Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Les promenades littéraires de Madame Picardet

La traduction comme pratique sociale de la science au xviiie siècle

Patrice Bret

Texte intégral

  • 1 Landriani Marsilio, Relazioni di Marsilio Landriani sui progressi delle manifatture in Europa alla (...)

Parmi les personnes distinguées dans les lettres à Dijon, je me souviens de Made de Picardet, pour laquelle je professe beaucoup de reconnaissance pour avoir traduit en français mes ouvrages chimiques et physiques. Elle mérite les remerciements de la République des lettres pour lui avoir procuré la traduction de nombreux ouvrages importants écrits en suédois, en allemand et en anglais : tels sont les travaux de Scheele, de Crell, de Kirwan, que cette même personne a élégamment traduits en les enrichissant de notes très intéressantes.1

1Dans la relation de sa mission de renseignement scientifique et technique pour le compte de l’empereur d’Allemagne en 1787, le chevalier Marsilio Landriani fait ainsi à la traductrice de ses mémoires, rédigés en italien, une place d’autant plus importante qu’il considère l’Académie de Dijon, à laquelle elle est étroitement liée, comme la seconde de France après l’Académie royale des sciences de Paris. La nature du document, qui n’était pas destiné à être publié, écarte toute flatterie de la part de l’auteur, sinon pour lui-même, qui se trouve ainsi élu avec une poignée des plus célèbres chimistes étrangers de l’époque par celle qui est alors la principale traductrice française.

  • 2 Le contexte intellectuel et matériel de l’objet de cette étude est développé dans notre ouvrage Mme (...)

2Quelles raisons ont ainsi pu pousser, dans la France des dernières années de l’Ancien Régime, une bourgeoise de province à traduire une vingtaine de savants étrangers de quatre langues différentes ? Comment en vint-elle à constituer ainsi, en quelque sorte, une véritable œuvre d’un bon millier de pages de traductions scientifiques, soit plus du double de Madame Lavoisier, dont le nom est pourtant resté attaché à la traduction de l’Essai sur le phlogistique de Richard Kirwan ? Sommeillant dans la correspondance des savants, dans les recensions des journaux et dans l’appareil critique accompagnant ces traductions, les éléments de réponse renvoient aux pratiques sociales de la science à la fin des Lumières. Pour en donner ici un aperçu, nous nous pencherons sur l’origine et la formation de Madame Picardet, puis sur son œuvre de traductrice, avant d’interroger la pertinence de lui conférer un statut de femme de science2.

De la sociabilité mondaine à la traduction scientifique

  • 3 Amanton Claude-Nicolas, « Nécrologie », Journal de Dijon et de la Côte-d’Or, 21 octobre 1820, p. 33 (...)
  • 4 Souligné par nous. Le biographe ne se prive pas, par ailleurs, de plagier Amanton : « Quant à Madam (...)
  • 5 Arthur Young’s Travels in France during the Years 1787, 1788, 1789, Betham-Edwards M. B. (ed.), Lon (...)
  • 6 Lilti Antoine, « Une sociabilité plurielle », Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris (...)

3À la mort de Madame Picardet, en 1820, l’avocat et journaliste Claude-Nicolas Amanton rappelle qu’elle avait été « à la fois une femme fort belle et de beaucoup d’esprit, dont la société, recherchée par tout ce qui se piquoit à Dijon, de science et de littérature, fut très agréable ». Il souligne qu’elle associait « à sa réputation de femme d’une beauté remarquable, de femme d’esprit, celle de femme savante »3. Reprenant presque mot pour mot ce portrait d’une parfaite salonnière, Georges Bouchard (biographe de Guyton de Morveau) précise en 1938 qu’« elle tenait un salon où tout ce qui dans la ville se piquait de science ou de littérature, briguait l’honneur d’être admis »4. Au terme « salon », qui commence pourtant à s’imposer dans cette acception sous la Restauration avec une pointe de nostalgie, à la suite de Madame de Staël, Amanton préfère celui de « société », moins précis mais fort couramment utilisé au xviiie siècle. Ce vocable, Bouchard l’emprunte au traducteur des Voyages en France d’Arthur Young, qui l’a utilisé assez librement en 1860 en rendant « Madame Picardet is as agreeable in conversation as she is learned in the closet » par « Mme Picardet est à sa place au salon, comme dans le cabinet d’étude »5. Les différents sens s’entremêlent. De fait, les sources sont peu loquaces sur l’existence d’un véritable salon que la belle Dijonnaise, à l’instar de ses grandes contemporaines de la capitale, aurait tenu de façon régulière, critère de base pour la reconnaissance de cette forme de sociabilité. L’appellation séduisante de salonnière ne peut donc lui être appliquée qu’avec une grande circonspection et ne doit être utilisée que par pure commodité de langage. Il est clair, en revanche, que Madame Picardet fut une figure majeure de cette bonne société locale où se mêlaient civilité mondaine et curiosité intellectuelle, et plus particulièrement de la petite société que composaient les amateurs éclairés qui évoluaient dans l’orbite de l’Académie de Dijon, à commencer par les traducteurs du groupe formé par Guyton pour naturaliser la chimie étrangère. Dans cet espace de sociabilité urbaine entre sphère privée et sphère publique, elle était sans doute reçue par les meilleures familles comme elle-même recevait dans sa maison, sans qu’il soit nécessaire d’imaginer une culture de salon sur le mode parisien. Pour autant, ces pratiques de civilités urbaines relevaient bien de cette forme de « sociabilité plurielle » du salon, dont Antoine Lilti a souligné avec finesse et justesse la grande diversité, quoique, restant finalement dans la tradition historiographique qu’il entendait renverser, il se fonde surtout sur l’élite des salons littéraires et sous-estime probablement l’ampleur du phénomène pour la science, au moins dans la dernière décennie de l’Ancien Régime6.

  • 7 Young’s Travels, op. cit. note 5, 31 juillet 1789, p. 222 (citation) ; Young Arthur, Voyages en Fra (...)

4À l’échelle restreinte de Dijon, Madame Picardet jouait manifestement un rôle assez semblable à celui de Madame Lavoisier, qui déclinait cette diversité à l’Arsenal entre dîners bihebdomadaires et déjeuners privés. Les académiciens et les amateurs dijonnais fréquentaient en effet sa société, de même que les savants parisiens et les étrangers de passage : Lavoisier, Antoine-François Fourcroy, Claude-Louis Berthollet, l’abbé Felice Fontana, Francisco de Angulo, Smithson Tennant, les frères Elhuyar, Landriani, Thomas Beddoes, Arthur Young, etc. Pourtant, la seule pratique avérée en ce qui la concerne ne manque pas d’originalité : durant la période estivale, les discussions savantes se déroulaient lors de promenades, dans la tradition de l’Académie péripatéticienne, plutôt que dans le rituel plus emprunté des salons. Lors de son passage à Dijon, Young y participe deux fois. Le 31 juillet 1789, Guyton l’invite à repasser le prendre en fin d’après-midi pour lui présenter « a learned and agreeable lady ». La conversation ambulante roule probablement sur la chimie et l’agriculture ; le lendemain, elle se fixe principalement sur la brûlante actualité politique et sociale de la Grande Peur. En revanche, Young ne mentionne pas la participation de Madame Picardet au « dîner » chez Guyton en compagnie de son mari et du docteur Chaussier, où l’on discute surtout de chimie avant d’aller visiter le laboratoire de l’Académie7. Ces réserves n’entament en rien ni les dires d’Amanton, ni les mérites personnels de la dame. Entre l’intimité de ce salon-promenade de province et la conquête de l’espace public par la presse et l’édition scientifique, Madame Picardet ne fut jamais ni un véritable écrivain, ni une vraie scientifique. Son itinéraire est bien, pourtant, celui d’une femme de la République des lettres.

  • 8 B. M. Dijon, Ms 742 (« Mercure dijonnois »), p. 213.
  • 9 Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident, in Davis Natalie Zemon et (...)

5Claudine Poulet naquit à Dijon, le 7 août 1735, dans une famille bourgeoise aspirant à la noblesse. Son père, François, conseiller du roi et notaire, « seigneur et propriétaire des terres et fief de Champlevey », adjoignit ce nom de terre au patronyme familial. À vingt ans, elle épousa un avocat devenu conseiller au siège souverain de la Table de marbre, Claude Picardet, son aîné de huit ans. La bénédiction nuptiale fut donnée le 9 septembre 1755 par Henry Claude Picardet, frère de l’époux, en présence de témoins représentant la diversité des activités de la ville : bourgeois, marchands, procureurs, avocats, imprimeurs. Plus que la différence d’âge, alors fort commune, l’avocat Claude Micault, qui rapportait dans son journal les faits remarquables de la cité, consigna les attraits physiques de la mariée, l’éclat inhabituel des festivités qui accompagnèrent la cérémonie jusque dans la nuit et le défaut de naissance du marié, « de famille assez obscure, mais avec une fortune honnête »8. De fait, Claude Picardet n’appartenait pas à l’illustre lignée de magistrats de ce nom mais à une famille issue de la bourgeoisie marchande et parvenue aux marges du patriciat parlementaire. Par cette union, les deux familles se renforçaient mutuellement au terme d’un parcours classique d’ascension sociale jusqu’à la bourgeoisie d’office. Le parcours de la branche féminine est particulièrement édifiant : la grand-mère maternelle de Claudine était illettrée, ce qui était normal pour sa génération et son milieu ; sa mère savait au moins signer, et probablement lire et écrire ; la jeune épouse, elle, allait se lancer dans l’écriture, à une époque où les trois-quarts des femmes de la région ne savaient pas même parapher leur acte de mariage9.

  • 10 Arch. Acad. Dijon, reg. 7, fol. 103 v°.
  • 11 Buffon à Guyton de Morveau, Montbard, 26 avril 1776, in Buffon Georges-Louis Leclerc comte de, Corr (...)

6Contrairement à un cliché sur les salonnières, Madame Picardet conjugua son activité de salon et son rôle d’épouse et de mère. Sans doute, en revanche, trouva-t-elle dans son activité de traductrice un exutoire à deux deuils rapprochés, le décès de son père, en février 1777, et surtout, quatre mois plus tôt, celui de son fils, un jeune homme fort prometteur. Reçu avocat au parlement de Dijon à l’âge de dix-neuf ans, le garçon avait été « initié également dans les mystères de la peinture et de la botanique », selon les termes employés en 1774 par le docteur Durande qui le citait en exemple dans le discours d’ouverture de son cours public de botanique pour son « dessin de la grenadille », afin de souligner les rapports qu’entretenaient l’art et la science et l’apport particulier de l’école de dessin de Devosges à la botanique dijonnaise10. Buffon jugeait aussi le jeune homme digne de sa mère et reconnaissant de l’instruction que Guyton lui avait donnée11.

  • 12 B. M. Dijon, Ms 742, p. 213 (mention marginale).
  • 13 Landriani Marsilio, op. cit. note 1, p. 75.
  • 14 Journal de Dijon et de la Côte-d’Or, 21 octobre 1820, p. 333.
  • 15 « Les manipulations qu’ils effectuent ensemble débordent parfois un peu du cadre rigoureusement sci (...)
  • 16 Catalogue de la vente Me Laurin-Guilloux-Buffetaud-Tailleur, Drouot, 6-7 décembre 1995, no 91, p. 4 (...)

