Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Première partie. Le proche et le lointain. Le choix des objectifs

Chapitre 2. Découper et réduire, des risques et des nécessités

Texte intégral

  • 1 Bauman Z., 2005, La société assiégée, Rodez, Chambon/Le Rouergue.
  • 2 Pensons ici à Saïd E.W., 2005, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil (Coll (...)

1Comment rendre compte de ce monde et de sa complexité, des paradoxes dont il se pare ? Faudrait-il, à la manière de Montesquieu dans ses Lettres Persanes, pour observer la réalité du monde qui nous entoure avec un regard nouveau, ne pas lui appartenir pour accéder à une conscience de réalité en développant une expérience neuve du monde ? Cela est-il possible si l’on considère en suivant Z. Bauman que le monde est « plein » et qu’il est devenu à lui tout seul le « pays de frontière »1 ? Qui pourrait aujourd’hui jouer le rôle du naïf (du candide) dans un monde soit considéré comme uniforme et déterritorialisé, soit perçu comme une mosaïque d’isolats culturels reliés par affinités de toutes natures et tendus vers des buts de tous types par des réseaux virtuels ? Et si ce naïf existait, ne risquerait-il pas, comme d’autres avant lui, d’enfermer celui et ceux qu’il observe dans la prison de son regard2 ?

Catégorie et nécessité

  • 3 Olsson G., 1975, Birds in Eggs, London, Pion Limited, cité par Debarbieux B., « Présentation généra (...)

2Ces différents tableaux proposés posent la question des catégories dont nous disposons ou que nous construisons pour saisir la complexité des espaces dans leur environnement. Au regard des événements choisis, événements disparates mais retenus à un moment donné par les médias comme représentatifs, quels enseignements retenir des façons dont les espaces sont construits ? Cette question se révèle pertinente car elle anime le débat au sein des sciences humaines et sociales en général et au sein de la géographie en particulier. Plus encore, elle introduit une réflexion sur d’autres groupes producteurs de cadres et de catégories qui, par leur production et l’usage qu’ils en font, vont obérer par des normes les espaces ainsi construits allant vers ce qu’Olsson a appelé le « géographisme »3, sorte de tyrannie du cadre géographique qui devient prescription à l’action et aux représentations.

  • 4 Thévenot L., 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

3Les géographes, en se donnant pour ambition de mettre en évidence les rapports des sociétés aux espaces dans leurs genèses et leurs développements, ont donc participé à la mise en place de divers tableaux pour reprendre l’expression de L. Thévenot4. Ces tableaux diffèrent significativement selon les façons d’observer, de sélectionner et d’analyser les faits que la réalité semble donner, afin d’y déceler des régularités (par exemple la géographie quantitative et la géographie structuraliste) ou d’y détecter de grands ensembles géographiques socialement et culturellement cohérents (par exemple la géographie vidalienne avec la constitution de régions).

  • 5 Chivallon C., 2004, « Débattre autour du postmodernisme : commentaire de textes choisis », L’Espace (...)

4Par ce travail et en proposant cette série d’oppositions, est-ce qu’à mon tour je ne participe pas à la mise en place d’un découpage du monde et donc à l’établissement d’un ordre dominateur et aliénant, même si l’on peut prendre pour acquis, et ce depuis Lévi-Strauss, que « les schèmes mentaux dépendent de constructions spatiales ou spatialisantes, c’est-à-dire que le réseau de significations qu’ils imposent au monde ne peut s’opérer sans le principe de séparation et de distinction, bref, sans l’usage de la limite »5 ?

  • 6 Eco U., 2005, Kant et l’Ornithorynque, Paris, Le Livre de Poche.

5Selon U. Eco6, la compréhension du monde dont on fait l’expérience passe au tamis des catégories pré-établies que tout nouvel objet remettra en question, entraînant la mise en place de nouvelles catégories. L’auteur utilise la savoureuse histoire de la rencontre de Marco Polo avec un rhinocéros à Sumatra. Terre inconnue, animal inconnu, le voyageur n’a à sa disposition que la notion occidentale et chimérique de la licorne pour catégoriser le quadrupède frontalement encorné. Marco Polo choisira, par commodité, de modifier la description attribuée jusqu’alors aux licornes qui, si elles existaient, auraient selon lui cette physionomie.

  • 7 Ibid., p. 81-82.

