Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Les territoires de la seconde modernité. Les apports de la géographie

Chapitre 14. Le territoire, un concept à l’épreuve de la géographie du monde contemporain

Texte intégral

Le choix de la définition du concept de territoire

  • 1 Chivallon C., 2000, « D’un espace appelant forcément les sciences sociales pour les comprendre », p (...)

1Pour l’instant, nous retiendrons ici la définition proposée par B. Debarbieux car elle assure au concept de territoire une large ouverture et une généreuse plasticité permettant de contenir l’extrême diversité des territoires contemporains. Une des caractéristiques mise en évidence dans la définition, et qui révèle le travail conceptuel mené jusqu’ici, est l’affirmation selon laquelle le spatial et le social sont constitutivement liés. C. Chivallon emploie à ce propos le terme de « circularité » pour décrire la nature du rapport entre les deux domaines : « L’espace rend possible l’existence d’un projet social ; la sociabilité découle de sa continuelle extériorité, etc. Dans ce double mouvement, on se trouve dans l’incapacité de dire qui de l’un est le premier et détermine l’autre : l’espace et le social sont bien comme l’avait dit P. Amphoux, “co-produits”, “co-présents”, “co-évolutifs”. Dans l’un et dans l’autre, on découvre de l’instituant et de l’institué1. »

2Maintenant, afin de clarifier les propos, notre proposition est de dégager les caractéristiques du concept en partant des attaches dont il est débarrassé. L’objectif est ici de pointer les qualités d’ouverture et de plasticité qu’il possède. Ainsi :

  • aucune référence à un pouvoir n’y est mentionnée. Donc, à ce titre, peut y entrer l’ensemble des collectifs sociaux, et ce quels que soient le degré et la forme d’institutionnalisation qui les caractérisent (d’une association de chasseurs à l’État-Nation, d’une firme multinationale à un groupement d’agriculteurs) ;
  • aucune référence à un obligatoire temps long n’est spécifiée. Ainsi, tant les territoires hérités que les territoires émergents ou éphémères y trouvent une place ;
  • aucune mention à un mode d’appropriation n’est faite : cela permet d’y inclure des types d’appropriation variables incluant les formes les plus dures (le conflit) au plus douces (la négociation jusqu’aux formes les plus affectives). Elle peut être matérielle (par des inscriptions spatiales) et/ou idéelle (en esprit2). L’appropriation peut être entendue comme la maîtrise cognitive et technique d’un minimum de savoir et de savoir-faire sur le territoire. Elle permet une intégration significative et intentionnelle de l’individu ou de la collectivité dans le territoire, et concourt à la construction de l’identité ;
  • aucune mention d’échelle n’est imposée : cela autorise à se départir de l’idée d’un systématique emboîtement d’échelles et de la valeur accordée à chacun des niveaux. Finalement, cela permet d’admettre qu’il puisse y avoir cospatialité partielle ou totale, toutes les situations de juxtapositions, de chevauchements ou d’englobements ;
  • aucune configuration spatiale spécifique n’est plus admise comme dominante : on peut alors comprendre par « territoire » les configurations en aires, archi-pélagiques ou encore réticulaires ;
  • aucun type d’identification n’est spécifié. Ainsi, l’identification au territoire peut être totale et concerner l’ensemble des relations sociales (professionnelles, matrimoniales, ludiques, festives, etc.) ou attribuer à chacune d’elles une identification à un territoire différent (être né à Lunegarde, travailler à New York, se marier avec une Japonaise rencontrée lors de vacances à Espelette, consacrer ses vacances à faire de la plongée sous-marine en Grèce, etc.) ;
  • aucune mention n’est faite3 aux structures et formes idéologiques, qui concourent à la mise en place de valeurs, de croyances et de comportements faisant admettre aux individus le bien-fondé de leur appartenance territoriale. Ainsi, toutes les formes idéologiques (leur enracinement dans des univers symboliques divers et leur production de signes différenciés) sont prises en compte, des plus cachées et insidieuses (comme le marketing par exemple) aux plus explicites (comme les chants patriotiques).
  • 4 Alphandéry P., 2004.

