Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Troisième partie. Les territoires de la seconde modernité. Les apports de la géographie

Chapitre 12. Une géographie sans territoire

Texte intégral

  • 1 Cité par Ascher F., 2005, p. 57.
  • 2 de la Vega X., 2005 (novembre), « Cherche désespérément société », p. 30-33, Sciences Humaines, Par (...)
  • 3 Urry J., 2000, Sociology beyond Societies. Mobilities for the Twenty-first Century, London/New York (...)
  • 4 Il sera, entre autres, suivi par A. Touraine. Touraine A., 2005, Un nouveau paradigme pour compren (...)

1En déclarant « There is no such thing as society : there are individual men and women »1, Margaret Thatcher, alors Premier ministre du Royaume-Uni, avait suscité un grand émoi et provoqué à son encontre une sorte de dédain de la part de la communauté des sociologues britanniques2. Seul J. Urry prit au sérieux l’affirmation et ne se leva pas, à côté de ses collègues, pour rappeler l’évidence de la société. Cela lui permit au contraire de montrer que les évolutions planétaires ne faisaient que mettre à nu les failles préexistantes et constitutives de la création et du développement des États-Nations3. Finalement, pour cet auteur4, les processus post-sociétaux ne pourraient plus être expliqués par le concept de société.

2Par analogie, ne pourrions-nous pas avancer l’idée selon laquelle, aujourd’hui, le territoire n’existe plus, ou du moins que pour être appréhendés les processus post-territoriaux contemporains ne se suffisent plus d’un recours exclusif à ce concept.

  • 5 À ce propos, J. Urry propose de remplacer le concept de société par celui de mobilité. La comparai (...)
  • 6 Outre J. Urry et A. Touraine, voir Bauman Z., 2005, p. 9-10.
  • 7 Il ne s’agit ici que des géographes appartenant au champ de la géographie humaine.
  • 8 Bédard M., 2000.
  • 9 Lévy J., 1999 (b), Le tournant géographique, Paris, Belin. Voir aussi Lévy J. et Lussault M., 1999, (...)

3Cette question en pose une autre, en creux, plus essentielle encore : peut-on faire de la géographie sans territoire au même titre que l’on pourrait faire de la sociologie sans société5 ? Si une réflexion critique sur la question a été menée par certains sociologues6, les géographes7, quant à eux, se sont placés hors d’atteinte d’une telle problématique. Seuls quelques-uns ont appelé de leurs vœux une réflexion approfondie pour un renouveau paradigmatique. Il s’agissait de refonder une géographie menacée de cachexie, de construire finalement une géographie « par-delà la modernité »8 et d’opérer un « tournant géographique »9.

  • 10 Voir par exemple Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, ou Chivallon C., 1999, « Fin des terri (...)
  • 11 B. Elissalde, pour sa part, confère aux écrits de J.-P. Ferrier le renouveau de l’usage du terme d (...)

4L’annonce de la fin des territoires n’a donc, dans la communauté des géographes, provoqué que quelques foucades10. Ces derniers se sont en quelque sorte sentis préservés de la menace car, à la suite du cadrage théorique de C. Raffestin en 198011, ils se sont largement emparés du concept en lui donnant un horizon sémantique plus ouvert que le seul champ du pouvoir politique.

  • 12 Staszak J.-F., 2003, « Espace vécu » (notice), p. 340-341, in Lévy J. et Lussault M., p. 340.

5Malgré tout, l’apparition et la conceptualisation du terme avaient été largement préparées par les travaux de A. Frémont. En effet, en développant le concept d’espace vécu défini comme « un espace tel qu’il est perçu et pratiqué par les êtres qui les vivent »12, cet auteur prend en compte la dimension subjective de l’espace et en fait un concept très souple.

6Rompant avec la géographie néopositiviste dominant dans les années 1970, il influencera de nombreux géographes notamment des universités de Pau (X. Piolle, G. Di Méo, M. Chadefeau) et de Grenoble (J.-P. Guérin, H. Gumuchian, B. Debarbieux). Dans le sillage de ses travaux communs avec R. Hérin et M. Chevalier, se constituera un réseau de géographie sociale.

7A. Frémont trouva aussi un écho favorable chez certains géographes africanistes, pour lesquels l’opérationnalité du concept d’espace de vie permit de mettre en évidence des périmètres sociaux et culturels que la géographie classique ne permettait pas ou mal de dévoiler (J. Gallais, C. Bouquet).

