Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Première partie. Le proche et le lointain. Le choix des objectifs

Chapitre 1. La complexité des phénomènes sociaux et spatiaux

Texte intégral

  • 1 Sites Internet consultés : www.linternaute.com/histoire/, www.navigationplus.net/histoire/, www.wi (...)
  • 2 Pour reprendre l’expression de Lipovetsky G., 2004, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset.

1Le recensement des événements1 qui auraient « marqué » ou seraient représentatifs des années 1992-1993 paraît être un bon moyen pour appréhender la complexité du monde contemporain. L’extrême éclectisme des informations répertoriées nous autorise à parler tout autant d’un « présent ou d’un temps paradoxal »2 que d’une géographie paradoxale qui fonderait ces deux années.

Un présent paradoxal

  • 3 Avec malgré tout des exceptions régionales puisque l’ensemble de la planète n’est pas également co (...)
  • 4 Voir à ce propos l’introduction de Appadurai A., 2005, Après le colonialisme. Les conséquences cul (...)
  • 5 Se référer à de Singly F., 1998, « Individualisme et lien social », p. 33-43, RIAC, no 39 « Liens (...)

2Un présent paradoxal se dévoile tout d’abord par la puissance des moyens de communication, puissance d’une telle ampleur que l’ensemble de la planète, par divers canaux médiatiques et notamment l’accès au réseau Internet3, peut être au fait des grands événements du monde. Ensuite, la succession de ces événements, dans une sorte de frénésie consumériste où chacun d’entre eux, poussé par d’autres4, perd en consistance, permet de penser que trop d’informations tue l’information. Une telle circulation pose en réalité la question de l’existence d’une hiérarchie de valeurs, valeurs attribuées à des événements dès lors qu’ils sont diffusés indistinctement et à un rythme élevé. Cette indistinction et les conséquences politiques et morales qu’elle soulève peuvent avoir pour exemple-type le débat qui a animé le Québec en 1997, lorsque pendant la Journée mondiale du Sida, Julie Snyder, animatrice d’une émission, annonçait en pleurs la mort de son chien5.

  • 6 Reprendre à ce propos Habermas J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

3Ce problème de hiérarchisation des informations diffusées révèle les deux composantes de l’agir6 que possèdent les médias, un « agir stratégique » par lequel ils exercent une influence sur l’ensemble des auditeurs et téléspectateurs, et un « agir communicationnel » donnant l’impression, à tort ou à raison, de la construction d’une connaissance et d’une interprétation communes des phénomènes planétaires importants. Les élans de générosité après la catastrophe du tsunami du 26 décembre 2004 ou le « nous sommes tous américains » après les attentats du 11 septembre 2001 sont là pour nous le rappeler, si l’on met en regard ces deux événements tragiques avec d’autres, soit si lointains qu’ils sont oubliés, soit qu’ils ne se sont pas vus labellisés pour être retenus. Nous pouvons tout aussi bien avancer l’idée que la masse restante d’informations, mettant en lumière les événements du monde dans une grande indistinction, contraint chaque individu de façon isolée à opérer un tri selon une hiérarchie de valeurs qui lui est propre, même si elle est rattachée – dans ses grands principes au moins – à son groupe d’appartenance.

4Ainsi, au cours de ces deux années 1992 et 1993, les événements choisis et reconnus par les médias pour avoir une importance mondiale révèlent un « présent paradoxal », mettant en avant une foule de faits d’une extrême diversité, autant dans l’impact produit sur la société que dans les conséquences induites pour celle ci. On peut citer la signature du traité de Maastricht (7 février 92) ou l’assassinat de Melchior Ndadaye, Président du Burundi (21 octobre 1993), les accords de Washington (13 mai 1993) ou le divorce du Prince Charles et de Lady Diana (9 décembre 1992), le drame du stade Furiani (5 mai 1992) ou la première diffusion de la série X-Files aux États-Unis (10 septembre 1993), et enfin la réhabilitation de Galilée par le Vatican (31 octobre 92) ou la condamnation de la « purification ethnique » en Bosnie par l’ONU (3 août 1992).

Une géographie par découpages, les doutes de Cassandre7

Un « monde » et un « anti-monde »

  • 8 Brunet R., 1997, Champs et contrechamps. Raisons de géographe, Paris, Belin, p. 269 et suivantes. J (...)

5La géographie qui émerge de ce recensement est tout aussi paradoxale par les catégories que les événements nous invitent à dessiner. Il y aurait un « monde » normé régi par des règles et des lois fondées, d’après R. Brunet8, sur une morale positive et conservatrice qui aurait, comme complément consubstantiel, un « anti-monde » où s’exprimeraient le hors-la-loi, l’illicite, les irréguliers et les irrédentistes. Ce « monde » et cet « anti-monde » seraient tour à tour imbriqués, contigus ou superposés.

