Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Deuxième partie. Cas d'étude : le régime de santé de l'Antique à la Renaissance

« Vrays courriers et messagers de l’âme » : l’alchimie des cinq sens dans les régimes de santé au xvie et xviie siècles

Magdalena Koźluk

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faut flatter et mignarder la veuë, l’ouye, l’odorat, et le goust, en proposant à chacun des objects agreables1.

L’âme enfermée dans le corps,

comme dans une prison obscure ne peut ni discourir ni comprendre aucune chose sans l’aide des sens, qui sont comme les vrais ministres et fideles messagers. C’est pourquoi il a esté necessaire de loger les organes des sens bien près de la raison, et tout autour de sa maison royale. Or ces sens que nous appellons exterieurs sont cinq seulement, la veüe, l’ouye, l’odorat, le goust, l’attouchement, desquels despend entierement toute nostre cognoissance, et rien (dit le Philosophe) ne peut entrer en l’intellect qu’il n’ait passé par l’une des cinq portes2.

Voilà l’écho de la théorie des cinq sens d’origine aristotélicienne3, tel qu’on le retrouve chez André du Laurens (1558-1609). Le médecin essaie, tout comme Aristote avant lui, de mettre d’abord en valeur l’importance de ces « cinq portes » pour l’âme, de justifier leur nombre afin d’opposer, co...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540