Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Première partie. Le proche et le lointain. Le choix des objectifs

Chapitre 5. Les espaces frontaliers, espaces en mutation

Texte intégral

Le Grand dérangement : le 31 décembre 1992

1De ces deux foisonnantes années 1992 et 1993, je n’en retiendrais qu’une, et pour cette année choisie, un seul événement : le 31 décembre 1992, jour où entre en vigueur la mesure de suppression des frontières intérieures dans le cadre de l’Acte Unique de la Communauté Européenne.

2Cet événement n’a pas de valeur particulière sinon celle d’être un événement parmi d’autres, ni plus sensationnel, ni plus exotique. Pourtant, si on le place dans la focale de l’objectif géographique, il révèle bien des richesses. En effet, une nouvelle donne territoriale en émerge, se situant à la jonction de la création intentionnelle d’une échelle politique supra-nationale (l’Europe) et d’une échelle locale prescrite à reconstruire son espace de sociabilité et à repenser son intégration identitaire dans cet ensemble ouvert, plus vaste et se situant au-delà des limites des États-Nations.

3Les espaces concernés par la mise en œuvre de cette nouvelle donne territoriale sont, en premier lieu, les espaces frontaliers. En effet, par cette mesure, ils ont changé progressivement de statut. Leur statut de périphérie nationale s’est étiolé au profit d’un statut d’espace ordinaire, sans qualité et dont la localisation n’est plus stratégique sauf pour quelques-uns qui, du fait de leur histoire ou de leurs potentiels économiques, caressent le projet soit de se constituer en entité politique autonome dialoguant directement avec l’Europe (Catalogne), soit de recréer un espace historique que les États-Nations avaient scindé dans leur processus de construction (Pays Basque).

  • 1 Foucher M., 1998, La République européenne, entre histoires et géographies, Paris, Belin.

4Ces mutations de facture géopolitique (vers la mise en place d’une Europe constituée institutionnellement et capable de faire poids au niveau mondial) ont entraîné une sorte de dessaisissement, partiel et volontaire, d’une partie des pouvoirs des États membres et notamment celui relevant de leur capacité propre au développement. Si l’idéologie dominante selon laquelle l’État-Nation est une entité territoriale bien mal adaptée à l’intégration économique mondiale, les oppositions politiques (entre les différents partis politiques) mais aussi sociales (pensons ici aux résultats des élections pour l’adoption de la Constitution Européenne en 2005) portent bien plus sur la nature de l’échelle1 et sur le contenu de l’entité supranationale (quelle Europe ?) à construire.

  • 2 Il s’agit d’une des mesures contenues dans l’Acte Unique (1986). Pensons aussi au Traité de Scheng (...)
  • 3 Nous renvoyons à ce propos aux divers travaux de géographes (Raffestin, Foucher, Paassi, etc.), et (...)

5La suppression des frontières en 1992 constitue une de ces avancées2. Elle est une sorte de tentative vers la mise en place d’un territoire vaste et incluant des territoires nationaux d’échelle plus petite pour la construction d’un nouveau territoire opératoire et adapté aux mutations économiques mondiales. L’impact sur chacun des territoires nationaux est aussi à pointer puisque, en perdant leurs frontières, ils perdent de leur substance. Clairement délimités, ils constituaient l’espace (quasi) obligé de l’exercice de la souveraineté, de l’adhésion des groupes à des obligations citoyennes communes, de pratiques sociales et culturelles ajustées les unes aux autres et permettant un « vivre-ensemble » relativement bien intégré de ses membres. Ils permettaient aussi une identification territoriale majoritairement acceptée et permettant « un être-ensemble » protecteur car construisant, entre autres, une image claire et signifiante des territoires alentours ou plus éloignés, ceux d’au-delà des frontières3.

  • 4 Fonctions qui ont donné lieu à diverses typologies. Voir, entre autres, Raffestin C., 1974, « Élém (...)
  • 5 Manent P., 2006, La raison des nations. Réflexions sur la démocratie en Europe, Paris, Gallimard, p (...)

6Perdant de leur fonctionnalité, les espaces frontaliers qui leur étaient consubstantiellement liés ont tout autant connu ces mutations. Ainsi, sortant du modèle centre/périphérie, ils ont perdu leur qualité d’espaces de contacts et de ruptures économiques, sociales et culturelles avec les espaces voisins4. Si nous avons parlé d’une perte de qualité, nous entendons par là la perte de fonctionnalité spécifique liée à leur localisation à proximité d’une frontière. La suppression de cette dernière les contraint en effet à n’être qu’une partie, comme les autres, d’une entité politique plus vaste (département en France, communauté autonome en Espagne, Lander en Allemagne, etc.), soumise elle-même aux règles de la nouvelle hiérarchie territoriale au sein d’une Europe cherchant son optimum territorial. Tournant décisif qui, selon Pierre Menant, détache l’instrument des corps politiques nationaux et fait de l’Europe un « artifice » cristallisé en « une Idée dotée d’une légitimité supérieure à toutes autres et munie de mécanismes institutionnels capables de recomposer tous les aspects de la vie des Européens »5 et, nous rajouterons, capable de recomposer tous leurs territoires.

Quelle entrée pour cerner le Grand dérangement ?

  • 6 Voir Harguindeguy J.-B., 2005, L’Europe par les frontières ? La mise en œuvre de l’initiative comm (...)

7Pour mesurer l’impact de ces bouleversements institutionnels sur les espaces frontaliers, nous buttons sur la mesure de leur métrique. En effet, si les géographes, politistes et juristes se sont intéressés précocement aux frontières internationales comme ligne de démarcation et de partage, leur intérêt pour les espaces qui les bordaient est plus tardif6.

8La métrique pertinente des espaces frontaliers n’a jamais été réellement définie. Entité administrative de base (les communes par exemple pour la France), aire de contrôle des autorités douanières ou policières, zone d’influence économique liée aux échanges licites ou encore illicites, nouvelles zones d’intervention des programmes de coopérations transfrontalières de la Communauté Européenne (programmes Interreg), nous savons où ces espaces commencent (à la frontière) mais il est plus délicat de savoir où ils se terminent. Peut-être, et telle est notre proposition, la solution pour cerner leur métrique et plus encore leur substance est d’entrer dans leur épaisseur humaine. Il faut s’en remettre aux individus qui, dans leur quotidienneté et au fil des générations, ont connu et vécu le temps où les frontières serraient les territoires nationaux et ensuite le temps de leur desserrement.

