Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Première partie. Le proche et le lointain. Le choix des objectifs

Chapitre 3. Alternatives au découpage du monde : l’apport de la pensée post-moderne en géographie

Texte intégral

  • 1 Remarquons à ce propos que trois des revues francophones de géographie les plus reconnues ont cons (...)
  • 2 Pour reprendre l’expression de R. Dion dans un tout autre débat. Malgré tout, nous reprendrons par (...)
  • 3 Bourdieu P., 1976 (2-3 juin), « Le champ scientifique », p. 88-104, Actes de la recherche en scienc (...)

1Ce débat général sur la légitimité du discours scientifique et plus particulièrement du discours géographique se lit en creux dans le débat relatif à la post-modernité paru dans L’Espace géographique en 20041. À la lecture du débat, d’aucuns pourraient y voir une sorte de controverse ou du moins de querelle entre les anciens et les modernes2. Si nous admettons qu’il s’agit d’un tel type de controverse, elle pourrait s’analyser en suivant P. Bourdieu qui, en rompant avec l’image irénique de la « communauté scientifique », la considère comme un ensemble regroupant différentes positions dans le champ scientifique. Ces positions « sont associées à des représentations de la science, à des stratégies idéologiques déguisées en prises de position épistémologiques par lesquelles les occupants d’une position déterminée visent à justifier leurs propres positions et les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour la maintenir ou l’améliorer en même temps qu’à discréditer les tenants de la position opposée et leurs stratégies »3.

2Sans entrer dans une lecture aussi fine et que la seule l’analyse de ce débat empêcherait, nous pouvons malgré tout dire que les éléments qu’il contient peuvent s’appréhender comme une suite de joutes rhétoriques (se fondant bien entendu sur un corpus scientifique) confrontant deux groupes issus de deux générations différentes. Les « anciens » défendraient l’orthodoxie de la discipline et les « modernes » la contesteraient, arguant de sa nécessaire transformation sous peine d’eschatologie.

3Plus que d’y déceler une lutte générationnelle qui, au fond, n’est pas, l’utilisation de la métaphore du jeu d’échec semble plus adéquate et permet, dans un premier temps, d’opérer avec distance. Ainsi, à l’image d’une partie d’échecs, chacun des courants avance ses pièces et, aux côtés de l’imposant roi à protéger (le dogme), les mouvements erratiques des cavaliers (succession de déplacements rectilignes et diagonaux), les déplacements transversaux des fous et les avancées mesurées à petits pas des pions sous la haute autorité des reines mettent en lumière les diverses argumentations dont chaque pièce serait porteuse pour une prise en compte ou non de la post-modernité au sein de la géographie française. En fait, la question n’est pas de se demander si la géographie française sera ou non post-moderne, mais quels intérêts elle aurait à le devenir. Et pour certains d’entre nous, la question serait : quel intérêt y a-t-il à le savoir ?

Géographie française et post-modernité : retard ou décalage ?

  • 4 Ceci est cependant à nuancer. En effet, « En Europe, certains ont parlé d’une culture et d’une soc (...)
  • 5 Reprendre Lévy J., 1999 (b), Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, (...)
  • 6 L. Dupont à ce propos : « Les départements de géographie, anthropologie, etc., étaient conçus comm (...)

