Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Peut-on raconter la science ?

Réflexions sur la traduction controversée d’un écrivain lépidoptériste : Vladimir Nabokov

Isabelle Poulin

Texte intégral

1À partir du cas particulier d’un « scientifique » conteur, je voudrais poser la question de la langue traductrice : pour écrire ou traduire la science, faut-il connaître la langue ou la science ? Les deux, sans doute. Mais l’on s’offensera de ce que le traducteur d’un article d’entomologie ne connaisse rien aux insectes ; un peu moins qu’il ne connaisse pas bien la langue – anglaise, par exemple – dans laquelle se risquent maints chercheurs français dont les articles n’en sont pas moins refusés pour cause de « poor English ». Curieuse entrée en matière, qui annonce toutefois une réflexion marginale ou générale sur la fonction politique de la traduction scientifique : à qui profite aujourd’hui l’accès au savoir d’hier (et d’aujourd’hui) ? Je ne ferai pas de réponse claire mais donnerai en exemple une inquiétude qui me paraît exemplaire, celle de l’écrivain, suspendu au-dessus du gouffre qui sépare deux cultures qui n’ont jamais – semble-t-il – été aussi distantes qu’aujourd’hui : est-ce à combler ce gouffre que travaillent les retraducteurs de sciences (dé)passées ?

2L’inquiétude dont je parle est celle que ne manque pas d’instiller à tout savoir faisant autorité sa mise en récit : l’absence de repos (quietus) caractérise en effet le texte narratif, en ce que sa dualité constitutive (il est toujours composé d’un monde narrant et d’un monde narré) introduit du jeu dans l’énoncé. Racontée, la science paraît moins sûre (plus inquiétante), source et cause parfois d’une très grande violence, comme voudrait le montrer pour commencer le portrait de l’entomologiste en tigre. Le détour par l’image qu’emprunte le récit permet toutefois un passage dans le visible (autrement mais fort péjorativement appelé « vulgarisation ») qui attribue une fonction précise au livre scientifique : celle d’être la fabrique d’un certain regard sur le monde.

Portrait de l’entomologiste en tigre

  • 1 Zimmer Dieter E., A Guide to Nabokov’s Butterflies and Moths, Hambourg, 1996. Ce guide a été origin (...)
  • 2 Johnson Kurt et Coates Steven L., Nabokov’s Blues. The Scientific Odyssey of a Literary Genius, Cam (...)

3L’expérience de Vladimir Nabokov (1899-1977) est celle d’un écrivain bilingue, russe jusqu’en 1938, américain au-delà, qui fut aussi entomologiste, en l’occurrence spécialiste des papillons. Recruté comme enseignant de littérature russe, puis européenne, dans les universités américaines sur la seule foi de son œuvre et de ses traductions littéraires, il eut accès dans les années 1940, quoique sans diplôme, au Museum of Comparative Zoology de Harvard, à une époque, certes, où la frontière était moins nette entre les communautés scientifiques. Collectionneur de papillons depuis l’enfance, Nabokov a fait don de ses trouvailles aussi bien à ses romans ou poèmes qu’aux musées des pays qui l’ont accueilli, les États-Unis, puis la Suisse. Il ne fut pas un théoricien mais un taxinomiste. Il a publié neuf articles entre 1941 et 1952, essentiellement sur les Blues. Il existe aujourd’hui A Guide to Nabokov’s Butterflies and Moths1 (1996), destiné en particulier aux traducteurs de l’œuvre de Nabokov, celui-ci ayant noté en marge d’une traduction française de son roman Ada or ardor (1969) : « La première exigence à poser à un traducteur : qu’il sache à fond la langue de laquelle il traduit. La seconde : qu’il soit un écrivain dans la langue dans laquelle il traduit. La troisième : qu’il connaisse dans les deux langues les mots qui désignent les objets concrets (naturels et artificiels, la fleur et l’habit) ». Et le papillon. Une étude plus récente encore est consacrée aux papillons dont l’écrivain s’était fait une spécialité : Nabokov’s Blues. The Scientific Odyssey of a Literary Genius2.

