Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Conclusion

Pour une tropicalité vivante

Paul Pelissier

Texte intégral

1Nul n’est plus surpris que moi d’être conduit à conclure un ouvrage voué à s’interroger sur la nature de la tropicalité et surtout sur la légitimité de faire du monde tropical un cadre, un objet ou un territoire de recherche. Je m’étais, en effet, soigneusement tenu éloigné des débats ou des polémiques des années quatre-vingt, en grande partie en raison d’une rude expérience, vécue à Dakar, à propos des relations entre Université et Institution de Recherche. Le temps qui passe m’aurait-il conduit à prendre tardivement goût aux querelles scolastiques ou aux chicanes sémantiques ? Je ne le crois pas. Ma présence signifie simplement que j’estime ne pas devoir me dérober quand on fait appel à mon témoignage. Mes propos s’inspireront donc de ce souci et non pas de l’objectif trop ambitieux et irréaliste, d’apporter une conclusion synthétique à une série d’exposés et de discussions aussi riches que divers. Je ne retiendrai que quelques-uns des thèmes abordés non pas nécessairement les plus importants, mais quelques-uns sur lesquels je peux éventuellement porter un regard personnel.

2Je ne reviendrai donc pas sur d’importantes questions qui n’ont pas fait débat, ce qui sous-entend notre accord. Ainsi de la concomitance subtilement analysée entre l’émergence de la géographie tropicale et de la géographie zonale. Ou bien de la mise en lumière de l’apparent paradoxe que représente, chez les tropicalistes français, l’affirmation simultanée d’un domaine géographique spécifié par ses caractères climatiques et d’une position systématiquement anti-déterministe. De même, a tourné court la question d’une éventuelle filiation entre géographie coloniale et géographie tropicale : autant par principe que par méthode, la génération d’après-guerre a spontanément et unanimement opéré le renversement de perspective préconisé par Jacques Weulersse, dépassant, selon la forte expression de l’un d’entre nous, « ce faux problème de la responsabilité rétrospective ».

3Quelques remarques, d’abord, sur les mots. Qui peut s’affirmer véritablement tropicaliste ? Gourou évidemment, et son aîné trop oublié, Charles Robequain. Mais dire de Pierre Gourou qu’il est tropicaliste est infiniment réducteur tandis que pour la plupart de ses continuateurs, c’est extrêmement prétentieux. Dans ma génération, le seul qui mérite ce titre est Jean Gallais et sans doute certains spécialistes d’un domaine particulier tel notre collègue allemand Hans Ruthenberg pour les études agraires. De fait, c’est le regard des géographes « tempérés » qui a reconnu cette tribu insolite, les « tropicalistes ». Les intéressés n’avaient au départ d’autre ambition que d’être véritablement géographes là où leurs goûts, leurs engagements, leur itinéraire et les circonstances les avaient conduits. Leur spécialisation progressive les a amenés à se reconnaître eux-mêmes comme africanistes, américanistes, océanistes, etc. Qualificatifs au demeurant ambigus car lorsque Lévi-Strauss évoque la recherche américaniste, il ne vise que les civilisations précolombiennes, tandis que lorsque nous parlons d’anthropologues ou de géographes africanistes, nous excluons les spécialistes de l’Afrique méditerranéenne. Acceptons cependant, en toute immodestie, l’étiquette englobante de « tropicalistes » si elle connote simplement un intérêt scientifique porté à tel ou tel secteur du monde tropical et la volonté de se tenir, hic et nunc, à la croisée des impératifs naturels et des choix sociétaux et culturels. Pas davantage d’objection à « tropicalité » si ce néologisme désigne simplement un état lié à une situation indéniable commandée par des paramètres climatiques que nous connaissons bien.