7À l’occasion de la mort de ce « fils unique qui avoit de grandes dispositions pour les sciences, et qui étoit un éleve de Mr de Morveau », l’avocat Micault précise que « ce dernier est fort attaché à Madame Picardet »12. Onze ans plus tard, avec une formulation voisine, Landriani inscrit cette « étroite amitié » dans la durée13. Faut-il voir dans ces témoignages un euphémisme semblable à celui qu’employa plus tard Amanton en disant que « Madame Picardet, en épousant en seconde [s] noces M. de Morveau, a perpétué pour ce savant pendant de longues années les charmes qu’il avoit déjà long-temps trouvés dans sa société »14 ? L’on prête généralement à la belle Dijonnaise et au brillant magistrat et chimiste des relations adultères que rien n’atteste clairement15, quoique leur intimité soit de notoriété publique à Dijon comme dans le monde scientifique : le titulaire de la première chaire de chimie de l’université d’Oxford, Beddoes, « espere qu’il trouvera M. de Morveau ou chez lui ou chez Madame Picardet », dont il vient de donner la version anglaise des Mémoires de chymie de Carl Wilhelm Scheele16. Quelle que fût la réalité, ces assertions témoignent pour le moins de l’étroite familiarité et de l’intime complicité intellectuelle qui unissait les deux membres principaux du groupe de traduction de Dijon : Madame Picardet éprouva sans nul doute pour Guyton l’admiration et la vénération stimulante qu’eurent Madame d’Arconville pour Pierre-Joseph Macquer ou Madame Lavoisier pour son époux.

  • 17 Hélène Conté-Humblot à son beau-père, Paris, 16 novembre 1807 (Arch. Thenard, C I b/4).
  • 18 Brugnatelli Luigi Vincenzo, Diario del viaggio in Svizzera e in Francia con Alessandro Volta nel 18 (...)
  • 19 Institut royal de France, Funérailles de M. le Baron Guyton-Morveau, le 4 Janvier 1816, F. Didot, p (...)

8Toujours est-il que le 24 mars 1798, à l’âge de soixante-trois ans, la citoyenne Claudine Poulet, veuve Picardet, épousa civilement son maître et ami, un peu moins de deux ans après la mort de son premier mari. Sous le Consulat et l’Empire, Madame Guyton-Morveau donne à Paris des dîners où l’on est sûr de se trouver en « très bonne compagnie, sa maison étant parfaitement montée et elle et son mari ayant le meilleur ton »17. Ces dîners réunissent d’anciens membres du groupe de l’Arsenal ou des collaborateurs de la mobilisation de l’An II et des collègues étrangers de passage : à l’automne 1801, Brugnatelli et Volta y rencontrent Fourcroy, Vauquelin, Prieur, Adet, Hallé, etc. ; un an plus tard, Van Marum y côtoie des confrères de Stockholm, Berlin, Milan, Londres, etc.18 Aussi, aux funérailles de Guyton, le 4 janvier 1816, Berthollet n’oublie pas la compagne et l’ancienne collaboratrice dans le discours qu’il prononce au nom de l’Institut : « Il trouva dans une épouse, qui réunissait beaucoup d’instruction aux agrémens et aux vertus de son sexe, une compagne de ses travaux chéris : elle servit aussi la science par des traductions utiles : elle consola sa vieillesse : elle paie de ses pleurs, le bonheur mutuel dont ils ont joui. »19

9Comment Madame Picardet en vint-elle à servir ainsi la science par ses traductions de chimie ? Lalande avance une réponse générale en 1786 : « Je crois qu’il ne manque aux femmes que les occasions de s’instruire et de prendre de l’émulation ; on en voit assez qui se distinguent, malgré les obstacles de l’éducation et du préjugé, pour croire qu’elles ont autant d’esprit que la plupart des hommes qui acquièrent de la célébrité dans les sciences. » Ces mots tirés de sa préface à l’Astronomie des dames conviennent aussi bien aux calculatrices qui entourent l’astronome qu’à la traductrice anonyme des Mémoires de chymie de Scheele, dont lui-même vient de révéler l’identité dans le Journal des Sçavans. Les occasions et l’émulation furent fournies par Guyton et le groupe qu’il mit en place pour la traduction.

  • 20 Guyton de Morveau à Macquer, 3 septembre 1782, BnF, Mss. fr. 12306.
  • 21 Allemand-Gay Marie-Thérèse et Coudert Jean, Un magistrat lorrain au xviiie siècle. Le Premier Prési (...)

10Au début des années 1780, Claudine Picardet était sans doute d’un âge trop avancé pour apprendre et maîtriser de nouvelles langues, mais non pour être parfaitement en état de traduire des textes scientifiques. Peut-être possédait-elle d’ailleurs déjà au moins des bases en italien, qu’elle fut la première du groupe à traduire, et en allemand, qu’elle traduisit en abondance. Aucune source ne permet de l’affirmer, mais cela n’aurait rien d’invraisemblable pour une jeune fille curieuse et douée issue d’un milieu éclairé. Indéniablement, elle avait surtout « beaucoup de facilité pour les langues », comme l’affirme Guyton20, et une forte motivation lui permit d’en acquérir assez pour pratiquer la version avec autant de rigueur que d’élégance. Cette motivation fut le moteur nécessaire pour l’apprentissage des langues, à l’instar de Madame de Montbeillard, qui, non seulement « sçait toutes les langues et traduit l’anglois courrament » pour son mari, naturaliste, mais « apprit en trois mois, et en secret, l’allemand qu’il ne parlait pas, et traduisit Rhœsel, qu’elle lui avait entendu regretter de ne pas comprendre »21. La motivation devait également concerner les sciences.

  • 22 Kirwan à Guyton, Londres, 1er février 1783, in Grison Emmanuel, Goupil Michelle et Bret Patrice (ed (...)
  • 23 Poirier Jean-Pierre, La Science et l’Amour. Madame Lavoisier, Paris, Flammarion et Pygmalion, 2004, (...)
  • 24 Mme Lavoisier possédait l’édition française de 1741 dans la traduction de Du Perron de Castera (Ams (...)
  • 25 Cf. Meurdrac Marie, Chimie charitable et facile en faveur des dames [1666], Jacques Jean (éd.), Par (...)
  • 26 Lanoë Catherine, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières,(...)
  • 27 Sur l’enseignement des femmes, voir Peiffer Jeanne, « L’engouement des femmes pour les sciences au (...)

11Posséder une langue ne suffit pas à traduire des textes scientifiques : « Je la trouve incomparable, écrit Kirwan à son propos, car quoique ma fille entend l’Allemand elle ne veut pas lire des livres de chymie en cette langue, ni dans aucune autre. »22 Sans être chimiste, Madame Picardet avait donc acquis quelques bases en la matière. Le terrain avait sans doute été préparé par l’éducation familiale. Elle a pu lire des ouvrages tels que les Récréations physiques, économiques et chimiques, les Lettres au beau sexe sur quelques sujets de physique ou le Newtonianisme pour les dames, de Francesco Algarotti23. Publié en italien en 1735, ce dernier connut un large succès à travers l’Europe, avec des traductions en français (1735), en anglais (1739) et en allemand (1752)24. Une littérature chimique destinée au public féminin existait d’ailleurs depuis longtemps, comme la célèbre Chimie charitable et facile en faveur des dames de Marie Meurdrac, qui eut au moins cinq éditions françaises entre 1666 et 1711, outre six allemandes et une italienne25. L’objectif de tels ouvrages de vulgarisation scientifique était souvent ludique ou utilitaire : quand l’objet principal ne se limitait pas à la curiosité et la distraction, il portait notamment sur la confection de cosmétiques26. Leur rôle ne doit pourtant pas être négligé comme première approche des sciences physiques et naturelles, à défaut d’un enseignement de ces matières aux jeunes filles, sinon de façon très exceptionnelle27.

  • 28 Landriani Marsilio, op. cit. note 1, p. 75.
  • 29 Vicq d’Azyr Félix, Œuvres, Moreau de la Sarthe Jacques (éd.), Paris, Baudouin, an XIII [1803], t. I (...)

12Les connaissances de Madame Picardet en chimie tenaient probablement moins à ses lectures personnelles qu’à la fréquentation des cours de l’Académie et à ses liens étroits avec Guyton qui, précise Landriani, « lui a inspiré le goût des sciences chimiques, de l’histoire littéraire et des sciences physiques »28. Les efforts de Guyton et d’un certain nombre de savants de sa génération avaient renouvelé totalement l’enseignement de la chimie en proposant un enseignement fondé sur la clarté du discours et sur l’expérience. Pour Félix Vicq d’Azyr, les femmes furent les bénéficiaires de ce renouveau pédagogique : « La science mystérieuse des Van Helmont, des Becher et des Raymond Lulle, qui, au commencement de ce siècle, était encore obscure, même pour les philosophes, enseignée par M. Bucquet devint intelligible pour plusieurs femmes aimables qui consacraient au plaisir de l’entendre des instants dérobés à l’enjouement et à la frivolité. »29 Lavoisier avait d’ailleurs confié sa jeune épouse à Jean-Baptiste Bucquet plutôt que de lui apprendre lui-même les bases de la discipline. Outre les cours publics qui se répandaient, même les chimistes les plus sérieux, reconnus par leurs travaux et leur enseignement, n’hésitaient pas à écrire pour les dames ou à donner des cours conçus à leur intention. L’année même où il participait à l’élaboration de la nouvelle nomenclature avec Lavoisier et Guyton, et à la réfutation de l’Essai sur le phlogistique, Fourcroy, professeur réputé et académicien, écrivait deux volumes de Principes de chimie pour la Bibliothèque universelle des dames.

  • 30 Hagley Museum and Library, Wilmington, Delaware, W2 4798, group 2, series B, box 28, cité par Poiri (...)

13Aussi limitées restent-elles encore, la connaissance et la pratique de la science par les femmes sont donc particulièrement symboliques du progrès et de l’émancipation de l’esprit humain, et du génie national. Après la Révolution de 1789 et la « seconde révolution » du 10 août 1792, qui marque la chute du roi et annonce l’abolition de la monarchie le 22 septembre, l’ancien député Pierre-Samuel Du Pont de Nemours s’écrie dans le Républicain français, à propos d’une traduction de Madame Lavoisier dans les Annales de chimie : « Tout, dans cet ouvrage, est sacrifié à la vérité, à l’utilité ; rien aux grâces. Et cependant, c’est une dame, une citoyenne française, qui l’a traduit et enrichi de quelques notes : la même dame à qui nous devons déjà la traduction et une partie de la réfutation de l’ouvrage de M. Kirwan sur le phlogistique. Que ne doit-on attendre d’une Nation chez laquelle les grands événements de plusieurs Révolutions accumulées n’empêchent pas que les hautes sciences ne soient cultivées avec un succès distingué par les femmes même. »30 Dans cette époque de régénération, les femmes semblent pouvoir sortir enfin de l’anonymat sans encourir le ridicule qui accueillait naguère les précieuses et les bas-bleus. C’est là l’accomplissement encore bien fragile d’un processus auquel participa Madame Picardet, et dans lequel la presse se révéla plus novatrice que le livre.