  • 13 Ibid.
  • 14 A. Frémont retient la définition de R. Brunet, très succincte : « la notion d’espace s’applique à (...)
  • 15 Ibid. G. Di Méo fait généralement référence au concept d’espace vécu, concept qui fut fondateur de (...)

8Selon J.-F. Staszak13, le manque d’assise épistémologique et méthodologique condamna le concept à la faveur de celui de territoire. Pour A. Frémont, la définition du concept de territoire14 en « est proche sans pour autant en être synonyme. […] Le territoire est devenu une entité juridique (une portion d’espace sous l’autorité d’un groupe, d’un État, d’une juridiction) puis, de plus en plus, une notion globale, juridique, économique, sociale et culturelle, traduisant une appropriation par une collectivité sur un espace auquel elle s’identifie peu ou prou »15.

  • 16 Extrait de l’intervention de X. Piolle lors du colloque « Fin des territoires ou diversification d (...)
  • 17 Pour cela, les recherches ont été faites à partir de la banque de données Francis.

9Le concept connut rapidement un large « succès ». X. Piolle, lors de son intervention au colloque « Fin des territoires ou diversification des territorialités » de 1994, informe de l’accélération de l’emploi du concept : « On comptait moins de vingt titres par an sous le mot-clé “territoire” dans la banque de données “Francis”, au début des années 70 ; en 1976, la barre des vingt-cinq est franchie et celle des cinquante en 1978 ; en 1981, les soixante-quinze sont dépassés, et en 1984, la centaine […] »16. Une brève recherche montre que le terme de territoire est mentionné dans 4 420 titres de publications scientifiques entre 1994 et 2004, soit en moyenne plus de 400 fois par année17.

  • 18 Lévy J., 2003 (b), p. 909.

10L’inflation dans l’utilisation du terme montre bien sûr une belle appropriation du concept par la communauté scientifique, cette appropriation pouvant s’expliquer soit par un « effet de manque » relevant d’une érosion des concepts utilisés jusqu’alors, soit par un « effet de mode », ou encore par volonté hégémonique de ses concepteurs. J. Lévy suppose dans la définition critique qu’il donne au concept une sorte de malveillance : « Pour beaucoup, le “territoire” demeure un mot magique, une “patte blanche” qui prouve qu’on s’intéresse aux identités et au langage et dispense ainsi de faire un effort critique et intégrateur portant sur le reste des productions. […] En fait, cette manière “prédatrice” consistant à créer des enclaves sémantiques plutôt que de procéder à de vastes reconstructions, n’est pas propre à la géographie18. »

  • 19 Elissalde B., 2002.

11Si ces trois motifs peuvent expliquer cet engouement, ce qui est à relever est la multiplicité et la polysémie des définitions données au concept, notamment à partir des années 1980. D’ailleurs, en 2002, B. Elissalde fera une proposition fédératrice autour de la constitution d’une « géographie des territoires »19, proposition qui ne sera pas retenue. En 2003, J. Lévy relève neuf grandes définitions (dont la sienne).

  • 20 Reynaud A., 1997, « Une perspective cavalière », p. 353-369, in Knafou R., L’état de la géographie. (...)
  • 21 Lévy J., 1997, « L’espace légitimé », p. 335-351, in Knafou R., p. 342. D’ailleurs, V. Berdoulay em (...)
  • 22 Reynaud A., 1997, p. 366.
  • 23 J. Paillé estime malgré tout qu’il existe une certaine unité voire une identité des géographes, et (...)
  • 24 Pour une vision éclairée, se reporter à Chivallon C., 2003, « Une vision de la géographie sociale (...)
  • 25 La « paternité » contemporaine de ce champ revient à Armand Frémont. Il propose une intéressante r (...)
  • 26 Voir Claval P., 1995, et Bonnemaison J., 2000, Géographie culturelle, Paris, Éditions du CTHS.
  • 27 Voir Bailly A. et Scariati R., 1990, L’Humanisme en géographie, Paris, Anthropos, ainsi que les au (...)

12La multiplicité des définitions données au concept prouve aussi, sans doute, que la communauté des géographes se caractérise par une juxtaposition d’« isolats », c’est-à-dire de petits groupes qui ne communiquent guère entre eux20, petits groupes structurés autour de quelques réseaux d’affinités ouverts21. Finalement, la communauté des géographes français formerait une sorte de « tour de Babel »22 manquant de cohérence interne23. C’est donc plutôt pour les lecteurs le recours à telle ou telle définition qui leur permet de distinguer les divers champs composant la géographie humaine française24, composée schématiquement de la géographie sociale25, culturelle26 et humaniste27.

