Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Deuxième partie. Dans quel monde vivons-nous ? Ce que les chercheurs en ont à dire

Chapitre 7. La fin des territoires. De quels territoires parlons-nous ?

Texte intégral

1Cette renaissance de la géographie politique francophone, en instaurant une corrélation étroite entre pouvoir et territoire, avait pour horizon d’appui le territoire national dans sa facture classique. Celui-ci apparaissait en effet comme un objet incontournable, soit dans sa dimension globale, soit dans ses ramifications administratives ou politiques hiérarchiquement inférieures (départements, cantons, communes). Cet objet mérite ici d’autant plus notre attention que l’annonce de sa fin en 1995 par le politologue Bertrand Badie fit grand bruit au sein d’une partie de la communauté des géographes, augurant du dessaisissement précoce d’un concept fraîchement identifié.

Les territoires politiques, une entreprise de construction

  • 1 E. Gellner semble, quant à lui, trouver une synthèse stimulante : « L’économie a besoin à la fois (...)
  • 2 Voir Foucher M., 2007.
  • 3 Balibar É., 1997, « La forme de la nation », in Balibar É. et Wallerstein I., Race, nation, classe. (...)

2Émergent des traités de Westphalie (donc d’une origine politique selon B. Badie) et de son lien opératoire avec « l’économie monde » (donc d’origine économique d’après F. Braudel et I. Wallerstein1), son hégémonie de plus de trois siècles ne fait aucun doute pour personne, si ce n’est depuis quelques années. S’imposant de proche en proche à la presque totalité des sociétés humaines à travers de longues périodes meurtrières et sanglantes et venant à bout de formes « étatiques » autres que la forme nationale (empires, cités, réseaux politico-marchands comme celui de la Hanse2), il a pu apparaître comme « forme ultime » d’une évolution nécessaire et conforter l’illusion de sa naturalité3.

  • 4 Depuis la Révolution française, la Nation est ainsi définie comme une « personne juridique constit (...)

3Les modalités du développement des États-Nations en tant que formations politiques, sociales et économiques ont été clairement mises en évidence. L’ambition était de répondre aux questions : Comment la Nation4 se constitue-t-elle par la médiation d’une « communauté » et d’un territoire ? Ou plutôt pour suivre et prolonger le questionnement de É. Balibar : En quoi la forme de la communauté et du territoire qu’institue la Nation se distingue-t-elle d’autres formes de communautés et territoires historiques ?

  • 5 Valéry P., 1988, Regards sur monde et autres essais, Paris, Gallimard, p. 37.
  • 6 Appelée aussi « Modernité classique » par M. Gauchet ou « Haute modernité » par A. Touraine notamm (...)

4Même si « l’idée de Nation en général ne se laisse pas capturer aisément [le] fait essentiel qui les constitue [les Nations], leur principe d’existence, le lien interne qui enchaîne entre eux les individus d’un peuple, et les générations entre elles, n’est pas, dans diverses Nations, de la même nature. Tantôt la race, tantôt la langue, tantôt le territoire, tantôt les souvenirs, tantôt les intérêts instituent diversement l’unité nationale d’une agglomération humaine organisée »5, il est aujourd’hui admis que l’État-Nation s’apparente à une entreprise de construction de la modernité, de la première modernité6 d’après U. Beck et A. Giddens.

  • 7 Bauman Z., 1991, Modernity and ambivalence, Cambridge, Routledge, p. 4.

5Nous reprendrons ici la définition que Z. Bauman donne de la modernité. Il la définit comme « une période historique qui a débuté en Europe de l’Ouest avec une série de transformations socio-structurelles et intellectuelles profondes au xviie siècle et qui a atteint sa maturité comme projet culturel avec l’affirmation des Lumières, et comme forme de vie socialement accomplie avec l’avènement de la société industrielle (capitaliste, et aussi plus tard communiste) »7.

  • 8 Si dans cette définition Z. Bauman ne fait pas référence à la dimension territoriale du projet mod (...)