  • 3 Brown William L., professeur d’entomologie, in Gibian George et Parker Stephen J. (eds.), The Achie (...)

4Cette reconnaissance tardive ne fait pas l’unanimité. Un certain nombre de réticences persistent chez les entomologistes qui concernent en particulier la langue traductrice de Nabokov. Comme le souligne l’un de ses anciens collègues de Harvard : « son écriture scientifique était souvent très littéraire dans la forme »3. Simple remarque ou boutade en apparence, la critique témoigne d’un profond différend aux enjeux multiples. On reproche à l’écrivain son refus d’une langue technique et du symbolisme qui la caractérise, au profit d’une narration riche en anecdotes et en images qui humanisent le discours scientifique mais le rendent suspect. L’exemple suivant, extrait d’un article publié dans The Lepidopterists’News en 1952, montre l’omniprésence du conteur dans la chasse aux papillons :

  • 4 Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Vladimir Sikorski), Intransigeances, Paris, Julliard, 1985 (...)

La femelle du Lycaeides sublivens Nab.
L’été dernier (1951), j’ai décidé de visiter Telluride, comté de San Miguel, dans le Colorado, pour chercher la femelle encore inconnue du papillon que j’ai décrit comme le Lycaeides argyrognomon sublivens en 1946 (Bull. Mus. Comp. Zool., vol. 101, p. 513) après avoir étudié les neuf mâles du musée de Zoologie comparée de Harvard qui ont été capturés dans la région de Telluride il y a un demi-siècle. […] Chaque matin à six heures, quand je me mettais en route, le ciel était d’un bleu parfait. Le premier petit nuage innocent traversait le ciel à sept heures et demie. Ses frères plus gros avec des ventres plus sombres commençaient entre nous et le soleil vers neuf heures, juste au moment où nous quittions l’ombre des rochers et des arbres pour atteindre les terrains de chasse favorables.4

5De tels comptes rendus posent une question que l’on dira volontiers « littéraire », celle de la place de l’homme dans la science. Nabokov y insiste dans un article consacré à la notion d’inspiration qu’il refuse d’associer aux seuls écrivains, et à propos de laquelle il convoque un savant cité par le dictionnaire :

  • 5 Ibid., p. 320.

Inspiration
L’enthousiasme qui entraîne les poètes. Également un terme de physiologie (insufflation) : […] « les loups et les chiens ne hurlent que par inspiration ; on peut s’en assurer aisément en faisant hurler un petit chien près du visage (Buffon). »
(Littré, éd. intégrale, 1963)5

  • 6 Ibid., p. 325.

6La figure introduite dans le cadre de l’écrit scientifique est associée dans la suite de l’article aux détails « inspirés » que le professeur Nabokov dit apprendre à retenir et à repérer dans les livres parce qu’ils sont « le vitrail de couleur de la connaissance ». Il propose ainsi comme sujet possible d’examen : « Pourquoi exactement ce petit chien a-t-il hurlé entre ces mains aux manchettes de dentelle, auprès de cette perruque ? »6 On conçoit que le gros plan sur la subjectivité du savant, renvoyé à son corps et inscrit dans son temps, introduit dans l’écrit quelque chose de l’ordre de l’inquiétude, que les mésaventures de traducteur de Nabokov ne font que mettre clairement en évidence.

  • 7 Lettre à l’éditeur Michael Walter, 16 avril 1971, in Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Chris (...)

7Sur le plan littéraire, sa rupture violente avec Edmund Wilson, écrivain et érudit américain et son ami de vingt ans, est désormais célèbre. Elle eut pour origine la traduction d’un grand classique de la littérature russe, Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine, que l’exilé fut accusé d’avoir transposé en un anglais trop malmené, défiguré au sens presque concret du terme. Sur le plan scientifique, les traductions (au sens d’écrits scientifiques) de Nabokov furent également l’objet de très vives critiques qui inspirèrent la remarque suivante à l’auteur : « Les entomologistes sont les personnes les plus aimables de la terre – jusqu’à ce qu’un problème de taxinomie surgisse : il les transforme alors en tigres »7. Qu’est-ce qu’un « problème de taxinomie » ? Du point de vue de l’écrivain, c’est une question de vision, d’exactitude dans la langue, une façon d’être au monde. On comprend que se dessine sous sa plume une certaine conception de la science et des enjeux de sa diffusion ou traduction.

