Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Traduire Linné aujourd’hui

Texte de science ou objet philosophique et historique ?

Thierry Hoquet

Texte intégral

  • 1 Linnaeus Carl, Genera plantarum, eorumque characteres naturales secundum numerum, figuram, situm et (...)

1Les textes de Carl von Linné sont écrits dans un style que lui-même présente comme aphoristique, déclarant qu’il s’est efforcé d’« exprimer ses idées avec aussi peu de mots qu’il a pu »1. De là, le caractère très ramassé de l’expression linnéenne, point jugé, par les naturalistes, décisif pour la réforme de l’histoire naturelle. Comme l’exprime Condorcet :

  • 2 Caritat Marie-Jean-Antoine-Nicolas de, marquis de Condorcet, « Éloge de M. de Linné », Histoire de (...)

L’extrême laconisme des ouvrages de M. de Linné, l’usage peut-être trop fréquent de termes techniques souvent tirés du grec, sa manière de tout réduire en tables, en rendent la lecture difficile ; il faut les étudier plutôt que les lire : à la vérité, on en est dédommagé par la précision des idées, et par l’avantage de voir d’un coup d’œil un plus grand nombre de résultats. M. de Linné trouvait sans doute que plus la vérité est nue, plus elle est belle ; et que les ornements dont on cherche à la parer, ne font que la cacher ; il songeait à former des naturalistes, plus qu’à amuser des amateurs ; il voulait des disciples et dédaignait de chercher des prôneurs.2

  • 3 Cf. Corsi Pietro, Lamarck. Genèse et enjeux du transformisme (1770-1830), Paris, CNRS, 2001, chap. (...)

2Ainsi comprise, la réforme linnéenne du style aurait eu pour effet de dissuader les amateurs et les flatteurs ; la difficulté de la langue, la nécessité de faire effort pour se rendre maître d’un lexique et d’un art d’écrire, constitueraient le point d’orgue de la professionnalisation des naturalistes. Cette réforme du langage scientifique est également à l’œuvre, parmi les contemporains de Linné, en chimie, en cristallographie et en anatomie, et elle n’est pas sans rapport avec la méthode de l’analyse condillacienne. Linné représenterait ainsi un pas décisif dans la réforme conjointe des langues et des sciences : il s’attaque au vocabulaire et à la structure des descriptions, ainsi qu’aux principes de la nomenclature. Son style travaille à construire une science comprise comme une langue bien faite, et l’on peut dire que Michel Adanson souscrit au même projet : celui-ci demande de penser ensemble les mots et les idées et de mettre en relation la science et la manière d’écrire et de dire. Adanson lui-même entreprendra de réformer l’orthographe dans le sens d’une simplification3.

  • 4 Le présent texte tire les enseignements dégagés de la traduction de textes de Linné entreprise avec (...)

3Ce caractère « laconique » de la langue linnéenne rend toute traduction particulièrement difficile à entreprendre, et a même longtemps dissuadé ou dispensé de la traduire : la botanique linnéenne se pratiquait en latin, et c’est pourquoi des textes importants tels que le Fundamenta botanica de 1736 ou le Genera plantarum (avec son importante introduction Ratio operis) de 1737, qui furent souvent réédités ou repris, ne furent pourtant jamais traduits, jusqu’à notre récente entreprise4. Une traduction en français s’imposait aujourd’hui, du fait que Linné n’intéresse plus seulement les botanistes mais tous les historiens et philosophes des sciences. Dès lors, le texte peut être pris comme un document sur l’histoire de la description et des classifications scientifiques, et non comme simple lexique de la description botanique. Ce Linné-là doit être traduit pour être mis à la disposition du public.

Pax Linnaea, pax linguae botanicae

  • 5 Recension anonyme de L’Héritier Charles-Louis, Stirpes novae, in Journal de Paris, 19 mars 1786, 78 (...)

4En dépit de la montée des langues vernaculaires dans les publications, le latin de Linné s’est imposé en botanique, et les savants ont longtemps considéré qu’il n’y avait pas à traduire Linné botaniste. Un article paru dans le Journal de Paris en 1786 indique que « les descriptions de plantes faites en latin ont un grand avantage sur celles qu’on pourroit faire en françois : un nombre considérable de termes techniques que la délicatesse de notre langue rejette, expriment en latin, d’une manière aussi laconique que précise, les différens attributs des végétaux »5. En dépit des efforts de Marie-Jacques-Philippe Mouton-Fontenille de la Clotte, auteur d’un Dictionnaire des termes techniques de la botanique paru en 1803, cet état de fait va se perpétuer pendant tout le xixe siècle. On peut en juger par ce qu’écrit Alphonse de Candolle dans sa Phytographie en 1880. La première partie de cet ouvrage, consacrée aux descriptions, convoque une forme très classique de darwinisme appliqué au royaume des idées :

  • 6 Candolle Alphonse de, La Phytographie ou l’art de décrire les végétaux considérés sous différents p (...)