3Certains pourront condamner cette définition, l’estimant trop ouverte, et l’accuser d’être une sorte de « concept mana »4. Mais elle s’inscrit dans les travaux passés de la géographie sociale et culturelle, bénéficiant des apports progressifs mis en évidence tout au long des trente voire quarante dernières années, par les travaux menés, tant théoriques qu’empiriques.

  • 5 Voir Lévy J., 2003, p. 907.

4Ensuite, elle n’a aucune ambition d’hégémonie. Une géographie qui s’appuie sur le concept de territoire ne correspond pas « à la géographie tout court »5 et n’exclut en rien les autres lectures et approches de l’espace géographique.

  • 6 Sous-entendu ses conséquences territoriales.
  • 7 Lévy J., 1999, extrait du débat sur le thème de la mondialisation, L’Espace géographique, Paris, Be (...)

5Enfin, elle n’est en aucune sorte un aboutissement. C’est aussi en cela qu’elle convient à ce travail, car comme lui, elle propose plus qu’elle n’impose, elle laisse le champ ouvert à la réflexion plus qu’elle ne le clôt. D’ailleurs, la période contemporaine et les mutations qu’elle connaît invite bien plus à s’interroger et à proposer qu’à postuler. La géographie, riche des enseignements de son histoire, de ses bonheurs et de ses malheurs, par une démarche à petits pas faite d’un dialogue permanent entre empirie et théorie, pourra ainsi « ne pas rater la mondialisation6 comme elle a raté historiquement la ville, par exemple, au début du siècle »7.

Géographie du monde contemporain et géographie savante : la rupture ?

  • 8 Voir Alphandéry P., 2004, p. 5.

6Le recours à un concept dont le champ sémantique est largement ouvert est imposé par la géographie en mouvement du monde contemporain. En effet, la production sociale territoriale abondante déstabilise toute définition trop stricte du territoire8. Un concept élastique, ou du moins ouvert, se présente ainsi comme un outil de compréhension. Pour employer une métaphore relative à la construction, il serait une sorte d’échafaudage. En effet, toute architecture, de la plus simple à la plus prestigieuse, ne peut en aucune manière éviter le recours à une armature préalable qui, une fois éprouvée, permet le dévoilement de l’édifice. C’est parce que nous pensons que la géographie connaît une mutation plus imposée qu’anticipée que la proposition est de ne pas rigidifier trop vite les outils mais plutôt de les éprouver avant de les sculpter dans le marbre de nos institutions (notamment littéraires).

  • 9 Huxley A., 2002, Le meilleur des mondes, Paris, Pocket.

7Nous ne rentrerons pas ici dans le débat consistant à savoir si la fin de la géographie s’annonce, si les collectifs sociaux émergents n’ont plus recours à des référents géographiques pour se construire et se développer, si le monde en s’uniformisant a construit une sorte de société mondiale « hors-sol » à l’image de la société présentée par A. Huxley dans Le meilleur des mondes9.

  • 10 Pecqueur B., 2005, « Le développement territorial : une approche de développement pour les économie (...)

8Nous ne nous interrogerons pas plus pour savoir si, au contraire, la géographie serait partout présente. En effet, la mondialisation et le risque d’uniformisation qu’elle contient auraient créé, après bien des espoirs, des incertitudes et des craintes tant individuelles que collectives. Ces incertitudes se manifesteraient par un retour au local, tant dans une direction positive comme ressource au développement10 que dans une direction négative comme support à l’émergence de nouveaux irrédentismes, fait de repliement sur soi, un « entre soi » collectif, choisi ou imposé, se fondant plus sur l’exclusion que sur l’inclusion, plus sur l’ostracisme que sur la négociation.

9Le refus d’un positionnement est conditionné par le fait que les deux figures se dévoilent simultanément à l’aune des événements politiques, sociaux et économiques dont nous sommes soit les acteurs ou les victimes, soit les spectateurs.

  • 11 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, « Représentations et nouvelles territorialités : à la recher (...)

10En définitive, notre chemin sera de tenter de comprendre la diversité des manières contemporaines de « faire territoire », de s’identifier à des lieux et d’y nouer des liens11 ou pour le dire autrement, et en suivant M.-C. Fourny-Kober, de chercher la capacité de l’espace à « faire territoire ».

