Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Chap 2. Des cercles de la Sphere

Texte intégral

  • 1 Gemma parle ici du globe céleste ; il ne faut pas oublier en effet que le De principiis doit norma (...)

1Sphere est un corps solide comprins sous une superfice, au milieu duquel imaginons un point dict centre, duquel poinct toutes les lignes tirées jusques à la circonference sont egales entre soy. Et par le seul jugement naturel apercevons, le monde retenir icelle forme. Ce que les Mathematiciens voulans imiter, ont dressé un instrument spherique faict de maints cercles : monstrans les mouvements desquels cercles et de leurs parties, monstrerons les definitions et usage au plus près qu’il nous sera possible1.

  • 2 « Esseau » est un doublet de « essieu », régulièrement utilisé pour traduire axis. Les formes « es (...)
  • 3 Curieusement, Boissière remplace le pluriel par un singulier, le texte latin disant « super cujus (...)
  • 4 Il s’agit donc de l’axe de la terre, qu’on appelle « axe du monde » ou « axe des pôles ».
  • 5 Boissière glose l’expression talia puncta (m. à. m : « tels points »), qui réfère aux extremi term (...)
  • 6 « … poli, cardines, aut vertices » : c’est-à-dire « pôles, extrémités ou sommets ». En effet, card (...)
  • 7 « Altera polus arcticus, ab arctis sive ursis, dicitur » : Boissière ne peut traduire ici correcte (...)
  • 8 Le texte latin dit plus sobrement « … le mouvement du premier mobile est accompli ».

2L’esseau2 est appellé par les autheurs une ligne droicte, laquelle divise la Sphere en deux parties egales, et sur l’extremité d’icelle ligne3 la sphere faict ses mouvements et revolutions4 : et sont appellez les deux poincts extremes5 de l’essieu, poles, gons, ou coupeaux6 : dont l’un est dict Arctique à cause des ourses logées autour d’iceluy7 : l’autre Antarctique, ou austral. Et autour de ces coupeaux est continuellement agité et tournant le premier mobile8.

  • 9 « Coupant ».

3Equinoctial ou bien Æquateur est un cercle, lequel en tout endroit est separé des deux poles par egal intervalle, entresiant9 à angle droict l’essieu du monde.

  • 10 Signifer : « porteur de signes ».
  • 11 Gemma dit simplement « oblique ». « Traversier » est issu du latin transversus et signifie égaleme (...)
  • 12 « Bien que ».
  • 13 Le zodiaque n’est pas parallèle à l’équateur mais légèrement incliné, puisqu’il est tracé autour d (...)
  • 14 Le latin dit : « … divisé en douze parties que l’on appelle des signes ».
  • 15 Omission. Le texte latin dit : « Gradus deinceps in 60. minuta sive scrupula prima […] dividitur » (...)
  • 16 Boissière, n’ayant pas traduit « scrupule premier », est obligé de s’éloigner du latin, qui dit «  (...)
  • 17 Gemma utilise signifer et non zodiacus.
  • 18 Le texte latin explique ici que « les orbes inferieurs » s’efforcent de se mouvoir en sens contrai (...)
  • 19 Pour les cas (comme plus haut, par exemple) où Boissière utilise « 30 minutes », le texte latin di (...)
  • 20 Boissière traduit un singulier (« motus… causa est ») par un pluriel, et décalque l’expression lat (...)
  • 21 « Largeur », qui traduit ici latitudinem, est bien utilisé au sens commun. Le texte veut en effet (...)
  • 22 La traduction de Boissière est obscure : le texte latin (« propter errantium syderum ultra citraqu (...)
  • 23 La traduction devient relativement approximative, si l’on considère que le texte latin dit ceci : (...)
  • 24 Ce passage est un bon exemple de la manière dont la traduction se veut plus imagée et plus élégant (...)
  • 25 [1553] omis.
  • 26 Le néologisme « jour égal » (que l’on retrouve aussi chez Jean-Pierre de Mesmes) est conçu pour re (...)
  • 27 [1553] omis.