6Nous pouvons voir dans le « monde » ainsi défini, pendant ces deux années, les pays adoptent des règles et des règlements économiques comme la signature de l’accord sur l’Espace Économique Européen entre l’Union Européenne et l’Association Européenne de Libre-Échange (2 mai 1992), ou s’accorder sur des règlements politiques comme la promulgation par décret de la nouvelle Constitution du Mali (25 février 1992) ou encore sur des règlements de stratégie géopolitique comme la signature de l’accord entre la Russie et l’Ukraine pour le partage de la flotte en mer Noire.

  • 9 Voir Bouquet C., 2006, « Criminalisation », Jeune Afrique, hors série no 12 « État de l’Afrique 20 (...)

7Ce « monde » côtoierait alors un « anti-monde » fait de transgressions aux règles et pouvant atteindre un degré tel d’organisation qu’il génère des processus de criminalisation9. Il prendrait en son sein des événements divers surgissant parfois à la lumière, comme le suicide de l’homme politique français Pierre Bérégovoy soupçonné de malversations financières (1er mai 1993), la destitution du Président brésilien Fernando Collor de Mello accusé de corruption financière (décembre 1992), l’affaire du sang contaminé en France (1992), l’arrestation du chef du Sentier Lumineux au Pérou (12 septembre 1993) ou encore l’assassinat à Palerme du juge Falcone par la mafia (23 mai 1992).

Un monde de convivance et un monde de survivance

  • 10 Abélès M., 2006, Politique de la survie, Paris, Flammarion.

8En suivant Marc Abélès10, nous pourrions tout autant mettre en évidence, à la lumière des événements recensés pour ces deux années, deux autres mondes, l’un relevant de la convivance et l’autre de la survivance.

  • 11 Beck U., 2000 [1986], La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

9Dans le rapport au politique, le principe de convivance se rattache à la recherche d’une harmonie sociale et spatiale, contrairement au principe de la survivance se fondant quant à lui sur la gestion d’un avenir précaire et incertain ayant, à la suite de U. Beck, le risque comme élément central11. Ainsi, ce monde de la convivance serait rempli d’événements mettant en scène des hommes et des territoires se rapprochant par des politiques de « la main tendue » pour un avenir serein. On se souviendra, entre autres, de la célèbre poignée de main entre Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien, et Yasser Arafat, chef de l’Organisation de Libération de la Palestine à Washington (13 septembre 1993), du prix Nobel de la Paix remis conjointement à Nelson Mandela et à Fréderik De Klerk (15 octobre 1993), de la reconnaissance mutuelle d’Israël et du Vatican et, dans un autre registre, de l’autorisation d’officier donnée aux femmes par l’Église anglicane (11 novembre 1992).

10Coexistant à ce monde dont M. Abélès annonce la disparition, il y aurait un monde de la survivance se laissant découvrir par la nature des événements, comme par exemple le Sommet de la Terre à Rio (4 juin 1992) ou la suspension des essais nucléaires britanniques, soviétiques, étatsuniens (1er juillet 1992) ou français (14 juillet 1992), événements se révélant être des réponses ou des tentatives de réponses aux risques touchant l’ensemble de l’Humanité, risques injectant de l’imprévu et de l’incertitude et dessinant un avenir social et spatial commun plein de dangers.

Un monde fluide et un monde rigide

  • 12 Bauman Z., 2000, Liquid Modernity, Cambridge, Polito.

11De la même façon, un autre découpage peut être proposé. Il sépare un monde fluide12, repoussant ou abolissant les frontières, construit pas à pas par divers événements d’opérationnalité plus ou moins rapides comme la signature du traité de Maastricht (7 février 1992), de l’ALENA (12 août 1992) ou la présentation du navigateur Web aux États-Unis (22 avril 1993).

12Il s’opposerait à un monde de repliements identitaires et de violences où, au contraire, les barrières reprendraient en érectilité matérielle ou symbolique, faisant naître dans leur sillage une foule de massacres relevant, selon Hannah Arendt, d’une « banalisation du mal », de la douleur et de l’exclusion. Un monde qui dans ces années 1992-1993 possède des espaces ainsi bornés : pensons ici aux débuts de la guerre en Bosnie-Herzégovine (avril 1992), à l’assassinat du Président burundais Melchior Ndadaye (21 octobre 1993) suivi du génocide, en quelques semaines, de plus de 100 000 Tutsis et, pour la France, sans bien sûr aucune commune mesure, le projet de loi visant à « l’immigration zéro » (2 juin 1993), la réforme du code de la nationalité ne conférant plus de façon automatique à un enfant né en France la nationalité française (24 juin 1993), ou pour la Russie, la mise en œuvre de la doctrine Eltsine de « l’étranger proche », autorisant l’armée à intervenir à l’étranger (2 novembre 1993).

