Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Documents

Le traducteur à l’œuvre : le De principiis de Gemma Frisius et sa traduction par Claude de Boissière

Violaine Giacomotto-Charra

Texte intégral

1Pour mieux comprendre les particularités du travail accompli par un traducteur du xvie siècle, nous avons choisi de nous intéresser à la traduction donnée par Claude de Boissière du De principiis astronomiæ et cosmographiæ de Gemma Frisius. Si celle-ci n’a pas, bien sûr, force de loi, elle a cependant le mérite d’illustrer de manière assez complète les difficultés, les orientations, les choix et la pratique des traducteurs de l’époque. Il n’était toutefois pas question de donner une édition complète du long texte de Gemma (185 feuillets, sans compter le paratexte, dans l’édition de 1553) et de sa traduction, encore plus longue, le texte n’étant pas en lui-même l’objet de la réflexion. Nous avons choisi de ne présenter ici que la première partie de l’ouvrage, celle qui constitue à proprement parler les « principes » d’astronomie et de cosmographie, la plus théorique et donc la plus directement liée à la question scientifique. Toutes les caractéristiques du travail accompli par Boissière s’y trouvent représentées et, sur le plan scientifique, elle présente l’intérêt d’offrir un résumé simple et abordable du système astronomico-cosmographique du xvie siècle. Cela signifie donc que l’appareil critique dont nous avons doté le texte ne se veut pas exhaustif mais directement et le plus étroitement possible lié à la question de sa traduction, sans nous priver pour autant des explications nécessaires à la compréhension du contenu, problèmes de traduction et problèmes scientifiques ayant d’ailleurs souvent partie liée. Pour toutes ces raisons, le texte est présenté en édition bilingue, chapitre par chapitre, afin de permettre d’apprécier au mieux le geste du traducteur.

Gemma Frisius et le De principiis

  • 1 Ou Renier, Reinier, Rainier…
  • 2 Pour plus de détails biographiques sur Gemma Frisius et sur sa vie à Louvain, cf. Davids C. A., De (...)
  • 3 Selon le titre de sa traduction française de Pierre Apian, il est, dans l’ordre, « docteur en médec (...)
  • 4 Cf. Davids C. A., op. cit. note 2, p. 12, qui s’appuie sur une lettre de Gemma à son maître Johanne (...)
  • 5 Le Cosmographicus liber de Pierre Apian parut d’abord à Landshut en 1524. La première des réédition (...)
  • 6 Voir par exemple Tractatus de Annulo astronomicæ, 1534 ; De Radio astronomico, 1545.

2Le De principiis astronomiæ et cosmographiæ a été publié pour la première fois à Anvers en 1530. Son auteur, le jeune Regnier1 Gemma, dit Frisius (Frison), était alors âgé de 22 ans. Né le 8 décembre 1508 dans la ville de Dokkum (au nord des Pays-Bas, dans la Frise, comme l’indique son surnom), probablement orphelin dès sa toute petite enfance, Gemma fit des études dont on sait peu de choses sinon que, pour la partie universitaire, elles se déroulèrent à Louvain. Il s’y consacra d’abord à la médecine, discipline dans laquelle il obtint son doctorat puis qu’il enseigna tout au long de sa vie, passée à Louvain, où il fut condisciple et ami d’André Vésale2. Il entreprit cependant, parallèlement ou peu après, des études de mathématiques3, manifestant en particulier un goût certain pour l’astronomie (il fut par exemple tôt informé des travaux de Copernic et aurait pris parti, en privé du moins, pour l’héliocentrisme4 ; il aurait même été question d’une rencontre entre les deux hommes, qui n’eut jamais lieu). Et comme Louvain était également un centre important pour les études cosmographiques, c’est finalement dans ce domaine que Gemma se rendit d’abord célèbre : son premier ouvrage consista ainsi, dès 1529, en la publication d’une édition révisée et augmentée de la Cosmographie de Pierre Apian5. Ce n’est qu’ensuite qu’il publia ses propres textes, dont le De principiis astronomiæ et cosmographiæ, ainsi que plusieurs traités instrumentaux ou astronomiques6, et le célèbre De locorum describendorum ratione dans lequel il est le tout premier à avoir exposé les principes de la triangulation. Mais la partie la plus originale de son travail consiste peut-être dans les développements pratiques dont il accompagna ses ouvrages théoriques : il se fit, dès 1529, « faiseur de globes », en collaboration avec le graveur et orfèvre Gaspar Van der Heyden, qui assurait la production matérielle, élaborant un globe céleste puis un globe terrestre. Jusqu’à sa mort à Louvain en 1555, il ne cessa ainsi jamais de travailler à la production de ces globes, ainsi qu’à celle de cartes et de divers instruments de navigation, rejoint d’ailleurs par Mercator qui fut son élève avant de devenir son collaborateur.

  • 7 À la différence de nombreux ouvrages contemporains, cependant, le livre de Gemma n’est pas un manue (...)
  • 8 « Après avoir ouvert, et deployé la proprieté et theorique aux principes de l’art, nous dresserons, (...)

3C’est dans le cadre de cette dernière activité que s’inscrit en réalité la rédaction du De principiis astronomiæ et cosmographiæ. Celui-ci est bien, comme son nom l’indique, un manuel d’initiation, mais il était à l’origine destiné à accompagner le tout premier globe produit par Gemma, dont il forme le commentaire explicatif. En effet, le plan d’ensemble du De principiis est globalement conforme à la structure que l’on observe dans d’autres ouvrages du même type (les cosmographies étant en vogue dans l’Europe des xve et xvie siècles), qui comportent généralement une partie théorique, qui consiste en l’exposition sommaire des grands principes de l’astronomie et donne en particulier les définitions des termes techniques nécessaires, une partie plus pratique, qui apprend à utiliser divers instruments de mesure ou de repérage, et une partie descriptive plus spécifiquement géographique ou topographique7. Le De principiis est ainsi constitué de trois livres : le premier, intitulé De principiis cosmographiæ (celui dont nous présentons ici la traduction), expose le système du monde, décrit les cercles de la sphère, les différents climats, les vents, etc., et explique le calcul des longitudes et des latitudes ; le deuxième, le De usu globi astronomici, est singulier en ce que c’est la partie explicitement consacrée à l’apprentissage de l’usage du globe matériel que l’ouvrage accompagne8 ; le troisième, le De orbis divisione, décrit par le menu les différentes régions du monde et se clôt par des tables géographiques.