4Et est apellé Æquinoctial d’autant que le Soleil constitué sous iceluy, faict par tout l’universel monde les jours egaux aux nuicts. Le Zodiac possesseur des signes10, ou bien oblique cercle et traversier11, est celuy, lequel jaçoit12 qu’il entrecouppe la sphere et l’Equinoctial en deux parties egales, ce neantmoins l’une d’icelles panche sur le septentrion, et l’autre du costé du midy s’esloignant par quelque endroict de l’Equinoctial, au plus fort 23 degrez, 30 minutes13. Et est iceluy divisé en douze parties contenantes douze images des douze signes celestes14, desquels les noms sont tels. Le Belier, le Taureau, les Gemeaux, l’Escrevice, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, l’Archer, le Bouc poisson, le Verse eaux, les Poissons. Et en outre est subdivisé un chacun signe en 30 parties dictes degrez : dont se trouve le dict cercle party en 360 parties. Plus est divisé un chacun degré en 60 minutes15, et la minute en 60 secondes, et la seconde en 60 tierces, et ainsi des autres : car ceste subdivision sexagenaire procede encores jusques à infinité s’il estoit requis16. Et presque semblablement sont divisez tous les grands cercles de la sphere en 4 quarts, le quart en 90 degrez, et le degré de rechef comme dessus. Or est il, que au dessous du zodiac17 tous les autres cieux inferieurs conduisent leurs planettes18, et contreviennent à leur pouvoir au premier mobile, se mouvant sur leurs propres essieux et poles, qui sont distants des poles du monde 23 degrés 30 minutes19. Et de tels mouvements20 dependent divers temps de l’année, l’acroissement et descroissement des jours : et (puisqu’il fault que je parle en philosophe) telle diversité cause la generation et corruption de toutes choses naturelles. En ce seul cercle du zodiac est considerée largeur21, à cause des élargissements et estendues des planetes22. Laquelle largeur par aucuns est limitée de douze degrez, et selon les autres de seize. Ce neantmoins tout au milieu est disposée la voye du Soleil appellée Eclyptique, Ainsi nommée, d’autant que la Lune se trouvant en icelle sous le Soleil à iceluy conjoincte faict eclypser, et defaillir iceluy à nous23, à cause de l’interposition de la Lune entre le Soleil et nous, tellement qu’il ne peut jecter ça bas en terre ses rayons, ne penetrer la Lune qui est solide et espesse, pour nous departir sa lumiere. Semblablement la Lune n’aiant clarté que du Soleil est privée et eclypsée de la clarté qu’elle doit recevoir d’iceluy Soleil, par l’entrevenement de la terre entre le Soleil et elle24. Toutefois le Soleil seul entre toutes les planettes constamment continue sa voye sans jamais se destourner d’un seul poinct de l’eclyptique. Au zodiac aussi sont à noter quatre poincts25 : deux aux lieux où l’eclyptique est entrecoupée de l’Equinoctial, sçavoir est, au premier degré du Belier, et de la Balance : et sont dicts tels poincts jours egaux26, par ce que le Soleil estant sous iceux, faict le jour egal à la nuict27. Les autres poincts entre deux, sont les commencement de l’Escrevice et du Bouc, et sont appellez Solstices, par ce que le Soleil estant parvenu à iceux semble se vouloir arrester : et de ces deux solstices nous qui sommes Septentrionaux, appellons le Septentrional estival, et celuy du Midy Solstice d’hyver, et au contraire font noz antipodes, qui sont meridionaux.

  • 28 Boissière essaie de rendre plus explicite le texte latin, qui dit que les colures « sont des cercl (...)

5Les colures sont deux cercles qui s’entrecouppent et entrecroisent aux poles du monde, et divisent toute la Sphere en quatre parties egales28 : desquels colures l’un passant par les poincts des Equinoxes acquiert le nom d’iceux, et est dict colure Equinoctial. Et l’autre demonstrant les solstices, Solsticial.

  • 29 La traduction de Boissière est plus progressive que le texte latin.

6L’horizon, ou bien (comme le nom mesme requiert) finiteur, est le cercle separant la partie du monde descouverte et apparente de l’autre partie mussée et non apparente : et est distingué en deux, sçavoir est, droict, et oblique29.

