Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Deuxième partie. Dans quel monde vivons-nous ? Ce que les chercheurs en ont à dire

Chapitre 10. Entre identité et identification

Texte intégral

Le second désenchantement du monde, une nouvelle invention de tradition

  • 1 Gauchet M., 1998.
  • 2 Notamment en France.
  • 3 Bauman Z., 2004, L’amour Liquide, Rodez, Chambon/Le Rouergue.

1De cette désinstitutionalisation de la société se dégage un « second désenchantement du monde » d’après M. Gauchet1. La société entrerait en crise avec l’ensemble des substituts à la religion que la première modernité rattachée à l’État-Nation avait construits : la foi dans les acquis révolutionnaires, les principes de laïcité2, les engagements militants mais plus encore la famille et avec elle l’attachement durable au sein du couple3. C’est à ce propos que Z. Bauman a d’ailleurs recours à la métaphore de la liquidité pour montrer comment les certitudes modernes et les institutions qui les généraient avaient, en opposition, la force de la solidité.

  • 4 Hobsbawm E. et Ranger T. (dir.), 1992.

2Cette mise en demeure des traditions de la première modernité ne signifie pas pour autant un abandon de toute référence aux traditions. Mais elles changent de statut en perdant celui de corpus transmis de génération en génération et lié à l’espace de vie géographique. Le constat porte aujourd’hui sur la pluralité des références utilisées, pouvant tout aussi bien s’inspirer du passé local qu’être importées d’autres lieux et d’autres époques. On peut parler en ce sens, en suivant Hobsbawm et Ranger, « d’invention de la tradition »4. La notion de patrimoine lui est fortement liée, mais contient une dimension supplémentaire relative à une sorte de grossissement du trait et une exaspération de la puissance des symboles produits.

  • 5 Pour la notion d’identité inaliénable, se référer à Godelier M., 1996, L’énigme du don, Paris, Fay (...)

3Issu d’une sélection d’éléments matériels ou idéels par une communauté, le patrimoine apparaît comme une réduction et une condensation de ce qui constitue son identité inaliénable5 et de ses fondements historiques. La patrimonialisation, définie comme « le processus par lequel un collectif humain s’énonce comme tel par le travail de mise en collection de ce qui, de son passé, est pour lui un gage d’avenir », est finalement une seconde écriture historique. A. Micoud a en effet montré la façon dont cette patrimonialisation, en France notamment, s’est appuyée sur l’ethnologie et l’écologie. Les collectivités territoriales, nouveaux acteurs du champ culturel, en confiant à des tiers considérés comme légitimes la tâche de construire l’histoire de la communauté qu’elles représentent, se sont dessaisies de la capacité communautaire de construction de l’histoire.

Entre rupture et inconstance, d’une identité d’apparat à une identité de « plein air »

4La tradition mise en scène, sous forme patrimoniale ou pas, joue un rôle majeur dans la légitimation des identités. Les références au passé permettent en effet de les légitimer et de les justifier. L’interrogation porte sur la construction et le développement des identités dans un monde incertain dans lequel ni les valeurs ni les normes ne vont de soi. Comme nous l’avons vu, l’époque moderne était remarquable par l’emprise exercée par le pouvoir politique socialement dominant dans la diffusion de repères et de valeurs sociales, et donc par sa capacité à conférer une identité à chacun. Cette identité unidimensionnelle donnée est devenue (du fait de l’exaspération de l’individualisme) une tâche individuelle. En effet, la désinstitutionalisation et la détraditionnalisation de la société conduisent les individus à une distanciation toujours plus grande à l’égard des modèles culturels et sociaux et une conscience du caractère construit du social.

  • 6 Bonny Y., 2004, p. 161.

5Y. Bonny parle de contingence pour signifier le processus et définit le terme comme « la conscience diffuse ou l’idée clairement énoncée que ce qui existe n’est pas nécessaire et que d’autres réalités sont envisageables »6. Les individus, face à une foule de possibles références, vont devoir se positionner individuellement face à ces références, faire des choix d’appartenance, choisir en fin de compte leur identité.

  • 7 Bauman Z., 2002, p. 60.