Une question de lecture (du monde écrit et non écrit)

  • 8 Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Yvonne Davet), Autres Rivages, Paris, NRF/Gallimard, 1989, (...)
  • 9 Ibid., p. 122.
  • 10 Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Marie-Odile Fortier-Masek), Littératures Volume 2, Paris, (...)

8On trouve dans les écrits de Nabokov un souci constant de mise en relation de sa pratique artistique et de ses recherches scientifiques. La passion des papillons contractée auprès du père se pratique, confie-t-il par exemple, dans une même solitude que la lecture : « Déjà à l’époque où j’avais dix ans, précepteurs et gouvernantes savaient que la matinée m’appartenait et ils avaient soin de se tenir éloignés de moi »8. Elle implique en outre l’application d’une méthode d’investigation très proche de celle mise en œuvre lors de la lecture. Après avoir évoqué les « grands bouleversements » introduits dans la systématique par l’usage du microscope, Nabokov compare en effet le « collectionneur moyen à qui il ne faut pas demander de disséquer » au « lecteur moyen à qui il ne faut pas demander de réfléchir »9. Conçue comme « dissection » (« la littérature doit être émiettée, disséquée, triturée »10), la lecture acquiert une dimension concrète : quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse d’un livre ou du monde, c’est toujours une histoire de corps à corps. L’un des échanges avec Wilson permet d’entrevoir la cohérence d’un modèle de pensée fondé sur la conscience individuelle, c’est-à-dire charnelle – l’exilé coupé de sa langue maternelle ayant pu éprouver combien la langue est une chose physique. Wilson confie à l’écrivain lépidoptériste, qui est encore son ami : « Je n’ai jamais réussi à comprendre comment tu pouvais, d’une part, te pencher sur l’habitat des papillons, et, d’autre part, prétendre qu’il est possible d’écrire sur des êtres humains et négliger tout problème de société et d’environnement ». Ce à quoi l’ami répond :

  • 11 Nabokov Vladimir et Wilson Edmund (trad. de l’anglais par Christine Raguet-Bouvart), Correspondance (...)

J’aimerais [...] attirer ton attention sur le fait que les caractères biologiques et écologiques n’ont pas de valeur taxinomique en soi. Mon esprit systématique a toujours privilégié le caractère structural. En d’autres termes, deux populations de papillons vivant dans deux environnements complètement différents [...] peuvent très bien appartenir à la même espèce. De même, peu importe qu’un écrivain situe ses romans en Chine ou en Égypte, ou dans l’une des deux Géorgies, – ce qui m’intéresse, c’est son livre. [...] Ce que tu voudrais que je fasse, c’est que je privilégie l’écologie par rapport à la morphologie.11

9Nabokov met ainsi en évidence sa conception structuraliste d’un monde fragmenté dont les unités élémentaires ne sont pas des éléments objectifs identifiables par leurs propriétés respectives, mais des éléments purement relationnels. S’éclaire conjointement le goût ou le choix du récit en tant qu’espace de la mise en rapport : celui qui raconte cherche à capter l’attention de l’auditoire, il crée des liens, un tissu social. De la même manière, le traducteur conteur relie non seulement des mondes séparés par des langues ou des langages distincts, mais encore les hommes et le monde. Raconter la science revient ainsi à chercher une nouvelle alliance.

10La position de Nabokov est assez proche de celle qu’exposent Ilya Prigogine et Isabelle Stengers dans La Nouvelle Alliance. Le monde désenchanté engendré par la rupture de l’ancienne alliance avec la nature semble invraisemblable au lépidoptériste observant les phénomènes de mimétisme :

  • 12 Nabokov Vladimir, op. cit. note 8, p. 123.