4J’ajoute que nous sommes unanimes pour souligner à la fois la profonde influence de Gourou sur l’ensemble des géographes ayant travaillé en pays tropical durant la seconde moitié du xxe siècle et l’inexistence d’une « école » appliquant les préceptes du Maître, professant une même doctrine, utilisant les mêmes modèles, cherchant à vérifier les mêmes hypothèses. D’abord parce qu’à l’encontre de son ami Braudel, une telle posture était totalement étrangère à P. Gourou, son indépendance d’esprit excluait toute directive. Symétriquement, il eut été inconcevable pour ses élèves que la recherche ne soit pas indissociable de la liberté de trouver, de contredire, voire de contester. D’ailleurs, les africanistes n’ont-ils pas très largement outrepassé les vues initiales développées dans les premières éditions des Pays tropicaux et contribué fortement à l’évolution des positions de leur éminent devancier ? S’agissant de la sensibilité africaniste (pour beaucoup, de la passion) chez les géographes de ma génération, je souhaite rappeler ici une influence trop oubliée, celle de Jacques Richard-Molard, disparu à 37 ans, en 1951, au Mont Nimba. Son intelligence des sociétés africaines, en particulier son approche des paysanneries à travers ses trop courtes recherches, nous ont tous profondément marqués. C’est de lui que je ferais volontiers partir une branche africaine de la mouvance tropicale.

5Cela dit, l’ampleur des débats contemporains sur le développement durable, les controverses sur le réchauffement climatique, les discours catastrophistes sur la déforestation de l’Amazonie ou sur la désertification, ne réhabilitent-ils pas simultanément la géographie et la tropicalité, rendant dérisoires certains questionnements existentiels ?

6Le problème a été posé de la persistance d’une « sensibilité tropicaliste » chez les géographes français. Curieuse question (que l’on pourrait d’ailleurs retourner) et qui vise en particulier les africanistes puisqu’elle intéresse, nous a-t-on précisé, « l’espace francophone » (ignorerait-on qu’aujourd’hui la majorité des géographes français travaille en Afrique anglophone et lusophone ?). Est-ce à dire que la discipline serait désormais obsolète à partir d’une certaine latitude ou qu’elle serait soudainement devenue périmée à la suite de la décolonisation ? Ou bien encore que l’on reprocherait à une génération d’avoir fait des émules dont les travaux, par leur importance, l’originalité ou la nouveauté de leurs thèmes, de leur démarche et de leur approche méthodologique dépassent ceux de leurs aînés ? Il suffit de se reporter à la dernière vague des thèses d’État soutenues à partir de 1980 sur l’Afrique et Madagascar pour apprécier la vitalité, mais surtout la capacité de renouvellement dont a fait preuve la discipline : dans la continuité de ses objectifs fondamentaux, sans rupture épistémologique, mais grâce à un ajustement incessant aux situations et aux problèmes à étudier comme à l’adoption d’outils nouveaux, elle n’a pas été balayée mais au contraire revigorée par les changements politiques. Et elle a contribué, plus que toute autre, au développement des Universités nationales, à la promotion de sa démarche comme formatrice, bien au-delà du domaine de l’enseignement et de la recherche, des encadrements politiques, administratifs et économiques. N’en déplaise aux esprits chagrins, grâce aux tropicalistes, la géographie tient une bien plus grande place dans les Universités du Sud que dans les Universités françaises.

7J’examinerai maintenant, avec autant d’aversion pour le triomphalisme que pour le masochisme, les principales tares que l’on impute à la géographie tropicale et singulièrement africaniste. Je passerai sur les outrances verbales (rappelées en ignorant le contexte passionnel dans lequel elles ont été proférées) qui font de Gourou un chien de garde du colonialisme et sur les anachronismes qui découragent toute discussion sérieuse, pour en venir à quelques questions importantes abordées par cet ouvrage.

8Mais d’abord, pourquoi revenir sur les débats des années quatre-vingt et sur la crise du CEGET qui les a suscités ou illustrés ? Serait-ce que la tropicalité en géographie comme en médecine par exemple, a la vie dure ? Au-delà des conflits de personnes, au-delà des jeux de pouvoir dérisoires, au-delà des oppositions ou des prétextes idéologiques, un débat scientifique de fond a-t-il été alors conduit ? On me permettra d’en douter lorsqu’un des acteurs atteste que c’est une décision administrative qui a mis fin à la polémique et clôt le débat… Voilà de quoi tourner définitivement la page !… Et l’on comprendra que je n’admette pas que les « enjeux de pouvoirs universitaires et institutionnels » aient empêché les questionnements et les débats. Quelles ambitions guidaient donc des hommes comme Guy Lasserre ou, dans un autre cadre, Gilles Sautter, sinon celles de former et d’orienter des chercheurs, de se battre pour donner des moyens à des études qu’ils estimaient fécondes pour la connaissance et utiles aux pays étudiés ? Et ceci en sacrifiant leurs propres travaux, leurs propres publications.