  • 7 Cette dernière dimension a été particulièrement étudiée pour les frontières africaines et beaucoup (...)

9Cette entrée par l’individu possède plusieurs avantages. D’abord, elle permet de se dégager d’une analyse descendante du pouvoir qui considère que les frontières sont exclusivement des coupures géopolitiques qui soit ont peu d’impacts majeurs sur les sociétés qu’elles touchent, soit sont des artifices spatiaux déchirant des peuples, des langues et des cultures qui, par réaction, ruse ou résistance, participeraient à l’émergence d’espaces alternatifs structurant d’autres types de relations et notamment celles relevant de l’économie informelle (contrebande et flux migratoires)7. Une analyse ascendante considère au contraire que le pouvoir, ses valeurs, ses normes et ses structures spatiales sont intégrés par les individus, avec plus ou moins de réussite mais toujours a minima. Pour le dire autrement, si les individus vivent (pratiquent, s’approprient, rêvent, etc.) dans un espace donné, aboutissement d’un processus de territorialisations multiples d’un ou de plusieurs pouvoirs, cet espace et tous ses attributs sociaux font partie de lui-même. Intégré par divers canaux (par éducation ou par expérimentation), il en connaît les découpages, les hiérarchies, les continuités et les discontinuités et avec eux ses obligations et ses droits.

10Ainsi, placer l’individu au centre, c’est approcher les divers pouvoirs en action (quels qu’ils soient et de toutes les manières dont ils se manifestent), leurs efficiences et leurs efficacités spatiales.

  • 8 Balandier G., 2005, Le grand dérangement, Paris, PUF.

11Ensuite, le contexte socio-spatial contemporain, notamment lié aux processus massifs de déréglementations dont la mondialisation économique est pourvoyeuse, se manifeste par une remise en cause des ordres sociaux et spatiaux établis dans ce que G. Balandier appelle le « Grand dérangement »8.

12Si le desserrement des prescriptions territoriales (et la suppression des frontières au sein de la Communauté Européenne en est une manifestation) est incontestable, de nouvelles entreprises transformatrices sont à l’œuvre. En effet, les individus et les groupes continuent malgré tout d’agir, d’expérimenter et de construire, mais à partir de logiques qu’il est encore difficile de cerner.

  • 9 Voir Stock M., 2006, « L’hypothèse de l’habiter poly-topique », EspacesTemps.net, http://espaceste (...)

13Loin de penser que les individus sont dorénavant autonomes et qu’ils jouissent d’une liberté débridée, nous pensons qu’ils sont toujours soumis à des « pouvoirs », mais des pouvoirs plus nombreux (segmentés), d’une autre nature, et qu’ils se manifestent par une foule de canaux ayant des impacts tant sociaux que spatiaux plus ou moins hégémoniques. Ces nouvelles formes de pouvoirs (économiques, sociaux, culturels et donc spatiaux) agrandissent et diversifient le champ des possibles des expériences spatiales. Elles favorisent ainsi les pratiques multiples et les identifications plurielles, bouleversant les liens sédentaires à l’espace, les rapports à l’autre, les identités « mono-topiques »9 et les imaginaires consacrant la stabilité spatiale. Elles obligent les individus à des choix conditionnés par la capacité de séduction de pouvoirs concurrents ou parfois complémentaires, mais toujours segmentés.

14Ainsi, placer l’individu au centre, c’est approcher la diversité des choix sociaux, économiques, culturels, politiques offerts et leurs conséquences dans les recompositions territoriales telles qu’on les observe aujourd’hui.

15Enfin, la prise en compte de l’individu entre dans le contexte scientifique de la géographie contemporaine. En effet, l’embarras que provoque aujourd’hui l’analyse des recompositions territoriales et des territorialités désordonnées invite à un rapprochement avec l’individu pour mieux comprendre les territoires qui se composent et se recomposent. Pour cela, il s’agit de considérer que la parole et le récit sont une alternative à la compréhension des phénomènes contemporains, comme nous y invitent les défenseurs de l’approche post-moderne. En prenant en compte « l’infra-social » et « l’infra-territorial », la posture adoptée n’est pas atomiste, mais rend possible des « incursions extra-territoriales » selon l’expression de Moscovici, c’est-à-dire permet d’envisager d’autres rationalités et d’autres explications liées à d’autres savoirs et d’autres imaginaires que ceux des structures politiques, économiques ou scientifiques. Le passage par le sujet ne saurait ainsi être seulement un biais pour remédier à une certaine vacuité conceptuelle dont la géographie souffre aujourd’hui.

16Ainsi, placer l’individu au centre, c’est approcher les recompositions territoriales sans savoir ce qu’elle vont devenir, si elles vont se stabiliser ou continuer à connaître des mouvements de plus ou moins grande ampleur. Ces nouveaux territoires, mis en place par les individus et n’entrant souvent que partiellement en cohérence avec les territoires politiques, sociaux ou culturels institutionnels, invitent à une nouvelle forme d’exploration et de découverte géographiques qui, comme dans les temps anciens de la discipline, avaient mené les pas des premiers géographes.

Petite géographie d’un homme de la frontière

17Par cette entrée, nous poserons ici les premiers jalons du questionnement général qui fera l’objet des parties suivantes et qui tourne autour des interrogations ci-dessous :

  • Comment les individus pratiquent-ils des espaces en mutation en se libérant (et à quels degrés) des prescriptions territoriales anciennes ?
  • Quels types de déterminismes orientent le choix de leurs pratiques spatiales ?
  • Quelles significations sont attribuées par les individus à ces espaces en mutation ?
  • Quels types et quelles formes d’identifications spatiales sont sollicités ou revendiqués ?
  • 10 Cinq entretiens semi-directifs longs (entre 2 et 5 heures).
  • 11 Cet informateur constitue en quelque sorte le fil de mes recherches sur la problématique frontaliè (...)

18Nous tenterons, dans ce développement, d’apporter les premières orientations possibles aux questions « armatures » posées. Pour ce faire, le choix est ici de s’appuyer sur l’analyse d’entretiens10 effectués entre 1991 et 2004 auprès d’un informateur ayant passé sa vie à Hendaye (commune des Pyrénées-Atlantiques, frontalière avec l’Espagne). Il fut, pour moi, ce qu’il est coutume d’appeler un « informateur ressource »11. Ces entretiens, menés en même temps que de nombreux autres, ont été utilisés pour divers travaux relatifs à la question frontalière. Il s’agit maintenant d’en faire une synthèse. Pour cela, mon choix n’est pas de suivre leur chronologie mais d’activer les propos de mon interlocuteur autour de la problématique de recherche qui est aujourd’hui la mienne. Il s’agit donc ici d’une construction.