En définitive, on trouve qu’il s’opère un progrès général, par l’effet d’innovations et de sélections successives. La théorie de Darwin pour les espèces s’applique, dans ce cas, plus certainement que dans les faits de l’ordre social par exemple, attendu que personne n’a intérêt à se servir de mauvais ouvrages, tandis que nombre d’individus profitent des mauvaises lois et des mauvais gouvernements. La comparaison incessante des auteurs amène un progrès.6

5Ce darwinisme implique une forme de progrès dans les théories qui se traduit dans une complexité croissante des idées botaniques. Le xviie siècle avait l’idée de l’ordre et de la clarté, Linné a introduit celle de la concision : « Depuis Linné, les besoins d’exactitude, de classement des caractères ou des groupes, de règles dans la nomenclature et de définitions précises pour les termes n’ont fait que s’accroître. »

  • 7 Candolle Alphonse de, ibid., p. 35.

6Cette concision a été rendue possible par un puissant outil linguistique : le latin réformé de Linné, lequel n’est pas « cette langue obscure et à réticences de Tacite, obscure et à périodes pompeuses de Cicéron, obscure et à grâces tortillées d’Horace » ; « c’est le latin arrangé par Pline à l’usage des descriptions et, j’oserai dire, à l’usage de ceux qui n’aiment ni les complications grammaticales, ni les phrases disposées sens dessus dessous, ni les parenthèses enchâssées dans les phrases. » Toutefois, la spécificité du latin de Linné ne se limite pas à une simple réforme rhétorique. Sa grande force est d’avoir donné pour la description un sens unique : « Jamais, en effet, un amateur n’est content des innombrables traductions d’Horace… En d’autres termes, chaque lecteur ne saisit qu’un des sens. Faites traduire un passage de Linné par vingt botanistes, ils ne trouveront qu’un seul sens. »7

7Candolle invite donc à garder le latin de Linné dans les descriptions. En Linné et en latin, pourrait-on dire, la botanique a trouvé une langue unifiée, propre à pacifier la profession. L’un des intérêts de cette concision est d’éviter les « guerres de plume » :

  • 8 Ibid., p. 12. Alphonse de Candolle cite (Phytographie, p. 13) les Chardons Nancéiens du Dr Hussenot (...)

Un excellent système pour éviter les querelles est d’employer le plus possible le mode succinct et régulier de description introduit par Linné. Quand on exprime les caractères d’une plante en disant : Petala 5, oblonga. Stamina 10, biseralia, etc., on n’a guère l’occasion ni la place d’ajouter des réflexions sur les travaux ou les erreurs d’autrui. Tout au plus peut-on glisser quelquefois une parenthèse, comme : (nec…, ut dixit N.) ; mais ce n’est pas une forme blessante.8

  • 9 Linnaeus Carl, Philosophia botanica in qua explicantur Fundamenta Botanica cum definitionibus parti (...)

8Linné propose une langue qui bannit toutes les controverses. Son Philosophia botanica rejette explicitement les tropes, tels que synecdoque, métaphore et ironie9.

  • 10 C’est par exemple la thèse de Koerner Lisbet, Linnaeus. Nature and Nation, Cambridge (Mass.), Harva (...)

9Mais d’une manière assez paradoxale, c’est la langue même de Linné qui est au cœur des débats : qu’elle soit louée pour sa précision ou son utilité de dictionnaire ou, au contraire, disqualifiée comme science de mots, jargon ou détour inutile, la réforme linguistique linnéenne n’a pas toujours convaincu et peut passer pour la substitution d’une rhétorique à une autre10.

10Jean-Jacques Rousseau loue Linné d’avoir réduit les descriptions « à un petit nombre de mots techniques bien choisis et bien adaptés » :

  • 11 Rousseau Jean-Jacques, Fragments d’un Dictionnaire de botanique, in Œuvres complètes, Paris, Gallim (...)

Il s’attacha à faire de bonnes et brèves définitions tirées des vrais caractères de la plante, bannissant rigoureusement tout ce qui lui était étranger. Il fallut pour cela créer, pour ainsi dire, à la botanique une nouvelle langue qui épargnât ce long circuit de paroles qu’on voit dans les anciennes descriptions. […] C’est dans la pratique journalière de l’art, qu’on sent tout l’avantage de cette nouvelle langue, aussi commode et nécessaire aux botanistes qu’est celle de l’algèbre aux géomètres.11

  • 12 Pour un point sur cette mode et les satires qui en sont faites, cf. La Fizelière Albert de, Histoir (...)
  • 13 La Mettrie Julien Offray de, L’Ouvrage de Pénélope ou Machiavel en médecine (1748-1750), texte revu (...)

11Mais Julien Offray de La Mettrie retourne cet éloge en critique. Linné est à la science de la nature ce que les médecins de Molière sont à la médecine, le nom d’une mode, aussi monstrueuse qu’artificielle : celle du jargon rébarbatif, objet de moquerie comme celle des paniers que portent les femmes12. De surcroît, Linné est coupable d’avoir dévoyé la botanique, dont il fit, par sa pratique, l’instrument d’une cour servile à tous les puissants, professeurs et directeurs, princes et mécènes. La Mettrie reproche au « coureur de champs lapons » son « attention politique » : d’avoir réformé la science à son profit en consacrant dans les noms des plantes ses protecteurs et ses amis (George Clifford, Hermann Boerhaave, Van Royen ou encore Jan Frederik Gronovius « qui lui a rendu politesse pour politesse ») : « Voilà ce qui s’appelle réformer une science, et qui plus est, savoir tirer parti de la réforme. Il ne suffisait pas de traiter à fond l’histoire naturelle, il fallait cajoler, flatter tous les maîtres de l’Art. Ces noms d’hommes connus, donnés à des plantes, sont autant de billets qu’un auteur donne gratis au Parterre, pour applaudir une pièce nouvelle, d’un succès conséquemment douteux »13.