6La modernité apparaît, pour cet auteur, comme un projet historique connaissant une maturation dans le temps et possédant donc une forme évolutive. C’est aussi son œuvre de transformation, en un premier temps, des structures sociales et des conceptions intellectuelles et, en un second temps, du contexte culturel, qui permettra la mise en place et en œuvre des deux grandes idéologies politiques et économiques : le capitalisme et le communisme. Finalement, d’après Z. Bauman, le projet moderne aurait réussi à faire entrer en cohérence le social, le culturel, l’économique et le politique. Nous y rajouterons une dimension territoriale qui, d’ailleurs, n’a pas échappé à l’auteur8.

7Pour que cette cohérence ait lieu, ce projet intentionnel, historiquement datable, nécessitera un lourd et rude « travail » tant de mise en norme que de mise en forme et, pour ce faire, le lancement de deux processus consubstantiellement liés.

Une opération de mise en norme, une entreprise de désenchantement-réenchantement

8Il s’est en effet agi d’initier une mise en norme sociale en invitant les individus à abandonner, par différents moyens plus ou moins coercitifs, les pratiques, représentations et imaginaires constitutivement dépendants de leur appartenance pré-nationale à des petits groupes, clans ou familles pour intégrer un ensemble social plus vaste : la communauté nationale.

  • 9 Schnapper D., 1994, La communauté des citoyens : sur l’idée moderne de Nation, Paris, Gallimard.
  • 10 Anderson B., 1996, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris (...)
  • 11 J. Rex, pour sa part, dissocie « nations ethniques » et États-Nations (modernes). Rex J., 2006, Et (...)
  • 12 Cette notion d’ethnicité est aussi synonyme d’identité pour Laplantine F., 2006, Je, nous et les a (...)
  • 13 Balibar É., 1997, p. 130-131.

9Cette communauté réelle9 ou imaginée10 n’existe naturellement pas et sa construction se fonde sur un autre imaginaire lié à la notion de peuple, voire d’ethnie. En parlant d’ethnicité fictive11 pour définir la communauté instituée par un État national12, Étienne Balibar met en évidence l’idée selon laquelle « les formations sociales, au fur et à mesure qu’elles se nationalisent, les populations qu’elles incluent (ou qu’elles excluent) se répartissent ou qu’elles dominent sont ethnicisées, c’est-à-dire représentées dans le passé ou dans l’avenir comme si elles formaient une communauté naturelle, possédant par elle-même une identité d’origine, de culture, d’intérêts, qui transcende les individus et les conditions sociales »13.

  • 14 Bonny Y., 2004, p. 1998.
  • 15 Voir Gellner E., 1989.

10La dynamique de cette première modernité réside donc dans le combat mené contre les appartenances pré-nationales, au nom, entre autres, de la libération des individus à l’égard des différentes entités collectives auxquelles ils appartenaient (ordres issus de l’Ancien Régime, corporations professionnelles, communautés villageoises ou religieuses, groupes culturels ou familiaux)14. Pour E. Gellner15, l’État a besoin de sa propre culture, ses citoyens doivent s’identifier à elle. Finalement, elle est un moyen pour éroder toutes les cultures préexistantes.

  • 16 Gauchet M., 1998, La religion dans la démocratie : parcours de la laïcité, Paris, Gallimard.
  • 17 Ce passage s’est produit selon Marcel Gauchet au xviie siècle en Europe de l’Ouest. Gauchet M., 19 (...)

11Ce passage entre pré-modernité et modernité, mis en évidence par M. Gauchet16, sur les pas de Max Weber, est associé à la thématique de « désenchantement du monde ». Si l’idée est que cette modernité inaugurale, par l’ensemble des ruptures qu’elle a initiées, a rompu avec l’ancrage de la vie sociale dans un univers de sens de type mythique, cosmologique ou religieux17, elle est restée empreinte de tradition et de religion. Mais, plus encore, elle a elle-même généré de nouvelles traditions naturalisant les tous nouveaux rapports sociaux mis en place. Elle a sacralisé les références laïques, les appartenances inconditionnelles à de nouveaux mythes se fondant dans un mythe supérieur : celui de la Nation, la foi en la science, etc. Cette entreprise de construction s’est appuyée de façon corrélative sur la mise en place d’un certain nombre d’institutions, clairement identifiées et porteuses des valeurs modernes : la famille, l’école, l’armée mais aussi le travail qui, selon Weber, fut un des piliers de l’émergence et du développement de la modernité par le truchement de l’État-Nation.