De l’anonymat à la signature : l’œuvre d’une traductrice

  • 31 « The translation is generally ascribed to Madame Lavoisier. She discussed it with Arthur Young on (...)
  • 32 « The tr[anslation] is by Mme. Picardet, supervised by Guyton de Morveau, who added the notes. » In(...)

14À l’évidence, l’œuvre de Madame Picardet doit être replacée dans le cadre de l’activité scientifique organisée par Guyton à Dijon, petite capitale provinciale dont il transforma l’académie locale en une véritable académie des sciences, réputée pour ses cours publics de chimie. Pour traduire la science, celui-ci avait réuni un petit groupe de traducteurs dont il supervisait le travail. Sous sa direction amicale et compétente, la production totale de la traductrice se monte à trois volumes de librairie et une quarantaine d’articles de journaux savants. Pour le seul Journal de physique entre 1782 et 1787, en effet, elle ne signa pas moins de huit traductions du suédois, six de l’anglais, quatre de l’allemand et deux de l’italien. Il faut en ajouter presque autant tirées du suédois et de l’allemand pour les deux volumes des Mémoires de chymie de Scheele qu’elle édita en 1785, ainsi qu’un nombre non négligeable données au Journal des savants, aux Nouvelles de la République des lettres et des arts ou, après 1789, aux Annales de chimie. Enfin, en 1790, elle traduisit de l’allemand un ouvrage entier d’Abraham Werner, quinze ans avant que n’en soit donnée une traduction anglaise. La traduction de l’Essai sur le phlogistique lui est parfois attribuée, au moins partiellement, mais très probablement à tort, par suite d’une mauvaise interprétation du journal de voyage de Young31. Le grand historien de la chimie, James R. Partington, lui attribue même la traduction des Opuscules physiques et chymiques de Bergman, qui est pourtant signée de Guyton : celui-ci aurait seulement supervisé la traduction et ajouté les notes32. Rien ne permet d’étayer cette thèse, au demeurant fort plausible, sinon les liens étroits entre la traductrice et le chimiste. Mais il ne faudrait pas sous-estimer la part manifeste que prit ce dernier jusque dans les instruments de travail associés à la traduction dijonnaise.

  • 33 Cité par Briquet Fortunée B., Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises (...)
  • 34 Darnton Robert, Gens de lettres, gens du livre, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 117-118.

15Jusqu’au premier semestre 1786 inclus, les traductions de Madame Picardet sont généralement signées « Madame P *** de Dijon ». Cette pratique de l’anonymat est alors répandue dans toutes sortes d’ouvrages. En règle générale, les traductions scientifiques paraissent ainsi, soit sans nom de traducteur, soit signées de lettres identifiantes, initiales, acronymes ou cryptonymes. Seuls les savants ou ceux qui prétendent l’être signent parfois clairement leurs traductions. Ce qui est vrai des hommes l’est plus encore des femmes : « Affichent-elles la science ou le bel esprit ? dit Madame d’Arconville : si leurs ouvrages sont mauvais, on les siffle ; s’ils sont bons, on les leur ôte ; il ne leur reste que le ridicule de s’en être dites les auteurs. »33 Pour cette raison, entre autres, les femmes de lettres qui franchissent le pas de l’imprimé restent très peu nombreuses : Robert Darnton n’en identifie guère qu’une cinquantaine en 1784, issues de la riche bourgeoisie ou l’aristocratie, soit 3 % des auteurs dont l’origine socioprofessionnelle est établie34.

  • 35 Nouvelles de la République des lettres et des arts (ci-après : NRLA), 14 mai 1783, t. II, p. 158-15 (...)
  • 36 Guyton à Bergman, Dijon, 14 janvier 1783, in Carlid Göte et Nordström Johan, Torbern Bergman’s Fore (...)

16Pour autant, l’anonymat n’est souvent qu’un masque transparent. Le nom du traducteur circule librement dans les milieux scientifiques et le Journal des savants révèle régulièrement l’identité des auteurs anonymes. Dès le printemps 1783, les Nouvelles de la République des lettres et des arts font de même en donnant un compte rendu du mémoire de Scheele dont Madame Picardet a donné la version française au Journal de physique en janvier précédent35. Quant aux nombreux correspondants de Guyton, ils sont évidemment dans la confidence. Lui-même ne manque pas d’informer régulièrement Bergman : « Vous verrés dans le journal de M. l’abbé Rozier quelques morceaux traduits à Dijon du suedois surtout ceux de votre digne cooperateur M. Schéele, et votre memoire sur l’or mussif natif de Sibérie, ce d[erni]er traduit par une dame bien connue de M. de Virly qui a pû vous en parler, j’ose vous promettre que vous vous reconnoitrés dans ces traductions. »36

  • 37 Kirwan à Guyton, Londres, 1er février 1783 et 24 octobre 1784, in Corr. Kirwan, op. cit. note 22, p (...)
  • 38 Guyton à Bergman, Dijon, 24 octobre 1780, in Corr. Bergman, op. cit. note 36, p. 110.

17La publication des Mémoires de chymie de Scheele en 1785, en deux parties, constitue une étape cruciale pour Madame Picardet, en la faisant sortir du statut de traducteur occasionnel pour lui donner une nouvelle envergure. Avec insistance, Kirwan avait encouragé Guyton et sa collaboratrice : « Vous estes fort heureux de posseder une Dame si aimable qui veut vous traduire les Memoires de Mr Scheele. […] Je suis charmé que cette admirable Dame dont je suis enchanté veuille traduire Scheele. »37 Hormis le changement d’ordre quantitatif, cette entreprise s’accompagne d’un véritable changement de la nature de son activité. Il ne s’agit pas ici de la simple traduction d’un ouvrage existant, mais de la réunion originale de vingt-sept « morceaux » de Scheele, traduits du suédois et de l’allemand. À partir des mémoires dispersés de l’auteur, la traductrice a créé un recueil original. Mais elle fit mieux encore : s’il n’est pas avéré que sa traduction fût directement transposée ensuite dans d’autres langues, elle fit au moins école, puisque Beddoes donna une édition anglaise des mémoires de Scheele dès l’année suivante à Londres, G. H. Schaefer une traduction latine à Leipzig en 1788-1789 et Sigismund Friedrich Hermbstädt une version allemande à Berlin en 1793. L’idée de ce recueil revient assez probablement à Guyton, qui avait constitué une collection presque complète des mémoires de l’Académie de Stockholm et savait l’importance de regrouper des travaux dispersés. En remerciant Bergman pour « le service [qu’il avait] rendu de former un recueil » de ses Opuscula en latin, il soulignait que « les memoires separés se trouvent difficilement, passé le premier moment », ce dont il venait à nouveau de faire l’amère expérience38.

18Certes, le nom de Madame Picardet n’apparaît toujours pas sur la page de titre des Mémoires de chymie, ni même dans l’Avertissement de l’éditeur qui mentionne seulement « Mde P*** ». Mais l’académicien Lalande le révèle pour la première fois dans l’extrait qu’il en donne au Journal des Sçavans :

  • 39 Journal des Sçavans, février 1786, p. 92-96 (citation p. 92-93).

On ne connoissoit en France de M. Schéele que son Traité du Feu ; traduit par M. le Baron de Dietrich, & quelques Mémoires publiés dans le Journal Physique ; & nous ne pouvions apprécier les découvertes de ce célèbre Chymiste, que parce qu’en ont rapporté M. Bergman, & d’autres Sçavans étrangers ; c’est pour la première fois que toutes ces pièces se trouvent réunies ; on en doit la traduction à Madame Picardet qui a déjà donné, dans le Journal Physique, plusieurs morceaux traduits de l’Anglois, de l’Allemand, du Suédois & de l’Italien ; on lit dans l’Avertissement de l’Éditeur qu’elle a profité de la traduction des Mémoires, numéros 2, 11, 12 & 13. Le premier traduit de l’Allemand par M. L. D. B. de l’Académie de Dijon ; les trois autres traduits du Suédois par M. M ***, & que les notes sont de M. de Morveau, un des premiers chymistes que nous ayons.39

19Il apparaît clairement que le recueil publié par Madame Picardet reflète aussi le travail d’équipe effectué à Dijon, l’« Avertissement de l’éditeur » rendant à chacun son dû. Guyton, le maître d’œuvre, lui fournit l’essentiel des notes et, quel qu’en soit le rédacteur, il tient à intituler les notes infrapaginales « Note du traducteur » et les longues notes éventuellement développées à la suite de mémoires « Remarques du traducteur ». Ainsi, s’est construit en fait une sorte de personne morale, un traducteur collectif qui s’efface volontairement derrière le maître d’ouvrage, le traducteur principal, en l’occurrence la traductrice, à laquelle Bressey et Magnien fournissent chacun une traduction inédite. Tout n’est d’ailleurs pas inédit en français non plus : Madame Picardet réédite six des traductions qu’elle a déjà données au Journal de physique, ainsi que deux autres de Magnien. Néanmoins, avec vingt-trois des vingt-sept morceaux de Scheele, dont dix-sept spécialement traduits pour ce recueil, elle reste incontestablement la principale traductrice de l’ouvrage et ce que l’on nommerait aujourd’hui l’éditeur scientifique.

20Aux mémoires de Scheele, Madame Picardet ajoute un certain nombre de pièces. Quelques-unes étaient déjà jointes aux éditions originales, en particulier les additions de Bergman attestant que son compatriote avait entrepris son mémoire sur le manganèse à sa demande, ou confirmant son analyse du bézoard. Mais la plupart des autres constituent des apports originaux, qu’il s’agisse de la gravure de l’eudiomètre de Scheele ou surtout de l’apparat critique : cela est clair avec les précisions sur les travaux d’Elhuyar sur le wolfram et leur réplication à Dijon par Angulo, mais c’est encore le cas avec l’explication du procédé de Georgius pour concentrer et conserver l’acide du citron, qu’elle tire d’un autre volume des Mémoires de l’Académie de Stockholm. À l’occasion, elle ajoute même, en complément au mémoire de Scheele sur le prussite de potasse, la traduction complète d’un autre procédé publié par Westrumb dans les Chemische Annalen.

  • 40 Ibid., p. 93, 95, 96.

21Relevant quelques-uns de ces points en passant, Lalande salue aussi l’attention portée à la composition et à la qualité éditoriale du recueil. Il se félicite notamment que l’édition fournisse la date de la publication originale de chaque mémoire et comporte une table analytique des matières. Il se félicite encore de l’addition de « Lettres de M. Schéele à M. Crell, qui contiennent des éclaircissemens sur quelques objets traités dans ses précédens Ouvrages ». Citant même un extrait de l’une d’elles à propos de la mort de Bergman, il conclut que « Mde Picardet a bien eu raison de penser que l’on verroit avec plaisir dans cette Collection un monument de l’estime & de l’amitié qui unissoient ces deux grands Chymistes. »40

  • 41 Journal de physique, 1786, 2 (29), p. 468.

