Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Deuxième partie. Dans quel monde vivons-nous ? Ce que les chercheurs en ont à dire

Chapitre 6. Ce que les géographes disent des territoires politiques

Texte intégral

Les territoires, une acception politique

1Le terme de « territoire » apparaît dans la langue française à partir du xviie siècle. Dès cette époque, son acception est d’ordre politique et administratif et le terme est défini comme le lieu d’exercice d’un pouvoir civil ou religieux.

  • 1 Voir Balandier G., 1967, Anthropologie politique, Paris, PUF, p. 145.
  • 2 Braudel F., 1990, L’identité de la France, Paris, Flammarion.
  • 3 Dès le xvie siècle, des précurseurs (théoriciens et hommes politiques comme Sully) formulent des r (...)

2Renvoyant aux cadres liés à l’action et à la représentation politiques, la notion de territoire intéressa tout d’abord les sciences politiques1, par les liens avec l’État-Nation que lui donnèrent dès 1648 les traités de Westphalie. Ces traités, aboutissement de longues et meurtrières guerres, érigèrent l’État-Nation et son territoire de légitimité comme socle du droit international. L’Europe, par volonté politique active et intentionnelle, devient avec « force, patience et vigilance »2 un vaste ensemble de territoires nationaux, disposant de frontières précises et reconnues (en théorie) par tous, et sur lesquelles les princes et les monarques doivent exercer leur pleine autorité. Il s’agissait, en ce début de xviie siècle, d’élaborer un nouvel ordre international dont le centre était l’Europe, se fondant sur la constitution d’un monde idéal où seraient assurés à la fois la paix et le bonheur des hommes, se substituant à une société brutale et désorganisée3.

  • 4 Balibar É. et Wallerstein I., 1997, Race, nation, classe, Paris, La Découverte, p. 119 et suivantes
  • 5 Manent P., 2006, p. 47-48.

3Les chercheurs en sciences humaines et sociales ont montré les divers mécanismes de construction de l’État-Nation dans le temps, leurs fondements pré-nationaux4 et la formidable capacité d’adaptation de l’objet aux changements de régimes politiques, et notamment l’adoption du principe démocratique, qui explique en partie son succès et sa longévité5.

  • 6 Badie B., 1995, La fin des territoires, Paris, Fayard.

4Ils ont aussi montré que le territoire national, qui lui était substantiellement lié, a eu pour fonction de dessiner le cadre des allégeances individuelles et de tracer le domaine du contrôle comme celui de l’allocation, notamment sous la forme d’un contrat social et politique, par deux moyens que furent le « monopole de la violence organisée » (Weber) et « la volonté nationale populaire » (Gramsci). En fin de compte, « support exclusif des communautés politiques, marque essentielle de la compétence de l’État, base incontournable de l’obéissance civile, le territoire apparaît dans cette histoire comme fondateur de l’ordre politique moderne, tandis que son aventure se confond très largement avec celle du pouvoir »6.

Les territoires et la géographie politique

  • 7 Voir Lacoste Y., 1990, Paysages politiques, Paris, Le Livre de Poche (Coll. Essais).
  • 8 Ratzel F., 1988 [1897], Géographie politique, Paris, Economica. Le géographe allemand propose une c (...)
  • 9 Ancel J., 1936, Géopolitique, Paris, Bibliothèque d’Histoire et de Politique, p. 8. Le géographe pr (...)
  • 10 Sanguin A.-L., 1996, « La géographie politique », p. 205-206, in Claval P. et Sanguin A.-L. (dir.),(...)