9À mes yeux, derrière l’affaire du CEGET demeurent posés deux problèmes, l’un conceptuel, touchant à la géographie et pas seulement à la géographie tropicale, l’autre structurel, et qui intéresse toute la recherche française. Je ne peux ici que les évoquer.

10Le premier interroge la nature et le rôle scientifique de la géographie, en particulier de son volet « recherche ». Ce qui est en cause, c’est la procédure initiale de notre réflexion, c’est-à-dire la démarche inductive qui élabore les matériaux avant de construire l’édifice, qui établit les faits pour fonder les concepts et aboutir idéalement à des lois. Démarche particulièrement appréciable dans les régions du monde où, pour des raisons historiques qui ne doivent rien à la zonation climatique, la documentation de base fait défaut. Or, plusieurs auteurs mettent plus ou moins explicitement cette conception de notre discipline, soit à propos du terrain et de son rôle, soit de manière plus idéologique.

11Tout en appréciant que l’on s’interroge sur la signification du terrain dans la construction du savoir géographique, je ne peux m’empêcher de penser que c’est un exercice purement spéculatif pour un africaniste et pour la plupart des tropicalistes. S’interroger sur l’objectivité du témoignage est toujours salutaire et la question a été heureusement posée de l’inéluctable subjectivité du chercheur. Pour ma part, je ne suis pas loin de penser qu’une objectivité synonyme d’impassibilité ne peut conduire qu’à une indifférence coupable, c’est-à-dire à l’inaptitude à une indispensable sympathie. On peut cependant revendiquer l’honnêteté de l’enquêteur, vérifier la rigueur de sa démonstration, exiger la clarté sur ses méthodes et sur ses sources. Or, la première condition de cette honnêteté, c’est que le chercheur dispose d’une totale liberté intellectuelle, se débarrasse de ses a priori, met en cause ce qu’il croit savoir, se met à l’écoute, si nécessaire à l’école, de ses interlocuteurs, l’esprit critique toujours en éveil et le paysage en référence, que celui-ci soit lu au premier degré s’il est en cours de construction, ou progressivement décortiqué s’il porte des héritages qui peuvent être à la fois des pièges et des révélateurs.

12C’est à ce titre et dans ces conditions que le terrain est un laboratoire mais aussi un document d’archive. Si le terrain servait à imposer ou à légitimer une géographie (ou une histoire) « inventée ailleurs », comment la recherche progresserait-elle ? Car son rôle est de faire avancer la connaissance, de produire un savoir nouveau, si modeste soit-il, et non pas de gloser à partir de ce que l’on sait déjà ! Et comment les produits de notre recherche ne seraient-ils pas rejetés par les premiers concernés s’ils ne leur apportaient rien d’autre qu’un transfert de nos problématiques, de nos propres questionnements, de nos propres interprétations ? Or, le seul jugement qui finalement compte pour nous, c’est celui des intéressés qui sont simultanément nos interlocuteurs, nos informateurs, nos partenaires. Notre seule récompense, c’est de mériter leur estime. C’est dire que je crois que le terrain est une nécessité qui fait loi ; qu’il est le plus solide garde-fou contre les idéologies importées ; que l’immersion dans le milieu, l’enquête, l’expérience vécue, sont pour nous une exigence déontologique.

  • 1 À titre indicatif, voir les travaux de Philippe Couty (Les apparences intelligibles, Arguments, Par (...)

