Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Chap 6. De la largeur ou latitude des régions

Texte intégral

1L’autre des deux sortes de cercles, dont avons cy devant parlé, comprend ceux qui sont estandus autour des poles distants egalement en tout endroit de l’Equinoctial, auquel sont conformes.

  • 1 Boissière utilise ici « espace » alors que le latin dit arcus (« arc »).
  • 2 Boissière utilise le terme « méridien », qu’il n’emploie pas dans les chapitres précédents. Il est (...)
  • 3 Problème de traduction : « Nam si quis sub Æquatore consisteret (cum medium cœli tantum conspicuum (...)
  • 4 Boissière ne traduit pas les modifications de 1553, ici et à la fin du chapitre.

2Tels cercles sont appellez veritablement et proprement paralleles, et se peuvent tracer par mesme raison en tout lieu, selon que plus ou moins est distant iceluy de l’Equinoctial : et par iceux sont les largeurs et fins des regions determinées. Nous appellerons la largeur, le space1 du meridien2 de quelque lieu comprins entre l’Equinoctial et le Parallele qui passe par le coupeau du lieu proposé. Personne ne doute icelle largeur estre egale à l’elevation du pole sur l’Horizon, mesme voyant que la moitié du ciel est toujours apparente. Car si on considere le poinct du coupeau estre sous l’Equinoctial, seront assis tous les deux poles en l’Horizon3. Mais bien est aisé à voir que par peu qu’on se retirast de l’Equinoctial ver Midy ou Septentrion, le poinct du coupeau ou vertical s’eloigneroit de l’Equinoctial, d’autant que plus s’aprocheroit d’un des poles, et seroit veu iceluy pole plus elevé sur l’horizon, en sorte que si le coupeau (qui est tousjours distant de l’horizon une quarte partie, qui est 90 degrez) tellement s’eloignoit de l’Equinoctial, qu’il attaingnit un des poles, qui est distant de l’Equinoctial de 90 degrez, l’Equinoctial changeant son estre se joindroit à l’horizon : dont appert la largeur des regions estre mesme, que la hauteur du pole sur l’horizon et seulement estre differente de raison4 : tellement que la hauteur du pole sur l’horizon est l’arc du Meridien comprins entre l’Horizon et le Pole du monde. Mais la largeur de la region est l’arc du Meridien comprins depuis l’Equinoctial jusques au lieu proposé, soit du costé du Midy, ou Septentrion : nonobstant que Glarean ait dit icelle devoir estre prinse du Septentrion au Midy, et la largeur dès l’Occident en Orient.

Notes

1 Boissière utilise ici « espace » alors que le latin dit arcus (« arc »).

2 Boissière utilise le terme « méridien », qu’il n’emploie pas dans les chapitres précédents. Il est difficile de savoir si c’est par choix ou de manière involontaire.

3 Problème de traduction : « Nam si quis sub Æquatore consisteret (cum medium cœli tantum conspicuum sit) uterque polorum horizonti applicaretur » ; il faut comprendre : « En effet, si l’on se plaçait sous l’équateur (alors que seule la moitié du ciel est visible), l’un et l’autre pôles se trouveraient sur l’horizon ».

4 Boissière ne traduit pas les modifications de 1553, ici et à la fin du chapitre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search