  • 18 Citron S., 1991, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les Éditions ouvrières

12Suzanne Citron a montré comment l’historiographie de la Nation française a été fabriquée et par quels processus et grandes institutions (notamment l’école) l’État a été confondu avec la Nation, occultant le passé des peuples vaincus ou colonisés, minimisant ou ignorant les fautes ou les crimes du pouvoir18.

13De façon générale, cette notion de modernité classique renvoie à une série de correspondances et plus encore de coïncidences entre culture, institutions et individus, dégageant l’idée d’une construction sociale et politique de la réalité nationale.

  • 19 Dubet F., 2005, « Pour une conception dialogique de l’individu », EspacesTemps.net, http://espacest (...)
  • 20 Pour la notion de socialisation, se reporter entre autres à Berger P. et Luckmann T., 1989, La con (...)

14La société nationale est ainsi pensée comme un ensemble de valeurs partagées définissant des orientations communes. Celles-ci se traduisent en normes et en rôles sociaux institutionnalisés dans des formes sociales stables, ce que F. Dubet nomme « programme institutionnel »19. Ces valeurs, normes et rôles sociaux sont intériorisés par les acteurs au cours de leur socialisation, notamment primaire20, devenant les composantes essentielles de leurs personnalités, de leurs motivations et de leurs aspirations. La convergence de la réalisation de soi et de l’intégration au groupe induit alors l’idée de liberté typique d’une adéquation entre prescriptions sociales, pratiques et représentations individuelles.

Mise en forme, la famille et la maison

  • 21 Voir Badie B., 1995.
  • 22 Sack R.D., 1997, Homo geograficus, Baltimore/London, Johns Hopkins University Press.

15Le second processus synchronique de la mise en place et du développement de la modernité est celui d’une mise en forme territoriale. Ainsi, parallèlement à l’émergence de communautés nationales, se forment les territoires nationaux. Le territoire national, délimité et borné, ne constitue pas une projection spatiale de l’État, il est un médiateur entre cet État et la communauté nationale. Le territoire est le lieu d’expression de la souveraineté nationale, exercée par l’État (et ses représentants) par le truchement du principe de territorialité21. En ce sens, il apparaît comme un mode de contrôle efficace sur les personnes, les processus ou les relations sociales22. La communauté nationale prend pour ainsi dire forme par le territoire mis en place. Par lui et les frontières qui le délimitent, il est l’inscription spatiale de l’identité, de l’Ici et du Nous et au-delà, et spatialise l’altérité, l’Ailleurs, les Autres. Par là même, le territoire national délimite les allégeances identitaires des individus.

  • 23 de la Pradelle Gouffre P., 1928, La frontière, étude de droit international, Paris, thèse de Doctor (...)
  • 24 Ibid., p. 54.

16L’histoire des frontières montre comment elles ont été rêvées et édifiées dans un souci toujours plus grand de linéarité et comment leurs constructeurs, dans les longs processus de négociations, ont tenté le plus possible de « faire la chasse aux enclaves »23 (« Les enclaves sont des mélanges de territoires qui exposent journellement les frontières à de graves inconvénients. »24).

  • 25 Weber E., 1983, La fin des terroirs, la modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard

17Le territoire ainsi délimité est une institution, une construction même si l’idéologie qui lui est rattachée fait croire à son essentialisme et à sa naturalité. En suivant E. Weber, il apparaît comme une « supercherie »25. Devenu un cadre « contenant » dont la figure géométrique de l’hexagone est le meilleur exemple, le territoire national serait donc le lieu privilégié des prescriptions des pratiques et des représentations des individus lui appartenant.

  • 26 Mauss M., 1953-1954, « La Nation », L’année sociologique, Paris, PUF, 3e série, p. 7-68 ; Braudel F (...)
  • 27 Le recours à de telles métaphores possède un caractère européano-centrique. À ce propos, les anthr (...)

18Les métaphores de la famille et de la maison ont souvent été utilisées26 pour exprimer tour à tour la puissance des liens rattachant chaque individu (et lui conférant une place particulière) à la communauté nationale et le fort degré d’affection entre individu et territoire national. La valeur heuristique de ces deux métaphores27 permet de désigner l’attachement puissant au territoire national révélé comme allant de soi, même s’il est le résultat d’un efficace processus de mise en norme tant des individus que des lieux.