5Les géographes, quant à eux, furent dans un premier temps et selon J.-P. Renard trop occupés à tracer et à cartographier les frontières pour les étudier. La géographie, alors pré-scientifique, était engagée, subjective et utilitaire mais manquait de concepts et de méthodes7. Une approche, fondée en raison scientifique, des territoires nationaux et des frontières nationales se dessine à la fin du xixe siècle. Elle est attribuée à F. Ratzel en Allemagne avec la parution de son ouvrage Geopolitik en 1897, et à J. Ancel en France avec sa Géopolitique parue en 1936. Les deux conceptions s’opposeront et J. Ancel consacrera l’introduction de son ouvrage de 1938 à une critique de la Geopolitik8 du géographe allemand et de ses épigones (Kjellen et Haushofer), au motif, entre autres, « qu’elle contient un danger double : déterminisme physique, nationalisme politique »9. La disparition prématurée du géographe français et les alliances néfastes et mortifères de la géopolitique allemande avec le régime nazi entachèrent ce nouveau champ de recherche et « les géographes français semblèrent être victimes du syndrome d’Haushofer : on évitait un secteur que les compromissions nazies et fascistes avaient terni »10.

  • 11 Brunet R., 1980, « Préface », p. 5-10, in Raffestin C., Pour une géographie du pouvoir, Paris, Lite (...)

6Il faudra attendre les années 1970 pour que le champ de la géopolitique s’ouvre à nouveau en France et dépasse ce que R. Brunet appelle « les excès de la honte-de-la-famille »11. Cette ouverture s’est faite en grande partie sous l’impulsion de deux auteurs : Yves Lacoste et Claude Raffestin.

  • 12 Lacoste Y., 1976, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero.
  • 13 Lacoste Y., 1983, « Éditorial », Hérodote, Paris, La Découverte, no 28, p. 3-5.

7Pour le premier, elle correspond à la parution en 1976 de son ouvrage La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre12 et du lancement de la revue Hérodote. À ce propos, le terme de « géopolitique » ne prendra sa place de sous-titre de la revue qu’en 1983 : « En 1976, il n’était pas question de faire référence à la géopolitique. Nous n’en avions même pas l’idée, car, à l’Ouest comme à l’Est, ce terme était synonyme de nazisme, c’est-à-dire l’inverse de nos opinions politiques13. »

  • 14 Ibid., p. 4.
  • 15 Ibid.

8Dès les premiers numéros, la revue fixe ses intentions et notamment celle de « contribuer à renouveler d’une façon décisive les visions des rapports de forces mondiaux et des conflits internationaux »14, et ce en se départissant du recours au seul système explicatif économique, à l’époque dominant voire hégémonique. Une ouverture est alors proposée pour prendre en compte d’autres facteurs, historiques, sociaux et idéologiques, afin que « de nouveau, ils [les géographes] envisagent les territoires comme des espaces politiques plus ou moins conflictuels, comme enjeux d’actuelles rivalités de pouvoir et même comme terrain de conflits armés » en insistant sur la nécessité « de prendre en compte les temps courts et même très courts »15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., p. 5.

9Cette géographie politique s’affiche engagée (le contexte s’y prête bien sûr), notamment par « une critique acerbe, mais positive, de la géographie des professeurs »16 et par la fonction « pédagogique » dont elle se dote « pour qu’un nombre croissant de citoyens soient capables de raisonner rationnellement en termes géopolitiques, sans dépendre seulement des médias et des groupes de pression qui les manipulent »17. Dans ce champ ouvert, il s’agit en effet de comprendre les logiques spatiales des États, entre autres par le truchement des rapports de force qu’ils entretiennent entre eux.

  • 18 Brunet R., 1980, p. 5. Cette critique est forte si l’on se réfère aux grandes thèses notamment de P (...)
  • 19 Debarbieux B., 2003, « Le territoire en géographie et en géographie grenobloise », in Debarbieux B. (...)

