Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Traduire Linné en français à la fin du xviiie siècle1

Pascal Duris

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend l’article que nous avons publié sous le même titre dans Early Science and Medicine (...)

1L’œuvre du naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778) n’a jamais connu en France le succès qu’elle a rencontré ailleurs en Europe. Nombre de botanistes français, convertis à la méthode naturelle de Bernard et Antoine-Laurent de Jussieu, sont hostiles au système sexuel linnéen qu’ils jugent artificiel et archaïque. Les zoologistes ne sont pas davantage satisfaits de sa classification du règne animal qui néglige l’anatomie et maltraite le genre humain. Mais surtout, Linné écrit en latin : Systema naturae, Genera plantarum, Species plantarum et Philosophia botanica sont les titres de quelques-uns de ses ouvrages les plus importants. Or, l’austérité et le laconisme de la langue dans laquelle il énonce ses dogmes constituent pour la France des Lumières un véritable obstacle à leur compréhension.

2Les premiers malentendus commencent avec Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), intendant du Jardin du roi à Paris et auteur d’une monumentale Histoire naturelle en trente-six volumes. Le très anti-linnéen Discours « De la manière d’étudier & de traiter l’Histoire Naturelle », qui ouvre en 1749 le premier tome de son œuvre, se nourrit manifestement d’une traduction toute personnelle des noms d’ordres zoologiques linnéens :

  • 2 Buffon Georges-Louis Leclerc de, « De la manière d’étudier & de traiter l’Histoire Naturelle », His (...)

[Linné] appelle Ferae, les bêtes féroces ; il commence en effet par le lion, le tigre, mais il continue par le chat, la belette, la loutre, le veau-marin, le chien, l’ours, le blaireau, & il finit par le hérisson, la taupe & la chauve-souris. Auroit-on jamais cru que le nom de Ferae en latin, bêtes sauvages ou féroces en françois, eût pû être donné à la chauve-souris, à la taupe, au hérisson ; que les animaux domestiques, comme le chien & le chat, fussent des bêtes sauvages ? & n’y a-t-il pas à cela une aussi grande équivoque de bon sens que de mots ? Mais voyons le troisième ordre Glires les loirs, ces loirs de M. Linnaeus sont le porc-épic, le lièvre, l’écureuil, le castor & les rats ; j’avoue que dans tout cela je ne vois qu’une espèce de rats qui soit en effet un loir. Le quatrième ordre est celui des Jumenta ou bêtes de sommes, ces bêtes de somme sont l’éléphant, l’hippopotame, la musaraigne, le cheval & le cochon […]. Enfin le cinquième ordre Pecora ou le bétail, comprend le chameau, le cerf, le bouc, le bélier & le bœuf ; mais quelle différence n’y a-t-il pas entre un chameau & un bélier, ou entre un cerf & un bouc ? & quelle raison peut-on avoir pour prétendre que ce soit des animaux du même ordre, si ce n’est que voulant absolument faire des ordres, & n’en faire qu’un petit nombre, il faut bien y recevoir des bêtes de toute espèce ?2

  • 3 Ibid., p. 9.

3Occupé dans son Discours à discréditer la taxinomie linnéenne, dont il sera des années durant le grand pourfendeur, Buffon ne fait manifestement aucun effort pour traduire correctement les noms d’ordres linnéens. Bien qu’il ne soit pas hostile par principe aux mots techniques et aux néologismes, il conteste l’utilité et la légitimité de la terminologie inventée par Linné, qui a pour résultat de rendre « la langue de la science plus difficile que la Science elle-même »3. Dans ses Observations, Lamoignon de Malesherbes le lui reprochera vivement :

  • 4 Lamoignon de Malesherbes Chrétien-Guillaume de, Observations de Lamoignon-Malesherbes sur l’Histoir (...)

