Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Quatrième partie. Les territoires contemporains et la dimension spatiale des identités. Proposition

Chapitre 16. Mondialisation et mobilités. Sous les flux, les territoires

Texte intégral

1En ce début de xxe siècle, on ne saurait nier l’importance et l’accélération du processus de mondialisation. En effet, le monde n’a jamais été aussi intégré, tant les liens entre les peuples, économiques mais aussi politiques et culturels, sont devenus étroits.

La mondialisation et la communauté scientifique

  • 1 Beck U., 2006, p. 37-38.
  • 2 Ibid., p. 37.
  • 3 Ibid., p. 38.

2La prise en compte du processus de mondialisation par la communauté scientifique possède une histoire. Selon U. Beck1, le traitement du terme « mondialisation » a connu trois phases. Il a d’abord été l’objet d’un « rejet ». Ainsi, « la première réaction du courant dominant a été de nier la réalité ou l’importance de la mondialisation (économique) pour déclarer que tous les phénomènes qui réclamaient d’être traités par les sciences sociales sous le mot-clé de “mondialisation” n’étaient historiquement pas nouveaux »2. Ensuite, il a fait l’objet d’une « précision épistémologique » pour enfin favoriser un « tournant épistémologique ». Cette troisième phase a permis, selon cet auteur, « de comprendre que les unités d’analyse de chacune des sciences sociales deviennent contingentes dès lors que les distinctions entre le dedans et le dehors, le national et l’international, le local et le global, nous et les autres s’estompent »3. Finalement, pour cerner les conséquences sociales et spatiales de la mondialisation, il s’est agi (et il s’agit encore) de procéder à un « désenchantement » de l’optique nationale en tant que paradigme implicite des sciences sociales.

  • 4 « Le monde est devenu l’environnement systémique de tout ce qui est social aujourd’hui, un “méta-e (...)
  • 5 Dollfus O., 1999, « Mondialisation et gaz à effet de serre », p. 29-35, L’Espace géographique, Pari (...)

3Au sein de la géographie française, l’initiative de ce tournant épistémologique revient à O. Dollfus. En considérant le monde comme une entité géographique spécifique, il le présentera comme un « méta-système géographique » (un système de systèmes4). L’innovation principale fut sans nul doute de considérer que le système Monde est en interrelation avec le système Terre. En se départissant de la seule dimension économique, O. Dollfus se positionne dans le champ problématique relatif aux conséquences environnementales de la mondialisation. Son dernier article paru en 1999 est à ce propos tout à fait explicite : « Il faut considérer la surface terrestre comme le seul territoire, sans frontière, mais limité, où il n’existe pas de relation géographique entre les points d’émission de gaz à effet de serre et les lieux qui seront éventuellement affectés, bien plus tard, par les changements de climats5. » Par là, il propose une nouvelle rencontre entre géographie humaine et géographie physique et en montre tous les intérêts scientifiques.

  • 6 Voir L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, n ° 1, 1999, consacré à la question de la mondial (...)

4Il sera accompagné dans son entreprise par quelques géographes qui s’intéresseront à d’autres dimensions spatiales de la mondialisation et qui entameront une sorte de recensement des champs possibles d’investigation pour la géographie. Les propositions sont nombreuses et relatives, entre autres, aux représentations cartographiques, à l’approche des inégalités socio-spatiales et notamment celles relatives à l’accès aux ressources, à la compréhension des crises et des controverses environnementales, à l’analyse des processus de construction identitaire en dehors des cadres nationaux et dans un contexte global de mobilité6.

  • 7 Lévy J., 1999 (a), « Une géographie visitée par le monde », p. 23-28, L’Espace géographique, Paris, (...)

5Ainsi, grâce à ces premiers travaux, « il y a convergence entre deux temporalités relativement autonomes : celles des transformations de la géographie et celles du processus couramment nommé “mondialisation” »7.

La mondialisation, une histoire ancienne

  • 8 Carroué L., 2004, La mondialisation en débat, Paris, La Documentation Photographique, p. 3.
  • 9 Braudel F., 1979.
  • 10 Wallerstein I., 1984-1985, Le système du monde du xve siècle à nos jours, Paris, Flammarion.

6Malgré l’inflation verbale et littéraire dont le processus fait objet, le terme de « mondialisation » désigne un mécanisme ancien. L. Carroué en fait un « concept géohistorique » pour spécifier son ancienneté8. Si la contextualisation historique revient à F. Braudel9 et à I. Wallerstein10, le débat sur les origines, les causes et les modalités du processus animent le débat scientifique.