19Cette audace méthodologique, dont je prends la responsabilité, est conditionnée par plusieurs années de recherche et une connaissance du terrain qu’est cette zone frontalière des Pyrénées occidentales. Commencer ce travail par une réflexion sur les frontières et leurs mutations résulte, d’abord et bien sûr, de la maturation d’une réflexion entreprise sur cet objet depuis plus de dix ans. Ensuite, cet objet apparaît particulièrement pertinent car il est un bon test permettant de mesurer la fragilité inséparable de toute construction institutionnelle. En ce sens, la frontière est, pour nous, le point sensible des territoires.

  • 12 Balandier G., 1983, « Préface », p. 7-9, in Ferrarotti F., Histoire et histoires de vie. Méthode bi (...)

20De plus, ce choix est à appréhender sur trois niveaux. Tout d’abord, je considère cet interlocuteur comme représentatif d’un type de population frontalière, celle ayant vécu deux temps (celui où la frontière possédait toutes ses fonctions et celui de sa suppression institutionnelle), et deux espaces (un espace fortement discontinu, tronqué par une ligne matérialisée, et un espace de discontinuité adoucie où la ligne ne contraint plus les passages et les échanges). Ensuite, cette synthèse doit être prise, d’un point de vue méthodologique, comme une « pré-enquête », c’est-à-dire comme un moyen de tester, malgré tout, les hypothèses de travail. Enfin, en considérant cette synthèse comme une histoire de vie, elle permet « d’accéder (par l’intérieur) à une réalité qui dépasse le narrateur et le façonne »12. Les histoires de vie, initiées et développées par les chercheurs de l’École de Chicago, sont aujourd’hui réinvesties par la sociologie moderne comme une alternative à la sociologie quantitative dans la mesure où elles semblent permettre, à l’instar de cette dernière, de cerner les mutations sociales contemporaines. Pour notre discipline, ne pourrions-nous pas tout autant considérer qu’à côté d’une « grande géographie » (historique), celle des politiques ou des scientifiques, il existe des « petites géographies » (populaires) qui leur sont consubstantiellement liées ?

  • 13 Nietzsche F., cité in Ferrarotti F., 1983, p. 32-33. Les termes entre crochets ont été rajoutés par (...)

21Ces « petites géographies » non « géographicistes » permettent de mettre en évidence des convergences à l’intérieur d’un horizon géographique et historique donné. Nous pouvons, par analogie, suivre Nietzsche lorsqu’il écrit : « Ce qui est petit, limité, croulant et décrépi acquiert un décor propre et une intangibilité lorsque l’âme de l’homme enraciné en un lieu, protectrice et vénérable, se transmet dans ces choses et s’y prépare un nid familier. L’histoire [la géographie] de sa ville devient pour lui une histoire [une géographie] personnelle ; comprendre les remparts, la porte avec ses tours, l’arrêté communal, la fête populaire comme journal [le paysage] de sa propre jeunesse trouvant par lui-même et dans tout ceci, sa force, son enthousiasme au travail, son plaisir, son opinion, sa folie dans ces modes grossiers. Il se dit qu’ici on pouvait vivre puisqu’on peut vivre ; ici, on pourra vivre parce que nous sommes obstinés et qu’il n’est pas possible de s’en aller en pièces dans le courant d’une nuit. Ainsi, avec ce “nous”, il regarde au-delà de l’éphémère et extravagante vie individuelle et se sent comme l’esprit de la maison, de la lignée, de la cité13. »

  • 14 Police de l’Air et des Frontières.

