Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Chap 8. Des vents

Texte intégral

  • 1 Il est difficile de savoir si la traduction est confuse en raison d’une mauvaise compréhension du (...)
  • 2 Le texte de Gemma semble poser problème à Boissière, qui a curieusement traduit la chose, disant q (...)
  • 3 Le texte latin dit exactement : « Par cette méthode, les Géographes décrivent l’emplacement de pre (...)
  • 4 De prora, prorae : la proue. Le texte latin dit plus précisément « vers quelle partie du ciel doit (...)
  • 5 Traduction curieuse, quand le latin dit : « Mais les Cosmographes distinguent les régions par la c (...)
  • 6 Omission, cf. note supra.
  • 7 Pour « longitude ».
  • 8 Cette définition correspond à la définition « philosophique » du vent, telle que donnée par Aristo (...)
  • 9 [1553] omis.
  • 10 Les deux premiers « mariniers » traduisent bien nauta, ae (« levans nautis dicitur » / « hunc naut (...)
  • 11 [1553] omis.

1Les regions, et pays sont coustumierement distinguez, et accomparez les uns aux autres selon la disposition des vents, ou parties du monde1 : comme quand on dit, l’Espagne a en ses frontieres2 les monts Pirenées, et les Gaules : Germanie : ou Alemagne est enclose vers le Ponant, ou Occident, par le fleuve du Rhin, et par tel moyen les Geographes (singulierement les mariniers) aspirans aux lieux loingtains, composent presque toutes les descriptions de leurs chartes3 : car en premier lieu doivent considerer en quelle partie du monde doit estre dressée leur prore4, et par quel vent peuvent estre conduicts d’un lieu en autre. Mais les cosmographes, disposent leurs passages5 par la consideration des choses superieures, par paralleles6, comme quand nous disons Rome a latitude de quarante et un degrez, cinquante minutes et de longueur7 trente-six degrez 20 minutes. Et ceste difference de Cosmographes, et Geographes, est distinguée par Ptolomée au premier livre premier chapitre. Quant aux vents, le vent (selon les Phisiciens) est un deslachement, ou traversiere exhalation poulsée à coste la terre8, et iceux saisissent le nom des parties du monde dont ils preignent leur issue, et proviennent. En quoy fault noter, qu’en toute region l’Horizon doit estre distingué en douze parties9, pour en icelles donner lieu aux noms des douzes vents, desquels les quatre principaux sont, le Aphelite, ou le Soubsolaire, qui prend sa force au mesme endroit que le Soleil se lieve, estant à l’Equinoctial. Parquoy est dict des Mariniers le Levant. Le second est dict Zephire, ou Favonie, et est provenant de l’Occident, appellé par les Pilotes Ponent. Le tiers Aparetius, ou Septentrion dict des Mariniers10 Tramontane, et se desborde, et vient du Pole arctic11. Mais le quart dict Midy, Meridional, Auster, ou bien Nothus, prend sa source à la partie Meridionale.

  • 12 « À sa dextre septentrionale » pour versus septentrionem et « à sa senestre » pour alia parte. Ide (...)
  • 13 [1553] omis.

2Plus un chacun d’iceux est accompagné de deux adjoincts, ou collateraux. Le Soubsolaire, retient à sa dextre Septentrional, le cœne ou elesponte laissant à sa senestre12 le vent Eurus, ou Vultur. Puis zephire prend l’Aphricain ou Libs Meridional : ayant de l’autre costé Apix, ou Corus. Consequemment reçoit Septentrio, ou Boreas, ou Aquilo Oriental, et s’avoisine devers le Ponent de Thasias Cicius, ou Gaullois. Auster prend Libonotus l’Occident, tenant à sa dextre de l’Orient Euronotus, ou Euro13. Les mariniers, ou pillotes, ont diverse mode, au compartiments des vents, divisans l’Horizon en 32 ou 16 qualitez, pour partir la description d’iceux : mais pour l’intelligence de leurs qualitez, attriburons au subsolaire avec ses deux adjoincts, la nature chaude, et seiche : à zephire froide, et humide. Auster, et ses deux voisins, chaleur et humidité, et ceste cause est mouvant tonnoirre, et est pestifere, et tres mal sain. Au contraire Septentrion est de qualité froide, et seiche, et en toutes sortes tres sain aux bestes, fruicts, et toutes choses.

Notes

1 Il est difficile de savoir si la traduction est confuse en raison d’une mauvaise compréhension du texte ou d’une syntaxe ambiguë, mais il faut comprendre : « selon la disposition des vents ou selon les zones du monde ».

2 Le texte de Gemma semble poser problème à Boissière, qui a curieusement traduit la chose, disant que l’Espagne avait « en ses frontières » les Pyrénées et la Gaule. Gemma utilise en effet les termes ab ortu, ab occasu, qui signifient « au levant », « au couchant », c’est-à-dire « à l’est » et à « l’ouest ». Mais on peut aussi comprendre ab ortu comme « à l’endroit où elle prend naissance » : il faudrait donc soit comprendre que l’Espagne a « à l’est, les Monts Pyrénées et la Gaule », ce qui peut paraître bizarre pour un observateur moderne, soit comprendre qu’elle a, « à l’endroit où elle commence », les Pyrénées et la Gaule (d’où la traduction « en ses frontières », qui peut se comprendre pour les Pyrénées, mais pas pour la Gaule). Cependant, la suite du texte dit clairement que « l’Allemagne est enclose à l’ouest par le Rhin », comme le traduit Boissière (qui utilise « ponant ou occident ») : le parallèlisme ab ortu / ab occasu n’est donc pas respecté dans la traduction de Boissière. Il est probable qu’il faille bien lire que l’Espagne a « à l’est » les Pyrénées et la Gaule, ce qui peut se concevoir si l’on pense que le regard suit ici la rotation de la terre et se déplace latéralement : si l’on suit la « bande » dans laquelle s’inscrit l’Europe, la France est bien plus à l’est que l’Espagne, elle-même à l’ouest de l’Allemagne. Les dispositions nord / sud ne sont ici absolument pas prises en compte.

3 Le texte latin dit exactement : « Par cette méthode, les Géographes décrivent l’emplacement de presque tous les lieux, et la connaissance de cette méthode vient essentiellement de la pratique des marins, qui s’efforcent d’aller dans les régions lointaines ».

4 De prora, prorae : la proue. Le texte latin dit plus précisément « vers quelle partie du ciel doit être dirigée la proue » « et de quel vent ils ont besoin quand ils vont d’un lieu à un autre ».

5 Traduction curieuse, quand le latin dit : « Mais les Cosmographes distinguent les régions par la considération des choses supérieures, c’est-à-dire par les parallèles, les méridiens, etc. »

6 Omission, cf. note supra.

7 Pour « longitude ».

8 Cette définition correspond à la définition « philosophique » du vent, telle que donnée par Aristote et reprise par ses commentateurs : une exhalaison terrestre dont le mouvement est oblique.

9 [1553] omis.

10 Les deux premiers « mariniers » traduisent bien nauta, ae (« levans nautis dicitur » / « hunc nautae Ponentem vocant »), mais ensuite le texte dit « Hydrographis Transmontanus dictus ».

11 [1553] omis.

12 « À sa dextre septentrionale » pour versus septentrionem et « à sa senestre » pour alia parte. Idem plus loin où « à sa dextre de l’Orient » glose ab ortu.

13 [1553] omis.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search