Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Quatrième partie. Les territoires contemporains et la dimension spatiale des identités. Proposition

Chapitre 17. Imaginaire et territoires

Texte intégral

Imaginaire nomade

  • 1 Voir Debarbieux B., 1992, « Imagination et imaginaire géographique », in Bailly A., Ferras R. et P (...)
  • 2 Ici, nous parlerons d’imaginaire social que É. Durkheim a distingué de l’imaginaire individuel (la (...)
  • 3 Bachelard G., 1989, Poétique de l’espace, Paris, PUF, p. 142.
  • 4 Jodelet D., 1989, Les représentations sociales, Paris, PUF, p. 32. Voir aussi les recherches concer (...)
  • 5 Voir Anderson B., 1996 ; Maffesoli M., 1997, Du nomadisme, vagabondages initiatiques, Paris, Le Li (...)

1Il est délicat d’entamer un chapitre en faisant référence à l’imaginaire. En effet, le recours à l’imaginaire a longtemps et fait toujours l’objet d’une certaine méfiance dans les sciences sociales. L’imaginaire s’opposerait au réel et, autant ce dernier possèderait la tangibilité de ce qui se voit et donc de ce qui se mesure, autant le premier relèverait de l’illusion, de l’improbable et du fantaisiste1. Les chercheurs, de façon générale, ont préféré se référer à la notion de représentation qu’à celle d’imaginaire2. Pour G. Bachelard, l’imagination est « supérieure » à la représentation, dans la mesure où l’imagination conçoit alors que la représentation est un moyen de communication3. Les représentations communiquent les principes ainsi générés par le biais des discours, des images médiatiques et se trouvent cristallisées dans des conduites et des agencements matériels et spatiaux4. Malgré tout, s’intéresser à l’imaginaire collectif permet d’approcher les fondements d’un « vivre ensemble » projeté au sein d’une communauté imaginaire et imaginée5 plus que réelle mais « qui tendrait vers ».

  • 6 G. Durand parle de « hiérologies » pour définir les discours mythiques explicitement sacrés.
  • 7 Halbwachs M., 1994, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, p. 281.
  • 8 Durand G., 1996, Introduction à la mythologie. Mythes et sociétés, Paris, Albin Michel, p. 44 et p. (...)

2Rapproché de la religion, l’imaginaire crée les avatars de la déité qui se sont manifestés durant la première modernité, comme nous l’avons mentionné plus haut, au travers des figures de l’État, du Progrès, de la Science, de la Nation, etc6. Ainsi, « une société ne peut vivre que si ses institutions reposent sur de fortes croyances »7. Cependant, ces croyances, constitutives de l’imaginaire social qui les porte, se frottent au « temps local » et à l’espace local, qualitatif, éprouvé dans les lieux et les pratiques des individus et des collectifs8.

  • 9 Bauman Z., 2005, p. 320 et suivantes.
  • 10 Ibid., p. 321.

3Pour Z. Bauman9, à l’imaginaire sédentaire fait d’attachements et d’engagements sociaux (à sa classe) et territoriaux (à son pays) de la première modernité, s’est substitué un « imaginaire nomade » émergeant du processus rapide de la mondialisation, de l’effondrement des frontières étatiques et du réseau mondial, supranational, du capital, du savoir et du capital du savoir10. Pour cet auteur, la figure emblématique de cet imaginaire lié à la seconde modernité est celle de la nouvelle élite transnationale, extraterritoriale, sans autre adresse que les adresses virtuelles et débarrassée de tout engagement tant social que territorial.

  • 11 L’expression est empruntée à Balandier G., 2001, « Les lieux se défont, des “espèces d’espaces” se (...)
  • 12 Voir à ce propos Retaillé D., 2002, « Concept du nomadisme et nomadisation des concepts », in Knaf (...)

