Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Deuxième partie. Dans quel monde vivons-nous ? Ce que les chercheurs en ont à dire

Chapitre 8. Les territoires modernes, du modèle aux remises en cause

Texte intégral

Un modèle qui voulait couvrir le monde

  • 1 Badie B., 1995, p. 51.

1Des travaux relatifs à l’individualisme moderne, aux communautés et aux territoires nationaux ressort un élément capital ; en effet, les trois objets ont une histoire, ce sont des constructions liées à des contextes sociaux, économiques et politiques spécifiques, et concernant en premier lieu le monde européen. À ce titre, l’État-Nation moderne est un construit historique, érigé en modèle territorial en vertu de ce que Gilles Sautter a appelé l’« idéologie géographique ». Un modèle « où le politique renverrait à une communauté spatiale unique et non à l’appartenance simultanée à plusieurs espaces distincts ; l’espace serait territorial par essence et supposerait un centre, une périphérie et une délimitation claire et indiscutable »1.

  • 2 Ibid.

2Ce modèle normatif appartient donc à l’Histoire, à une certaine histoire : « C’est tel que l’Occident l’a livré au monde, a organisé son universalité et a assis sa nécessité sur une rhétorique suffisamment forte pour que toute forme alternative soit pensée, tour à tour, comme périmée, utopique ou coûteuse. Pire peut-être : le piège de cette rhétorique est d’affirmer qu’au-delà de la mise en échec du territoire, ne naissent en fait que de nouveaux territoires2. »

  • 3 Ibid.
  • 4 Voir les travaux d’Olivier Pétré-Grenouilleau et notamment Pétré-Grenouilleau O., 2005, « Les trai (...)
  • 5 Voir entre autres Velasco-Graciet H. et Bouquet C. (dir.), 2003, « Les frontières du Sud », Les Ca (...)

3C’est parce qu’il a été exporté et imposé par un effet de puissance qu’on a cru que le modèle était universel, « cette universalisation n’a d’ailleurs échappé à aucun stratège »3, et d’aucun pourrait penser que le processus s’est déroulé de façon naturelle. En effet, il aura fallu faire preuve de puissante autorité et trouver de solides coopérations extra-occidentales4 pour que la diffusion s’opère. Si les périodes d’expansion coloniale furent des moments fructueux dans cette exportation5, les prolongements de la guerre menée par les États-Unis contre l’Irak en sont l’exemple le plus contemporain.

  • 6 Bauman Z., 2005, p. 21.

4Pour B. Badie, le triomphe de l’universel sur le particulier et de la modernité sur la tradition n’a, en fin de compte, pas eu lieu. La diffusion du modèle a seulement donné à une particularité conquérante les allures d’un principe universel. Le constat est similaire chez Z. Bauman pour qui la modernité devait demeurer un « projet inachevé même à l’apogée des États-Nations. Les Nations n’auraient finalement que très rarement atteint leur but, à savoir l’unanimité fondée sur l’identité sauf lors de rares périodes de séduction et quelques lunes de miel prolongées desquelles aurait émergé ce qu’A. Giddens a appelé un amour confluent »6.

  • 7 Bonnemaison J et Cambrezy L., 1996.
  • 8 Bauman Z., 2004, « Vivre (et parfois mourir) ensemble dans un monde plein », p. 229-239, in Michaud(...)

5Malgré tout, l’ensemble de ces transferts a construit un ordre territorial, ou du moins une illusion d’ordre, consubstantiel « d’une vision ordonnée et géométrique où le monde se divise comme les pièces d’un puzzle »7. Pour Z. Bauman, cette mise en ordre serait liée à une privation progressive de place légitime pour certaines parties de la population (les « inadaptés », les « inutiles », les « incompétents » ou les « indésirables »). Des modes de vie jadis efficaces et opératoires auraient, de façon continue, été dévalorisés. Ils n’auraient plus conféré de légitimité de résidence et de participation à la vie collective à certains. D’après cet auteur, l’élimination de ceux qu’il nomme les « déchets humains », produits dans les régions en voie de modernisation, aurait été le sens le plus profond de la colonisation et des conquêtes impérialistes, colonisation et conquêtes que la limitation du « développement » à une partie restreinte de la planète rendit possible et même inéluctable. Finalement, en limitant territorialement la modernisation, la partie moderne du globe a pu chercher et trouver des solutions extérieures à des problèmes intérieurs produits localement8.