12De la même manière, Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, qui considère les « méthodes » comme de simples dispositifs pédagogiques ayant pour objet de soulager la mémoire et de faciliter l’apprentissage, assimilera les méthodes linnéennes à d’encombrants dictionnaires et peindra le linnéisme comme un jargon. Sur quoi se fondent de telles attaques ?

La grammaire des formes

13Cette pacification du champ botanique, Linné pense y parvenir en déployant une grammaire complète des formes végétales possibles. Sa langue permet donc, au sens propre, une analyse : elle découpe une plante en différents organes ; puis par comparaison entre ces parties, elle offre des tableaux synoptiques qui permettent d’assigner un nom. Par exemple, les feuilles simples (cf. figure 1) peuvent être orbiculées, sub-rotondes, ovoïdes, ovales, oblongues, lancéolées, sagittées (en forme de flèche), aiguës, acuminées, pileuses, cotonneuses, hérissées, ciliées, ridées, veinées, nervées, mamelonnées, linguiformes (en forme de langue), acinaciformes (en forme de dague), dolabriformes (en forme de doloire), deltoïdes, etc. Cette liste peut paraître fastidieuse mais sa longueur s’explique en ce qu’elle constitue un inventaire complet de toutes les formes possibles que peut prendre un organe. Un travail similaire est entrepris pour les feuilles composées, les tiges, les racines, etc.

Figure 1 - Table I (Feuilles simples) du Philosophia botanica (1751) de Carl Linnaeus

Figure 1 - Table I (Feuilles simples) du Philosophia botanica (1751) de Carl Linnaeus
  • 14 Candolle Alphonse de, op. cit. note 6, p. 198-199. Candolle se réfère ici à la feuille numérotée 6 (...)
  • 15 Linnaeus Carl, op. cit. note 9, aphorisme 96.

14La difficulté ici pour un traducteur est que les noms latins sont purement descriptifs et sont souvent des dérivés de termes premiers. Par exemple, gladiatae signifie en forme de gladius, glaive ; ensiforme, pour « en forme de fer de lance ». Certains de ces termes ont été transcrits tels quels en français, où leur signification étymologique est toutefois moins transparente. Par ailleurs, d’autres termes ont été abandonnés ; d’autres encore ont été déplacés, réattribués à une autre forme, étant donné parfois l’imprécision du texte linnéen et de la planche l’accompagnant. C’est à propos de ces termes descriptifs que les problèmes les plus délicats se posent. Candolle note les écarts, particulièrement dommageables dans un ouvrage supposé constituer la norme du vocabulaire botanique : « Les figures du Philosophia botanica de Linné ne répondent pas toujours aux définitions. Elles sont grossièrement faites et, en particulier pour le mot “lancéolé”, il vaut peut-être mieux s’en tenir au texte (§ 83). »14 La norme linnéenne se borne à décrire les principales parties de la plante. Linné donne un abondant vocabulaire de description qui s’étend jusqu’aux attitudes de la fleur, laquelle peut être dite « oscillante » (penchée), ou « ascendante » (relevée)15.

  • 16 [Quesné François-Alexandre], Philosophie botanique de Charles Linné, Paris et Rouen, Cailleau et Le (...)
  • 17 Tournefort Joseph Pitton de, Éléments de botanique, ou Méthode pour connaître les plantes, Paris, I (...)

15Toutefois, en amont, la démarche linnéenne de fixation du lexique rencontre une importante difficulté : c’est qu’au moment de l’analyse, l’usage de certains mots pour désigner certains organes n’est pas bien établi. D’abord, les termes par lesquels on peut désigner tel ou tel organe ne sont pas fixes. Dans la traduction de François-Alexandre Quesné du Philosophia botanica, involucra est rendu par « collerette » (plutôt qu’involucre) et gluma par « bâles » (plutôt que par glumes)16. La traduction d’un terme comme fulcra est particulièrement problématique : traduit « supports » par Quesné, nous avons choisi de le rendre plutôt par « soutiens ». Le terme latin désigne le bois d’un lit (le montant) et dérive de fulcio, étayer, fortifier. Linné rassemble ici tous les appendicules qui partent de la tige sans être des feuilles ; certains présentent l’idée de « support » des feuilles (pétioles, pédoncules), d’autres indiquent plutôt l’idée de fortification (aiguillon, etc.) (cf. figure 2). Joseph Pitton de Tournefort avait proposé de parler des « mains des plantes » pour désigner les vrilles, qui peuvent s’intégrer dans les fulcra17. Linné utilise également le concept dans ses ouvrages zoologiques et son Systema naturae range sous le titre de fulcra les quatre pieds des mammifères (motus instrumenta).