Je comprends que M. de Buffon étant peu habitué aux méthodes des naturalistes, et ayant peu réfléchi sur les principes de ces méthodes, n’imagine pas d’abord qu’on ait pu ranger dans un ordre intitulé jumenta, d’autres animaux que les véritables bêtes de somme, etc. Mais je ne comprends pas comment ayant parcouru la liste des genres compris dans cet ordre et dans les autres, il n’a pas au moins soupçonné que ce nom de jumenta avoit dans le systême, une autre signification que celle qu’il a dans l’usage ordinaire de la vie. […]
M. de Buffon attaque aussi M. Linnaeus sur l’ordre intitulé glires […]. Mais c’est jouer sur le mot glires dont M. Linnaeus a intitulé son troisième ordre. Les loirs ont été appelés glires par quelques naturalistes, tandis que d’autres leur ont donné le nom de mus avellanarum major. Ce dernier nom a prévalu ; en sorte que celui de glires est aujourd’hui abandonné. M. Linnaeus a cru pouvoir s’en servir pour en faire le nom de l’ordre des quadrupèdes dans lequel le loir est réellement compris ; et en employant ce mot il l’a défini. On ne peut donc pas dire qu’il ait fait des loirs de toutes les espèces de son ordre, puisque le loir lui-même en fait une espèce, et y est nommé du nom reçu.4

4Quoi qu’en pense Malesherbes, ces subtilités langagières échappent à beaucoup de ceux qui, sous l’influence de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), unique figure des Lumières à défendre et à vulgariser l’œuvre linnéenne, cultivent l’histoire naturelle. À la fin du xviiie siècle, les sciences naturelles, et plus particulièrement la botanique, deviennent à la mode et attirent un public de plus en plus large, notamment des femmes, avide de classifications et de nomenclatures claires et pratiques. La traduction rigoureuse des écrits de Linné et des principaux ouvrages d’histoire naturelle rédigés en latin devient une nécessité qu’encourage la rhétorique botanico-philosophique de l’époque révolutionnaire.

« Mais Linné a écrit en latin »

  • 5 Anonyme, Traduction complète des ouvrages de Charles Linné, Paris, Guillot, 1787.
  • 6 Ibid., p. 3.
  • 7 Ibid., p. 4.

5Les ouvrages médicaux de Linné sont les premiers traduits, par le médecin et botaniste lyonnais Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) (Nutrix noverca, 1770) et par un certain Gouvion (Genera morborum, 1772). Mais c’est surtout à partir des années 1780, c’est-à-dire après la mort de Linné, que commence le véritable travail de traduction. En 1787, le naturaliste et voyageur Jean-Louis-Marie Poiret (1755-1834) propose par souscription la Traduction complète des ouvrages de Charles Linné5. Le prospectus invitant les lecteurs à soutenir l’entreprise rappelle combien grâce à Linné l’étude de la nature est devenue « facile & agréable pour tous les esprits ». En particulier, souligne-t-on, « à ces phrases longues, rebutantes, difficiles à retenir, parce qu’elles ne présentoient aucun caractere frappant, il a substitué, pour chaque individu, une description caractéristique : chaque objet a reçu un nom particulier, & souvent ce nom vaut seul une description. »6 En d’autres termes, Linné « a su être concis sans sécheresse, éloquent sans cesser d’être laconique. »7

  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 5.

6« Mais Linné a écrit en Latin », soupire, plus qu’il ne déplore, Poiret8. Lequel se propose de donner une traduction littérale de ses ouvrages fondamentaux comme Philosophia botanica, Genera plantarum ou Species plantarum, afin de préserver au mieux la précision et la clarté de ses définitions. Plus exactement, explique Poiret, « nous adopterons pour les termes techniques, ceux qui sont déja reçus dans notre langue ; & nous nous permettrons d’en créer d’équivalens, toutes les fois qu’il sera nécessaire. Nous donnerons, d’après les mêmes principes, un nom François aux genres & aux especes cités en Latin. »9 Dissertations et autres discours académiques seront traduits quant à eux avec moins de scrupule, en s’attachant à rendre les idées plutôt que les expressions. Il était prévu de faire deux éditions, l’une in-4°, en caractère cicero, à deux colonnes, avec la traduction d’un côté et le texte latin de Linné de l’autre, l’autre in-8°, avec seulement la traduction. L’entreprise, sans doute trop ambitieuse, n’aboutira pas.