22Le succès de l’édition française des Mémoires de chymie de Scheele installe donc ouvertement Madame Picardet dans l’espace public, non seulement en France, mais aussi en Europe. Malgré le maintien d’un anonymat de façade vite levé, il légitime définitivement sa signature. Non seulement elle signe dorénavant ses traductions d’articles de son nom complet, mais le Journal de physique lui accorde une place dans la « Table des auteurs » qui est fournie à la fin de l’année 1786 pour la précédente décennie : « Picardet. (Madame) Nous lui devons un grand nombre de traductions. »41 Sans doute est-ce là une grâce particulière faite par Jean-Claude de La Métherie en remerciement des nombreuses traductions envoyées de Dijon pour alimenter la revue. Mais cette mention constitue autant une étape vers l’établissement d’un statut de traducteur dans la presse scientifique naissante que la reconnaissance publique des travaux de Madame Picardet. Une mention similaire concernant Champy, un autre traducteur du groupe dijonnais, renforce cette inflexion vers une reconnaissance sociale de l’activité de traduction. Une forme de professionnalisation du traducteur se profile tandis que s’affirme la presse scientifique.

  • 42 Journal des Sçavans, mai 1786, p. 298-300 ; NLRA, 1787, viii (1), p. 7-8.
  • 43 Journal des Sçavans, juin 1787, p. 435-438.

23Mieux, après ce succès éditorial, Madame Picardet n’hésite plus à envoyer directement aux journaux, sous son propre nom, la traduction de textes qu’elle tire des Chemische Annalen de Crell. Le Journal des Sçavans publie ainsi tour à tour, en décembre 1785 et en mai 1786, une lettre de Rudolf Erich Raspe sur le tungstène et un article de Klaproth sur le barote qu’elle lui a adressés. Elle remplit à elle seule la rubrique « Chimie » du premier numéro de l’année 1787 des Nouvelles de la République des lettres et des arts : « Mdme Picardet vient d’adresser à M. l’Agent-Général les notices suivantes », deux observations de Meyer de Stettin tirées du second cahier des Annales de Crell pour 1786. Parfois, dans ce dernier cas surtout, le lecteur n’est pas en mesure de juger s’il s’agit de la traduction intégrale d’un passage de l’auteur ou d’un simple résumé. En l’occurrence, la traduction est implicite. Comme le ferait tout autre savant, Madame Picardet « communique » des informations scientifiques en provenance de l’étranger, après les avoir préalablement traduites et synthétisées en français42. Quelques mois plus tard, sans équivoque cette fois, elle signe encore la traduction d’une observation de l’astronome danois Thomas Bugge dans le Journal des Sçavans43. Par cette incursion dans un nouveau domaine, la traductrice rend la politesse à Lalande, membre du bureau des rédacteurs de 1779 à 1792, pour la bienveillance avec laquelle il avait rendu compte de son ouvrage. Cette digression hors du champ disciplinaire de Guyton et cette ouverture à d’autres journaux se produisent au moment même de sa sortie de l’anonymat et du changement de statut qu’elle implique. Tout cela atteste que Madame Picardet a atteint une maturité « professionnelle » qui lui laisse désormais une certaine part d’initiative dans le choix des textes et des supports. La traduction d’un ouvrage de minéralogie constitue le point d’orgue de cette évolution.

24Malgré l’emploi, fâcheux de nos jours, du terme fossiles dans son acception de minéraux, parfaitement conforme au texte original et au langage du temps, l’édition française du Traité des caractères extérieurs des fossiles de Werner constitue le chef-d’œuvre de l’art de la traduction de Madame Picardet, ainsi que le couronnement de son apport à l’entreprise initiée par Guyton dix ans plus tôt et à la science en général. Certes déjà un peu ancien, l’ouvrage de celui qui était vu comme le plus grand minéralogiste exposait un système novateur en son temps. Elle lui valut même, en mai 1791, un bel éloge du fondateur de la cristallographie, dans lequel l’abbé Haüy soulignait tout à la fois ses compétences linguistiques, scientifiques et littéraires :

  • 44 « Traité des caractères extérieurs des Fossiles, traduit de l’allemand de M. A. G. Werner, par le t (...)

Ce Traité, publié à Léipsick, dès l’année 1774, n’étoit guère connu en France que par la grande réputation de son auteur, & il étoit à désirer qu’un traducteur également versé dans la langue allemande & dans celle de la minéralogie, nous fit partager l’avantage de pouvoir lire un ouvrage si estimé de la nation pour laquelle il avoit été spécialement composé. Madame Picardet ne s’est pas bornée à rendre ce service à la science, elle s’est procuré un grand nombre de corrections & d’additions manuscrites que l’auteur avoit faites à son ouvrage, & a refondu le tout dans sa traduction. Elle y a joint des notes explicatives du texte, & d’autres aux endroits où les idées de l’auteur ne se trouvoient point assorties à l’état actuel de nos connoissances en chimie ; et ces accessoires relèvent encore le mérite d’une traduction qui, considérée en elle-même, est par-tout fidèle, claire & purement écrite, qualités d’autant plus difficiles à concilier ici, que notre idiome ne paroissoit pas devoir se prêter à l’analogie d’une multitude d’expressions minéralogiques employées ou même créées par l’auteur dans une langue dont le génie est si différent.44

  • 45 « Les notes qu’on a cru devoir ajouter au texte, sont de cet Académicien », « Avertissement de l’éd (...)

25Faute de sources d’archives, il est impossible de mesurer la part effective de Madame Picardet dans l’apparat critique de cette traduction. Les manuscrits de Madame Lavoisier apprennent que les « Note[s] du traducteur » sont de la main de son mari ; de même, la participation de Guyton reste d’autant plus probable qu’elle avait été explicite pour les Mémoires de chymie de Scheele45. Mais, du seul fait qu’elle n’est plus mise en avant, l’autonomie de Madame Picardet paraît plus grande ici. Dans l’« Avertissement du traducteur » qui remplace l’« Avertissement de l’éditeur » donné cinq ans plus tôt, elle revendique sa propriété intellectuelle par l’emploi de la première personne du singulier. Cette marque évidente d’appropriation de l’œuvre de traduction est un pas que, deux ans plus tôt, Madame Lavoisier s’était gardée de franchir en restant à l’abri de la troisième personne dans la « Préface du traducteur » de l’Essai sur le phlogistique.

  • 46 « Avertissement du traducteur », in Werner Abraham G., Traité des caractères extérieurs des fossile (...)

26Au demeurant, l’enrichissement du texte original par l’intégration des corrections et additions adressées par Werner, l’adjonction de notes explicatives et la mise en conformité des connaissances avec le développement théorique et expérimental de la chimie, font de cette traduction une nouvelle édition augmentée et révisée par l’auteur et par la traductrice. Madame Picardet ne manque pas de revendiquer aussi cette nouveauté : « La traduction que je présente au Public, peut être regardée comme une nouvelle édition : il sera facile d’en juger par la comparaison avec l’original. »46 Mesurant la portée d’une traduction – elle critique la version allemande de la Minéralogie de Axel Fredrik Cronstedt, seule d’usage courant, mais qui déforme l’original suédois – elle prend soin d’exposer et de justifier ses choix linguistiques. Pour trouver le terme approprié, elle se réfère au vocabulaire d’auteurs de diverses langues, utilise l’observation directe des minéraux comme elle le fait avec les expériences en chimie, ou bien, en toute conscience, se risque au néologisme – à l’instar de Werner lui-même – et rend juge le lecteur éclairé en maintenant le terme original entre parenthèses. Fidélité, clarté et pureté du style, adaptation des options de l’auteur au génie particulier de la langue française font ainsi de l’ouvrage traduit et enrichi une œuvre littéraire au sens de l’époque, une véritable œuvre de re-création à partir de l’existant.

27Si la légitimité de Madame Picardet est consacrée par ses ouvrages de librairie, sa notoriété est d’abord le fruit de ses traductions dans la presse, qui forment le cinquième de sa production. À elle seule, elle assure par exemple le quart des traductions du groupe de Dijon pour le Journal de physique, auquel elle ne donne pas moins de 122 pages de traduction, dont près de la moitié (46,7 %) d’auteurs britanniques, plus d’un tiers (36,9 %) de Suédois et le reste d’Allemands (9,2 %) et Italiens (7,4 %). Mais, surtout, elle seule publie dans différents journaux ; elle seule diversifie ses sujets, quittant à l’occasion la chimie pour aborder la classification des minéraux ou l’astronomie ; elle seule poursuit son activité aux côtés de Guyton après la Révolution. Au total, durant ses neuf années d’activité continue (1782-1790), Madame Picardet traduit une vingtaine d’auteurs, en majorité suédois (Scheele, Bergman, Hjelm, Afzelius, Engenström, Rinman, Georgius) et allemands (Klaproth, Wiegleb, Crell, Westrumb, Meyer, Werner), mais aussi britanniques (Fordyce, Kirwan, Raspe), danois (Bugge) et lombard (Landriani). Elle édite 1 066 pages de traduction (dont un dixième de collaborateurs) ou d’apparat critique. Son apport à la diffusion des nouveaux savoirs chimiques est donc majeur.

28Avec la Révolution, le groupe de traduction de Dijon disparaît complètement par la dispersion de ses membres, qu’accentue l’entrée en politique de certains (Guyton, Virly, Bressey) en 1789, de même que la suppression des parlements l’année suivante, puis celle des académies en 1793. Dès 1789, la relève a été prise par la fusion du groupe dijonnais et de celui de l’Arsenal pour la création des Annales de chimie. De l’ancienne équipe, seule Madame Picardet reste active jusqu’en 1797, malgré une longue période d’interruption entre le départ de Guyton pour Paris en 1791, et la mort de son premier mari en 1796. Au cours de cette phase, qui inclut les années de guerre, où les intérêts de la nation ont pris le pas sur les travaux scientifiques, les Annales de chimie sont mises en sommeil, tandis que Guyton, Monge, Berthollet et Fourcroy sont au service du pouvoir central ou le conseillent au sein de la Section des armes du Comité de salut public, et que Lavoisier est victime des événements après son investissement initial dans les réformes administratives.

  • 47 Crosland Maurice, In the Shadow of Lavoisier. The Annales de Chimie and the Establishment of a New (...)
  • 48 Arch. Acad. sciences, dos. Guyton ; Bret Patrice et Grison Emmanuel (éd.), De la révolution chimiqu (...)

29Avec la création des Annales de chimie, la concurrence se fait âpre entre la revue spécialisée, vecteur de la nouvelle chimie pneumatique, et l’ancienne revue scientifique généraliste, le Journal de physique, restée fidèle au phlogistique. La société éditoriale accorde une place particulière aux traducteurs, dans la mesure où son projet initial est de traduire les Chemische Annalen. Il est explicitement prévu de les rémunérer, à l’instar des auteurs47. Les éditeurs comptent naturellement sur la pratique de la traduction de plusieurs des associés ou de leurs réseaux, tels Hassenfratz et Dietrich pour l’allemand ou Madame Lavoisier et Adet pour l’anglais. Mais les lettres de Berthollet à Guyton témoignent de l’apport crucial qu’ils attendent de Madame Picardet dans le lancement de la nouvelle revue, notamment pour le suédois : « Venez à notre secours le plus promptement avec Madame Picardet », implore le premier au début du mois de janvier 1789 ; « Nous espérons du zèle de Madame Picardet », ajoute-t-il le 21 mars. Une fois ses premiers articles traduits reçus, il continue de la flatter : « La traduction de Hielm nous conviendra et nous aurons bien des obligations à la célèbre traductrice » (le 30 avril) ; « J’ai reçu la traduction de Made Picardet : la Société des Annales lui sera bien obligée : priez la de lui continuer ses bons offices » (vers le 1er juin)48. Enfin, un mois après la prise de la Bastille, dix jours après la nuit du 4 août et l’abolition des privilèges, Berthollet prend acte d’une victoire éditoriale du Journal de physique, qui tire parti de l’avantage de sa périodicité mensuelle, tandis que les Annales de chimie n’ont encore qu’une autorisation de publication trimestrielle :

  • 49 Corr. Berthollet, op. cit. note 48, 14 août 1789.