6L’identité de donnée devient donc projet personnel. A. Giddens insiste sur sa nature réflexive. Ainsi, à côté du vécu embrouillé et complexe, l’identité est une narration par laquelle chacun est en mesure d’expliquer ses choix, de justifier ses engagements et de donner cohérence à sa biographie. C’est parce que l’identité initialement unidimensionnelle devient plurielle que chaque individu entre dans un processus de justification et d’explication. La multidimensionnalité de l’identité peut être appréhendée par la métaphore du costume. Pendant la première modernité, l’appartenance à une classe conférait une identité spécifique et complète. Ainsi, « entrer » dans son identité relevait du même rituel que d’enfiler un costume avec tous les éléments qui le composent : le chapeau rigide, la chemise de coton, le pantalon et la veste de drap épais, la cravate soyeuse, les boutons de manchette rutilants et la montre à gousset. Il s’agissait d’une sorte d’uniforme que l’on pouvait porter à vie. La référence littéraire populaire venant à l’esprit est le personnage du père de Marcel Pagnol relaté dans son roman autobiographique, La gloire de mon père. Instituteur, il endosse l’uniforme du statut social, riche de valeurs et de morale républicaines, et se fera un devoir, dans ses pratiques et ses pensées, tant dans la sphère publique que dans la sphère privée, de rester le plus exactement possible en cohérence avec ce que la société attend de lui. « Comme l’a bien dit Jean-Paul Sartre, il ne suffit pas d’être né bourgeois, il faut vivre en bourgeois. […] La nécessité de “devenir” ce que l’on “est” est la caractéristique de la vie moderne7. » De plus, tout changement de statut impliquait un changement d’uniforme et une révision des pratiques et de l’imaginaire associé.

7La seconde modernité se caractérise quant à elle par ses invitations à acquérir des costumes faits sur mesure. Ainsi peut-on être tout à la fois enseignant à l’université (un chapeau), défiler en drag queen (des talons hauts), être président d’un club de salsa (un pantalon fleuri), entraîner son rottweiler au combat (une matraque au poing), aimer cultiver son jardin (une fleur entre les dents), aller danser au Macumba (un verre de tequila dans la main) et passer ses vacances à Lunegarde (une chemise en lin). Le costume perd de son harmonie (ou de sa supposée harmonie) par la variété et l’apparente incohérence des éléments ainsi rassemblés. De plus, le costume est « vendu » ou « acheté » par pièces et si l’une de ces parties ne convient pas ou plus, elle peut être changée sans que l’ensemble n’en soit affecté.

Identité prescrite, identité choisie

  • 8 Lahire B., 1998, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.
  • 9 Voir Martuccelli D., 2002, La grammaire de l’individu, Paris, Gallimard.
  • 10 Voir Aubert N. (dir.), 2004, L’individu hypermoderne, Paris, Érès.

8Cette métaphore nous permet de mettre en évidence plusieurs idées. Face à une foule de possibles, l’individu va analyser, soupeser les choix qui s’offrent à lui et à l’issue de ses choix, les justifier et les faire entrer dans une logique biographique. D’après B. Lahire, ces choix peuvent insérer l’individu dans des réseaux ou des institutions qui diffusent des valeurs et des modèles en opposition radicale les uns avec les autres ; il aura en conséquence des pratiques hétérogènes ou contradictoires, variant selon le contexte social dans lequel il se trouve8. La cohérence sera assurée notamment par la narration et contribuera à maintenir sa continuité et son unicité, qui sont les fondements même du processus identitaire9. À ce propos, D. Martuccelli rejette l’idée d’un individualisme pessimiste qui fait de l’individu contemporain un être « incertain », « multiple », éclaté, vivant dans l’urgence et l’éphémère, tyrannisé par l’excès de tout et incapable de maintenir des liens durables au sein d’une flexibilité généralisée et vivant dans une affligeante tension10. L’individu au contraire possèderait plutôt une compétence et ne serait pas (ou plus) ce que Garfinkel a appelé un « idiot culturel ».

  • 11 Ricœur P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, p. 146.

9Cette idée de continuité et d’unicité est à rapprocher de ce que Ricœur a appelé « l’identité-mêmeté ». Cette notion renvoie à la permanence et la continuité de la personne, cette part non volontaire et non consciente de l’identité personnelle qui est « composée de l’ensemble des dispositions durables à quoi on reconnaît une personne »11. Cette part « objective » se rapproche de la notion d’habitus développée par Bourdieu.

