses organisations sont aujourd’hui orientées vers la recherche presque exclusive de l’accumulation de capital. Les diverses organisations possèdent, quelle que soit leur situation géographique, une structuration hiérarchique à peu près semblable. De plus, le développement du commerce de la drogue les a conduites à fonctionner en réseau à partir des années 195037. La collaboration s’est perfectionnée au cours du temps, en écho à la mondialisation, pour aboutir à une division internationale du travail : « Certaines [activités] sont communes à toutes [les organisations] : vols, rackets, prêts usuraires, trafics de drogues. D’autres sont la spécialité de certaines : contrebande de tabac et détournement des aides et des subventions pour la Camorra ; drogues de synthèse pour les Russes ; jeux clandestins, chantage aux entreprises avec les Sokaiya (“professionnels des assemblées d’actionnaires”), traite des femmes pour les Yakuza ; jeux clandestins, prostitution, immigrations clandestines pour la Triade, etc.38 »

33Le territoire maffieux se compose donc de centres de décision (lieux d’implantation des diverses organisations), de zones de production et de marchés de consommation, reliés entre eux par des réseaux de différentes natures.

Carte 4 – Le territoire de Toyota.

Carte 4 – Le territoire de Toyota.

Carte 5 – Territoire et réseaux maffieux.

Carte 5 – Territoire et réseaux maffieux.
  • 39 Pour le passage de la marchandise à la frontière.

La contrebande, c’était bien organisé, comme l’administration et peut-être mieux que la douane. Au sommet, il y avait « les patrons », c’est ceux qui faisaient la transaction avec les patrons espagnols. Ils se retrouvaient dans des bistrots à Pampelune, à Saint-Jean-Pied-de-Port, à Elizondo ou à Bayonne. C’était, comment vous dire, leur quartier général. Alors, ils s’entendaient sur la marchandise à convoyer et sur le prix. Ils achetaient, par exemple, des chevaux en Espagne pas chers, et ils les revendaient après en France, plus cher. Ça, c’est la loi du marché. À l’autre bout de l’échelle, il y a les passeurs. Des passeurs par village (10 à 15 jeunes) et chaque bande avait son responsable. Seul le responsable est en contact avec le patron. Les Espagnols, on ne les connaissait pas forcément. D’ailleurs, ça ne servait à rien de les connaître, il fallait qu’ils soient là, c’est tout39. Mais à force, on se reconnaissait, on se disait un petit mot, comme ça, par politesse. Voilà, ça se passait comme ça : lui, il était patron, vous vous étiez principal de la bande donc c’était à vous de ramasser quelques jeunes, il vous disait à vous : « Té, ce soir, j’ai un passage de brebis, est-ce que tu pourrais venir de telle heure à telle heure, tu seras payé tant ». Nous, on allait chercher les jeunes, on montait à la frontière, on filait la marchandise aux Espagnols et le tour était joué. Comment on était payé ? Le patron, il donnait au principal de la bande, pour qu’il donne aux passeurs : c’était comme un fixe ; tant pour la nuit, entre cent et cent cinquante francs anciens avant et juste après la guerre ; mille francs pour la nuit [dans les années 50], c’était quand même bien payé ; mais on était toujours payé après le passage, jamais avant car si on ne passait pas la marchandise, on n’était pas payé.
Entretien hiver 1996-1997
Basse Navarre, département des Pyrénées-Atlantiques

34Nous faisons donc la proposition suivante qui a valeur d’hypothèse : l’époque contemporaine se caractérise par l’invention et l’émergence de territoires en aire ou en archipels reliés par des réseaux matériels ou immatériels qui trouvent leur légitimité dans des valeurs soit traditionnelles, soit éthiques, soit hédonistes, soit économiques. Les acteurs promoteurs de ces nouveaux territoires orientent leurs actions en se fondant sur la meilleure adéquation possible entre les objectifs recherchés et les moyens dont ils disposent.

Notes

1 Hobsbawm E. et Ranger T. (dir.), 1992. Se reporter aussi à Lipovetsky G., 2004, p. 123 et suivantes.

2 Peut-être s’agit-il de ces territoires cachés sous les cartes ?

3 Voir Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002.

4 Chivallon C., 2004 (b), « Espace et mémoire à la Martinique », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, no 638-639, p. 409-423.

5 Cavaillès H., 1910, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime », Revue Historique, tome 205, p. 1-34.

6 Ducourneau C., 1996, Récréation culturelle des territoires en Béarn (Josbaig et Barétous), Université de Pau et des Pays de l’Adour, thèse de Doctorat.

7 Dans d’autres cas, la religion est invoquée. Par exemple, les Indiens Aymara, dont le territoire historique se trouve entre le Chili, la Bolivie et le Pérou, asseoient leurs revendications identitaires, entre autres, sur le culte de la « Pacha Mama ».

8 Sur la diaspora chinoise, voir les travaux de Manzagol C., 2005, ou de Velasco-Graciet H., « Le territoire des basques, entre sédentarité et mobilité », à paraître.