Vous avez trouvé dans le dernier Journal de Physique la traduction du même mémoire de Mr Azfelius [Afzelius] que madame Picardet avait eu la bonté de traduire pour nous. Il n’est pas possible d’après cela d’en faire usage : nous vous chargeons auprès de Madame Picardet de notre reconnaissance et de nos excuses. Aurait-elle encore la bonté de traduire la seconde partie qu’a promise l’auteur, et alors on mettrait à la tête de cette traduction un précis du premier mémoire en l’imprimant aussitôt que cela serait possible ?49

30Sur fond de divergence théorique, les enjeux de la traduction sont devenus centraux pour la presse scientifique. Quant à Madame Picardet, elle est un personnage clé en la matière, tant par ses talents et sa disponibilité que par sa signature, même sous couvert de l’anonymat déguisé auquel elle revient en signant « par le Traducteur des Mémoires de chimie de Scheele » un article de Hjelm pour les Annales de chimie et son édition de l’ouvrage de Werner. Les lecteurs avertis, chimistes et minéralogistes, reconnaissent sans peine son identité puisqu’elle est explicitement déclinée dans le privilège accordé pour la publication du Traité des caractères extérieurs des fossiles. Pour autant, cette notoriété et la reconnaissance des savants font-elles d’elle une femme de science ?

Une femme de science au xviiie siècle

  • 50 Journal de Dijon et de la Côte-d’Or, 21 octobre 1820, p. 333.

31Après son mariage avec Guyton, alors député au Conseil des Cinq-Cents, professeur de chimie minérale et directeur de l’École polytechnique, Madame Picardet s’installa définitivement à Paris, où elle mourut dans un relatif oubli, le 4 octobre 1820, près de cinq ans après lui, mais, précise Amanton, en ayant « conservé toutes ses facultés »50. Dans une nécrologie au contenu assez inhabituel, cet ancien avocat au Parlement de Dijon devenu propriétaire et principal rédacteur du Journal de Dijon et de la Côte-d’Or choisit de révéler le « secret de ces traductions » qui avaient fait la réputation de la défunte. Le mérite réel en reviendrait à deux hommes, Magnien et Guyton, qui préparaient la traduction des textes : « M. de Morveau, familier avec la science et ses expressions techniques, avoit bientôt, à l’aide de la traduction nécessairement informe, d’un homme qui ne savoit pas un mot de chimie, saisi le sens de l’original ; il le devinoit pour ainsi dire, et le rétablissoit quand il avoit échappé au traducteur ; la traduction étoit ainsi livrée à Madame Picardet, qui mettoit la dernière main à l’œuvre, en colorant de son style les ébauches de ses devanciers. » Pour le journaliste, le rôle de Madame Picardet se serait donc limité à la mise en forme finale : l’égérie de Guyton n’aurait eu que « la part sans doute la plus aimable ». Et Amanton précise : « Il a dû paroître piquant à ses collaborateurs de lui en céder tout l’honneur, et d’ajouter ainsi à sa réputation de femme d’une beauté remarquable, de femme d’esprit, celle de femme savante. »

  • 51 Procès-verbaux Acad. Dijon (ci-après : PVAD), 9 décembre 1784, reg. 14, fol. 299-300, cité par Lama (...)

32Une totale mystification telle que la présente Amanton peut être rejetée sans hésitation car il est clair que sa nécrologie n’est pas exempte d’une certaine misogynie. Il ne serait pas impensable, pourtant, que Guyton ait volontairement accepté de gommer sa propre contribution et celle de Magnien pour mieux mettre en avant les talents de sa collaboratrice et amie. Mais au siècle de Voltaire et de Diderot, le polissage des textes n’est pas une opération purement triviale. « Le savant ne peut se dispenser aujourd’hui de polir son style, presque à l’exemple du littérateur », déclare Guyton à l’Académie de Dijon51, et l’appartenance de Buffon et d’Alembert à la fois à l’Académie des sciences et à l’Académie française en témoigne. Les bonnes traductions se jugent d’ailleurs à l’adaptation au génie de la langue cible. Toutefois, si le rôle de « la célèbre traductrice » (Berthollet) s’était limité à cet ultime exercice, pourquoi l’« Avertissement de l’éditeur » qui ouvre les Mémoires de chymie de Scheele aurait-il pris soin de reconnaître explicitement à Magnien, non seulement la paternité de deux traductions qui y étaient rééditées, mais encore celle d’une traduction inédite dont il aurait été aisé de falsifier l’attribution ? Pourquoi Guyton et Madame Picardet auraient-ils de même attribué à Bressey la traduction inédite d’un autre mémoire ? Amanton, qui tenait probablement ses informations de Magnien, ignore d’ailleurs les autres membres du groupe, dont certains ont bien davantage contribué à l’entreprise collective que ce dernier. Celui-ci aurait-il été pareillement spolié par les autres traducteurs ? Il est certain, en tout cas, qu’il ne put avoir aucune part dans la dernière traduction de Klaproth que Madame Picardet publia cinq ans après sa mort…

33La critique peu élégante d’Amanton se fonde néanmoins sur quelques bribes de vérité, en ce sens qu’elle reflète l’organisation du travail de la traduction à Dijon. Magnien joua indéniablement un rôle majeur dans les premières traductions des langues vivantes en guidant ses compagnons dans leurs premiers balbutiements linguistiques, notamment en suédois. Que Madame Picardet, avant d’être initiée aux arcanes de la traduction, se soit d’abord contentée de parfaire des textes dégrossis par Magnien et vérifiés par Guyton n’est pas improbable, mais ce fut pour elle l’occasion d’un apprentissage. Il revenait alors au principal acteur de cet exercice à six mains d’être le signataire unique de la traduction : sous le contrôle permanent de Guyton, ce fut d’abord Magnien pour son apport linguistique indispensable, puis Madame Picardet lorsque sa maîtrise linguistique fut suffisante. Magnien cesse de signer dès la fin de 1782, hormis pour sa traduction de Scheele publiée trois ans plus tard par la collaboratrice de Guyton. Qu’il en ait éprouvé quelque amertume expliquerait l’accusation posthume portée contre celle-ci par le Journal de Dijon.

34Quoi qu’il en soit, la notice d’Amanton est pour le moins incomplète. D’une part, Madame Picardet fut la première du groupe à traduire l’italien et elle traduisit aussi l’anglais, langues dont Magnien n’a signé aucune traduction. D’autre part et surtout, l’auteur de la nécrologie ignore tout un pan de l’activité scientifique qui doit être porté au crédit de la traductrice. Il fit preuve à tout le moins d’une misogynie qui transparaît déjà dans sa formulation :

Madame Picardet avoit attaché son nom à divers ouvrages de chimie qu’elle passe pour avoir traduits, les uns du suédois, les autres de l’allemand. […] Il ne faut pas croire, toutefois, sur la foi de ses traductions, qu’elle ait jamais outragé les grâces au point de s’enfoncer dans l’étude des langues tudesques et suédoises. Voici le secret de ces traductions ; il forme une anecdote peu connue, de la vérité de laquelle nous avons été, dans le temps, à portée de nous assurer, et qui mérite, ce nous semble, de tenir sa place dans l’histoire littéraire.

35Le caractère de véracité que l’auteur donne à ses dires, sinon en s’attribuant véritablement un statut de témoin oculaire, du moins en se présentant comme un témoin bien informé, ne doit pas faire illusion. Toujours est-il que, s’il n’accorde finalement aucun mérite scientifique à Madame Picardet, Amanton se fait l’écho d’une autre mystification, à l’encontre de la défunte cette fois-ci : il attribue au mari de Madame Picardet les observations barométriques quotidiennes que celui-ci présenta à l’Académie et signa dans les Nouveaux mémoires de l’Académie de Dijon en 1785.

  • 52 Parmi les membres du réseau d’observateurs de Lavoisier, figurent Blondeau et Romme, professeurs d’ (...)
  • 53 Mme Picardet à Lavoisier, [Dijon, c. 13 octobre 1787], in Corr. Lavoisier, t. V, p. 86.
  • 54 Bertrand à Lavoisier, Dijon, 8 avril 1788, ibid., p. 156.
  • 55 Lavoisier à Bertrand, 25 avril 1788, ibid., p. 163.

36Moins bien informé qu’il n’y paraît, le journaliste est ici victime d’un artifice de signature probablement destiné à sauver la face d’un académicien, l’abbé Bertrand, qu’un contentieux à ce sujet opposait à ses confrères et à Madame Picardet. Le rôle de celle-ci dans l’activité scientifique dijonnaise ne se limita pas, en effet, à ses traductions. À partir de 1785 et durant plus de cinq ans, elle eut aussi la charge de faire ces observations météorologiques avec un baromètre que Lavoisier fournit à l’Académie par l’entremise de l’abbé. Loin d’être négligeable, ce travail s’inscrivait dans le réseau d’observateurs établi par le savant parisien, alors directeur de l’Académie royale des sciences, essentiellement parmi des correspondants de la compagnie52. La seule lettre de Madame Picardet à Lavoisier qui ait été conservée, au lendemain de sa visite à Dijon, accompagne d’ailleurs l’envoi de la feuille d’observation du mois de septembre 1787 par Guyton, le 13 octobre suivant53. Quelques mois plus tard, s’écartant des règles de civilité académique, l’abbé Bertrand se plaignit à Lavoisier de ce que Guyton lui eût retiré l’instrument, trois ans plus tôt, au bénéfice de Madame Picardet – « femme d’un mérite infiniment varié, et qui se prête à tous les genres d’observations », concédait-il toutefois54. Le savant parisien débouta définitivement le pétitionnaire avec courtoisie au profit de la salonnière dijonnaise : « Le barometre, quel que soit le veritable proprietaire, est entre les mains de Mde Picardet qui fait des observations exactes et assidues et il me paroit difficile de le lui retirer puisque c’est de votre consentement qu’il lui a été remis. Voilà Monsieur à quoi je croirois devoir conclure sans honte la question de la proprieté au fonds, proprieté que je croirois etre à l’Academie de Dijon. »55

  • 56 Guyton à Lavoisier, 30 août 1788, ibid., p. 206.
  • 57 Mme Lavoisier à Guyton, 9 octobre 1787, ibid., p. 85.
  • 58 Mme Lavoisier à Guyton, 16 novembre 1788, ibid., p. 235.
  • 59 Mme Lavoisier à Guyton, 6 septembre 1788, catalogue de vente Drouot, op. cit. note 16, no 106. Les (...)
  • 60 Arch. Acad. sciences, Lavoisier 1243/1.

