Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Les territoires de la seconde modernité. Les apports de la géographie

Chapitre 15. Figures du territoire et quelques expériences géographiques de territoires mobiles

Texte intégral

Figures contemporaines du territoire

  • 1 Sénécal G. et Bouvier N., 2001, « L’environnement sous le signe du sujet. Aspects des territoires e (...)

1Nous partirons des trois figures contemporaines du territoire proposées par G. Sénécal et N. Bouvier1. Ce choix peut paraître réducteur car le nombre d’écrits relatifs aux formes contemporaines du territoire est maintenant riche. Mais ici, la cohérence du système explicatif est à relever notamment par l’entrée choisie, celle relative à l’intérêt croissant des sociétés occidentales pour l’environnement, environnement comme cadre de vie individuelle, comme projet social pour sa protection, comme horizon pour un développement durable planétaire. Les revendications que génère cette conscience (que l’on pourrait qualifier d’idéologie) dessinent d’autres territoires.

  • 2 Weber M., 1990 [1963], Le savant et le politique, Paris, Plon, p. 24.

2Ces territoires émergent parfois à la faveur de projets d’aménagement, de planification et de développement proposés ou mis en œuvre par les collectivités locales. Ces territoires de revendications et d’oppositions tentent de réduire le décalage que M. Weber mettait en évidence entre les projets d’une génération et les conséquences qu’ils avaient dans le temps pour les générations à venir : « Ce qu’une génération a librement voulu est pour la génération suivante destin inexorable »2.

  • 3 Se reporter au no spécial de la Revue de Géographie Alpine, tome 91, no 4 « Les agriculteurs dans (...)
  • 4 Vanier M., 2003, « Le périurbain à l’heure du crapaud buffle : tiers espace de la ville, nature du (...)

3D’autres territoires naissent aussi des volontés des politiques3, soucieux de prendre en compte les « besoins de nature » exprimés notamment par les collectifs urbains et d’y inclure des actions montrant toute leur « bonne volonté » quant à la préservation de l’environnement, le respect de la nature et l’amélioration de la qualité de vie vers ce que M. Vanier appelle l’« harmonie territoriale »4.

  • 5 Sénécal G. et Bouvier N., 2001, p. 115.

4Ainsi, G. Sénécal et N. Bouvier dégagent trois figures contemporaines de territoires. La première figure concerne le quartier. Il s’apparente, pour les auteurs, à un espace de concertation. L’évolution de la vie associative montréalaise, après une période de tâtonnement et d’incertitude relatifs aux valeurs et projets qu’elle voulait défendre, s’est constituée sous la forme d’« un mouvement associatif se fédérant autour du projet générique de planification à l’intérieur d’un cadre territorialisé : le quartier »5.

5Sa structuration progressive s’est manifestée notamment par la place (le statut) qu’il a prise comme intermédiaire entre l’État et les citoyens dans la mise en place de projets à l’intérieur de chaque quartier. Ce statut s’est vu renforcé par sa reconnaissance dans le processus de décentralisation mis en place. Par ce fait, le mouvement associatif a conduit une dynamisation sous une forme institutionnelle.

  • 6 Ibid., p. 116.

6Cette institutionnalisation a permis au mouvement de se détacher d’une conception identitaire et communautaire du quartier. « Il en résulte un mode de gouvernance territorialisé, chargé localement de la gestion des programmes de l’État et relativement peu concerné par les discours identitaires et communautaires6. »

  • 7 Pris dans le sens du syndrome Nimby (not in my back-yard, « pas dans ma cour »).

7La deuxième figure contemporaine de territoire est l’espace public Nimby7. Les auteurs traitent des controverses microlocales relatives à des projets d’aménagement dans l’agglomération montréalaise. Ces controverses sont l’expression d’oppositions à un projet émanant des autorités publiques ; oppositions portées par des riverains (citoyens hétérogènes) concernés et sans lien réel avec les organismes de concertation du quartier.

  • 8 Voir Velasco-Graciet H., 2002, « La société souletine au risque d’une controverse environnementale (...)
  • 9 Sénécal G. et Bouvier N., 2001, p. 117.