  • 9 Contrairement à ce qu’on peut lire parfois, ce chapitre est bien présent dès la première édition, d (...)
  • 10 « According to the leading historian of globes in the Netherlands, P.C.J. van Krogt, Gemma’s ideas (...)
  • 11 L’édition de 1553 comporte une manchette explicite : « America cum Asia non conjugitur ».

4Si le De principiis n’est pas original en soi (il suffit de comparer son plan et son contenu à ceux de la Cosmographie d’Apian pour s’en convaincre), il occupe cependant une place à part dans la tradition des manuels de cosmographie, en raison de la présence du chapitre xviii de la deuxième partie, qui expose une méthode nouvelle pour le calcul des longitudes9, et du chapitre xxx de la troisième partie, consacré à la description de l’Amérique10, dans lequel, contrairement à ses contemporains (en particulier Monachus), Gemma affirme que celle-ci n’est pas en continuité avec l’Asie mais en est séparée par un détroit11. Le texte, initialement publié en 1530 et qui connut sous cette forme plusieurs rééditions, fut augmenté et modifié en 1553 par Gemma lui-même. C’est ensuite cette version remaniée qui fut éditée en 1556 par Guillaume Cavellat et partiellement utilisée par Boissière pour la traduction française.

Le système du monde

5La première partie (le De principiis cosmographiæ) permet donc l’apprentissage des notions théoriques élémentaires nécessaires à la cosmographie. Les deux premiers chapitres, en particulier, correspondent peu ou prou aux deux premiers chapitres traditionnels des traités de la Sphère, et le texte de Gemma transmet ici sensiblement les mêmes informations que Jean de Sacrobosco : on y trouve les bases de l’astronomie (système très simplifié des sphères planétaires et description des cercles de la sphère). La suite du livre, en revanche, est plus orientée vers la cosmographie et, de ce fait, diffère alors d’un manuel comme le De sphæra. Le chapitre consacré par Gemma aux climats ne s’apparente que partiellement à celui correspondant chez Sacrobosco (il ne traite pas de tout ce qui concerne le lever et le coucher des signes qui est exposé dans le deuxième livre de l’ouvrage), mais s’attarde sur la définition des différents climats, tandis que les chapitres suivants sont consacrés aux méridiens et aux parallèles, puis au calcul de la longitude et de la latitude, à la localisation des différentes zones climatiques et à la manière de situer et de nommer les peuples. Le texte de Gemma ne traite donc pas de l’ensemble des données transmises par les manuels strictement astronomiques (en particulier, il n’aborde pas la question des théoriques des planètes) et surtout redistribue sa matière de façon et à des fins différentes, c’est-à-dire en vue du long troisième livre consacré à la description géographique du monde. C’est en cela clairement, et malgré le début de son titre, un ouvrage de cosmographie et non d’astronomie, même s’il expose les rudiments de cette dernière, et même si son traducteur, Claude de Boissière, l’amputera de toute sa partie chorographique.

  • 12 Il faut se souvenir en effet que, de l’Antiquité au xvie siècle, les oiseaux volent dans l’air et n (...)

6Il ne peut cependant y avoir de cosmographie sans astronomie : si, selon une opposition ancienne (reprise par Gemma dans son chapitre viii), la navigation est utile au géographe, qui observe la réalité du monde au plus près, le cosmographe travaille à partir de la projection des lignes célestes, d’où les choix opérés par l’auteur dans la matière astronomique. Or, au moment où écrit Gemma, l’astronomie est encore fondée sur le système de Ptolémée, amendé progressivement par l’apport de l’astronomie arabe puis, tout particulièrement au siècle précédent, par Georg von Peurbach et Regiomontanus. Le système du monde décrit par Gemma est donc un cosmos sphérique, clos (il n’y a rien au-delà de la dernière sphère) et géocentrique (et ce malgré ses sympathies supposées pour Copernic). La terre n’est pas une planète mais un amas d’éléments immobile, situé au centre de l’univers : on considère en effet que l’eau et la terre entremêlées (et, dans une moindre mesure, une partie de l’air) forment le globe terrestre. Le corps terrestre constitue l’essentiel du globe, mais le relief accidenté de celui-ci ménage de nombreuses cavités et sinuosités dans lesquelles l’eau est amassée ; l’air compénètre l’ensemble puisqu’il se glisse dans chaque interstice (et peut donc être présent dans les grottes et les cavernes) et en emplit les vallées ; il l’enveloppe également, car la sphère de l’air est nettement plus vaste que celle de l’eau et de la terre conglobées et délimite ainsi la zone du vivant12. Cet ensemble sphérique est lui-même environné par la sphère du feu (le feu purement élémentaire, c’est-à-dire la manifestation du chaud et du sec réunis, et non le feu comme combustion d’un corps composé). Selon Aristote, la limite inférieure de l’orbe lunaire marque la frontière entre le monde sublunaire (la partie élémentaire) et le monde céleste (composé d’éther), qui s’étend de l’orbe de la lune à la limite extérieure du monde. La partie céleste est divisée en dix sphères concentriques, soit une de plus que dans le système ptoléméen. Le « ciel » est en effet un emboîtement de sphères concentriques, chaque sphère étant englobée par une sphère plus grande, jusqu’à la dernière qui clôt le cosmos. Chacune des sept premières sphères porte une planète (dans l’ordre ascendant : Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter, Saturne) ; la huitième est celle des « étoiles fixes » : l’ensemble des étoiles y est fiché comme en un plafond. Au-delà se trouve une neuvième sphère, ajoutée au cosmos ptoléméen à la fin du Moyen Âge en raison du mouvement de trépidation observé dans la huitième sphère (cf. ci-dessous). Vient enfin la dixième et dernière sphère, qui forme la clôture du monde physique et en est également le « premier moteur ».

  • 13 Chiffre donné par Gemma. Sacrobosco, trois siècles plus tôt, donnait exactement 23 degrés et 33 min (...)
  • 14 La précession des équinoxes fut découverte par Hipparque, au iie siècle avant J.-C. : il s’agit d’u (...)
  • 15 D’après Sacrobosco, Saturne en 30 ans, Jupiter en 12, Mars en 2, le Soleil en 365 jours et six heur (...)

