Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Première partie. Le proche et le lointain. Le choix des objectifs

Chapitre 4. Post-modernité, des éléments à retenir

Texte intégral

1Mais quelles que soient les causes, d’une part, de cet écart entre géographie anglo-saxonne et géographie française et, d’autre part, de la marginalisation de cette dernière, des propositions sont avancées non pour dupliquer ce modèle anglo-saxon académiquement performant mais pour en prendre les éléments qui entreraient en cohérence avec nos façons de faire hexagonales : « Nous ne sommes pas de la même société, nous n’avons pas la même formation, nous n’avons pas digéré de la même façon les auteurs auxquels ils se réfèrent… » (Collignon, p. 22). Il s’agirait d’intégrer certains éléments et de construire une sorte de post-modernisme à la française, adoptant des positions épistémologiques constructivistes (Staszak, p. 15).

2Les éléments qui retiennent l’attention des auteurs sont nombreux et chacun d’entre eux est soumis à la pugnacité du groupe de réflexion. Ici, nous ne relèverons pas l’ensemble des propositions faites mais seulement celles auxquelles nous adhérons sous certaines conditions néanmoins.

Pour une reconnaissance des mutations

3Tout d’abord, on doit reconnaître au post-modernisme d’avoir ouvert une nouvelle ère, celle du « soupçon » (Staszak, p. 15) ou alors de la « désespérance » (Berque, p. 8). Il faut entendre par là (en partant du constat de l’incapacité du discours scientifique à rendre compte du réel qu’« aucun discours [et donc le discours scientifique] n’est neutre, que les discours ne rendent compte que d’une réalité qu’ils ont produite et enfin que le discours scientifique échapperait aux catégories du vrai et du faux ». [Staszak, p. 15]). « Une invitation à multiplier les points de vue, à critiquer le savoir produit sur la base de critères qui sont extérieurs au champ qui les a produits » (Collignon, p. 22). L’incommensurabilité des discours et donc la relativité de toute forme de savoir renferme bien sûr en elle les risques d’une « fin de la science » (la post-modernité est anti-métaphysique [Brunet, p. 10]), d’une chute dans le « nihilisme » (Staszak, p. 15) auto-destructeur.

4Contre toute menace de schizophrénie, une autre perspective est envisagée. En effet, il semble – et l’idée fait consensus au sein de la communauté des géographes même si les formulations diffèrent – « qu’il existe une part de réalité qui semble échapper aux manières habituelles de penser, au demeurant, on pourrait faire une carte du monde sur la base, disons des pourcentages, de réalités qui nous échapperaient comme penseurs du monde moderne : cette part serait plus grande en Amérique qu’en Europe, nulle en Afrique, importante au Japon, que sais-je ? Quoi qu’il en soit la question demeure : est-ce qu’il y a rupture ou simple inadéquation des concepts de la science moderne ? » (Dupont, p. 8). Dans le même sens, B. Hourcade fait de la question une affirmation : « Les sciences sociales, qu’il s’agisse de la géographie, de la sociologie, ou des sciences politiques, n’ont pas été capables avec leurs méthodes “modernes” rigoureuses, de voir émerger les problèmes de genre, d’identités recomposées, les nouvelles formes de sous-développement, les questions des sociétés post-communistes et “post-modernes”. » (p. 29).

Oser la géographie

  • 1 Favret-Saada J., 1987, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard (Coll. Folio).

5Même si depuis une cinquantaine d’années les géographes ont fait preuve d’innovation dans la façon qu’ils ont eu de se saisir de nouveaux objets, de revoir leurs méthodes et de s’interroger sur leurs sources, serait-il aujourd’hui indécent de proposer, comme l’a fait en 1977 J. Favret-Saada pour l’ethnologie (suite à ses recherches sur la sorcellerie1), la pratique d’une autre géographie ?