13Moins explicite mais toujours présent dans les critiques adressées spécialement à Pierre Gourou, est le reproche de n’avoir pas abordé la recherche armé d’un appareil conceptuel préconçu – précisément en Europe – mais d’avoir construit ses leçons, non pas à partir de modèles mais d’études de cas, bref d’avoir rejeté tout dogmatisme, même si, pour parler comme Gilles Sautter, il s’était construit son propre système, privilégiant une démarche expérimentale fondée sur la comparaison. En somme, Gourou rejetait tout carcan idéologique imposant une démarche déductive, laquelle est nécessairement porteuse, à mes yeux, d’un véritable impérialisme culturel. Le reproche fait à Gourou s’applique à la quasi-totalité des tropicalistes qui acceptent ou revendiquent cette épithète. Mais où est donc la nouvelle géographie qu’aurait suscité la position contraire ? Celle-ci a-t-elle du moins porté ses fruits dans d’autres disciplines voisines ? Peut-on regarder comme exemplaire la démarche des économistes marxistes, champions du déductif, souvent autopromus conseillers du prince, dont on admirerait les réussites ? Par exemple, d’avoir tant contribué à faire de la Guinée, le pays virtuellement le plus riche et le plus proche d’être industrialisé grâce à ses gisements de bauxite et à son potentiel hydroélectrique, l’un des plus misérables de l’Ouest africain, voire de l’Afrique subsaharienne ? Ou bien d’avoir vendu aux dirigeants malgaches des années 1980 des « recommandations », déjà éprouvées dans les « pays frères », qui ont réussi l’exploit de rendre massivement importateur de riz un pays où plus de 80 % de la population s’adonne, certes à des degrés divers, à l’une des rizicultures les plus raffinées du monde ? À moins que l’on ne préfère s’inspirer des experts de la Banque Mondiale ou du FMI débarquant en Afrique pour redresser l’économie avec l’ordonnance dans leur serviette avant d’avoir fait sur place le moindre diagnostic ? Ignorant ainsi, par exemple, les conséquences sociales, pourtant prévisibles, des remèdes de l’ajustement structurel. Bien entendu, la majorité des économistes a abandonné cette attitude dogmatique : elle sait aujourd’hui qu’en dépit de la mondialisation, l’espace n’est ni banal ni anonyme, et que les sociétés ne sont pas interchangeables. Et c’est très largement grâce à leur confrontation avec le terrain (en Afrique tropicale mais aussi au Brésil ou en Inde) que les économistes de langue française ont, à leur tour, découvert l’inadaptation, voire l’inanité, des théories du développement (qu’elles soient classiques, néo-classiques ou marxistes), et qu’ils ont dérivé, à des degrés divers et à travers plusieurs courants de pensée, vers l’anthropologie économique, une discipline dont les géographes tropicalistes apprécient particulièrement la richesse1 (et, si j’en crois les africanistes, la réciproque est vraie et l’appréciation mutuelle).

14Quant aux géographes marxistes, ils ont fondé leur vision du monde africain sur leur connaissance du terrain, une connaissance qui a rapidement balayé tout dogmatisme. J’ai tardivement connu Jean Cabot, mais nous nous sommes immédiatement trouvés sur la même longueur d’onde. Et ce maître de la morphologie qu’était Jean Dresch nous a laissé des textes de géographie humaine sur l’Afrique noire qui sont à la fois pionniers et d’une lucidité exemplaire parce qu’ils résultent d’une pratique du terrain dépouillée de tout préjugé idéologique.

  • 2 Peltier R. (éd.), Les parcs à Faidherbia, Montpellier, CIRAD-Forêt, 1996.

15Est-ce à dire que « la géographie tropicale à la française » soit a-politique ? Si le politique ne concerne pas seulement l’appareil d’État mais l’ensemble de la société et son organisation, la réponse est précisément chez Gourou et je ne comprends pas que l’on assimile son analyse des civilisations et plus précisément sa conception des encadrements et de leur rôle à une « boîte noire ». Au demeurant, si Gourou, à l’inverse de Dresch, s’est tenu éloigné de l’engagement politique, au sens banal, j’oserai dire que sa recherche l’a conduit très précocement à des prises de positions politiques. Comparant les itinéraires parallèles, du moins au départ, de Pierre Gourou et de René Dumont, Jean-Pierre Raison a montré2 qu’en 1936 le premier était plus engagé et plus radical que le second puisqu’il préconisait, pour le delta tonkinois, des lois agraires s’attaquant à la grande propriété, alors que l’agronome se contentait d’évoquer la « constitution de biens de famille insaisissables ». Et l’on a rappelé le premier article des Cahiers d’Outre-Mer et ses audacieuses préconisations, de même que l’on pourrait évoquer sa critique de « l’Iliade oléagineuse » entreprise par les Anglais au Tanganyika et tant d’autres textes, de la crise Mâu-Mâu à la géopolitique de l’Uganda. Mais Gourou savait que le géographe, en tant que tel, ne détient pas la décision politique, a fortiori lorsqu’il est étranger.