Je suis né, ici, à la frontière, en 1927, je connais tout d’ici, les moindres coins. Je vous dis à la frontière car tout tournait autour de la frontière. Ici, à Hendaye, il y avait les douaniers, la Paf14, les transitaires et les cheminots. Ça faisait du monde, il n’y avait pas de chômage, à l’époque. Et puis, avec la frontière, on était chacun chez soi, les Espagnols d’un côté et nous les Français de l’autre, pas de confusion. On ne se connaissait pas, on se voyait mais on ne se connaissait pas, on s’arrangeait disons.
Ils sont venus ici avant 36, mais c’étaient des barons, des comtes, des gens importants. En 36 et surtout au moment de la bataille d’Irun, on les a vus débarquer avec leurs paquets, c’était triste. Et là, c’étaient pas des gens importants, des pauvres gens c’étaient. Leur malheur, il a continué avec Franco. Moi, je travaillais à la SNCF, et tous les jours, à l’aller et au retour le soir, ils venaient par trains entiers travailler ici, à Saint-Jean [de-Luz], à Bayonne, il paraît qu’il y en avait qui allaient jusqu’à Pau. Nous, ça nous arrangeait, enfin, je veux dire la France, c’étaient des ouvriers vaillants, mais moins que les Portugais quand même, pour pas cher. Ça nous dépannait bien à nous aussi, on avait tous une petite bonne espagnole pour garder les gosses. C’était bien pour elles, nourries et parfois logées, elles étaient contentes et nous, on avait pas besoin de crèche. D’ailleurs, il y en avait pas.
Il [des Espagnols] y en avait qui mettaient leurs gosses à l’école ici et après à Saint-Jean, ils avaient le goût pour le français, les musées et tout ça, enfin les riches. Nous, nos gosses, ils allaient à l’école ici, jamais on aurait pensé à les envoyer là-bas. Pourquoi ? Boh, je sais pas car l’espagnol ça a pas la même réputation que le français. C’était mieux, enfin pour moi, de savoir parler le français que l’espagnol.
Nous, on y allait en Espagne mais pas loin, à la frontière mais c’est quand même l’Espagne. On allait, comme ça, faire les courses, car c’était intéressant, vraiment intéressant [financièrement] à une époque. Vous allez rire, la première fois que je suis allé à Saint-Sébastien, j’avais 27 ans, avec ma femme car elle était Espagnole. Je l’ai rencontrée ici, elle venait travailler. Vous voyez ce que ça peut faire faire, l’amour. Boh, mes parents, ils étaient pas très contents d’avoir une belle-fille espagnole mais bon, c’était comme ça, j’étais fougueux à l’époque.
Après, on allait voir sa famille à ma femme pour les fêtes ou comme ça. Moi, ça me plaisait pas trop, je me sentais pas chez moi. Vous comprenez, j’ai toujours été ici, mon père a fait la guerre, moi, j’ai chanté « Maréchal nous voilà » à l’école, j’ai fait l’armée et tout ça. Alors, je préférais aller à Saint-Jean ou à Bayonne que de l’autre côté. Et puis, c’était comme ça, chacun chez soi, c’était pas compliqué, eux, c’était eux et nous, c’était nous.
Boh, on faisait aussi un peu de contrebande mais pas beaucoup par rapport à certains. Quelques bouteilles de Ricard, quelques oranges qu’on piquait dans les containers qui arrivaient d’Espagne. C’est rien ça et puis, on pouvait pas faire autrement, ça faisait partie de la vie d’ici. Y a que les couillons et les douaniers qui en faisaient pas. Enfin, je dis les douaniers mais ils s’arrangeaient. Vous pourrez l’écrire dans votre étude car tout le monde le sait et puis, c’est fini tout ça.
Après, quand ils ont dit que la frontière, elle n’existerait plus, je me suis demandé ce qu’il allait se passer. Je me suis dit : « Ça va être le bordel ». Et puis le jour J, eh bien les douaniers sont partis, les transitaires se sont retrouvés dans la merde. Ce qui m’a fait quelque chose, c’est quand ils ont enlevé le drapeau. Je me suis dit : « Là, mon vieux, tu connais un truc historique ». Les vieux qui sont morts, on leur aurait dit qu’il y aurait plus de frontière, ils auraient jamais cru, et pourtant. Moi, j’étais contre, d’ailleurs j’avais voté non pour Maastricht, je pensais que c’était de la connerie de supprimer la frontière, car on était habitué et c’était important pour nous et pour la France aussi.
Ce qui s’est passé, ça s’est pas fait du jour au lendemain mais il s’en est passé. D’abord, ils sont venus d’à côté, et aussi de plus loin, pour acheter des maisons. Au début, ils arrivaient avec des valises pleines de billets. Remarque, y a rien à dire, ils avaient le droit.
Et puis, on leur a construit des quartiers pour eux tout seul. Ils sont ici chez eux, ils sont même au conseil municipal. Ils disent qu’ici c’est moins cher pour avoir une maison et en plus, ils trouvent que c’est mieux de ce côté, les plages sont plus belles, y a moins de monde, c’est encore la nature, c’est pas comme là-bas, y a du monde partout et c’est pollué. Maintenant d’ailleurs, on dit qu’ici, c’est le Pays Basque. Avant si on parlait basque, c’était pas très bien vu. Il fallait savoir le français, maintenant il y a que cette chose qui compte. Donc, je suis Basque et Français, faut pas l’oublier quand même. Mon fils, il me dit qu’il faut que je m’adapte, que c’est comme ça maintenant.
[Donc] ils ont acheté des maisons, ils sont dans les associations ici, ils font les courses ici, ils envoient leurs gosses à l’école ici. On peut plus reconnaître s’ils sont Espagnols surtout quand ils parlent basque en plus. Les gens et même les vieux comme moi, on y va aussi facilement maintenant en Espagne, pour un oui pour un non, boire un coup, faire le plein, on va même à Saint-Sébastien. Il y en a même qui sont partis habiter là-bas, et ils sont contents. Une copine de mon fils, elle vit à Saint-Sébastien, c’est elle qui l’a voulu comme ça. Moi, je dis que ça lui fait de la route car elle travaille à Bayonne mais mon fils, il dit que c’est pas pire qu’à Paris.
Mais bon, à force, on sait plus qui on est, mon fils, il dit qu’on est Basque et Européen même citoyen du monde. Dès fois, quand il rentre de vacances, car il va loin en vacances, ils gagnent de l’argent avec sa femme alors il peut se permettre, il dit qu’il se sent proche des gens qu’il a rencontrés. Nous les Espagnols, on les aimait pas. On leur donnait des noms d’oiseaux et puis, on trouvait qu’ils étaient trop exubérants, même quand ils sont à côté, ils ont besoin de parler fort. Je leur disais à la gare à ceux avec qui je travaillais : « Putain, parle moins fort, je suis à côté », mais c’était comme ça, c’était plus fort qu’eux.
Mais, il faut reconnaître qu’ils ont fait des progrès. Dans le journal, on le voit : « L’Espagne par-ci, l’Espagne par-là ». On s’en rend compte quand on les voit comme ça avec leurs belles voitures, ils sont comme nous maintenant, peut-être mieux. Ça fait quelque chose quand même quand on les a connus comme avant. C’étaient des misérables. Mais quand même, ils ont bien profité du pognon de l’Europe.
Autrefois, on se posait pas de question, on était de là et puis voilà. Les voyages, c’était pour l’armée ou pour aller à l’école pour devenir fonctionnaire, des fois à Paris pour voir ses gosses ou pour visiter et puis à la foire internationale à Bordeaux. Alors maintenant, on va à droite, on va à gauche. Té moi, je suis allé à l’aquarium de Saint-Sébastien et aussi au Futuroscope.
Mon fils, il veut m’emmener voir le musée à Bilbao, il paraît que c’est beau. Mais, je suis vieux maintenant, je peux pas faire comme si j’avais 20 ans et puis ça coûte cher, à force d’aller à droite et à gauche. D’ailleurs quand j’avais 20 ans, c’était pas comme ça, on avait moins de pognon et les gens, ils étaient bien là où ils étaient, ils pensaient pas à partir du moment qu’ils avaient du boulot. Le boulot, la femme, les gosses et puis toute la famille et voilà, tranquille. Mon fils, il dit que ça ouvre l’esprit de partir, qu’on est moins con. Moi, je sais pas mais j’ai l’impression que des cons y en a autant qu’avant. Les petits-fils, ils sont partis faire leurs études à l’étranger. Je sais pas s’ils sont moins cons que moi, mais on les voit plus. Ils écrivent sur l’ordinateur mais c’est pas pareil. Mon fils, il dit que je répète toujours la même chose et qu’ils sont heureux et que c’est bien pour eux. Autrefois, on se demandait pas si on était heureux, on était heureux, ici, près de la frontière, on a travaillé avec la femme pour élever le petit, on a construit la maison, on allait voir les copains, on allait faire un tour au bal du 14 juillet ou à la fête, on se faisait une joie d’aller à Bayonne, on y allait pour la braderie des fêtes de Bayonne. Moi, je dis, et ça énerve mon fils, que c’est plus compliqué qu’avant, que les gens, à vouloir être heureux, ils finissent pas être tristes, té, vous avez qu’à regarder autour de vous, les gens ils se plaignent tout le temps.