  • 2 Lenclud G., 1990, « Vues de l’esprit, art de l’autre », Terrain, no 14, mars ; L’incroyable et ses (...)
  • 3 Voir à ce propos d’Alessandro-Scarpari C., 2005, Géographies en Brousse. Un métissage spatial entr (...)
  • 4 « L’histoire de la pensée géographique montre bien comment le mythe a joué un rôle pour stimuler l (...)

6Faire une autre géographie serait tout simplement adopter une nouvelle posture de recherche, c’est-à-dire, en suivant G. Lenclud, « se refuser à échanger subrepticement, ou par décret de méthode, le contenu propre du système contre une logique de compréhension externe [soit] l’opération qui fait l’économie de la compréhension interne en recourant, par exemple, à des déterminations exclusivement scientifiques »2. Ainsi pourrait-on regarder « d’un autre œil » l’exemple donné par B. Collignon sur la représentation scientifiquement décentrée du 0  Celsius par les communautés nordiques (débat entre C. Collignon et F. Durand-Dastés, p. 32). Plus encore, G. Lenclud rappelle – et les géographes ne pourront qu’y être sensibles3 – combien les avancées scientifiques sont redevables des autres savoirs4.

  • 5 Berdoulay V. et Turco A., 2006 (décembre), p. 340.
  • 6 Pour reprendre l’expression de F. Ascher dans son dernier ouvrage. Ascher F., 2005.

7En accordant une valeur heuristique aux savoirs dans leur grande diversité, on ne condamne pas pour autant la géographie savante, on prend seulement acte du fait que « le point de vue dominant est que le discours géographique aurait chassé le mythe au fur et à mesure que la description systématique de la planète avançait »5. Il s’agit de réhabiliter les savoirs quels qu’ils soient (Latour leur attribue le qualificatif de « profanes » afin de les distinguer des savoirs savants), les dégager du « vrai » ou du « faux » et les traiter avec respect. Ils constituent des matériaux pour cerner des phénomènes qui nous dépassent6. Il s’agit d’une porte d’entrée à prendre en compte pour cerner la complexité des rapports des individus à leur environnement. Les savoirs communs apparaissent finalement comme une bonne manière de revoir nos grilles de lecture et d’entrer en cohérence avec la réalité du monde contemporain.

  • 7 Coutras J., 2006, « Les inégalités sexuées entre déplacements et mobilités », p. 95-110, in Capron (...)

8Jacqueline Coutras, en traitant des inégalités sexuées entre déplacements et mobilité, montre comment « en centrant l’analyse sur l’acteur et ses logiques, le jeu des métaphores et des références exprimées ou tacites s’en voit modifié et fait glisser les corpus théoriques »7. Ainsi, si travailler sur les trajets réside dans la mesure fonctionnelle fondée sur des indicateurs tels que le nombre, la durée, les points d’arrivée et de départ, les motifs, etc., un rapprochement avec les individus (ici, les femmes) permet une mise en résonance avec d’autres phénomènes (ici, la mobilité, l’accessibilité et les aptitudes physique, sociale, culturelle et psychologique) et dégage des éléments de réflexion pour traiter, avec un autre regard, des spatialités (ici, l’auteur distingue les mobilités « subies », « d’errance », « voulues », « organisées »).

  • 8 Lenclud G., 1990.

9Il ne s’agit donc pas de déconstruire ; « Cela ne signifie pas jeter l’ancienne nouvelle géographie ni ses méthodes aux poubelles de la discipline… [Il s’agit bien] d’ouvrir de nouvelles perspectives » (Staszak, p. 15) en sachant « qu’en plein siège de l’irrationnel, la pensée scientifique reste un modèle de référence »8.

Le géographe situé

  • 9 Feyerabend P.-K., 1979, p. 125.