7Le principe général de ce système céleste est que chacune de ces sphères est dotée d’un seul mouvement qui lui est propre mais qu’elle peut être mue également par un mouvement extrinsèque. Jusqu’au Moyen Âge et à la diffusion de l’astronomie arabe, on comptait neuf sphères et deux types de mouvement céleste : la sphère la plus extérieure, dite « premier mobile » ou « premier moteur », effectue sa révolution autour de l’axe du monde (l’axe des pôles) d’est en ouest et en 24 heures. Elle entraîne dans cette révolution diurne (qui est donc la projection dans le ciel de ce qui est en réalité la révolution terrestre) l’ensemble des autres sphères. Celles-ci, cependant, effectuent leur mouvement propre en sens inverse (d’ouest en est) autour de l’axe de l’écliptique, c’est-à-dire autour d’un axe incliné, selon les calculs de l’époque, de 23 degrés et 30 minutes par rapport à l’axe des pôles13. La huitième sphère, qui porte les étoiles fixes, opère donc un très lent mouvement rétrograde (sa période est estimée à environ 49 000 ans), qui correspond au phénomène dit de précession des équinoxes14. Les sphères planétaires, quant à elles, accomplissent leur révolution propre d’autant plus rapidement qu’elles sont éloignées du Premier moteur15. Au xvie siècle, cependant, ce système admis depuis Ptolémée s’est modifié car l’observation d’un troisième mouvement affectant la huitième sphère a nécessité l’ajout d’une sphère intermédiaire entre celle-ci et le Premier moteur. Cette transformation d’importance du système ptoléméen est un apport de l’astronomie arabe : elle vient probablement de Thabit ibn Qurra qui, au ixe siècle, croit observer une variation périodique de la précession des équinoxes. Il s’agit d’une théorie que l’on sait aujourd’hui erronée, mais qui fut transmise à l’Occident médiéval sous le nom de mouvement d’accès et de recès (que l’on nomme plus volontiers au xvie siècle « trépidation », voire « titubation ») et dont la période est évaluée à 7 000 ans. C’est ce mouvement de va-et-vient des équinoxes qui, en se combinant avec le précédent, permettait de rendre compte des variations dans la précession. Mais du coup, selon la règle qui veut qu’une sphère céleste ne puisse avoir qu’un seul mouvement propre, et si l’on reconnaît ce troisième mouvement comme apanage du ciel des étoiles fixes, il fallait que son mouvement rétrograde lui vienne d’ailleurs, d’où « l’invention » de la neuvième sphère, dite parfois « second mobile », qui impulse le mouvement provoquant la précession des équinoxes. Cette théorie, propagée par l’astronomie arabe, retenue par la plupart des auteurs latins depuis le xive siècle, est définitivement intégrée à l’astronomie ptoléméenne par Peurbach, qui modifie aussi le système ptoléméen en concevant des orbes épais et solides (sous l’influence, encore, de l’astronomie arabe) dans lesquels sont « fichées » les planètes, en remplacement des cercles géométriques de Ptolémée. C’est ce système que décrit Gemma.

  • 16 Il est en effet tracé à la « surface » de la dixième sphère : le monde étant une sphère, ces cercle (...)

8La sphère céleste est par ailleurs parcourue de cercles imaginaires qui permettent de la diviser suivant divers paramètres (voir les sphères armillaires), cercles eux-mêmes classés en grands et petits cercles. Les grands cercles, au nombre de six, sont ceux qui permettent de diviser l’ensemble de la sphère en parties égales. L’équateur, d’abord, plus fréquemment appelé « équinoctial » ou « ceinture du premier mouvement »16, divise la sphère en deux parties égales à égale distance des pôles. Le zodiaque, ensuite, est un cercle oblique, puisqu’il est tracé autour de l’axe de l’écliptique ; il est également le seul à être conçu comme une bande épaisse et non comme une ligne, et est lui-même partagé en deux moitiés égales par la ligne de l’écliptique, qui correspond au cours du soleil. Les deux colures sont des cercles qui se croisent à angle droit aux pôles du monde, le premier en passant également par les points solsticiaux, le second par les points équinoxiaux (ils divisent donc la sphère en quatre quartiers). Le méridien et l’horizon (qui sépare la moitié du ciel que l’on voit de celle que l’on ne voit pas) viennent compléter la panoplie. Les quatre petits cercles sont quant à eux les deux cercles polaires et les deux tropiques. L’exposé de l’ensemble de ces définitions occupe les deux premiers chapitres.

9À partir du chapitre iii, Gemma quitte les rudiments de l’astronomie pour passer à leur application pratique dans le domaine de la cosmographie. En effet, comme le souligne le début du chapitre, la connaissance des cercles de la sphère céleste est nécessaire en ce que ces cercles, projetés à la surface de la terre, permettent de la découper, de la mesurer (c’est ce qui autorise le calcul des longitudes et des latitudes), d’y délimiter différentes zones, bref de s’y repérer, en particulier lors des voyages maritimes, d’où les allusions aux navigateurs (même si l’ouvrage ne leur est pas spécifiquement destiné). Gemma expose ici, comme dans le domaine astronomique, une tradition ancienne mais amendée : c’est en effet à la géographie mathématique des savants grecs et hellénistiques, en particulier Ératosthène, Hipparque et Ptolémée, que l’on doit cette appréhension qui se veut rigoureuse de la topographie du globe, bien différente de celle des géographes comme Strabon.

  • 17 Ducos Joëlle, La météorologie en français au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 165. Pour (...)