Figure 2 - Table V (Soutiens) du Philosophia botanica (1751) de Carl Linnaeus

Figure 2 - Table V (Soutiens) du Philosophia botanica (1751) de Carl Linnaeus
  • 18 Fondements de la botanique, aphorisme 86.

16Si fulcra pose le problème d’un terme collectif (rassemblant plusieurs types d’organes fort divers) dont on n’a pas d’équivalent strict en français, on peut également étudier le problème posé par les noms d’organes en apparence simples. Linné parle des nectaria, qu’on peut traduire « nectaires », pour désigner la petite pièce florale qui produit des sucs odorants et le plus souvent sucrés (le nectar). Linné présente le nectaire comme une partie de la corolle, qui en est habituellement détachée18. Mais le nectaire pose plusieurs problèmes. Linné suggère qu’il s’agit-là d’une partie négligée à laquelle les botanistes n’auraient, le plus souvent, pas même donné de nom : il lui appartiendrait à lui, Linné, d’avoir le premier isolé cette pièce florale et de l’avoir nommée. De là, son affirmation polémique selon laquelle « la nature a fait grand cas du nectaire, mais que la théorie jusqu’à présent n’a rien donné ». Ce que Linné interprète comme un mépris des systématiciens pour le nectaire tient en réalité à cet organe lui-même, et en particulier à son inconstance. Linné reconnaît dans les Fondements de la botanique, au paragraphe 110 : « Le Nectaire, s’il est distinct des Pétales, joue [dans le sens de varie] communément », en particulier « dans Epimedium, Parnassia, Nigella, Aquilegia, Helleborus, Asclepias, Stisseria, Passiflora, Commelina, Aconitum et de nombreux autres ».

17Dès lors, il apparaît qu’on peut fort aisément traduire nectaria par « nectaires ». Mais que comprend-on si on ne sait pas ce que cette partie désigne dans la plante ? Quelle réalité botanique surtout est décrite par ces termes ? C’est sur ce point que porte la critique qu’Adanson adresse à Linné : celui-ci, sous couvert de clarification du lexique botanique, a en réalité confondu de nombreuses choses sous un même terme « nectaire ». Si nectaria semblait former un ensemble unifié par opposition à fulcra, qui rassemblait diverses sortes de parties, il apparaît en réalité que nectaria n’a pas plus d’évidence et que sa translittération en « nectaire (s) » n’éclaire pas beaucoup les botanistes. D’où ce commentaire d’Adanson :

  • 19 Adanson Michel, Familles des plantes, Paris, Vincent, 1763, t. I, p. cxxxvj-cxxxvij.

Nectaires. M. Linnaeus se dit, Philosophia botanica, p. 125, le premier observateur des nectaires, Nectarium maximi fecit natura. Nectarium ne nomine notum erat, antequam idem determinavimus. Mais Tournefort les avait remarqués dès l’an 1694 dans les espèces d’Asclepias qu’il joint aux Apocins, dans la Granadille et dans d’autres Plantes. Vaillant en 1718, les regardait comme des parties dépendantes de la corolle, et qui ne méritaient pas de nom particulier. M. Linnaeus, en 1735, a cru devoir appeler de ce nom indifféremment toutes les singularités qui se remarquent dans les diverses parties des fleurs ; de là la source de nombre d’abus et d’erreurs dont il sera parlé à l’article des paradoxes qui ont arrêté les progrès de la botanique.19

  • 20 Linnaeus Carl, op. cit. note 9, aphorisme 110 : « Vaillant a déclaré que le Nectaire était essentie (...)
  • 21 Vaillant Sébastien, Discours sur la structure des fleurs, Sermo de structura florum, Leyde, 1718, p (...)

18Linné a donc confondu de nombreuses choses sous le terme « nectaire », et il n’y a aucune évidence ni unité de cet organe. De plus, les différents genres qu’évoque Linné sont des cas particulièrement litigieux puisque « le nectaire » (terme sur lequel il faut s’entendre) « joue » (varie ou flotte). On comprend bien ici comment l’apparente simplicité d’une traduction (qui rend nectaria par « nectaire ») cache en fait la difficulté : il ne s’agit pas tant d’une vraie traduction qui donnerait des idées, que d’une translittération qui accommode un mot étranger aux sonorités de notre langue. Surtout, le cas de nectaria fait apparaître l’inextricable situation du traducteur non-botaniste dans les cas où les botanistes ne sont déjà pas d’accord entre eux sur ce qu’est un nectaire. Au paragraphe 110 du Philosophia botanica, Linné déclare que Sébastien Vaillant a pris les nectaires pour les pétales et les pétales pour le calice20. Vaillant lui-même cite Nigella et Aquilegia comme des genres où les calices ont été pris pour les fleurs ; et Helleborus, Aconitum et Nigella comme des genres où le calice est bien net car la fleur a besoin d’une protection : « celles qui pour avoir des pétales trop courts et trop étroits, auraient exposé à nu des organes analogues à ceux que la pudeur veut absolument que l’on cache, lesquels se seraient flétris et usés avant que de pouvoir servir. »21 On pourrait rencontrer un problème semblable sur le terme lacinia, traduit « laciniures » par Quesné, et que nous avons préféré rendre par « découpures ».