10Cela nous amène à considérer une autre dimension des propositions à laquelle nous invitent « les modernes » pour un « post-modernisme à la française ». Il s’agit de l’auto-réflexivité comme pratique de recherche, pratique qui entre en résonance avec les propos de Feyerabend, pour lequel « le savoir [scientifique] d’aujourd’hui peut devenir le conte de fées de demain »9. En effet, tout à la fois en respectant les règles méthodologiques (dont R. Brunet rappelle les principes et le bien-fondé pour construire une ou des géographies dans une perspective objective relevant de l’ethos des scientifiques) et en intégrant « le soupçon », la proposition est « d’aboutir à un travail critique et réflexif d’une grande utilité, pour toutes les disciplines sans doute et spécialement pour la nôtre » (Staszak, p. 15). La contextualisation des savoirs produits conduit, sans abandonner le projet scientifique (Collignon, p. 25), à rendre au contraire « ce projet d’autant plus valide qu’il aura travaillé en profondeur sur sa propre contextualité » (Collignon, p. 22).

11La contextualisation est proposée comme un effort à deux niveaux : « s’il y a une chose pour laquelle je suis reconnaissant envers les travaux que nous évoquons, c’est bien de nous obliger à un effort constant pour tout contextualiser, surtout nos propres discours et le champ référentiel dans lesquels ils se situent » (Grataloup, p. 24). « Prendre garde aux conventions et aux normes, concepts centraux de cette démarche, nous invite à ne pas nous contenter d’une contextualisation réduite, à l’intérieur du seul champ scientifique, normalisé, conventionnel, et à l’étendre à l’ensemble du jeu sociétal, d’un jeu qui ne se réduirait pas aux deux axes du capital culturel et du capital économique. » (Grataloup, p. 24).

  • 10 Saïd E.W., 1998, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Le Seuil.

12Cette pratique, qui ne se situe ni dans la critique des sources utilisées ni dans l’exposé des concepts choisis (ceci étant inclus dans l’ethos non discuté), relève bien plus d’une sorte d’humilité scientifique10 invitant le producteur de savoirs, aussi modeste soit-il, à positionner ses recherches, à questionner ses choix et ses options : d’où je parle ? À qui ? Sous quelles contraintes ? À quelle époque est-ce que j’appartiens ? En sachant, malgré tout, que l’ensemble des déterminismes qui nous touchent et conditionnent nos productions n’est pas clairement identifiable et repérable.

  • 11 Voir à ce propos, entre autres, Lacoste Y., 2006, « La question postcoloniale », Hérodote, Paris, (...)

13Les déconstructions actuelles et notamment celles relatives par exemple aux liens ou du moins à l’instrumentalisation des savoirs géographiques par le politique et les nécessaires repentances qu’elles obligent11 (la géopolitique allemande ou la géographie coloniale), prendraient racine dans cette carence de contextualisation, ce défaut d’associer la construction des objets « à des règles prudentielles, à des principes de précaution » (Ferrier, p. 28).

  • 12 Bauman Z., 2005, p. 11.
  • 13 Besse J.-M., 2004, p. 4.
  • 14 À propos de cette auto-réflexivité nécessaire du chercheur, se référer à Saïd E.W., 2005, p. 39.

14Les scientifiques auraient construit, en suivant la métaphore du sculpteur utilisée par Z. Bauman pour le sociologue, les instruments adéquats pour édifier la réalité imaginée a priori : « La réussite du sculpteur dépend tant du pouvoir des outils choisis pour accomplir la tâche qu’il s’est fixé, que de la docilité du matériau12. » L’« autoréflexivité, l’autocritique constante »13 se situent bien dans cette attention portée à la fois à cette réalité « imaginée » et en construction à quelque échelle que ce soit, et sur les outils (conceptuels et méthodologiques) construits et souvent « à disposition » pour en traiter14.

15Cependant, cette invitation possède en elle des risques évidents comme celui, entre autres et largement relevé par les auteurs, d’une dérive vers une auto-justification sans fin, d’un enfermement dans un intellectualisme sans issue scientifique, « de n’être parfois pas loin d’une sorte de communautarisme intellectuel avec à l’horizon l’abandon de tout projet de science, et même de possibilités de communication entre communautés » (Grataloup, p. 25).