La remise en cause du modèle et de son universalité

  • 9 Voir Liauzu C., 2005, « Les historiens saisis par les guerres de mémoires coloniales », Revue d’hi (...)
  • 10 Pierre P., 2002, « Mondialisation, force des cultures et nouvelles segmentations identitaires », Es (...)

6Le transfert de ce modèle connaît, depuis quelques années, des remises en cause d’une rare ampleur9 : « On voit apparaître dans les pays occidentaux un profond désarroi face à l’incompréhension de l’Autre, une culpabilité envers les sociétés du Tiers monde et les conséquences dévastatrices de la modernité sur les traditions menacées. Pour les cultures qui constituent la civilisation occidentale, il pèse une responsabilité d’autant plus importante que les peuples qui, aujourd’hui, ne cessent d’en convoiter les acquisitions techniques, se révoltent aussi contre les tendances absolutistes de cette civilisation10. »

  • 11 Bairoch P., 1992, Le Tiers-Monde dans l’impasse, Paris, Gallimard.
  • 12 Saïd E.W., 2005.
  • 13 Todorov T., 2005, « Préface de l’édition française », p. 7-10, in Saïd E.W., p. 8. Voir aussi Racin (...)

7Du point de vue économique, certains chercheurs ont pointé précocement les graves déséquilibres produits sur les sociétés et les économies réceptrices et les échanges inégaux que cette volonté d’uniformisation du monde avait générés11. D’un point de vue culturel, E.W. Saïd montre, dans son ouvrage L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident12, que le discours colonialiste n’est pas le simple effet d’une réalité économique, politique et sociale dominante, mais qu’il est aussi une des forces motrices de ce processus13.

8La première modernité fut territoriale. Les territoires mis en place, clairement délimités, normés et porteurs de valeurs, furent la dimension première de la civilisation occidentale.

  • 14 Primo Lévy, à la fin de sa vie, s’interrogeait sur sa légitimité à « décrire » les horreurs nazies (...)
  • 15 Pour E. Hobsbawm, le siècle qui connut le plus grand écart entre progrès et souffrances fut le xxe(...)
  • 16 Ascher F., 2005.

9L’État-Nation, devenu un modèle reproductible, a été largement diffusé, et ce au prix de souffrances tant collectives qu’individuelles. Cette hégémonie se fondait malgré tout sur des principes humanistes riches et, au moins dans la doxa populaire, généreux. En fin de compte, les indescriptibles drames14 que le monde15 a connus seraient, sous la forme historique de la justification occidentale, à la hauteur des extraordinaires progrès réalisés16.

10De l’ensemble de ces critiques (d’abord esthétiques puis politiques), de nouvelles approches, notamment dans les sciences humaines et sociales, se font jour. T. Todorov, dans sa préface de l’ouvrage de Saïd, y voit pour l’instant la condamnation de la compréhension assimilatrice et impérialiste pratiquée par la science officielle et la fustigation de l’intolérance des hommes à l’égard des « barbares ». Il regrette qu’aucune voie ne soit pour l’instant ouverte pour une compréhension différente où l’Autre ne serait ni réduit ni soumis au même. Mais l’époque est peut-être encore plus au temps des questions qu’à celui des solutions scientifiques.

L’aporie des territoires westphaliens ou la fin d’un modèle hégémonique

  • 17 Les auteurs estiment qu’il est devenu un modèle à partir de la Révolution française.
  • 18 Badie B., p. 25. Reprendre aussi Lévy J., 1993, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? » (...)

11Lorsque B. Badie annonce la « fin des territoires », il fait donc référence à ces territoires de la première modernité, issus de la conception westphalienne très largement dominante pendant près de trois siècles et fédératrice d’un ordre international. Dans cette aventure occidentale d’uniformisation du monde, le territoire est largement confondu avec le pouvoir. Il s’agissait d’un pouvoir institutionnel fort, se fondant pour M. Weber sur l’ethos du protestantisme, et dont la forme matérielle considérée comme la plus efficace fut celle de l’État-Nation17. Il se diffusa au sein de l’Europe, après bien des tâtonnements et au prix de hautes luttes diplomatiques et guerrières, entraînant la plupart du temps souffrances et soumissions18.