8Ces oppositions vont, pour diverses raisons, passer du stade de débats à « l’échelle de la proximité » à celui de conflit ouvert se structurant le plus souvent autour d’un leader émergent. Nous rajouterons que ces conflits, dès lors qu’ils se formalisent, donnent la capacité à leurs promoteurs de quitter les limites du territoire objet de la controverse, d’entrer dans des réseaux constitués de territoires connaissant les mêmes problèmes. Ces réseaux se fondent sur la solidarité et assurent une aide efficace en terme de gestion du conflit8. Le collectif qui s’en dégage ne dure que le temps du conflit, et ce quelle que soit son issue. « Finalement, la controverse microlocale est le signe d’une résistance, souvent diffuse, organisée de manière instable mais porteuse d’un sentiment d’identité combien éphémère, puisque circonstanciée et ponctuelle9. »

9Enfin, la troisième figure proposée par les auteurs est celle du jardin. Il s’agit de jardins communautaires en milieu urbain (ville de Montréal). Gérés par les pouvoirs publics, « ils sont appropriés par une population extrêmement hétérogène ». Ces jardins sont de propriété publique et d’usage privé.

  • 10 Ibid., p. 118.

10Leur contenu social est incertain dans la mesure où la pratique du jardinage dans la proximité favorise les rencontres et les discussions, mais sans engagement – tout au moins durable. Les motivations invoquées par les jardiniers communautaires sont diverses et vont de la « quête de la nature certes, mais aussi recherche de la rentabilité économique, passion personnelle, construction de l’estime de soi, et attrait de l’espace vert domestique »10.

11Une analyse de ces trois figures contemporaines permet de dégager les dimensions qu’elles contiennent (voir tableau 1, p. 152).

  • 11 Très largement inspirée de celle proposée B. Debarbieux, la complétant simplement.

12À la lecture de ces trois figures contemporaines de territoire dans le cadre de la complexité territoriale, nous pouvons proposer une piste possible de définition11 qui serait celle d’un système spatialisé durable ou éphémère de ressources matérielles (actions et objets) et symboliques (discours et représentations) capables de structurer, pour un temps plus ou moins long, les pratiques et les représentations d’un individu ou d’un collectif plus ou moins institutionnalisé, et de permettre en retour une identification totale ou partielle de cet individu ou de ce collectif.

Tableau 1 – Trois figures contemporaines du territoire.

Quartier

Espace public du Nimby

Jardin

Types de limites

Limites institutionnelles, non repérables dans le paysage

Limites variables, dépendant des limites du projet

Limites de chaque jardin/ limites du jardin communautaire

Configuration spatiale

Aire

Archi-pélagique

Co-spatialité

Niveau d’échelle

Métropolitaine

Variable

Infra-urbaine

Dimension temporelle

Temps du politique

Temps du conflit

Temps du politique Temps du jardinier

Détenteurs du pouvoir : actants

Acteurs politiques, associatifs et citoyens

Résidents relayés par un leader

Ville prescrivant les règles communes

Type d’exercice du pouvoir

Négociation

Conflit

Contrat

Type d’appropriation

Politique

Politique sous forme d’opposition

Individuelle et par relations sociales de proximité temporaires

Type d’identification

Partielle
Concerne la vie publique quotidienne

Partielle
Concerne l’environnement

Partielle
Concerne les loisirs

Dimension idéologique

Démocratie participative

Éthique relevant de la protection de l’environnement

Hédonisme et/ou économique et/ou militant

13Cette définition s’appuie sur les dimensions vues précédemment. Elle reprend tour à tour :

  • la nature dialogique de la relation entre la sphère matérielle et idéelle ;
  • la diversité des limites des périmètres, voire leur négation ou leur dépassement ;
  • la variabilité des échelles sollicitées, de l’« infra-local » au mondial ;
  • le refus de la prise en compte du seul temps long comme mesure ; les territoires contemporains émergents ne s’inscrivent pas ou plus, de façon systématique, dans le temps long ;
  • l’élargissement à d’autres collectifs sociaux ayant capacité à « faire territoire », des moins au plus institutionnalisés ;
  • l’enrichissement des types d’appropriation : politique (au sens politicien), environnemental, éthique, économique, etc. ;
  • une diversité des idéologies qui sous-tendent les pratiques et alimentent les représentations : développement (durable), égalité, protection des minorités, etc.
  • 12 L’expression est prise à Philippe P., 2005, « Mobilité internationale et identités des cadres : po (...)

