Version classiqueVersion mobile

Territoires, mobilités et sociétés

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Introduction

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, de nombreuses recherches en sciences humaines et sociales posent la question de la place et du rôle de l’espace dans les considérables transformations, sans précédent, touchant les champs du politique, du social et de l’économique. Les divers mouvements de capitaux, d’hommes et d’idées, favorisés entre autres par les nouvelles techniques de communication, remettent en question une géographie ordonnée du monde.

2Cet ordre mondial et sa géographie (ou cet ordre territorial mondial) se fondaient sur des certitudes où chacun des territoires avait une place dans une parfaite hiérarchie d’échelles. Il possédait une métrique mesurable et cartographiable et une substance faite d’attachements identitaires signifiants. Ces derniers s’appuyaient sur une entité territoriale de base, considérée alors comme un optimum à atteindre, dont la forme politique était l’État-Nation.

  • 1 Voir Habermas J., 2003, Après l’État-Nation. Une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard, (...)

3Émergeants au xviie siècle, les États-Nations se caractérisent alors par une domination souveraine sur des territoires de mieux en mieux délimités. De plus, ils sont dotés d’une capacité de régulation supérieure aux formations politiques antérieures. Leurs pouvoirs toujours plus nombreux (administratifs, fiscaux, politiques, sociaux et culturels) s’incrémentant au cours du temps, gagnent en légitimité grâce, entre autres, à leur ouverture aux formes démocratiques. L’État-Nation, né en Europe, s’érige progressivement, dans les conditions favorables de l’après-guerre, en modèle à l’échelle de la planète toute entière1.

  • 2 Depuis le traité de Westphalie.
  • 3 Zweig S., 1995, Le monde d’hier, souvenir d’un Européen, Paris, Le Livre de Poche, p. 16.

4Cet ordre de vieille antériorité s’offrait, il y a peu de temps encore, comme immuable. Aboutissement d’un long processus de mise en forme2 et entaché de cruelles violences et d’irrémédiables souffrances, il fait entrer la planète dans une sorte d’âge d’or de la stabilité territoriale. S’exprimait par lui ce que S. Zweig a appelé, à propos du xixe siècle, une sorte de « touchante confiance dans l’avenir »3.

5La jonction de divers phénomènes, que l’on range habituellement sous le vocable de « mondialisation », comme les formidables dérèglements économiques, l’accroissement toujours plus grand des inégalités entre pays riches et pays pauvres, l’abaissement de certaines frontières (comme celles au sein de la Communauté Européenne ou la chute du Mur de Berlin) et l’avènement de certaines autres, intentionnellement désirées (par exemple par la création d’États indépendants comme le Monténégro) ou violemment signifiées (par exemple les mesures de lutte contre l’immigration), remet en cause cet ordre territorial. Il laisse poindre aussi, par la rapidité des mutations en cours, la fragilité constitutive de l’édifice qui se fonde sur l’hégémonie du champ du politique sur ceux de l’économique et du social, et principalement de l’Occident sur le reste du monde. Dessaisis de bon nombre de leurs prérogatives et notamment celles relevant des régulations sociale et économique, contraints de renoncer à toute politique nationale et protectionniste, les États-Nations apparaissent aujourd’hui menacés dans leur légitimité et leur pouvoir de cohésion par un système économique voire culturel devenu transnational.

  • 4 On peut y inclure ici les pouvoirs de certaines formes associatives, les autonomies politiques rev (...)
  • 5 Les regroupements de type économique comme l’ALENA (Accord de Libre-Échange Nord-Américain) ou l’A (...)
  • 6 Les ONG comme Greenpeace, WWF, etc.
  • 7 Hobsbawm E., 1999, L’âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Paris, Complexe/Le Monde dipl (...)
  • 8 Ibid., p. 718.