  • 12 Decroly J.-M. et Nicolaï H., 2006, Mutations des territoires dans le monde à l’aube du xxie siècle,(...)
  • 13 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, p. 31.

11Si « le monde vient de connaître des changements forts et rapides qui ont affecté sa physionomie géographique »12, il s’agit en effet de rendre compte de cette nouvelle physionomie. Ce qui dérange dans cette quête est qu’une sorte de voyage dans cette nouvelle géographie montre que « nos lieux apparaissent insaisissables au moins autant en raison de leur complexité sans doute grandissante que de la difficulté que nous éprouvons à les nommer et à dire une réalité nouvelle »13.

  • 14 Giraut F. et Antheaume B., 2005, p. 10.
  • 15 Bromberger C. et Morel A., 2001, Limites floues, frontières vives, Paris, Éditions de la MSH, p. 3- (...)

12Cette nouvelle réalité apparaît insaisissable, d’une part du fait de notre difficulté à l’appréhender, et d’autre part par l’importance numérique des entités territoriales émergentes. Ainsi, se dévoilent une multiplicité de périmètres d’intervention, de mobilisations, de pratiques et de gestion se référant à des groupes, communautés, etc14. Ces entités « aux limites floues, discrètes et buissonnantes […] dessinent ainsi d’autres cartes dont les contours semblent erratiques, spontanés, involontaires, capricieux »15.

13Ces nouvelles entités aux configurations spatiales fluides, aux métriques incertaines, ayant parfois recours aux réseaux pour assurer leur continuité, s’ajoutent aux territoires relevant de la sphère politique. Si l’annonce fut faite d’un dépérissement total des États-Nations et de leurs territoires, il s’avère, pour reprendre F. Giraut et B. Antheaume, qu’ils font preuve de résilience malgré les concurrences des nouveaux acteurs mondiaux.

  • 16 Giraut F. et Antheaume B., 2005, p. 19.
  • 17 Debarbieux B. et Vanier M., 2002 (a), « Représentations et nouvelles territorialités : à la recherc (...)

14« Paradoxalement, ce sont d’ailleurs les systèmes centralisés qui semblent aujourd’hui enclins à introduire les innovations territoriales postmodernes16. » Ainsi, bien des arrangements institutionnels, notamment en France, pays qui fut le meilleur exemple de centralisation et de tradition jacobine, s’opèrent et rendent compte « de nouvelles territorialités politiques notamment celles émanant de nouvelles générations d’élus, celles de l’action publique soucieuse de prendre en compte les particularismes géographiques et naturels (la montagne, le littoral, la ville, etc.), celles issues des lois Deferre et des lois sur l’intercommunalité, et celle, plus récente et à géométrie variable, qui s’esquisse à la faveur du débat de la place de la Corse dans la République »17.

  • 18 Vanier M., 2005, « L’inter-territorialité : des pistes pour hâter l’émancipation spatiale », p. 317 (...)

15Mais de ces nouvelles pratiques politiques, de ces nouveaux pouvoirs accordés aux collectivités locales, les acteurs politiques semblent s’engluer dans une politique du « tout territorial » et succomber aux délices d’une « pseudo-souveraineté territoriale »18.

  • 19 Vanier M., 2002, « Les espaces du politique : trois réflexions pour sortir des limites du territoir (...)
  • 20 Renard J., 2000, « Les espaces flous entre agglomérations et pays : l’exemple de la Loire-Atlantiqu (...)
  • 21 Debarbieux B. et Vanier M., 2002 (b), « Repenser l’espace », p. 257-267, in Debarbieux B. et Vanier(...)