  • 10 Sous le titre Philosophie botanique de Charles Linné, Paris et Rouen, Cailleau et Leboucher, 1788, (...)
  • 11 Millin Aubin-Louis, [Sur le Systême de la Nature de Linné], Magazin encyclopédique, ou Journal des (...)

7La Philosophia botanica est finalement traduite pour la première fois en français en 178810 par François-Alexandre Quesné (1742-1820), botaniste et horticulteur de Rouen. Cette traduction fait l’objet de nombreuses critiques. En 1795, Aubin-Louis Millin de Grandmaison (1759-1818), homme de lettres et naturaliste linnéen fervent, constate que la Philosophie botanique de Linné « a été très-bien traduite en espagnol, et moins heureusement en français par un citoyen de Rouen. »11 À la mort de Quesné, son biographe ne dit pas autre chose, quoiqu’en termes plus choisis :

  • 12 Lecarpentier, [Notice nécrologique sur M. Quesné, botaniste à Rouen], Séance publique de la Société (...)

La concision originale de cet ouvrage, la multitude infinie de choses que le philosophe suédois a su réunir dans l’espace le plus resserré, en rendait la traduction sévère presque impossible. M. Quesné se prescrivit pourtant de suivre littéralement son modèle ; c’est faire son éloge que dire qu’il a lutté honorablement contre ces difficultés, et que sa traduction, malgré ce qu’elle peut laisser à désirer, est le travail le plus propre à donner une idée juste de l’original, à ceux qui n’ont pas l’avantage de pouvoir le lire en latin.12

  • 13 Marquis Alexandre-Louis, « Linné (Charles de) », Dictionaire [sic] des sciences médicales. Biograph (...)

8Un sentiment que partage Alexandre-Louis Marquis (1777-1828), autre botaniste rouennais et l’un des premiers spécialistes de la vie et de l’œuvre de Linné. Pour lui, la traduction de Quesné est « assez imparfaite quoiqu’estimable d’un livre presque intraduisible »13.

Le dilemme des premiers traducteurs

  • 14 Cf. Guédès Michel, « L’édition originale de la Philosophia botanica de Linné (1751) », Journal of t (...)
  • 15 C’est le cas des noms de ses classes botaniques forgés sur les racines : andrie si les fleurs sont (...)
  • 16 Cf. Stearn William T., Botanical Latin. History, Grammar, Syntax, Terminology and Vocabulary, Londr (...)
  • 17 Alphonse de Candolle, dans son Histoire des sciences et des savants depuis deux siècles, d’après l’ (...)