  • 28 Bauman Z., 2002, « Identité et mondialisation », in Université de tous les savoirs, L’individu dans (...)
  • 29 Renan E., 1947, p. 286.
  • 30 Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil. P. Ricœur parle d’« oubli instit (...)
  • 31 Chanet J.-F., 1996, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier (Coll. Histoire).
  • 32 Delannoi G., 1994, « Réflexions sur le nationalisme », p. 84-96, Esprit, Paris, p. 85.

19Le projet moderne fut donc aussi territorial28 et se fondait sur des artifices sociaux et culturels donnant une place prééminente à l’oubli : « L’essence d’une Nation est que tous les individus aient quelque chose en commun et aussi que tous aient oublié bien des choses »29. Ainsi, pour que le territoire national « aille de soi », il aura fallu bon nombre d’oublis, doublés d’un travail sur la mémoire30 : l’oubli des références spatiales pré-nationales (particularismes de lieux, petites patries, appartenances locales31) fut essentiel en échange de l’émergence d’un double lien entre territoire et communauté nationale : « Le droit d’avoir une identité, d’être protégé et le devoir de se conformer à des coutumes, voire de mourir pour l’entité qui protège »32.

  • 33 Surateau J.-R., 1972, L’idée nationale de la Révolution à nos jours, Paris, Gallimard, p. 34.
  • 34 Liauzu C., 1992, Race et civilisation, l’Autre dans la culture occidentale. Anthropologie historiqu (...)
  • 35 Lacoste Y., 1998, Vive la Nation. Destin d’une idée géopolitique, Paris, Fayard.
  • 36 Braudel F., 1990, p. 12.
  • 37 Kafka F., 1980, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Coll. La Pléiade), p. 323.

20La métaphore de la famille et de la maison renseigne aussi sur le rôle de médiateur de l’espace entre sa forme construite et la communauté nationale. Il apparaît comme une dimension d’un système politique le dépassant. Mais plus encore, délimité, empli de valeurs et de normes, aménagé et organisé à cet effet, il devient « un édifice palpable qui abrite le feu du foyer qui est destiné à abriter le groupe de génération en génération dans la société sédentarisée »33. Les fonctions constitutives du territoire national seraient, d’après ces auteurs, celles d’abriter et de protéger, et pour lesquelles « on se bat et on meurt »34. Ces deux fonctions relient le territoire à une culture du don de soi et de souffrance expiatoire. Finalement, les individus deviennent les fils de la Nation35, les héritiers du territoire national qu’il faudra coûte que coûte protéger, tant de l’intérieur que de l’extérieur, de dangers réels ou imaginés. Ainsi, « délimiter, borner, être chez soi, les États recherchent obstinément cette sécurité, le complexe de la Muraille de Chine les guette, les fascine, les obsède tous, aussi bien ceux qui s’ébauchent que ceux qui, vieillissant, sont trop riches d’expériences éprouvantes »36. De ce syndrome de la Muraille de Chine, nous ne pouvons résister au plaisir de reprendre les propos de F. Kafka : « De qui la Grande Muraille de Chine devait-elle protéger ? Des peuples du Nord ? Aucun peuple du Nord ne peut là-bas nous menacer […]. Nous ne les avons pas vus et, si nous restons dans notre village, nous ne les verrons jamais, même s’ils foncent tout droit vers nous sur leurs chevaux farouches – le pays est trop grand, il ne les laissera pas parvenir jusqu’à nous, ils iront se perdre en l’air […]. Innocents peuples du Nord, qui croyaient en être la cause [de la construction de la Grande Muraille], vénérable et innocent empereur qui croyait en avoir donné l’ordre. Nous autres, les constructeurs du mur, nous savons qu’il n’en est rien et nous gardons le silence37. »

  • 38 Touraine A., 1997, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Fayard, p. 36.