16Cependant, plus qu’une tentation, M. Vanier y voit une ontologie : « Les limites, les circonscriptions, les maillages institutionnels de l’espace, bref les découpages du territoire […] sont ontologiques : les découpages sont une histoire vieille comme l’humanité qui habite le monde de nos demeures, distinguées en pièces selon les usages, jusqu’à l’oekoumène, tel que nous l’ordonnons par la science19. » Ainsi, en suivant cet auteur, si « le scientifique, tout comme le politique pourrait dire : “j’existe, donc je découpe”, les “politiques” “découpent” de plus en plus. Ils se livrent à une production foisonnante de territoires, donnant l’impression à l’observateur attentif d’une sorte d’“encombrement territorial” »20. Cette « hyperterritorialisation »21 se dévoile par l’émergence d’une multitude de territoires de projet qui semblent avoir succédé au « projet de territoire » que la première modernité s’était donnée comme objectif et comme horizon.

  • 22 Bauchard J., 2002, « Le génie du territoire : entre génie civil et génie des lieux », p. 243-257, i (...)
  • 23 Ibid., p. 255.

17J. Bauchard, quant à lui, préfère invoquer le recours à l’héritage que les collectivités locales auraient reçu de la première modernité et des États-Nations dont elles sont issues. Ainsi, afin de prendre en compte « l’être collectif en formation », il s’agit de considérer « les efforts des collectivités locales en vue de produire de l’unité, de rassembler ce qui disperse, de rendre stable ce qui est en mouvement »22, de faire ressurgir « le génie du territoire [qui] s’impose comme l’art de faire l’unité à partir de la diversité et de l’hétérogène »23.

  • 24 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 31. Dans l’article, les au (...)

18Malgré les efforts des collectivités locales à suivre la course des mutations sociales, il s’avère que « les représentations semblent courir derrière une réalité en mouvement permanent et ne pouvoir donner qu’une image dépassée aussitôt que fixée »24, car, selon B. Debarbieux, nos pratiques et nos représentations débordent les territoires institutionnels. Ces débordements conduiraient à la conclusion « d’une dissociation radicale entre deux mondes :

  • un monde symbolique qui procède encore du territoire, qui produit des collectifs unis par des représentations et des valeurs territoriales, qui est alimenté par des réalisations matérielles et idéelles à fonction symbolique ;
  • un monde des pratiques, de l’économie, du marché et des valeurs commerciales et fonctionnelles des espaces, présentant quant à lui une morphologie réticulaire et produisant de nouvelles formes de ségrégations et de discontinuités »25.
  • 26 Beck U., 2004, « Le conflit des deux modernités et la question de la disparition des solidarités », (...)

19U. Beck met aussi en évidence cette scission « avec d’un côté la représentation, toujours valable au sein des institutions, reflétant les anciennes sécurités et figures de la normalité, et de l’autre une multitude de modes de vie qui s’en éloignent de plus en plus »26.

20Ces scissions émaneraient d’une multiplication des producteurs de pouvoir appartenant à des sphères distinctes (sociale, économique, culturelle et politique) dont l’État-Nation avait jusque là le monopole. Chacun de ces nouveaux acteurs posséderait une capacité plus ou moins grande à « faire du territoire ».

  • 27 Antheaume B. et Giraut F., 2005, p. 10.
  • 28 Debarbieux B. et Vanier M., 2002, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 11.

21C’est pour cela que « depuis plus d’une décennie, c’est donc plutôt la fabrication de territoires qui est à l’ordre du jour à l’échelle planétaire […] tandis que les États se repositionnent tout en se désengageant. Il y a d’une part une vague sans précédent de redécoupages associés aux politiques de décentralisation, et d’autre part une profusion de périmètres d’intervention et de mobilisation institués par de nouveaux acteurs territorialisés dits de la société civile et leurs partenaires internationaux »27. Face à cette profusion, « on peut se demander si l’on n’assiste pas à un nouvel âge des territoires »28.

  • 29 Ibid., p. 14.

22Si la période est aux territoires, c’est la complexité qui la caractérise. Cette complexité désigne « l’ensemble des processus qui, dans les domaines politiques, économiques et sociaux, conduisent d’une part à une démultiplication et une imbrication des espaces de références, d’autre part à une différenciation des temporalités et des territorialités en fonction desquelles les pratiques sociales et spatiales sont vécues et structurées »29.

  • 30 Ibid.