9Intraduisible ? La Philosophia botanica de Linné, dont la première édition de 364 pages paraît à Stockholm en 175114, expose les règles auxquelles les botanistes doivent se plier pour classer, nommer et décrire correctement les plantes. Ce premier code taxinomique fait de son auteur le législateur des sciences naturelles. Linné s’y exprime, comme d’ailleurs dans presque toute son œuvre, par une suite d’aphorismes numérotés (365) qui sont autant de définitions, d’énumérations et de descriptions mises en connexion les unes avec les autres par un système de renvois et servies par une typographie très élaborée. Son latin, débarrassé des complexités grammaticales de la langue classique – utilisation du nominatif, suppression des verbes, etc. –, foisonne de néologismes et de termes techniques tirés du grec15 et du latin. Linné dote la botanique et la zoologie d’une langue nouvelle, concise, nerveuse, où chaque mot compte : « Les termes de l’art, explique-t-il, sont propres à développer nos idées en peu de mots » [Philosophie botanique, aphorisme 199]. Pour lui, « on doit admettre des termes précis, & rejetter ceux qui sont obscurs ou trompeurs » [PB 200], « il faut bannir les termes inutiles, & en créer au besoin » [PB 201]. Par exemple, Linné confère aux termes « filament » (du latin filamentum : assemblage de fils), « anthère » (anthera : remède composé de fleurs), « corolle » (corolla : petite couronne de fleurs), « pollen » (pollen : farine fine/fleur de farine), « stigmate » (stigma : marque, tache), etc. leur acception botanique actuelle16. Le latin de Linné, critiqué par Buffon, salué par Rousseau, et dont Vicq d’Azyr, Condorcet, puis plus tard Cuvier, déploreront l’« extrême laconisme », est le premier exemple d’une langue scientifique rationnelle, systématique et universelle chère aux Encyclopédistes puis à l’époque révolutionnaire17. Sans parler de la véritable révolution introduite en botanique et en zoologie par la nomenclature binominale (Homo sapiens, Canis familiaris, Petrea volubilis, etc.) codifiée par Linné entre 1754 et 1758. Cette langue nouvelle illustre parfaitement les thèses défendues à la même époque par Condillac, selon lesquelles « l’art de raisonner se réduit à une langue bien faite ». On peut d’ailleurs s’étonner de ce que le philosophe, maître à penser des chimistes français engagés à la fin du xviiie siècle dans la réforme de leur nomenclature, ne mentionne jamais Linné dans ses œuvres, notamment dans La logique, ou les premiers développemens de l’art de penser (1780), son dernier ouvrage (mais le naturaliste suédois ne cite pas davantage Condillac).

10Premier auteur à mener à bien la traduction d’un ouvrage entier de Linné, Quesné doit tout inventer. Ses quelques notes infrapaginales témoignent des difficultés qu’il a rencontrées, notamment en raison de la pauvreté du lexique scientifique français. Chaque terme technique latin employé par Linné prête à discussion, même le plus anodin. Il en est ainsi par exemple de caulis, mot par lequel Linné désigne la première des sept espèces de tronc chez les plantes, que Quesné traduit par « tige ». Mais, explique ce dernier :

  • 18 Philosophie botanique…, op. cit. note 10, p. 49 (note). Pour Linné [PB 82], « Le TRONC porte les Fe (...)

Linné n’a point regardé comme synonymes Caudex [souche, tronc d’arbre] & Caulis [tige des plantes]. Pour rendre Caulis, il eût fallu un autre mot que Tige ; par exemple, Caule : & je n’aurois point balancé à l’employer, si je n’introduisois ailleurs plusieurs mots francisés, plus nécessaires que celui-ci, pour lesquels je me réserve l’indulgence ou la faveur du Public.18

11Franciser ou pas le lexique technique linnéen, tel est le dilemme qui se pose à ses traducteurs. Si Quesné recourt le plus souvent à la francisation, il lui arrive parfois d’expliciter le latin par une périphrase. Par exemple, il traduit lanceolatum par « lanceolée, en fer de Lance », amplexicaule par « amplexicaule, embrassant la Tige », canalicu[l]atum par « canaliculée, en Gouttiere », etc. :

  • 19 Ibid., p. 66 (note).

