Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Deuxième partie. Cas d'étude : le régime de santé de l'Antique à la Renaissance

Entre médecine et art de vivre : prendre les eaux à Spa, au xvie et au début du xviie siècle (1559-1619)1

Geneviève Xhayet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce lieu est un des plus célèbres et fameux de l’Europe pour l’abord de toutes nations, à cause des eaux médicinales qui y sont estimées les meilleures, plus salubres et plus universellement guérissantes, qu’en tout autre endroit du monde2.

Cette observation formulée par le géographe Pierre Bergeron, en 1619, à l’issue de sa visite aux eaux de Spa, cerne certainement bien l’ampleur du phénomène médical et social que constitue le thermalisme spadois, dans le premier tiers du xviie siècle. Le thermalisme prend son essor en pays de Liège au milieu du xvie siècle3 : d’emblée, les eaux de Spa, au cœur du massif ardennais, donnent lieu à une abondante littérature médicale4. Au travers d’elle se construit un discours qui contribue progressivement à la réputation de ces eaux. Dans les pages qui suivent, il conviendra d’examiner les contours de cette production, en insistant sur les conseils thérapeutiques et comportementaux, afin de tenter de mettre en lumière les spécificités du thermalisme ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540