Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Deuxième partie. Cas d'étude : le régime de santé de l'Antique à la Renaissance

Le régime de santé, vecteur de diffusion des savoirs nouveaux : l’exemple du Pourtraict de la santé de Joseph du Chesne1

Violaine Giacomotto-Charra

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la toute fin du xvie siècle et au début du xviie, le régime de santé apparaît comme un genre à la fois bien codifié et bien établi dans le paysage du livre médical. Progressivement formalisé durant le Moyen Âge2, très souvent écrit en vernaculaire, publié à destination du « grand » public plutôt que des autres médecins3, il connaît une vogue importante à la fin de la Renaissance, en particulier parmi les médecins du roi Henri IV, ainsi qu’une certaine forme de diversification et/ou de spécialisation, puisque l’on peut signaler les publications notables de textes qui s’apparentent à des régimes spécialisés, avec Les Discours de la conservation de la veue, des maladies melancholiques, des catarrhes, et de la vieillesse d’André du Laurens4, ou, surtout, le Gouvernement de la santé, publié en 1608 par Nicolas Abraham de la Framboisière5. Au-delà des chapitres obligés de tout régime de santé, liés à l’analyse des six choses non naturelles, sur l’examen desquelles repose les conseils hy...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540