6Cette remise en forme des catégories pré-établies et liées à son savoir culturel par l’expérience géographique pose le problème de la réduction nécessaire du réel à des fins de classement de celui-ci sur des rayonnages ou dans des cadres permettant à la pensée de se déployer. Elle permet plus encore de s’interroger sur l’intégration de « faits » ou de « phénomènes » jusque-là impensés et inconnus dans l’expérience vécue ou transmise du monde. Ceci serait, par exemple, pour continuer sur le ton badin de l’auteur, de se demander : « Que se serait-il passé si Marco Polo, au lieu d’arriver en Chine, avait débarqué en Australie et avait aperçu, le long d’un cours d’eau, un ornithorynque ? »7.

  • 8 Debarbieux B., 2004, p. 17.
  • 9 Se reporter aux travaux d’Ernst Cassirer.

7Ce passage de l’objet étrange et inconnu à un élément repéré, individualisé et inséré dans une catégorie serait « la seule façon de ne pas devenir “esclaves du particulier” et [tiendrait] à notre capacité à catégoriser, c’est-à-dire à rendre équivalentes des choses différentes, en rapprochant ces objets, ces êtres et ces événements. Organiser les objets spatiaux singuliers en catégories et les identifier à partir de ces catégories constituerait une réponse imposée par les mécanismes de la pensée et du langage »8, passage où le langage est, au-delà d’un instrument au service de la pensée, ce par quoi une production de sens est possible9.

  • 10 Eco U., 1999, p. 29.

8Cette opération à la fois d’individualisation et de catégorisation concerne l’ensemble des sociétés dans leur nécessaire obligation, d’une part de faire entrer la diversité des environnements dans le sens commun. Le sens commun corresponde à un moment donné à ce qu’un groupe ou une communauté est apte ou prêt à accepter et qui conditionnera ses représentations à venir de son environnement, et d’autre part d’introduire cette infinité de singularités dans le corpus des noms et des définitions à disposition, faisant dire à U. Eco que « le recours à l’universel n’est pas une forme de la pensée mais plus une infirmité du discours »10.

Catégorie et distance

  • 11 D’abord les sciences et ensuite les sciences humaines et sociales sur les modèles des premières, e (...)
  • 12 Se reporter à Debarbieux B., 2004, et Debarbieux B. et Gillet F., 2002, Mountain Regions : a Resea (...)
  • 13 Cassirer E., 1972, Philosophie des formes symboliques, Paris, Éditions de Minuit (3 tomes : 1923-19 (...)

9La communauté scientifique11, ne dérogeant pas à l’obligation, en a fait en quelque sorte sa profession12 au même titre que les autres sphères : « Les différents produits de la culture – langage, connaissance scientifique, mythe, art, religion – s’insèrent ainsi, en dépit de leur diversité interne, dans une seule problématique générale et apparaissent comme autant de tentatives pour transformer le monde passif de la simple impression, où l’esprit semble toujours enfermé, en un monde de pure expression de l’esprit13. » Cette égalité de traitement proposée par le philosophe entre des champs de construction et de production aussi différents dans leur nature que dans leurs objectifs que l’art, la religion ou la connaissance scientifique, nous renvoie à la place de la science dans le concert des sphères de production des savoirs.

  • 14 Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.
  • 15 Staszak J.-F., 2000, Les discours du géographe, Paris, L’Harmattan, p. 8.
  • 16 Berdoulay V., 1995, La formation de l’école française de géographie, Paris, Éditions du CTHS, p. 69
  • 17 Shinn T. et Ragouet P., 2005, Controverse sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’ (...)

10D’abord, si depuis les travaux des sociologues et des philosophes des sciences il est maintenant admis par tous les membres de la communauté scientifique que tout savoir est un pouvoir14, ce savoir, aussi faible soit-il, par les connaissances qu’il construit et l’autonomie qu’il leur confère, produit des normes et des systèmes moraux s’y rapportant. Ces savoirs, soumis au risque d’une instrumentalisation par les structures de pouvoir quelles qu’elles soient ou les accompagnant (de façon volontaire ou non), participent à l’édification du monde qu’ils étudient. Pouvons-nous ranger ici « la géographie de R. Brunet, avec sa “banane bleue”, son “Nord des Suds” [qui] n’est pas sans rapport avec les politiques d’aménagement du territoire pratiquées en France dans les années 80 »15 ou encore les liens entre le processus français de colonisation et la géographie coloniale initiée et développée notamment par M. Dubois (« La géographie coloniale selon Dubois était avant tout une science appliquée, conçue comme un outil de colonisation et reposant sur une connaissance approfondie des milieux concernés16. ») ? Dans le cadre du débat actuel sur la légitimité de la science, certains sociologues prophétisent d’ailleurs que seule la connaissance dite « appliquée », c’est-à-dire répondant à une demande sociale et aux exigences économiques, possède un avenir17.

