Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Chap 1. La première partie des principes de cosmographie

Texte intégral

  • 1 Boissière traduit cœlum par « ciel total », car il choisit plus loin de traduire orbis (qui désign (...)
  • 2 Le latin dit simplement continetur. C’est là la première des très nombreuses fois où Boissière dou (...)
  • 3 « Region celeste » : pars ætherea. Boissière, ici, choisit de ne pas suivre Gemma, qui oppose les (...)
  • 4 En latin orbes, comme plus loin « cieux inferieurs » traduit inferiores orbes, etc.
  • 5 Boissière traduit ici un singulier ([orbem] inferiorem) par un pluriel : le texte latin explique e (...)

1Comme ainsi soit, qu’en toute veritable et constante doctrine, on doive tousjours commencer à la definition d’icelle (ce que proprement dit Ciceron au premier livre des offices) ne m’a semblé estre impertinent d’avançer aucunes definitions et divisions pour donner ouverture et plus ample cognoissance des choses, lesquelles à present voulons traicter. Et en premier lieu dirons le Monde estre le Ciel total1, et tout ce qui par le circuit d’iceluy est contenu et comprins2 : duquel les deux principales parties sont la region celeste3, et elementaire. La region celeste consiste en dix cieux4, desquels tousjours le superieur embrasse et comprend par sa circonference les inferieurs5.

  • 6 Boissière infléchit légèrement le sens du texte qui dit en réalité que « le dixième et dernier cie (...)
  • 7 Boissière rend ainsi le latin labitur (labor : glisser, couler).
  • 8 « … ab ortu in occasum per meridiem labitur, deinde per septentrionem rursus ad ortum » : Boissièr (...)
  • 9 Gemma et, de manière générale, les astronomes utilisent motus (« mouvement »), sachant qu’il va de (...)
  • 10 « Impetueux tournoiement » : impetu (« élan », « mouvement », « impulsion »…). La notion de « tour (...)
  • 11 La traduction de Boissière, peu claire, complique et obscurcit le texte d’origine. Ce passage corr (...)
  • 12 Omission importante, car le latin dit motus contrarius. En effet, le principe est, comme dit précé (...)
  • 13 On note que Boissière fait référence aux « tables d’Alphonse » tandis que Gemma, plus prudent, ne (...)
  • 14 Ayant utilisé « ciel » pour traduire orbis, Boissière est ici à nouveau gêné : il ne traduit pas q (...)
  • 15 La traduction de Boissière est confuse sinon fautive. Le latin dit : « Cicéron et plusieurs avant (...)
  • 16 Cf. note supra : Gemma écrit en réalité : « planète ou étoile errante ». Boissière ajoute donc le (...)
  • 17 Le latin dit penultimus, « avant dernier ». Infimus est développé par « septiesme et dernier ».
  • 18 Boissière sous-traduit le texte latin, ce qui occulte ses implications philosophiques. Gemma dit e (...)
  • 19 Omission de « communis philosophantium opinio est ». Boissière ne traduit pas pour autant la leçon (...)

2Le tout dernier (qu’on dict estre le dixiesme) est le premier mobil6, lequel faict son cours continuel d’Orient par le Midy coulant7 en Occident, duquel lieu par sous terre8 revient de rechef en l’Orient, accomplissant sa revolution9 presque en l’espace de 24 heures, et par son impetueux tournoiement10 ravist et tire avec soy les autres cieux inferieurs : ce neantmoins d’autant plus que les inferieurs sont esloignez d’iceluy, et plus s’efforcent retirer et destourner sous leur voye oblique, tellement que les plus loingtains beaucoup plus aisement, et plus tost eschappent, et gaignent leurs tours à l’encontre du premier mobil11 : et est presque insensible le mouvement12 du neufiesme ciel, appellé d’aucuns le Ciel cristallin ou de l’eau, lequel (selon les tables d’Alphonse13) en 49 000, ou bien (comme dict Ptolomée) en 36 000 ans paracheve et accomplit sa revolution. Le huictiesme ciel (qui plus proprement est appellé le Firmament14, ou bien par sa constance nommé des Grecs, non errant) selon les anciens accomplit sa revolution en sept mille ans, comme appert par les tables vulgaires. Et jaçoit que Ciceron et plusieurs devant luy ayent esté d’opinion n’avoir autres cieux par-dessus ce Firmament : ce neantmoins la sagesse des Mathematiciens a inventé ce supreme ciel et invisible pour subtiliser et rendre plus aisé le calcul des mouvements celestes15. Quant aux autres cieux des Planetes qui sont inférieurs, un chacun d’eux possede et contient une seule estoille dicte Errante16, et toutes les autres sont disposées et fichées au huictiesme, qui est le firmament. Au-dessous duquel le premier ciel suyvant, est attribué à Saturne, le prochain après à Jupiter, le troisiesme à Mars, le quatriesme au Soleil, le suyvant à Venus, le sixiesme17 à Mercure, le septiesme et dernier à la Lune, lequel par sa circonference concave, envelope, et embrasse ce bas Monde, ou region elementaire. Or ceste basse partie comprend18 les quatre Elements, et toutes autres choses qui par le meslange d’iceux sont composées. Le premier donc est le Feu, le suyvant est l’Aer19, et puis après l’Eau, et la Terre, qui constituent ensemble un corps rond et spherique.