10Gemma traite donc d’abord, dans l’ordre, des « zones » puis des « climats ». Les zones sont, depuis l’Antiquité, les cinq bandes découpées à la surface du globe par la projection des quatre petits cercles, qui délimitent ainsi les deux zones polaires, les deux zones tempérées (entre cercle polaire et tropique) et la zone centrale, comprise entre les deux tropiques. Si ce découpage n’a pas varié depuis l’Antiquité, les explorations nouvelles ont en revanche permis d’observer une présence humaine dans la zone centrale, dite « torride », que l’on croyait auparavant trop chaude pour être habitée. Viennent ensuite les climats, qui sont des bandes plus petites, toujours parallèles à l’équateur, mais mesurées selon la variation de la durée du jour le plus long. Le point de référence est l’équateur, sous lequel le jour est toujours égal à la nuit, et, plus on s’en éloigne, plus la différence entre le jour le plus long et la nuit la plus courte (ou l’inverse) s’accroît, d’où une délimitation des « climats » de demi-heure en demi-heure à partir de l’équateur. Ces climats portent toujours, au moment où écrit Gemma, les noms qui leur avaient été donnés à partir des villes ou lieux par lesquels ils passent, ce qui explique les dénominations antiques (grecques, en particulier, puisque cette tradition a été transmise par Ptolémée). La seule variation est l’ajout de climats supplémentaires, évidemment lié aux nouvelles parties connues du monde. Le chapitre suivant, le quatrième, est consacré aux parallèles (qui sont, comme les climats, un découpage en bandes successives parallèles à l’équateur, mais progressant d’abord de quart d’heure en quart d’heure) et le cinquième aux méridiens et à la définition de la longitude. Le chapitre vi fait retour sur la question des parallèles pour exposer la définition de la latitude (les moyens de calculer longitudes et latitudes ne seront exposés que dans le deuxième livre). Le chapitre vii amorce une nouvelle partie dans l’exposé de ces notions préliminaires : il traite de la manière de nommer les lieux et surtout les peuples, non en vertu de leurs noms propres mais en fonction de leur position les uns par rapport aux autres, en s’aidant des diverses lignes tracées à la surface de la terre. Il distingue ainsi les dénominations liées à la direction des ombres et les dénominations relatives à la position respective des différents peuples (qui peuvent être dans le même hémisphère mais sous un méridien différent, sous un même méridien mais de part et d’autre de l’équateur, etc.). Le chapitre viii, enfin, est consacré à la provenance et à la dénomination des vents, et le dernier aux mots de la géographie. Si ce dernier constitue bien un complément (« addenda »), il serait faux de croire que l’évocation des vents ne s’inscrit pas dans la logique de l’ouvrage : il faut rappeler en effet que la question de la rose des vents est, depuis Aristote, elle aussi liée à celle de la sphère céleste et que « nommer les vents n’est pas une simple question de dictionnaire. Tout repose sur une représentation de la terre et de son horizon. […] Les points de repère sont des projections des cercles célestes sur la terre habitée : orient équinoxial, couchant équinoxial, orient d’été, par exemple »17. Par ailleurs, depuis le xiiie siècle, la rose des vents des philosophes entre en concurrence avec celle des marins. Boissière les superpose partiellement, traitant à la fois d’une répartition des vents selon l’horizon et le lieu d’où ils prennent naissance. Le lecteur se trouve donc pourvu, à l’issue de la lecture de ce premier livre, de tous les éléments et définitions nécessaires à la compréhension du système de localisation d’un point à la surface du globe, ainsi qu’à la maîtrise d’un important lexique technique. L’ensemble témoigne de la prégnance, dans cette cosmographie renaissante, du regard surplombant autorisé par les fondements astronomiques : le premier livre du De principiis présente une terre saisie dans son ensemble, à la lumière du rigoureux quadrillage mathématique autorisé par la sphère armillaire.

Claude de Boissière et sa traduction

  • 18 Les arguments détaillés par Michel Magnien sont tout à fait convaincants : « La publication d’une é (...)
  • 19 Cf. Boissière Claude de, L’Art d’arythmetique, contenant toute dimention, tres singulier et commode (...)
  • 20 Cet Art de musique reduict en singulier ordre n’a apparemment jamais été publié, même si son existe (...)
  • 21 Boissière Claude de, Art poétique reduict et abregé en singulier ordre et souveraine methode, Paris (...)
  • 22 Cf. sur ce point l’article de Magnien Michel, op. cit. note 18.

11Claude de Boissière, traducteur de Gemma, est, comme Gemma lui-même, un personnage aux intérêts multiples. On sait très peu de choses de lui, sinon qu’il était d’abord mathématicien : né dans le diocèse de Grenoble, il fut essentiellement actif dans les années 1552-1556. On ne connaît pas plus la date de sa mort que celle de sa naissance, mais il disparaît sans doute jeune, vers la fin des années 155018. Outre des ouvrages mathématiques19, il écrivit peut-être aussi un art musical20 et surtout un Art Poétique21. Deux points importants sont ici en jeu : Boissière s’adonne de toute évidence à la vulgarisation des mathématiques, et il met un point d’honneur à écrire en français, choix réfléchi et conscient, témoin d’un intérêt véritable pour le vernaculaire. Rigueur mathématique et promotion de l’art poétique ont d’ailleurs de toute évidence, pour lui, partie liée22. Mais ce qui nous intéresse d’abord ici est ce que l’on peut deviner de son rapport à la langue française : comme le signale explicitement la dédicace de sa traduction du De principiis, ainsi que la référence à Jean-Pierre de Mesmes, Boissière s’inscrit volontairement dans ce mouvement militant qui, autour des années 1550, vise à la fois à dégager le français du latin et à enrichir le premier de tous les trésors arrachés au second, en particulier dans le domaine scientifique. Lorsque Boissière s’empare de l’ouvrage de Gemma pour en donner une traduction française chez Guillaume Cavellat, il est donc probable qu’il a à l’esprit ces deux éléments fondamentaux : le développement des sciences mathématiques – dont l’astronomie – par la vulgarisation et l’adaptation du vernaculaire aux sciences nouvelles, la science enrichissant la langue et vice versa. Le résultat est un curieux mélange de ces deux volontés.

  • 23 Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, ouvrage publié d’après les manuscrits de Philippe (...)

12Le premier point sur lequel il faille s’arrêter est d’abord la nature exacte du texte traduit par Boissière. La description donnée par Renouard des éditions parues chez Cavellat part en effet du principe que Boissière a traduit le texte de Gemma dans la version modifiée de 1553, et mentionne ainsi que « Boissière a cependant ajouté deux courtes notes (aux ff. A5 et A6 v °), et supprimé la fin du premier chapitre de la première partie, le sixième chapitre de la deuxième partie et surtout la quasi-totalité de la troisième partie »23. Une lecture attentive révèle cependant que la traduction de Boissière suit tantôt les leçons de l’édition de 1530, tantôt celles de 1553 (ainsi, le chapitre vi de la deuxième partie, comme la fin du premier chapitre de la première partie, sont des ajouts de 1553 que Boissière ne reprend pas). On peut ici, malgré l’absence de renseignements biographiques et d’indications plus précises sur son travail, faire l’hypothèse que le jeune mathématicien a dû utiliser successivement les deux versions. En effet, le privilège obtenu pour la traduction de Boissière date de 1552, avant la publication par Gemma d’une édition amendée de son texte. Tout se passe donc comme si Boissière avait traduit le texte à partir d’une édition antérieure à 1553, puis tenu compte ou non, selon les chapitres, des corrections et des ajouts de Gemma, qu’il ignore assez régulièrement. Il semblerait d’ailleurs qu’il n’ait parfois tout simplement pas vu certaines modifications ponctuelles (ce sont souvent les modifications les plus minimes qui ne sont pas retenues).