  • 11 Sciences Humaines, 2001, « Mondialisation. Allons-nous vers un monde unique ? », p. 74-77, Paris, (...)

7Cependant, prendre aujourd’hui le monde pour « horizon » relève d’une posture méthodologique qui n’enlève rien au caractère historique du processus car la chose est assurée, « on peut relever tout au long de l’histoire des siècles passés, des dynamiques qui, additionnées, ont contribué à unifier des espaces auparavant cloisonnés et à rapprocher des peuples qui ne se connaissaient pas »11.

  • 12 Zumthor P., 1993, La mesure du monde, Paris, Le Seuil, p. 58.
  • 13 Ibid., p. 61-62.

8Le processus de mondialisation trouverait d’abord ses origines dans les grandes découvertes du xve siècle. Ces aventures exploratoires auraient initié, dans le temps long, un processus qui, se manifestant sous diverses formes, aurait inéluctablement amené la période contemporaine. Pour P. Zumthor, c’est « le bouleversement moderne qui aura rejeté l’image d’un monde clos »12, image que se faisaient les hommes du Moyen-âge. Selon cet auteur, c’est au xiiie siècle que s’amorce un glissement conceptuel dont les effets ne deviendront manifestes qu’assez tard, au cours du xvie siècle. L’imaginaire spatial du Moyen-âge, fondé sur une opposition statique entre l’Ici et l’Ailleurs, s’ouvrira alors sous l’influence des récits des premiers voyageurs et notamment de celui de Marco Polo, dicté en 1300. À partir de cette époque, l’Ailleurs apparaîtra comme le lieu d’une activité possible et « L’Occident pénétrera alors dans un univers mental nouveau délitant l’ailleurs et où le contraire de la présence ne sera plus l’absence, mais l’éloignement »13.

  • 14 Bauman Z., 2005, p. 329.

9Pour Z. Bauman, à côté de l’imaginaire sédentaire qui caractérisa la première modernité, l’Ailleurs (tout comme le futur) constitua aussi durant cette période « un topos lointain pas encore découvert et intégré » : « Les cartes des continents et des océans étaient mouchetées de points blancs, tandis que les chaînes de montagnes, forêts tropicales, déserts et marécages déjà cartographiés défiaient l’endurance des voyageurs hormis les plus courageux et aventureux. La Terre paraissait emplie de lieux non encore découverts et explorés14. »

10L’émergence de cet imaginaire co-existant avec l’imaginaire sédentaire encouragea les départs, les explorations et la colonisation. Il n’est pas non plus étranger à la montée du capitalisme moderne, qui fut un phénomène supplémentaire à la marche de la mondialisation. Par la révolution industrielle et la révolution des transports, de nouveaux débouchés émergèrent, et de nouveaux marchés jusque-là inaccessibles furent ouverts.

11La période coloniale, tant d’un point de vue économique que d’un point de vue culturel, aura un rôle essentiel sur le décloisonnement et le rapprochement des peuples. La chute des empires coloniaux, après la Seconde Guerre mondiale, n’entamera pas le processus initié par la colonisation en matière de liens et d’interdépendances entre les différentes parties du monde. Leurs destins seront dorénavant liés, quelles que soit les formes politiques des nouveaux acteurs issus du processus de décolonisation et quels que soient les chahuts géopolitiques qui agiteront le monde.

La mondialisation, une histoire qui s’accélère

12Cette mondialisation ancienne de près de quatre siècles va connaître un nouveau souffle, à partir de la fin de la décennie des années 1980. Ce nouveau souffle sera en un premier temps financier. En effet, les accords de Bretton Woods qui imposaient depuis 1944 un régime de parité fixe entre monnaies nationales vont être abandonnés au profit d’un régime de change flottant (accords de Kingston en 1976). Ainsi, les cours des monnaies nationales ne seront plus définis par les États mais fixés sur les marchés financiers par le libre jeu de l’offre et de la demande. Interviennent alors les sociétés de placement, les caisses de retraite, les fonds de pension qui y drainent leurs ressources. Cette fluidité financière va se voir confortée dans le temps :