La géographie dans et pour le monde contemporain

16Cette dernière remarque incline à s’interroger sur le mandat voire sur l’utilité sociale de la géographie. Sans revenir sur le rôle des géographes dans l’offre de formation et son adéquation aux besoins du marché, il s’agit plus ici de chercher les fondements mêmes de son existence. Son rôle passe par l’ouverture et la diffusion de son savoir hors de la seule communauté scientifique, mais plus encore dans un engagement vis-à-vis de la société. En suivant C. Chivallon, il s’agit de trouver ou de retrouver « une position où il reste possible de dire que dans le monde actuel, il y a des dominants et des dominés […], d’affronter l’injustice sociale, de dénoncer la souffrance de certains peuples, de localiser des lieux de pouvoir hégémoniques », « d’entrer dans une “démonstration-dénonciation” des rapports d’inégalités » (p. 24).

  • 15 Voir à ce propos le très pédagogique petit ouvrage : Allemand S., Dagorn R.-E. et Vilaça O., 2005,(...)
  • 16 de Koninck R., 2001, « Du terrain à l’amphi. Le mandat du géographe », p. 123-136, in Laurin S., Kl (...)

17La géographie francophone, à la croisée d’un héritage particulier et baignant dans une ambiance post-moderne, s’imagine comme une géographie du monde contemporain et de ses multiples visages et remettant en cause les explications sommaires, les « idées reçues »15. Elle caresse le rêve d’avoir pour tâche et plus encore pour responsabilité, entre autres, la dénonciation et les mises en garde contre de nouvelles formes de domination, d’exclusion et de violence spatialisées qui paraissent se fonder sur d’autres catégories que celles utilisées jadis (celles notamment issues du marxisme et du structuralisme). Ainsi, « Observer le monde, observer l’accumulation croissante des richesses tout comme l’ampleur des pauvretés, l’arrogance des uns et la détresse des autres, fait partie du mandat des géographes, qui doivent donc analyser le monde, le louanger tout comme le critiquer afin de mieux le comprendre, de le faire mieux comprendre16. »

18Pour cela, les géographes semblent bien armés et possèdent des « compétences traditionnelles » qui combinent une connaissance empirique des territoires et la maîtrise d’outils et de méthodes d’analyse. Ils ont en ce débat un avantage : « Leur “expérience du terrain” et le souci d’intégrer de multiples facteurs […]. Cela nous donne aujourd’hui la capacité de voir un certain nombre de choses qui font sens et que nous savons découvrir, décrire et analyser, parce que nous avons une tradition de vision analytique du terrain. » (Hourcade, p. 31).

  • 17 de Koninck R., 2001, p. 124.

19Deux dimensions sont à relever à partir du mandat que se donnent les géographes, dimensions qui font actuellement débat. D’une part, la géographie seule en tant que discipline est-elle en mesure de répondre à cet engagement ? Ensuite, par quels canaux de diffusion peut être assuré ce mandat citoyen (« Le citoyen a besoin des lumières des géographes qui, contrairement à lui, ont la responsabilité professionnelle d’observer, d’analyser, d’interpréter et de tramer, en long et en large, en profondeur et en hauteur17. ») ?

Une géographie confiante

20L’accent, au cours du débat qui nous intéresse et qui nous sert de fil rouge, est mis sur une nécessaire ouverture de la géographie à d’autres disciplines sociales et notamment la sociologie. En confirmant le passage paradigmatique que connaît la géographie contemporaine (la géographie, science sociale de l’espace) et auquel nous adhérons, le recours notamment à la sociologie s’impose alors. Plusieurs dérives sont mises en avant par les « anciens ». Ils pointent par exemple le manque de formation des géographes en sociologie qui, selon R. Brunet, entraînerait sur des pistes incertaines et des écrits à la naïveté nuisible. Au-delà, nous pouvons aussi voir dans cette résistance à l’ouverture la crainte légitime d’une dilution de la discipline et, avec elle, la fin des départements et des laboratoires de géographie (comme c’est le cas dans les pays anglo-saxons). Perte d’identité, fin d’une identification, fin de la géographie et mort annoncée des géographes. Cette peur de confusion disciplinaire et de dilution apparaît assez récente au sein de la géographie. Bien sûr, nous pouvons penser à l’alliance ancienne de la géographie avec l’histoire et aux bienfaits scientifiques nés de ces rapprochements.