Un monde de dominants et un monde des subalternes

  • 13 Cours-Salies P. et Le Lay S. (dir.), 2006, Le bas de l’échelle. La construction sociale des situati (...)

13Enfin, le découpage entre un monde des inclus (ou des dominants) et un monde des exclus (ou des subalternes)13, se spatialise au profit d’événements rendant compte des deux faces d’un capitalisme post-industriel mondialisé, générant tout à la fois des groupes et des espaces intégrés dans le mouvement de la consommation généralisée et du superflu, et d’autres qui en seraient exclus. Les premiers pourront trouver les espaces de tous leurs désirs, et ce dès le 12 août 1992, en se rendant à l’inauguration d’Euro-Disney, en regardant la nouvelle chaîne culturelle franco-allemande Arte sur le cinquième réseau hertzien ou encore en s’enthousiasmant du quatrième titre de Champion du Monde automobile d’Alain Prost (27 septembre 1993). Les seconds, au contraire, exclus de ces processus, sont parfois approchés par les médias à la faveur de telles études statistiques ou de tels événements souvent dramatiques : 10 % de la population active française est au chômage (26 mai 2006), émeutes sanglantes à Los Angeles à la suite de l’acquittement de quatre policiers blancs qui avaient battu un automobiliste noir (29 avril 1992) ou la mort de froid de quinze Sans Domicile Fixe (SDF) dans les rues de Paris (janvier 2003).

14Le nombre de catégories mises en évidence et d’événements sollicités perd le lecteur dans les méandres de sa mémoire. Il l’incline aux souvenirs d’événements souvent oubliés et à la recherche de sa position personnelle et géographique au moment des faits. Il se positionne dans chacun des découpages proposés par cet effort mémoriel, qui le fait appartenir à l’un plutôt qu’à l’autre. La mise en place de ces catégories (qui pourraient être multipliées) impose de la discontinuité tant spatiale que sociale et contraint le lecteur à se positionner. Mais cette catégorisation ne dépend, bien évidemment, que de la posture de celui qui les pense et du message qu’il entend, consciemment ou inconsciemment, faire passer.

Notes

1 Sites Internet consultés : www.linternaute.com/histoire/, www.navigationplus.net/histoire/, www.wikipedia.org.

2 Pour reprendre l’expression de Lipovetsky G., 2004, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset.

3 Avec malgré tout des exceptions régionales puisque l’ensemble de la planète n’est pas également concerné. Voir par exemple Conte B., 2000, Les déterminants d’Internet en Afrique, in www.conteu.bordeaux4.fr/publica/, et sur les effets divers sur les diversités culturelle et linguistique voir Amrous N., 2006, « Internet, chance ou menace pour la diversité culturelle et linguistique ? », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1868.html.

4 Voir à ce propos l’introduction de Appadurai A., 2005, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot (Coll. Petite Bibliothèque Payot).

5 Se référer à de Singly F., 1998, « Individualisme et lien social », p. 33-43, RIAC, no 39 « Liens social et politique », p. 33.

6 Reprendre à ce propos Habermas J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

7 Cette référence à Cassandre est empruntée à Gentelle P., 2006, « L’actualité et “l’ordinarité” : le dilemme du géographe », in http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=871.

8 Brunet R., 1997, Champs et contrechamps. Raisons de géographe, Paris, Belin, p. 269 et suivantes. J. Lévy, pour sa part, ne donne pas la même embrasse à l’anti-monde puisqu’il le confond avec les « mouvements anti-mondialisation » : Lévy J., 2002, « Les mondes des anti-Monde », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document335.html.

9 Voir Bouquet C., 2006, « Criminalisation », Jeune Afrique, hors série no 12 « État de l’Afrique 2006 », p. 134-138.

10 Abélès M., 2006, Politique de la survie, Paris, Flammarion.

11 Beck U., 2000 [1986], La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

12 Bauman Z., 2000, Liquid Modernity, Cambridge, Polito.

13 Cours-Salies P. et Le Lay S. (dir.), 2006, Le bas de l’échelle. La construction sociale des situations subalternes, Paris, Érès. Se reporter aussi aux récents travaux de Jacques Marseille.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search