  • 22 Rousseau en convient lui-même : « Il me semble qu’un des plus grands charmes de la botanique est, a (...)
  • 23 Nous avons analysé ces processus sur le cas de l’Arum, in Hoquet Thierry, op. cit. note 4, p. 196-1 (...)

19Le rapport entre l’anatomie des plantes et les mots pour la décrire, entre les pièces florales et les noms d’organes, indique que le texte linnéen ne se suffit pas à lui-même et qu’il doit être complété par la fréquentation d’un bon herbier ou, faute de mieux, par un ensemble d’illustrations botaniques. Ce point fournit également des indications sur la manière dont on doit ou peut lire Linné, comme l’a indiqué Jean-Marc Drouin : Rousseau nous fait croire que l’on peut lire Linné seul dans les bois ou les prés, alors qu’en réalité on ne peut jamais être seul pour lire Linné. Par le texte de Linné, le lecteur se trouve, par l’usage de la nomenclature, mis en relation avec l’ensemble de la communauté botanique22 et, finalement, Linné ne se lit que dans une bonne bibliothèque de botanique. Ses textes ne sont compréhensibles que par rapport à d’autres ouvrages entre lesquels il nous permet de circuler. Les livres de Linné fonctionnent comme des clefs pour la littérature botanique. En particulier, la lecture de Linné se complète par la consultation des planches qui soulignent ou confirment à la fois les ambiguïtés de ce que l’on voit et celles des différentes manières dont cette réalité peut être décrite23.

  • 24 Linnaeus Carl, Genera plantarum, Ratio operis, § 12 : « Je n’enlève rien au mérite éminent de Tourn (...)

20On comprend donc que Linné ne prétend pas se passer de Tournefort ou s’y substituer : il se borne à le réduire à un corpus d’images24.

Linné philosophe

21Si Linné botaniste se pratique en latin, ses textes ont également une valeur philosophique. Linné constitue le type même de classification dont il a donné la théorie générale. En ce sens, il intéresse un autre groupe de savants (historiens et philosophes des sciences), pour lesquels la langue originale de ses textes peut constituer un obstacle à lever.

  • 25 Stafleu Frans A., Linnaeus and the Linnaeans. The spreading of their ideas in systematic botany, 17 (...)

22Un concept comme celui d’adumbrationes peut en constituer un bon exemple. On peut remarquer que Quesné avait choisi de ne pas traduire certains termes, gardant ainsi le terme « adombrations », mais sans donner aucun éclaircissement sur la signification de ce terme. Frans Stafleu, à l’inverse, a donné une véritable interprétation ou glose du terme en le traduisant par natural history25. Comment choisir entre ces deux choix de traduction inverses ?

23Adumbrationes est un terme technique de Linné, qui a peu d’occurrences. L’aphorisme 9 de la Philosophie botanique précise que tous les Pères, aussi bien les Grecs (Théophraste ou Hippocrate) que les Romains (parmi lesquels Columelle, Dioscoride, Pline), les Asiatiques (Galien, Oribase) ou les Arabes (Avicenne et Averroès), ignoraient les adumbrationes. Dans les Fondements botaniques, le terme intervient comme titre de l’avant-dernière section de l’ouvrage (section XI) que nous avons choisi de rendre par « signalements ». En effet, le terme adumbrationes désigne le « signalement » des plantes, au sens où Linné entend par là embrasser tout ce que l’on sait et que l’on doit savoir. C’est dans cette section que se concentre la science linnéenne qui englobe l’art du portrait et celui des descriptions. Ainsi, le signalement (adumbratio) permet de récapituler l’ensemble de ce qu’on connaît des plantes. Le terme de « signalement » ne rend cependant pas compte de la notion d’ombre qui est contenue dans le terme latin et qui peut indiquer une référence à l’illustration.

  • 26 Cf. Roger Jacques, Les Sciences de la vie dans la pensée française du xviiie siècle. La génération (...)

24Des connaissances en histoire des sciences attirent également l’attention du traducteur-lecteur vers certains termes et aiguisent sa sensibilité à certaines difficultés. Le terme latin excludi semble signifier « germer » (Fondements de la botanique, aphorisme 138). Mais le terme « germe » désigne un ensemble de théories de la génération qui affirment la « préexistence des germes » et d’embryons préformés, antérieurement à tout acte de copulation26. On comprend dès lors qu’introduire le terme « germer » là où il ne figure pas dans le texte latin risque de surimposer à la pensée linnéenne un ensemble de contenus. La prudence invite donc à contourner cet obstacle et à rendre excludi par « pousser ». Cela nous a conduit parfois à ne pas donner d’équivalents français et à simplement translittérer certains termes, pour éviter d’introduire trop de significations parasites dans la version française. Ainsi, nous avons préféré rendre genitura par « géniture » plutôt que par « liqueur spermatique » comme le faisait Quesné : en effet, selon l’aphorisme 143, le pollen (qui fait partie de la géniture) est une poudre – pulvis – et non un liquide comme la semence mâle des animaux. Encore une fois, rendre genitura par « liqueur spermatique » revient à affilier Linné à un ensemble de théories de la génération – implications que ne comporte pas son texte latin.

