Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Les territoires de la seconde modernité. Les apports de la géographie

Chapitre 13. Le territoire, un concept

Texte intégral

Le territoire, une espèce d’espace

1J. Lévy, après un recensement critique des définitions existantes, fait une proposition. Il considère le territoire comme un « espace métrique topographique ».

2Pour lui, le territoire constitue une grande famille d’espaces. Il y englobe à la fois les « territoires » correspondant « à la logique de l’État, avec son exhaustivité interne et ses frontières externes », et les « territoires » se fondant sur la métaphore de l’animalité. Il adjoint à ces deux sous-familles « tous les objets à métrique continue (mais pas forcément uniforme) ».

3Dans tous les cas, peu de place est donnée à la dimension humaine des territoires, dimension humaine que l’on n’imagine en creux, réduite au puissant pouvoir de conviction que possèdent les États pour mettre en place de la continuité territoriale à l’intérieur des frontières.

  • 1 Il intègre à la définition de « territoire » le territoire national.
  • 2 Appadurai A., 1996, p. 274.
  • 3 Beck U., 2006, p. 17.
  • 4 Ibid., p. 19.

4En accordant, pour suivre J. Lévy1, une place privilégiée aux territoires nationaux, ne prendrions-nous pas le risque de traiter à part une construction sociale parmi d’autres ? N’y a-t-il pas un danger à figer dans un concept l’isomorphisme entre peuple, territoire et souveraineté légitime constituant le pouvoir normatif par excellence de l’État moderne2 ? N’est-ce pas aussi accorder une légitimité « à la légende selon laquelle il faudrait délimiter et préserver ce qui est à soi pour créer la possibilité de l’identité, de la politique, de la société, de la communauté, de la démocratie »3 et, finalement, appuyer une théorie territoriale de l’identité exclusive, ce que Beck appelle « l’erreur carcérale de l’identité »4 ?

  • 5 Lévy J., 1997, p. 340.

5En forçant le trait, ne pouvons-nous pas craindre que la place de choix donnée au territoire national, dans cette définition, ne conduise, une fois encore, à une sorte d’inféodation de la géographie aux structures politiques, comme tel fut le cas dans les heures premières de la discipline ? Ces inféodations passées ont d’ailleurs été sévèrement critiquées par J. Lévy en 1997 : « La géographie française a bien mérité de la patrie, et elle l’a doublement payé. Elle a renoncé d’elle-même à construire une démarche théorique comparable à celle de la sociologie et de l’économie. Ensuite, son débouché scolaire presque exclusif a tendu à inverser les rapports entre sciences et didactique. C’est l’école qui a dicté sa loi à la recherche, de la même manière que certains roitelets de l’Afrique francophone finissent par être partie prenante de la vie politique française5. »

  • 6 Roncayolo M., Hypergéo2004-GDRLibergéo, http://hypergeo.free.fr.
  • 7 Roncayolo M., 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard (Coll. Folio).

6Quant à la métaphore animale que l’auteur convoque, pour les raisons qui lui appartiennent, elle surprend un peu lorsqu’on pensait que ce recours simplificateur, dont se sont débarrassés les anthropologues, avait été mis de côté depuis la mise en garde de M. Roncayolo, en 1990 : « Il reste à juger si l’on peut établir un continuum entre les espèces, traiter dans les mêmes termes de la territorialité de l’environnement immédiat aux constructions politiques les plus audacieuses, et, enfin, ramener les problèmes sociaux, collectifs qui supportent à la fois la division de l’espace et les sentiments d’appartenance soit à des exigences biologiques communes à des séries d’êtres vivants, soit à la psychologie individuelle6 », c’est-à-dire « ramener cette question à des attitudes élémentaires ou individuelles de tout être vivant, à la fonder sur une philosophie “naturelle” ou “naturaliste” »7.

  • 8 Ibid., p. 332.
  • 9 L’auteur a l’ambition de faire de l’espace un concept non seulement pour la géographie mais aussi (...)
  • 10 Ibid., p. 325.

7Cette définition restrictive par rapport aux définitions jusque-là accordées au concept de territoire est, pour reprendre les termes de l’auteur, « stratégique ». En effet, J. Lévy propose une classification conceptuelle avec pour ambition de structurer la discipline, de « penser/classer de façon efficace la diversité des agencements spatiaux »8. Ainsi, selon la proposition de l’auteur, la géographie9 a pour objet l’espace défini comme « un objet social (il n’est qu’une des dimensions du social) défini par sa dimension spatiale ». « Un espace se caractérise au minimum par trois attributs : la métrique, l’échelle, la substance. Une réalité spatiale est souvent hybride, à la fois matérielle, immatérielle et idéelle10. »

  • 11 Ibid., p. 332.