4Plus généralement, c’est la figure du nomade qui est utilisée comme étant la plus représentative de l’époque contemporaine. Mais il s’agit d’une figure resémantisée d’un « néo-nomade » pratiquant une sorte de « néo-nomadisme »11 qui se démarque du « nomade historique » par son caractère individualiste12 et par son refus d’une appartenance de type généalogique à un groupe.

5Cet imaginaire nomade, par la métaphore qu’il utilise et qui ne concerne, dans la réalité du monde, qu’une de ses parties parmi les plus infimes, est largement diffusé par l’ensemble des TIC à travers le monde et touche, de façon plus ou moins directe, l’ensemble des individus de la planète. Mais plus qu’il ne prescrit le déplacement, il y invite les individus, des plus fortunés aux plus humbles. Il s’éprouve notamment par la mise en scène de hérauts, hyper-mobiles, toujours en partance et qui sont mieux ailleurs qu’ici et avec d’autres qu’avec nous.

6Cette image confère ainsi une valeur positive à la mobilité. Elle lui donne un pouvoir, et notamment celui de s’extraire, de façon matérielle ou virtuelle, de la société et du territoire d’appartenance et de leurs lourdeurs. Finalement, l’imaginaire contemporain ne s’arrête pas aux frontières nationales.

  • 13 Appadurai A., 2005, et Diome F., 2005, Le ventre de l’Atlantique, Paris, Le Livre de Poche.

7Le rôle des médias officiels dans la diffusion de cet imaginaire et de ses représentations est incontestable, mais cette diffusion passe aussi par d’autres canaux reliant les membres des communautés, développant des formes de relations transnationales et permettant de communiquer le bienfondé du départ, notamment des pays pauvres vers les pays les plus riches13.

  • 14 F. Ascher va plus loin : « Les individus, même produits par de lourdes déterminations et soumis à (...)
  • 15 Selimanovsky C., 2006.
  • 16 Clochard O., 2003, « La Méditerranée : dernière frontière avant l’Europe », Cahiers d’Outre-Mer, Pe (...)

8Par la large diffusion des images et des discours, la mobilité devient un objectif à atteindre tout autant que la sédentarité était un bien-fondé social durant la première modernité. Cela ne veut pas dire que l’ensemble des individus soit hyper-mobile ou le devienne car bon nombre de barrières politiques ou économiques empêchent le mouvement14. De nombreux événements, presque quotidiens, sont là pour nous le rappeler, des assignations à résidence pour motifs économiques ou raciaux15 dans les banlieues des pays riches jusqu’aux tentatives désespérées pour passer les (nouvelles) frontières entre les pays pauvres et les pays riches16.

  • 17 Baudrillard J., 2002 (a), « La violence de la mondialisation », Le Monde diplomatique, novembre ; B (...)
  • 18 Nous pourrions rajouter « à qui on a fait espérer ».

9Cette croyance contient donc en elle sa propre violence émergeant de l’obligation symbolique qu’elle produit à travers le monde. J. Baudrillard17 traite de la violence de la mondialisation dans le sens où cette uniformisation des représentations ordonnées par les pays riches s’impose à l’ensemble de la planète et affirme leur domination. Ainsi, « tout nous est virtuellement donné, et nous avons droit à tout, de gré ou de force ». Pour cet auteur, les tentatives de singularités, des plus douces (la langue, l’art, le corps, la culture) aux plus violentes (le terrorisme), sont des réponses à la mise à mal de l’échange (le don et le contre-don), constitutives du social : « Ce n’est pas la haine de ceux à qui on a tout pris et auquel on a rien rendu, c’est celle de ceux à qui on a tout donné18 sans qu’ils puissent le rendre. Ce n’est pas la haine de la dépossession et de l’exploitation, c’est celle de l’humiliation. Et à c’est celle-ci que répond le terrorisme du 11 septembre : humiliation contre humiliation. »

  • 19 Cette conception relève du subalternisme.