6Ces pertes, et notamment celles liées à une régulation sociale, sont relayées en partie par des collectifs plus ou moins institutionnalisés, œuvrant à diverses échelles allant du local4 au mondial5 et touchant divers champs, environnementaux6, sociaux, culturels, etc. Sans coordination intentionnelle et raisonnée et malgré les recommandations des grandes conférences internationales, les actions entreprises dessinent des territoires inhabituels et augurent d’avenirs individuels et collectifs incertains. Cette situation, en germe dès l’après-guerre7, s’est clairement dévoilée dans les années 1980 et prend figure d’un formidable désordre : « Le court xxe siècle s’achève dans des problèmes pour lesquels personne n’a, ni ne prétend avoir, de solution. Tandis que les citoyens de la fin de siècle tâtonnent en direction du troisième millénaire, à travers le brouillard planétaire qui les enveloppe, leur seule certitude est qu’une époque de l’histoire s’est terminée. Ils ne savent pas grand-chose d’autre8. »

7Cette situation de désordre se caractérise principalement par de nouvelles logiques d’échanges et de pratiques provoquant une rencontre singulière entre territoires et réseaux (mouvements plus ou moins organisés). La mobilité généralisée et planétaire fait croire en l’achèvement des territoires modernes et en la dissolution de la sédentarité séculaire, tant au niveau politique qu’idéologique, qui leur était constitutive, et leur promet un destin eschatologique.

8Depuis une quinzaine d’années, les géographes, notamment sous l’impulsion de la vague post-moderne anglo-saxonne, annoncent et œuvrent pour un tournant géographique. Ce tournant serait à la fois une manière de sortir la géographie de son isolement disciplinaire et permettrait de reconsidérer l’espace comme une dimension, parmi d’autres, du social. Ainsi, ces géographes cherchent à lire les mouvements contemporains (choisis ou prescrits) pour mieux comprendre les mutations territoriales contemporaines. Pour cela, ils tentent de cerner la façon dont les mobilités contribuent à l’émergence de nouveaux rapports à l’espace dans l’immédiateté de la mise en place d’une connivence spatiale. Ils entreprennent aussi de mettre en évidence de nouvelles configurations territoriales émergentes qui regroupent tant les pratiques de l’espace les plus ordinaires et quotidiennes (l’habité, la profession, etc.) que les plus exceptionnelles (migrations, tourisme, etc.).

9C’est à cette articulation entre ces nouvelles pratiques et trajectoires individuelles de l’espace, qui auraient été qualifiées il y a quelques années encore de transgressives, marginales ou périphériques, et les territoires de prescriptions de pratiques et de représentations plongeant leurs racines dans l’histoire (dont le meilleur exemple est celui des États-Nations), que la problématique de la géographie se déploie aujourd’hui.

10Cette articulation est néanmoins difficile à cerner car elle concerne des niveaux territoriaux souvent fort éloignés dans leur échelle (toutes les strates entre le local et le mondial), dans leur degré d’institutionnalisation (par exemple, les territoires locaux de chasse et les territoires des réserves naturelles mis en place par des organisations non gouvernementales puissantes) et dans les perspectives idéologiques qui les conduisent (croyances dans un destin collectif commun à l’humanité, dans la protection de l’environnement, dans un capitalisme ultra libéral, dans la conservation des cultures locales, etc.). Malgré tout, les formes territoriales qui hébergent ces pratiques idéologiquement dépendantes ne connaissent pas forcément de tensions, elles peuvent tout aussi bien être complémentaires (s’instrumentaliser réciproquement) ou même s’ignorer.

11Nous pensons que les nouvelles formes territoriales contemporaines, émergentes et peu institutionnalisées, renseignent plus sur les recompositions en cours que les formes territoriales anciennes, identifiables et lisibles car rôdées et éprouvées séculairement. Notre propos ne sera pas ici de cerner les mouvements territoriaux lourds et officiels mais plutôt de tenter de mettre en évidence les ressorts des nouvelles formes territoriales.