  • par l’arrivée de nouveaux pays riches, notamment les pays exportateurs de pétrole qui réinjecteront une partie de leurs richesses sur les marchés financiers sous forme de prêts ou de placements ;
  • par une recherche accrue de compétitivité par les entreprises, compétitivité qui nécessitera la mise en place de vastes et onéreux projets de délocalisation permettant l’émergence de multinationales globales, celles-ci possédant une perspective planétaire tant au niveau de la conception et de la production que de la commercialisation ;
  • par l’ouverture aux capitaux étrangers de certains pays en voie de développement puis, dans le contexte de la détente Est-Ouest, de pays comme l’URSS (accentuée après la chute du Mur de Berlin) et la Chine.
  • 15 Qui resta supérieure à l’accroissement de la production mondiale. 16. Se reporter entre autres à S (...)
  • 16 Se reporter entre autres à Sciences Humaines, Paris, Éditions Sciences Humaines, hors série « Les (...)

13Cette fluidité financière s’accompagnera ensuite d’une augmentation des flux de biens et de services15 que l’ouverture de nouveaux marchés, notamment dans des pays longtemps repliés sur eux-mêmes, favorisera de façon essentielle16.

  • 17 « Contrairement à l’opinion courante, la tendance lourde des migrations stricto sensu – avec chang (...)
  • 18 G.-F. Dumont y range les facteurs politico-religieux, les facteurs économiques, les facteurs démog (...)
  • 19 Dumont G.-F., 2004, p. 98.

14L’augmentation des échanges eut aussi un impact fort sur les mobilités internationales. Si celles-ci, en valeur relative (nombre d’émigrants internationaux sur la population totale), montrent une décroissance du phénomène entre le début et la fin du xxe siècle17, il faut retenir que les mouvements migratoires contemporains « sont à la fois motivés par des causes semblables à celles des siècles précédents18, mais [aussi] par des facteurs profondément nouveaux […], par de nouvelles logiques migratoires »19.

  • 20 Cet auteur donne, pour les raisons qui sont les siennes, les définitions suivantes : la globalisat (...)
  • 21 Par la diminution des durées de transport et l’accès aux nouvelles technologies d’information et d (...)
  • 22 Appadurai A., 2005.
  • 23 Technologies de l’information et de la communication.
  • 24 Pour une approche de ce type de migrations, voir Tarrius A., 2000.

15Pour G.-F. Dumont, ces nouvelles mobilités sont liées aux trois processus consubstantiels que sont la globalisation, l’internationalisation et la mondialisation20. Sans entrer dans le détail du raisonnement de l’auteur, la mise en place de politiques d’abaissement des frontières (la globalisation) par les États entraîne de toutes nouvelles opportunités de migrations (migrations de retraités, arrivées de nouvelles populations jusque-là exclues comme celles des pays du bloc de l’Est, etc.). L’internationalisation, en réduisant l’espace-temps21, facilite, d’une part, les déplacements toujours plus rapides, et permet, d’autre part, la constitution de réseaux transnationaux d’origine familiales, économiques, communautaires ou mafieuses. A. Appadurai22 a montré le poids de l’accès aux TIC23 dans le maintien des liens entre migrants et communauté d’origine et l’impact de ces liens sur la constitution de réseaux transnationaux. Enfin, pour G.-F. Dumont, la mondialisation se manifeste par l’organisation de migrations internationales entrepreneuriales par le biais de la création de filiales de commercialisation, de sociétés de production, d’accords de partenariat (joint-ventures)24, etc.

  • 25 Voir à ce propos Cazes G., 1989, Le tourisme international, Paris, Hatier ; Dewailly J.-M., 1993, (...)

16À l’ensemble de ces migrations internationales viennent s’ajouter d’autres déplacements, plus temporaires mais dessinant tout autant de nouvelles cartes, comme celles relevant du tourisme et notamment du tourisme international. La progression des flux touristiques a connu un formidable essor au cours de cinquante dernières années, passant de 25 millions de touristes dans les années 1950 à 750 millions à la fin du xxe siècle, les estimations prévoyant un doublement d’ici 2015. Plusieurs raisons contingentes de la mondialisation sont invoquées pour expliquer cette extraordinaire progression. Cette dernière serait due à la rapidité des transports, à la diminution des coûts de voyage et de séjour, à l’augmentation du temps libre dans les pays riches et à l’efficacité des campagnes de promotion touristique, notamment avec une utilisation massive des sites Internet favorisant à la fois la rapidité des transactions (choix de destination, paiement) et les « coups de cœur »25.