10Pour A. Appadurai, l’imaginaire que la mondialisation déploie par le biais des médias touche tant les groupes sédentaires que les groupes délocalisés. Il est réapproprié par les cultures dominées. Ces dernières vont s’emparer d’un contenu qui leur est imposé pour leur imprimer un sens nouveau et mobilisateur19.

  • 20 Simon G., 2002, « La planétarisation des migrations internationales », p. 59-76, in Knafou R. (dir. (...)

11Cependant, cet imaginaire « nomade » n’est pas uniquement fondé sur une mobilité sans arrêt et sans halte. En effet, de façon plus classique, « on le sait, il n’y a pas de migration volontaire ou intense ou nombreuse sans un imaginaire individuel et collectif bien rempli, nourri de rêve et de visions heureuses, de chimères, voire de “châteaux en Espagne” »20.

  • 21 Voir Weber M., cité par Legros P., Monneyron F., Renard J.-B. et Tacussel P., 2006, Sociologie de (...)

12Ce que nous voulons dire, c’est que la nouveauté du monde contemporain réside dans l’imaginaire nomade qu’il produit et qui se diffuse à grande vitesse. Nous posons comme hypothèse de travail que cet imaginaire, qui permet de concevoir la mobilité, dans le sens le plus large du terme, comme possible et génératrice de bienfaits imaginés, rend sa pratique envisageable et souhaitée. Pour le dire autrement, les collectifs sociaux contemporains reposent sur la croyance familière de ses membres parce que les conditions de la vie courante (famille, résidence, profession, formation, etc.) sont en principe de nature éphémère (possiblement remises en cause, soit volontairement, soit involontairement), comme elles étaient en principe d’essence rationnelle durant la première modernité21. Ce nouvel imaginaire territorial vient déplacer et remettre en cause l’ordre anciennement établi.

Nouveaux individus, nouveaux acteurs

  • 22 Pour Z. Bauman, l’imaginaire sédentaire lié à la première modernité « semble de plus en plus avoir (...)

13Cet imaginaire contemporain, fondé sur la mobilité, émerge et se développe sous les effets conjugués des deux processus liés que sont la seconde modernité et la mondialisation. Il en est à la fois le produit, le support et le moteur. Sa manifestation matérielle se dévoile dans la rencontre de deux phénomènes contemporains, latents ou étrangers à la première modernité22 : la montée de l’individualisme et l’apparition de nouveaux acteurs producteurs de pouvoir.

14D’abord, l’individualisme contemporain se manifeste entre autres par une sorte d’obligation de gestion d’une liberté nouvellement conférée. Si durant la première modernité, les individus vivaient et se concevaient à l’intérieur de certaines limites, avec l’État-Nation et le territoire national pour références, la déliquescence du système d’assignation à résidence sociale, politique, économique et culturelle ouvre de nouveaux horizons. Ainsi, l’identité ne sera plus donnée mais choisie, elle ne sera plus unique mais plurielle. Les individus forgent de ce fait leur identité dans les sphères sociale (la famille, par exemple), politique (les façons de voter, les formes d’engagement) et culturelle (les goûts culturels).

  • 23 Beck U., 2006, p. 89.

15Ils façonnent et bricolent aussi leur identité territoriale et, par leur mobilisation, permettent l’émergence de nouveaux territoires. De « mono-topique », l’identité devient « poly-topique ». Nous pourrions dire que leur identité correspond à la somme de diverses identifications territoriales. Ces identifications plurielles ne sont pas choisies une fois pour toutes, elles peuvent faire l’objet de remises en question, être abandonnées au profit d’autres, pour différents motifs. Nous reprendrons ici les propos de U. Beck qui parle du passage d’une « monogamie géographique » qui caractérisait la modernité nationale à une sorte de « polygamie géographique »23.

  • 24 Nous y reviendrons plus tard.