37Lavoisier et son épouse n’omettaient pas, dans leurs lettres à Guyton, d’ajouter quelques mots destinés à son amie et collaboratrice. Le 30 août 1788, celui-ci écrivait encore à Lavoisier : « J’ai fait part de votre lettre à Made Picardet, elle a été très sensible à votre souvenir, elle continue toujours très regulierement les observations de votre barometre ; je ne sais pas encore quand notre Académie les publiera, mais si vous les desiriez, vous n’avez qu’à dire un mot et je vous ferai copier toutes les feuilles. »56 En fait, la publication ne reprit jamais, car les Nouveaux mémoires de l’Académie de Dijon, interrompus par la crise interne de 1786-1787, ne purent être relancés. Picardet continua néanmoins de présenter à l’Académie les observations faites par sa femme. Madame Lavoisier, quant à elle, écrivait à Guyton que Madame Picardet rendait l’étude des sciences « plus intéressante »57. « Permettez Monsieur, ajoute-t-elle un an plus tard, que Mde Picardet, que vous voyez sûrement tous les jours, trouve un mot ici pour elle. Je n’oublie point le plaisir que j’ai eu de passer une journée avec elle. »58 Ces aimables propos s’inscrivent à l’évidence dans les règles de civilité. Mais la traductrice de l’Essai sur le phlogistique alla sans doute au-delà lorsqu’elle chargea Guyton, en septembre 1788, « de vouloir bien offrir un exemplaire de l’ouvrage à Mad. Picardet de la part du traducteur et des cooperateurs avec les complimens les plus empressés de [s] a part »59. Par ce geste, la traductrice rendait implicitement grâce à celle dont elle avait suivi le modèle. Elle lui reconnaissait pour le moins un statut de lectrice en état d’apprécier et la traduction et la portée théorique du livre dont elle avait pu suivre la longue gestation. Bien sûr, celle-ci ne négligea pas de répondre en personne pour la remercier60.

  • 61 PVAD, 18 août 1785, reg. 14, fol. 476 ; 18 mars 1790, reg. 15, fol. 249.
  • 62 Buffon à Guyton, Montbard, 26 avril 1776, Corr. Buffon, op. cit. note 11, lettre ccxxxix.
  • 63 Mme Lavoisier à Guyton, 9 octobre 1787, Corr. Lavoisier, t. V, p. 85.
  • 64 BnF, Mss. fr. 12306.

38Au demeurant, la participation d’une femme à une activité intellectuelle quelconque est suffisamment rare au xviiie siècle pour qu’elle soit relevée par les contemporains, à commencer par les confrères de son mari à l’Académie de Dijon, qui lui adressent une députation pour la féliciter de la sortie des Mémoires de Scheele et du traité de Werner61. Sans toutefois suffire à lui ouvrir les portes de l’Académie, comme cela arriva à quelques femmes de lettres dans certaines académies de province ou à l’étranger, sa participation à la vie intellectuelle dijonnaise et à la vie scientifique européenne a été saluée par de multiples correspondants de Guyton : « En vérité, je suis comblé des bontés que me témoigne Mme Picardet, et je vous supplie de m’aider à lui faire mes remerciements, en lui remettant la lettre ci-jointe, écrit Buffon à Guyton en 1776 ; on ne peut écrire avec plus d’esprit et de sensibilité qu’elle le fait. »62 Certes, nous sommes encore ici dans le domaine des civilités, sinon dans un discours parfaitement convenu, mais la personnalité même de l’auteur donne quelque poids à ce jugement. Nous entrons de plain-pied dans le domaine de la science avec les correspondances de quelques-uns des principaux chimistes français et étrangers des années 1780 qui, tout aussi élogieuses à son égard, soulignent notamment ses talents de traductrice. Tout en louant son accueil au lendemain d’un bref séjour à Dijon, Madame Lavoisier elle-même rend grâce aux talents de celle qui lui a ouvert la voie dans le petit monde de la traduction et à l’ensemble de l’équipe formée par son correspondant63. Quant à Guyton, il note dans une lettre à Macquer, à propos d’un mémoire de Scheele, que les capacités de sa collaboratrice vont bien au-delà du seul savoir linguistique : « Vous ne tarderez pas à en avoir la traduction dans le Journal de Physique. Elle n’est pas de moi, mais d’une dame qui a beaucoup de facilité pour les langues et qui entend assez de chimie pour bien traduire […]. D’ailleurs, j’ai revu la traduction de Scheele et je vous garantis son exactitude. Je commence à déchiffrer assez le suédois pour m’en assurer. »64

  • 65 Young’s Travels, op. cit. note 5, p. 220 : « Mme Picardet est à sa place au salon, comme dans le ca (...)

39Cette association de compétences linguistiques et chimiques distingue alors Madame Picardet de son prédécesseur Magnien, qui se contentait d’« ébaucher » des traductions dont Guyton révisait totalement le contenu scientifique. L’impartialité de ce dernier au sujet de sa collaboratrice pourrait être mise en doute si d’autres témoignages de voyageurs étrangers comme Landriani, Brugnatelli ou Young ne venaient confirmer ses dires. Ce dernier dresse la seule esquisse de portrait intellectuel de la salonnière dijonnaise : « Madame Picardet is as agreeable in conversation as she is learned in the closet ; a very pleasing unaffected woman ; she has translated Scheele from the German, and a part of Mr. Kirwan from the English ; a treasure to M. de Morveau, for she is able and willing to converse with him on chymical subjects, and on any others that tend either to instruct or please. »65 Kirwan, qui ne la connaît que par ses travaux et par les dires de Guyton, comme Berthollet qui l’a rencontrée à Dijon et fréquentée plus tard à Paris, abondent dans le même sens. La beauté physique et morale volontiers attribuée aux femmes du monde dans le discours convenu qui se perpétue au siècle des Lumières s’efface ainsi devant la reconnaissance de capacités et de caractères intellectuels qui tendent à se détacher des conversations mondaines de salon. Par-delà le portrait d’une femme du monde, au demeurant sans affectation, l’accent est mis sur le caractère savant de Madame Picardet, en société comme dans son travail.

  • 66 Lilti Antoine, « La femme du monde est-elle une intellectuelle ? Les salons parisiens au xviiie siè (...)
  • 67 Young Arthur, Voyages en France, op. cit. note 5, t. I, p. 111 (16 octobre 1787).

40En ce sens, elle se distingue des grandes salonnières aristocrates de la capitale qui se refusaient à prendre part aux conversations savantes tout en correspondant avec les plus grands hommes de lettres et en les recevant, comme elle s’en distingue sans doute par une absence de relations épistolaires soutenues, bien qu’elle corresponde occasionnellement avec Buffon ou Lavoisier. Elle se distingue de la duchesse d’Enville, qui entretenait des relations avec des savants sans que le caractère scientifique de son salon soit pour autant véritablement attesté66. Elle se distingue plus encore des « agapes hebdomadaires [où l’]on tenait bureau de sciences », selon le mot acerbe de Sage à propos des « dîners » où Madame Lavoisier recevait les collaborateurs de son époux, dans une atmosphère de complicité intellectuelle généralement studieuse qui pouvait aussi prendre des formes ludiques. Sans doute les conversations de la « société » de Madame Picardet – qui est aussi celle de Guyton – s’apparentaient-elles davantage, toutes proportions gardées, à celles que pouvaient susciter les repas donnés par la maîtresse de maison de l’Arsenal : « Madame Lavoisier, personne pleine d’animation, de sens et de savoir, nous avait préparé un déjeuner anglais au thé et au café ; mais la meilleure partie de son repas, c’était, sans contredit, sa conversation, soit sur l’Essai sur le Phlogistique, qu’elle est en train de traduire, soit sur d’autres sujets qu’une femme de sens, travaillant avec son mari dans le laboratoire, sait rendre intéressants. »67 Mais le cercle de Guyton et de Madame Picardet n’était ni celui des savants de l’Académie royale des sciences, ni celui de l’aristocratie parisienne liée à la Cour, ni même celui de la haute société patricienne de Dijon que fréquentait le prince de Condé lors de ses brefs séjours dans la capitale de son gouvernement. C’était plutôt celui de l’Académie locale et de la seconde classe du milieu parlementaire, voire de la basoche. Mais, salonnière ou non, Madame Picardet sut déborder du cercle étroit de la bonne société dijonnaise pour se placer dans l’espace public de l’imprimé avec ses nombreuses traductions. Par la presse et l’édition, elle se plaçait dans l’espace cosmopolite de la science, et sa participation au premier journal spécialisé était attendue.

  • 68 Crell à Guyton, Helmstedt, 28 août 1786 (Arch. Acad. sciences, dos. Guyton).

41Malgré les attaques d’Amanton à sa mémoire, force est de constater que les compétences de Madame Picardet en matière scientifique étaient réelles et multiples. Dépassant le cadre mondain des conversations savantes d’un salon de province pour gagner l’espace public de la science, non seulement elle produisit une abondante œuvre de traduction scientifique de 1782 à 1790, et même jusqu’en 1797, non seulement elle tint avec la régularité requise un journal d’observations météorologiques de 1785 à 1790 au moins, mais elle n’hésitait pas à discuter les résultats d’expériences, suscitant le débat avec des savants étrangers – par l’intermédiaire de Guyton, il est vrai68. À l’évidence, comme la traduction modifie le statut scientifique de la salonnière, la sortie de l’anonymat, l’expérimentation en laboratoire et l’appartenance à un réseau d’observateurs modifient celui de la traductrice. Peu de femmes du xviiie siècle peuvent ainsi rivaliser avec elle par l’ampleur et la diversité de leur travail pour les sciences.

42Quel qu’ait été son rôle initial dans l’équipe de traduction, il est donc clair que l’autonomie relative qu’acquit Madame Picardet en la matière, jointe à ses observations barométriques et à sa collaboration aux travaux de chimie de l’Académie de Dijon, font d’elle une femme de science à part entière pour la France du xviiie siècle. Avec les faibles moyens que l’époque accordait aux femmes, elle fut reconnue pour telle, aussi bien par l’Académie de Dijon que par les journaux scientifiques, l’Encyclopédie méthodique et par quelques-uns des principaux savants de l’époque qui rendirent hommage à ses travaux, lesquels, pour le moins, contribuèrent à la diffusion de ceux des grands chimistes étrangers en France.

***

  • 69 Mercure de France, juin 1739, p. 1320-1328. Cité par Lardit Mathilde, Les concours de l’Académie ro (...)

43Claudine Picardet n’eut certes jamais l’ambition, la stature ni le statut scientifique d’Émilie du Châtelet, « la femme des Lumières », qui fait figure d’exception. Les mots de Voltaire au sujet de celle-ci pourraient pourtant lui être appliqués : « Qu’une Dame occupée d’ailleurs de soins domestiques, du gouvernement d’une famille, et de beaucoup d’affaires, ait composé un tel Ouvrage, je ne sçais rien de si glorieux pour son siecle, et pour le temps éclairé dans lequel nous vivons. »69 Sans doute n’aurait-elle pas eu une telle œuvre de traductrice, quelle qu’ait été son éducation, si elle n’avait profité du milieu favorable instauré par Guyton, et ce dernier est alors responsable de ne pas l’avoir engagée à pratiquer elle-même des expériences de chimie, comme Macquer l’avait fait en lançant Madame d’Arconville dans un véritable programme de recherche expérimentale sur la putréfaction pour prolonger sa traduction des Leçons de chymie de Peter Shaw. Il reste que, quel que soit l’ordre des éléments de ce mélange complexe de curiosité intellectuelle, de sentiments d’admiration et d’amitié ambiguë, le processus à l’œuvre fut probablement proche de celui que cette autre femme méconnue expose dans sa préface à propos de son mentor :

  • 70 Arconville Mme d’, « Épître dédicatoire à mon ami », Essai pour servir à l’histoire de la putréfact (...)