  • 24 Cf. dans le présent ouvrage notre contribution : « Entre traduction et vulgarisation : l’astronomie (...)
  • 25 On se souviendra également (cf. Giacomotto-Charra Violaine, « Entre traduction et vulgarisation », (...)

13Par ailleurs, Boissière ne s’est pas contenté de traduire. S’il néglige, volontairement ou non, certains des ajouts de Gemma, il ne se prive pas en revanche d’en apporter plusieurs de son cru, comme des indications complémentaires sur les mesures (précisant par exemple le degré d’inclinaison de l’axe de l’écliptique par rapport à celui du monde, cf. chapitre ii), des paragraphes entiers (comme sur les preuves de la rotondité de la terre, chapitre i) et diverses précisions, parfois fautives (comme lorsqu’il donne « détroit » comme synonyme d’« isthme »). Ces ajouts – précisions utiles au débutant complet, inscription plus étroite du texte dans la tradition de la discipline ou amplification des références littéraires, comme lors de la mention de Lucain – s’inscrivent parfaitement dans le mouvement de diffusion des savoirs et d’éducation que construit alors la pratique de la traduction24. On peut y voir le résultat concret de son engagement dans un travail de vulgarisation des sciences : le texte rudimentaire de Gemma constitue un excellent manuel d’initiation, que Boissière complète quand il le juge nécessaire, qu’il simplifie aussi parfois25 (rarement, et sur des points de détail, probablement soit parce qu’il ne les juge pas utiles à son lecteur, soit parce qu’ils lui posent un problème de traduction : il se contente par exemple de donner la division du zodiaque en degrés, minutes, secondes et tierces, sans mentionner le « scrupule », unité fréquemment utilisée par les astronomes, cf. chapitre ii) et qu’il accommode aussi au goût d’un public plus curieux que savant. Le travail du vulgarisateur se marque fréquemment, en effet, par une sorte d’expansion du texte latin que Boissière n’hésite pas à développer, parfois presque à gloser, le rendant ainsi nettement plus explicite pour le lecteur néophyte, mais aussi souvent moins technique. Il lui arrive même d’adopter le point de vue naïf de l’observateur terrestre sans éducation astronomique particulière, comme lorsqu’il décrit le mouvement du dixième ciel revenant « par sous terre » (quand le texte latin dit « par le nord », cf. chapitre i).

  • 26 Sur ce point, cf. Giacomotto-Charra Violaine, ibid., et surtout l’annotation de la traduction de Bo (...)

14Le souci de la langue, enfin, semble aller tantôt dans le sens de la vulgarisation, tantôt contre elle. Il faut ici distinguer la question du lexique technique ou spécialisé de celle du travail général de traduction. Sur le plan du lexique technique, en effet, Boissière, bien que timidement si l’on pense à Jean-Pierre de Mesmes, tente, comme nous l’avons dit, de participer à l’élaboration d’un lexique astronomique français, ce qui n’a pas toujours des résultats heureux sur le plan scientifique26. Pour ce qui concerne le mouvement plus général de la traduction, le caractère plus littéraire, plus imagé et plus diffus de sa version française fait parfois obstacle à la transmission du savoir, au point qu’il faille parfois se demander si Boissière a véritablement compris le sens du texte latin, ou celui de l’information scientifique délivrée.

L’édition proposée

  • 27 Le titre est identique à celui de l’édition remaniée : Antverpiæ, In ædibus Ioan. Steelsii, 1553.
  • 28 Il peut s’agir parfois d’une coquille nouvelle. Certaines erreurs manifestes ont donc, après recoup (...)
  • 29 Le titre De usu globi astriferi recouvre lui-même deux opuscules de Schöner : les Canones et les Do (...)

15Le texte latin retenu est celui de l’édition Cavellat de 1556, Cavellat étant également l’éditeur de la traduction de Boissière. Le texte donné par Cavellat est en effet identique à celui de l’édition corrigée par Gemma donnée à Anvers en 155327 : il n’en diffère que par la correction de certaines coquilles typographiques, encore présentes en 155328, et par la ponctuation, nettement plus claire chez Cavellat. Notre propre édition fait apparaître en italique les ajouts portés par Gemma à cette date et, quand il s’agit d’une correction, présente en note la version antérieure. Nous n’avons pas pu consulter l’édition princeps de 1530, mais avons utilisé une réédition par le même imprimeur, celle de 1548 et qui, à notre connaissance, ne comporte pas de modifications du texte d’origine. En revanche, l’édition Cavellat diffère de celle de 1553 en ce qu’elle imprime à la suite du texte de Gemma le De usu globi astriferi de Johannes Schöner, que Gemma avait fait figurer dans l’édition donnée chez Steelsius en 1548 et qu’il avait supprimé de celle de 155329. Pour la présente édition, les seules modifications apportées au texte de 1556 sont la suppression des manchettes qui figurent dans l’original de 1553 et, sur le plan orthographique, le développement des abréviations utilisées par l’imprimeur ainsi que la dissimilation des i et des j et des u et des v, conformément aux habitudes des latinistes modernes.

  • 30 Tous mes remerciements vont ici à ma collègue et amie Armelle Deschard dont les talents de latinist (...)

16Le texte de Boissière est celui de 1556. Nous avons utilisé l’italique pour faire apparaître les ajouts du traducteur. Les omissions, les modifications, les problèmes de traduction sont signalés (et éventuellement commentés) en note30. L’orthographe est celle de l’époque, avec néanmoins quelques modifications conventionnelles généralement adoptées pour l’édition des textes renaissants : dissimilation de i/j et u/v ; ajout des accents aigus sur les participes passés qui n’en comportaient pas, développements des abréviations et désagglutination ou agglutination éventuelle de certains mots, pour distinguer les homonymes. Pour les deux textes, la ponctuation de l’éditeur a été scrupuleusement respectée, y compris l’usage des majuscules qui n’est pas toujours conforme à l’usage moderne. Par ailleurs, comme Boissière suit tantôt une version antérieure à 1553, tantôt la version remaniée, et omet également de traduire certains éléments, nous signalerons ces omissions, si elles n’appellent pas plus amples développements, comme suit : « [date de la leçon] omis ».