8De cet objet, il distingue trois « grandes familles » qu’il appelle aussi les principales « grandes espèces d’espace » : le lieu, l’aire (le territoire) et le réseau. Les interactions qu’entretiennent ces espaces sont ainsi de trois types : l’interface horizontale, la cospatialité verticale et l’emboîtement interscalaire11.

  • 12 Défini comme un « espace à métrique topologique ».

9Se pose ici, entre autres, la question de la relation entre territoire et réseau (comme espace de plein exercice selon l’auteur12). La question est importante et relevée car, par l’analyse de cette relation (il parle aussi d’opposition), l’auteur entend rendre plus lisible le processus de mondialisation par la comparaison des échelles respectives entre ces deux types d’espaces que sont les territoires et les réseaux, concurrents ou complémentaires.

  • 13 Ibid.
  • 14 Lévy J., 2000, in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Logiques de l’espace. Esprit des lieux. Géographie (...)

10Cette tentative de taxinomie permet en effet, et comme le mentionne l’auteur, « une montée en généralité nécessaire à toute démarche compréhensive théorique et à la reconnaissance de l’infinie variété des aspectualisations de chacun de ces types idéaux en une multitude d’espaces conçus, perçus, pratiqués par les acteurs »13. Finalement, elle est une proposition d’ordonnancement conceptuel de la géographie assurant le passage d’un paradigme à un autre (ou peut-être le passage d’une période « pré-paradigmatique » à une période paradigmatique), et ainsi « la “science révolutionnaire” devient le régime de croisière et la “science normale”, l’exception ordinaire de l’activité de recherche »14.

  • 15 On retrouve en demi-teinte cette relation de facture animale entre les groupes et leur territoire (...)

11La séduction de la proposition n’enlève malgré tout pas le doute sur le contenu, sur la « substance » des territoires tels que définis par J. Lévy. En effet, dans l’optique développée, les territoires seraient soit extrêmement institutionnalisés, soit produits sous une sorte d’impulsion vitale15.

  • 16 Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, p. 5.
  • 17 Initié dans les années 80 autour de la revue L’Espace géographique créée par R. Brunet à Montpelli (...)
  • 18 Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, p. 5.

12Si les géographes se réclamant de la géographie humaine appellent de leurs vœux des éclaircissements16 et une mise en ordre conceptuelle, ils revendiquent avant tout une définition du territoire à la fois plus précise et plus ouverte que celle proposée. De plus, le terme d’« espace », notamment dans les pays francophones, inquiète plus qu’il ne stimule une certaine « catégorie » de géographes. Ainsi, « le renouveau de la géographie17 a eu un effet crucial sur la définition d’espace. L’espace, abstrait, généralisable et donc “modélisable”, lisible, rationnel et donc gouvernable, s’érige en objet principal de la géographie. […] Alors, le territoire et la spécificité des lieux perdent de l’importance au profit d’une conception de l’espace plus abstraite et plus globalisante. Le territoire et le lieu, avec leurs acteurs et leurs spécificités, ont ainsi été progressivement écartés de la géographie »18.

  • 19 Voir Berdoulay V. et Entrikin J.N., 1998, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », p. 111-121, (...)

13Finalement, en reprenant V. Berdoulay et J. N. Entrikin19, l’espace serait un territoire sans acteur ni sujet. Bien sûr, J. Lévy ne fait aucunement cette proposition, mais la définition proposée paraît trop large et ses « parties sécables » trop restrictives pour englober les multiples formes territoriales contemporaines.

Le territoire, la mesure spatiale des sociétés en mouvement

14La définition proposée par B. Debarbieux se démarque de celle vue précédemment. Plus précise et tenant compte des apports théoriques passés, elle est une sorte de tentative syncrétique. L’auteur définit le territoire comme un « agencement de ressources matérielles et symboliques capables de structurer les conditions pratiques de l’existence d’un individu ou d’un collectif social et d’informer en retour cet individu et ce collectif sur sa propre identité ».