C’est à mon ami, c’est à mon maître, que j’ose offrir cet Ouvrage, quelque peu digne qu’il soit de lui ; les deux titres sous lesquels je lui en fais l’hommage, me donnent lieu d’espérer qu’il voudra bien lui accorder quelque indulgence. Le premier donna naissance au second ; les leçons du maître en devinrent plus efficaces, parce que l’ami m’étoit cher. L’amour, dit-on, instruisit Pan : c’est à lui d’enseigner des arts frivoles comme lui. L’amitié, plus réfléchie & plus solide, n’enseigne que des connoissances utiles, parce qu’elle n’a en vue que l’avantage de l’objet de son attachement. L’amour ne cherche qu’à plaire, mais l’amitié veut rendre heureux. Si je le suis, c’est donc à vous que je le dois ; et c’est l’être doublement que de l’être par ce qu’on aime.70

  • 71 Mme Geoffrin à Martin Folkes, 16 janvier 1743, Arch. Royal Society, Ms 250, fol. iii, f. 13. Cité p (...)
  • 72 « Jusqu’à la fin du xviiie siècle, cet accès à la publication était assez restreint. Aussi, si on d (...)
  • 73 Cf. Bret Patrice, « “Ils ne forment tous qu’une même république”. Académiciens, amateurs et savants (...)

44Les tenants et les aboutissants des relations masculines entre un maître et un disciple ne sont pas nécessairement de nature très différente. Voltaire, Macquer, Guyton, Lavoisier ou Guéneau de Montbeillard furent autant de puissants motifs pour stimuler le désir de connaissances que leur amie, maîtresse ou épouse portait en elle. Assurément, Madame Picardet avait profité de l’enseignement de Guyton à l’Académie de Dijon pour la chimie, voire de l’aide de Magnien pour les langues, mais aussi et surtout de l’émulation apportée par l’entreprise collective de traduction des découvertes de la chimie en Europe. Sans doute est-ce ce désir de s’instruire et de contribuer, même modestement, à la vie intellectuelle et au progrès des sciences qui la fait sortir du lot de ses contemporaines les plus célèbres. Nous sommes loin de la posture en retrait mise en évidence par Lilti chez les grandes salonnières parisiennes, telle Madame Geoffrin, qui écrivait au secrétaire de la Royal Society au milieu du siècle : « Je vous répéterai ce que je crois vous avoir déjà dit que je suis fort ignorante et qu’avec toute l’envie du monde de cesser de l’être mes occupations domestiques ne me donnent pas le temps de m’instruire. Je resterai donc toute ma vie dans mon ignorance. »71 À la différence de cette dernière, ou de Julie de Lespinasse et de Madame Necker qui se refusaient également à sortir de leur cercle étroit pour s’exposer dans la sphère publique ; à la différence de Madame de Montbeillard, qui réservait ses traductions à son seul époux, ou de Madame d’Arconville et de Madame Lavoisier, enfermées dans l’ombre confortable que procure l’anonymat, Madame Picardet a su échapper au domaine de l’oralité et de la culture mondaine. Elle affronta ouvertement un public plus large en épousant la culture de l’imprimé, jusques et y compris dans sa forme la moins noble mais la plus élargie et la plus efficace pour participer au débat scientifique : la presse. En ce sens, elle correspond assez bien à la définition d’une intellectuelle proposée par Lilti, mais que lui-même se refuse à appliquer à « la plupart des femmes qui tenaient des salons prestigieux »72. Toutefois, la prégnance de la pression sociale sur les femmes et la faiblesse de sa formation initiale jointes à une insuffisante envergure intellectuelle étaient telles que Madame Picardet n’a jamais ni su s’affranchir de la posture de réserve qui seyait à la femme du xviiie siècle, ni pu franchir le cap épistémologique de l’autonomie créative qui fait les vraies intellectuelles. Elle est restée cantonnée dans un rôle de passeur plutôt que d’acteur. Mais le savoir n’avance pas seulement avec les grands découvreurs, et les passeurs appartiennent pleinement à la science de leur époque73. Par la nature même de son travail, un traducteur est d’ailleurs plus proche du savoir savant en construction que ne l’est communément un professeur, parce qu’il travaille souvent sur des textes récents dans des débats non tranchés. Par la méthode particulière de l’équipe dijonnaise qu’illustre Madame Picardet, la traduction n’est pas seulement une opération linguistique purement textuelle, mais elle a recours à l’objet scientifique même, l’expérience de laboratoire ou la collection de minéraux.

  • 74 Corr. Berthollet, op. cit. note 48, 16 août 1785.

45L’activité et l’œuvre de Madame Picardet doivent d’abord être inscrites dans le cadre de l’entreprise de traduction la plus originale, celle que Guyton organisa et supervisa à Dijon. « Vous ne vous contentez pas d’avancer la chimie par vos travaux, lui écrit Berthollet en août 1785, vous engagez même les femmes à contribuer à ses progrès et vous communiquez votre zèle à tout ce qui vous environne. »74 Pour les contemporains, les promenades littéraires que Madame Picardet poursuivit aussi loin qu’il était possible, en marge de la révolution chimique et à une place modeste, conduisirent ses pas au cœur même de l’activité scientifique. La célébrité légitime de Madame du Châtelet, traductrice de Newton et vraie scientifique par ailleurs, nous rappelle que la traduction était aussi un moyen de faire de la science. Le premier texte scientifique de Buffon n’est-il pas la préface qui accompagne sa traduction de la Statique des végétaux de Stephen Hales ? Si Madame Picardet ne fut pas une scientifique, elle contribua efficacement à la diffusion des travaux des chimistes étrangers et à leur réappropriation par la nouvelle chimie française. Les femmes pouvaient ainsi participer à l’activité scientifique tout en restant en retrait comme l’imposait la société du temps. Femme de science autant que le xviiie siècle français pouvait l’autoriser, elle est un bon exemple de la pratique sociale de la science et de l’élargissement de l’espace public, auquel contribua la traduction.

Notes

1 Landriani Marsilio, Relazioni di Marsilio Landriani sui progressi delle manifatture in Europa alla fine del Settecento, Milan, Il Polifino, 1981, p. 75.

2 Le contexte intellectuel et matériel de l’objet de cette étude est développé dans notre ouvrage Mme P*** de Dijon. Sociabilités savantes, traduction scientifique et spécialisation de la presse au xviiie siècle (à paraître) pour chacun de ces thèmes. Nous y renvoyons également (en particulier au chapitre 6) pour préciser quelques références bibliographiques.

3 Amanton Claude-Nicolas, « Nécrologie », Journal de Dijon et de la Côte-d’Or, 21 octobre 1820, p. 333.

4 Souligné par nous. Le biographe ne se prive pas, par ailleurs, de plagier Amanton : « Quant à Madame Picardet, elle tenait un salon où tout ce qui dans la ville se piquait de science ou de littérature, briguait l’honneur d’être admis. Elle pouvait s’offrir la fantaisie d’ajouter à sa réputation de femme d’une beauté remarquable et de beaucoup d’esprit, celle de femme savante. » (Bouchard Georges, Guyton de Morveau. Chimiste et conventionnel (1737-1816), Paris, Perrin, 1938, p. 124). Par un jeu de redites et de surenchères inhérent aux travaux de compilation, tous les auteurs qui lui ont consacré une notice biographique ont depuis repris ce terme.

5 Arthur Young’s Travels in France during the Years 1787, 1788, 1789, Betham-Edwards M. B. (ed.), Londres, Bell, 1900, p. 220 ; Young Arthur, Voyages en France pendant les années 1787-1788-1789, Nouvelle traduction par M. Lesage, Paris, Guillaumin, 1860, t. I, p. 264 (31 juillet 1789).

6 Lilti Antoine, « Une sociabilité plurielle », Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005, p. 62-65.

7 Young’s Travels, op. cit. note 5, 31 juillet 1789, p. 222 (citation) ; Young Arthur, Voyages en France, op. cit. note 5, t. I, p. 262-269.

8 B. M. Dijon, Ms 742 (« Mercure dijonnois »), p. 213.

9 Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident, in Davis Natalie Zemon et Farge Arlette (dir.), Paris, Plon/Perrin, 2002, t. III, xvie-xviiie siècle, p. 166-167 ; Timmermans Linda, L’Accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion, 2005.

10 Arch. Acad. Dijon, reg. 7, fol. 103 v°.

11 Buffon à Guyton de Morveau, Montbard, 26 avril 1776, in Buffon Georges-Louis Leclerc comte de, Correspondance inédite…, recueillie et annotée par Henri Nadault de Buffon, Paris, Hachette, 1860, 2 vol. (ci-après : Corr. Buffon), lettre ccxxxix (éd. électronique www.buffon.cnrs.fr,L243).

12 B. M. Dijon, Ms 742, p. 213 (mention marginale).

13 Landriani Marsilio, op. cit. note 1, p. 75.

14 Journal de Dijon et de la Côte-d’Or, 21 octobre 1820, p. 333.

15 « Les manipulations qu’ils effectuent ensemble débordent parfois un peu du cadre rigoureusement scientifique », écrit encore B. Bourdoncle en juillet 2003 dans ce genre d’articles en ligne qui polluent l’information historique. « Il en a deux héritiers qu’il présenta toujours pudiquement comme ses neveux », ajoute-t-il en note ( http://perso.orange.fr/ours.courageux/guyton.htm). Si tel avait été le cas, Madame Picardet aurait eu le second à l’âge de cinquante-trois ans et sept mois...

16 Catalogue de la vente Me Laurin-Guilloux-Buffetaud-Tailleur, Drouot, 6-7 décembre 1995, no 91, p. 45.

17 Hélène Conté-Humblot à son beau-père, Paris, 16 novembre 1807 (Arch. Thenard, C I b/4).

18 Brugnatelli Luigi Vincenzo, Diario del viaggio in Svizzera e in Francia con Alessandro Volta nel 1801, Berzolari A. Gigli (ed.), Bologne, Cisalpino, 1997, p. 183, 19 octobre 1801 ; Van Marum Martinus, « Voyage en Suisse en 1802 », in ibid., Life and Work, Forbes Robert J. (ed.), Haarlem, 1970, vol. II, p. 187-198 (14 septembre 1802) (traduction anglaise, p. 363-374).

19 Institut royal de France, Funérailles de M. le Baron Guyton-Morveau, le 4 Janvier 1816, F. Didot, p. 3.

20 Guyton de Morveau à Macquer, 3 septembre 1782, BnF, Mss. fr. 12306.

21 Allemand-Gay Marie-Thérèse et Coudert Jean, Un magistrat lorrain au xviiie siècle. Le Premier Président de Cœurderoy (1738-1800) et son diaire, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 233 ; note 1 de la lettre cviii, de Buffon à Mme Guéneau de Montbeillard, 2 mai 1766, Corr. Buffon, op. cit. note 11.

22 Kirwan à Guyton, Londres, 1er février 1783, in Grison Emmanuel, Goupil Michelle et Bret Patrice (ed.), A scientific Correspondence during the Chemical Revolution. Louis-Bernard Guyton de Morveau and Richard Kirwan (1782-1802), Berkeley, OHST et University of California (Berkeley Papers in History of Science no 17), 1994 (ci-après : Corr. Kirwan), p. 56-57.