  • 20 Le texte latin se contente de dire « a fait en quelque endroit dépasser la terre, et en un autre, (...)
  • 21 Boissière surtraduit le latin, qui dit simplement « de manière à ce que pourtant elles constituent (...)

3Auquel endroit l’Autheur de nature prevoiant à la commodité humaine, en certains lieux a descouvert la Terre, et en autres lieux les eaux retirées et encavées20 : Ce neantmoins tousjours gardant à ladicte assemblée perfection de rondeur21, comme clairement appert aux eclypses faictes en la Lune.

4De Boissière  :
Cy apert en la Lune l’umbre de la Terre, et l’eau ronde, qui monstre suffisamment la figure d’icelle estre ronde et spherique.

  • 22 Ce passage glose deux illustrations : la première, à laquelle Boissière a donné un titre (« La fig (...)

5Semblablement est evidente ceste chose sur la Mer, car d’autant que souvent avient, que ceux qui sont en haute mer, peuvent voir plusieurs choses estans montez sur l’arbre de la nef, qu’ils ne sçauroient apercevoir dès la basse partie d’icelle à cause de la bosse spherique des eaux, peuvent iceux conclure la mer acomplir figure ronde avec la terre22.

  • 23 Il s’agit également d’un argument de la tradition astronomique, venu de l’Almageste et vulgarisé p (...)

6Tel globe au respect du ciel n’est non plus qu’un poinct à l’esgard de son cercle. Car de tous les lieux du monde nous est descouverte et apparante la moitié du ciel23.

  • 24 Encore une fois, Boissière s’appuie sur une illustration insérée dans son édition et dans l’éditio (...)
  • 25 Au contraire du précédent ajout, surmonté du nom du traducteur, rien ne permet de savoir que ce pa (...)

7Si la terre avoit quelque quantité au respect du Firmament, comme la pomme mise dedans ce cercle24 au respect d’iceluy, il s’ensuyvroit que tout ainsi que la ligne qui passe par sus icelle pomme n’entresie point la moitié du cercle, nous qui sommes sus la terre ne verrions point la moitié du ciel. Mais il appert au contraire : car tousjours la moitié nous est apparente tout ainsi que si nous estions au centre, comme rapporte la ligne, laquelle passe par le centre. Voyans doncq que nulle quantité de la terre n’empesche que ne voyons le ciel, comme si estions au centre, conclurons la quantité de la terre n’estre au respect du ciel, aucunement sensible, ains seulement comme centre du Firmament25.

  • 26 Boissière suit le texte de 1530.
  • 27 L’ajout de 1553 (« Nam quæ sit… meminisse ») n’est pas traduit, non plus que ce qui précède (« Atq (...)

8Voyla donc les principales parties du monde, desquelles aucuns comprenans le ciel des Dieux26, qui est le supreme, distinguent en quinze parties27.