13Ainsi, aujourd’hui, une mise en ordre sous la menace d’un enfermement paraît devenir une tâche disciplinaire nécessaire, cette dernière s’avérant indispensable pour une restructuration interne mais aussi vis-à-vis de l’« extérieur » (les autres disciplines des sciences humaines et sociales mais aussi les acteurs publics et la société civile en général).

  • 28 Crozat D., 1998, Géographie du bal en France : diversité régionale. Production culturelle de l’espa (...)
  • 29 Di Méo G., 2001, Géographie en fête, Paris, Géophrys.
  • 30 Se reporter aux ouvrages de J.-R. Pitte.
  • 31 Barthe F., 2003, Géographie de la nudité. Être nu quelque part, Paris, Bréal. Voir aussi à titre d’ (...)
  • 32 Gwiazdinski L., 2006, La nuit, dernière frontière de la ville, Paris, Éditions de l’Aube, ou Bureau(...)
  • 33 Voir http://hypergeo.free.fr/article.php3?id_article=336,ethttp://hypergeo.free.fr/article.php3?id (...)
  • 34 Voir Gould P., 1996.

14Cette mise en ordre revêt aussi un caractère obligatoire face au désarroi ressenti notamment par les étudiants, devant l’éclectisme des titres des publications scientifiques : territoires des bals28, des fêtes29, des goûts30, du naturisme31, de la nuit32, etc., ou envers les références de types « bibliques » proposées : « territoire selon Claude Raffestin » ou « le territoire selon Maryvonne le Berre »33. En effet, la justification de cette profusion reposant sur la coïncidence entre multiplicité (donc créativité) et bonne santé de la discipline34 ne suffit pas aux lecteurs novices pour cerner le champ disciplinaire, passé la séduction du titre proposé ou la référence à l’autorité apostolique des auteurs.

  • 35 Lévy J. et Lussault M., 2003, p. 907-917.
  • 36 Nous ne prendrons pas ici la définition de Jean-Paul Ferrier car, de nature épistémologique, elle (...)

15Dans le dernier dictionnaire de géographie35 paru, trois définitions sont données successivement par J. Lévy, B. Debarbieux et J.-P. Ferrier36. Nous reprendrons tour à tour deux de ces définitions, sans oublier quelques-unes des autres qui ont marqué et influencé la pensée géographique. Le choix de partir de cet ensemble est simple. Ces définitions, compilées dans un dictionnaire, vont constituer d’ici peu et compte tenu de la puissance de diffusion d’un tel support la doxa de la discipline, notamment à l’université par le biais des étudiants qui, par une grande utilisation des dictionnaires, tentent de s’extirper de la complexité ambiante grâce à de tels ouvrages.

Notes

1 Cité par Ascher F., 2005, p. 57.

2 de la Vega X., 2005 (novembre), « Cherche désespérément société », p. 30-33, Sciences Humaines, Paris, Éditions Sciences Humaines, p. 30.

3 Urry J., 2000, Sociology beyond Societies. Mobilities for the Twenty-first Century, London/New York, Routledge, et Urry J., 2005, Sociologie des mobilités. La nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin.

4 Il sera, entre autres, suivi par A. Touraine. Touraine A., 2005, Un nouveau paradigme pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard.

5 À ce propos, J. Urry propose de remplacer le concept de société par celui de mobilité. La comparaison, ici, a bien sûr ses propres limites car évidemment, la géographie ne se limite pas à l’analyse des territoires.

6 Outre J. Urry et A. Touraine, voir Bauman Z., 2005, p. 9-10.

7 Il ne s’agit ici que des géographes appartenant au champ de la géographie humaine.

8 Bédard M., 2000.

9 Lévy J., 1999 (b), Le tournant géographique, Paris, Belin. Voir aussi Lévy J. et Lussault M., 1999, « Géographie en mouvement », in Lévy J. et Lussault M., 2000, Logiques de l’espace. Esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, p. 3-8.

10 Voir par exemple Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, ou Chivallon C., 1999, « Fin des territoires ou nécessité d’une conceptualisation autre ? », Géographie et cultures, Paris, L’Harmattan, no 31, p. 127-141.

11 B. Elissalde, pour sa part, confère aux écrits de J.-P. Ferrier le renouveau de l’usage du terme de territoire dans la géographie française. Voir Elissalde B., 2002, « Une géographie des territoires », p. 193-206, L’information géographique, no 3, p. 194. L’auteur se réfère à Ferrier J.-P., 1981, Prolégomènes au discours géographique, Avignon, thèse de Doctorat. On peut aussi se reporter à Ferrier J.-P., 1984, Antée 1. La géographie, ça sert d’abord à parler du territoire, ou le métier des géographes, Aix-en-Provence, Éditions Sud.