14Cette ébauche de proposition ne fait qu’insister sur le peu de capacité accordée aux territoires pour constituer un référent unique tant pour l’exercice des pratiques que pour la structuration des identités. Finalement, les processus de construction identitaire à l’œuvre relèvent d’une sorte d’assemblage, d’un bricolage de diverses identifications à des entités sociales diverses et à des territoires éclatés. Ces identifications s’inscrivent dans des temps plus au moins longs. Les individus, en s’éloignant de gré ou de force des identités et des appartenances territoriales anciennes, deviennent les sujets de leur propre vie, des sortes de compositeurs12.

15Notre définition souligne aussi l’émergence d’un rapport renouvelé à l’espace qui s’exprime par une généralisation des mobilités de toutes sortes : des mobilités matérielles toujours plus performantes grâce à l’amélioration des moyens de transport, qui relient des territoires non contigus par des déplacements et des parcours ; des réseaux qui possèdent et traduisent aussi toute la force de l’expérience du voyage et du passage racontés avec tant de force par les migrants, la mobilité et son expérience spatiale construisent un territoire mobile qui défile au gré du voyage ; des mobilités virtuelles aussi, qui sont permises par le développement mondial des nouvelles technologies de l’information.

  • 13 Beck U., 2006, p. 86.
  • 14 Appadurai A., 2001.
  • 15 Retaillé D., 2005, p. 178.

16Ces mobilités, par leur instantanéité, créent de la proximité entre le très proche et l’infiniment lointain, du lien social même éphémère entre le Nous et les Autres. Leurs expérimentations procurent le sentiment de l’absence de distance, l’idée d’être à la fois ici et là-bas, favorisant l’émergence d’une « sorte de globalisation des émotions et de l’empathie »13. Elles éloignent la sensation de la solitude du groupe isolé ou en conflit, elles recréent du lien et de la « trans-localité » comme l’a montré A. Appadurai14. Somme toute, comme l’écrit D. Retaillé : « Impossible d’assigner à résidence les “sédentaires” y compris les paysans »15.

  • 16 On trouve d’ailleurs d’excellentes cartes faisant état de ces fractures sur le site du Monde diplo (...)
  • 17 Beck U., 2006, p. 81.

17Cela pose bien sûr la question de l’inégale accessibilité des individus et des groupes à la mobilité et la nature des idéologies qui participent à leur multiplication et à leur développement. La réponse n’est pas aisée mais se dévoile à travers les nouvelles fractures économiques, sociales et culturelles qu’un cartographe averti pourrait dessiner16, que nous avons tous en tête et que certains esprits éclairés tentent de dénoncer en sachant « qu’il n’est dorénavant plus possible de tracer la frontière entre le national et l’international dans le domaine des inégalités »17.

Expériences géographiques de territoires mobiles

  • 18 Voir Tarrius A., 2000, et Knafou R. (dir.), 1998, La planète « nomade ». Les mobilités géographiqu (...)
  • 19 Beck U., 2006, p. 174. Cet auteur parle dans ce cas de « cosmopolitisme banal ».

18Si la mondialisation ne réalise pas la « fin des territoires », elle favorise au contraire l’émergence de nouveaux territoires de forme et de contenu plus fluides18, produits par des acteurs ne possédant pas le monopole de la production du pouvoir et invitant, de gré ou de force, les individus à entrer dans des processus d’identification territoriale multiple. La perte des pouvoirs des États-Nations aurait libéré les individus des contraintes d’appartenance. Elle leur attribuerait une grande liberté dans leurs choix identitaires grâce, entre autres, à une intériorisation du global19.

  • 20 Il qualifie le post-modernisme de « doctrine » ; Retaillé D., 2005, p. 177.
  • 21 Retaillé D., 2005, p. 177.

19Certains géographes avaient eu quelques intuitions et avaient repéré quelques « indices » quant à la solidité des territoires modernes, et surtout quant à l’exclusivité d’appartenance territoriale des individus. Les interrogations passées permettent aujourd’hui à D. Retaillé d’aller, dit-il, à l’encontre de la doxa géographique. En effet, pour cet auteur, le postmodernisme20 permettrait finalement de prendre en compte sérieusement « des savoirs et des pratiques qu’on pourrait dire “pré-modernes” bien que contemporains ou du moins restés libres de la techno-science lorsqu’elle confond rationalité économique et esthétique : les communautés, les “cultures”, les minorités, les assemblages improbables d’identités variées associées dans leurs lieux à la nouvelle liberté (peut-être pas si nouvelle) offerte par la technique de l’information »21.