  • 26 Pierret C., 2002, « La planète nomade : les mobilités géographiques d’aujourd’hui », p. 27-35, in K (...)

17La fluidité mondiale se manifeste aussi par le développement de toute une série de micro-mobilités : « Migrations frontalières, mobilités résidentielles, mouvements pendulaires, voyages virtuels dans l’univers de la télématique […] toutes ces formes de déplacements s’articulent, s’enchevêtrent, s’engendrent mutuellement et participent de cette course extraordinaire qui agite la planète aujourd’hui26. »

Carte 1 – Quelques lux mondiaux au tournant du xxe siècle.

Carte 1 – Quelques lux mondiaux au tournant du xxe siècle.
  • 27 Michaud Y., 2004, « Introduction », p. 7-9, in Michaud Y., p. 8.

18La nouveauté de la mondialisation contemporaine se manifeste essentiellement à deux niveaux : « D’une part, la mise en relation des différentes parties du monde est complète et quasiment immédiate à travers les moyens de communication de toutes sortes. […] De là, les effets globaux de migrations, d’échanges commerciaux, de déplacements de population, de diffusions des virus (biologiques ou informatiques), de conflits armés et de violence. D’autre part, comme le dit Z. Bauman, le globe est plein : il ne contient plus de ces hors-lieux où pouvaient se déverser les trop-pleins de ces populations ou les “indésirables”, et chaque pays surveille aussi jalousement qu’il peut son territoire face aux migrations de toutes sortes27. »

  • 28 Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, p. 2.

19Pour rendre compte de l’ensemble de ces mobilités, accrues ou nouvelles, qui caractérisent la mondialisation contemporaine, nous reprendrons ici la définition proposée en 1999 par O. Dollfus, C. Grataloup et J. Lévy : « Produit de l’ensemble des diffusions, des échanges et communications entre les différentes parties de l’humanité »28. Ce développement et la définition choisie nous invitent à une tentative cartographique de représentations des grands flux mondiaux. Ainsi, si l’on superpose les cartes relatives aux diverses mobilités, et même si la masse de celles-ci ne représente évidemment pas de façon exhaustive l’ensemble des flux matériels et immatériels existants, les continents disparaissent sous les représentations.

20Les représentations des mobilités choisies n’épuisent pas l’ensemble des flux qui sillonnent le monde mais elles permettent néanmoins de montrer que la terre est recouverte d’une enveloppe toute particulière. Rajouter d’autres mobilités, et notamment les mobilités immatérielles, n’aurait fait que confirmer le fait. Ainsi, aux enveloppes terrestres que sont la biosphère, l’atmosphère, l’hydrosphère et la cryosphère, vient s’en ajouter une autre, celle des flux et des réseaux. Il s’agit d’une sorte d’enveloppe, hors sol qui recouvre la terre par les airs, les mers, par-dessus et en dessous des frontières des territoires nationaux.

  • 29 Michaud Y., 2004, p. 7.

21Si Y. Michaud préfère le terme de « globalisation » à celui de « mondialisation » au motif que « le mundus latin qui a donné notre terme “monde” conserve en effet la référence au ciel […] alors que le terme “globe” dit seulement la réalité d’une terre sphérique aujourd’hui remplie »29, nous pensons au contraire que le terme de mondialisation est plus opératoire pour rendre compte des mouvements globaux contemporains. Ceux-ci, et c’est sûrement une des nouveautés du processus contemporain, sont de natures fort diverses et se montrent sans attache spatiale, comme si, au fond, l’espace n’existait pas, comme s’il avait perdu sa capacité à promouvoir les attachements et les mises à résidence des individus et des sociétés.

Sous les flux, les territoires

22Or, autant avons-nous appelé, en suivant D. Retaillé, à « soulever la carte » pour regarder ce que les territoires hérités avaient caché durant la première modernité, autant en appelons-nous à nous glisser sous l’enveloppe des flux et des réseaux ; nous pourrons y aborder les conséquences territoriales de la mondialisation.

  • 30 Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, p. 5.
  • 31 Marie M., 2004, p. 93. Voir aussi Stock M., 2004, « L’habiter comme pratique des lieux géographique (...)

