Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Chap 3. Des Zones et climats, ou bien Bendes et Gradations

Texte intégral

  • 1 Gemma rappelle ici que les cercles tracés à surface de la terre (équateur, méridien, tropiques…) s (...)
  • 2 Ici, comme à une autre reprise dans le texte, Boissière traduit spatium par « space » et non « esp (...)

1Tout ainsi que jusques icy avons supposé et imaginé noz cercles en la partie celeste, faut presupposer aussi iceux estre descris, tracez, et imprimez, aux lieux terrestres sujects, et correspondants à mesme endroit1 : dont vient que par les 4 moindres cercles de la Sphere, les superfices du ciel et de la terre sont divisées en cinq spaces2, dicts par similitude Zones ou bandes.

  • 3 Cœlum peut aussi signifier « climat » : il s’agit donc ici de la rudesse permanente du climat.
  • 4 Boissière suit la leçon de 1530, qu’il ne restitue pas dans son intégralité (« Mais les auteurs de (...)
  • 5 Le texte latin précise « et les autres auteurs classiques ».
  • 6 La latin dit « en diverses étendues de terre, ou climat ».
  • 7 Ne traduit pas « per totum orbem ».

2Entre lesquelles noz anciens, considerants les deux extremes enclo ses dans les cercles polaires, ont affermé icelles estre inhabitables, à cause du continuel froid et rigoreuse intemperature du ciel3 : ce qu’aussi affirment de la moyenne partie, comprinse entre les deux tropes, à cause de l’ardeur et bruslure continuelle du Soleil. Ce neantmoins noz modernes par raisons et arguments ont escrit, et de faict, esprouvé icelle estre infiniment plus temperée qu’aucune des autres4. Quant aux deux qui sont situées entre les tropes et les cercles polaires, il n’est incogneu à personne icelles estre habitables et merveilleusement temperées. De rechef est distinguée la superfice terrestre par certaine autre raison : c’est que d’autant que plus s’esloigne un lieu de l’Equinoctial, et plus grands y sont les jours en esté, et les nuicts en hyver : tellement que le lieu plus distant, qui est en 90 degrez, possede aussi le plus grand jour contenant six mois, avec la nuict non differente à tel jour. Mais à ceux qui jouyssent du pays sous l’Equinoctial, la nuict est tousjours de 12 heures maintenue egale au jour. Desquelles diversitez la raison tresclairement appert en la Sphere materielle, et en nostre Globe terrestre. Ce que voyant Ptolomée et les autres autheurs5, selon la varieté et diverse quantité des jours, ont distingué la diversité des regions terrestres en climats6 ou degrés d’accroissement et decroissement des jours : tellement que l’espace d’un climat comprend l’accroissement du jour par demie heure, s’estendant ledict climat des l’Orient en l’Occident en forme d’une bande circulaire7 : et se saisissent iceux climats des noms des païs, par lesquels ils passent.

  • 8 Méroé est une île du Nil située au niveau de la sixième cataracte, dans l’actuel Soudan.
  • 9 Dans l’Antiquité Syene, aujourd’hui Assouan.
  • 10 Rhodes.
  • 11 Le Pont-Euxin (Mer Noire).
  • 12 Aujourd’hui le Dniepr, donc : « l’embouchure du Dniepr ».
  • 13 Les Monts Riphées sont d’emplacement variable dans l’Antiquité. Ils correspondent probablement gro (...)
  • 14 La mer d’Azov.

3Le premier de l’Equinoctial tendant au Septentrion, est appelé Dia meroës, ou Meroë8, par ce que celuy passe par Meroë, isle d’Aphrique environnée du Nil. Le second par Sienne9, cité d’Aphrique assize sous le trope de l’Escrevice. Le tiers par Alexandrie, qui est ville ancienne au bord d’Aphrique. Le quatriesme par Rode10. Le cinquiesme par Rome, ou par Hellesponte, au destroict de Calipoli. Le sixième par Ponte11. Le septiesme par le havre de Boristene12. En ce lieu les anciens finissoient leurs climats, d’autant que les païs outre ceux cy leur estoient incogneus. Les autres ajoustent le huictiesme climat passant par les Ryphées13, ou marescages de Meotide14. Le neufiesme par Danie, etc. Et par ces climats acroist la quantité du plus grand jour de demie heure : tellement que voyant le quantiesme est le climat, sera aisé sçavoir, de combien de demies heures est creuë la quantité du plus grand jour outre 12 heures : et ainsi qu’au commencement du premier climat le plus long jour contient 12 heures et demie : et en la fin d’iceluy, qui est le commencement du second 13 heures : ainsi continuellement ajoustant demie heure, aurons tousjours la quantité du plus grand jour, commençant à tel climat. Et ce qu’avons dict des Climats Septentrionaux, te pourra aussi servir aux Meridionaux, sauf qu’à iceux ne pouvons accommoder des noms propres, ains empruntons les contrenoms des Septentrionaux, comme Antidiameroës, Antidiasienne, et ainsi des autres.

Notes

1 Gemma rappelle ici que les cercles tracés à surface de la terre (équateur, méridien, tropiques…) sont la projection des cercles tracés sur la sphère céleste.

2 Ici, comme à une autre reprise dans le texte, Boissière traduit spatium par « space » et non « espace ».

3 Cœlum peut aussi signifier « climat » : il s’agit donc ici de la rudesse permanente du climat.

4 Boissière suit la leçon de 1530, qu’il ne restitue pas dans son intégralité (« Mais les auteurs de notre temps ont affirmé en s’appuyant sur des arguments et confirmé par l’expérience qu’elle était non seulement habitable, mais aussi parfaitement tempérée »).

5 Le texte latin précise « et les autres auteurs classiques ».

6 La latin dit « en diverses étendues de terre, ou climat ».

7 Ne traduit pas « per totum orbem ».

8 Méroé est une île du Nil située au niveau de la sixième cataracte, dans l’actuel Soudan.

9 Dans l’Antiquité Syene, aujourd’hui Assouan.

10 Rhodes.

11 Le Pont-Euxin (Mer Noire).

12 Aujourd’hui le Dniepr, donc : « l’embouchure du Dniepr ».

13 Les Monts Riphées sont d’emplacement variable dans l’Antiquité. Ils correspondent probablement grosso modo à l’Oural.

14 La mer d’Azov.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search