  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

20Ainsi, sous la carte, les espaces étaient fondamentalement mobiles22 et les appartenances territoriales multiples. Mais les chercheurs, trop occupés à classer, à tester des concepts et à éprouver des méthodes, n’auraient pas pu et pas su « rendre compte des résistances du réel qui ont repris droit de cité avec la “globalisation” »23.

21Cependant, il n’est pas possible de dire que la mondialisation et la seconde modernité ne font que révéler des entités géographiques qui existaient dans l’ombre des territoires classiques. Si ces entités géographiques ressurgissent aujourd’hui sous des formes diverses – et nous pensons ici aux zones frontalières au sein de la Communauté Européenne – ou du moins si elles deviennent visibles, ce n’est pas tant notre regard qui a changé mais plutôt que ces entités se multiplient et gagnent en autonomie. Les collectifs sociaux qui les supportent possèdent en effet pour certains d’entre eux la capacité de remettre en cause les prérogatives et la souveraineté des États-Nations. Jusqu’à il y a peu, ces derniers se paraient contre toutes les résistances, et notamment celles relevant du séparatisme territorial, en usant de la violence dont ils avaient le monopole.

  • 24 D. Retaillé fait référence à ces « indices » seulement pour ses expériences scientifiques africain (...)
  • 25 Nous aurions pu aussi bien choisir les entités relatives aux fêtes, au tourisme, à l’illicite, au (...)

22Ces intuitions géographiques, dont D. Retaillé fait mention, sont nées autour de plusieurs objets de recherche24. Ici, nous en retiendrons deux25.

  • 26 Entre autres, sous l’impulsion des géographes québécois J.-P. Lacasse et H. Dorion qui proposeront (...)
  • 27 Georges P., 1974, Études des frontières et géographie politique, Paris, L’Harmattan.
  • 28 Beck définit le nationalisme méthodologique comme « la conviction qui veut que la “société moderne (...)

23Tout d’abord, le premier objet concerne les espaces transfrontaliers. Si les géographes ont d’abord traité de la frontière comme objet politique et l’ont approchée comme une ligne entre deux entités nationales, ce n’est qu’à partir des années 1970 qu’ils se sont intéressés aux espaces les bordant26. Ainsi, l’époque vient à considérer que « la frontière ne peut être conçue comme une ligne absolue car il y a mouvements des idées, des hommes, des biens et des capitaux, les frontières sont des espaces compénétrants »27. Malgré tout, les études menées se sont essentiellement fondées sur ce que U. Beck appelle un « nationalisme méthodologique »28.

  • 29 Mbembé A., 2005, « À la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique », (...)
  • 30 Voir Bennafla K., 2002 ; Bouquet C., 2003 (avril-juin) ; Nassa D.A., 2005.

24A. Mbembé le souligne lorsqu’il parle des frontières africaines. Selon cet auteur, deux thèses qui s’ignorent sont aujourd’hui dominantes. La première, de nature géopolitique, se fonde sur l’idée que « les frontières séparant les États africains entre eux sont des créations coloniales [et que] leurs tracés seraient arbitraires »29. Séparant des communautés pré-coloniales, elles auraient créé des États non viables d’où découleraient les conflits actuels qui agitent avec violence le continent africain. L’autre thèse postule « qu’une sorte d’intégration régionale serait en cours “par le bas”. Cette intégration se réaliserait en marge des institutions, à travers des solidarités socio-culturelles et des réseaux marchands frontaliers ». Les espaces frontaliers seraient connectés à des marchés internationaux et profiteraient, dans l’illicite, de leur dynamique30.

  • 31 Mbembé A., 2005, p. 51.

25Pour A. Mbembé, ces deux thèses ne s’attachent pas suffisamment à la compréhension des pratiques et des imaginaires autochtones et le lien entre État et territoire n’est appréhendé que sous une forme instrumentale : « L’interrogation se limite au problème de savoir si la restructuration des espaces d’échange contribue ou non à l’affaiblissement de l’État et à l’érosion de sa souveraineté31. »

  • 32 Ibid.