Questions « d’une petite géographie » à la géographie

22Pour cerner les mutations connues et vécues par l’espace frontalier de notre interlocuteur, notre proposition est de repartir de l’image du « Grand dérangement » proposée par G. Balandier. Ce dernier emprunte l’expression à l’histoire acadienne. Ainsi, en refusant de prêter allégeance aux Anglais, les Acadiens vont se voir condamnés à un exil collectif vers la Louisiane et obligés de construire et de reconstruire leur cohésion ailleurs, dans un espace alors inconnu.

  • 15 Balandier G., 2005, p. 3.

23L’utilisation de cette image par métaphore permet à l’auteur d’approcher ce qu’il appelle le « Grand dérangement » contemporain, qui « marque le passage, par rupture, d’un passé défait à un présent où l’inédit s’étend, où le devenir se produit dans la transformation continue sans achèvements identifiables »15.

  • 16 Ibid.

24Mais ici et maintenant, le passage n’est pas conditionné à un exil, à un déplacement dans l’espace même s’il s’agit « d’une perte – celle du lieu où une histoire particulière et une identité ont créé un état d’attachement – et une appropriation – celle du lieu où tout doit commencer à nouveau, autrement »16. En effet, dans le cas qui nous intéresse, le (re) commencement conserve une unité de lieu, ce sont les fonctions politiques, sociales, culturelles et économiques qui lui sont attribuées qui changent ou plutôt qui ont disparu. Ainsi, à partir d’une date précise (le 31 décembre 1992), cet espace frontalier, comme l’ensemble des espaces frontaliers concernés par cette mesure au sein de la Communauté Européenne, va changer de nature et de fonction et avec lui, les pratiques et les représentations de sa population. Si la mesure tombe comme un couperet et se manifeste immédiatement par des événements matériels (retrait des fonctionnaires des Douanes et de la Police des Airs et des Frontières) et symboliques (abandon des postes de contrôle, abaissement des drapeaux nationaux), ses effets sur les populations se révèleront sans « chambardement » majeur mais plutôt dans une logique de révolution territoriale tranquille, et ce contrairement aux prévisions de notre interlocuteur. Cette révolution tranquille produit l’émergence d’un « territoire » inédit et peu à peu éprouvé par l’expérience de chacun, rompant avec le « territoire » séculaire que l’existence des frontières avait construit et développé.

  • 17 Il apparaît comme un espace de référence (voir Manent P., 2006).

25Par la modération des mutations en cours, on peut difficilement parler d’un avant et d’un après, d’autant plus que les mutations sont actuelles et leurs achèvements non identifiables. De plus, même si l’État-Nation a perdu bon nombre de ses fonctions, il est encore territorialement pertinent et à certains égards, il se porte bien17. Les territorialités individuelles, apparues après la suppression de la frontière, se relèvent bien plus par leurs formes inédites qui étaient impossibles voire impensables durant le temps des frontières. En fin de compte, on assisterait dans cette zone frontalière à une sorte de superposition de territorialités (territorialités individuelles et territorialités d’État) s’ignorant ou se concurrençant et entraînant une pluralité des attachements identitaires permise par une transformation de l’imaginaire géographique.

26Avec la suppression des frontières au sein de la Communauté Européenne, on assiste au passage d’une mosaïque de territoires clairement délimités, protégés et contrôlés en leurs marges, à un ensemble territorial plus vaste. La fermeture spatiale qu’elles opéraient jouait sur les pratiques et les représentations. Ainsi, Monsieur B. E., au temps des frontières, privilégie ses déplacements au sein d’un territoire qu’il connaît bien. Au centre, sa ville (qui, pour lui, correspond à l’espace frontalier) où l’essentiel de ses relations sociales (familiales et amicales) et professionnelles ont lieu. Sa ville correspond finalement à son habité, c’est-à-dire à la fois à son « quant à soi » et son « où à soi ». Ses territorialités respectent la hiérarchie territoriale (administrative et géopolitique) et se moulent dans un emboîtement d’échelles classiques de l’État-Nation, ici la France. Ainsi, par strates, sont englobés successivement la ville la plus proche (Saint-Jean-de-Luz), Bayonne (sous-préfecture du département), Bordeaux (capitale régionale) jusqu’à la plus lointaine et la plus symbolique : Paris. Chaque strate est marquée par des temporalités différentes et correspond à des moments bien précis de l’année ou de la vie.

27Les déplacements en Espagne, ne serait-ce que dans les communes les plus proches, sont rares et souvent soumis à des obligations professionnelles, familiales ou à des impératifs économiques (différentiel économique, échanges en contrebande). Il apparaît de plus, au travers des propos de notre interlocuteur, que ces territorialités ne semblent faire l’objet d’aucun choix individuel et la direction qui leur est donnée (obligation d’aller du sud vers le nord) est non seulement approuvée mais motivée par toute une série de justifications de nature identitaire et parfaitement intégrées (« chacun chez soi », « j’aimais pas aller là-bas »). Lorsqu’il y a déplacement de l’autre côté de la frontière, ils sont affleurants de la ligne et toujours conditionnés par des obligations (obligations professionnelles : son travail à la SNCF le situe sur la ligne et le contraint à des relations avec ses homologues espagnols), familiales (son mariage avec une Espagnole entraîne des déplacements), ou de contrebande, pratique décrite comme étant une prescription locale : « Y a que les couillons qui ne faisaient pas de la contrebande ».

28En perdant leurs diverses fonctions, les zones frontalières génèrent d’autres territorialités que celles observées au temps des frontières. À travers elles, on observe une sorte de bouleversement des échelles territoriales. Les déplacements, plus nombreux, n’obéissent plus à des impératifs géopolitiques, la frontière n’est plus un obstacle, rien n’empêche plus la mobilité jusque-là prescrite du nord vers le sud pour les Français et du sud vers le nord pour les Espagnols. Ces nouvelles mobilités touchent les populations des deux côtés de la frontière et concernent les lieux de résidence, récréatifs, festifs et professionnels. Par elles, notre interlocuteur voit une sorte d’indistinction, une sorte d’entre-deux, où l’on ne sait plus en fin de compte où l’on est.

29D’autres impératifs dévoilés ou sous-jacents aux déplacements apparaissent aussi : le choix du lieu de résidence dépend par exemple de la valeur paysagère qui lui est consentie, les sites récréatifs sont choisis en fonction de leur plus ou moins grand pouvoir d’attraction, etc. Même si des écarts monétaires existent encore, l’uniformisation économique entre la France et l’Espagne est pratiquement assurée. Ainsi, les lieux de l’habité, de la profession et de la récréation font l’objet de choix qui apparaissent comme personnels mais qui sont, en réalité, soumis à de nouveaux pouvoirs territoriaux et à leurs capacités d’attractivité.