Notes

1 Boissière traduit cœlum par « ciel total », car il choisit plus loin de traduire orbis (qui désigne la sphère dans laquelle est enfermée chaque planète) par « ciel » et non par « orbe ». De ce fait, la distinction opérée par le latin entre cœlum, la sphère céleste dans son ensemble (par opposition au monde sublunaire), et orbes, les sphères propres aux différentes planètes, est neutralisée, d’où le recours à l’opposition entre « ciel total » et « ciel » (particulier).

2 Le latin dit simplement continetur. C’est là la première des très nombreuses fois où Boissière double, en le traduisant, le terme latin. Il sacrifie ainsi au goût stylistique de la Renaissance : dans la plupart des cas, ces doublets n’ont aucune signification scientifique particulière, raison pour laquelle nous ne les signalerons plus.

3 « Region celeste » : pars ætherea. Boissière, ici, choisit de ne pas suivre Gemma, qui oppose les deux parties du monde selon la matière qui les constitue (distinction relevant de la philosophie naturelle et non de l’astronomie mathématique). En choisissant de ne pas parler d’éther, il évite ainsi peut-être de prendre position dans la querelle philosophique sur la matière des cieux, car si les cieux sont constitués d’éther ou quintessence (immuable) pour les aristotéliciens, par opposition au monde sublunaire composé des quatre éléments soumis au changement, il n’en va pas de même pour les néo-platoniciens et les stoïciens, qui pensent que le ciel est majoritairement ou exclusivement igné. Il maintient cependant le qualificatif d’« élémentaire » pour la région « basse », qu’il aurait pu appeler « sublunaire ». Sa traduction ne présente donc pas la cohérence logique de l’opposition présente dans le texte latin.

4 En latin orbes, comme plus loin « cieux inferieurs » traduit inferiores orbes, etc.

5 Boissière traduit ici un singulier ([orbem] inferiorem) par un pluriel : le texte latin explique en effet que chaque orbe supérieur enclôt un orbe inférieur, et ainsi de suite. Les orbes sont en effet enchâssés les uns dans les autres à la manière de poupées russes.

6 Boissière infléchit légèrement le sens du texte qui dit en réalité que « le dixième et dernier ciel se nomme premier mobile ». Il est difficile de savoir s’il s’agit là d’une inattention du traducteur ou d’un choix délibéré : en effet, on a longtemps pensé qu’il n’y avait que neuf sphères célestes (théorie encore véhiculée par les textes anciens, cf. par exemple le De Sphæra de Sacrobosco, que les commentateurs ou les traducteurs corrigent ; voir également infra l’opinion de « Cicéron et plusieurs devant lui »). L’ajout d’une sphère supplémentaire, rendue nécessaire par les problèmes posés par le mouvement de la huitième sphère, est encore récent : peut-être le traducteur, à la différence de l’auteur, veut-il faire preuve ici d’une certaine prudence.

7 Boissière rend ainsi le latin labitur (labor : glisser, couler).

8 « … ab ortu in occasum per meridiem labitur, deinde per septentrionem rursus ad ortum » : Boissière remplace per septentrionem (c’est-à-dire « par le nord », qui s’oppose à per meridiem) par « sous terre ».

9 Gemma et, de manière générale, les astronomes utilisent motus (« mouvement »), sachant qu’il va de soi que ce mouvement est circulaire. C’est probablement pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté que Boissière choisit « révolution ».

10 « Impetueux tournoiement » : impetu (« élan », « mouvement », « impulsion »…). La notion de « tournoiement » est donc apportée ici par Boissière. Elle va de soi pour un lecteur averti.

11 La traduction de Boissière, peu claire, complique et obscurcit le texte d’origine. Ce passage correspond en effet à l’explication du mouvement rétrograde des sphères planétaires. Il faut comprendre : « Mais les [orbes] inférieurs s’efforcent de se mouvoir en sens contraire, suivant un cours oblique [i. e. autour de l’axe de l’écliptique], si bien que ceux qui sont éloignés du premier [mobile] par une distance plus grande, ceux-là accomplissent leur révolution en sens inverse plus rapidement ». L’usage de velociori est soit une coquille, soit une erreur de déclinaison : il faut probablement lire velociore.

12 Omission importante, car le latin dit motus contrarius. En effet, le principe est, comme dit précédemment, que le neuvième ciel tourne très lentement en sens inverse du premier mobile.