23 Poirier Jean-Pierre, La Science et l’Amour. Madame Lavoisier, Paris, Flammarion et Pygmalion, 2004, p. 273. Il s’agit en fait d’une simple hypothèse de l’auteur ayant quelque vraisemblance, non de faits attestés par les sources (communication personnelle de Jean-Pierre Poirier).

24 Mme Lavoisier possédait l’édition française de 1741 dans la traduction de Du Perron de Castera (Amsterdam, Aux dépens de la Compagnie, 1741, 2 vol. in-12°). Cf. Beretta Marco, Bibliotheca Lavoisieriana. The Catalogue of the Library of Antoine Laurent Lavoisier, Florence, Olschki, 1995, p. 296.

25 Cf. Meurdrac Marie, Chimie charitable et facile en faveur des dames [1666], Jacques Jean (éd.), Paris, CNRS, 1999, préface.

26 Lanoë Catherine, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

27 Sur l’enseignement des femmes, voir Peiffer Jeanne, « L’engouement des femmes pour les sciences au xviiie siècle », in Haase-Dubosc Danielle et Viennot Éliane (dir.), Femmes et pouvoirs sous l’Ancien Régime, Paris, Rivages Histoire, 1991, p. 96-122.

28 Landriani Marsilio, op. cit. note 1, p. 75.

29 Vicq d’Azyr Félix, Œuvres, Moreau de la Sarthe Jacques (éd.), Paris, Baudouin, an XIII [1803], t. I, p. 254-255.

30 Hagley Museum and Library, Wilmington, Delaware, W2 4798, group 2, series B, box 28, cité par Poirier Jean-Pierre, op. cit. note 23, p. 131-132.

31 « The translation is generally ascribed to Madame Lavoisier. She discussed it with Arthur Young on 13 September, 1787, but soon afterwards she accompanied Lavoisier on a visit to Dijon, and it may then have been decided that Madame Picardet should translate part of the book. This would explain Young’s later statement that Madame Picardet “translated Scheele from the German, and a part of Mr. Kirwan from the English”. » In Smeaton William A., « L. B. Guyton de Morveau (1737-1816) : A Bibliographical Study », Ambix, 1957, 6, p. 18-34 (p. 27). Smeaton ajoute en note 46 : « It is, however, possible that Young was referring to the translations of several of Kirwan’s papers which Mme. Picardet had published in Obs. sur la Phys. » Lorsque Mme Lavoisier charge Guyton d’un exemplaire de sa traduction pour Mme Picardet, elle ne fait aucune référence à une traduction partielle de celle-ci (voir p. 146 citation appelant la note 59).

32 « The tr[anslation] is by Mme. Picardet, supervised by Guyton de Morveau, who added the notes. » In Partington James R., A History of chemistry, Londres, Macmillan, 1962, t. III, p. 183. À l’inverse, Smeaton attribue uniquement la traduction à Guyton (op. cit. note 31, p. 24).

33 Cité par Briquet Fortunée B., Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France, Paris, Treuttel et Würtz, an XII-1804, reprint Indigo et Côté-femmes éditions, 1997, et repris par Arnault et al., Biographie nouvelle des contemporains, Paris, Colas, 1820, t. I, p. 233.

34 Darnton Robert, Gens de lettres, gens du livre, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 117-118.

35 Nouvelles de la République des lettres et des arts (ci-après : NRLA), 14 mai 1783, t. II, p. 158-159.

36 Guyton à Bergman, Dijon, 14 janvier 1783, in Carlid Göte et Nordström Johan, Torbern Bergman’s Foreign Correspondence, Stockholm, Almqvist et Wiksell, 1965 (ci-après : Corr. Bergman), t. I, p. 128.

37 Kirwan à Guyton, Londres, 1er février 1783 et 24 octobre 1784, in Corr. Kirwan, op. cit. note 22, p. 56 et 89.

38 Guyton à Bergman, Dijon, 24 octobre 1780, in Corr. Bergman, op. cit. note 36, p. 110.

39 Journal des Sçavans, février 1786, p. 92-96 (citation p. 92-93).

40 Ibid., p. 93, 95, 96.

41 Journal de physique, 1786, 2 (29), p. 468.

42 Journal des Sçavans, mai 1786, p. 298-300 ; NLRA, 1787, viii (1), p. 7-8.

43 Journal des Sçavans, juin 1787, p. 435-438.

44 « Traité des caractères extérieurs des Fossiles, traduit de l’allemand de M. A. G. Werner, par le traducteur des Mémoires de Chimie de Scheele, 1790 ; 1 vol. in-12° Extrait par M. l’Abbé Haüy », Annales de chimie, mai 1791, 9, p. 174-192 (citation p. 174-175).

45 « Les notes qu’on a cru devoir ajouter au texte, sont de cet Académicien », « Avertissement de l’éditeur », in Scheele Carl Wilhelm, Mémoires de chymie, 1re partie, p. IV. Sur les notes de Mme Lavoisier, voir Kawashima Heiko, « Madame Lavoisier et la traduction française de l’Essay on phlogiston de Kirwan », Revue d’histoire des sciences, 2000, 53 (2), p. 235-263.

46 « Avertissement du traducteur », in Werner Abraham G., Traité des caractères extérieurs des fossiles, Dijon, L. N. Frantin, 1790, p. viii.

47 Crosland Maurice, In the Shadow of Lavoisier. The Annales de Chimie and the Establishment of a New Science, Londres, BSHS, 1994 ; Bret Patrice, « Les origines et l’organisation éditoriale des Annales de Chimie (1787-1791) », in Corr. Lavoisier, t. VI, p. 415-426.

48 Arch. Acad. sciences, dos. Guyton ; Bret Patrice et Grison Emmanuel (éd.), De la révolution chimique à la Révolution française : la correspondance entre Berthollet et Guyton de Morveau (1783-1794), Florence, Olschki, à paraître (ci-après : Corr. Berthollet).

49 Corr. Berthollet, op. cit. note 48, 14 août 1789.

50 Journal de Dijon et de la Côte-d’Or, 21 octobre 1820, p. 333.

51 Procès-verbaux Acad. Dijon (ci-après : PVAD), 9 décembre 1784, reg. 14, fol. 299-300, cité par Lamarre Christine, « L’organisation de la discussion scientifique autour de Guyton de Morveau et de Maret : l’Académie de Dijon entre 1780 et 1788 », in Brian Éric et Demeulenaere-Douyère Christiane (dir.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Paris, Tec & Doc, 2002, p. 293-306 (p. 301).

52 Parmi les membres du réseau d’observateurs de Lavoisier, figurent Blondeau et Romme, professeurs d’hydrographie à Brest et à Rochefort, le Père Cotte, oratorien à Montmorency, Thévenard, officier de marine à Lorient, Beauchamp, astronome et vicaire général de Babylone, à Alep et Bagdad, Hatton La Gainière à Fresnay-le-Vicomte.

53 Mme Picardet à Lavoisier, [Dijon, c. 13 octobre 1787], in Corr. Lavoisier, t. V, p. 86.

54 Bertrand à Lavoisier, Dijon, 8 avril 1788, ibid., p. 156.

55 Lavoisier à Bertrand, 25 avril 1788, ibid., p. 163.

56 Guyton à Lavoisier, 30 août 1788, ibid., p. 206.

57 Mme Lavoisier à Guyton, 9 octobre 1787, ibid., p. 85.

58 Mme Lavoisier à Guyton, 16 novembre 1788, ibid., p. 235.

59 Mme Lavoisier à Guyton, 6 septembre 1788, catalogue de vente Drouot, op. cit. note 16, no 106. Les trois derniers mots ont été rajoutés, par volonté d’insistance, après le point final de cette phrase, qui forme un paragraphe.

60 Arch. Acad. sciences, Lavoisier 1243/1.

61 PVAD, 18 août 1785, reg. 14, fol. 476 ; 18 mars 1790, reg. 15, fol. 249.

62 Buffon à Guyton, Montbard, 26 avril 1776, Corr. Buffon, op. cit. note 11, lettre ccxxxix.

63 Mme Lavoisier à Guyton, 9 octobre 1787, Corr. Lavoisier, t. V, p. 85.

64 BnF, Mss. fr. 12306.

65 Young’s Travels, op. cit. note 5, p. 220 : « Mme Picardet est à sa place au salon, comme dans le cabinet d’étude ; femme d’une simplicité charmante, elle a traduit Scheele de l’allemand et une partie des ouvrages de M. Kirwan de l’anglais ; c’est un trésor pour M. de Morveau, car elle peut soutenir sa conversation sur des sujets de chimie aussi bien que sur d’autres, soit agréables, soit instructifs. » In Young Arthur, Voyages en France, op. cit. note 5, t. I, p. 264.

66 Lilti Antoine, « La femme du monde est-elle une intellectuelle ? Les salons parisiens au xviiie siècle », in Racine Nicole et Trebitsch Michel (éd.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles et Paris, Complexe et IHTP, 2004, p. 85-100 ; id., op. cit. note 6, p. 262.

67 Young Arthur, Voyages en France, op. cit. note 5, t. I, p. 111 (16 octobre 1787).

68 Crell à Guyton, Helmstedt, 28 août 1786 (Arch. Acad. sciences, dos. Guyton).

69 Mercure de France, juin 1739, p. 1320-1328. Cité par Lardit Mathilde, Les concours de l’Académie royale des sciences, mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1997, p. 65.

70 Arconville Mme d’, « Épître dédicatoire à mon ami », Essai pour servir à l’histoire de la putréfaction, Paris, P. Fr. Didot le jeune, 1766 [page non paginée, entre la page de titre et la préface]. Sur Mme d’Arconville, voir Bret Patrice, « Arconville, Marie Geneviève Charlotte Thiroux d’ », in Koertge Noretta (ed.), New Dictionary of Scientific Biography, New York, Charles Scribner’s Sons, 2008 ; Poirier Jean-Pierre, Histoire des femmes de science en France. Du Moyen Âge à la Révolution, Paris, Pygmalion et Gérard Watelet, 2002, p. 265-272 ; Girou Swiderski Marie-Laure, « Écrire à tout prix. La présidente Thiroux d’Arconville, polygraphe (1720-1805) », http://aix1.uottawa.ca/˜margirou/Perspectives/XVIIIe/arconvil.htm.

71 Mme Geoffrin à Martin Folkes, 16 janvier 1743, Arch. Royal Society, Ms 250, fol. iii, f. 13. Cité par Lilti Antoine, op. cit. note 66, p. 85-86.

72 « Jusqu’à la fin du xviiie siècle, cet accès à la publication était assez restreint. Aussi, si on désigne comme intellectuelles des femmes qui entretenaient un rapport privilégié au savoir, et qui avaient le souci de ne pas dissimuler ce savoir, de s’en prévaloir et, éventuellement, d’en faire un usage public, les intellectuelles existaient mais étaient peu nombreuses. » (Ibid., p. 88).

73 Cf. Bret Patrice, « “Ils ne forment tous qu’une même république”. Académiciens, amateurs et savants étrangers dans la correspondance des chimistes à la fin du xviiie siècle », in « La République des sciences », Dix-huitième siècle, 2008, 40, p. 209-224.

74 Corr. Berthollet, op. cit. note 48, 16 août 1785.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search