30Le « quant à soi » et le « où à soi », jusque-là bien délimités, dessinent quant à eux un territoire plus vaste et fluide. En effet, ils peuvent être à tout moment modifiés et ce en fonction de prescriptions ténues qui voudront que tel site soit plus « beau », qu’il possède des atouts pour une meilleure qualité de vie, qu’il soit plus « dépaysant », plus magique ou plus surprenant.

Schéma 1 – Les formes de territorialités.

Schéma 1 – Les formes de territorialités.

31Cette petite géographie pose en fin de compte un certain nombre de questions : Peut-on et comment cerner ces territorialités individuelles, qui apparaissent changeantes et mobiles ? Quels sont les phénomènes (économiques, politiques, idéologiques, sociaux) qui les déterminent ? L’agrégation de ces territorialités individuelles et inusuelles dessinent-elles des territoires particuliers ou bien sont-elles hébergées dans des enveloppes territoriales spécifiques ? Comment définir ces territoires (ou enveloppes territoriales) qui apparaissent fluides et malléables ? Ces territoires (ou enveloppes territoriales) a priori mouvants entrent-ils en concurrence avec les territoires politiques institués ? Y a-t-il connexion ou rupture entre ces divers états territoriaux ?

32Ces territorialités, dont l’émergence est consubstantielle à la suppression de la frontière, jouent de façon dialogique sur les identifications territoriales des individus. En effet, si du temps de la frontière l’identification au territoire français allait de soi, avec sa suppression l’identification territoriale apparaît topiquement plurielle.

33Au travers du récit de notre interlocuteur, se dévoile le rôle fondamental des canaux publics d’apprentissage. Ainsi, par l’armée et l’école, le sentiment d’attachement à la France et d’être Français se construit et développe un certain esprit patriotique. Cet attachement est, ici dans l’espace frontalier, doublé, enrichi par la rencontre avec les Espagnols ; ils constituent les éléments tangibles de l’altérité dans la quotidienneté de la proximité. Cette altérité de proximité construit une image de l’Autre, somme toute simple et constituée de stéréotypes la plupart du temps négatifs (ils parlent fort, ils envahissent la ville, etc.).

  • 18 Barth F., 1995, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat P. et Streiff-Fenart J. (...)
  • 19 Voir Beck U., 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier (Coll. Alto). Nous reviendron (...)

34Quelles que soient les conditions qui provoquent les rencontres (impératif politique en 1936, impératif économique ensuite), quels que soient les faits et gestes des gens d’au-delà de la frontière, ils constituent autant de signifiants qui viennent conforter l’impression d’oppositions culturelle, sociale, économique, et enrichir l’opposition entre le nous et les autres. Cette opposition, du fait de la proximité territoriale avec les autres, génère des effets de saillance18 venant à leur tour renforcer « le corps et l’esprit du nous » (le sentiment de supériorité économique, culturelle, linguistique, sociale). Ici comme ailleurs, mais peut-être plus consistante car éprouvée au quotidien, l’identité est exclusive (être d’ici ou de là-bas)19 et ne s’adresse qu’à un territoire, le territoire national. En ce sens et en suivant M. Stock, nous pouvons dire qu’au temps des frontières, l’identité, en se référant à un seul territoire pour lequel la transcendance politique domine, est mono-topique.

  • 20 Bauman Z., 2005. Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur cette notion d’imaginaire sédentaire

35Elle est de plus confortée car baignée dans un imaginaire sédentaire20 où le lieu de vie, englobé dans un territoire unique de référence, doit être le lieu d’expérimentation privilégié. C’est à l’intérieur des frontières que le déploiement des expériences sociales et professionnelles est envisagé, il en est la seule alternative. Cet imaginaire sédentaire consacre le territoire d’appartenance comme espace de déploiement de vies individuelles qui, menées dans le cadre territorial d’appartenance (et respectant une certaine hiérarchie), sont forcément des vies heureuses car conformes à cet imaginaire. La croyance au lien entre sédentarité et bonheur n’envisage les mobilités que par la négative. Elles apparaissent comme la dernière alternative, « lorsqu’on ne peut pas faire autrement », toujours créatrices de troubles et contraire à la doxa frontalière selon laquelle et de façon simplifiée : « Eux, c’était eux, nous, c’était nous, chacun chez soi ».

  • 21 Foucher M., 2007, « Introduction », in Bouquet C. et Velasco-Graciet H., Regards géopolitiques sur (...)

36De cet imaginaire lié à la sédentarité territoriale, il faut néanmoins souligner le processus de construction qui a présidé à son développement. En effet, tous les codes sémiotiques n’informent sur « le monde réel » qu’à partir d’un corpus de conventions qui se construit dans une lente progression. Son origine est généralement située à la signature des traités de Westphalie en 1648 qui fonderont la mise en place des États modernes, c’est-à-dire de la géopolitique européenne21. Ici, les propos de G. Pérec entrent en cohérence avec cet imaginaire territorial sédentaire, sa genèse et son développement :

  • 22 Pérec G., 1974, Espèce d’espace, Paris, Galilée.

Il y a longtemps qu’on aurait dû prendre l’habitude de se déplacer librement sans que cela nous coûte. Mais on ne l’a pas fait : on est resté là où on était ; les choses sont restées comme elles étaient. On ne s’est pas demandé, pourquoi c’était là et pas ailleurs, pourquoi c’était comme cela et pas autrement. Ensuite, bien évidement, il a été trop tard, les plis étaient pris. On s’est mis à se croire bien là où l’on était. Après tout, on y était aussi bien qu’en face.22

37Avec la suppression des frontières, considérée bien évidemment comme un événement parmi d’autres favorisant les recompositions territoriales contemporaines, l’espace frontalier de notre interlocuteur s’est, comme tant d’autres, ouvert. Cette ouverture, en favorisant de nouvelles territorialités, a généré de nouvelles rencontres et de nouvelles expérimentations dans la connaissance de l’Autre qui jusqu’alors faisait office d’étranger.