21Pour A. Touraine, l’accession au statut de citoyen conférerait aux individus bien plus qu’une sorte d’intégration familiale. Par la force des croyances, soulevée en creux par Kafka, les individus entreraient dans l’humanité : « L’idée moderne de société […] affirme que l’individu ne devient vraiment humain qu’en participant à la vie collective et en contribuant au bon fonctionnement de la société, en particulier par son travail, mais aussi comme membre d’une famille. Elle est surtout une conception politique de la société, et l’idéal humain qu’elle propose est celui de citoyen38. »

  • 39 « Les symboles de la nation ont la même force, la même mystique, la nation se symbolise par son dr (...)

22C’est en partie pour cela qu’une autre métaphore, autrement plus puissante par son caractère sacré, a été utilisée : celle de la religion pour, d’une part, mettre en évidence les croyances et les rites qui sont attachés à la communauté nationale et à son territoire (aux mêmes titres que les croyances notamment magiques des sociétés traditionnelles) et, d’autre part, pour montrer que le recours au divin et au sacré procède finalement du même processus de mise en normes sociales39.

  • 40 Bonnemaison J. et Cambrezy L., 1996, « Le lien territorial entre frontières et identités », Géograp (...)

23Fort de cette substance sociale et politique, le territoire national, pour répondre à divers besoins de gestion, de contrôle et d’administration, doit donner de lui-même une vision ordonnée et géométrique, sans flou ni zone d’ombre. Par cette continuité construite et délimitée, les individus transformés au cours du temps en citoyens acquièrent le sentiment d’y appartenir : « Tout individu est très précisément situé dans l’espace. Il appartient à une entité et pas à une autre, repéré dans un espace clos, un polygone fermé par des frontières. Il est dedans ou dehors et, presque malgré lui, inscrit dans une classification binaire du monde40. »

Le territoire national, unité de lieu, unité de temps, unité d’action

  • 41 Stock M., 2006.
  • 42 Beck U., 2006, p. 16.
  • 43 Delannoi G., 1994, p. 85.

24L’identité consubstantiellement liée au territoire national se développe comme « mono-topique »41, c’est-à-dire que dans une démarche idéale, elle ne doit se référer qu’à un seul espace possédant une métrique, une échelle et une substance travaillées dans le temps (historique), aisément cartographiable, et une identité exclusive (ou bien/ou bien)42. Elle se doit donc d’être exclusive et ne faire l’objet d’aucun choix : « L’appartenance nationale n’est pas une idéologie, on est pour ou contre une idéologie, on l’approuve ou on la critique, on est enthousiaste, réservé ou indifférent. L’appartenance nationale, au contraire, nous est imposée, “on l’accepte ou on en change”, c’est un lien fort ou faible mais c’est un lien43. »

  • 44 Berger P. et Luckmann T., 1989.
  • 45 Ceque F. Dubet appelle un « programme institutionnel », voir Dubet F., 2005.
  • 46 Claval P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan, p. 61.

25Cette appartenance tant « mono-topique » qu’exclusive (unidimensionnelle), intégrée par chaque individu avec plus ou moins de succès, fait que celui-ci se trouve en cohérence avec la société et le territoire dont il dépend. S’il fait partie de la société et du territoire, de façon dialogique, la société et le territoire font partie de son intériorité psychique44 : « L’individu vit dans la société, utilise un vocabulaire de forme et de couleur qui prédétermine ce qu’il ressent ; il perçoit le monde à travers des grilles de lecture45 qu’il a reçues. Son regard cherche à repérer le découpage qu’évoquent les mots qu’on lui a transmis et les constructions mentales qui les complètent46. »

  • 47 Maffesoli M., 2003, L’instant éternel, Paris, La Table Ronde.
  • 48 Retaillé D., 2005, « L’espace mobile », p. 175-201, in Antheaume B. et Giraut F. (dir.), Le territo (...)

26De ce lien, certains auteurs – et notamment M. Maffesoli – ont mis en évidence les prescriptions sur les pratiques tant quotidiennes qu’exceptionnelles qu’il provoquait, en parlant « d’assignation à résidence »47. Même si le terme invite à l’associer à une privation, cette « assignation à résidence » n’est pas vécue comme une contrainte. Au contraire, elle tend à procurer un sentiment de liberté aux individus si leurs actions sociales dans et pour le territoire s’avèrent conformes et coïncidentes avec les normes et les valeurs qu’ils ont reçues en héritage, « le territoire lui-même étant une norme au même titre que le droit ou la technique »48.