17Gemmæ Phry- sii Medici ac mathematici,

18De Principiis Astronomiæ et Cosmographiæ :
deque usu Globi ab eodem editi. Item
De orbis divisione, et Insulis, rebusque nuper
inventis. Opus nunc demum ab ipso auctore
multis in locis auctum, ac sublatis omnibus
erratis integritatirestitutum.

19His accessit Ioannis Schoneri de usu Globi
Astriferi opusculum.

20Lutetiæ,
Apud Gulielmum Cavellat, in pingui gal-lina, ex adverso Collegii Cameracensis.1556

21Les principes d’astronomie et cosmographie : avec l’usage du globe.
Le tout composé en Latin par Gemma Frizon,
et mis en langage François par M. Claude de Boissiere, Daulphinois.

22Plus, est adjousté l’usage de l’anneau Astronomic, par ledict Gemma Frizon :
Et l’exposition de la Mappemonde, composée par ledict de Boissière.

23A Paris,
Chez Guillaume Cavellat, à l’enseigne de la
Poulle grasse, devant le college de Cambray. 1556

24A tres vertueux et docte seigneur François de Carnavalet, gentilhomme de la chambre du Roy, et escuier de la grand escuierie, Claude de Boissière S.

25Pythagoras considerant l’estat et condition humaine (treshonoré seigneur) a osé comparer la procreation et naissance des hommes en ce monde aux assemblées et amas des marchans, qui coustumierement se faict aux foires, et marchez publics pour achepter diverses choses. Laquelle comparaison certainement est fort proprement appliquée à cest endroict : car tout ainsi que ceux qui estans aux marchez choisissent et font estat des marchandises plus precieuses et dignes, souvent sont les plus honorez et preferez aux mecaniques trafficqueux : Aussi ceux qui estans procréez en ce monde sçavent postposer les choses terrestres aux spirituelles choisissans les plus singulieres pour leur estat sont grandement à preferer entre les hommes, non pas que je les vueilles honorer ou reverer au respect d’eux mesme, leur appropriant telles vertus, mais plus tost par la consideration de la vertu laquelle provenante des cieux repose en eux. Dont la divine providence faict distinction des hommes par diverses graces, desquels tresors et biens celestes ne vous voyant destitué, ô heureux chevalier, ains suivant le tant bon vouloir et vertueux desir du Roy nostre Sire, continuellement faictes tant bien instituer et decorer la tresheureuse et noble jeunesse de France en toute exercitation militaire et vertueuse discipline : Je suis contrainct par mon devoir (jaçoit que d’ailleurs je vous sois grandement obligé) de vous adresser et dédier ce mien petit labeur, comme le propre et vray suject de maint bon sçavoir et singuliere cognoissance de vostre seigneurie, non pas estimant que vous n’eussiez tant bien peu praticquer iceluy en langage Latin comme François, mais à fin que nostre langue Françoise ne soit privée de ces tant nobles sciences, et que ceux qui auront fruition de noz labeurs à cest endroit recognoissent obtenir tel bien par vostre moyen et faveur : et par ce que la louange de ce nostre suject est suffisamment estendue par tous bons auteurs, ne vous voulant detenir par plus ample prolixité concluray icelle avec le poëte, disant,
J. P. de Mesme, sur Ovide

  • i L’Ossa (aujourd’hui Kissavos) est un massif montagneux de Grèce, situé en Thessalie, séparé de l’Ol (...)

Heureux sept fois les premiers esperits
Qui ont des cieux les grands secrets apris :
Heureux esprits, qui par vives raisons
Allerent voir les celestes maisons.
Croyable il est qu’ils furent plus que humains
Ne faisans cas de ces plaisirs mondains.
Ny le pur vin, ny Venus la marine,
Ny le palais, ny la guerre mutine,
Ny les honneurs, ny la gloire fardée,
Ny la grand faim des biens, en biens fondée,
Ne sceurent onc ces grands esprits donter,
Et moins encore leurs cœurs solliciter.
Et ont tant faict qu’aux humains sont ouvers
Des dieux errans les mouvements divers.
Voilà comment il fault au ciel monter :
Non le mont Oss’i sur l’Olympe porter,
Ny Pelion sur Osse estançonner,
Pour les haux dieux et le ciel estonner.

26Vous prieray monseigneur avoir agreable ceste nostre petite œuvre, attendant que plus amplement soit par nous amplifiée.

Notes

1 Ou Renier, Reinier, Rainier…

2 Pour plus de détails biographiques sur Gemma Frisius et sur sa vie à Louvain, cf. Davids C. A., De principiis astronomiæ et cosmographiæ (1553), a Facsimile Reproduction with an introduction, Delmar, New York, 1992.

3 Selon le titre de sa traduction française de Pierre Apian, il est, dans l’ordre, « docteur en médecine et mathématicien de l’Université de Louvain » (cf. par exemple l’édition parisienne de 1553 chez Vivant Gaultherot).

4 Cf. Davids C. A., op. cit. note 2, p. 12, qui s’appuie sur une lettre de Gemma à son maître Johannes Dantiscus : « In a letter to Dantiscus dated 20 July 1541, Gemma emerged as a declared supporter of the new system, and in this view he persisted for the rest of his life. » On peut noter malgré tout que rien de ce nouveau système ne transparaît dans l’édition du De principiis révisée en 1553, donc dix ans après la parution du De revolutionibus orbium cœlestium de Copernic, dont Gemma avait semble-t-il connaissance dès 1540.

5 Le Cosmographicus liber de Pierre Apian parut d’abord à Landshut en 1524. La première des rééditions dues à Gemma s’intitule Cosmographia Petri Apiani per Gemmam Frisium […] et a été publiée à Anvers, chez Bollaert en 1529. Il en a également donné par la suite une traduction : La cosmographie de Pierre Apian […], Anvers, G. Bonte, 1544.

6 Voir par exemple Tractatus de Annulo astronomicæ, 1534 ; De Radio astronomico, 1545.

7 À la différence de nombreux ouvrages contemporains, cependant, le livre de Gemma n’est pas un manuel pour les marins. Comme le note C. A. Davids, « the Secunda pars contains no instructions whatsoever concerning the use of globes at sea », op. cit. note 2, p. 16.