  • 20 Raffestin C., 1986, « Écogenèse et territorialité », in Auriac F. et Brunet R. (dir.), Espaces, jeu (...)
  • 21 Voir Godelier M., 1984. En géographie, on peut se reporter à Bonnemaison J., 1981, « Voyage autour (...)
  • 22 Voir Lussault M., 2003, « Matériel/Idéel » (notice), p. 592-593, in Lévy J. et Lussault M., p. 593

15Le territoire est donc un construit social qui possède quatre dimensions (que l’auteur qualifie d’enjeux). On trouve d’abord dans cette définition la double dimension du territoire, mise en évidence par de nombreux auteurs20 : le territoire possède à la fois une dimension matérielle et une dimension idéelle21. Le processus lié à sa construction et à son développement se fonde ainsi tant sur sa substance physique, sur des actions et des aménagements, que sur des discours et des symboles, les deux dimensions étant inséparablement liées, dialogiques et constitutives de toute action sociale. La prise en compte, sans hiérarchie aucune, de ces deux dimensions, fait participer la géographie à ce que M. Lussault appelle un « réalisme dialogique »22.

16Ensuite, le territoire apparaît comme forme d’appropriation. B. Debarbieux en propose une version « adoucie » en se dégageant des risques et dangers de concevoir le terme exclusivement du point de vue des États nationaux (donc fortement institutionnalisé) ou selon une posture naturaliste. Il invite à considérer le terme sur « des registres essentiellement cognitifs et symboliques » sans qu’il y ait forcément déploiement « de dispositifs de contrôle et de défense qui définissent le sens “dur” de l’appropriation ».

  • 23 Se reporter entre autres à Molles A. et Rohmer E., 1977, Psychologie de l’espace, Paris, Casterman (...)

17Le territoire est aussi configuration spatiale. Il s’agit ici de s’interroger sur sa forme spatiale : entité unique, bien délimitée, lieu d’exercice d’un pouvoir (territoire familial ou national), entité constituée selon un emboîtement d’échelles (par exemple, l’identité individuelle23), entité fondée sur une sorte d’archipel dont chaque élément est relié par des réseaux (sociétés nomades). Les configurations des territoires sont donc multiples : « Le territoire peut être en aire, archi-pélagique (c’est-à-dire regroupant un ensemble d’aires disjointes, reliées par des éléments de réseaux non-territorialisés) ou encore réticulaire (c’est-à-dire regroupant des lieux disjoints reliés par des éléments de réseaux territorialisés). »

  • 24 Retaillé D., 1997, Le monde du géographe, Paris, Éditions des Presses de Sciences Politique. Pour D (...)

18Ce qui en ressort est l’importance de la cohérence sociale accordée au territoire. Cette cohérence ne se manifeste pas seulement dans la continuité (de proche en proche, de lieu à lieu, pas à pas en quelque sorte), mais aussi dans la discontinuité, dans laquelle le réseau, qu’il soit matériel ou immatériel, assure une fonction de lien et de commutateur, et possède une fonction sociale. Dans les deux cas de figure, le territoire apparaît finalement comme « une forme spatiale de la société (nous rajouterons plus ou moins institutionnalisée) qui permet de réduire les distances à l’intérieur (un intérieur qui peut être discontinu) et d’établir une distance infinie avec l’extérieur, par delà les frontières »24.

  • 25 Lévy J., 2003, p. 339.
  • 26 Di Méo G., 2001, p. 38.

19L’intérêt de cette ouverture est de pouvoir s’extirper d’une seule appréhension en aire du territoire, qui donnait en partie, à la géographie classique, l’État comme cadre et comme horizon25. G. Di Méo précise, dans un même sens, que « le territoire de la géographie reste résolument ouvert, prêt à épouser toutes les combinaisons spatiales que tissent les collectivités humaines dans les limites de l’étendue terrestre, comme dans celles de l’expérience individuelle »26. Par cette ouverture, le territoire devient un concept éminemment plastique, apte à héberger les mutations contemporaines.

  • 27 Ibid.

20G. Di Méo s’exprime aussi sur la question des échelles ; question que l’on devine chez B. Debarbieux. En effet, « le territoire est par nature multiscalaire, se repère à différentes échelles : du champ de la localité à l’aire de l’État-Nation, ou à celle des entités plurinationales »27. En s’affranchissant des échelles et de la tentation de la mise en place d’une hiérarchie, l’auteur s’expose bien évidemment à la critique selon laquelle, finalement, il y aurait partout des territoires à quelque échelle que l’on se place.

  • 28 Lévy J., 2003 (a), « Échelle » (notice), p. 284-288, in Lévy J. et Lussault M., p. 286.