  • 12 Corcuff P., 2005, « Figures de l’individualité, de Marx aux sociologies contemporaines », EspacesTe (...)
  • 13 Dubet F., 1994, La sociologie de l’expérience, Paris, Le Seuil.
  • 14 Dubet F., 2005.
  • 15 Dubar C., 1991, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, A (...)

10Pour P. Ricœur, l’identité individuelle (appelée aussi individualité) est composée également d’une part subjective : « l’identité-ipséité ». P. Corcuff définit cette part « subjective » comme la possibilité « d’être soi-même pour soi-même »12. C’est donc chaque individu qui développe sa propre continuité et sa propre unité, « quelque chose comme un sens de son authenticité personnelle ». Cette notion est à mettre en regard avec le « quant à soi » proposé par F. Dubet, « quant à soi » qui permet à chacun d’entre nous de mener des expériences par nature dispersées et d’être en mesure de leur donner sens et cohérence13. Avec cet auteur, nous reprenons l’idée selon laquelle « C’est quand la société ne peut plus être décrite totalement comme un système organisée et cohérent que l’individu émerge parce qu’il doit, personnellement, produire une cohérence et une série d’ajustements que ne peut plus garantir le système »14. De ce fait, pour C. Dubar : « L’individu existe parce qu’il règle des problèmes d’identité et de cohérence, parce qu’il se construit dans le bricolage des rôles, des habitus, des aspirations qui se coagulent dans sa personnalité15. »

  • 16 Laplantine F., 2006, p. 98.

11Dans ce double processus de construction, l’identité perd en rigidité et devient plastique et malléable. Elle concilie l’héritage et la nouveauté et renvoie finalement à plusieurs registres de l’action. Pour F. Laplantine, il s’agit pour ainsi dire de désubstantialiser l’identité et par là même prendre en compte le métissage, « la contradiction, l’équivoque, la présence-absence, qui constitue au Portugal et au Brésil le sentiment de saudade, le montrer-cacher, les glissements de sens, voire l’indétermination du sens, ou au contraire l’irruption de sens à travers le sensible que l’on peut choyer amoureusement ou que l’on peut domestiquer et orienter dans l’ordre du discours public ou savant »16.

  • 17 Laclau E., 2000, La guerre des identités : grammaire de l’émancipation, Paris, La Découverte/Mauss.
  • 18 Bonny Y., 2004, p. 161.

12Face à ces possibles appartenances, l’autonomie individuelle devient une sorte d’injonction que N. Journet résume par « on ne peut pas ne pas être libre ». Si certains auteurs parlent de liberté, d’autres préfèrent employer le terme d’« autonomie ». En effet, les choix opérés, même s’ils donnent une illusion de liberté, sont conditionnés par la capacité de séduction des discours toujours plus performants, des symboles, des images et des icônes idéologiquement manipulées et dont regorge la société contemporaine. Ils constituent en cela autant de risques d’enfermement identitaires, de prisons se fondant sur une réinvention de nouvelles oppositions binaires (Noirs/Blancs, femmes/hommes, homosexuels/hétérosexuels) qui fait dire à E. Laclau : « Si l’opprimé est défini par sa différence d’avec l’oppresseur, cette différence devient une composante essentielle de l’identité de l’opprimé17. » Les choix opérés entre les possibles mis en scène peuvent bien sûr aussi connaître des mécanismes de blocages tels que des routines, des phénomènes d’addiction, de superstition, de narcissisme ou d’ethnocentrisme18.

Identité et identification

  • 19 Bauman Z., 2002, p. 62.
  • 20 Ibid., p. 69.

13Selon Z. Bauman, le dilemme qui aujourd’hui concerne (l’auteur emploie pour sa part le verbe « tourmenter ») les hommes et les femmes au tournant de ce siècle « n’est pas tellement de savoir comment atteindre les identités de leurs choix et comment les faire reconnaître par les gens qui les entourent, mais quelle identité choisir et comment rester alerte et vigilant une fois que l’identité choisie a été retirée du marché ou a perdu sa capacité de séduction »19. Avec lui, nous préférons parler d’identification par le caractère dynamique et en mouvement que le terme propose et qui consiste « en une activité interminable toujours incomplète, inachevée et ouverte, dans laquelle nous sommes tous engagés, par nécessité autant que par choix »20.