23De fait, et en suivant B. Debarbieux et M. Vanier, « l’hypothèse de la complexité territoriale suggère que le territoire et la territorialité, loin d’être des concepts anachroniques du rapport à l’espace des sociétés contemporaines, loin d’être des modalités périmées de ce rapport, restent des outils opératoires de ce rapport, à condition de renoncer au caractère uniscalaire et totalisant que la signification de ces deux termes avait pu prendre »30.

  • 31 Retaillé D., 2005, in Antheaume B. et Giraut F., p. 175.
  • 32 Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p. 23.
  • 33 Voir ibid., p. 11. La cartographie a connu une crise majeure ; fut notamment remise en cause sa di (...)

24Mais pour approcher la complexité territoriale telle qu’énoncée, il s’avère indispensable de « soulever la carte ». En effet, « sous la carte, nous le savons bien maintenant, gît une mine de savoirs et de connaissances mais aussi de projets ramenés au seul plan du visible ou du mesurable localisé dans la synchronie et dans une étendue, celle de l’espace conçu comme une surface d’enregistrement »31. Car « la carte a été l’outil privilégié de représentation des territoires organisés sur le mode de la contiguïté et ses aptitudes figuratives en ce domaine ont assuré son triomphe dans les siècles antérieurs »32. La carte, en accompagnant la mise en forme des territoires modernes, a fixé les découpes. Elle fut un moyen particulièrement convaincant, par la force de la simplicité des images produites, pour objectiver et légitimer la dimension spatiale des États-Nations33.

  • 34 Markham B., 1984, West with the Night, London, Time Warner Books. Pionnier de l’aviation dans les a (...)

25Que trouve-t-on sous la carte ? L’« espace », dit D. Retaillé, mais quel espace ? Absolu ? Relatif ? Mobile ? On y trouve un espace vivant fait d’une infinité de mouvements mis en évidence par B. Markham : « Lorsqu’on la contemple [la carte], lorsqu’on la touche, lorsqu’on fait courir son doigt le long de ses lignes, la carte est une chose froide, sans humour, issue du compas et de la table à dessin. Ici, cette ligne de côte, ce griffonnage déchiqueté d’encre écarlate, ne montre ni le sable, ni la mer, ni le roc. Elle ne parle d’aucun marin avançant à l’aveuglette sur des mers sans sillage, pour ne léguer à la postérité qu’un gribouillage sans prix. Cette tache brune qui représente une montagne n’a pas d’autre signification pour l’observateur occasionnel, alors que vingt, dix ou seulement un homme ont pu perdre leur vie pour l’escalader. Ici, une vallée, ici un désert ; et ici un fleuve qu’une âme curieuse a remonté, les pieds en sang, comme un crayon dans la main de Dieu34. »

  • 35 Retaillé D., 2005, p. 176.

26Si l’espace est fondamentalement mobile, toute tentative cartographique ou littéraire fixe son mouvement. Nous nous trouvons dans le sophisme inverse de Zénon. En effet, celui-ci récuse l’idée de mouvement, illusoire car il est la somme d’une infinité d’immobilités. Dans le cas des espaces et en suivant D. Retaillé35, l’illusion (l’artifice dit-il) de la science moderne est l’immobilité, le fixe, le solide, sous lesquels se cache une infinité de mouvements et de fluidités.

Notes

1 Chivallon C., 2000, « D’un espace appelant forcément les sciences sociales pour les comprendre », p. 299-317, in Lévy J. et Lussault M., p. 313.

2 Vidal de la Blache parle par exemple d’un « esprit de frontière » ; il emploie ce terme pour justifier l’appartenance de l’Alsace à la France, une appartenance historiquement construite : « L’Alsace, pays riche, retient ses habitants ; ils ont formé de bonne heure de fortes communautés rurales : la grande forêt de plaine, la Hart, qui les encercle du sud au nord, la glandée, la lutte contre le seigneur, qui garde par sa chasse la forêt-pâture, ont formé en Alsace des sentiments démocratiques, renforcés par la justice royale protectrice, puis par la Révolution française, qui mit fin au “crépissage féodal”, qui fit naître l’esprit de frontière. » Voir Ancel J., 1938, p. 18.