  • 18 Vidal de la Blache P., 1913, « Des caractères distinctifs de la géographie », Annales de Géographie (...)

21Au début du xxe siècle, il n’était pas question de pluridisciplinarité mais de « ménage » ; Vidal de La Blache, dans sa constante volonté de « libérer » la géographie de sa relation filiale et ancillaire avec l’histoire, proposait une juste et égale coopération où chacune des deux disciplines garderait en propre ses méthodes et son objet18.

22Cette invitation à une alliance raisonnée, loin d’indifférencier les deux disciplines, a permis bien au contraire d’approcher « l’épaisseur historique » des espaces, de rentrer progressivement dans leur émergente humanité. De plus, les générations de géographes formés aussi aux méthodes des historiens ont, le moment venu, pris le relais de ces derniers lorsqu’ils abandonnaient certains objets.

  • 19 Ces quelques lignes s’appuient sur une enquête menée sur la question du terrain en géographie aupr (...)

23Pensons ici, par exemple, aux travaux des géographes bordelais relatifs à la vigne et au vin. Et comment oublier aussi tous les travaux des géographies de l’Ailleurs (qui ne se cantonnent pas seulement à la géographie tropicale) ? Généralement inclus dans des programmes de recherche, les géographes débutants abordaient leur terrain au sein d’équipes pluridisciplinaires composées aussi d’anthropologues, de linguistes, de géologues, etc. Les travaux, des plus prestigieux aux plus modestes, possèdent en eux les nuances de l’objet qui se construit pas à pas. Ces rencontres pluridisciplinaires semblent proposer les moyens de faire varier les outils conceptuels utilisés en les fondant sur des hypothèses plus diversifiées. Elles permettent aussi de travailler par analogie en proposant d’autres grilles de lecture, fécondes et participant pleinement à la construction de la géographie en tant que discipline autonome19.

  • 20 Bédard M., 2000, « Être géographe par-delà la modernité. Plaidoyer pour un renouveau paradigmatique (...)

24Ce repliement communautaire serait, selon M. Bédard, une des conséquences de la séduction opérée par les sirènes de la modernité (notamment la création de catégories fondées sur l’opposition : nature/culture, objet/sujet, etc.). Plus encore, elle a opéré des scissions en son sein, fragmenté son « tout » en de nombreux « régimes d’intelligibilité » qui, en ayant chacun un tel degré de spécialisation, entravent tout dialogue entre eux. Pour cet auteur, la perte d’identité (de la lisibilité) de la géographie est à mettre à l’actif de ce processus de compartimentation en une multitude de cellules ne sachant pas comment dialoguer par manque de mots communs. « Il ne suffit plus aujourd’hui à un géographe de se dire géographe pour qu’on sache qui il est. Il doit qualifier son champ de spécialisation, l’ascendant idéologique de son discours, le ressort méthodologique de son analyse, le mode d’écriture, notamment cartographique, de son rendu, etc. Autant de préoccupations accessoires qui l’emportent aisément sur l’essentiel20. »

  • 21 Lettre de M.-F. Courel, directrice SHS au CNRS, aux directeurs des UMR, 10 mai 2006.