  • 30 L’horizon est le cercle qui sépare la partie du ciel que l’on peut voir de celle que l’on ne peut (...)
  • 31 Boissière maintient la leçon de 1530 (« quod autores Zenit appellant ») et non celle de 1553 (« qu (...)

7L’horizon droict est celuy qui entrecroise l’Equinoctial à angle droict. L’horizon est dict oblique alors que l’Equinoctial, par son oblique disposition, ne peut faire avec iceluy horizon angles droicts ne egaux30. Qui cause que le Soleil et les autres estoilles font leurs mouvements montant, et devalant obli ques, à travers et non droicts. Et se change ledict horizon en infinies sortes, suivant la diverse constitution et habitation des hommes. Le poinct du coupeau appellé par les auteurs zenith31, est le poinct du ciel respondant à plomb à quelque lieu de la terre elongné de l’horizon par egal intervalle de tous les costez, dont a tiré ce nom Pole horizontal.

  • 32 Boissière suit ici la leçon de 1530 et ne traduit pas l’ajout de 1553.

8Le cercle meridien est celuy, qui, estant conduict par les poles du monde, passe par les couppeaux de quelques païs, auquel cercle le Soleil estant parvenu sur l’horizon monstre le Midy : et sous l’horizon vers iceluy determine la moitié de la nuict. Lesdicts cercles entre les autres sont appellez grands, d’autant que par leurs traicts est divisée toute la sphere en deux parties egales32. Les moindres cercles sont 4. Sçavoir est, les deux cercles polaires, ainsi dicts par autant qu’ils sont tracez par l’essieu du Zodiac autour des poles du monde esloigné d’iceux à tout endroict de 23 degrez 30 minutes.

  • 33 [1553] omis.

9Tels cercles prennent leur nom arctique et antarctique, du pole auquel sont prochains. Les autres deux sont appellez tropes, et sont paralleles à l’equinoctial esloigné d’iceluy à tout endroit par egal intervalle, sçavoir est de 25 degrez 30 minutes. Le plus proche des ourses est appellé le Trope de l’Escrevice, et ce par autant, que le Soleil logé sous le commencement du signe de l’Escrevice, estant tiré par le premier mobile, descrit et trace sa revolution en iceluy cercle : et l’autre par mesme raison est dict le trope du Boucpoisson, et sont constituez tels cercles limites et bornes du Soleil. Lesquels jaçoit que par le mouvement (dict titubation) ou esbranlement du huictiesme ciel quelques fois soient changez33 : ce neantmoins jamais le Soleil ne passe icelles. Toutesfois d’autant que la raison de tel mouvement, n’est maintenant à propos, nous nous deporterons d’icelle à cest endroict.

Notes

1 Gemma parle ici du globe céleste ; il ne faut pas oublier en effet que le De principiis doit normalement s’appuyer sur l’observation du globe matériel.

2 « Esseau » est un doublet de « essieu », régulièrement utilisé pour traduire axis. Les formes « essel / esseau » et « essiau » sont normalement des formes d’ancien français. La forme apparaît donc comme archaïque ou régionale. Ce n’est pas une erreur de composition, puisque le terme apparaît à l’identique dans la manchette ; cependant, dans la suite du texte, Boissière utilise « essieu ».

3 Curieusement, Boissière remplace le pluriel par un singulier, le texte latin disant « super cujus extremis terminis » (« sur les bornes extérieures »).

4 Il s’agit donc de l’axe de la terre, qu’on appelle « axe du monde » ou « axe des pôles ».

5 Boissière glose l’expression talia puncta (m. à. m : « tels points »), qui réfère aux extremi termini de la phrase précédente, par « deux points extrêmes », reprenant à la fois un élément antécédent (« extrême ») et anticipant sur la suite. En effet, Boissière ne traduit pas le début de la phrase suivante : « Et cum duæ sint extremitates linæ rectæ : altera polus… » : « et comme une ligne droite a deux extrémités, l’un des pôles… », qui devient simplement « dont l’un est dict Arctique… ».