Plus j’avance, explique-t-il, plus je sens qu’il importe absolument de citer les mots même de l’Auteur, & par conséquent ses exemples en Latin, au moins jusqu’à ce que je sois arrivé à la dénomination (210) [i. e. paragraphe 210]. Je ne sais si ce parti prudent conviendra au plus grand nombre ; cependant, au moyen des soins que j’ai pris pour rendre tout en François, à très-peu de choses près, par une Table raisonnée, la lecture de cet Ouvrage deviendra facile & profitable à ceux qui voudront faire des progrès, parce qu’ils seront familiarisés de bonne heure avec la Nomenclature Latine & Françoise. Autant que je l’ai pu, j’ai cité en François, comme Aconit, Renoncule, Pyrole, Nigelle & autres, sur lesquels il n’y a point d’équivoque de Langue : ailleurs j’ai placé le François à côté du Latin, où j’ai donné l’un & l’autre par colonnes séparément, afin d’éviter de faire recourir aussi souvent à la Table ceux qui voudront vraiment travailler, & qui ne liront point Linné pour admirer uniquement ce Génie planant sur la Nature. Ajouterai-je que j’ai éprouvé beaucoup de difficultés même par les fautes d’Editions ? Je ne parle pas de celles que présente l’Ouvrage : si j’en ai applani quelques-unes, & si j’ai fait goûter Linné seulement à dix personnes qui n’entendent pas le Latin, j’aurai reçu mon prix.19

12C’est avec un soulagement non dissimulé que Quesné met un point final à sa traduction :

Enfin ma tâche est finie, confie-t-il dans une dernière note : je ne sais s’il ne seroit point plus délicat de taire que de publier les obligations que j’ai par rapport à elle.

1°. A cause de l’immensité de choses qu’il faudroit savoir pour faire seul, sans être aidé, & en Province où les Livres sur l’Histoire Naturelle sont rares, la traduction exacte & entiere de cet Ouvrage.

  • 20 Ibid., p. 341, « Note du traducteur ».

2°. Parce que les obligations étant toujours en rapport avec l’insuffisance de l’obligé, elles sont d’autant plus réelles ou considérables, que le Livre est meilleur.
Pour moi qu’un zele ardent pour la Botanique a seul soutenu dans cette pénible carriere, qu’on juge combien j’ai dû mettre à contribution les lumieres des Savants de cette Ville.20

  • 21 Linné Carl von, « Dissertation sur les sexes des plantes », Observations sur la physique, sur l’his (...)
  • 22 Ibid., p. 444, note 3.
  • 23 Cf. Daudin Henri, Cuvier et Lamarck. Les classes zoologiques et l’idée de série animale (1790-1830)(...)

13La même année 1788 où paraît la traduction de Quesné, le naturaliste Pierre-Marie-Auguste Broussonet (1761-1807), sous le titre Dissertation sur les sexes des plantes, donne une traduction du mémoire De sexu plantarum avec lequel Linné a remporté en 1760 le prix de cent pièces d’or de l’Académie impériale des sciences de (Saint-) Pétersbourg21. C’est paradoxalement dans cet écrit botanique que figure une première traduction du mot Mammalia employé par Linné à partir de 1758, dans la 10e édition de son Systema naturae, pour désigner les animaux qu’il appelait jusqu’alors Quadrupedia (« Quadrupèdes »). Broussonet propose de le traduire par Mammellifères car, explique-t-il, « cette classe d’animaux renferme les quadrupèdes vivipares & les cétacées, & ils sont les seuls qui aient des mammelles ; organes qu’on retrouve dans les individus des deux sexes »22. Même si Vicq d’Azyr emploie toujours le terme en 1792, celui de Mammifères lui est préféré très tôt, vers 1791, mais sans qu’on puisse savoir qui l’a forgé23.

Des traductions contestées

  • 24 Lamarck Jean-Baptiste, « Sur les ouvrages généraux en histoire naturelle ; Et particulièrement sur (...)

14C’est vers la même époque que commencent à paraître à Leipzig les premiers tomes de la 13e édition, par Johann Friedrich Gmelin (1748-1804), du Systema naturae de Linné. Leur publication suscite de nombreuses critiques. Selon Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), qui leur consacre en 1792 un article particulièrement sévère dans les Actes de la Société d’histoire naturelle de Paris, l’ouvrage « est rempli d’erreurs les plus grossières » et est « non-seulement d’un intérêt presque nul, mais même il nuit aux progrês de la science »24. Une partie de l’édition de Gmelin est pourtant traduite en 1793, comme si désormais on ne pouvait plus se passer de la version française des œuvres de Linné. La traduction, que l’on doit à Vanderstegen de Putte, ancien échevin de Bruxelles, est hélas aussi défectueuse que l’original.