21La dimension subjective des niveaux scalaires a été mise en évidence notamment par J. Lévy. En effet, selon cet auteur, « en prenant en compte toutes les réalités, on devra reconnaître comme borne inférieure des unités élémentaires (actant, acte, relation, etc.) et comme borne supérieure le Monde, en admettant que s’il n’y a qu’un seul Monde, il y a de nombreuses réalités qui peuvent constituer l’objet sécable entrant dans la composition de configurations. Du moment qu’il est inclus dans un jeu d’interactions, même de manière passive, en étant simplement identifié par les acteurs comme pertinent, un objet, même inconsistant ou minuscule, peut prendre place dans cette catégorie, fût-il un simple toponyme ou le modeste grain de sel placé par un habitant anonyme dans une consultation publique sur l’aménagement d’un quartier »28.

  • 29 Se référer à Thumerelle P.-J., 2001, « Mondialisation et interrogations géographiques », Annales d (...)
  • 30 Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, « Trois ou quatre choses que la mondialisation dit à la (...)

22Toujours en suivant cet auteur accompagné dans ce travail par O. Dollfus et C. Grataloup, nous pouvons dire que le processus de mondialisation est partout présent (à des degrés divers néanmoins) et concerne l’ensemble des individus et des formes sociales de la planète (directement ou indirectement)29, entraînant forcément une remise en cause du système scalaire hiérarchisé où chacun des niveaux s’emboîtait : « Le Monde est partout et il est transnational, non seulement pour les capitaux ou les entreprises, mais encore pour la culture ou les microbes, les informations et les migrations, également pour les réactions d’inquiétude ou de défense qu’il suscite. Maintenant, nul individu, nulle société ne peut échapper à l’emprise du processus ; essayer de s’en abstraire par la fermeture, c’est encore le prendre en compte. On peut ainsi dire que la mondialisation s’internalise au sein de toutes les sociétés comme dans la vie quotidienne de tous les individus. Réciproquement, tous les acteurs, très inégalement certes, influencent le système Monde comme des battements d’ailes de papillons sociaux30. »

23Le territoire est enfin « auto-référence ». À ce titre et en suivant B. Debarbieux, le territoire possède un caractère objectif (ou objectivable), celui de sa matérialité physique ou construite, celui des pratiques. Il est « produit, support et objet ».

24Il contient aussi un caractère subjectif qui correspond aux expériences individuelles qui s’y déploient et que le territoire rend possible. Nous rajouterons que cette expérience individuelle permet d’acquérir et de développer une connaissance territoriale soit par les sens, soit par l’apprentissage (soit par les deux).

25Il possède enfin une nature conventionnelle. Le territoire est, en ce sens, un construit social et un médiateur des relations sociales. Il n’existe que parce qu’une majorité d’individus est d’accord pour le (re)connaître et participer à son développement. Il relève finalement d’un accord tacite ou explicite, consenti ou imposé, entre les membres d’une communauté ; accord grâce auquel il existe.

26Cet accord conventionnel entre membres de la communauté est tout autant un construit qui, pour émerger, se développer et s’épanouir va se fonder sur divers objets (matériels ou idéels) à forte charge symbolique dont il va être porteur. C’est en partie en cela qu’il « va acquérir une valeur emblématique pour le groupe dont il va devenir le territoire : le groupe s’affiche par le territoire qu’il revendique, par les représentations qu’il en construit et communique ».

27De plus, un territoire ne doit « sa pertinence qu’à un processus donné, toujours singulier et endogène, de construction collective de l’intelligibilité du monde. À ce titre, il participe toujours d’une vision du monde et d’une représentation auto-référencée et identitaire du groupe qui l’a construit ». Il est donc toujours nécessaire de resituer l’émergence et le développement d’un territoire tant dans l’espace que dans le temps.

  • 31 Chanet J.-F., 1996. Se reporter aussi à Thiesse A.-M., 1999, La création des identités nationales. (...)
  • 32 Weber E., 1983.

28Cette invitation à une nécessaire recontextualisation du processus social et politique de construction territoriale nous invite à nuancer les propos de B. Debarbieux. En effet, la pertinence d’un territoire, les représentations auto-référencées et identitaires qui lui sont liées, ne sont que l’aboutissement d’un processus de mise en norme sociale (plus ou moins prescriptive) et de mise en forme territoriale (plus ou moins rigide) qui peut ou non être endogène à la communauté concernée. Le meilleur exemple est celui de la construction des États-Nations qui, dans les pays occidentaux, a conduit avec plus ou moins de rigueur et de force à minimiser voire à faire disparaître ce que J.-F. Chanet a appelé les « petites patries »31. À ce titre, E. Weber précise qu’en France, il aura fallu attendre la fin de la Première Guerre mondiale et les sacrifices humains qu’elle demanda pour que les individus considèrent en majorité la France comme leur pays, leur territoire32.