6 « … poli, cardines, aut vertices » : c’est-à-dire « pôles, extrémités ou sommets ». En effet, cardo signifie bien littéralement « gond », « pivot », voire « tenon » ou « mortaise », mais le terme a aussi le sens moins technique de « bout », « extrémité » : c’est en ce sens qu’il est synonyme de « pôle » et utilisé pour désigner par exemple les « points solsticiaux » ou les « points cardinaux ». La traduction par le mot « gonds » réactive donc la métaphore initiale (Jean-Pierre de Mesmes utilise quant à lui « pivot », mais « gond » se rencontre dans la deuxième moitié du siècle). Le terme « coupeau », que Boissière utilise régulièrement pour traduire vertex, signifie « sommet ». Après le xvie, il est rapidement vieilli et ne s’utilise en général plus que pour le sommet d’une montagne.

7 « Altera polus arcticus, ab arctis sive ursis, dicitur » : Boissière ne peut traduire ici correctement le texte d’origine, faute de termes adéquats. En effet, il aurait fallu créer un néologisme et écrire quelque chose comme « l’un des pôles est dit “arctique” à cause des Arctes ou Ourses » : Arctos (ici au pluriel) étant une translittération du grec αρκτος (au pluriel αρκτοι), terme qui désigne l’Ourse au sens astronomique, la grande ou la petite. Le lien morphologique disparaît dans la traduction, puisque la dérivation arctos / arcticus ne peut être reproduite entre « ourse » et « arctique ».

8 Le texte latin dit plus sobrement « … le mouvement du premier mobile est accompli ».

9 « Coupant ».

10 Signifer : « porteur de signes ».

11 Gemma dit simplement « oblique ». « Traversier » est issu du latin transversus et signifie également « oblique », « transversal ». Outre la position du zodiaque (« oblique » par rapport à l’équateur), le terme évoque donc également le fait que le zodiaque coupe l’équateur. Cependant, peut-être dans un souci de rendre sa langue plus élégante, on note que Boissière utilise plus volontiers « traversier » que « oblique ». Ainsi, dans le deuxième livre, traduit-il « De […] ascensione recta, & obliqua syderum » par « les montées droictes & traversieres des estoilles » (traduisant d’ailleurs encore une fois un singulier par un pluriel).

12 « Bien que ».

13 Le zodiaque n’est pas parallèle à l’équateur mais légèrement incliné, puisqu’il est tracé autour de l’axe de l’écliptique, qui forme par rapport à l’axe des pôles un angle de 23 degrés et demi, comme le dit Boissière. De ce fait, il coupe bien la sphère en deux parties égales, mais de manière oblique.

14 Le latin dit : « … divisé en douze parties que l’on appelle des signes ».

15 Omission. Le texte latin dit : « Gradus deinceps in 60. minuta sive scrupula prima […] dividitur ». Boissière ne traduit pas le fragment « sive scrupula prima », probablement faute de terme français adéquat. En effet, le scrupulum ou scripulum, que l’on traduira plus tard par « scrupule » (il est attesté dans le dictionnaire de l’Académie) est une unité de mesure antique qui renvoie à une division par 24 (c’est en particulier la 24e partie de l’once). Par suite, la division en « scrupules » s’applique aussi à l’heure (qui est elle-même la 24e partie du jour) : un « scrupule » est donc la 24e partie d’une heure. Le terme a cependant également été utilisé plus spécifiquement en astronomie (il viendrait des Chaldéens), pour désigner une toute petite fraction de la minute. En ce sens, on le rencontre donc avec le sens plus général de « petite division de la minute ». Enfin, on trouve dans le latin tardif (il faudrait ici des recherches plus approfondies) les expressions de scrupulum primum, « premier scrupule », équivalent de « minute » puisque désignant la division de l’heure par 60, scrupulum secundum, « second scrupule », renvoyant à la division de la minute par 60 (donc synonyme de « seconde ») et scrupulum tertium, qui renvoie enfin à la division de la seconde par 60, ce que Boissière nomme ici logiquement la « tierce ». C’est ici l’usage de Gemma, « minute, ou bien scrupula prima ».