26A. Mbembé propose au contraire de voir les frontières africaines contemporaines comme le résultat d’un processus social et culturel relativement long et antérieur à la colonisation. « Les frontières actuelles traduisent les réalités commerciales, religieuses et militaires, les rivalités, les rapports de force et les alliances qui prévalaient entre les différentes puissances impériales, puis entre elles et les Africains, au long des siècles qui précédèrent la colonisation proprement dite32. »

  • 33 Sahlins P., 1996, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depu (...)
  • 34 Passi A., 1996, Territories, Boundaries and Consciousness. The Changing Geographies of the Finnish- (...)

27Pour les frontières occidentales, les travaux de P. Sahlins33 et de A. Passi34 montrent que la frontière relève à la fois d’« une histoire comparative entre deux États, une affaire de rois, de ministres, de généraux qui font la guerre et la paix, qui négocient des traités », et d’une histoire « de paysans, de nobles ruraux, de communautés villageoises », les deux perspectives étant liées. Sans considérer qu’il n’y ait de territoire que le territoire national, les deux auteurs vont montrer comment, sous la rigidité de la ligne frontière, les populations frontalières vont dessiner par leurs pratiques spatiales un autre territoire intégrant la frontière qui de barrière devient lien, si cela est nécessaire.

  • 35 Velasco-Graciet H., 1998, La frontière, le territoire et le lieu. Norme et transgression dans les P (...)

28Dans mes travaux de thèse35, j’avais approché et trouvé quelques indices « d’un territoire sous le territoire » dans la zone frontalière que j’étudiais alors : la partie occidentale des Pyrénées.

29Cette entité géographique n’était pas cartographiée, pas recensée, finalement elle n’existait pas. Elle ne se dévoilait que par les déplacements des populations frontalières et ne prenait forme dans sa métrique, son échelle et sa substance, que dans les récits.

30Constituée de relations sociales, économiques (licites et illicites) et symboliques, cette entité connaissait de fortes variations et de grandes mobilités en fonction du moment de la journée, du jour de la semaine, de la période de l’année, des événements politiques extérieurs, des fluctuations monétaires entre les deux pays contigus, etc. Elle était malgré tout fortement structurée tant matériellement qu’idéellement. Elle possédait des lieux emblématiques et était charpentée par un pouvoir fort et légitime, s’appuyant sur des valeurs et des codes précis.

31À l’époque de ce travail, j’avais qualifié cette entité de transgressive, car elle transgressait les normes et valeurs territoriales de la Nation. J’essayais de montrer que cette entité géographique était finalement « un bienfait » territorial pour la Nation car, en transgressant la norme territoriale qu’est la frontière, elle venait la conforter dans sa légitimité. Je ne fis qu’effleurer la question du processus d’identification mené par les populations frontalières.

32Ces populations possédaient (au moins) deux territoires d’identification : l’un national, celui de la lumière où l’on vote, où l’on va à l’école, pour lequel on est prêt à se battre, et l’autre, celui de l’ombre, des déplacements nocturnes, des fêtes, des relations de travail pour les bergers, de l’argent facile, parfois des mariages. Entre les deux territoires, il n’existait pas de tension, les frontaliers apparaissaient comme des sortes de « compositeurs » de leur identité, choisissant en fonction des situations le territoire identificatoire qu’ils allaient actionner.

  • 36 Retaillé D., 2005, p. 179.
  • 37 Ibid.

33Ensuite, le second objet de recherche qui pourrait révéler ces intuitions concerne ce que D. Retaillé a appelé les « leçons prises en Afrique » ou « leçons africaines »36. Pour cet auteur, « les territoires africains sont assez flous, ne semblant jamais s’arrêter à une figure aisément cartographiable selon les principes de l’exclusivité et de l’exhaustivité des limites. Il en va de même des identités qui jouent du mouvement »37. L’auteur souligne que rien ne peut assigner un individu ou un groupe à une identité unique et absolue.

  • 38 Ibid.
  • 39 Badie B., 1995, p. 78.