12Nous partons de la conviction selon laquelle deux phénomènes majeurs ont initié et développé ces transformations. D’abord, il s’agit de l’émergence de nouveaux collectifs sociaux plus ou moins constitués et de temporalités plus ou moins longues. Ces collectifs vont, car l’époque le permet, par leurs trajectoires et leurs mobilités diverses et liées à l’habité, à la profession, aux loisirs mais aussi à leur propre survie, être les promoteurs (les hérauts) de l’apparition et du développement de nouveaux territoires. Ces nouveaux territoires se superposant, entrant en conflit ou ignorant l’ordre territorial institué ne lui font plus forcément allégeance. Cet ordre présenté et intégré depuis si longtemps comme universellement légitime, constitutif des identités de chacun, des territoires le fondant, des rapports à l’altérité, grand prescripteur de pratiques et de visions du monde, a perdu en pouvoirs au profit d’autres sphères variées (économique, sociale, culturelle) qui semblent plus aptes à produire des idéologies et des imaginaires opératoires.

13Ensuite, ces nouveaux territoires émergents, théâtres de nouvelles pratiques sociales, culturelles et économiques, loin d’être conformes aux modèles des territoires de longue histoire, sont remarquables par leur fluidité. Ces fluidités se dévoilent à plusieurs niveaux : fluidité de forme car leurs contours ne sont pas fixes. Ici, ni frontières ni barrières, on distingue plutôt des zones de marge ; fluidité dans leur substance car les institutions qui permettent leur fonctionnement posent peu de règles et peu de normes ; fluidité par les pratiques qui les constituent car elles ne sont pas obligatoires et semblent toujours négociables ; fluidité enfin par les modes d’identification qu’ils proposent car ici, la contrainte de la mono-appartenance n’est plus de règle.

14Ces constructions territoriales originales, remarquables par leur fluidité autant que les territoires « classiques » le sont par leur rigidité, constituent autant de possibles territoriaux au service des individus. Les choix opérés par ces derniers, loin d’être libres, même si tout prête à le croire, sont conditionnés par d’opportunes potentialités économiques, d’agréables perspectives de dépaysement, de déchirantes croyances en un avenir moins difficile, de redoutables luttes pour la protection de son identité, et de sensibles controverses pour une planète régénérée et authentique. Ces conditionnements variés, épars et parfois contradictoires, sont autant d’éléments constitutifs des discours et des idéologies qui les fondent et qui vont participer à ces constructions territoriales nouvelles. C’est en fonction de la capacité de séduction de ces discours, de leur capacité à être dans « l’air du temps », que les choix individuels et collectifs se feront ; leur plus ou moins grande efficacité se mesurant à leur pouvoir d’attraction.

15Dans cet ouvrage, nous tenterons d’établir la réalité de ces avènements territoriaux. Pouvons-nous les définir comme des territoires ? La fluidité qui les caractérise peut-elle être prise en compte et comment ? Comment les approcher, les cerner, alors qu’ils sont pluriels, si différents les uns des autres et qu’ils n’apparaissent pas, ou de façon marginale, dans les statistiques et dans les compilations de données ? Pouvons-nous tout simplement nous intéresser à eux en sachant que leur destin est incertain ?

16Toutes ces questions et tous ces doutes ont émergé progressivement au cours de plus de dix années de travaux de recherche. Ils m’ont convaincue de la nécessité de prendre pour entrée les individus, les acteurs individuels qui, à leur façon, tous autant qu’ils sont, participent à la construction des territoires. Ils ne sont pas des êtres abstraits, ni totalement rationnels et soumis à des déterminismes sans faille ; ils sont les deux à la fois. Ils possèdent le sens du bricolage et de la ruse, ont la capacité à faire avec ou à côté des prescriptions normatives. Ils sont de plus localisables, localisés et bien vivants.

17Dans la première partie, nous proposons d’abord de faire un tour d’horizon de la complexité territoriale et de sa difficile compréhension pour les sciences humaines et sociales. Pour dépasser les difficultés d’approche, nous nous référerons à certaines ouvertures proposées par la géographie contemporaine et notamment à certains de ses principes et postures. Cela nous permettra, pour commencer cette exploration, de traiter un type d’espace contemporain en mutation : les espaces frontaliers au sein de la Communauté Européenne. Cette première partie proposera les objectifs de ce travail dans le contexte de la complexité territoriale contemporaine.

