Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Chap 7. Des divers noms attribuez aux lieux selon la diverse consideration d’iceux

Texte intégral

  • 1 Traduction ambiguë : « in utramque partem » signifie « dans l’une et l’autre direction » ; la défi (...)
  • 2 Le texte latin dit « austral » et « boreal », en référence aux vents.
  • 3 Ajout ou erreur de composition (cf. la ligne précédente).
  • 4 Boissière développe considérablement la référence à Lucain, qui est elle-même un ajout de 1553.

1De la raison des umbres ont prins leurs source trois manieres de noms d’habitation, sçavoir est, les Amphisciens, Etherosciens et Perisciens. Amphisciens sont appellez (par les autheurs) ceux, desquels les umbres peuvent estre estandues à tout endroit1 soit Septentrional ou Meridional2 : les Etherosciens sont ceux, desquels les umbres peuvent estre estandues d’une partie seulement, soit Septentrionale ou Meridionale3. Comme sont ceux qui habitent hors la bande ou zone bruslée, desquels Lucan faict mention en la description de la guerre de Cæsar et Pompée, disant aux Arabes qui pour le secours de Pompée estoient venus à Rome4 :

Vous fustes bien Arabes esbahis
Quand parvenus en estrange païs,
De grands forests vistes les umbres naistre,
Du costé droict, et non à main senestre.

  • 5 Boissière anticipe sur la suite du texte et traduit ici le développement qui apparaît dans la phra (...)
  • 6 Erreur de traduction ou de composition : le latin dit « sub eodem climate et parallelo ».
  • 7 Exemple de problème posé par la concurrence du lexique technique et d’un terme courant : Boissière (...)
  • 8 Traduction fantaisiste : « … quippe cum illis hyems est, etiam hi hybernantur » : « c’est-à-dire q (...)
  • 9 Omission : « Verum in horarum spatiis multum distant… » : « mais comme ils sont séparés par un gra (...)
  • 10 Boissière remanie le texte, qui dit : « Sont Antœciens ceux qui vivent sous une même moitié de mér (...)
  • 11 Le texte latin dit plus sobrement : « Et sous des parallèles opposés mais également distants de l’ (...)
  • 12 Boissière traduit ainsi « sed opposita hemisphæria ».
  • 13 Erreur de traduction ou de composition. Il s’agit des habitants de l’Amérique.

2Mais les Perisciens sont ceux, desquels les umbres peuvent estre à tout endroit à l’environ comme est tournée une meule. Et ceux sont les habitants des extremes bendes, comme les Pilappes et leur voisins. Mais les Etherosciens sont ceux qui sont logez aux bendes temperées, entre les tropes, et les cercles polaires, comme les Italiens, et les Espagnols, et les habitans de toute l’Europe, avec la pluspart de l’Asie. Et les Amphisciens sont ceux, qui sont posez en la bende appellée bruslée, entre les deux tropes. Comme les Æthiopes, Arabes, et Indes. Sont aussi autres certains noms tirez de la diverse constitution, que les peuples ont entre eux, au respect l’un de l’autre, et sont dicts Periœciens, ou autour logées5 : Antœciens, ou contre logées : et Antipodes, ou contre pieds. Or sont dicts estre Periœciens, les uns aux autres, ceux qui estans assis sous mesme climat Parallel6, et Midy7, ont entre deux le Pole du monde, et ceux ont mesme saison ensemble, sçavoir est hyver, esté8, sauf que les uns ayans la minuict, les autres ont plain Midy9, et presque tels sont ceux des isles fortunees, au respect de la region de Synares. Antœciens, ou contre logez sont ceux lesquels sont situez sous une mesme moitié du meridien, l’un du costé du Septentrion, et l’autre du Midy. Ce neantmoins ayant leurs paralleles, coupeaux, ou largeurs egalement eloigné de l’equateur10 comme sont les Egyptiens, au respect des extremes habitans d’Aphrique, et tels ont les saisons contraires, tellement que quand les uns ont jouissance de l’esté, les autres sont detenus en hyver. Toutefois d’autant que l’un, et l’autre sont disposez en mesme longueur, ils reçoivent ensemble, et en mesme instant, le Midy, et la minuict. Antipodes, ou contre pieds l’un à l’autre sont ceux lesquels ont entre eux contreposez, et contretournez leurs pieds, et centiers apposement, et estans sous mesme Meridien, et sous parallele egalement eloigné de l’Equinoctial11. Ce neantmoins ne sont assis sous une mesme moitié du Meridien, ne de mesme part de l’Equinoctial. Parquoy toute chose leur succede au contraire, et ont en divers temps l’hyver, esté, la minuict, le jour, l’Orient, l’Occident. Car jaçoit qu’ils ayent mesme horizon, ce neantmoins ils n’ont point une mesme partie du ciel apparente12. Tels sont les Egyptiens habitans aux parties meridionales de l’Americque13, aux Tectosaces de Scythie, jaçoit que plusieurs principalement sainct Augustin et Lactence ayent esté d’autre opinion, mais l’experience leur contredit. Et de ce faire mouvoit principalement Lactence (autrement Philosophe non a mespriser) qu’il estimoit que le ciel ne peut estre inferieur à la terre. Mais il appert tresclairement, qu’en la consideration de la machine du monde, il y avoit des choses, lesquelles (prinses en divers respect) peuvent estre superieures, et inferieures, desquelles Lactence a monstré suffisamment à cest endroit avoir esté ignorant.

Notes

1 Traduction ambiguë : « in utramque partem » signifie « dans l’une et l’autre direction » ; la définition diffère en effet de celle des Etherosciens dont les ombres peuvent être effectivement « à tout endroit » (« in modum molarum circumgyrantur » : « à la manière des meules »).

2 Le texte latin dit « austral » et « boreal », en référence aux vents.

3 Ajout ou erreur de composition (cf. la ligne précédente).

4 Boissière développe considérablement la référence à Lucain, qui est elle-même un ajout de 1553.

5 Boissière anticipe sur la suite du texte et traduit ici le développement qui apparaît dans la phrase suivante (« Periœci vel circumcolæ dicuntur… ») et glose de ce fait de manière similaire les termes Antiœci et Antipodes, alors que Gemma ne le fait pas, ce qui lui permet de proposer une équivalence lexicale claire pour chaque terme.

6 Erreur de traduction ou de composition : le latin dit « sub eodem climate et parallelo ».

7 Exemple de problème posé par la concurrence du lexique technique et d’un terme courant : Boissière traduit meridianus par « midi » et non par « méridien ».

8 Traduction fantaisiste : « … quippe cum illis hyems est, etiam hi hybernantur » : « c’est-à-dire que lorsque c’est l’hiver pour les uns, les autres prennent également leurs quartiers d’hiver ».

9 Omission : « Verum in horarum spatiis multum distant… » : « mais comme ils sont séparés par un grand nombre de fuseaux horaires… »

10 Boissière remanie le texte, qui dit : « Sont Antœciens ceux qui vivent sous une même moitié de méridien : mais d’autant le parallèle ou la latitude d’une seule région s’éloigne de l’équateur vers le sud, d’autant le point vertical de l’autre, ou sa latitude, tend vers le nord ».

11 Le texte latin dit plus sobrement : « Et sous des parallèles opposés mais également distants de l’équateur », ce que Boissière développe en deux temps, en glosant par « ne de mesme part de l’équinoctial ».

12 Boissière traduit ainsi « sed opposita hemisphæria ».

13 Erreur de traduction ou de composition. Il s’agit des habitants de l’Amérique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search