14Ainsi, l’emploi du concept d’identification permet de considérer l’individu dans la diversité de ses actions et de ses appartenances, de ses choix plus ou moins autonomes et plus ou moins rationnels, à la fois sensibles et froids, autocentrés ou altruistes.

15M. Weber, dans Économie et Société, avait mis en évidence ou du moins anticipé cette ambivalence de l’individu (l’auteur parle d’« acteur »). En effet, en faisant reposer son analyse sur la notion d’« idéal type », il dégagea quatre formes d’action possibles se référant à des sphères de valeurs différentes. Ces quatre formes d’action ne sont pas à prendre dans une logique évolutionniste où chacune correspondrait à des étapes successives, elles doivent être considérées, selon F. Dubet, dans le cadre d’une conception synchronique et dialogique.

16L’action traditionnelle est liée à la coutume, au routinier, c’est-à-dire aux normes en vigueur. L’action affective est, quant à elle, guidée par les passions et les affects (l’amour, la haine, la jalousie, etc.). L’action rationnelle implique une adéquation entre fin et moyen, cela implique que l’individu va mettre en place tous les moyens nécessaires et efficaces pour parvenir à une fin qu’il s’est fixée. Et enfin, l’action rationnelle est guidée par des valeurs comme la justice, l’honneur, le courage. Par ce type d’action, l’individu défend ses idéaux ou les idéaux du moment par des moyens plus ou moins efficaces.

17Ce pluralisme explicatif paraît aujourd’hui d’un recours opportun pour saisir le sujet contemporain que l’on dit tiraillé. Les divers types d’actions sont, en quelque sorte, au service de l’individu, elles sont des potentialités pour lui. Par cette pluralité d’actions possibles, on cerne la forte adaptabilité des individus au contexte social. C’est à lui que revient la charge de se construire socialement. Dans une société fortement normée, les actions de type traditionnel seront majoritairement menées. Dans une société plus anomique au sens de É. Durkheim, les actions affectives seront majoritaires et dans une société fondée sur un système rationnel, comme a pu l’être la première modernité, les actions privilégiées seront de type rationnel et le lien entre moyen et fin sera le plus opératoire possible.

18La seconde modernité avec ses diverses composantes (diversité des normes proposées, détraditionnalisation, émergence de nouvelles valeurs éthiques comme la protection de l’environnement, la reconnaissance des différences et montée de l’individualisme tolérant que des conduites appartenant à la sphère privée soient publicisées), donne à chaque individu un sentiment d’autonomie dans le choix des actions possibles. Il pourra privilégier, en fonction de son environnement social du moment, tel ou tel type d’action, aucune n’étant a priori incompatible. Par les actions menées dans tel ou tel univers, son appartenance ne sera pas unidimensionnelle et ne sera plus exclusive à un groupe. Son appartenance sera pluridimensionnelle, non plus exclusive mais inclusive (et/et).

  • 21 Maffesoli M., 2000, Le temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés post-moder (...)
  • 22 Lipovetsky G., 2006, La société de déception, Paris, Textuel.

19À la limite, toutes ces appartenances possèderont la même légitimité, même celles qui, il y a peu de temps encore, étaient renvoyées dans le secret de la sphère privée familiale ou autre. C’est en partie pour cela que M. Maffesoli parle d’un « retour du refoulé » qui permet l’émergence de toutes sortes de tribus21. Pour G. Lipovetsky, c’est à la quête effrénée de sensations fortes, seules capables d’engendrer le bonheur, que nous pouvons attribuer ce pluralisme des identifications22. Nous vivrions, d’après ces auteurs, dans un monde mis en scène où chacun serait un héros.

20On le comprend, le choix de telle ou telle appartenance et des actions qui lui sont liées est conditionné par une foule de facteurs. Les effets de mode et les processus de marchandisation par le truchement de la production d’images et de signes valeurs, pour reprendre J. Baudrillard, la tyrannie du politiquement correct mais aussi le niveau d’accès à l’information, la catégorie socio-professionnelle ou encore la localisation géographique, ne sont que quelques exemples de facteurs parmi tant d’autres.

  • 23 Dubet F., 2005.
  • 24 Ibid.
  • 25 Kaufman J.-C., 2006, « Devoir s’inventer », p. 177-181, in Michaud Y. (dir.), p. 179.