4En effet, la situation initiale est que la géographie française (et les sciences humaines et sociales françaises en général4) est restée à l’écart d’un courant post-moderne qui a essentiellement touché le monde scientifique anglo-saxon5. Cet écart est expliqué de deux façons. D’abord, il relève d’un effet de lieu et du contexte sociopolitique qui lui est lié, si ce n’est d’une dimension historique qui voudrait que « l’Amérique se conçoit [par les États-Unis] comme un dépassement de l’Europe, or si l’Europe est moderne… » (Dupont, p. 11). Ainsi, si la France est un pays de rigidités sociales (société à forte hiérarchie sociale) et scientifiques (segmentation des disciplines dans le champ de la recherche) imposant des sortes de mise à résidence et empêchant tout mouvement, le monde anglo-saxon, et particulièrement les États-Unis, se caractérise par « une fluidité dans le champ de la culture, dans le champ des valeurs, dans le champ des capacités des individus à aller au-delà des grands récits, d’aller au-delà des formes structurées d’organisation de l’État, par la religion et y compris par la science » (Dupont, p. 11). Cette fluidité états-unienne, comme imaginaire et pratique, aurait favorisé une lecture des thèses de Foucault6 comme projet politique et scientifique possible et non comme l’analyse, en France, d’un existant trop pesant, ayant déjà résisté aux tentatives politiques, des plus douces (comme les diverses réformes politiques contre le centralisme jacobin) aux plus hardies (printemps 1968).

  • 7 Ashley D., 1997, History without a subject : The Postmodern Condition, Boulder, Colorado, Westview (...)

5Ces effets de structure liés au lieu ont participé activement au développement d’une nouvelle conception du savoir et des pratiques de la recherche. Ainsi, par une remise en cause des découpages disciplinaires en vigueur, par une sorte de démantèlement des catégories établies, la promotion de nouveaux objets d’étude s’est vu facilitée, entre autres, par la mise en œuvre de programmes d’études plus ou moins autonomes, centrés sur des questions spécifiques et adoptant une orientation pluridisciplinaire7.

Nouveaux objets, nouvelles obligations

  • 8 Voir Bonny Y., 2004, chapitre 3.
  • 9 Ici, nous pouvons penser aux travaux de F. Dubet sur les nouvelles obligations pédagogiques qui in (...)

6L’émergence de nouveaux objets (les minorités, le genre et le post-colonialisme) analysés dans le cadre de programmes (cultural studies, African-American, gender, women, gay and lesbian studies, post-colonial studies) est aussi à mettre au compte de la structure même du système universitaire anglo-saxon. Ainsi, un contexte d’enseignement privé et d’universités autonomes favorisant une forte concurrence pour attirer une nouvelle clientèle, de droits d’inscription élevés, d’affaiblissement de la valeur accordée à la culture générale, de la recherche de formations professionnellement utiles, a entraîné des effets sur l’offre de formations plus séduisantes, plus lisses et plus « correctes » pour être attractives8. Mais encore, pour Louis Dupont, l’ouverture des campus à toutes sortes de groupes (femmes, minorités, etc.) qui en étaient jusque-là exclus, a prescrit une révision des savoirs diffusés. Le savoir « traditionnel et académique » ne suffisait plus à assurer l’autorité de l’enseignant ; sa reconnaissance statutaire devait alors s’appuyer sur une révision des corpus, sur un changement du discours, sur une remise en cause de la véracité d’un savoir qui, de ce fait, ne pouvait plus avoir valeur universelle9.

  • 10 Repris sous forme interrogative dans Staszak J.-F., 2001, « Les enjeux de la géographie anglo-saxo (...)
  • 11 « L’espace ne peut pas être étudié par les géographes comme une catégorie indépendante, puisqu’il (...)
  • 12 Voir Veschambre V., 2006, « Pour une approche multidimensionnelle de l’espace », http/eso.cnrs.fr/ (...)
  • 13 Se rapporter à Lévy J., 1994, L’espace légitimé. Sur la dimension spatiale des politiques urbaines (...)