3 Se reporter au très explicite ouvrage de Moreux C., 1978, La conviction idéologique, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

4 Alphandéry P., 2004.

5 Voir Lévy J., 2003, p. 907.

6 Sous-entendu ses conséquences territoriales.

7 Lévy J., 1999, extrait du débat sur le thème de la mondialisation, L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 1, p. 36-48, et notamment p. 37.

8 Voir Alphandéry P., 2004, p. 5.

9 Huxley A., 2002, Le meilleur des mondes, Paris, Pocket.

10 Pecqueur B., 2005, « Le développement territorial : une approche de développement pour les économies du Sud », in Antheaume B. et Giraut F. (dir.), p. 295-317.

11 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, « Représentations et nouvelles territorialités : à la recherche du territoire perdu », in Debarbieux B. et Vanier M. (dir.), Ces territorialités qui se dessinent, Paris, Éditions de l’Aube/Datar, p. 31-52.

12 Decroly J.-M. et Nicolaï H., 2006, Mutations des territoires dans le monde à l’aube du xxie siècle, Paris, L’Harmattan.

13 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, p. 31.

14 Giraut F. et Antheaume B., 2005, p. 10.

15 Bromberger C. et Morel A., 2001, Limites floues, frontières vives, Paris, Éditions de la MSH, p. 3-4.

16 Giraut F. et Antheaume B., 2005, p. 19.

17 Debarbieux B. et Vanier M., 2002 (a), « Représentations et nouvelles territorialités : à la recherche du territoire perdu », p. 7-29, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 13.

18 Vanier M., 2005, « L’inter-territorialité : des pistes pour hâter l’émancipation spatiale », p. 317-337, in Giraut F. et Antheaume B., p. 327.

19 Vanier M., 2002, « Les espaces du politique : trois réflexions pour sortir des limites du territoire », p. 75-91, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 76.

20 Renard J., 2000, « Les espaces flous entre agglomérations et pays : l’exemple de la Loire-Atlantique », in Territoires vécus, territoires prescrits : au cœur des recompositions des espaces ruraux, résumés du 24e colloque de l’ARF, Toulouse, 25-27 octobre, p. 253-263.

21 Debarbieux B. et Vanier M., 2002 (b), « Repenser l’espace », p. 257-267, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 261-262.

22 Bauchard J., 2002, « Le génie du territoire : entre génie civil et génie des lieux », p. 243-257, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 246.

23 Ibid., p. 255.

24 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 31. Dans l’article, les auteurs parlent de représentations scientifiques de la réalité mais on peut proposer l’idée selon laquelle il y a une certaine concordance dans la difficulté à rendre compte de la réalité et de ses transformations, tant pour la communauté scientifique que pour la communauté politique.

25 Fourny-Kober M.-C. et Micoud A., 2002, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 41.

26 Beck U., 2004, « Le conflit des deux modernités et la question de la disparition des solidarités », p. 15-25, RIAC, no 39 « Liens social et politique », p. 17.

27 Antheaume B. et Giraut F., 2005, p. 10.

28 Debarbieux B. et Vanier M., 2002, in Debarbieux B. et Vanier M., p. 11.

29 Ibid., p. 14.

30 Ibid.

31 Retaillé D., 2005, in Antheaume B. et Giraut F., p. 175.

32 Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p. 23.

33 Voir ibid., p. 11. La cartographie a connu une crise majeure ; fut notamment remise en cause sa dimension idéologique (voir Jacob C., 2000, L’empire des cartes, Paris, Albin Michel ; Bailly A. et Gould P. [dir.], 1995, Le pouvoir des cartes. Brian Harvey et la cartographie, Paris, Anthropos ; Mommonier M., 1993, Comment faire mentir les cartes, Paris, Flammarion). Aujourd’hui, les techniques cartographiques ne semblent plus aptes à traiter les phénomènes spatiaux contemporains. La cartographie apparaît comme un « chantier » qui concerne les géographes et les cartographes mais aussi la société dans son ensemble (voir la seconde partie « La carte, l’image et la prospective », in Debarbieux B. et Vanier M., 2002, p. 127-241).

34 Markham B., 1984, West with the Night, London, Time Warner Books. Pionnier de l’aviation dans les années 30.

35 Retaillé D., 2005, p. 176.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search