  • 19 Badie B., 1995, p. 28.

12Or, ces territoires sont aujourd’hui cisaillés et mis à mal dans leur forme et leur contenu par diverses logiques sur lesquelles nous reviendrons. Pour B. Badie, « d’ordonnancement du monde, le territoire tend à devenir aporique »19. La cacophonie se serait substituée à une sorte d’harmonie territoriale même si elle ne fut que partiellement menée à terme.

  • 20 Entre autres, Lévy J., 1994.
  • 21 Balandier G., 1988, Le désordre, Paris, Fayard. Plus récemment, cet auteur, comme nous l’avons vu, (...)

13Si l’on admet avec J. Lévy que l’espace est une dimension parmi d’autres du social20, nous pouvons voir dans les mouvements erratiques et les remises en question que les territoires de la première modernité connaissent aujourd’hui un « grand désordre », pour reprendre G. Balandier. Cet auteur caractérise l’instabilité sociale contemporaine par le désordre, et invite les chercheurs à s’intéresser à « des phénomènes non linéaires, mobiles et imprédictibles ; des “hybrides globaux” toujours à la limite du chaos »21.

  • 22 Martuccelli D., 2006, « Agir : les spectres des possibles », p. 125-131, in Molenat X., L’individu (...)

14Cette cacophonie sociale et territoriale oblige finalement à « se débarrasser de l’idée, d’inspiration darwinienne, qu’il existe un seul modèle d’adaptation réussie et nécessaire à l’environnement social, qui permettrait de juger en dernière instance de toutes les conduites »22.

  • 23 Voir entre autres Bauman Z., 2005, p. 9.
  • 24 Voir entre autres Martuccelli D., 2006, p. 126.

15La proposition n’est pas aisée à mettre en œuvre car elle implique que soient revisités les fondements mêmes des sciences humaines et sociales qui, nées avec la modernité, auraient été un de ses instruments23. Elle consiste donc en un arrachement de perspective, c’est-à-dire ne plus considérer la société comme un système organisé et contraignant flanqué d’un horizon des possibles circonscrit sur un territoire clairement délimité24. Il s’agit d’une remise en cause d’approches classiques remarquables par leur normativité où l’individu était inféodé à une foule de normes et de contraintes lui prescrivant pratiques et représentations. Cette inféodation, tout autant territoriale, lui imposait des expériences préalablement définies dans un cadre délimité dont il était, avec d’autres, le garant.

  • 25 Lévy J., 1993.
  • 26 Giraut F. et Vanier M., 1999, « Plaidoyer pour la complexité territoriale », in Gerbaux F. (dir.), (...)
  • 27 Se reporter aussi à la critique faite par J. Lévy dans Lévy J., 1993.
  • 28 Martuccelli D., 2006, p. 126.

16Inspirées entre autres par la théorie de la gravitation, les géographes ont aussi été sensibles à la recherche d’invariants spatiaux et de modèles généraux de l’espace25. Ils cherchaient en fin de compte une sorte d’optimum territorial faisant correspondre ordre naturel et ordre territorial26. Conférant à ce dernier une autonomie en lui accordant une substance et en imposant une hiérarchie par échelle, deux éléments semblent avoir été occultés27. D’abord, les forces d’attraction jouant sur le social ne peuvent être qu’une vue de l’esprit et les classements ainsi mis en évidence relèvent d’un point de vue situé. Ensuite, il est à noter que le système construit tolère des déviances ou des anomalies, souvent considérées comme provisoires ou anecdotiques, qui laissent dans l’ombre des pans entiers hors du système. Pour suivre D. Martuccelli et en revenant à la physique, c’est comme « si les planètes sortaient de temps à autres de leurs orbites […] sans que cela ne remette en question l’idée du système à l’œuvre »28.

  • 29 Berdoulay V. et Turco A., 2000 (décembre), p. 340.
  • 30 Ibid. Voir aussi Berdoulay V., 1988, Des mots et des lieux, la dynamique des discours géographique (...)