25Enfin, la traduction implique une lecture beaucoup plus attentive à la matérialité même du texte. Le simple fait de passer au crible de l’interprétation le mot à mot d’un texte permet d’en faire ressortir certaines caractéristiques qui seraient peut-être, sans cela, passées inaperçues : selon la dichotomie proposée par Condorcet, on ne peut se contenter de lire, on se voit contraint d’étudier. La traduction constitue alors une « étude rapprochée » qui, dans notre cas, nous a grandement sensibilisé à la structure même du texte : constitué de 12 sections et de 365 aphorismes, il calque la structure de l’année, comme un éphéméride. On y remarque aussi certaines conventions typographiques, en apparence anodines, mais en réalité lourdes de conséquences. La section II (Systèmes), qui inventorie les tentatives de classification des plantes, présente cinq noms en majuscules : ces noms scandent les grands types de systèmes. Andrea Cesalpino ouvre la série des « fructistes » ; Augustus Rivinus est le chef des « pétalistes » ; Tournefort a travaillé à partir de la figure de la corolle ; Pierre Magnol fait figure de chef des « calicistes » ; un grand « Moi » constitue l’approche « sexiste ». Cette manière de présenter n’est pas seulement une répartition mécanique : c’est déjà une manière d’écrire l’histoire qui est lourde de significations et de sous-entendus.

26Le passage par la langue originale permet de faire apparaître que Linné recourt avec une belle constance à certains champs lexicaux qu’il est impossible de rendre en français. Par exemple, Linné considère qu’une définition est simplement l’énumération des parties et que la fleur est le regroupement d’un ensemble d’éléments. C’est pourquoi son texte insiste beaucoup sur la « structure » (93). Dès lors qu’une plante est définie par un ensemble d’éléments, il faut examiner si les plantes les possèdent (instruant, intruuntur, 114, 131) ou en manquent (destituitur, 131). La perspective de la multiplication des fleurs invite également à considérer des mouvements par lesquels certaines parties, initialement présentes, sont détruites (destruantur, 119).

***

27Traduire Linné aujourd’hui invite à poser la question de la valeur propre d’une compétence en histoire et philosophie des sciences pour traduire un texte, indépendamment des compétences proprement linguistiques et des savoirs techniques concernant la morphologie végétale ou le fonctionnement des classifications botaniques. Lorsqu’un individu formé à la lecture de textes philosophiques (Platon, Descartes, Kant) ou à la traduction des textes du latin classique (Cicéron et Tite-Live), c’est à-dire avec certains habitus professionnels, se trouve déplacé hors de son champ traditionnel et doit opérer sur un nouveau terrain, que se passe-t-il pour cet individu, et que se passe-t-il pour ce champ ? Plus particulièrement, que se passe-t-il pour l’histoire des sciences quand on y déplace des gens non formés à la science mais à l’étude de la langue, à l’histoire de la philosophie ou à l’histoire des idées ? La question s’est toujours posée pour la traduction des grandes encyclopédies naturalistes de l’Antiquité. Un dossier monumental serait à constituer sur les différentes traductions de l’Historia naturalis de Pline l’Ancien, dont le titre ne fut pas toujours rendu par Histoire naturelle mais parfois par Histoire du monde.

28Concrètement, dans la pratique de la traduction, le problème revient à se demander jusqu’à quel point il faut suivre la littéralité du texte, jusqu’à quel point sacrifier l’élégance ou la clarté pour le respect d’une formulation. Cela revient à demander si tout, dans un texte scientifique, peut être considéré comme un concept, qu’il faudrait rendre le plus littéralement possible. Une traduction littéraire rend un même terme latin par différents équivalents français afin d’être au plus près de la signification. Une traduction philosophique tendra à conserver au contraire l’unité du concept et à rendre uniformément un même terme par une seule et même traduction. Ainsi, la traduction littéraire s’emploie à interpréter le texte et à disséminer sa signification dans différentes nuances : elle travaille au « rendu ». À l’inverse, la traduction philosophique suppose un fond univoque de signification – fond immuable et proprement intraduisible qu’on ne peut que tenter d’approcher en proposant un équivalent unique au terme, toujours approximatif et inadéquat. Alors que la traduction littéraire a pour tâche de lisser le texte et d’en gommer les difficultés par souci d’élégance, la traduction philosophique est par essence maladroite : elle joue même de cette maladresse comme d’un indice porté à l’attention du lecteur, l’indice qu’il se joue dans tel ou tel terme quelque chose qui dépasse la possibilité de traduire et auquel il faut porter attention. Ainsi, la philosophie, manipulant des concepts, ne peut pas traduire.

29La traduction littéraire prête d’abord attention au sens et néglige la matière des mots pour en capter l’esprit. Elle adapte à partir du postulat de l’insurmontable différence des langues, et se permet donc des libertés ou des trahisons : elle produit une traduction de traducteur, ou une belle infidèle. La traduction philosophique prête d’abord attention à la lettre et néglige l’élégance, maltraite la langue pour coller au plus près de son original. Elle tend à une translittération du texte, à la simple adaptation des lexies conceptuelles d’une langue dans l’autre ; elle colle à la langue originale dans laquelle s’est formulée une pensée.