  • 49 Bauman Z., 2005.

27Sentiment ou illusion de liberté car l’imaginaire moderne est, d’après Z. Bauman, sédentaire c’est-à-dire exclusivement territorial, « topique » pour reprendre l’expression de l’auteur : « En pratique, on entendait par “bonne vie” une vie menée dans une bonne société ; une “bonne société” se traduisant par une population habitant un espace tracé et cartographié, puis projeté sur l’espace physique par les pouvoirs avisés et bienveillants d’un bon État49. »

  • 50 Veschambre V., 1995, « Mobilité, identité, position sociale : l’exemple des professeurs du secondai (...)

28Il ne s’agit pas pour autant de dire qu’aucune mobilité ne soit possible. Elles le sont, parfois autorisées, parfois encouragées, au sein des classes sociales, à l’intérieur du territoire national ou du territoire national vers le vaste monde. Mais elles concourent toutes à exprimer le renforcement de l’allégeance individuelle à la communauté nationale et apparaissent comme des moyens de renforcer le territoire d’appartenance et les valeurs diverses dont il est porteur. Ainsi, par exemple, V. Veschambre a montré le poids de la mobilité dans la construction de l’identité socio-professionnelle et de la position sociale des différentes catégories d’enseignants du second degré. Pour ce groupe, la mobilité est synonyme d’avancement50.

29Les analyses des ruralistes (sociologues et géographes) montrent aussi comment les phénomènes d’exode rural ont été accompagnés d’un ensemble de discours magnifiant le départ d’un monde fermé et archaïque pour l’accession à l’univers urbain décrit comme ouvert, propice à l’exercice de libertés et porteur de qualités modernes donc affublées de valeurs positives. Ces discours ont ainsi adouci la prescription aux départs et ont permis, entre autres, que l’industrialisation des pays occidentaux se produise et que leur hégémonie à venir germe.

  • 51 Foucher M., 1996, Le défi de sécurité en Europe médiane, Paris, FED, p. 4.

30On peut aussi y adjoindre les mobilités prescrites par les conflits armés pour lesquelles les cérémonies liées aux victoires viennent évoquer « la survie collective, seule justification du sang versé et dont la maîtrise d’un territoire aux frontières vues et reconnues, aptes à la défense, serait en quelque sorte le garant »51.

  • 52 Garnier E., 2005, Géographie et culture : la (re)construction territoriale et identitaire d’un grou (...)

31On ne peut pas davantage passer sous silence les mobilités qui ont rendu possible le processus de colonisation. E. Garnier, à propos de la communauté pied-noir d’Algérie, a montré comment ces derniers avaient fait coïncider leurs mobilités et ensuite leur présence dans ce pays avec une idéologie civilisatrice appellée aujourd’hui « le développement »52.

  • 53 Dumont L., 1983, Essais sur l’individualisme, Paris, Le Seuil.
  • 54 L. Dumont prend comme référence l’Inde classique, il étendra la notion aux sociétés traditionnelle (...)

32Cet attachement « construit » au territoire national, puisant la force de ses racines dans la coïncidence (espérée parfaite) entre communauté, identité et territoire, va de pair avec la montée de l’individualisme. Ainsi, si les sociétés pré-nationales sont des sociétés holistes53, c’est-à-dire où « le tout » (la société) prime sur ses parties (l’individu)54, la société moderne est individualiste et se fonde sur le principe d’égalité. L’individu est affranchi des cadres, des codes et des « horizons de sens » de sa communauté qui relevaient d’un ordre le dépassant et sur lesquels il ne possédait aucun pouvoir.

  • 55 Voir Dumont L., 1983, et Taylor C., 1998, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, (...)
  • 56 de Tocqueville A., 2002, De la démocratie en Amérique, Paris, Vrin.

33L’individualisme moderne, même s’il émerge précocement (christianisme primitif), prendra corps à la Renaissance chez les élites sociales et spirituelles du nord de l’Europe pour s’épanouir avec l’avènement de la démocratie55. Pour C. Taylor, l’individualisme correspond à « l’affirmation de la vie individuelle », l’affirmation du « je ». Un sentiment d’autonomie s’en dégage et donne l’impression à chacun de jouer un rôle par l’action et/ou par le vote sur le destin collectif. Ainsi, les individus en « s’habituant à se considérer isolément, se figurent que leur destinée est entre leurs mains »56. En fin de compte, les affaires publiques qui concernent tant la communauté que le territoire vont concerner chacun des individus, et ce personnellement.