34C’est grâce à la fluidité des espaces qui permet le mouvement, qu’individus et groupes « inventent en permanence des lieux en dehors de tout impératif “légal” de localisation »38. Ainsi, les allégeances à des territoires sont aussi variées que les régimes de spatialités proposés par les entités politiques, sociales, religieuses. Cette multi appartenance est mentionnée par B. Badie : « Cette construction de l’espace […] reflète seulement une autre conception qui est irréductible à la plupart des données qui fixent la territorialité. Telle est d’abord remise en cause l’idée de monopole : aucune instance, royaume ou chefferie, unité politico-administrative ou unité clanique, village ou quartier ne peut prétendre à exercer un quelconque monopole sur le contrôle des hommes ou des allégeances. La remarque vaut également pour la frontière. Politiquement, celle-ci n’est ni précise ni surtout signe de distinction entre espaces de souveraineté39. »

  • 40 D. Retaillé préfère l’utilisation du concept d’espace à celui de territoire car, pour lui, « le te (...)

35À partir de ces mobilités constituées en réseau et de ces multiples appartenances, se dessinent des espaces mobiles40 entretenant une relation complexe et riche au temps, un temps contrastant avec la « monochronie » des sociétés occidentales.

  • 41 Ibid., p. 201.
  • 42 Badie B., 1995, p. 78.

36Ces espaces mobiles sont définis par l’auteur comme « non bornés ». Les réseaux qui les tendent ne sont pas hiérarchisés et leur connexité est forte. La caractéristique essentielle de l’espace mobile, qui le rend distinct et non « transférable » comme figure explicative des entités géographiques des pays du Nord, est que « dans l’espace mobile, le lieu est éphémère et même si nous pouvons en reconstituer le passé formellement, cela importe peu ou pas dans sa constitution comme lieu. La patrimonialisation n’est pas de cet espace »41. Pour B. Badie, « cette “fabrication” de territoires a rejeté dans le domaine de l’informel, du caché voire du délinquant – et notamment de la contrebande – tout ce qui relevait des réseaux »42.

  • 43 Pour cet auteur, « c’est moins l’examen du discours sur l’espace (les représentations, les lois) q (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Bouquet C., 1991, Insulaires et riverains du lac Tchad, Paris, L’Harmattan.

37Pour l’auteur, « l’espace mobile est un espace épistémologique mais il sert de base à des pratiques spontanées ». Et c’est par les usages que D. Retaillé propose de comprendre le monde contemporain, par une « géographie des usages »43 dont la construction raisonnée puis scientifique reste à faire sans confondre cette fois l’espace réel et l’espace épistémologique44. Cette confusion toujours menaçante entre espace réel et espace épistémologique apparaît aussi chez C. Bouquet45 dans ses « leçons » prises en Afrique. Les premiers chapitres montrent la prudence de l’auteur à distinguer les diverses constructions de son terrain d’étude que fut le lac Tchad : constructions des voyageurs, des géographes et des historiens.

  • 46 Ibid., p. 88. Ces résultats ne remettront pas en cause son enthousiasme pour une « géographie des (...)

38Mais derrière ou dessous les cartes et les écrits savants, il y a l’« espace réel », pour reprendre l’expression de D. Retaillé, que C. Bouquet tente de cerner par le concept d’« espace vécu ». Cependant, à l’issue de la recherche, c’est un « tableau sans homogénéité qui se dévoile »46, dont il dégagera malgré tout quelques tendances. Il montrera ainsi que l’espace des populations locales fut peu touché par les rigueurs administratives et politiques modernes : « Si l’implantation administrative coloniale et postcoloniale peut apparaître encore assez serrée, les rouages traditionnels ont continué à fonctionner et, actuellement, l’espace social semble peu modifié par rapport à la période précoloniale. »

39Pour l’auteur, la compréhension au plus juste du terrain se fonde plus sur l’observation que sur la vérification a posteriori de théories simplificatrices manquant de souplesse pour accueillir les subtilités spatiales rencontrées. Ainsi, les quatre communautés rencontrées par l’auteur ont des usages distincts de l’espace ; usages déterminés par un rapport complexe au temps : au temps long, celui du nomadisme et de ses dangers, celui des grandes sécheresses et des périodes de disettes et au temps annuel, chaotique car soumis aux rythmes du niveau du lac Tchad.

  • 47 Gallais J. cité in ibid., p. 90.