8 « Après avoir ouvert, et deployé la proprieté et theorique aux principes de l’art, nous dresserons, et mettrons en main l’usage, et pratique d’icelle. Et iaçoit que la puissions monstrer par plusieurs instruments, ce neantmoins il n’y a aucun entre tous, si propre pour representer, et exposer l’universel, que le Globe, qui retient sa forme, et figure spherique. Pour avoir jouyssance, et fruition de cest art, delaissans tous autres instrumens, nous nous saisirons d’iceluy Globe. Tel Globe, ou corps spherique avons naguere tres soigneusement dressé, contenant, et enrichy de maints cercles, tracez sur la superfice voultée d’iceluy » (livre II, op. cit. note 2, f. 25 v°).

9 Contrairement à ce qu’on peut lire parfois, ce chapitre est bien présent dès la première édition, dans laquelle il porte le numéro xviii. En effet, dans l’édition de 1553, Gemma a inséré un chapitre supplémentaire entre les chapitres v et vi du texte d’origine, chapitre qui lui-même propose une nouvelle méthode pour le calcul de la latitude (« vi De novo modo investigandi latitudinem regionis absque meridiani vel loci solis cognitione »), décalant toute la numérotation d’un cran. De ce fait, le chapitre xviii (« De novo modo inveniendi longitudinem ») devient le chapitre xix, et c’est avec ce numéro qu’il est ensuite mentionné par la critique qui s’appuie en général sur l’édition de 1553 (c’est ce que fait Davids, par exemple). C’est peut-être ce changement de numéro qui a conduit certains lecteurs trop pressés à ne pas repérer, dans le texte d’origine, le « fameux » chapitre xix. Pour ce qui est du contenu, la méthode imaginée par Gemma consiste, lors des voyages maritimes, à emporter une montre réglée sur l’heure du point de départ afin de déterminer la longitude en mesurant la différence entre l’heure du point atteint (l’heure locale), calculée avec un astrolabe, et l’heure de référence : « à present sont en usage quelques petits Horologes dicts monstres. Lesquels par leur legereté sont aisez à porter par pays, et dure leur mouvement presque 24 heures : voire infiniment pour peu qu’on leur ayde, au moyen desquels ne sera difficile, avoir les longitudes des regions, comme s’ensuyt. Premierement avant que nous mettre en chemin, devons diligemment observer l’heure du lieu, dont nous voulons partir, secondement, qu’en cheminant le mouvement d’iceluy Horologe ou monstre, ne soit point empesché, ne arresté : puis après si ainsi avons cheminé 15 ou vingt lieues, si voulons sçavoir combien nous sommes distants en longitude, du lieu où nous sommes partis, attendrons jusqu’à ce que le stille soit justement sur quelque heure, et au mesme instant, verrons avec l’Astrolabe, ou nostre Globe, combien sont des heures au lieu où nous sommes venus, et si trouvons mesme heure, en la monstre, et en l’astrolabe, dirons le lieu d’où nous sommes partis, et celuy où nous sommes venus, estre en mesme longitude, etc. » (livre II, chap. xviii, op. cit. note 2, f. 50 v°). Cela suppose cependant le recours à une horloge portable et fiable, et l’édition de 1553 montre qu’à ce sujet l’enthousiasme initial de Gemma a diminué puisqu’il ajoute quelques lignes en fin de chapitre suggérant l’usage de clepsydre afin de corriger les erreurs des horloges ordinaires (« Quam absque horæ cognitione variis modis cognosci posse jam antea docuimus. Tum vero horologium exquisitissimum sit opportet, quod auræ mutatione non variet. Quamobrem utile fuerit in longis profectionibus, potissimum vero navigationibus, adhibere magnas clepsydras seu horologia aquaria, aut arenaria, quæ integrum diem dimetiantur exacte : per quæ aliorum horologiorum errata corrigantur » : « Vray est que la latitude en cest endroict, ne doit estre obmise, pour laquelle latitude avoir, avons cy dessus donné plusieurs moyens, voire sans la cognoissance de l’heure. Mais sur tout en l’observation des longitudes, doit estre l’Horologe tresexquis, qui ne soit subject à la mutation du temps : parquoy sera utile aux grandes peregrinations (principalement sur mer) avoir aussi des Horologes à l’eau, et au sablon, qui puisse aisement couler, et durer vingt-quatre heures, par lesquels puissions après corriger les fautes des autres, si aucunes y en a », Boissière Claude de, « De l’usage du Globe », op. cit. note 2, f. 51 v°).

10 « According to the leading historian of globes in the Netherlands, P.C.J. van Krogt, Gemma’s ideas on the geography of America may even have been the very reason why the globe of 1529 was produced » (Davids C. A., op. cit. note 2, p. 16).

11 L’édition de 1553 comporte une manchette explicite : « America cum Asia non conjugitur ».

12 Il faut se souvenir en effet que, de l’Antiquité au xvie siècle, les oiseaux volent dans l’air et non dans le ciel.

13 Chiffre donné par Gemma. Sacrobosco, trois siècles plus tôt, donnait exactement 23 degrés et 33 minutes. On sait aujourd’hui que l’influence de la lune provoque un léger mouvement d’oscillation de ce qui était alors considéré comme « l’axe du monde » ; de ce fait, l’axe de l’écliptique varie de 21 degrés 59 à 24 degrés 36, en 41 000 ans. Hipparque l’avait évalué à 23 degrés 51 et il est aujourd’hui de 23 degrés 26. L’ensemble des données correspond bien à l’intervalle de décroissance dans lequel nous sommes.

14 La précession des équinoxes fut découverte par Hipparque, au iie siècle avant J.-C. : il s’agit d’un déplacement annuel des points équinoxiaux, qui explique le décalage entre l’année sidérale et l’année solaire (soit le fait que le soleil mette un peu plus de temps à revenir au même point du zodiaque qu’à rejoindre l’équateur d’un printemps à l’autre). Cf. Beaujeu Jean, « La science hellénistique et romaine », in Taton René (dir.), La science antique et médiévale, Paris, PUF, 1957 : « Le phénomène n’affecte pas la latitude des étoiles fixes par rapport à l’écliptique. En conséquence, dans la perspective géocentrique, le plan de l’écliptique étant supposé immuable, la sphère des fixes est entraînée autour de l’axe de l’écliptique par un lent mouvement de révolution, en sens contraire de son mouvement diurne ; par l’effet de cette rotation, le point équinoxial de printemps s’avance sur le zodiaque dans le sens du mouvement diurne, d’où le nom de “précession des équinoxes” donné à ce phénomène » (p. 366).