12 Staszak J.-F., 2003, « Espace vécu » (notice), p. 340-341, in Lévy J. et Lussault M., p. 340.

13 Ibid.

14 A. Frémont retient la définition de R. Brunet, très succincte : « la notion d’espace s’applique à un espace approprié ». Voir Frémont A., 1999, La région, espace vécu, Paris, Flammarion.

15 Ibid. G. Di Méo fait généralement référence au concept d’espace vécu, concept qui fut fondateur de l’école française de géographie sociale. Voir par exemple Di Méo G., 2000, « Que voulons-nous dire quand nous parlons d’espace ? », p. 37-49, in Lévy J. et Lussault M., p. 30 et suivantes.

16 Extrait de l’intervention de X. Piolle lors du colloque « Fin des territoires ou diversification des territorialités ? », co-organisé avec C. Raffestin, 10-11 octobre 1994. Il sera suivi d’un colloque à Sion (Suisse) l’année d’après.

17 Pour cela, les recherches ont été faites à partir de la banque de données Francis.

18 Lévy J., 2003 (b), p. 909.

19 Elissalde B., 2002.

20 Reynaud A., 1997, « Une perspective cavalière », p. 353-369, in Knafou R., L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, Paris, Belin, p. 366.

21 Lévy J., 1997, « L’espace légitimé », p. 335-351, in Knafou R., p. 342. D’ailleurs, V. Berdoulay emploie quant à lui le terme de « cercle d’affinités » pour caractériser une des modalités du processus qui présida à la construction de l’École française de Géographie. Voir Berdoulay V., 1995.

22 Reynaud A., 1997, p. 366.

23 J. Paillé estime malgré tout qu’il existe une certaine unité voire une identité des géographes, et qu’ils possèderaient une sorte « d’esprit de famille ». Paillé J., 1999, « La production de singularité dans la géographie française », in Chivallon C., Ragouet P. et Samaers M., Discours scientifiques et contextes culturels. Géographies françaises et britanniques à l’épreuve post-moderne, Pessac, MSHA, p. 141-156.

24 Pour une vision éclairée, se reporter à Chivallon C., 2003, « Une vision de la géographie sociale et culturelle en France », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, n ° 634, p. 646-657.

25 La « paternité » contemporaine de ce champ revient à Armand Frémont. Il propose une intéressante rétrospective de la notion d’« espace vécu » dans Frémont A., 2005, « Géographie et espace vécu », in Berthoz A. et Recht R., Les espaces de l’homme, Paris, Odile Jacob, p. 93-107.

26 Voir Claval P., 1995, et Bonnemaison J., 2000, Géographie culturelle, Paris, Éditions du CTHS.

27 Voir Bailly A. et Scariati R., 1990, L’Humanisme en géographie, Paris, Anthropos, ainsi que les auteurs anglo-saxons comme A. Butimer, D. Ley et Y.-F. Tuan. Se reporter aussi aux auteurs comme Lazzarotti, Stock ou Hoyaux pour un aperçu des productions se rattachant à une démarche phénoménologique inspirée en partie par E. Dardel (Dardel E., 1990 [1952], L’homme et la terre, Paris, Éditions du CTHS).

28 Crozat D., 1998, Géographie du bal en France : diversité régionale. Production culturelle de l’espace local, Lyon 2, thèse de Doctorat.

29 Di Méo G., 2001, Géographie en fête, Paris, Géophrys.

30 Se reporter aux ouvrages de J.-R. Pitte.

31 Barthe F., 2003, Géographie de la nudité. Être nu quelque part, Paris, Bréal. Voir aussi à titre d’exemple Les territoires de la nudité, Cafés géographiques du 13 juin 2006, http://www.cafe-geo.net/.

32 Gwiazdinski L., 2006, La nuit, dernière frontière de la ville, Paris, Éditions de l’Aube, ou Bureau L., 1997, Géographie de la nuit, Québec, L’Hexagone.

33 Voir http://hypergeo.free.fr/article.php3?id_article=336,ethttp://hypergeo.free.fr/article.php3?id_article=335.

34 Voir Gould P., 1996.

35 Lévy J. et Lussault M., 2003, p. 907-917.

36 Nous ne prendrons pas ici la définition de Jean-Paul Ferrier car, de nature épistémologique, elle concerne de façon éloignée les propos qui vont suivre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search