  • 18 Voir Latour B. et Woolgar S., 1996, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, (...)
  • 19 Voir à ce sujet l’anecdote rapportée par Christine Chivallon lors du débat organisé par L’Espace g (...)
  • 20 À rapprocher du « capital scientifique » de Bourdieu pour lequel un scientifique doté d’une certai (...)
  • 21 Shinn T. et Ragouet P., 2005, p. 116.

11Ensuite, il est admis que la reconnaissance de la production scientifique est fondamentalement liée à la production littéraire18 et doit donc, pour cela, se conformer à des règles normatives très strictes19 dans une sphère fondée sur la compétition tendue vers un objectif individuel de crédibilité. Cette crédibilité englobe certes le prestige conféré par les pairs et l’autorité qu’elle concède au sein du laboratoire mais aussi dans les instances visant à organiser l’activité scientifique20. Pour Latour et Woolgar, « la science devient un art du combat pour faire accepter ses énoncés par les autres, c’est-à-dire les protocoles qui sont au principe de leur production, persuader les institutions de l’intérêt des recherches entreprises et de la nécessité de les poursuivre, etc. »21.

  • 22 Kuhn T., 1999, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Gallimard.
  • 23 Voir Shinn T. et Ragouet P., 2005, p. 27 et suivantes.

12Enfin, le progrès scientifique procède, de façon générale, par ruptures et bouleversements, et ce contrairement au positivisme qui envisage le progrès des sciences comme le produit d’une accumulation de résultats expérimentaux22. De plus, depuis les écrits de Robert K. Merton23, il est acquis que l’essor des sciences modernes est subordonné à l’existence d’un ensemble de prérequis sociaux.

  • 24 Ethos guidé par les normes suivantes : universalisme, communalisme, désintéressement et scepticism (...)
  • 25 Voir aussi Feyerabend P.-K., 1979, Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la conn (...)
  • 26 Voir Magasine littéraire, no 352, mars 1997, dossier « Ludwig Wittgenstein ».

13R.K. Merton, en partant de l’ethos24 de la science, considéra que la science est un mode de connaissance épistémologiquement différent des autres modes d’appréhension de la réalité et donc distincte et autonome des autres sphères de connaissance. C’est tout particulièrement à ce propos que se pose aujourd’hui la question de la pertinence et de la légitimité du savoir scientifique en général et du savoir géographique en particulier, pour ce qui nous concerne. En effet, le discours scientifique est, à l’inverse de la proposition de Merton, considéré de plus en plus largement comme un discours « ordinaire » ou « naturel ». Il est pour L. Wittgenstein25 le résultat d’un jeu de langage26 (se révélant être un exercice verbal), jouant sur les activités et les relations des hommes entre eux et leurs rapports respectifs au monde. Il serait, pour le philosophe, dépendant de ce qu’il appelle une « forme de vie », c’est-à-dire d’une pratique sociale, historiquement et culturellement déterminée.

  • 27 Besse J.-M., 2004, « Le postmodernisme et la géographie. Éléments pour un débat », L’Espace géograp (...)
  • 28 Shinn T. et Ragouet P., 2005, p. 6.

14Ainsi, tous les discours se vaudraient et la perte d’universalité du discours scientifique nous prescrirait une impossible commensurabilité27 régie par « une idéologie antiscience [qui] s’est développée, suscitant l’essor d’un relativisme intellectuel pour lequel la vérité n’existe pas […]. Cette position a également remis en cause la nécessité de préserver une certaine autonomie de la science pour qu’elle continue à fonctionner efficacement »28.

  • 29 Cusset F., 2005, French Theory, Paris, La Découverte.
  • 30 Boghossian P., 1997, « Les leçons à tirer de la mystification de Sokal : des conséquences pernicieu (...)

15Sans aller plus loin, nous reprendrons « le doute » et les « insatisfactions » que suscite le débat chez les intellectuels dont l’épiphénomène fut ce qu’il est coutume d’appeler « l’affaire Sokal » ou « le canular de Sokal »29, et à degré moindre « l’affaire Tessier-Mafessoli » en reprenant, comme point de départ, les propos de Paul Boghossian30 : « Qu’est-ce que cela prouve exactement ? Trois choses importantes pour moi : d’abord, que les opinions relativistes sur la vérité et l’évidence, bien que d’une cohérence douteuse, sont reçues de plus en plus favorablement par le monde universitaire, ensuite, que cela entraîne des connaissances pernicieuses prévisibles sur la définition des critères scientifiques et sur le sens de la réflexion intellectuelle, et enfin, qu’aucune remarque précédente n’a besoin pour être affirmée de refléter un point de vue politique particulier, et surtout pas conservateur. »

Notes

1 Bauman Z., 2005, La société assiégée, Rodez, Chambon/Le Rouergue.

2 Pensons ici à Saïd E.W., 2005, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil (Coll. La couleur des idées).

3 Olsson G., 1975, Birds in Eggs, London, Pion Limited, cité par Debarbieux B., « Présentation générale. De l’objet géographique à l’effet géographique », p. 11-33, in Debarbieux B. et Fourny-Kober M.-C., 2004, L’effet géographique. Construction sociale et configuration matérielle des objets géographiques, Grenoble, MSH-Alpes, p. 26.