7Invoquer un effet de lieu et de structure suffirait-il à expliquer pourquoi la géographie française n’est pas devenue post-moderne ? Les auteurs en appellent à d’autres causes. Un effet de genre tout d’abord, pour J.-F. Staszak ; les géographes français sont le plus souvent des hommes blancs hétérosexuels10 qui, par leur vision tronquée du monde, auraient laissé en friche un certain nombre d’objets, soit qu’ils ne les auraient tout simplement pas vus, soit qu’ils les auraient occultés car considérés comme résiduels. Ensuite, par un effet paradigmatique pour C. Chivallon, les géographes notamment, et dans un premier temps, ceux se réclamant de la géographie sociale11, en plaçant l’espace comme une dimension du social, ont permis le franchissement d’une première étape en empêchant ainsi sa réification et son autonomisation. Malgré tout, ils n’auraient pas permis de sortir la géographie d’une logique de substantialisation (« L’espace n’est pas que construction, il est aussi construction », Durand-Dastés, p. 33 ; ou « L’espace est forcément complexe, il y a de tout dans l’espace », Hourcade, p. 34)12, logique battue en brèche par le postulat selon lequel « L’espace n’est que construction sociale » (Chivallon, p. 34) ou pour reprendre J. Lévy, « L’espace comme un des attributs de la réalité spatialisée et non comme une réalité indépendante »13.

Le centre et la périphérie ?

  • 14 Ce terme de « retard » est ici associé par certains auteurs à la nécessité d’un « rattrapage ». Ce (...)
  • 15 Voir Ben-David J., 1960, « Roles and Innovations in Medecine », American Journal of Sociology, 65 (...)

8Cet écart et ses conditions d’émergence et de développement (le « retard »14 est estimé à une vingtaine d’années) ont conduit à une marginalisation de la géographie française. La domination de la géographie anglo-saxonne se mesure « en termes éditoriaux, en terme de masse scientifique » (Staszak, p. 15) et passe par toute une série d’exclusions comme celle par exemple d’un ostracisme intellectuel : « Un géographe français qui se présente dans un aréopage de géographes américains, est disqualifié a priori, il ne sera pas entendu parce que les méthodes qu’ils utilisent sont trop codées et trop éloignées et hors du discours possible. » (Dupont, p. 26). Selon les « modernes », ces exclusions sont aussi, pour des raisons inverses, internes à la communauté française, étiquetant et enfermant ceux qui se risquent à toutes tentatives : « À mon niveau, j’ai pu expérimenter ces étiquettes parce que, depuis que j’ai publié sur le post-modernisme, je suis étiquetée “post-moderne” alors que je suis assez critique » (Chivallon, p. 14) ; ou encore : « On se trouve dans une position délicate : il suffit souvent d’avoir, dans des articles ou des livres, présenté la post-modernité ou le post-modernisme pour se voir affublé d’une étiquette de “géographe post-moderniste”. Alors que ce n’est pas parce qu’on présente une théorie ni même qu’on l’estime digne d’intérêt qu’on y adhère à 100 %. » (Staszak, p. 14). D’ailleurs, au fond, ces géographes anglo-saxons ne sont pas « tellement post-modernes. Ils sont de très bons géographes de l’école de géographie sociale classique britannique. Ces gens formés en Angleterre […] sont partis aux États-Unis et puis, là-bas, ils ont réussi, cela a pris. Leurs approches ont pris, sans doute parce qu’ils les ont placées sous “le parapluie post-moderne”, ce qui leur a permis de passer » (Collignon, p. 21). Ainsi, entre autres, les intérêts de carrière auraient conditionné cet engouement post-moderne anglo-saxon. De plus, les alliances avec d’autres disciplines pourraient être vues comme un processus tenant de l’hybridation, étroitement lié aux aspirations des individus (des chercheurs) à améliorer leur position dans le champ académique en accédant à un statut professionnel gratifiant et en intégrant un domaine intellectuellement légitime15.

9Ce mouvement peut-il alors être considéré comme une mode privilégiant de nouveaux sujets « politiquement corrects », se positionnant comme anti-scientifique et « couvrant toutes sortes de marchandises, très différentes et accompagnées de beaucoup de fumée, d’obscurité, de confusion » (Brunet, p. 6) ? Ou peut-il plutôt être vu comme une véritable lame de fond, pouvant promouvoir la géographie française vis-à-vis des sciences humaines et sociales et plus largement vis-à-vis de la société (et pour laquelle « il ne s’agit donc pas “de louper le coche” » [Staszak, p. 15]) ?