La « sélection naturelle » au sens darwinien, ne pouvait expliquer la miraculeuse coïncidence d’un aspect imitatif et d’un comportement imitatif, et l’on ne pouvait non plus avoir recours à la théorie de la « lutte pour la vie » quand un stratagème de protection était porté à un point de raffinement, de richesse et de luxe mimétiques dépassant de beaucoup le pouvoir d’appréciation d’une bête de proie.12

  • 13 Prigogine Ilya et Stengers Isabelle, La Nouvelle Alliance, Paris, Gallimard, 1979 pour le texte, 19 (...)
  • 14 Ibid., p. 41.

11Il ne s’agit pas ici de prendre position dans une controverse qui est toujours d’actualité, mais bel et bien de souligner les enjeux de la traduction scientifique. Prigogine et Stengers rappellent en effet de leur côté que le monde de Darwin a des « implications philosophiques » mises en lumière, par exemple, dans le livre de Jacques Monod Le Hasard et la nécessité, dont la conclusion désenchantée leur semble la conséquence du « poids culturel des concepts classiques »13. Prigogine dit par ailleurs que le premier pas accompli par la thermodynamique vers ce qu’il appelle la « nouvelle alliance » avec la nature fut la « réinvention » du temps que lui a inspiré « une exigence proprement culturelle, celle qu’exprimait Bergson lorsqu’il écrivait : “Le temps est invention, ou il n’est rien du tout” »14 :

  • 15 Ibid., p. 42 ; les termes en italiques sont soulignés par l’auteur.

ce à quoi nous assistons aujourd’hui est une redécouverte du temps physique, et nous pensons que cette redécouverte ne résulte pas de la simple logique interne des théories scientifiques mais de questions dont il a fallu décider de continuer à les poser, dont il a fallu décider qu’elles ne pouvaient être oubliées par une physique qui vise à comprendre la nature.15

12Le physicien en déduit la fin de « l’extra-territorialité culturelle » de la science, et invite à prendre très au sérieux la question de la diffusion du savoir, citant à l’appui les propos du physicien Erwin Schrödinger :

  • 16 Cité in ibid., p. 46.

Une science théorique qui ne serait pas consciente de ce que les concepts qu’elle tient pour pertinents et importants sont destinés à terme à être exprimés en concepts et en mots qui ont un sens pour la communauté instruite, et à s’inscrire dans une image générale du monde, une science théorique, dis-je, où cela serait oublié et où les initiés continueraient à marmonner en des termes compris au mieux par un petit groupe de partenaires, sera par nécessité coupée du reste de l’humanité culturelle […] elle est vouée à l’atrophie et à l’ossification.16

  • 17 Titre du livre de Charles P. Snow paru en 1968, bien après la publication (en 1952) des propos d’Er (...)

13L’abîme entre les « deux cultures »17 qu’invite à combler cette exigence de traduction est précisément ce que cherche à faire disparaître l’écrivain lépidoptériste en faisant le choix de cette écriture « littéraire » que lui reprochent ses anciens collègues de Harvard. Lorsqu’il fait entrer la personne du savant dans le cadre du livre scientifique, soulignant des mains aux manchettes de dentelle ou un imaginaire sensible aux ventres sombres des nuages, Nabokov ne cherche pas à maintenir un anthropomorphisme désuet mais à traduire la place de la science dans la conscience, à recomposer la mosaïque dans laquelle l’homme se trouve encastré. Le récit, conçu comme une construction d’images, vise, par l’introduction constante de sens seconds, à soutenir la mise en rapport des univers les plus éloignés :

  • 18 Nabokov Vladimir, op. cit. note 10, p. 278.

Les images [imagery] peuvent être définies comme l’évocation, au moyen de mots, de quelque chose qui fasse appel chez le lecteur au sens de la couleur, du relief, du son, du mouvement, ou à toute autre capacité de perception, de façon à imprimer dans son esprit une image [picture] de vie fictive qui devienne pour lui aussi vivante que n’importe quel souvenir personnel. Pour produire ces images vivantes, l’écrivain a tout un arsenal d’artifices qui vont de l’épithète brève et expressive aux tableaux de mots sophistiqués et à la métaphore complexe.18

  • 19 Nabokov Vladimir, op. cit. note 4, p. 90.