25Fort de ces constats, le refus d’ouverture, quelles qu’en soient les raisons, serait un repliement plein de dangers. Les justifications à s’affirmer géographe n’ont pas lieu d’être. La complexité du monde contemporain, les bouleversements qui traversent l’objet de la géographie invitent bien plus « à faire feu de tout bois ». Comme depuis fort longtemps, les analogons sociologique, linguistique et littéraire ne peuvent être que féconds pour la géographie. Mais en suivant Vidal, il ne s’agit pas d’inféodation mais bien plus de coopérations « transfrontalières » avec l’ensemble des disciplines humaines et sociales qui peuvent alimenter la réflexion et apporter une aide pour revoir nos présupposés. La pratique de la transdisciplinarité est difficile, nous le savons tous, car il est évident que l’ensemble des disciplines en SHS a opéré les mêmes repliements communautaires. La tâche de tisser à nouveau les liens avec l’ensemble des disciplines nous revient afin de poursuivre cette mission de la géographie et plus encore de l’ensemble des sciences humaines et sociales : « Nous voulons des sciences humaines et sociales partenaires pleines et entières, de l’interdisciplinarité à l’amont des conceptions et des programmes et non, comme c’est souvent le cas, simple faire-valoir ou caution morale. Les SHS étudient l’évolution du monde et de ses sociétés, mettent en place des modèles juridiques et économiques, connaissent les cultures autres et peuvent prévoir et accompagner une émergence ou envisager une décadence ; elles jettent les ponts entre les disciplines, instillent l’esprit critique, la créativité et le renouvellement des idées. À ces titres, elles sont, aux côtés des autres sciences, tout à la fois nécessaires et irremplaçables21. »

Une géographie exotérique22

  • 22 C’est-à-dire non réservée aux seuls initiés.
  • 23 Expression empruntée à Lévi-Strauss C., 1967, Structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF, p (...)

26La seconde dimension relative à la diffusion du savoir géographique que nous souhaitons développer ici fait partie d’une sorte de non-dit irénique dans la communauté des géographes. Les conditions de reconnaissance individuelle passent par la publication des résultats de recherche dans des revues de géographie, revues classées (maintenant officiellement par le CNRS) selon leurs capacités à mesurer le degré de scientificité de chaque proposition. Sans remettre en cause ici ce système d’évaluation-promotion, il semble malgré tout qu’il ne soit pas suffisant pour une diffusion large des recherches produites et plus encore, clos sur lui-même, qu’il s’apparente à une sorte de monade sans porte ni fenêtre23.

  • 24 Qui touche aussi les rapports d’expertise, les diverses implications politiques.
  • 25 Malgré tout, il est nécessaire de mentionner que la mise en ligne de revues permet un accès plus f (...)
  • 26 Dupont L., 2001, p. 143.

27La publication dans des revues autres, résolument ouvertes sur l’extérieur, est souvent dédaignée et les volontés pour des sorties « en plein air » enchâssées dans une rhétorique s’apparentant à la « trahison des clercs » ou à « l’annonce d’une défaite de la pensée ». Le dédain communautaire pour de tels canaux de diffusion24, qui s’exprime par la non-reconnaissance (ou de façon marginale) de telles publications dans les divers dossiers nécessaires aux avancements professionnels, a pour conséquence une absence quasi-permanente des géographes dans les grands débats publics25 : « Dans le supplément spécial du quotidien Le Monde sur le nouveau millénaire, on ne trouvait aucun géographe sur la vingtaine de contributions ; dans Libération, aucun géographe sur une centaine de textes publiés ; même chose dans le Herald Tribune (produit conjointement par le New York Times et le Washington Post)26. » Plus récemment, pensons à l’absence, remarquée par la seule communauté des géographes, dans les débats autour de la Constitution Européenne, de la question de l’élargissement de l’Europe, de l’embrasement des quartiers sensibles, etc. Mais peut-être peut-on y voir aussi, à la décharge des institutions, un manque de savoir-faire dans les règles discursives pour opérer un tel transfert des recherches hors des murs ? Car participer à une géographie citoyenne, c’est aussi changer de mode et de forme d’écriture. Adopter une écriture accessible en dehors de la communauté des géographes ne signifie pas pour autant simplifier le message mais le « libérer » des termes endogènes construits pour sortir de cette sorte d’idiolecte communautaire.