16Voilà qui nous ramène à une préoccupation essentielle, celle relative à l’éthique de la recherche. Préoccupation majeure dans des régions du monde où les conséquences de ce que l’on écrit peuvent être d’autant plus lourdes que la documentation est plus maigre, que les ressources sont plus réduites, que les populations sont plus pauvres. C’est dire que nulle part ailleurs, la responsabilité du géographe, à quelque niveau que ce soit, n’est davantage engagée. Même lorsqu’il est sollicité par les autorités nationales, se pose toujours à lui la même question : à quel titre et dans quelle mesure puis-je orienter ou suggérer des choix qui engagent le devenir d’un territoire et d’une population dont je ne partagerai pas le destin ? Et à la tentation de jouer le rôle d’expert derrière les avis de qui, trop souvent, les politiques s’abriteront, doit répondre, chez le géographe, le sentiment que sa connivence avec le terrain fait de lui le porte-parole des sans-voix, le met en position d’être leur interprète, parfois lui fait un devoir d’être leur avocat.

17J’en viens très rapidement au second problème posé dans la durée par la crise du CEGET. Cette crise est à mes yeux l’illustration d’une exception française qui continue à peser sur le fonctionnement et le devenir de l’Enseignement Supérieur dans notre pays, à savoir la séparation structurelle de la Recherche et de l’Université. Je sais que c’est une question qui fâche, mais je suis trop convaincu de son importance pour la passer sous silence. La crise dont on a voulu reparler n’aurait pas éclaté dans les universités allemandes, britanniques ou américaines parce que leur organisation, leur structure ne s’y prêtent pas, parce que Recherche et Université sont confondues dans les institutions comme elles le sont dans les pratiques scientifiques et dans les itinéraires personnels.

18Une autre tare de la géographie tropicale, dénoncée avec une obstination qui dénote un profond malentendu, est d’être descriptive, de vivre dans l’isolement par rapport aux autres sciences sociales, de refuser toute analyse sociale. Le malentendu procède à mes yeux de plusieurs sources. D’abord, du primat (voire de l’exclusivité) pour certains, de l’économique et du conjoncturel, lequel s’accompagne du rejet de l’historique et du culturel – celui-ci impliquant notamment le religieux. La recherche des racines historiques, par exemple, relèverait de l’événementiel et serait sans résonance contemporaine : que de rapports de force immédiats éclaire-t-elle pourtant, et d’abord dans les relations et les conflits sociaux ! Le malentendu procède aussi, je veux le croire, d’un manque d’information : or, en aucun autre domaine de la géographie, les échanges avec les sociologues, les économistes, les agronomes, les médecins, les ingénieurs, etc., n’ont été plus denses que chez les tropicalistes. Enfin, le malentendu procède de ce que les questions de société et les problèmes d’environnement que rencontrent les géographes de l’ailleurs tropical sont rarement ceux dont débattent les cercles intellectuels des « pays du Nord ».

19Je ne reviens pas sur les thèmes sommairement évoqués à propos du rôle que les pays « développés » imputent, à l’échelle planétaire, aux pays tropicaux, sur les contresens que leur ignorance et leur suffisance les conduisent à énoncer, concernant notamment le traitement des espaces forestiers par les populations autochtones. En voici, à titre d’exemple, quelques autres, plus ciblés, qui préoccupent particulièrement les africanistes. Qu’est-ce que l’ethnie ? Quels concepts et quelles réalités sociales recouvre-t-elle, ici et pas ailleurs, de quelles entraves au progrès, ou de quels éléments dynamiques est-elle porteuse ? Quel rôle tient-elle dans l’explication de la situation géographique que l’on analyse ? Ou bien, comment reconstituer et mettre au service d’une problématique géographique la tradition orale, c’est-à-dire l’histoire vue à travers le prisme de la mémoire et des appartenances sociales, et souvent sublimée au service de stratégies contemporaines ? Ou bien encore : par quelles procédures prendre acte et démêler les bouleversements en cours dans les systèmes fonciers, bouleversements qui constituent sans doute la plus profonde révolution silencieuse que connaissent aujourd’hui les campagnes et les villes africaines ? Autre type d’interrogation : comment émergent et fonctionnent les nouveaux « encadrements », par exemple le syndicalisme paysan mis en place par les producteurs ouest-africains pour défendre leur place sur le marché international du coton, ou l’organisation des quartiers – l’espace social par excellence – sur les franges urbaines d’agglomérations que leur croissance explosive fait échapper à la fois au contrôle coutumier et à l’arbitrage de l’État ?