  • 25 Millin Aubin-Louis, op. cit. note 11, p. 8.
  • 26 Ibid., p. 9.

15Dans un compte rendu paru en 1795 dans le Magazin [sic] encyclopédique qu’il rédige avec Noël et Warens, Millin se livre à une attaque en règle de la traduction publiée par Vanderstegen. Ses propos confirment la difficulté qu’il y a à traduire Linné. S’il reproche d’entrée de jeu à Vanderstegen de n’avoir pas exposé les « principes d’après lesquels il a rédigé sa traduction »25, Millin s’en prend surtout à sa manière de traduire les termes proprement zoologiques. L’auteur utilise d’abord mal à propos Quadrupèdes au lieu de Mammifères, ce qui est contraire aux principes établis par Linné puisque les animaux compris dans cette classe ont tous des mamelles, sans avoir forcément tous quatre pattes. Mais c’est surtout la traduction des noms des différents ordres de cette classe qui lui paraît fautive. Ferae (littéralement « bêtes sauvages ») ne peut être traduit par « Bêtes fauves » car ce nom ne peut s’appliquer au hérisson, à la taupe ou à la belette, qui appartiennent à cet ordre. Traduire Pecora (« troupeaux ») par « Bestiaux » ne convient pas non plus, car ni la gazelle ni le cerf, placés dans cet ordre, n’en sont. De la même façon, rendre Belluae (« gros animaux ») par « Grands quadrupèdes » n’est pas correct, car le cochon n’en est pas un. Pour Millin, « tout cela prouve la difficulté, je dirai même l’impossibilité de traduire Linneus en français, en voulant s’attacher strictement aux mots. »26 On voit ici que la discussion n’a guère progressé depuis l’époque de Buffon.

  • 27 Ibid., p. 10.

16Linnéen fervent mais objectif, Millin admet que Linné est en partie responsable de tous ces malentendus. Le problème avec les noms d’ordres linnéens, c’est qu’ils évoquent des comportements, alors que Linné les a établis sur des caractéristiques anatomiques. Si, parmi les mammifères, le nom de Primates (« qui sont au premier rang ») convient bien à l’homme, toujours regardé au xviiie siècle comme le premier des animaux, ainsi qu’au singe qui s’en rapproche beaucoup par sa constitution, il paraît en revanche inapproprié pour le vespertilion si l’on oublie que Linné a avant tout placé dans cet ordre les mammifères ayant quatre incisives parallèles. De la même façon, on pourrait s’étonner de voir se côtoyer dans le même ordre des Bruta (« bêtes brutes ») le bradype, le myrmécophage et des animaux aussi intelligents et sociaux que l’éléphant ou le lamantin. Ce serait oublier là encore que cet ordre ne fait que réunir les mammifères dépourvus d’incisives. Comme ses prédécesseurs, Millin reconnaît que le nom de Ferae convient au lion et au tigre, mais pas à la belette, au phoque ou au didelphe, et encore moins au rat ou à la taupe « qui n’ont qu’une fureur impuissante »27. On pourrait multiplier les exemples. En définitive, pour Millin :

  • 28 Ibid., p. 11. « Personne n’aime plus que moi le systême [de] Linneus, commente Millin, personne n’a (...)

Tous ces noms, dans l’acception que leur a donnée Linneus, n’indiquent que l’ordre où sont rangés les mammifères dont les dents affectent la même disposition ; mais comme, au lieu d’exprimer cette forme, ils sont tirés de la manière d’être des mammifères, et que ceux qui ont des rapports pour les dents, ont souvent des mœurs très-dissemblables, il en resulte que les noms conviennent au plus grand nombre des espèces que contiennent ces ordres, mais que pour les autres leur application est évidemment fausse. Ces noms ont encore l’inconvénient de ne pouvoir être traduits dans aucune langue.28

Franciser Linné…

  • 29 Ibid., p. 16.