  • 33 Voir Paillard Y.-G., 1990, Les incertitudes du colonialisme. Jean Carol à Madagascar, Paris, L’Har (...)
  • 34 Nous ne reviendrons pas sur la période coloniale durant laquelle le modèle territorial de l’État-N (...)

29Un autre exemple parmi d’autres pourrait être la construction du territoire malgache, qui ne doit son unification qu’à une succession de guerres tout au long du xviiie siècle et dont est sorti « vainqueur », au tout début du xixe siècle, le royaume Merina. L’unification symbolique du pays sera en quelque sorte entérinée par les premiers missionnaires, notamment les Anglais, puisque par l’ouverture du pays aux étrangers accordée par le roi Radama Ier en 1817, le royaume Merina devient, pour le monde extérieur, le royaume de Madagascar33. Intentionnellement ou par mégarde, les pays occidentaux, aux prémisses de leur constitution en empires, consacreront l’hégémonie Merina, la rendant en quelque sorte naturelle34.

Ce qui peut encore être dit

  • 35 Définie ici comme « caractère, qualité de ce qui est autre, distinct ».

30Nous ajouterons à cette définition deux caractéristiques concourant à la construction et au développement des territoires. La première mise en évidence par G. Di Méo en 1998 n’est que suggérée par B. Debarbieux. Le territoire, porteur des valeurs de la communauté qui le constituent, permet que se dégage une identité. Cette identité, apprise tant par les expériences physiques de chacun (individuelles et collectives) que par les discours divers qui la construisent et la développent, n’a de sens que dans la construction consubstantielle d’une altérité35.

  • 36 Barth F., 1995, p. 206.

31L’intelligibilité du monde se fonde sur la construction différentielle et oppositive de l’identité avec le « reste du monde ». C’est dans le rapport aux autres et dans le cadre des échanges violents ou pacifiques que l’identité du groupe va se fortifier. Le contact s’avère être un moyen de valider les valeurs du groupe et de « faire accepter les normes par les individus au regard de normes différentes mises en place par le groupe voisin »36.

32Pour F. Barth, la dimension spatiale de la construction identitaire est une figure parmi d’autres, et si tel est le cas, la continuité du territoire de chaque groupe n’est qu’un possible. Pour cet auteur en effet, les groupes ne sont pas obligatoirement fondés sur l’occupation d’un territoire exclusif, mais toujours et quelle que soit la configuration spatiale de leur territoire identitaire, en dehors, au-delà de frontières plus ou moins rigides ; les « autres » se voient attribuer une place de choix.

  • 37 Marie M., 1982, « Territorialité de la vie quotidienne », Géopoint, no 82 « Les territoires de la v (...)

33La seconde caractéristique, relevée par G. Di Méo et absente de la définition de B. Debarbieux, est relative à l’importance accordée au temps long, temps nécessaire pour que la coïncidence entre société et territoire se fasse par le développement d’un sentiment d’appartenance. Le modelage lent et progressif de cette coïncidence fut en tout premier lieu mis en évidence par M. Marié : « L’espace a besoin de l’épaisseur du temps, de répétitions silencieuses, de maturations lentes, du travail de l’imaginaire et de la norme pour exister comme territoire37. »

  • 38 Piveteau J.-L., 1995, « Le territoire est-il un lieu de mémoire ? », L’Espace géographique, Paris, (...)

34J.-L. Piveteau y consacre un article38. Il part pour cela de la définition du territoire, définition qu’il annonce consensuelle au sein de la communauté des géographes. Le territoire est à la fois un espace commutatif et disjonctif, entendons par là qu’il permet à la fois « l’être ensemble » dans un espace délimité et son inextricable pendant qui est l’altérité. Le territoire est ensuite pour l’auteur un espace de commensalité et de symbiose, c’est-à-dire de partage (de valeurs et de normes) et de connivences (parce que vont s’y dérouler de façon préférentielle l’ensemble des activités sociales). Il est enfin un espace d’appartenance et un espace d’appropriation.

  • 39 Ibid., p. 114.

35Mais pour J.-L. Piveteau, ce « ciment » ne se solidifiera et ne sera producteur d’identité que si, de façon convergente, il s’appuie sur le temps long. Ainsi, pour l’auteur, « la mémoire sémiotise l’espace et l’espace stabilise la mémoire. […] La mémoire façonne ou suggère un espace distinct, singulier ; et l’espace rend la mémoire durable »39.