17Pour V. Berdoulay et A. Turco, de façon plus générale, c’est en se construisant sur la seule rationalité scientifique que la géographie va se priver de son rapport étroit avec les sociétés et notamment en chassant les mythes de son champ d’analyse. Pour ces auteurs, les mythes, « porteurs d’une vision du monde, […] fondent des savoirs et inspirent des pratiques »29, et étant occultés de l’analyse géographique, vont priver la discipline d’une richesse sur laquelle elle s’était appuyée en ses débuts : « L’histoire de la pensée géographique montre bien comment le mythe a joué un rôle pour stimuler la curiosité, l’explication et l’activité géographique30. »

  • 31 Badie B., 1995.
  • 32 Touraine A., 1981, « Une sociologie sans territoire », Revue française de sociologie, no 22, juin.
  • 33 Vachon B., 1986, « Le peuplement des régions rurales face aux phénomènes de dénatalité et de désurb (...)
  • 34 Hoggart K., 1990, « Let’s do Away with Rural », Journal of Rural Studies, p. 6-31.
  • 35 Ascher F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob.
  • 36 Voir Dubet F., 2001, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Le Seuil. Le trait est ici un peu f (...)

18Aujourd’hui, la litanie des fins, des morts, des déclins des territoires31, de la société32, des villes33, du rural34 et des quartiers35 désigne, bien plus que l’épuisement d’un certain type de représentations de la vie sociale et de sa dimension spatiale, une disparition effective de la vie sociale et de sa dimension spatiale. Les idées de ville, de société, de quartier, de territoires ne furent finalement que des réponses (et notamment des réponses scientifiques) pour comprendre les mutations exercées par la mise en place de la modernité, et plus encore des représentations collectives s’efforçant de décrire un ordre en construction36. Face à cet épuisement, les chercheurs en sciences humaines et sociales invitent donc à redéfinir les grilles de lecture jusque-là opératoires, à reconsidérer leur objet et à retravailler leurs méthodes d’investigation.

  • 37 Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.
  • 38 Lévy J., 1999 (b).
  • 39 Voir Debarbieux B., 2003.
  • 40 Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, « Géographie et société, vers une géographie citoyenne » (...)
  • 41 Ibid.

19Au sein de la communauté des géographes, il revient, entre autres, à G. Di Méo37 et à J. Lévy38, relayant les auteurs anglo-saxons, d’avoir proposé que la communauté s’ouvre à des contributions de disciplines voisines (entre autres la sociologie) pour construire une lecture globale de la dimension géographique des faits sociaux39. J. Lévy parle et appelle d’ailleurs de ses vœux un nécessaire « tournant géographique ». Ainsi, dans une posture de géographie humaine, il est admis que toute approche géographique nécessite une connaissance des faits sociaux, une quête de connaissances sur le social et ses mutations contemporaines. Par cette ouverture, il s’agit pour le géographe, d’après les auteurs, de se « définir par rapport aux autres, avec les autres, par une argumentation rigoureuse, à partir de points de vue différents, sur des problèmes le plus souvent communs aux sciences et à la société »40. D’ailleurs, « aucune science n’a le monopole d’un objet d’étude »41. Finalement, aucune discipline relevant des sciences humaines et sociales ne peut, aujourd’hui, décrire, analyser et construire un système compréhensif de façon isolée. Face à la complexité du monde contemporain, même si l’utopie cachée de chacune d’elles est de gravir les échelons dans la hiérarchie interne, la recherche ne peut plus avoir lieu à l’intérieur de l’étanchéité des frontières internes.

20Les mutations contemporaines et les conséquences qu’elles ont sur les territoires nécessitent donc bien un petit détour pour cerner la période que nous vivons et mettre en lumière la façon dont les diverses disciplines la qualifient et l’expliquent dans ses causes, ses effets et ses conséquences.

Notes

1 Badie B., 1995, p. 51.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Voir les travaux d’Olivier Pétré-Grenouilleau et notamment Pétré-Grenouilleau O., 2005, « Les traites négrières ou les limites d’une lecture européocentrique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 52-4bis, p. 30-45.