30Face à un texte scientifique comme celui de Linné, l’approche philosophique de la traduction paraît plus appropriée que l’approche littéraire. Le style aphoristique de Linné appelle à s’arrêter à chaque pas. Il invite à une lecture heurtée, hachée, qui s’attarde. Quand il y a peu de mots, on peut dire que chaque mot compte. Ainsi, la technicité de la langue scientifique semble autoriser la traduction philosophique, au risque de donner lieu à une traduction qui ne traduit plus. Si la science, même en français, parle grec ou latin, le traducteur n’a plus qu’à répéter le texte, et ce mouvement de reprise n’est plus au sens strict traduction, mais simplement appropriation.

  • 27 Buffon termine son texte par la mention de « trois essais de sa nouvelle méthode », exactement de m (...)
  • 28 De la Manière est un titre qu’affectionnent les traités pédagogiques (par exemple pour la didactiqu (...)
  • 29 De la même façon, en utilisant « Manière de l’ouvrage » pour rendre l’expression latine ratio operi (...)

31Cette question du statut du concept et de sa singularité intraduisible se pose également pour certains termes de la langue française. Le titre du Premier Discours de Buffon, intitulé « De la Manière d’étudier et de traiter l’histoire naturelle », par lequel s’ouvre l’Histoire naturelle, présente des difficultés similaires, puisque le terme de « Manière » ne doit pas être négligé. Plusieurs indices, en effet, dans le texte de Buffon lui-même, nous indiquent qu’il faut lire son Discours de la manière comme un rival direct et explicite du Discours de la méthode de Descartes27. Il y a donc des mots qui ne semblent pas faire concepts, mais qui sont pourtant porteurs d’une charge de sens importante et qu’il faut autant que possible rendre ou faire sentir au lecteur28. Ainsi, le concept de « Manière » fait apparaître qu’un terme courant de la langue française, qui n’est pas explicitement thématisé comme concept (Buffon ne développe jamais ce qu’est sa « manière »), peut pourtant se trouver investi d’un poids conceptuel important29.

32La traduction apparaît bien comme le meilleur exercice de lecture, parce qu’elle oblige à prêter attention aux mots du texte. Elle porte l’attention sur chaque détail et révèle ainsi bien des éléments qu’une lecture cursive néglige nécessairement. La traduction est donc l’exemplaire de toute lecture parce qu’elle nous rappelle l’étrangeté de tout texte. Ainsi, il ne faudrait jamais lire de traduction, mais toujours traduire pour soi, y compris les textes qui sont écrits dans notre langue maternelle.

Notes

1 Linnaeus Carl, Genera plantarum, eorumque characteres naturales secundum numerum, figuram, situm et proportionem omnium fructificationis partium, Leyde, Conrad Wishoff, 1737, Ratio operis, § 25.

2 Caritat Marie-Jean-Antoine-Nicolas de, marquis de Condorcet, « Éloge de M. de Linné », Histoire de l’Académie royale des sciences, 1778, p. 81.

3 Cf. Corsi Pietro, Lamarck. Genèse et enjeux du transformisme (1770-1830), Paris, CNRS, 2001, chap. I, et « Buffon sous la Révolution et l’Empire », in Gayon Jean (éd.), Buffon 88, Paris, Vrin, 1992, p. 639-648 ; Duris Pascal, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993, chap. 8, « Un laconisme révolutionnaire ».

4 Le présent texte tire les enseignements dégagés de la traduction de textes de Linné entreprise avec Gérald Dubos et publiée in Hoquet Thierry (dir.), Les Fondements de la botanique. Linné et la classification des plantes, Paris, Vuibert, 2005.

5 Recension anonyme de L’Héritier Charles-Louis, Stirpes novae, in Journal de Paris, 19 mars 1786, 78, p. 314, cité in Duris Pascal, op. cit. note 3, p. 119.

6 Candolle Alphonse de, La Phytographie ou l’art de décrire les végétaux considérés sous différents points de vue, Paris, Masson, 1880, p. 4. On trouve une idée similaire sous la plume d’Asa Gray, « The origin of species by means of natural selection », American Journal of Science and Arts, mars 1860, repris dans Darwiniana. Essays and reviews pertaining to Darwinism, New York, Appleton, 1877.

7 Candolle Alphonse de, ibid., p. 35.

8 Ibid., p. 12. Alphonse de Candolle cite (Phytographie, p. 13) les Chardons Nancéiens du Dr Hussenot (Nancy, 1835, 2e éd. 1836) comme un exemple de ces guerres de plume : « C’est le pamphlet le plus extravagant que l’amour propre blessé ait fait naître en botanique. » Hussenot soutient qu’il n’y a que deux Mélilots quand d’autres en identifient quatre. Candolle commente : « Ne tremble-t-on pas à l’idée de la guerre que ces Mélilots ont peut-être allumée dans un département français ? »

9 Linnaeus Carl, Philosophia botanica in qua explicantur Fundamenta Botanica cum definitionibus partium, exemplis terminorum, observationibus rariorum, Stockholm, Kiesewetter, 1751, aphorismes 297-298.