  • 40 Sur cette question du haut lieu, se référer au no 2 de L’Espace géographique de 1995. Se reporter (...)
  • 41 Debarbieux B., 1995, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace géographiq (...)
  • 42 Nora P. (dir.), 1984-1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.
  • 43 Micoud A., 1992, Des hauts lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, Éditions du CNRS

36En traitant des lieux et notamment des hauts lieux40 comme un symbole et une figure de rhétorique, celle de la synecdoque, B. Debarbieux41 inclut lui aussi dans son analyse cette dimension temporelle. En effet, sur les traces de P. Nora42 et de A. Micoud43, il voit dans les hauts lieux des lieux de mémoire où se cristallisent et se condensent matériellement un ou plusieurs événements appartenant à un passé plus ou moins lointain mais symbolisant une histoire commune.

  • 44 Ibid., cité par Debarbieux B., 1995, p. 105.
  • 45 Debarbieux B., 1995, p. 105.

37Par les pratiques individuelles ou lors des grandes assemblées commémoratives, le haut lieu s’inscrit aussi dans le présent. Loin de n’être qu’une trace exhumée du passé, le haut lieu possède une opérationnalité identitaire, il est « un nouvel espace interprétatif »44 car « il est identifiable dans le présent et porteur d’avenir. Dès lors, on attend de lui qu’il assure la continuité des valeurs et du territoire »45.

38Malgré tout, ces auteurs, soit dans le corps même de leur article, soit plus tardivement, vont s’interroger sur l’importance voire la pertinence du temps et de l’histoire du groupe et de son territoire dans la construction de l’identité. En effet, la perte de crédit accordée aux grandes institutions pourvoyeuses de hauts lieux (comme l’État-Nation ou la religion) et fondant leur légitimité sur une histoire séculaire enlèverait à ces lieux emblématiques toute la charge symbolique dont ils étaient dotés.

39De plus, les mutations sociales en cours remettraient en cause les modes d’identification, des modes d’identification plus diversifiés et plus souples qui n’auraient pas de façon systématique besoin du temps long pour faire sens. La recherche de l’accomplissement personnel passerait en partie par l’identification à des « valeurs » fondées sur la nouveauté plutôt que sur la tradition.

  • 46 Chivallon C., 1999, « Fin de territoires ou nécessité d’une conceptualisation autre ? », p. 127-138 (...)

40Mais selon C. Chivallon, « dans les situations d’incertitude que font naître une mobilité inédite où semble s’achever une continuité rassurante, de reconnaissance mutuelle dans la stabilité d’un espace – temps partagé, c’est peut-être ce territoire là que l’on voudrait retrouver, penser encore présent ou voir ressurgir et se recomposer »46.

  • 47 Marie M., 2004, « L’anthropologue et ses territoires », Ethnologie française, Paris, PUF, no 1, p.  (...)
  • 48 Marie M. et Viard J., 1977, La campagne inventée, Paris, Actes Sud, p. 16.
  • 49 Marie M., 2004, p. 90.
  • 50 Ibid.

41De la même façon, Michel Marié, dans un article de 200447, montre comment son analyse du monde rural (un monde qu’il a décrit comme stable, enraciné et menacé) a été conditionnée par la recherche de sa propre histoire ainsi que des fondements d’une identité collective : « L’habitant des campagnes est donc à la fois l’enfant (celui qui a à voir avec les origines), l’ancêtre (notre histoire) et une espèce en voie de disparition »48. « Mon désir d’identification au monde paysan était tellement fort49. » De nouvelles recherches, de nouveaux terrains et une maturation personnelle lui feront alors appréhender les territoires ruraux en se départissant de la nécessaire stabilité historique et de l’inévitable sédentarité qu’il avait conférées aux sociétés paysannes. Il montre « en quoi les déplacements conceptuels ont quelque chose à voir, non seulement avec les transformations des forces sociales qui sous-tendent la société, mais avec celles que connaît l’anthropologue au fur et à mesure qu’il s’intègre à la société qu’il observe »50.

42On pourrait ici avancer l’hypothèse qu’une lecture des mutations sociales et spatiales contemporaines et que la recherche de concepts opérationnels permettant de comprendre ces transformations nécessitent en tout premier lieu pour le chercheur en sciences humaines et sociales un travail de distanciation, notamment à l’encontre des idéologies qui l’ont en partie façonné. C’est parce que la période contemporaine semble posséder un caractère d’étrangeté, en se révélant comme un « nouveau monde », qu’elle invite, mais sous conditions, à une nouvelle exploration.