40Il y aurait donc pour cet auteur superposition et chevauchement d’espaces : celui des savants, continu, terrestre et aquatique, possédant ses propres temporalités, celui des administrateurs coloniaux et post-coloniaux ; quadrillé et contrôlé, rythmé par le temps moderne et celui, enfin, des populations locales dont l’auteur confie l’expression de son foisonnement et de sa complexité à J. Gallais : « C’est à l’intérieur des limites que cernent sa propre mobilité, ses relations sociales, l’étendue de son information, sa géographie affective, que l’homme des sociétés rurales traditionnelles considère un fait nouveau comme un exemple éventuel. L’espace effectivement vécu fournit l’infrastructure des influences possibles47. »

  • 48 La carte, ici, est prise comme métaphore de la modernité et de ses constructions territoriales.
  • 49 Pour une approche de ce changement de perspective, on peut se référer à Cassano F., 2005, La pensé (...)

41Somme toute, les auteurs nous invitent à explorer encore le dessous des cartes48, lequel dévoile des territoires multiples, aux formes et aux substances inusuelles ; ces « nouveaux » territoires que la première modernité n’avait, pour certains, pas permis de voir, si ce n’est que par quelques « indices », et dont elle avait, pour d’autres, empêché l’émergence. Mais leur approche scientifique demande bien des prudences méthodologiques. Elle requiert aussi un changement de regard en se défaisant de ce que Beck appelle un « nationalisme méthodologique ». L’ouverture sur le monde, pris comme objet, ne signifie pas seulement d’explorer le monde géographiquement comme en ont l’habitude les géographes mais de l’explorer en changeant de perspective, de ne plus l’analyser à lumière de la première modernité49. C’est parce qu’aujourd’hui les géographes retrouvent un statut d’explorateur qu’ils ont besoin de grilles de lecture plastiques, malléables et révisables. Le concept de territoire est l’une de ces grilles de lecture, qui propose que s’opère une réconciliation entre géographie savante et géographie « réelle », produite, pratiquée et pensée. Il permet ainsi que se développe une « géographie par-delà la modernité ».

  • 50 Debarbieux B., 2005, « Obsolescence ou actualité des objets géographiques modernes ? À propos de la (...)

42Ainsi, pour conclure, « partons de l’idée, aujourd’hui largement partagée, que les sciences sociales peuvent et doivent produire une connaissance qui soit autre que la connaissance commune, mais qui ne soit pas étrangère ni différente de cette dernière. Cette posture implique que les sciences sociales doivent inventer des objets spécifiques intégrant les objets de la pensée ordinaire, mais qui avec le temps les dépassent, dans une sorte de pensée seconde […] et pour dire cela, je pense que l’on a moins besoin d’inventer de nouveaux mots que de travailler leur acception et leur articulation conceptuelle »50. Ainsi, nous n’inventerons pas de « nouveaux mots » mais nous retravaillerons le concept de territoire qui, par sa malléabilité, est apte à rendre compte des mutations contemporaines. Il s’agira, dans cette quatrième partie, de mettre en évidence une grille de lecture qui, pour l’instant, ne possède pour valeur que la force d’une conviction intuitive, appréhendée de façon théorique.

Notes

1 Sénécal G. et Bouvier N., 2001, « L’environnement sous le signe du sujet. Aspects des territoires en devenir », in Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., Géographie et société, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 107-122.

2 Weber M., 1990 [1963], Le savant et le politique, Paris, Plon, p. 24.

3 Se reporter au no spécial de la Revue de Géographie Alpine, tome 91, no 4 « Les agriculteurs dans la cité », décembre 2003.

4 Vanier M., 2003, « Le périurbain à l’heure du crapaud buffle : tiers espace de la ville, nature du tiers espace », Revue de Géographie Alpine, tome 91, no 4 « Les agriculteurs dans la cité », décembre, p. 79-93.

5 Sénécal G. et Bouvier N., 2001, p. 115.

6 Ibid., p. 116.

7 Pris dans le sens du syndrome Nimby (not in my back-yard, « pas dans ma cour »).

8 Voir Velasco-Graciet H., 2002, « La société souletine au risque d’une controverse environnementale, chronique du passage d’un gazoduc au Pays Basque français », Géographie et cultures, Paris, L’Harmattan, no 43, automne, p. 67-85.

9 Sénécal G. et Bouvier N., 2001, p. 117.

10 Ibid., p. 118.

11 Très largement inspirée de celle proposée B. Debarbieux, la complétant simplement.

12 L’expression est prise à Philippe P., 2005, « Mobilité internationale et identités des cadres : pour une sociologie “immergée” », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1455.html.