14« Il n’y a pas de science sans imagination comme il n’y a pas d’art sans faits »19, aimait à rappeler le professeur Nabokov. Et le plus grand plaisir que l’on pouvait lui faire était sans doute de le présenter par inadvertance comme professeur de biologie :

  • 20 Nabokov Vladimir, op. cit. note 7, p. 303.

Je traite dans le détail les scarabées et leurs parasites, chaque année vers le mois d’avril, lorsque j’aborde La Métamorphose de Kafka dans mon cours de littérature, après quoi, en mai, j’essaie tous les ans d’identifier la noctuelle qui tourne autour d’une lampe dans la scène du bordel d’Ulysse de Joyce. Et il y a trois papillons dans Madame Bovary, un noir, un jaune et un blanc. Vous constatez donc, qu’en faisant de moi un professeur de biologie, non seulement vous étiez tout à fait à-propos, mais vous avez réchauffé un cœur qu’aucun succès en littérature comparée ne peut aussi délicieusement toucher au vif.20

  • 21 Dmitri Nabokov rappelle dans une note à l’édition posthume des Lettres choisies que le milieu scien (...)
  • 22 Calvino Italo (trad. de l’italien par Michel Orcel et François Wahl), « Entretien sur science et li (...)

15La boutade de l’amateur21 dessine l’horizon très sérieux du cloisonnement des savoirs et ramène à la question initiale de la langue traductrice : la fonction du livre scientifique n’est-elle pas de décloisonner ? Si l’on répond par l’affirmative, prêtant ainsi à la traduction la même fonction, mais à plus grande échelle, que celle de l’écriture de la science, on conçoit que le plus urgent est le choix ou la création d’une langue commune. Retraduire la science d’hier, c’est éprouver conjointement la dimension historique du savoir et celle de la langue, le risque de vieillissement qui les guette. Les livres scientifiques ne peuvent acquérir de valeur intemporelle qu’en faisant un usage poétique de la langue, comme le suggère Italo Calvino à propos de Galilée : il « utilise le langage, non pas comme un instrument neutre, mais avec une précision littéraire, avec une continuelle participation expressive, imaginative, et même lyrique »22. Qu’est-ce qu’un usage poétique de la langue ? Une façon de penser par images, répond pour sa part Nabokov, pour lequel tout livre rigoureusement composé peut être dit « scientifique », c’est-à-dire porteur d’un savoir susceptible d’aider ou d’apprendre à voir.

Le livre légende ou la fabrique du regard

16L’idéal de l’écrivain est celui d’un livre légende, c’est-à-dire d’une langue capable de ciseler des images précises et mémorables permettant le partage de la connaissance. C’est à l’imagination dans ce qu’elle a de visuel que s’adresse la langue traductrice de Nabokov, dont les articles spécialisés composent de véritables tableaux (au sens pictural). Il souligne d’ailleurs volontiers dans sa correspondance la préséance du peintre sur l’entomologiste :

  • 23 Nabokov Vladimir, op. cit. note 7, p. 136-137.

Certains de vos lecteurs [du magazine Life] seraient peut-être intéressés d’apprendre que les ailes de papillon du troisième panneau du triptyque de Bosch, si magnifiquement reproduit dans votre numéro du 4 novembre, peuvent être immédiatement identifiées comme appartenant à la femelle d’une espèce commune en Europe, aujourd’hui connue sous le nom de Maniola jurtina, et que Linné décrivit quelque deux cent cinquante années après que le brave Bosch ne l’eut attrapée avec sa casquette dans une prairie des Flandres pour la mettre dans son Enfer.23

  • 24 Nabokov Vladimir, op. cit. note 4, p. 24.

17La suprématie de l’œil sur l’oreille ou l’esprit n’est pas sans rapport avec le plurilinguisme et l’exigence de traduction. À la question de savoir dans quelle langue il pensait, l’écrivain polyglotte répondait : « Je pense en images »24. Ses projets de livre sur les papillons témoignent d’une même foi en une vision d’outre-langue, d’un même souci de fusion et de rencontre des cultures qu’il lui semble possible d’obtenir en racontant la science. Il écrit par exemple à Jason Epstein, directeur littéraire chez Doubleday :

  • 25 Nabokov Vladimir, op. cit. note 7, p. 243.