18Fort de ces objectifs, dans une seconde partie nous mettrons en regard la nature et les modalités d’activité des territoires hérités de la modernité, les solidités dont ils sont constitués et qui jouent sur les pratiques et les représentations des individus qui y résident, avec celles de ces nouveaux territoires arachnéens qui sont remarquables par leur fluidité d’expression et la fragilité (la gracilité) des appartenances qu’ils proposent.

19La troisième partie proposera de revenir sur le concept de territoire et d’y proposer une alternative afin de prendre en compte les émergences territoriales contemporaines et leur plus ou moins grande continuité dans le temps. Pour compléter cette troisième partie, nous nous attellerons aux principes et postures nécessaires pour aborder les recompositions en cours. Notre proposition, à partir d’une exploration du concept de territorialité, sera de cerner les mouvements que connaissent les territoires contemporains. Finalement, cette quatrième partie partira des collectifs et de leurs initiatives et expérimentations territoriales. Elle vise à présenter une grille de lecture permettant d’approcher la réalité mouvante des territoires émergents et des valeurs sur lesquelles ils se fondent.

  • 9 Voir Pitte J.-R. (dir.), 2000, « La nouvelle planète des vins », Annales de Géographie, Paris, Arm (...)

20Enfin, dans les deux dernières parties (cinquième et sixième parties), nous prendrons comme terrain d’expérimentation ce que certains appellent la « nouvelle planète des vins »9. Ce champ d’investigation apparaît exemplaire des recompositions territoriales contemporaines. En effet, l’ordre viticole mondial dévoile aujourd’hui son extrême fragilité. Cette fragilité trouve une de ses causes dans l’émergence de nouveaux vignobles (vignobles du nouveau monde mais aussi petits vignobles naissants ou renaissants). Plus encore, par une étonnante attribution de qualités de tous ordres dont ces nouveaux territoires viticoles se voient gratifiés, ils remettent en cause les territoires des « grands vignobles » de belle antériorité que rien ne semblait pourtant pouvoir ébranler. Finalement, ces dernières parties proposeront d’apporter quelques éléments de compréhension à la crise viticole contemporaine, réelle ou fantasmée, par l’entremise des modalités d’articulations de ces deux types de territoires.

21Notre position n’est pas de dire que le concept de territoire n’a plus ni pertinence ni utilité au motif que sa définition usuelle en géographie ne peut héberger les émergences spatiales contemporaines. Nous proposerons plutôt d’étendre sa définition pour qu’elle puisse offrir l’hospitalité à d’autres organisations auto-produites, à l’initiative plus ou moins voulue de collectifs dégagés, pour des raisons diverses, des prescriptions et des normes que les territoires solides imposaient notamment en matière de sédentarité. Ces collectifs sont fluides, tout autant que les territoires qu’ils dessinent. Les individus qui les composent possèdent pour leur part des appartenances multiples, ils sont « d’ici et de là-bas », ils sont « ici et là-bas ». Ils jouent avec les territoires, les rendent vivables et les ajustent à leur dimension.

Notes

1 Voir Habermas J., 2003, Après l’État-Nation. Une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard, p. 32.

2 Depuis le traité de Westphalie.

3 Zweig S., 1995, Le monde d’hier, souvenir d’un Européen, Paris, Le Livre de Poche, p. 16.

4 On peut y inclure ici les pouvoirs de certaines formes associatives, les autonomies politiques revendiquées.

5 Les regroupements de type économique comme l’ALENA (Accord de Libre-Échange Nord-Américain) ou l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation).

6 Les ONG comme Greenpeace, WWF, etc.

7 Hobsbawm E., 1999, L’âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Paris, Complexe/Le Monde diplomatique.

8 Ibid., p. 718.

9 Voir Pitte J.-R. (dir.), 2000, « La nouvelle planète des vins », Annales de Géographie, Paris, Armand Colin, no spécial, no 614-615, juillet-octobre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search