10 C’est par exemple la thèse de Koerner Lisbet, Linnaeus. Nature and Nation, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1999, p. 26.

11 Rousseau Jean-Jacques, Fragments d’un Dictionnaire de botanique, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1969, t. IV, p. 1206.

12 Pour un point sur cette mode et les satires qui en sont faites, cf. La Fizelière Albert de, Histoire de la crinoline au temps passé, suivie de la Satyre sur les cerceaux, paniers, etc., par le chevalier de Nisard, et de l’Indignité et l’extravagance des paniers, par un prédicateur, Paris, Aubry, 1859.

13 La Mettrie Julien Offray de, L’Ouvrage de Pénélope ou Machiavel en médecine (1748-1750), texte revu par Francine Markovits, Corpus des œuvres de philosophie en langue française, Paris, Fayard, 2002, p. 47.

14 Candolle Alphonse de, op. cit. note 6, p. 198-199. Candolle se réfère ici à la feuille numérotée 6 sur la table des feuilles simples (cf. figure 1).

15 Linnaeus Carl, op. cit. note 9, aphorisme 96.

16 [Quesné François-Alexandre], Philosophie botanique de Charles Linné, Paris et Rouen, Cailleau et Leboucher, 1788.

17 Tournefort Joseph Pitton de, Éléments de botanique, ou Méthode pour connaître les plantes, Paris, Imprimerie royale, 1694 : « On appelle en botanique les mains des plantes ce que les Latins ont nommé Capreoli, claviculi, claviculae. Ces mains sont des filets qui s’entortillent contre les plantes voisines et les embrassent fortement, ainsi que l’on voit en la Vigne, en la Coleuvrée, et en la plupart des légumes. On les appelle aussi des Vrilles. »

18 Fondements de la botanique, aphorisme 86.

19 Adanson Michel, Familles des plantes, Paris, Vincent, 1763, t. I, p. cxxxvj-cxxxvij.

20 Linnaeus Carl, op. cit. note 9, aphorisme 110 : « Vaillant a déclaré que le Nectaire était essentiel à la Corolle ; il a dit que les Nectaires étaient les pétales de Nigella et Aquilegia. Mais il a pris les pétales pour le calice. »

21 Vaillant Sébastien, Discours sur la structure des fleurs, Sermo de structura florum, Leyde, 1718, p. 30.

22 Rousseau en convient lui-même : « Il me semble qu’un des plus grands charmes de la botanique est, après celui de voir par soi-même, celui de vérifier ce qu’ont vu les autres : donner, sur le témoignage de mes propres yeux, mon assentiment aux observations fines et justes d’un auteur me parait une véritable jouissance. » (Lettre de Rousseau à Malesherbes in Rousseau Jean-Jacques, Œuvres complètes, Paris, Furne, 1846, t. III, p. 389-395). Comme le commente Drouin Jean-Marc, « Linné et la dénomination des vivants », in Hoquet Thierry, op. cit. note 4, p. 52 : « Dans cette jouissance de l’assentiment à une observation bien faite, on est tout près du consentement des citoyens au pacte social. »

23 Nous avons analysé ces processus sur le cas de l’Arum, in Hoquet Thierry, op. cit. note 4, p. 196-197.

24 Linnaeus Carl, Genera plantarum, Ratio operis, § 12 : « Je n’enlève rien au mérite éminent de Tournefort. Je dis cependant que ses Caractères ne sont pas parfaits. Je dis qu’on ne peut pas distinguer les genres à partir d’eux. Et je ne préfèrerais pas ses caractères à d’autres, s’il n’avait ajouté des figures et des images des fructifications, qui ont rendu ses genres plus intelligibles que ceux de ses rivaux. Et si le Peintre n’en avait pas davantage découvert que l’Auteur dans sa définition, il aurait eu beaucoup moins de sectateurs. Les figures de Celui-ci mettent en lumière plus de parties, plus de marques, plus de figures de fleurs, que ne fait la description. »

25 Stafleu Frans A., Linnaeus and the Linnaeans. The spreading of their ideas in systematic botany, 1735-1789, Utrecht, Oosthoek, 1971.

26 Cf. Roger Jacques, Les Sciences de la vie dans la pensée française du xviiie siècle. La génération des animaux de Descartes à l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1993, 2e éd.

27 Buffon termine son texte par la mention de « trois essais de sa nouvelle méthode », exactement de même que Descartes dans son Discours de la méthode. Symétriquement, le Discours de la méthode de Descartes a pu être qualifié de Discours de la manière, comme on en a la trace dans un catalogue de la Bibliothèque de l’Institut de France du début du xixe siècle. Cf. notre Buffon : histoire naturelle et philosophie, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 179-189.

28 De la Manière est un titre qu’affectionnent les traités pédagogiques (par exemple pour la didactique des langues) ou les traités d’histoire.

29 De la même façon, en utilisant « Manière de l’ouvrage » pour rendre l’expression latine ratio operis, nous avons voulu souligner, chez Linné, l’importance et le caractère singulier des concepts méthodologiques tels que ratio.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Table I (Feuilles simples) du Philosophia botanica (1751) de Carl Linnaeus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 2 - Table V (Soutiens) du Philosophia botanica (1751) de Carl Linnaeus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search