38Les brassages social et culturel liés tant aux arrivées de résidents espagnols, à leurs implantations, à leur intégration à la vie locale qu’aux déplacements festifs ou récréatifs des Français du « côté » espagnol, entrent en cohérence avec des pratiques de mobilité plus lointaines et plus courantes et invitent à la révision de l’identité mono-topique du temps des frontières dont l’antériorité et la transcendance ne suffisent pas à la maintenir en l’état. Ainsi, sous l’impulsion de divers facteurs émergents comme la banalisation d’un discours indépendantiste basque, l’aplanissement de la hiérarchie entre le proche et le lointain et l’émergence d’un humanisme éthique reconnaissant l’égalité de tous quel que soit leur niveau de développement, les ressorts classiques de l’appartenance territoriale se brouillent. Être d’ici et être de là-bas, être Basque et Français, et plus encore être citoyen du monde, c’est spécifier une proximité, un présent et un destin communs avec des territoires éloignés et des populations qui jusqu’alors, car en dehors des frontières, étaient considérées comme étranges car étrangères.

  • 23 Voir Balandier G., 2005.

39Le champ ouvert par cette idéologie qualifiée parfois de « post-humaniste »23 consacre une certaine idée de connivence et de proximité entre les territoires et les populations. Ainsi, c’est parce qu’il y a croyance en une égalité territoriale et humaine que les appartenances, en se dégageant de territoires uniques, peuvent au contraire s’enraciner dans plusieurs d’entre eux. Les choix de ces enracinements possiblement multiples, ici aussi, dépendent des discours qui mettent les territoires sur la scène mondiale. Ainsi, répondant à des logiques de communication, certains aspects relatifs à leurs contenus territoriaux sont mis en avant plutôt que d’autres (dimension ethnique, patrimoniale, environnementale, économique, religieuse, etc.), et par ce fait même orientent les rapprochements identitaires. Ces rapprochements se dégagent et se développent à la faveur de mobilités matérielles et géographiquement effectives, mais aussi par tous les possibles accès aux réseaux de télécommunications contemporains. Les systèmes de connivences territoriales, ainsi mis en place, favorisent l’émergence d’identités inclusives (être d’ici et de là-bas) et poly-topiques, c’est-à-dire territorialement plurielles.

40Cette pluralité d’identifications possibles se place dans un contexte d’imaginaire non plus sédentaire mais nomade. La sédentarité est perçue comme une fermeture au monde contemporain, un certain sectarisme territorial incorrect. Au contraire, ce sont les mobilités matérielles ou virtuelles qui constituent les fondements des expérimentations territoriales. Tout se passe et s’éprouve en dehors des frontières. C’est à l’extérieur que le déploiement des expériences sociales et professionnelles est envisagé, selon des modalités complexes. La sédentarité, par cette croyance contemporaine, n’est aucunement perçue comme un choix mais plutôt comme une obligation liée à des contraintes économiques, à des prescriptions sociales aliénantes ou à des condamnations biologiques dues à l’âge ou à un handicap, « quand on ne peut pas faire autrement ». L’idée de bonheur qui s’en dégage est davantage liée à la mobilité, elle ne se ressource plus dans les alliances et les désalliances de proximité, dans l’emboîtement des strates territoriales mais dans l’entrée de chacun dans le mouvement et dans l’accès à un bien-être économique ou symbolique imaginé. Cet imaginaire consacre ainsi l’ensemble des territoires de la planète mais plus encore les liens qu’ils ont et la capacité de chacun à être ouvert aux mouvements et à l’accueil, même temporaire et même virtuel.

41Cette petite géographie pose enfin tout autant les questions suivantes : Peut-on cerner ces identités topiquement plurielles qui composent des sentiments d’appartenance complexes ? Sur quels principes d’émergence se fondent-elles ? Quels statuts sont accordés aux territoires auxquels elles se réfèrent ? Y a-t-il concurrence ou complémentarité entre les territoires sollicités ? Ces identités procèdent-elles d’un enracinement territorial même virtuel ou sont-elles mues par des affleurements d’avec les territoires, affleurements éphémères et toujours potentiellement remis en cause ? Existe-t-il une hiérarchie entre les territoires d’identification ou pour le dire autrement s’il n’en restait qu’un, quel serait-il et pourquoi ?

Schéma 2 – Les formes d’identifications.

Schéma 2 – Les formes d’identifications.
  • 24 Menant P., 2006, p. 41-42. Bien avant les événements marquants du 11 septembre 2003, c’est la chute (...)

42La complexité de tous ordres qui touche le monde contemporain remet en cause les territoires hérités des États-Nations. Par là même, l’ordre mondial séculaire s’en trouve dérangé. La profusion des informations diffusées au rythme d’un débit toujours plus rapide et de plus en plus opératoire à travers la planète nous embarrasse. L’embarras se révèle par la difficulté de saisir ces réalités géographiques en mouvement, d’opérer des catégories car elles sont sans cesse menacées d’être remises en question par l’arrivée de nouveaux événements inusuels et souvent stupéfiants. À ce propos, les attentats du 11 septembre 2001 furent révélateurs de cette stupéfaction : « D’un seul coup était renversé tout ce que nous croyions savoir sur les tendances maîtresses et la vocation de l’humanité contemporaine, ces tendances de longue durée qui la conduisaient irrésistiblement, pensions-nous, vers une unification croissante que le Mur de Berlin semblait avoir mis hors de doute et pour ainsi dire à portée de main. Les événements du 11 septembre révélaient l’existence d’un autre mur, l’impénétrabilité réciproque des communautés humaines en dépit de la prodigieuse et croissante facilité des communications24. » Pris dans cette sorte de tourbillon vertigineux d’événements, les catégories et les modèles explicatifs qui leur sont liés, privés de certitudes, empêchent de faire et de penser comme si nous ne nous rendions compte de rien.

  • 25 Notion que nous définirons plus loin.

43Les géographes, à partir des années 1980 et notamment dans les pays anglo-saxons, se sont saisis de ces problématiques émergentes. De cette attention accordée aux mouvements du monde contemporain et de la place inusuelle donnée aux espaces dans ces recompositions, s’est développée une géographie post-moderne. Certains, notamment en France, ont vu dans son émergence et dans son prompt développement outre-Atlantique la construction d’un champ venant concurrencer les champs classiques de la géographie déjà forts nombreux D’autres y ont suspecté, à terme, une hégémonie imposant une pensée géographique unique de texture anglo-saxonne. Sans régler réellement la question de savoir si cette géographie est post-moderne parce qu’elle traite de la post-modernité25 et de ses mouvements ou parce qu’elle utilise des méthodes nouvelles, elle se saisit d’objets jusque-là délaissés et s’ouvre franchement, « haut et fort », à d’autres disciplines que sa traditionnelle complice, l’Histoire.