23Ainsi, contrairement à la thèse selon laquelle la mobilité annulerait les territoires et les références spatiales, elle serait aujourd’hui une condition nécessaire à leur création et à leur développement, « une force déterminante à la topogénèse »30. S’interroger sur les territoires, au sens où nous les avons définis plus haut, revient à prendre le point de vue de la mobilité plutôt que celui de la sédentarité, ou pour le dire autrement considérer que « ce n’est plus la mobilité qu’il faut faire apparaître sur fond de sédentarité mais, dans un contexte de très grande mobilité, le contraire »31.

  • 32 Lévy J., 1999.
  • 33 Voir par exemple Virilio P., 2004, Ville panique. Ailleurs commence ici, Paris, Galilée.
  • 34 Ibid., p. 24.

24Ainsi, pour J. Lévy32, la mobilité accrue a entraîné dans ses flux tous les « objets » (les « choses » selon l’auteur) qui pouvaient être mobiles ; seuls les objets (« les autres réalités » selon l’auteur) intransportables sont restés immobiles en lieu et place. De ces fluidités « hors sol », c’est-à-dire sans attache33, émergent des lieux de moins en moins interchangeables et de plus en plus marqués du sceau de la singularité, comme les grandes villes, les régions, les États, les groupements continentaux ou les aires de civilisation34.

25Ces lieux constituent, selon cet auteur, l’armature matérielle du processus de mondialisation et la charpente du monde en mouvement. Mais ces lieux, dont le regroupement constitue des aires, n’émergent pas de façon aléatoire. Ils ne sont pas les points d’impact relevant du hasard (au moins en apparence) qu’un galet, lancé par un enfant lors d’une tentative de ricochet, produirait sur une étendue d’eau.

  • 35 Il s’agit finalement des non-lieux développés par Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une ant (...)
  • 36 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002.

26Leur émergence et leur développement dépendent au contraire de leur insertion dans le mondial. Ils apparaissent comme des sortes de points d’ancrage spatiaux plus ou moins « solides », c’est-à-dire ayant une capacité plus ou moins forte à stopper les flux. Les plus « faibles » de ces lieux seraient des accélérateurs de mobilité où l’on passe pour mieux repartir35, et les plus « forts » seraient insérés dans le mondial par la diversité de leurs offres de mobilités. Ces derniers répondent à la définition du territoire proposée par A. Micoud comme étant « la combinaison entre une affiliation à un bien écologique choisi (domicile, lieu de vie) et une connexion sur des réseaux. Le territoire est à la fois un bien écologique et une ressource informationnelle »36.

  • 37 Le lointain pouvant être considéré plus proche que le proche.
  • 38 S’y opère en effet une interaction des diverses échelles. Voir Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p (...)
  • 39 Déplacements pédestres ou motorisés terrestres, aériens et virtuels donnant accès à d’autres lieux (...)
  • 40 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, p. 39.
  • 41 Ibid., p. 40. Voir Velasco-Graciet H., Kociemba V. et Roy C., 2006, « La vigne, le vin et la ville (...)

27La ville est généralement convoquée car elle apparaît comme un excellent objet d’analyse pour une compréhension des rapports contemporains à l’espace. En effet, à travers elle, peuvent être décelés la tension entre mobilité et sédentarité, le rapport paradoxal entre le proche et le lointain37, la fusion entre le local et le global38 et la floraison de diverses métriques possibles39. De façon générale, les auteurs s’interrogent sur la capacité de mise en œuvre d’une identité urbaine par les acteurs politiques, promoteurs de la ville. Les matériaux d’analyse utilisés sont le plus souvent les politiques urbaines et les projets de valorisation qui montrent toute l’ingéniosité des acteurs à « instituer la ville à travers le débat et dans le développement progressif d’un récit et d’une iconographie de la ville désirée »40. Le paysage administratif et politique français ne manque pas non plus d’exemples quant au développement des politiques de communication et de promotion des régions, départements, pays, qui, à travers logos, événements, fêtes, mettent en scène le territoire, « un territoire virtuel […] un territoire dont l’existence résiderait dans un détachement de l’ici et maintenant »41.

  • 42 Ibid.