34Cette entreprise de construction par les processus de mise en norme sociale et de mise en forme sociale va se fortifier au cours du temps et connaître un destin hors du commun, dépassant largement l’espace géographique de sa création se fondant sur une ambition hégémonique d’universalisme.

Notes

1 E. Gellner semble, quant à lui, trouver une synthèse stimulante : « L’économie a besoin à la fois du nouveau type de culture centrale de l’État ; la culture a besoin de l’État ; et l’État a probablement besoin du marquage de son troupeau par une culture homogène, dans la situation où il ne peut pas compter sur des sous-groupes, largement érodés, pour discipliner ses citoyens ou pour leur inspirer ce minimum d’enthousiasme moral et d’identification sociale sans lesquels la vie sociale devient très difficile. […] La relation pure entre un État et une culture moderne est quelque chose de tout à fait nouveau qui naît, inévitablement, des exigences de l’économie moderne. », Gellner E., 1989, Nations et nationalismes, Paris, Payot, p. 197.

2 Voir Foucher M., 2007.

3 Balibar É., 1997, « La forme de la nation », in Balibar É. et Wallerstein I., Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, p. 117-143.

4 Depuis la Révolution française, la Nation est ainsi définie comme une « personne juridique constituée par l’ensemble des individus composant l’État, mais distincte de ceux-ci et titulaire du droit subjectif de souveraineté ». La Nation est un élément de l’État constitué par le groupement des individus fixés sur un territoire déterminé et soumis à l’autorité d’un même gouvernement ; la Nation serait « la substance humaine de l’État » (1936). Nous prendrons le terme de Nation à travers cette conception, excluant pour l’instant les nations sans État et/ou sans territoire.

5 Valéry P., 1988, Regards sur monde et autres essais, Paris, Gallimard, p. 37.

6 Appelée aussi « Modernité classique » par M. Gauchet ou « Haute modernité » par A. Touraine notamment.

7 Bauman Z., 1991, Modernity and ambivalence, Cambridge, Routledge, p. 4.

8 Si dans cette définition Z. Bauman ne fait pas référence à la dimension territoriale du projet moderne, dans son ouvrage La société assiégée il y consacrera de longs développements.

9 Schnapper D., 1994, La communauté des citoyens : sur l’idée moderne de Nation, Paris, Gallimard.

10 Anderson B., 1996, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

11 J. Rex, pour sa part, dissocie « nations ethniques » et États-Nations (modernes). Rex J., 2006, Ethnicité et citoyenneté, Paris, L’Harmattan.

12 Cette notion d’ethnicité est aussi synonyme d’identité pour Laplantine F., 2006, Je, nous et les autres. Être humain au-delà des appartenances, Paris, Le Pommier, p. 55 et suivantes. En prenant pour exemple la France, Hobsbawm considère pour sa part que l’État en appelle à un faux nationalisme ethnique : Hobsbawm E. et Ranger T. (dir.), 1992, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

13 Balibar É., 1997, p. 130-131.

14 Bonny Y., 2004, p. 1998.

15 Voir Gellner E., 1989.

16 Gauchet M., 1998, La religion dans la démocratie : parcours de la laïcité, Paris, Gallimard.

17 Ce passage s’est produit selon Marcel Gauchet au xviie siècle en Europe de l’Ouest. Gauchet M., 1995, La révolution des pouvoirs : la souveraineté, le peuple et la représentation (1789-1799), Paris, Gallimard.

18 Citron S., 1991, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les Éditions ouvrières.

19 Dubet F., 2005, « Pour une conception dialogique de l’individu », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1438.html/.

20 Pour la notion de socialisation, se reporter entre autres à Berger P. et Luckmann T., 1989, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincsieck.

21 Voir Badie B., 1995.

22 Sack R.D., 1997, Homo geograficus, Baltimore/London, Johns Hopkins University Press.

23 de la Pradelle Gouffre P., 1928, La frontière, étude de droit international, Paris, thèse de Doctorat (BNF 23-87), p. 47 et suivantes.