44De cette posture se dégage finalement une « autre façon » de faire de la géographie, que nous saisissons dans quelques-uns de ces principes. Cette « autre façon de faire » se fonde ainsi sur un certain nombre d’intuitions (de convictions) plus ou moins largement partagées. Celle de revenir encore à une certaine humilité en considérant que le savoir produit est toujours situé. Celle de reprendre confiance dans les atouts de la géographie et de s’ouvrir aux autres disciplines. Celle de reprendre une place dans le débat public pour faire œuvre d’utilité. Et enfin, celle d’accepter au sein de la discipline les crissements internes, et de donner, en fin de compte, une place à toutes les entrées, des plus classiques aux plus novatrices.

45Au-delà de ces convictions disciplinaires, nous avons retenu une entrée spécifique pour comprendre les mutations territoriales contemporaines. Notre proposition est en effet de s’appuyer et donc de réhabiliter les savoirs géographiques des individus afin d’approcher leurs territorialités qui sont autant de déplacements interrogeant les territorialités politiques et économiques qui, jusqu’à il y a peu, étaient remarquables par leur pouvoir hégémonique sur les pratiques et les représentations des individus. Nous avons éprouvé cette proposition à travers ce que nous avons appelé « la petite géographie » d’un homme de la frontière, et ce pour approcher des espaces connaissant de forts bouleversements : les espaces frontaliers au sein de la Communauté Européenne. Cela nous permettra dans la partie suivante de réfléchir sur la co-existence de différentes logiques de construction territoriale : l’une ancienne, ayant fait ses preuves dans la mise en place de territoires solides, historiquement et géographiquement lourds, et l’autre émergente et plurielle, se manifestant dans des territoires fluides, aux contours incertains, relevant plus de la marge que de la frontière.

Notes

1 Foucher M., 1998, La République européenne, entre histoires et géographies, Paris, Belin.

2 Il s’agit d’une des mesures contenues dans l’Acte Unique (1986). Pensons aussi au Traité de Schengen signé en 1985 et entré en vigueur en 1995.

3 Nous renvoyons à ce propos aux divers travaux de géographes (Raffestin, Foucher, Paassi, etc.), et des politistes (Anderson, Citron, etc.).

4 Fonctions qui ont donné lieu à diverses typologies. Voir, entre autres, Raffestin C., 1974, « Éléments pour une problématique des régions frontalières », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, tome 3, no 1, p. 12-17 ; Courlet C., 1988, « La frontière : coupure ou couture », Économie et humanisme, no 301 ; Saez G. et Leresche J.-P., 1995, « Identité territoriale et régime politique de la frontière », Pôle Sud, no 3 ; O’Dowd L. et Wilson T.M. (dir.), 1996, Borders, Nations and States, Aldershot, Avebury.

5 Manent P., 2006, La raison des nations. Réflexions sur la démocratie en Europe, Paris, Gallimard, p. 50-51.

6 Voir Harguindeguy J.-B., 2005, L’Europe par les frontières ? La mise en œuvre de l’initiative communautaire Interreg IIIA en faveur de la coopération franco-espagnole, Florence, thèse de Doctorat.

7 Cette dernière dimension a été particulièrement étudiée pour les frontières africaines et beaucoup moins pour les frontières des pays du Nord. La différence du contexte économique qui les touche peut en partie expliquer cette inégalité de traitement. En ce qui concerne les frontières africaines, reprendre, entre autres, Mbembe A., 2005, « À la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique », in Antheaume B. et Giraut F. (dir.), Le territoire est mort. Vive les territoires !, Paris, Éditions de l’IRD, p. 47-79 ; Nassa D.A., 2005, Commerce transfrontalier et structuration de l’espace au nord de la Côte d’Ivoire, Bordeaux, thèse de Doctorat ; Bouquet C., 2003, « L’artificialité des frontières en Afrique Subsaharienne », Les Cahiers d’Outre-Mer, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, no 122, avril-juin, p. 181-198 ; Bennafla K., 2002, Le commerce frontalier en Afrique contemporaine, Paris, Karthala.

8 Balandier G., 2005, Le grand dérangement, Paris, PUF.

9 Voir Stock M., 2006, « L’hypothèse de l’habiter poly-topique », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1853.html.

10 Cinq entretiens semi-directifs longs (entre 2 et 5 heures).

11 Cet informateur constitue en quelque sorte le fil de mes recherches sur la problématique frontalière. En effet, à chaque « saison » de terrain, il a accepté de me recevoir et de répondre à mes questions. Il fut le seul puisque pour chaque étude menée, l’échantillon était renouvelé.

12 Balandier G., 1983, « Préface », p. 7-9, in Ferrarotti F., Histoire et histoires de vie. Méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Librairie des Méridiens, p. 8.

13 Nietzsche F., cité in Ferrarotti F., 1983, p. 32-33. Les termes entre crochets ont été rajoutés par nos soins.

14 Police de l’Air et des Frontières.

15 Balandier G., 2005, p. 3.

16 Ibid.

17 Il apparaît comme un espace de référence (voir Manent P., 2006).

18 Barth F., 1995, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat P. et Streiff-Fenart J., Théorie de l’ethnicité, Paris, PUF.

19 Voir Beck U., 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier (Coll. Alto). Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur cette notion d’identité exclusive.

20 Bauman Z., 2005. Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur cette notion d’imaginaire sédentaire.

21 Foucher M., 2007, « Introduction », in Bouquet C. et Velasco-Graciet H., Regards géopolitiques sur les frontières. Actes 2, Paris, L’Harmattan (Coll. Géographie et Cultures).

22 Pérec G., 1974, Espèce d’espace, Paris, Galilée.

23 Voir Balandier G., 2005.

24 Menant P., 2006, p. 41-42. Bien avant les événements marquants du 11 septembre 2003, c’est la chute du Mur de Berlin qui avait, en un tout premier temps, initié une remise en cause de la structuration binaire géopolitique mondiale fondée sur une violence latente. Pour les commentateurs, 1989 apparaît comme l’année clé de la fin du xxe siècle. La chute du Mur liquide les séquelles de la Seconde Guerre mondiale. Elle annonce en même temps la mort prochaine de l’URSS et du communisme. En janvier de la même année meurt l’empereur Hiro Hito, qui régnait sur le Japon depuis 1926. C’est le dernier des grands acteurs de ce siècle.

25 Notion que nous définirons plus loin.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 – Les formes de territorialités.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Schéma 2 – Les formes d’identifications.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/9078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search