28Malgré tout, dans ces travaux, peu de cas est fait de l’individu, de ses choix en matière d’identification territoriale et des déterminismes qui conditionneraient ses choix. Selon J. Lévy, les individus représentatifs de l’époque contemporaine seraient les urbains, parce que les plus mobiles et participant à la construction et au développement des « lieux forts ». Ceux-ci seraient donc l’élément « humain » de la structuration territoriale d’un monde fait de mobilités. F. Péron nuance les propos en n’accordant cette capacité qu’à une catégorie de la population : celle des plus aisés. En effet, d’après cet auteur, le schéma spatial le plus répandu, celui de la classe moyenne, n’associerait que deux micro-territoires de vie, deux cellules géographiques dont les individus ne s’écarteraient pas ou peu : « L’espace de la fonctionnalité sur le lieu de travail (auquel est souvent liée la résidence principale) et l’espace de l’affectivité, de l’attache familiale, nid préservé, retrouvé ou plus ou moins difficilement reconstruit (qui peut être celui de la résidence secondaire, mais pas forcément) »42.

29En forçant un peu le trait, nous pouvons voir dans les analyses proposées que les systèmes explicatifs des conséquences spatiales des mobilités se fondent soit sur un effet de lieu (la ville serait un objet en soi, possédant des lois propres d’organisation), soit sur un effet de classe (les classes sociales possèderaient des schémas spatiaux propres et cloisonnés).

30Or, et cela constituera notre hypothèse de travail pour les années à venir, les deux événements contingents que sont la mondialisation et la seconde modernité modifient en profondeur les rapports des individus et des collectifs plus ou moins stables (quels qu’ils soient et quelle que soit leur situation géographique) à l’espace. Par leurs pratiques territoriales sous-tendues par un imaginaire en rupture avec l’imaginaire sédentaire de la première modernité, ils participent à l’émergence, au développement et à la disparition de territoires. Ces territoires construits, aux métriques et aux substances inusuelles, sont plus ou moins institutionnalisés et connaissent des temporalités plus ou moins longues.

31Ainsi, nous proposons la définition suivante de la mondialisation comme étant : « Processus mettant en cause les dimensions territoriales qui caractérisaient jusqu’ici les fonctionnements des sociétés. Elle se manifeste par une relation dialogique entre des flux et des réseaux de diverses échelles et l’émergence de nouvelles entités géographiques plus ou moins institutionnalisées et plus ou moins inscrites dans le temps long. »

Notes

1 Beck U., 2006, p. 37-38.

2 Ibid., p. 37.

3 Ibid., p. 38.

4 « Le monde est devenu l’environnement systémique de tout ce qui est social aujourd’hui, un “méta-espace” qui englobe tous les autres niveaux spatiaux. » Finalement, « c’est la première fois qu’un espace est à la fois de dimension limitée et sans abord, un objet fini mais sans voisin ». Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, p. 2-3.

5 Dollfus O., 1999, « Mondialisation et gaz à effet de serre », p. 29-35, L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, n ° 1, p. 29.

6 Voir L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, n ° 1, 1999, consacré à la question de la mondialisation ; Gemdev, 1999, Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, Karthala ; Dollfus O., 2001, La mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po ; Veltz P., 2000, Mondialisation, villes et territoires, Paris, PUF ; Carroué L., 2002, Géographie de la mondialisation, Paris, Armand Colin ; Kna f o u R. (dir.), 2002, La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui, Paris, Belin.

7 Lévy J., 1999 (a), « Une géographie visitée par le monde », p. 23-28, L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, n ° 1, p. 24.

8 Carroué L., 2004, La mondialisation en débat, Paris, La Documentation Photographique, p. 3.

9 Braudel F., 1979.

10 Wallerstein I., 1984-1985, Le système du monde du xve siècle à nos jours, Paris, Flammarion.

11 Sciences Humaines, 2001, « Mondialisation. Allons-nous vers un monde unique ? », p. 74-77, Paris, Éditions Sciences Humaines, n ° 34 « Les grandes questions de notre temps », p. 74.

12 Zumthor P., 1993, La mesure du monde, Paris, Le Seuil, p. 58.

13 Ibid., p. 61-62.

14 Bauman Z., 2005, p. 329.

15 Qui resta supérieure à l’accroissement de la production mondiale. 16. Se reporter entre autres à Sciences Humaines, Paris, Éditions Sciences Humaines, hors série « Les grandes questions de notre temps », automne 2001 ; Benoît B. et Saussac R., 2005, La mondialisation, Paris, Bréal ; Manzagol C., 2005, La mondialisation. Données, mécanismes, enjeux, Paris, Armand Colin.