10Si une lecture politique et géopolitique de l’espace géographique apparaît aujourd’hui comme aller de soi, la prise en compte de la dimension politique des territoires dans leur genèse et leur développement était alors objet de toutes les défiances de la part de la communauté scientifique : « Le simple mot “politique” choquait comme une incongruité : ce fut, pour des dizaines d’années, l’étude de ville sans acteurs, de campagnes sans propriétaires, d’industries sans entrepreneurs, d’États sans gouvernants. Bref, une géographie sans pouvoir18. » Il est vrai que jusque dans les années 1970, les géographes français, si l’on excepte les travaux de Jean Gottman qui fit l’essentiel de sa carrière aux États-Unis, concentreront leurs efforts autour des notions de « milieu » au sein d’une géographie naturaliste et de « région » qui fera les heures de gloire de la géographie française19.

  • 20 Renard J.-P. (dir.), 1997, La géographie et les frontières, Paris, L’Harmattan, p. 41.
  • 21 Debarbieux B., 2003, p. 37.
  • 22 Voir à ce propos Berdoulay V., 1995.

11Ce ne sera qu’à la faveur de grands événements politiques que les géographes s’intéresseront aux découpages des territoires politiques et administratifs et entretiendront une relation intellectuelle avec le pouvoir. Pour exemple, de Martonne et ses collègues siègeront au côté de Clemenceau à la Conférence de la Paix en 191820 ; Raoul Blanchard sera sollicité en 1919, au moment de la mise en place de régions dites « Clémentel » ; Germaine Veyret, en 1959, apportera ses avis lors de la création des régions dites « de programme »21. Nous ne pouvons malgré tout pas oublier ici le rôle capital des géographes et de la géographie, tout au long de la IIIe République, dans la diffusion de l’idéologie républicaine et dans l’appropriation collective du territoire national22.

  • 23 Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, p. 129.
  • 24 Ibid.

12Au-delà des travaux de Y. Lacoste et de leur impact sur la communauté des géographes, c’est à C. Raffestin que l’on doit la dimension conceptuelle qui lui faisait alors défaut. En effet, en 1980, ce dernier définit le territoire qu’il qualifie de « concept »23 et le situe dans le champ sémantique de la géographie. S’appuyant sur les travaux de H. Lefèbvre, la définition donnée, imprégnée des écrits sur le pouvoir de M. Foucault, présente le territoire comme un espace de projection et de légitimation d’un pouvoir : « Le territoire est généré à partir de l’espace, il est le résultat d’une action conduite par un acteur syntagmatique (acteur réalisant un pouvoir) à quelque niveau que ce soit. En s’appropriant concrètement ou abstraitement un espace, l’acteur territorialise l’espace24. »

  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Debarbieux B., 2004, p. 12.
  • 28 Raffestin C., 1980, p. 3.
  • 29 Brunet R., 1980, p. 6.

13L’avantage de cette définition est double. D’abord, elle éclaircit les liens entre les deux concepts d’espace et de territoire, employés généralement indistinctement. En proposant une relation de type génétique (« L’espace est en position d’antériorité par rapport au territoire »25) enchâssée dans une dimension sociale (« L’espace est la prison originelle, le territoire est la prison que les hommes se donnent »26), C. Raffestin va au mieux inviter les géographes à se positionner et à entrer dans le débat, et au moins à ne plus penser les concepts d’espace et de territoire implicitement27. Ensuite, cette définition ne se cantonne pas aux pouvoirs exercés par les seuls États (« La géographie politique classique est, en fait, une géographie de l’État qu’il fallait dépasser en proposant une problématique relationnelle dont le pouvoir est la clé »28). En effet, il demande à la géographie politique « de traquer le politique ou, mieux, le pouvoir, partout où il est – et il est partout : aux autres échelles, le régional, le local [nous rajouterons, plus de trente ans après, le mondial], et dans l’ensemble des relations sociales »29. Malgré tout, le pouvoir est, de façon majoritaire, pris dans son sens institutionnel mais abordé au prisme de diverses échelles.

  • 30 Nous y reviendrons plus tard. Malgré tout, précisons que P. Claval réfléchira aux liens entre géog (...)