13 Beck U., 2006, p. 86.

14 Appadurai A., 2001.

15 Retaillé D., 2005, p. 178.

16 On trouve d’ailleurs d’excellentes cartes faisant état de ces fractures sur le site du Monde diplomatique : www.monde-diplomatique.fr.

17 Beck U., 2006, p. 81.

18 Voir Tarrius A., 2000, et Knafou R. (dir.), 1998, La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui, Paris, Belin.

19 Beck U., 2006, p. 174. Cet auteur parle dans ce cas de « cosmopolitisme banal ».

20 Il qualifie le post-modernisme de « doctrine » ; Retaillé D., 2005, p. 177.

21 Retaillé D., 2005, p. 177.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 D. Retaillé fait référence à ces « indices » seulement pour ses expériences scientifiques africaines. L’élargissement, non exhaustif, est proposé par nous.

25 Nous aurions pu aussi bien choisir les entités relatives aux fêtes, au tourisme, à l’illicite, au péri-urbain. Ce travail, bien sûr, reste à mener tout autant qu’un approfondissement de chaque objet.

26 Entre autres, sous l’impulsion des géographes québécois J.-P. Lacasse et H. Dorion qui proposeront d’étendre l’étude des frontières politiques à celles des limites en général et de créer la « limiologie ».

27 Georges P., 1974, Études des frontières et géographie politique, Paris, L’Harmattan.

28 Beck définit le nationalisme méthodologique comme « la conviction qui veut que la “société moderne” et la “politique moderne” ne puissent exister qu’organisées au “niveau national”. La société n’est comprise que comme société nationale, territoriale, organisée et délimitée par les États. Lorsque les acteurs adhèrent à cette croyance, je parle “d’optique nationale” ; si elle détermine la perspective de l’observateur scientifique, je parle de “nationalisme méthodologique” » ; Beck U., 2006, p. 51.

29 Mbembé A., 2005, « À la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique », in Antheaume B. et Giraut F., p. 47-79.

30 Voir Bennafla K., 2002 ; Bouquet C., 2003 (avril-juin) ; Nassa D.A., 2005.

31 Mbembé A., 2005, p. 51.

32 Ibid.

33 Sahlins P., 1996, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, Paris, Belin.

34 Passi A., 1996, Territories, Boundaries and Consciousness. The Changing Geographies of the Finnish-Russian Border, Chichester, Wiley.

35 Velasco-Graciet H., 1998, La frontière, le territoire et le lieu. Norme et transgression dans les Pyrénées occidentales, Université de Pau et des Pays de l’Adour, thèse de Doctorat.

36 Retaillé D., 2005, p. 179.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Badie B., 1995, p. 78.

40 D. Retaillé préfère l’utilisation du concept d’espace à celui de territoire car, pour lui, « le territoire [est] lui-même une norme au même titre que le droit et la technique », ibid., p. 199. Il distingue l’espace absolu, qui est l’espace de la nature, ordonné sans que l’ordre y ait été pensé, et l’espace relatif, défini comme l’espace organisé qui remplit le vide, p. 186.

41 Ibid., p. 201.

42 Badie B., 1995, p. 78.

43 Pour cet auteur, « c’est moins l’examen du discours sur l’espace (les représentations, les lois) qui est attendu, que la saisie de l’espace des représentations à travers les usages et les pratiques », p. 185. L’usage est pris comme la médiation entre la forme spatiale et sa « substance » sociétale, p. 188.

44 Ibid.

45 Bouquet C., 1991, Insulaires et riverains du lac Tchad, Paris, L’Harmattan.

46 Ibid., p. 88. Ces résultats ne remettront pas en cause son enthousiasme pour une « géographie des espaces vécus », p. 89.

47 Gallais J. cité in ibid., p. 90.

48 La carte, ici, est prise comme métaphore de la modernité et de ses constructions territoriales.

49 Pour une approche de ce changement de perspective, on peut se référer à Cassano F., 2005, La pensée méridienne. Le Sud vu par lui-même, Paris, Éditions de l’Aube.

50 Debarbieux B., 2005, « Obsolescence ou actualité des objets géographiques modernes ? À propos de la ville, de la campagne, du périurbain et de quelques autres objets conventionnels », in Arlaud S., Jean Y. et Royaux D., Rural-Urbain. Nouveaux liens, nouvelles frontières, Poitiers, PUR, p. 33-43.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search