10A. Berque y voit pour sa part une « ruse de “l’anglosphère” qui, en relativisant l’ensemble des discours et en refusant des repères universels, ne relève que d’une stratégie hégémonique : c’est tout simplement affirmer la raison du plus fort, […] c’est imposer aux autres les prédicats constitutifs de son propre monde, lesquels sont forcément autocentrés » (p. 26). Guerre des plus forts contre les plus faibles ? Guerre de l’« anglosphère » contre la « francosphère » ?

Notes

1 Remarquons à ce propos que trois des revues francophones de géographie les plus reconnues ont consacré un numéro spécial au courant post-moderne : Cahiers de géographie du Québec, vol. 41 « Les territoires dans l’œil de la postmodernité », no 114, décembre 1997, sous la direction de Laurent Deshaies et Gilles Sénécal ; « Approche culturelle et post-modernité » (avant-propos), Géographie et cultures, Paris, L’Harmattan, no 31, 1999 ; et enfin L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 1 « La géographie postmoderne », 2004.

2 Pour reprendre l’expression de R. Dion dans un tout autre débat. Malgré tout, nous reprendrons par commodité ces deux catégories car au fond, si la nature du débat nous invite à qualifier les « anciens » de « modernes » et les « modernes » de « post-modernes », ces derniers récusent la qualification car jugée trop « réductrice ».

3 Bourdieu P., 1976 (2-3 juin), « Le champ scientifique », p. 88-104, Actes de la recherche en sciences sociales, p. 104.

4 Ceci est cependant à nuancer. En effet, « En Europe, certains ont parlé d’une culture et d’une société post-modernes sans avoir été le moindrement influencés par les développements anglo-saxons. » ; Bonny Y., 2004, Sociologie du temps présent. Modernité avancée ou post-modernité, Paris, Armand Colin.

5 Reprendre Lévy J., 1999 (b), Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, et notamment une partie du chapitre 1 consacrée à la question.

6 L. Dupont à ce propos : « Les départements de géographie, anthropologie, etc., étaient conçus comme des lieux de production d’un savoir corporatiste, produisant de moins en moins de vrais savoirs. », p. 11.

7 Ashley D., 1997, History without a subject : The Postmodern Condition, Boulder, Colorado, Westview Press.

8 Voir Bonny Y., 2004, chapitre 3.

9 Ici, nous pouvons penser aux travaux de F. Dubet sur les nouvelles obligations pédagogiques qui incombent aux enseignants, notamment dans le secondaire, afin que leur statut soit reconnu, le statut « traditionnel » et lié au rôle social n’allant plus de soi pour l’auteur.

10 Repris sous forme interrogative dans Staszak J.-F., 2001, « Les enjeux de la géographie anglo-saxonne », in Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, p. 7-21.

11 « L’espace ne peut pas être étudié par les géographes comme une catégorie indépendante, puisqu’il n’est justement rien d’autre qu’un élément du système social. » ; Kayser B., cité par Hérin R., 1991, « De l’enquête sociale et de l’analyse géographique », Entre espace et développement, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 64.

12 Voir Veschambre V., 2006, « Pour une approche multidimensionnelle de l’espace », http/eso.cnrs.fr/evenements/contributions_10_2004/vv.pdf.

13 Se rapporter à Lévy J., 1994, L’espace légitimé. Sur la dimension spatiale des politiques urbaines, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, p. 47.

14 Ce terme de « retard » est ici associé par certains auteurs à la nécessité d’un « rattrapage ». Ce qui peut bien sûr faire l’objet d’un débat.

15 Voir Ben-David J., 1960, « Roles and Innovations in Medecine », American Journal of Sociology, 65 (6), p. 557-568, cité par Shin T. et Ragouet P., 2005, p. 29.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search