  • 27 La forme, en fin de compte, peut être de diverses natures. Pensons, entre autres, à l’ouvrage Fron (...)

28La lisibilité de la géographie à l’extérieur de sa sphère semble devoir passer, d’une part, par la reconnaissance institutionnelle des productions diffusés hors de son territoire et, d’autre part, par l’apprentissage d’une autre forme d’écriture à destination d’un public de « non-géographes »27.

Une communauté de géographes qui s’acceptent

  • 28 Lévy J. et Lussault M., 2000, « Géographies en mouvement », p. 3-6, in Lévy J. et Lussault M., Logi (...)

29Pour achever, nous avançons aussi la proposition selon laquelle cette attitude post-moderne réappropriée entre dans le champ disciplinaire qui est le nôtre, comme fondement des regards portés sur nos travaux internes. Cette posture de prise en considération des divers travaux menés favoriserait l’émergence d’un espace de liberté de pensée et, contre tout terrorisme intellectuel, confèrerait à chacun des chercheurs une place reconnue. Elle permettrait enfin de considérer que, malgré l’éclectisme des entrées adoptées, les ressources cognitives pour comprendre la spatialité sont mobilisées et n’attendent plus que d’être confrontées les unes avec les autres. C’est peut-être cela, la volonté de sortir du provincialisme intellectuel28, volonté qui au fond pourrait être complétée, si l’on admet que tous les lieux de pratiques scientifiques de la géographie ont une légitimité, et ce dans une logique post-moderne, par la demande expresse d’une sortie du tout parisianisme intellectuel ?

  • 29 Lévy J., 2000, « L’exception ordinaire », p. 333-343, in Lévy J. et Lussault M., Logiques de l’espa (...)

30Cette perspective de reconnaissance de l’Autre empêcherait sans nul doute de prémunir la géographie contemporaine de grands et insidieux mouvements d’ostracisme qui, comme par le passé – et l’histoire de la géographie est là pour nous le rappeler –, ont exclu du débat, pour des temps plus ou moins longs, des géographes comme Élysée Reclus ou Éric Dardel, exclusions qui ont nécessité de grands efforts pour des réhabilitations et permettre à la discipline de sortir d’une gangue mandarinale pesante. Les détenteurs du pouvoir disciplinaire, à la lumière de ceci, ne semblent pas suffisamment aptes à remettre en cause leurs façons d’approcher l’objet (aussi novatrices soient-elles, à un moment donné), les méthodes qu’ils utilisent et les résultats qu’ils obtiennent. Et enfin, cette ouverture à l’autre, sans compassion mais par conscience d’un avenir commun, permettra à quelques-uns de ne plus être étonnés de constater que des géographes s’occupent de tout sauf de faire progresser l’intelligibilité de la dimension sociale du spatial29, lorsqu’on sait le poids des charges pédagogiques et administratives qui pèsent sur les enseignants-chercheurs.

  • 30 Goud P., 1996, « L’espace, le temps et l’être humain », Géographie : états des lieux. La dimension (...)

31En fait, la bataille et la guerre de positions ne sont pas et ne doivent pas être internes à la discipline au risque d’un détournement des objectifs à atteindre et d’une perte de sens du rôle à jouer dans la mise en évidence des larges mouvements qui affectent les relations des sociétés à leur environnement. Cet éclectisme de positions de recherche, au contraire, peut être appréhendé en raison post-moderne comme un signe « d’une belle santé de la géographie, et qu’il est à parier qu’une discipline où l’ancien (et nous rajouterons “et le dominant”) n’est pas soumis à un feu roulant de mises en questions et en critiques se porte mal »30.

Notes

1 Favret-Saada J., 1987, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard (Coll. Folio).

2 Lenclud G., 1990, « Vues de l’esprit, art de l’autre », Terrain, no 14, mars ; L’incroyable et ses preuves, mis en ligne le 21 juillet 2005, http://terrain.revues.org/document2967.html.