Je dois avouer que votre suggestion d’ouvrage sur les papillons me séduit au plus haut point. Il contiendrait mes aventures lépidoptériques dans diverses contrées, surtout dans les États des Rocheuses, la découverte de nouvelles espèces, et la description de quelques cas fantastiques d’adaptation. Je pense que je pourrais réussir un parfait mélange de science, d’art et de divertissement.25

18Ou à Dan Lacy, vice-président de McGraw-Hill :

  • 26 Ibid., p. 598.

Les seuls genres de « livres sur les papillons » que je puisse envisager d’écrire sont : 1. un ouvrage savant avec un minimum de texte et un maximum de photographies en couleur […] et 2. un livre de peinture, avec notes, consacré à l’évolution de la représentation des papillons, des temps anciens à 1700, en passant par la Renaissance, avec des reproductions de natures mortes de fleurs et d’insectes par des maîtres hollandais, italiens, espagnols, etc.26

  • 27 Ibid., p. 442.

19La lettre qu’il adresse en 1965 à l’auteur d’un ouvrage dit de « vulgarisation », Our Butterflies and Moths, éclaire par ailleurs ce que Nabokov attend d’un livre scientifique : du beau et du rare. Le beau tient en l’occurrence au talent d’illustrateur de l’auteur ; le rare, « cette petite chose bizarre » que cherchent les amateurs dans ce genre d’ouvrage, fait défaut dans le cas présent, les papillons représentés étant jugés « banals et tape-à-l’œil »27. Les propres souvenirs du critique de circonstance, qui inscrivent ses premiers pas de lépidoptériste dans le vaste contexte de l’exil, éclairent cette double exigence de beauté (émotion de la découverte) et de pitié (fragilité du chercheur dont l’univers a été soufflé par la violence de l’histoire) :

  • 28 Nabokov Vladimir, op. cit. note 8, p. 134.

Qu’on me permette d’évoquer aussi les Sphinx, ces avions à réaction de mon enfance ! Les couleurs mettaient longtemps à s’éteindre, les soirs de juin. Les lilas en pleine floraison devant lesquels je me tenais, filet en main, étalaient dans le crépuscule des touffes d’un gris flou – le fantôme du violet. Une jeune lune noyée était suspendue au-dessus de la brume qui s’élevait d’une prairie voisine. Dans combien de jardins ne me suis-je pas, par la suite, ainsi tenu – à Athènes, Antibes, Atlanta – mais jamais je n’ai attendu avec un désir aussi ardent que devant ces lilas qui s’assombrissaient. Et soudain il était là, ce vrombissement bas passant de fleur en fleur, ce halo de vibrations autour du corps fuselé d’un Sphinx olive et rose, suspendu dans l’air au-dessus d’une corolle dans laquelle il plongeait sa longue trompe. On trouvait sa belle larve noire (qui ressemblait à un minuscule cobra quand elle gonflait ses anneaux antérieurs ocellés) sur l’humide épilobe à épi, deux mois plus tard.28

  • 29 Ibid., p. 119-120.

20Ce sont de beaux livres qui sont à l’origine de la vocation de l’auteur : « Je devais avoir huit ans quand, dans une chambre de débarras de notre maison de campagne, parmi un pêle-mêle d’objets poussiéreux, je découvris quelques livres merveilleux achetés au temps où ma grand-mère maternelle s’intéressait à l’histoire naturelle et faisait donner à sa fille des leçons particulières par un éminent professeur de zoologie de l’Université (Chimkévitch) »29. Fidèle à cet héritage, il construit un savoir inquiet (en mouvement), certain qu’il n’est pas d’érudition tranquille, qu’il faut raconter la science, s’efforcer de traduire le bouleversement de la découverte et l’incessant travail d’accommodement du regard des hommes sur le monde qui en résulte.