24 Ibid., p. 54.

25 Weber E., 1983, La fin des terroirs, la modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard.

26 Mauss M., 1953-1954, « La Nation », L’année sociologique, Paris, PUF, 3e série, p. 7-68 ; Braudel F., 1979, Civilisation matérielle. Économie et capitalisme, xve- xviiie siècles, Paris, Armand Colin.

27 Le recours à de telles métaphores possède un caractère européano-centrique. À ce propos, les anthropologues connurent les pires difficultés à comprendre les structures familiales non occidentales et eurent recours à des typologies souvent très complexes. Voir à ce propos Lardinois R., 1985, « Peut-on classer la famille indienne ? », p. 29-48, Actes de la recherche en sciences sociales, no 57-58, juin, p. 28-29, et plus généralement Lenoir R., 2003, Généalogie de la morale familiale, Paris, Le Seuil.

28 Bauman Z., 2002, « Identité et mondialisation », in Université de tous les savoirs, L’individu dans la société d’aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, vol. 8, p. 55-70.

29 Renan E., 1947, p. 286.

30 Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil. P. Ricœur parle d’« oubli institutionnel ».

31 Chanet J.-F., 1996, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier (Coll. Histoire).

32 Delannoi G., 1994, « Réflexions sur le nationalisme », p. 84-96, Esprit, Paris, p. 85.

33 Surateau J.-R., 1972, L’idée nationale de la Révolution à nos jours, Paris, Gallimard, p. 34.

34 Liauzu C., 1992, Race et civilisation, l’Autre dans la culture occidentale. Anthropologie historique, Paris, Syros, p. 59.

35 Lacoste Y., 1998, Vive la Nation. Destin d’une idée géopolitique, Paris, Fayard.

36 Braudel F., 1990, p. 12.

37 Kafka F., 1980, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Coll. La Pléiade), p. 323.

38 Touraine A., 1997, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Fayard, p. 36.

39 « Les symboles de la nation ont la même force, la même mystique, la nation se symbolise par son drapeau, comme lui avait son totem ; elle a son culte, la patrie, comme lui avait ses ancêtres animaux-dieux. », in Mauss M., 1953-1954, p. 31.

40 Bonnemaison J. et Cambrezy L., 1996, « Le lien territorial entre frontières et identités », Géographie et cultures, Paris, L’Harmattan, no 20 « Le territoire », p. 7-19.

41 Stock M., 2006.

42 Beck U., 2006, p. 16.

43 Delannoi G., 1994, p. 85.

44 Berger P. et Luckmann T., 1989.

45 Ceque F. Dubet appelle un « programme institutionnel », voir Dubet F., 2005.

46 Claval P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan, p. 61.

47 Maffesoli M., 2003, L’instant éternel, Paris, La Table Ronde.

48 Retaillé D., 2005, « L’espace mobile », p. 175-201, in Antheaume B. et Giraut F. (dir.), Le territoire est mort. Vive les territoires !, Paris, Éditions de l’IRD, p. 199.

49 Bauman Z., 2005.

50 Veschambre V., 1995, « Mobilité, identité, position sociale : l’exemple des professeurs du secondaire public », Cahiers de la Maison de la recherche en sciences humaines et sociales, Caen, Université de Caen, no 4, p. 9-30.

51 Foucher M., 1996, Le défi de sécurité en Europe médiane, Paris, FED, p. 4.

52 Garnier E., 2005, Géographie et culture : la (re)construction territoriale et identitaire d’un groupe social particulier. Les Français d’Algérie aujourd’hui, Grenoble 1, thèse de Doctorat.

53 Dumont L., 1983, Essais sur l’individualisme, Paris, Le Seuil.

54 L. Dumont prend comme référence l’Inde classique, il étendra la notion aux sociétés traditionnelles, antiques et médiévales. Dans les sociétés holistes, l’individu n’existe pas, il est absorbé dans des réseaux complexes où les relations de dépendances, très hiérarchiques, président à sa destinée.

55 Voir Dumont L., 1983, et Taylor C., 1998, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Le Seuil.

56 de Tocqueville A., 2002, De la démocratie en Amérique, Paris, Vrin.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search