3 Voir à ce propos d’Alessandro-Scarpari C., 2005, Géographies en Brousse. Un métissage spatial entre discours et pratiques, Paris, L’Harmattan.

4 « L’histoire de la pensée géographique montre bien comment le mythe a joué un rôle pour stimuler la curiosité, l’explication et l’activité géographique. », in Berdoulay V. et Turco A., 2000, « Mythe et géographie : des relations à repenser », p. 339-445, Cahiers de géographie du Québec, vol. 45, no 126, décembre, p. 340.

5 Berdoulay V. et Turco A., 2006 (décembre), p. 340.

6 Pour reprendre l’expression de F. Ascher dans son dernier ouvrage. Ascher F., 2005.

7 Coutras J., 2006, « Les inégalités sexuées entre déplacements et mobilités », p. 95-110, in Capron G., Cortes G. et Guetat-Bernard H., Liens et lieux de la mobilité, Paris, Belin, p. 107.

8 Lenclud G., 1990.

9 Feyerabend P.-K., 1979, p. 125.

10 Saïd E.W., 1998, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Le Seuil.

11 Voir à ce propos, entre autres, Lacoste Y., 2006, « La question postcoloniale », Hérodote, Paris, La Découverte, no 120, 1er trimestre.

12 Bauman Z., 2005, p. 11.

13 Besse J.-M., 2004, p. 4.

14 À propos de cette auto-réflexivité nécessaire du chercheur, se référer à Saïd E.W., 2005, p. 39.

15 Voir à ce propos le très pédagogique petit ouvrage : Allemand S., Dagorn R.-E. et Vilaça O., 2005, La géographie contemporaine, Paris, Le Cavalier Bleu.

16 de Koninck R., 2001, « Du terrain à l’amphi. Le mandat du géographe », p. 123-136, in Laurin S., Klein J.-L. et Tardif C., Géographie et société, Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 136.

17 de Koninck R., 2001, p. 124.

18 Vidal de la Blache P., 1913, « Des caractères distinctifs de la géographie », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin.

19 Ces quelques lignes s’appuient sur une enquête menée sur la question du terrain en géographie auprès des géographes ayant fait leurs thèses dans « des pays du Sud » (printemps 2006).

20 Bédard M., 2000, « Être géographe par-delà la modernité. Plaidoyer pour un renouveau paradigmatique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 44, no 122, septembre, p. 211-227.

21 Lettre de M.-F. Courel, directrice SHS au CNRS, aux directeurs des UMR, 10 mai 2006.

22 C’est-à-dire non réservée aux seuls initiés.

23 Expression empruntée à Lévi-Strauss C., 1967, Structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF, p. 459.

24 Qui touche aussi les rapports d’expertise, les diverses implications politiques.

25 Malgré tout, il est nécessaire de mentionner que la mise en ligne de revues permet un accès plus facile aux textes des géographes.

26 Dupont L., 2001, p. 143.

27 La forme, en fin de compte, peut être de diverses natures. Pensons, entre autres, à l’ouvrage Frontières de Sylvie Brunel qui lui a permis de diffuser ses acquis d’expérience. Le métier de géographe ne s’arrête donc pas aux limites du champ d’actions permises et considérées comme positives par la communauté. Brunel S., 2003, Frontières, Paris, Denoël.

28 Lévy J. et Lussault M., 2000, « Géographies en mouvement », p. 3-6, in Lévy J. et Lussault M., Logiques de l’espace. Esprit des lieux. Géographie à Cerisy, Paris, Belin, p. 4.

29 Lévy J., 2000, « L’exception ordinaire », p. 333-343, in Lévy J. et Lussault M., Logiques de l’espace. Esprit des lieux. Géographie à Cerisy, Paris, Belin, p. 334.

30 Goud P., 1996, « L’espace, le temps et l’être humain », Géographie : états des lieux. La dimension environnementale, Paris, Unesco/Érès, p. 517-531.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search