5 Voir entre autres Velasco-Graciet H. et Bouquet C. (dir.), 2003, « Les frontières du Sud », Les Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, no 222, avril-juin.

6 Bauman Z., 2005, p. 21.

7 Bonnemaison J et Cambrezy L., 1996.

8 Bauman Z., 2004, « Vivre (et parfois mourir) ensemble dans un monde plein », p. 229-239, in Michaud Y. (dir.), Qu’est-ce que la globalisation ?, Paris, Odile Jacob, p. 230-231. Voir aussi Bauman Z., 2006, Vies perdues. La modernité et ses exclus, Paris, Payot.

9 Voir Liauzu C., 2005, « Les historiens saisis par les guerres de mémoires coloniales », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 52-4bis, p. 45-55.

10 Pierre P., 2002, « Mondialisation, force des cultures et nouvelles segmentations identitaires », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document321.html.

11 Bairoch P., 1992, Le Tiers-Monde dans l’impasse, Paris, Gallimard.

12 Saïd E.W., 2005.

13 Todorov T., 2005, « Préface de l’édition française », p. 7-10, in Saïd E.W., p. 8. Voir aussi Racine J.-L., 2006, « L’Inde émergente ou la sortie des temps post-coloniaux », Hérodote, Paris, La Découverte, no 120, p. 28-47.

14 Primo Lévy, à la fin de sa vie, s’interrogeait sur sa légitimité à « décrire » les horreurs nazies au motif qu’il y avait survécu.

15 Pour E. Hobsbawm, le siècle qui connut le plus grand écart entre progrès et souffrances fut le xxe siècle, un court xxe siècle qu’il comprend entre 1914 et 1991. Voir Hobsbawm E., 2003.

16 Ascher F., 2005.

17 Les auteurs estiment qu’il est devenu un modèle à partir de la Révolution française.

18 Badie B., p. 25. Reprendre aussi Lévy J., 1993, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? », Espaces Temps Les cahiers, no 51-52 « Les apories du territoire. Espaces, couper/coller », p. 103-142.

19 Badie B., 1995, p. 28.

20 Entre autres, Lévy J., 1994.

21 Balandier G., 1988, Le désordre, Paris, Fayard. Plus récemment, cet auteur, comme nous l’avons vu, parle de « Grand dérangement » pour qualifier les turbulences socio-économiques.

22 Martuccelli D., 2006, « Agir : les spectres des possibles », p. 125-131, in Molenat X., L’individu contemporain, Paris, Éditions Sciences Humaines, p. 130.

23 Voir entre autres Bauman Z., 2005, p. 9.

24 Voir entre autres Martuccelli D., 2006, p. 126.

25 Lévy J., 1993.

26 Giraut F. et Vanier M., 1999, « Plaidoyer pour la complexité territoriale », in Gerbaux F. (dir.), Utopie pour le territoire, Paris, Éditions de l’Aube, p. 143-173.

27 Se reporter aussi à la critique faite par J. Lévy dans Lévy J., 1993.

28 Martuccelli D., 2006, p. 126.

29 Berdoulay V. et Turco A., 2000 (décembre), p. 340.

30 Ibid. Voir aussi Berdoulay V., 1988, Des mots et des lieux, la dynamique des discours géographiques, Paris, Éditions du CTHS, p. 15 et suivantes.

31 Badie B., 1995.

32 Touraine A., 1981, « Une sociologie sans territoire », Revue française de sociologie, no 22, juin.

33 Vachon B., 1986, « Le peuplement des régions rurales face aux phénomènes de dénatalité et de désurbanisation », Espaces, sociétés, populations, vol. 3, p. 85-94.

34 Hoggart K., 1990, « Let’s do Away with Rural », Journal of Rural Studies, p. 6-31.

35 Ascher F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob.

36 Voir Dubet F., 2001, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Le Seuil. Le trait est ici un peu forcé.

37 Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

38 Lévy J., 1999 (b).

39 Voir Debarbieux B., 2003.

40 Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., 2001, « Géographie et société, vers une géographie citoyenne », p. 1-12, in Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C. (dir.), Géographie et société, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 7.

41 Ibid.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search