4 Thévenot L., 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

5 Chivallon C., 2004, « Débattre autour du postmodernisme : commentaire de textes choisis », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 1 « La géographie postmoderne », p. 45.

6 Eco U., 2005, Kant et l’Ornithorynque, Paris, Le Livre de Poche.

7 Ibid., p. 81-82.

8 Debarbieux B., 2004, p. 17.

9 Se reporter aux travaux d’Ernst Cassirer.

10 Eco U., 1999, p. 29.

11 D’abord les sciences et ensuite les sciences humaines et sociales sur les modèles des premières, et ce par souci scientifique.

12 Se reporter à Debarbieux B., 2004, et Debarbieux B. et Gillet F., 2002, Mountain Regions : a Research Subject ?, Bruxelles, Éditions de la Communauté Européenne. Nous n’entrerons pas ici dans le débat ouvert par cet auteur sur les a priori sur lesquels les diverses catégories, objets géographiques, reposent.

13 Cassirer E., 1972, Philosophie des formes symboliques, Paris, Éditions de Minuit (3 tomes : 1923-1929).

14 Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

15 Staszak J.-F., 2000, Les discours du géographe, Paris, L’Harmattan, p. 8.

16 Berdoulay V., 1995, La formation de l’école française de géographie, Paris, Éditions du CTHS, p. 69.

17 Shinn T. et Ragouet P., 2005, Controverse sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Raisons d’Agir.

18 Voir Latour B. et Woolgar S., 1996, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte. « Les acteurs reconnaissent que la production d’articles est le but essentiel de leur activité. La réalisation de cet objectif nécessite une chaîne d’opérations d’écriture qui vont d’un premier résultat griffonné sur un morceau de papier et communiqué avec enthousiasme aux collègues, au classement de l’article dans les archives du laboratoire. Les nombreux stades intermédiaires (conférences avec projecteur, diffusion de tirés à part, etc.) ont tous rapport sous une forme ou une autre avec la production littéraire. », p. 68.

19 Voir à ce sujet l’anecdote rapportée par Christine Chivallon lors du débat organisé par L’Espace géographique autour de la question de la post-modernité en géographie. Pour argumenter la routinisation (définie comme stabilisation des énoncés) de la géographie post-moderne dans les pays anglo-saxons, elle fait part de son expérience pour « être publié » et passer la sélection éditoriale : « Sans changer le fond d’un texte, il s’agit d’ajouter deux ou trois artifices qui correspondent à la norme actuelle. C’est cette possibilité de reconnaître comment le discours est actuellement normé qui porte à parler de routinisation. », Chivallon C., 2004, p. 23.

20 À rapprocher du « capital scientifique » de Bourdieu pour lequel un scientifique doté d’une certaine notoriété a un accès plus aisé aux crédits de recherche et peut accroître ainsi son influence au sein de cercles toujours plus larges. Cette réputation dépend des résultats de recherche, de la considération que les pairs leur portent et de la pertinence accordée en fonction de leurs propres travaux. Bourdieu P., 1975, « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison », Sociologie et Sociétés, vol. 7, no 1, p. 91-118.

21 Shinn T. et Ragouet P., 2005, p. 116.

22 Kuhn T., 1999, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Gallimard.

23 Voir Shinn T. et Ragouet P., 2005, p. 27 et suivantes.

24 Ethos guidé par les normes suivantes : universalisme, communalisme, désintéressement et scepticisme organisé ; normes considérées aujourd’hui plus comme des idéaux que comme des normes opératoires.

25 Voir aussi Feyerabend P.-K., 1979, Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Le Seuil.

26 Voir Magasine littéraire, no 352, mars 1997, dossier « Ludwig Wittgenstein ».

27 Besse J.-M., 2004, « Le postmodernisme et la géographie. Éléments pour un débat », L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, no 1 « La géographie postmoderne », p. 1-5.

28 Shinn T. et Ragouet P., 2005, p. 6.

29 Cusset F., 2005, French Theory, Paris, La Découverte.

30 Boghossian P., 1997, « Les leçons à tirer de la mystification de Sokal : des conséquences pernicieuses et des contradictions internes du relativisme postmoderne », Les temps modernes, no 594, p. 134-147.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search