43En effet, l’analyse des processus contemporains se déployant avec pour toile de fond une vision du monde héritée, possède en elle les risques de comparaison synchronique entraînant toutes sortes de jugements de valeurs. Ces comparaisons, plus inconscientes que conscientes, portent en général un regard très critique voire négatif et empreint de nostalgie sur un temps qui s’annonce comme irrémédiablement révolu. Il s’agirait finalement de la mise en évidence d’un contre-évolutionnisme dévoilant la décadence d’un monde et d’un âge d’or.

44La rapidité des mutations contemporaines fait que la majorité des chercheurs en sciences sociales ont été socialisés (première et seconde socialisation) durant la première modernité ou en sa fin. Même si celle-ci a connu des défaillances, les valeurs de continuité et de stabilité qui lui étaient liées sont passées par les canaux classiques de socialisation (famille, école, armée, université, famille, partis politiques, syndicats, etc.) et ont imprégné chacun d’entre nous.

  • 51 Voir à ce propos Gould P. et Bailly A. (textes réunis par), 2000, Mémoires de géographes, Paris, A (...)
  • 52 Voir Hobsbawm E., 2003.

45Les quelques géographes qui retracent leur parcours y font d’autant plus référence51 que le xxe siècle fut marqué, de façon exceptionnelle, par l’émergence de grandes idéologies et de grands espoirs52. La connaissance et la reconnaissance des risques latents conduit donc à la vigilance, à la recherche de distanciation et à la réflexivité comme posture première de recherche.

Notes

1 Il intègre à la définition de « territoire » le territoire national.

2 Appadurai A., 1996, p. 274.

3 Beck U., 2006, p. 17.

4 Ibid., p. 19.

5 Lévy J., 1997, p. 340.

6 Roncayolo M., Hypergéo2004-GDRLibergéo, http://hypergeo.free.fr.

7 Roncayolo M., 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard (Coll. Folio).

8 Ibid., p. 332.

9 L’auteur a l’ambition de faire de l’espace un concept non seulement pour la géographie mais aussi pour l’ensemble des sciences de l’Homme. Lévy J., 2003, « Espace » (notice), p. 325-333, in Lévy J. et Lussault M., p. 328.

10 Ibid., p. 325.

11 Ibid., p. 332.

12 Défini comme un « espace à métrique topologique ».

13 Ibid.

14 Lévy J., 2000, in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Logiques de l’espace. Esprit des lieux. Géographie à Cerisy, Paris, Belin, p. 342.

15 On retrouve en demi-teinte cette relation de facture animale entre les groupes et leur territoire dans la définition donnée par M. Le Berre en 1992 : « Tout groupe social (au sens le plus large qui soit, y compris un groupe économique ou politique) a comme objectif général d’assurer sa reproduction au cours des temps. Pour ce faire, il s’approprie et façonne une portion plus ou moins étendue de la surface terrestre. Le territoire peut être défini comme la portion de la surface terrestre appropriée par un groupe social pour assurer sa reproduction et la satisfaction de ses besoins vitaux. Tout groupe aménage et gère cette étendue de terre qui possède alors une unité de fonctionnement, celle que le groupe lui assigne. Le résultat est la production d’un territoire doté dans le temps d’une certaine stabilité. » Le Berre M., 1992, cité in http://hypergeo.free.fr/article.php3?id_article=335 ; voir Le Berre M., 1992, « Territoire », in Bailly A., Ferras R. et Pumain D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, p. 618-638.

16 Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, p. 5.

17 Initié dans les années 80 autour de la revue L’Espace géographique créée par R. Brunet à Montpellier.

18 Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, p. 5.

19 Voir Berdoulay V. et Entrikin J.N., 1998, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », p. 111-121, L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 2, p. 112. Les auteurs, dans cet article, remettent en cause le concept de territoire comme étant un concept inopérant pour traiter des réalités contemporaines.

20 Raffestin C., 1986, « Écogenèse et territorialité », in Auriac F. et Brunet R. (dir.), Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard, p. 173-185, et Di Méo G., 2001.

21 Voir Godelier M., 1984. En géographie, on peut se reporter à Bonnemaison J., 1981, « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 4, p. 249-262.

22 Voir Lussault M., 2003, « Matériel/Idéel » (notice), p. 592-593, in Lévy J. et Lussault M., p. 593.

23 Se reporter entre autres à Molles A. et Rohmer E., 1977, Psychologie de l’espace, Paris, Casterman, et Paul-Lévy F. et Segaud M., 1983, Anthropologie de l’espace, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou.

