Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Deuxième partie. Cas d'étude : le régime de santé de l'Antique à la Renaissance

L’Hygiasticon de Léonard Lessius (1613) : un traité jésuite de diététique, question d’ascèse ou de raison ?

Hervé Baudry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’histoire de la diététique, l’Hygiasticon de Léonard Lessius (1613) fait injustement figure d’oublié1, alors que son nom doit être accolé à celui d’un heureux gagnant, Luigi (ou Alvise) Cornaro (ou Corner). Ce dernier, « très lu et très médité »2, « très » publié jusqu’à nos jours, faut-il le préciser (une traduction anglaise en 1978, une allemande en 1991, etc.), a éclipsé l’auteur et l’ouvrage qui ont assuré son décollage du berceau vénitien. Ce travail se propose de corriger un oubli3, certes, non pas dans l’intention de (ré)évaluer l’un au détriment de l’autre, mais de déterminer leur égale importance dans une entreprise que nous qualifierons de bi-textuelle. Dans un second temps, les spécificités propres au traité du Belge retiendront toute notre attention.

Histoire des textes

Premier temps : le Vénitien Luigi Cornaro publie en toscan quatre textes entre 1558 et 15654, réédités en un volume en 15915. Second temps : Léonard Lessius, jésuite, professeur de théologie à Louvain...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540