9 Club sportif où les Basques français se retrouvaient pour pratiquer un sport et pour les grands événements.

10 Outre les exemples proposés, peuvent y être ajoutés les territoires relevant du religieux et du sacré.

11 Se référer à Brunel S., 2004, « Les ONG et la mondialisation », in Michaud Y. (dir.), p. 283-304.

12 Brunel S., 2006, La planète dysneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Paris, Éditions Sciences Humaines, p. 260.

13 Ce réseau regroupe Porto, Bilbao, Bordeaux, etc. Voir partie 6.

14 Association Gazpar.

15 Dans les discours des individus, c’est ce sens qui sera mentionné, même si, de façon inconsciente ou semi-consciente, d’autres sens sont visés comme la distinction ou la fuite. Les motifs invoqués peuvent même être en contradiction avec le véritable sens visé. Les pratiques de tourisme sexuel par exemple ne constituent pas un objectif déclaré du voyage et peuvent se manifester au cours du séjour de façon fortuite (ce qui n’excuse bien évidemment en rien ces pratiques).

16 Nous y incluons l’ensemble des pratiques touristiques, sportives, culturelles ou festives. Soulignons malgré tout que les pratiques touristiques ne concernent approximativement que 8 % de la population mondiale.

17 Dewailly J.-M., 2002, « Déplacements et espaces de tourisme et de loisir », p. 100-109, in Knafou R. (dir.), p. 103.

18 Voir, entre autres, Urbain J.-D., 1989.

19 L’éloignement des lieux fréquentés fut progressif et est lié aux améliorations des moyens de communication, et notamment à une diminution des temps de parcours.

20 Rauch A., 2002, « Mobilités vacancières », p. 95-100, in Knafou R. (dir.), p. 98.

21 Voir Brunel S., 2006, p. 125.

22 Viard J., 1984, Penser les vacances, Paris, Actes Sud, et Viard J., 2000, Court traité sur les vacances, les voyages et l’hospitalité des lieux, Paris, Éditions de l’Aube.

23 Cazes G., 2002, « Les mobilités touristiques internationales », p. 77-91, in Knafou R. (dir.), p. 81.

24 Brunel S., 2006.

25 Ibid., p. 89-90.

26 Voir Augustin J.-P., 1995, Sport, géographie, aménagement, Paris, Nathan.

27 Voir Augustin J.-P., 1994, Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, Pessac, MSHA.

28 Hemingway E., 1949, Le soleil se lève aussi, Paris, Gallimard.

29 Garat I., 2001, « Bayonne : la fête urbaine et le pays », in Di Méo G. (dir.), p. 133-154 ; Pissetaz M., 2004, Les transformations des fêtes urbaines au sud de l’Aquitaine : l’influence du modèle de Pampelune, Maîtrise de géographie, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; Velasco-Graciet H., 2005, « Les jeux de la frontière franco-espagnole au Pays Basque dans le contexte européen », Espace, Populations, Sociétés, no 2, p. 305-317.

30 Le nom de festayre est réservé à ceux qui « savent faire la fête » selon les normes imposées et extrêmement précises : tenue en blanc et rouge, rapport « amoureux » à l’alcool, bonne aptitude aux déplacements au sein du territoire festif avec les arrêts obligatoires dans certains « bistrots », connaissance d’incontournables chansons, capacité à « raconter » ses émotions et notamment sa « première cuite » et sa « première course » de vaches ou son « premier enciero ».

31 Régionalisme du terme « bagarre ».

32 Ce type de territoire est à notre avis prédominant, et sous tous les autres types de territoires mentionnés se cache, avec plus ou moins de force, une dimension économique. Nous avons choisi de le placer à la fin parce que, d’une part, si son dévoilement avait été initial, le lecteur n’aurait pas accordé la même importance aux types qui l’auraient suivi et, d’autre part, parce qu’ainsi placé en fin de paragraphe, le lecteur se sent soulagé, craignant jusque-là qu’un oubli fâcheux n’ait été fait. Il est encore nécessaire de dire que nous n’invoquons que des tendances.

33 Les économistes préfèrent parler de firmes transnationales plutôt que de firmes multinationales.

34 Au même titre que le type de technologie ou le style de commandement.

35 Voir Carroué L., 2004 ; Bacconier G., Benoît B., Clément G., Lallemant P. et Saussac R., 2005.

36 Jusqu’en 1990, un emploi à vie était garanti sous la condition d’une bonne flexibilité des emplois. Contrairement au modèle fordiste qui confère une tâche unique à un ouvrier, le modèle toyotiste se fonde sur une adaptabilité de la main-d’œuvre permettant le just in time, l’objectif étant de s’adapter rapidement aux évolutions du marché (pas de stocks onéreux) et de privilégier la qualité (zéro stock, zéro défaut).

37 La rencontre entre la Cosa Nostra et la mafia italo-américaine à Palerme en 1957 organisera les réseaux mafieux de l’héroïne. Cette alliance conduira à l’élimination, à partir de 1970, de ses concurrents corses et marseillais.

38 Sommier I., 2004, in Michaud Y. (dir.), p. 246.

39 Pour le passage de la marchandise à la frontière.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search