16Cela ne veut pas pour autant dire que les individus opèrent des choix seulement rationnels, dénués d’affects ou égoïstes sans compassion aucune. D’une part, les choix peuvent être contradictoires et leurs effets peuvent être opposés dans un ensemble biographique qui se voudrait cohérent24. D’autre part, la diffusion accélérée par les médias d’événements et d’informations, entrant dans le quotidien des individus, met en place une sorte de globalisation des émotions et de l’empathie. Les individus se perçoivent comme les éléments d’une civilisation mondiale menacée.

  • 25 Lipovetsky G., 2006 (a).

17Ils seront invités par divers biais à se mobiliser pour des causes supra-nationales comme le respect des droits de l’Homme, la réduction des inégalités entre les pays riches et les pays pauvres, la protection de l’environnement, etc. G. Lipovesky souligne le paradoxe entre un individualisme grandissant, qui se manifeste entre autres par des pratiques consuméristes réelles ou désirées toujours plus importantes et une recherche de développement personnel, et l’apparition d’une conscience collective d’un devenir commun à l’ensemble25.

  • 26 Urry J., 2002, p. 470.

18Pour J. Urry, l’individu de la seconde modernité posséderait ou possédera (car il n’est encore sans doute qu’une virtualité) les prédispositions suivantes : une mobilité extensive dans laquelle la possibilité de voyager réellement, en imagination ou virtuellement serait offerte ; la capacité de « consommer » de nombreux territoires, une curiosité envers d’autres lieux et d’autres hommes ; la capacité à dessiner une « carte » relativement correcte de leur propre groupe d’appartenance en mobilisant un savoir historique et géographique adéquat ; des compétences sémiotiques permettant d’interpréter les images ; et enfin, une ouverture aux autres hommes et à leurs cultures26.

19Ensuite, la mobilité du capital a conduit les États-Nations fixés à leur territoire et exerçant leur souveraineté à l’intérieur des frontières à se défaire, de façon plus ou moins volontaire et anticipée, d’une partie de leurs pouvoirs et à se transformer. Cet abandon a permis l’émergence de nouveaux acteurs qui ont eu l’opportunité de prendre en charge certains des pouvoirs abandonnés ou négligés dans les différentes sphères jusque-là dépendantes de l’autorité souveraine des États. Les projets mis en œuvre par les acteurs dessinent aujourd’hui de nouveaux territoires.

  • 27 Voir par exemple Tesson F., 1996, Les réseaux de ville en France, recherche sur le rapport de l’él (...)

20Les États-Nations ont d’abord transféré une partie de leurs pouvoirs auprès d’une multitude d’acteurs politiques par le biais des politiques de décentralisation. Ces acteurs, bénéficiant ou non de la légitimité démocratique, entendent bien exercer leurs nouveaux pouvoirs dans les limites de leurs territoires d’exercice. Toutes les formes territoriales se côtoient, les unes contiguës aux autres, d’autres les surplombant, d’autres les dépassant, comme pour la France les tentatives de réseaux de villes27.

21D’autres acteurs émergents de la société civile se constituent, souvent en réaction aux manquements des États-Nations ou afin de gérer des problèmes jusque-là négligés. On y trouve les ONG, les mouvements régionalistes, les multiples associations de protection et de conservation de l’environnement et du patrimoine, et les mouvements alter-mondialistes. Font aussi figure d’acteurs par leurs pouvoirs dans la sphère de l’économie les firmes multinationales qui, à la recherche de profits, convoitent à travers le monde les conditions de production et de commercialisation les plus rentables. On peut aussi joindre à la liste les groupements, de tous types et de diverses tailles, qui campent leur bien-fondé sur la mise à disposition, pour un public appartenant plutôt aux pays développés, de plaisirs hédonistes en développant les conditions matérielles nécessaires pour que s’accomplissent de nouvelles pratiques sportives, culturelles, gastronomiques, festives, etc.

22Ces acteurs, par leurs projets, dessinent autant de territoires plus ou moins institutionnalisés et plus ou moins éphémères, mais aucun d’eux n’est enfermé dans les frontières étanches des valeurs premières qu’il cherche à promouvoir. Par exemple, des multinationales peuvent, comme tout récemment Nike, promouvoir le commerce équitable, de même que des associations sportives peuvent participer à des actions de type humanitaire.