13 On note que Boissière fait référence aux « tables d’Alphonse » tandis que Gemma, plus prudent, ne parle que « des auteurs des tables alphonsines ».

14 Ayant utilisé « ciel » pour traduire orbis, Boissière est ici à nouveau gêné : il ne traduit pas qui et cœlum proprie dicitur, présent dans le texte latin et qui signifie « qui est le ciel proprement dit ». En effet, la huitième sphère est la sphère (ou le ciel) des étoiles fixes, c’est-à-dire celle sur laquelle est fiché l’ensemble des étoiles. En ce sens, et dans le sens communément attribué au mot « ciel », elle est bien le « vrai » ciel, la voûte céleste visible depuis la terre.

15 La traduction de Boissière est confuse sinon fautive. Le latin dit : « Cicéron et plusieurs avant lui ont pensé qu’il n’y avait pas d’autres orbes au-dessus de ce firmament, [orbes] que la sagacité des mathématiciens a pourtant imaginés en raison de son mouvement ». Pour justifier de l’« invention » du neuvième ciel, Boissière se croit obligé d’ajouter qu’il est « invisible » et traduit ratione par son sens étymologique de « calcul » (mais la traduction proposée ne correspond pas à la valeur de l’ablatif). Il est plus probable que ratio a ici le sens dérivé de « raison » et que ce soit « à cause » de l’observation du mouvement propre à la huitième sphère qu’il a fallu postuler l’existence de la neuvième.

16 Cf. note supra : Gemma écrit en réalité : « planète ou étoile errante ». Boissière ajoute donc le « dicte ».

17 Le latin dit penultimus, « avant dernier ». Infimus est développé par « septiesme et dernier ».

18 Boissière sous-traduit le texte latin, ce qui occulte ses implications philosophiques. Gemma dit en effet constat, « est constituée de » et non « comprend ». Le monde sublunaire ne « contient » pas simplement les éléments, il en est le fruit (c’est le sens de ex). De même, plus loin, « et omnibus quae actione horum in invicem ex ipsis constantur » : il ne s’agit pas simplement du mélange des éléments mais de l’action qu’ils exercent les uns sur les autres.

19 Omission de « communis philosophantium opinio est ». Boissière ne traduit pas pour autant la leçon de 1530.

20 Le texte latin se contente de dire « a fait en quelque endroit dépasser la terre, et en un autre, l’eau ».

21 Boissière surtraduit le latin, qui dit simplement « de manière à ce que pourtant elles constituent une sphère ».

22 Ce passage glose deux illustrations : la première, à laquelle Boissière a donné un titre (« La figure de l’Eclypse de la Lune ») illustre précisément, avec sa glose, le texte de Gemma. La seconde, qui ne figure pas dans l’édition latine donnée par Guillaume Cavellat (mais que l’on trouve en revanche dans d’autres textes d’astronomie, comme le De Sphæra de Sacrobosco), correspond au second temps de l’encart de Boissière et représente un globe terrestre sur lequel se trouve un bateau : elle montre que l’on peut voir du haut du mât ce que la sphéricité de la terre empêche de voir d’en bas. Cet argument est bien connu et fait partie de la tradition ; il vient de l’Almageste et figure chez Sacrobosco, qui en a probablement assuré la diffusion. Il est néanmoins utilisé par ce dernier pour prouver la sphéricité de la terre, alors que c’est pour démontrer la conglobation de la terre et de l’eau que Boissière en fait usage.

23 Il s’agit également d’un argument de la tradition astronomique, venu de l’Almageste et vulgarisé par Sacrobosco : l’affirmation s’appuie sur l’absence d’effet de parallaxe dans l’observation des étoiles.

24 Encore une fois, Boissière s’appuie sur une illustration insérée dans son édition et dans l’édition latine de Cavellat, d’où la présence du déictique « ce », qui réfère à l’image.

25 Au contraire du précédent ajout, surmonté du nom du traducteur, rien ne permet de savoir que ce paragraphe est en réalité de la main de Boissière.

26 Boissière suit le texte de 1530.

27 L’ajout de 1553 (« Nam quæ sit… meminisse ») n’est pas traduit, non plus que ce qui précède (« Atque hæc quidem ex opinione magis recepta statuimus »).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search