20Si des questions de ce type, issues du terrain, auxquelles aucune théorie préconçue, aucun modèle importé, ne permettent de répondre, ne faisaient pas sens, c’est qu’il y aurait effectivement de sérieux malentendus au sein de la communauté que nous prétendons former.

21Autre critique rémanente faite à la géographie tropicale : son orientation excessivement ruraliste, Gourou étant toujours la cible privilégiée, et le rural étant considéré comme le domaine du traditionnel, du passéiste, d’une approche naturaliste et déterministe imprégnée de quelque relent colonialiste. Or, une telle autoflagellation n’a aucune base objective. Elle ne s’applique ni aux analyses régionales intégrées comme celles de la Réunion, de la Guadeloupe ou du delta intérieur Niger, ni aux études thématiques comme celle du sous-peuplement du Congo et du Gabon. C’est dans le même temps que s’amorçait une série de recherches sur l’émergence et le développement du phénomène urbain. Faut-il rappeler que la publication des études sur Libreville et sur Thiès date de 1954, celle sur Saint-Louis de 1960, celle sur Pointe-Noire de 1967, celle sur Dakar de 1970 ? Monographies isolées, ponctuelles, dira-on. Sans doute, mais à l’époque ces villes étaient largement des isolats, des greffes extérieures auxquelles les concepts à la mode en Europe – celui de réseaux par exemple – ne s’appliquaient absolument pas.

22Cette critique de la place relative du rural et de l’urbain traduit, d’autre part, une vision totalement anachronique des réalités géographiques. À quelles amendes honorables nos censeurs soumettraient-ils aujourd’hui les africanistes de l’après-guerre s’ils avaient négligé de s’intéresser au monde rural dans le cadre duquel vivaient alors plus de 80 % de la population ? Au demeurant, ces croquants étaient si bornés qu’ils ont orienté leurs étudiants vers l’étude de l’explosion urbaine, de ses processus et de ses conséquences au point qu’aujourd’hui les chaires de ruralistes ont du mal à être pourvues.

23Où la désinformation frise le dénigrement, c’est lorsqu’on « souligne l’optimisme techniciste des géographes tropicalistes », leur « fascination pour les techniques les plus modernes », alors qu’on les soupçonne simultanément de conservatisme et qu’on leur impute une admiration aveugle pour les techniques « traditionnelles » que leurs recherches révèlent…

24Que dire enfin de la contre-vérité qui insinue que les géographes ont découvert les pratiques paysannes « en se rapprochant de plus en plus des ethnosciences et de la recherche-développement des agronomes » ? Tous les observateurs informés, à commencer par les agronomes, savent, en effet, que la recherche-développement est largement née dans le sillage des travaux des géographes, l’honnêteté des intéressés comme la chronologie en témoignent. Et l’on pourrait relever que l’intérêt des agronomes pour la géographie a été notamment impulsé par un agronome africain, maître d’œuvre du développement de l’agriculture ivoirienne, devenue docteur d’État en géographie, Abdoulaye Sawadogo, qui me disait un jour : « Au fond, qu’est-ce que l’agronome de terrain sinon un géographe en action ? »

  • 3 Cochet H., Crises et révolutions agricoles au Burundi, Paris, Karthala, 2001.