23Notre proposition est que ces nouveaux acteurs (ou anciens acteurs « relookés ») inventent de nouveaux territoires. Ces nouveaux territoires se fondent sur des valeurs propres de la seconde modernité.

Notes

1 Voir Debarbieux B., 1992, « Imagination et imaginaire géographique », in Bailly A., Ferras R. et Pumain D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, p. 893-906, et Debarbieux B., 2003, Imaginaire géographique (notice), in Lévy J. et Lussault M., p. 489-491.

2 Ici, nous parlerons d’imaginaire social que É. Durkheim a distingué de l’imaginaire individuel (la façon dont les individus rêvent leur vie). Malgré tout, l’imaginaire social imprègne les individus par un système de croyances communes.

3 Bachelard G., 1989, Poétique de l’espace, Paris, PUF, p. 142.

4 Jodelet D., 1989, Les représentations sociales, Paris, PUF, p. 32. Voir aussi les recherches concernant les hauts lieux.

5 Voir Anderson B., 1996 ; Maffesoli M., 1997, Du nomadisme, vagabondages initiatiques, Paris, Le Livre de Poche (Coll. Biblio-Essais), p. 19-20.

6 G. Durand parle de « hiérologies » pour définir les discours mythiques explicitement sacrés.

7 Halbwachs M., 1994, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, p. 281.

8 Durand G., 1996, Introduction à la mythologie. Mythes et sociétés, Paris, Albin Michel, p. 44 et p. 85.

9 Bauman Z., 2005, p. 320 et suivantes.

10 Ibid., p. 321.

11 L’expression est empruntée à Balandier G., 2001, « Les lieux se défont, des “espèces d’espaces” se font », Le Grand Système, Paris, Fayard, p. 62-76.

12 Voir à ce propos Retaillé D., 2002, « Concept du nomadisme et nomadisation des concepts », in Knafou R. (dir.), p. 37-58.

13 Appadurai A., 2005, et Diome F., 2005, Le ventre de l’Atlantique, Paris, Le Livre de Poche.

14 F. Ascher va plus loin : « Les individus, même produits par de lourdes déterminations et soumis à de fortes contraintes économiques ont, en quelque sorte, des marges de manœuvre, des possibilités de choix plus fréquentes » ; Ascher F., 2005, p. 43.

15 Selimanovsky C., 2006.

16 Clochard O., 2003, « La Méditerranée : dernière frontière avant l’Europe », Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, no 222, p. 159-180.

17 Baudrillard J., 2002 (a), « La violence de la mondialisation », Le Monde diplomatique, novembre ; Baudrillard J., 2002 (b), Power Inferno, Paris, Galilée.

18 Nous pourrions rajouter « à qui on a fait espérer ».

19 Cette conception relève du subalternisme.

20 Simon G., 2002, « La planétarisation des migrations internationales », p. 59-76, in Knafou R. (dir.), p. 66.

21 Voir Weber M., cité par Legros P., Monneyron F., Renard J.-B. et Tacussel P., 2006, Sociologie de l’imaginaire, Paris, Armand Colin.

22 Pour Z. Bauman, l’imaginaire sédentaire lié à la première modernité « semble de plus en plus avoir été un bref épisode, un écart momentané par rapport à la tendance normale ou répandue, plutôt qu’une tendance régulière ou un présage d’avenir », Bauman Z., 2005, p. 321.

23 Beck U., 2006, p. 89.

24 Nous y reviendrons plus tard.

25 Lipovetsky G., 2006 (a).

26 Urry J., 2002, p. 470.

27 Voir par exemple Tesson F., 1996, Les réseaux de ville en France, recherche sur le rapport de l’élu à l’espace, Université de Pau et des Pays de l’Adour, thèse de Doctorat.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search