21De plus, et c’est en cela que le concept d’identification montre sa pertinence, ces appartenances ne sont jamais rigides et fixées une fois pour toutes. Elles sont susceptibles d’être revues, à tout moment, modifiant par là même les actions entreprises, l’individu puisant pour ce faire dans ses ressources. Se constituer en individu est donc une épreuve sociale : « L’individu est le travail par lequel un acteur essaie de se constituer comme sujet en empruntant aux divers registres de l’action dans lequel il est enserré23. » C’est ce travail de construction nécessaire et obligatoire dans cette seconde modernité qui explique la réflexivité indispensable à la définition de tout individu « puisqu’il n’y aurait pas, a priori, de réflexivité possible chez un acteur enfermé dans une seule logique d’action »24. Pour J.-C. Kaufman, la réflexivité est aujourd’hui nécessaire : « L’individu peut, et même doit – c’est ça le pire ! – choisir dans tous les domaines, sa vérité, sa morale, son identité, son avenir. Il y a deux ou trois siècles, à l’époque de la tradition, et même encore dans le cadre du programme institutionnel, il y avait une transition. […] Le niveau de réflexivité était cohérent avec la structure sociale, il la redoublait d’une certaine manière. Et il y avait des réponses sociales, un sens du bien et du mal, du vrai et du faux, qui étaient donnés par la société. L’individu réfléchissait, mais pour savoir s’il avait bien appliqué les règles25. »

  • 26 Dubet F., 2005.

22Si l’on adopte ce cadre de réflexion, « L’individu apparaît dans son activité plus que dans son “être”, l’individu étant à la fois l’accomplissement d’un programme, une machine cognitive et une volonté d’être un sujet. Il faut apprendre à voir comment les individus s’y prennent pour être des individus »26.

23Face à l’éclectisme contemporain des modèles de vie proposés, les individus se construisent dans un monde en mouvement. À l’inverse de la première modernité où, par le jeu des institutions et des traditions, ils possédaient une identité stable et programmée, la période contemporaine les invite (ou leur prescrit) au contraire d’opérer des choix sous la contrainte d’une nécessaire construction personnelle de soi. Ainsi, plutôt que de parler d’identité, le concept d’identification paraît opératoire pour rendre compte du processus mis en œuvre dans le choix d’une identité ; une identité ne se présentant pas sous la forme d’un monolithe mais apparaissant sous une forme plurielle. Par un travail réflexif, la pluralité des appartenances choisies retrouve une cohérence dans la narration et le récit autobiographique que les individus construisent pour donner cohérence et continuité à leur parcours.

Notes

1 Gauchet M., 1998.

2 Notamment en France.

3 Bauman Z., 2004, L’amour Liquide, Rodez, Chambon/Le Rouergue.

4 Hobsbawm E. et Ranger T. (dir.), 1992.

5 Pour la notion d’identité inaliénable, se référer à Godelier M., 1996, L’énigme du don, Paris, Fayard.

6 Bonny Y., 2004, p. 161.

7 Bauman Z., 2002, p. 60.

8 Lahire B., 1998, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.

9 Voir Martuccelli D., 2002, La grammaire de l’individu, Paris, Gallimard.

10 Voir Aubert N. (dir.), 2004, L’individu hypermoderne, Paris, Érès.

11 Ricœur P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, p. 146.

12 Corcuff P., 2005, « Figures de l’individualité, de Marx aux sociologies contemporaines », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1390.html.

13 Dubet F., 1994, La sociologie de l’expérience, Paris, Le Seuil.

14 Dubet F., 2005.

15 Dubar C., 1991, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, cité par Dubet F., 2005.

16 Laplantine F., 2006, p. 98.

17 Laclau E., 2000, La guerre des identités : grammaire de l’émancipation, Paris, La Découverte/Mauss.

18 Bonny Y., 2004, p. 161.

19 Bauman Z., 2002, p. 62.

20 Ibid., p. 69.

21 Maffesoli M., 2000, Le temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés post-modernes, Paris, La Table Ronde.

22 Lipovetsky G., 2006, La société de déception, Paris, Textuel.

23 Dubet F., 2005.

24 Ibid.

25 Kaufman J.-C., 2006, « Devoir s’inventer », p. 177-181, in Michaud Y. (dir.), p. 179.

26 Dubet F., 2005.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search