24 Retaillé D., 1997, Le monde du géographe, Paris, Éditions des Presses de Sciences Politique. Pour D. Retaillé, il s’agit plus d’une interrogation que d’une affirmation. De plus, pour notre part, nous entendons le terme « frontière » au sens de F. Barth. En traitant des frontières ethniques, cet auteur n’envisage les frontières que dans leur acception politique. Elles peuvent ne pas être spatialisées ou l’être avec vigueur et puissance (les frontières nationales n’étant qu’une figure parmi beaucoup d’autres). Voir Barth F., 1995.

25 Lévy J., 2003, p. 339.

26 Di Méo G., 2001, p. 38.

27 Ibid.

28 Lévy J., 2003 (a), « Échelle » (notice), p. 284-288, in Lévy J. et Lussault M., p. 286.

29 Se référer à Thumerelle P.-J., 2001, « Mondialisation et interrogations géographiques », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, no 621, p. 468-486. Dans cet article, P.-J. Thumerelle fait un point éclairant des divers enjeux géographiques que génère le processus de mondialisation. Il y dévoile les dimensions économique mais aussi sociale et culturelle, sa face visible et sa face cachée. Il conclut sur la difficulté de traiter du processus compte tenu de l’interpénétration des échelles qu’il met en place.

30 Dollfus O., Grataloup C. et Lévy J., 1999, « Trois ou quatre choses que la mondialisation dit à la géographie », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 1, p. 2-11.

31 Chanet J.-F., 1996. Se reporter aussi à Thiesse A.-M., 1999, La création des identités nationales. Europe xviiie- xxe siècles, Paris, Le Seuil.

32 Weber E., 1983.

33 Voir Paillard Y.-G., 1990, Les incertitudes du colonialisme. Jean Carol à Madagascar, Paris, L’Harmattan. De Laboulaye P. (coord.), 2002, Madagascar. Fenêtres. Aperçus de la culture malgache, Antananarivo, Afca Mada.

34 Nous ne reviendrons pas sur la période coloniale durant laquelle le modèle territorial de l’État-Nation a été transféré, avec plus ou moins de succès et de violence, vers l’ensemble des pays colonisés. Voir chapitre 2.

35 Définie ici comme « caractère, qualité de ce qui est autre, distinct ».

36 Barth F., 1995, p. 206.

37 Marie M., 1982, « Territorialité de la vie quotidienne », Géopoint, no 82 « Les territoires de la vie quotidienne », p. 221-223.

38 Piveteau J.-L., 1995, « Le territoire est-il un lieu de mémoire ? », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 2, p. 113-123.

39 Ibid., p. 114.

40 Sur cette question du haut lieu, se référer au no 2 de L’Espace géographique de 1995. Se reporter aussi à Bédard M., 2002, « Une typologie du haut-lieu ou la quadrature d’un géosymbole », Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, no 127, avril, p. 49-74.

41 Debarbieux B., 1995, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 2, p. 97-112.

42 Nora P. (dir.), 1984-1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

43 Micoud A., 1992, Des hauts lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, Éditions du CNRS.

44 Ibid., cité par Debarbieux B., 1995, p. 105.

45 Debarbieux B., 1995, p. 105.

46 Chivallon C., 1999, « Fin de territoires ou nécessité d’une conceptualisation autre ? », p. 127-138, Géographie et cultures, Paris, L’Harmattan, no 31, p. 130. Dans ce même article, l’auteur définit le territoire comme un des modes possibles de relations à l’espace, faisant référence à « une expérience particulière de l’espace de l’ordre de la durée et de la singularité communautaire ». Par cette définition, elle se rapproche de l’École Française d’Ethnologie, notamment des travaux menés dans le cadre de la Mission du patrimoine ethnologique à partir de 1979 (voir Alphandery P., 2004, « Pratiques des lieux, usage d’un mot », p. 5-12, Ethnologie française, Paris, PUF, no 1, p. 6). Elle se situe aussi dans la lignée des travaux de E.W. Soja (voir Giraut F. et Antheaume B., 2005, p. 9).

47 Marie M., 2004, « L’anthropologue et ses territoires », Ethnologie française, Paris, PUF, no 1, p. 89-96.

48 Marie M. et Viard J., 1977, La campagne inventée, Paris, Actes Sud, p. 16.

49 Marie M., 2004, p. 90.

50 Ibid.

51 Voir à ce propos Gould P. et Bailly A. (textes réunis par), 2000, Mémoires de géographes, Paris, Anthropos ; Claval P., 1996, La géographie comme genre de vie. Un itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan ; Brunet R., 2003, « Raisons et saisons du géographe », Géocarrefour, vol. 78, no 1, p. 13-18.

52 Voir Hobsbawm E., 2003.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search