15 D’après Sacrobosco, Saturne en 30 ans, Jupiter en 12, Mars en 2, le Soleil en 365 jours et six heures, Vénus et Mercure « quasi comme le Soleil » et la Lune en 28 jours et huit heures (cf. par exemple La Sphere de Jean de Sacrobosco, « I- De la region celeste »).

16 Il est en effet tracé à la « surface » de la dixième sphère : le monde étant une sphère, ces cercles imaginaires sont tracés sur l’enveloppe la plus extérieure, d’où le fait que les astronomes disent par exemple, comme le fait Gemma, que le Soleil fait sa révolution sous l’écliptique.

17 Ducos Joëlle, La météorologie en français au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 165. Pour le point sur la question à la fin du Moyen Âge, voir ibid., p. 165-177.

18 Les arguments détaillés par Michel Magnien sont tout à fait convaincants : « La publication d’une édition augmentée par Lucas Tremblay de son Art d’arithmetique dès 1561 (Fasc. Cavellat no 166), alors même que le privilège de J. Gentil court toujours, laisse au contraire deviner une mort précoce de Boissière. On perd sa trace après l’été 1556 […] : il est encore à Paris le 1er juin 1556 lorsqu’il offre sa version latine de la Rithmomachie à Antoine Escalin des Aimars, puis plus rien. Seule une disparition brutale semble pouvoir expliquer ce soudain silence, après une période d’activité éditoriale aussi intense », in Magnien Michel, « L’art poétique reduict et abregé de Claude de Boissière », Nouvelle Revue du xvie siècle, Genève, Droz, 2000, p. 113-130 (p. 114).

19 Cf. Boissière Claude de, L’Art d’arythmetique, contenant toute dimention, tres singulier et commode tant pour l’art militaire que autres calculations, Paris, Annet Briere, 1554, et la même année chez le même éditeur, Le tres excellent et ancien jeu Pythagorique, dict Rithmomachie. Voir aussi La proprieté et usage des Quadrans, nouvellement exposée par M. Cl. De Boissière Daulphinois, Paris, Guillaume Cavellat, 1556.

20 Cet Art de musique reduict en singulier ordre n’a apparemment jamais été publié, même si son existence (ou au moins le projet qu’avait Boissière de l’écrire) est signalée par le privilège obtenu par Jehan Gentil pour les trois autres textes publiés en 1554 chez Annet Briere. Cf. Magnien Michel, op. cit. note 18, p. 116.

21 Boissière Claude de, Art poétique reduict et abregé en singulier ordre et souveraine methode, Paris, Annet Briere, 1554.

22 Cf. sur ce point l’article de Magnien Michel, op. cit. note 18.

23 Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, ouvrage publié d’après les manuscrits de Philippe Renouard, fascicule « Cavellat, Marnef et Cavellat », Paris, Bibliothèque Nationale, 1986, p. 93. La justification de Boissière est d’ailleurs intéressante : « nous avons jusqu’ici traicté amplement et tourné en nostre langue Françoise le tresparfaict et absolu usage du Globe de Gemma Frizon. Quant au troisiesme livre appellé La division du monde, nous avons trouvé trois causes qui grandement nous ont empesché à la totale traduction d’iceluy. La premiere c’est que telle partie mieux peut estre considerée et contemplée au Globe materiel terrestre (duquel desjà avons monstré l’usage) que non pas au livre. La seconde cause est, le discord des noms : par autant que les noms vulgaires ne seroient suffisants, et ne raporteroient point ny conviendroient aux noms Latins qui desjà sont fichez et specifiez au Globe materiel. La troisiesme et principale cause est, qu’avoir traduict par le passé iceluy livre, et communiqué à plusieurs habitans des lieux et pays particuliers en iceluy contenus, iceux habitans ne se sont peu accorder à l’opinion de l’auteur en plusieurs passages. Parquoy me voyant en doute par telles contradictions, quant à la Topographie, et particuliere description, n’ay osé entreprendre traduire iceluy livre, fors que les quatre parties du monde en general. Attendant que, ou par experience oculaire, ou par certain recit des habitans, puisse fidelement avoir les lieux particuliers avec leurs noms vulgaires, par lesquels à present sont distinguez et specifiez » (op. cit. note 2, f. 67 v°-68 r°).

24 Cf. dans le présent ouvrage notre contribution : « Entre traduction et vulgarisation : l’astronomie en français au xvie siècle ».

25 On se souviendra également (cf. Giacomotto-Charra Violaine, « Entre traduction et vulgarisation », ibid.) que l’intérêt de Boissière pour les mathématiques l’a conduit à supprimer, ou presque, la troisième partie, qui correspond à la part géographique de l’ouvrage.

26 Sur ce point, cf. Giacomotto-Charra Violaine, ibid., et surtout l’annotation de la traduction de Boissière.

27 Le titre est identique à celui de l’édition remaniée : Antverpiæ, In ædibus Ioan. Steelsii, 1553.

28 Il peut s’agir parfois d’une coquille nouvelle. Certaines erreurs manifestes ont donc, après recoupement de différentes éditions, été corrigées. Nous espérons que la présente édition n’en introduira pas de nouvelles.

29 Le titre De usu globi astriferi recouvre lui-même deux opuscules de Schöner : les Canones et les Dogmata, parus respectivement en 1517 et 1533 à Nuremberg.

30 Tous mes remerciements vont ici à ma collègue et amie Armelle Deschard dont les talents de latiniste m’ont été d’un grand secours.

Notes de fin

i L’Ossa (aujourd’hui Kissavos) est un massif montagneux de Grèce, situé en Thessalie, séparé de l’Olympe par la vallée de Tempé et également proche du Pélion. Pline le nomme Oliva, Strabon en fait mention et Ovide le cite dans le livre 2 des Métamorphoses. Le poème fait ici allusion au mythe des Aloades : les géants Aloades, Éphialtes et Otos, fils de Poséidon et d’Iphimédie, épris d’Artémis et d’Héra, entassèrent le Pélion sur l’Ossa afin d’atteindre le ciel et de ravir les déesses. Ils furent tués par Apollon.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540