16 Se reporter entre autres à Sciences Humaines, Paris, Éditions Sciences Humaines, hors série « Les grandes questions de notre temps », automne 2001 ; Benoît B. et Saussac R., 2005, La mondialisation, Paris, Bréal ; Manzagol C., 2005, La mondialisation. Données, mécanismes, enjeux, Paris, Armand Colin.

17 « Contrairement à l’opinion courante, la tendance lourde des migrations stricto sensu – avec changement de résidence – semble aller en décroissant, puisque le taux d’émigration a été divisé par deux depuis le début de ce siècle, passant de 5 % environ avant la Première Guerre mondiale à 2 % environ en cette fin du xxe siècle. » ; Gildas S., 2002, « La planétarisation des migrations internationales », p. 59-77, in Knafou R. (dir.), La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui, Paris, Belin, p. 61. Voir aussi Dumont G.-F., 2004, « Les nouvelles logiques migratoires », p. 97-116, in Michaud Y. (dir.), Qu’est-ce que la globalisation ?, Paris, Odile Jacob, p. 98.

18 G.-F. Dumont y range les facteurs politico-religieux, les facteurs économiques, les facteurs démographiques et les facteurs composés (à la fois économiques et politiques ou économiques et démographiques).

19 Dumont G.-F., 2004, p. 98.

20 Cet auteur donne, pour les raisons qui sont les siennes, les définitions suivantes : la globalisation est définie comme « l’ensemble des processus visant à la mise en place d’organisations régionales des marchés et/ou d’une organisation planétaire unique des marchés. Les décisions politiques rendent les marchés de moins en moins segmentés ou hétérogènes par les frontières existantes entre les espaces nationaux ou régionaux » (p. 108) ; l’internationalisation est définie comme « l’utilisation d’un certain nombre de techniques et de procédés réduisant l’espace-temps des échanges matériels, informatifs et humains entre les territoires de la planète » (p. 110) et la mondialisation comme « les actions des firmes visant à répondre en tout lieu et sans discrimination particulière de délai et de prix aux spécificités de la demande ; ces actions nécessitent pour les entreprises la mise en œuvre de stratégies mondialisées adaptées au contexte de globalisation et de l’internationalisation » (p. 113).

21 Par la diminution des durées de transport et l’accès aux nouvelles technologies d’information et de communication.

22 Appadurai A., 2005.

23 Technologies de l’information et de la communication.

24 Pour une approche de ce type de migrations, voir Tarrius A., 2000.

25 Voir à ce propos Cazes G., 1989, Le tourisme international, Paris, Hatier ; Dewailly J.-M., 1993, Géographie du tourisme et des loisirs, Paris, Sedes ; Urbain J.-D., 1999, L’idiot du voyage, Paris, Payot ; et Urbain J.-D., 2002, « Tourisme et mobilités : héritages, évolutions, innovations, tendances », in Michaud Y. (dir.), Université de tous les savoirs, vol. 8, L’Individu dans la société aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, p. 25-39 ; Baromètre OMT du tourisme mondial, vol. 2, no 2, juillet 2004.

26 Pierret C., 2002, « La planète nomade : les mobilités géographiques d’aujourd’hui », p. 27-35, in Knafou R. (dir.), p. 35.

27 Michaud Y., 2004, « Introduction », p. 7-9, in Michaud Y., p. 8.

28 Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, p. 2.

29 Michaud Y., 2004, p. 7.

30 Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, p. 5.

31 Marie M., 2004, p. 93. Voir aussi Stock M., 2004, « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1138.html.

32 Lévy J., 1999.

33 Voir par exemple Virilio P., 2004, Ville panique. Ailleurs commence ici, Paris, Galilée.

34 Ibid., p. 24.

35 Il s’agit finalement des non-lieux développés par Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil.

36 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002.

37 Le lointain pouvant être considéré plus proche que le proche.

38 S’y opère en effet une interaction des diverses échelles. Voir Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p. 15.

39 Déplacements pédestres ou motorisés terrestres, aériens et virtuels donnant accès à d’autres lieux plus ou moins lointains et à la matérialité plus ou moins consistante.

40 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, p. 39.

41 Ibid., p. 40. Voir Velasco-Graciet H., Kociemba V. et Roy C., 2006, « La vigne, le vin et la ville. Expériences bordelaises d’une trilogie vécue », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, no 22, p. 13-27.

42 Ibid.

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Quelques lux mondiaux au tournant du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 711k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search