Notes

1 Zimmer Dieter E., A Guide to Nabokov’s Butterflies and Moths, Hambourg, 1996. Ce guide a été originellement publié en 1993 par le Musée cantonal de Zoologie et la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, en Suisse, dans le volume 1 de la série Litterae Zoologicae, catalogue de l’exposition « Les Papillons de Nabokov », présentée en Suisse du 26 novembre 1993 au 29 janvier 1994 ; la citation qui suit est extraite de l’introduction du guide de Zimmer.

2 Johnson Kurt et Coates Steven L., Nabokov’s Blues. The Scientific Odyssey of a Literary Genius, Cambridge (Mass.), Zoland Books, 1999.

3 Brown William L., professeur d’entomologie, in Gibian George et Parker Stephen J. (eds.), The Achievements of Vladimir Nabokov. Essays, studies, reminiscences and stories from the Cornell Nabokov Festival, Ithaca, Cornell University Press, 1983, p. 226 (ma traduction).

4 Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Vladimir Sikorski), Intransigeances, Paris, Julliard, 1985, p. 327-328.

5 Ibid., p. 320.

6 Ibid., p. 325.

7 Lettre à l’éditeur Michael Walter, 16 avril 1971, in Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Christine Bouvard), Lettres choisies 1940-1977, Paris, NRF/Gallimard, 1992, p. 572.

8 Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Yvonne Davet), Autres Rivages, Paris, NRF/Gallimard, 1989, p. 125 (nouvelle édition revue et augmentée, compléments de textes traduits par Mirèse Akar).

9 Ibid., p. 122.

10 Nabokov Vladimir (trad. de l’anglais par Marie-Odile Fortier-Masek), Littératures Volume 2, Paris, Fayard, 1985, p. 160.

11 Nabokov Vladimir et Wilson Edmund (trad. de l’anglais par Christine Raguet-Bouvart), Correspondance : 1940-1971, Paris, Rivages, 1979, p. 236 et 239.

12 Nabokov Vladimir, op. cit. note 8, p. 123.

13 Prigogine Ilya et Stengers Isabelle, La Nouvelle Alliance, Paris, Gallimard, 1979 pour le texte, 1986 pour la préface et les appendices, p. 37. Pour mémoire, Jacques Monod écrivait à la fin des années 1970 : « Il faut bien que l’homme enfin se réveille de son rêve millénaire pour découvrir sa totale solitude, son étrangeté radicale. Il sait maintenant que, comme un Tzigane, il est en marge de l’univers où il doit vivre. Univers sourd à sa musique, indifférent à ses espoirs comme à ses souffrances ou à ses crimes » (cité in La Nouvelle Alliance, p. 63).

14 Ibid., p. 41.

15 Ibid., p. 42 ; les termes en italiques sont soulignés par l’auteur.

16 Cité in ibid., p. 46.

17 Titre du livre de Charles P. Snow paru en 1968, bien après la publication (en 1952) des propos d’Erwin Schrödinger qui semblent avoir été lettres mortes.

18 Nabokov Vladimir, op. cit. note 10, p. 278.

19 Nabokov Vladimir, op. cit. note 4, p. 90.

20 Nabokov Vladimir, op. cit. note 7, p. 303.

21 Dmitri Nabokov rappelle dans une note à l’édition posthume des Lettres choisies que le milieu scientifique a toujours considéré Vladimir comme tel ; il cite les propos tenus par Frank Carpenter, ancien collègue de son père à Harvard, dans le numéro de juillet-août 1986 du Harvard Magazine : « Il s’intéressait sérieusement aux papillons, mais son intérêt était du niveau de celui que nous trouvons chez la majorité des amateurs », ibid., p. 101, note 2.

22 Calvino Italo (trad. de l’italien par Michel Orcel et François Wahl), « Entretien sur science et littérature » (1968), La Machine Littérature, Paris, Seuil, 1984, p. 35.

23 Nabokov Vladimir, op. cit. note 7, p. 136-137.

24 Nabokov Vladimir, op. cit. note 4, p. 24.

25 Nabokov Vladimir, op. cit. note 7, p. 243.

26 Ibid., p. 598.

27 Ibid., p. 442.

28 Nabokov Vladimir, op. cit. note 8, p. 134.

29 Ibid., p. 119-120.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search