16 Boissière, n’ayant pas traduit « scrupule premier », est obligé de s’éloigner du latin, qui dit « et est ainsi divisé jusqu’au dixième [scrupule] ».

17 Gemma utilise signifer et non zodiacus.

18 Le texte latin explique ici que « les orbes inferieurs » s’efforcent de se mouvoir en sens contraire par rapport au premier mobile : Boissière ajoute « conduisent leurs planettes » probablement par souci pédagogique et parce que, comme nous l’avons dit, il utilise « ciel » et non « orbe », le terme « orbe » désignant expressément cette sphère solide qui porte une planète. Boissière signale donc ainsi dans quel sens il utilise le mot « ciel » et rappelle au lecteur peu averti les bases du système céleste.

19 Pour les cas (comme plus haut, par exemple) où Boissière utilise « 30 minutes », le texte latin dit « et semisse » : « et demi ». Il s’agit peut-être d’une volonté de rappeler l’unité de mesure qui permet de diviser le degré.

20 Boissière traduit un singulier (« motus… causa est ») par un pluriel, et décalque l’expression latine tempus anni qui signifie tout simplement « saison », signes peut-être d’une traduction un peu rapide.

21 « Largeur », qui traduit ici latitudinem, est bien utilisé au sens commun. Le texte veut en effet dire que seul le zodiaque, parmi l’ensemble des cercles de la sphère, est représenté comme une bande, dotée donc d’une « largeur », et non comme une ligne.

22 La traduction de Boissière est obscure : le texte latin (« propter errantium syderum ultra citraque disgressionem », soit « à cause des écarts que font ici et là les planètes ») signifiant simplement que les planètes, le soleil excepté, ne suivent pas un cours absolument identique d’une révolution à l’autre mais s’écartent plus ou moins de leur cours théorique.

23 La traduction devient relativement approximative, si l’on considère que le texte latin dit ceci : « parce que lorsque le Soleil et la Lune sont en conjonction ou en opposition sous cette ligne, on dit qu’ils subissent une éclipse de leur lumière ». On note que le texte de Gemma porte aussi bien sur le soleil que sur la lune, quand Boissière ne parle que des éclipses de soleil.

24 Ce passage est un bon exemple de la manière dont la traduction se veut plus imagée et plus élégante, moins technique que le latin, que l’on pourrait plutôt traduire par : « Le soleil, en raison de l’obstacle que la lune oppose à notre vue, ne peut pas nous transmettre sa lumière, parce que le corps de la lune est dense et nullement transparent. Quant à la lune, parce qu’elle reçoit sa lumière du soleil, elle est en effet éclipsée lors de l’interposition de la terre entre elle et le soleil ».

25 [1553] omis.

26 Le néologisme « jour égal » (que l’on retrouve aussi chez Jean-Pierre de Mesmes) est conçu pour rendre de manière explicite et poétique l’« æquinoctialis » latin (« nuit égale »).

27 [1553] omis.

28 Boissière essaie de rendre plus explicite le texte latin, qui dit que les colures « sont des cercles tracés par les pôles du monde » qui « divisent la sphère, ainsi qu’eux-mêmes, en deux parties égales », ce qui n’est pas très clair : en effet, les deux colures passent par les pôles, mais s’y coupent à angle droit, si bien que, chacun déterminant deux moitiés de sphère, ils divisent à eux deux cette dernière en quatre quartiers verticaux égaux (comme les quartiers d’une orange), d’où le choix de traduction de Boissière.

29 La traduction de Boissière est plus progressive que le texte latin.

30 L’horizon est le cercle qui sépare la partie du ciel que l’on peut voir de celle que l’on ne peut pas voir : il est dit « droit » quand la vue de l’observateur terrestre peut embrasser les deux pôles, il est « oblique » quand la vue humaine ne peut voir qu’un des pôles.

31 Boissière maintient la leçon de 1530 (« quod autores Zenit appellant ») et non celle de 1553 (« quod Arabes Zenit appellant »).

32 Boissière suit ici la leçon de 1530 et ne traduit pas l’ajout de 1553.

33 [1553] omis.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search