14Cet ouvrage sera relayé par d’autres et le concept de territoire fera l’objet, dans le champ de la géographie30, d’un fort engouement littéraire qui dépassera sa seule dimension politique comme nous le verrons dans la partie suivante.

Notes

1 Voir Balandier G., 1967, Anthropologie politique, Paris, PUF, p. 145.

2 Braudel F., 1990, L’identité de la France, Paris, Flammarion.

3 Dès le xvie siècle, des précurseurs (théoriciens et hommes politiques comme Sully) formulent des règles à partir du droit naturel pour limiter les excès de la guerre et de la conquête. En 1623, le Hollandais Hugo Grotius publie le De Jure Belli et Pacis, où il propose de constituer une « société mutuelle » entre les Nations, autrement dit une organisation internationale. Son ouvrage, qui obtint un succès immédiat, est considéré comme un code de droit international public. Se référer à http://www.diplomatie.gouv.fr/archives/dossiers/westphalie/.

4 Balibar É. et Wallerstein I., 1997, Race, nation, classe, Paris, La Découverte, p. 119 et suivantes.

5 Manent P., 2006, p. 47-48.

6 Badie B., 1995, La fin des territoires, Paris, Fayard.

7 Voir Lacoste Y., 1990, Paysages politiques, Paris, Le Livre de Poche (Coll. Essais).

8 Ratzel F., 1988 [1897], Géographie politique, Paris, Economica. Le géographe allemand propose une conception évolutionniste et biogéographique de la frontière, qui dépendrait selon lui en grande partie du degré de « civilisation » de chaque peuple. Il défendra, entre autres, les notions d’espace de propagation et d’espace vital.

9 Ancel J., 1936, Géopolitique, Paris, Bibliothèque d’Histoire et de Politique, p. 8. Le géographe propose une approche constructiviste de la frontière attachée à la définition française de la Nation (voir Renan E., 1997, Œuvres complètes, tome 1, Paris, Calmann-Lévy, p. 903 et suivantes).

10 Sanguin A.-L., 1996, « La géographie politique », p. 205-206, in Claval P. et Sanguin A.-L. (dir.), La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, p. 205.

11 Brunet R., 1980, « Préface », p. 5-10, in Raffestin C., Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, p. 5.

12 Lacoste Y., 1976, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero.

13 Lacoste Y., 1983, « Éditorial », Hérodote, Paris, La Découverte, no 28, p. 3-5.

14 Ibid., p. 4.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 5.

18 Brunet R., 1980, p. 5. Cette critique est forte si l’on se réfère aux grandes thèses notamment de P. Georges, de E. Juillard ou de B. Kayser. Georges P., 1935, La région de Bas-Rhône : étude de géographie régionale, Paris, thèse d’État ; Juillard E., 1953, La vie rurale dans la plaine de Basse-Alsace : essai de géographie sociale, Strasbourg, thèse d’État ; Kayser B., 1958, Campagnes et villes de la Côte d’Azur. Essai sur les conséquences du développement urbain, Monaco, Éditions du Rocher.

19 Debarbieux B., 2003, « Le territoire en géographie et en géographie grenobloise », in Debarbieux B. et de Bernardy M. (dir.), Le territoire en Sciences Sociales. Approche disciplinaire et pratiques de laboratoires, Grenoble, MSH-Alpes, p. 35-45.

20 Renard J.-P. (dir.), 1997, La géographie et les frontières, Paris, L’Harmattan, p. 41.

21 Debarbieux B., 2003, p. 37.

22 Voir à ce propos Berdoulay V., 1995.

23 Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, p. 129.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Debarbieux B., 2004, p. 12.

28 Raffestin C., 1980, p. 3.

29 Brunet R., 1980, p. 6.

30 Nous y reviendrons plus tard. Malgré tout, précisons que P. Claval réfléchira aux liens entre géographie et pouvoir. Claval P., 1978, Géographie et pouvoir, Paris, PUF.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search