25Ce rapprochement de la géographie et de l’agronomie, que des esprits équitables porteraient au crédit de notre discipline, continue, trente ans plus tard, à porter ses fruits et à s’amplifier. Désormais, les agronomes tropicalistes sont sortis des stations de recherche, font du terrain, notamment des études de terroirs, qu’ils regardent comme de précieux observatoires du changement. De leur côté, les forestiers du CIRAD ont adopté notre concept de parc anthropique et fait, par exemple, du Faidherbia albida un sujet de recherche privilégié : témoin, leur magnifique publication collective intitulée Les parcs à Faidherbia2. Ainsi, si la plupart des géographes se consacrent, depuis les années quatre-vingt, à l’étude de l’urbanisation, les agronomes ont repris le flambeau et font de la géographie rurale. Et la symbiose est si poussée que les institutions de recherche agronomique, en particulier celles qui se consacrent au développement comme le CIRAD, recrutent des géographes et leur confient de hautes responsabilités, ce qui était naguère impensable. Au plan de la production scientifique, je n’ai rien lu de mieux, ces récentes années, et de plus authentiquement géographique, que l’ouvrage d’Hubert Cochet sur le Burundi3. Et la synthèse de ce professeur à l’Institut National Agronomique sur l’« Agriculture comparée » est un véritable bréviaire de géographie rurale générale dont je recommande chaudement la lecture aux géographes et pas seulement aux tropicalistes.

26Il est juste de dire qu’un mouvement symétrique s’est opéré, avec un certain décalage, sous les latitudes tempérées, sous l’impulsion d’hommes comme Jean-Pierre Deffontaines, et que c’est de l’INRA que sont sortis des travaux aux titres évocateurs tels que : Itinéraires cartographiques et développement, Pays-paysans-paysages, Comprendre un paysage… Bref, quand la géographie progresse et irrigue les disciplines voisines, les géographes s’effaceraient-ils ? Déjà, alors qu’ils sont les mieux placés pour démontrer que l’environnement est un produit social, ne l’ont-ils pas largement abandonné à des « sciences dures » adeptes d’un déterminisme préoccupant ? Je ne peux croire que les tropicalistes, quant à eux, renoncent à affirmer l’identité de leur domaine d’élection, et à démontrer l’intérêt que la démarche géographique peut présenter dans l’approche et la compréhension de ses problèmes comme dans la mise en lumière de ses atouts, de ses initiatives et de ses valeurs.

27Quand le fossé s’approfondit entre monde des villes et monde des campagnes dans les pays du Nord, n’est-ce pas sous les tropiques que s’invente un art de vivre fondé sur l’imbrication du rural et de l’urbain ? D’où une géographie métisse, insouciante des étiquettes et des clivages artificiels, qui doit être avant tout une géographie du mouvement et du changement. C’est dire que le premier souci de celle-ci ne peut être que l’ajustement permanent de ses problématiques, de ses méthodes et de ses outils à des bouleversements dont la brutalité dans le monde tropical est à la mesure du phénomène majeur de ce temps, une explosion démographique aux incalculables conséquences (notamment d’insondables flux migratoires).

28Bien d’autres questions sont à évoquer et notamment celles qui touchent à l’altérité. Question première, comme on le dit des Arts. La mondialisation, c’est-à-dire l’unification du monde, n’est pas, ne doit pas être, son uniformisation. Je crois au contraire que la mise en valeur des spécificités des milieux tropicaux comme la connaissance et le développement des sociétés tropicales doivent enrichir la pluralité des identités géographiques et par conséquent des cultures. C’est là mon utopie. Et ma manière de faire écho à la leçon de ce grand monsieur disparu, l’anthropologue helléniste et philosophe Jean-Pierre Vernant :

  • 4 Vernant J.-P., La traversée des frontières, Paris, Le Seuil, 2004.

Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui. Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être. On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre. Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont4.

Notes

1 À titre indicatif, voir les travaux de Philippe Couty (Les apparences intelligibles, Arguments, Paris, 1996) ou de Jean-Marc Gastellu (L’égalitarisme économique des Sérères du Sénégal, ORSTOM, 1981).

2 Peltier R. (éd.), Les parcs à Faidherbia, Montpellier, CIRAD-Forêt, 1996.

3 Cochet H., Crises et révolutions agricoles au Burundi, Paris, Karthala, 2001.

4 Vernant J.-P., La traversée des frontières, Paris, Le Seuil, 2004.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search