17La traduction de Vanderstegen de Putte ne concerne que les mammifères. Millin pense qu’« un travail plus utile encore seroit un systême de la nature complet, dans lequel on feroit usage des réformes introduites par les naturalistes les plus justement célèbres. Il faudroit que la nomenclature française fût fixée, comme l’est la nomenclature latine, d’après les principes établis par Linneus dans sa Critica Botanica. »29 La Société d’histoire naturelle de Paris s’était d’ailleurs proposé d’entreprendre ce travail délicat dès 1790. Mais les circonstances politiques du moment n’avaient pas permis de le mener à bien.

  • 30 Millin Aubin-Louis, [Sur le Nomenclateur botanique de Gouan], Magazin encyclopédique, ou Journal de (...)

18Le botaniste Antoine Gouan (1733-1821) fait un premier pas vers l’établissement d’une nomenclature française quand il publie en 1796 son Nomenclateur botanique. Son livre contient notamment la traduction française des termes latins employés pour décrire les plantes. Mais Millin, toujours lui, estime dans l’analyse qu’il fait de l’ouvrage dans le Magazin encyclopédique, que « ses noms français ne me paroissent pas avoir toujours la précision qu’on auroit droit d’exiger. »30 En fait, Millin plaide pour la francisation pure et simple du latin :

  • 31 Ibid., p. 322-323 (souligné par lui). Qu’entendre par « génie d’une langue » ? Voltaire, dans son D (...)

Je pense que le nom latin doit être le plus souvent francisé, ainsi que les noms composés du grec, quand cela peut se faire d’une manière convenable au génie de notre langue. C’est le moyen que la nomenclature française ne s’éloigne pas trop de la nomenclature latine qui doit lui servir de type, puisque c’est dans la langue latine qu’elle a été primitivement fixée, et que les mots qui la composent ne doivent pas être regardés comme appartenant précisément à la langue latine, mais comme composant la langue particulière, au moyen de laquelle tous ceux qui cultivent l’Histoire naturelle s’entendent entr’eux. C’est en suivant ce principe, que les Anglais et les Espagnols sont parvenus à donner les meilleures traductions connues des ouvrages de Linneus.31

  • 32 Millin Aubin-Louis, ibid., p. 324. Comme nous l’avons vu, Quesné, dans sa traduction de la Philosop (...)

19Si Gouan n’est pas absolument hostile à cette francisation – il rend perennis (« qui dure toute l’année ») par « pérenne », biennis (« tous les deux ans ») par « bienne », etc. –, il s’éloigne néanmoins assez souvent de cette règle, comme par exemple lorsqu’il traduit aphyllus par « effeuillé » ou scaber par « rude ». Or « effeuillé » laisse penser que la plante a perdu ses feuilles alors qu’« aphylle » indiquerait qu’elle n’en a jamais eues. De la même manière, Gouan traduit sagittatum (« percé d’une flèche ») et hastatum (« armé d’une pique ») par « en fer de flèche » et « en fer de pique ». Millin estime que les mots « sagitté » et « hasté » seraient plus simples. Son idée est en tout cas qu’il faut fixer rapidement la nomenclature française de l’histoire naturelle car, explique-t-il, « quand les noms ne sont pas fixés, les idées se confondent »32.

20Gouan traduit également dans son livre les noms des genres botaniques linnéens. Pour Millin, le plus simple serait pourtant de les faire passer directement en français :

  • 33 Ibid., p. 325.

Tout le monde est habitué à dire un solanum, un geranium, sans s’apercevoir même que ces mots sont latins ; et ils valent bien ceux [de] morelle, bec-de-grue, etc., par lesquels on les traduit. D’où cela vient-il ? De ce qu’en effet ce ne sont pas précisément des noms latins : ce sont les noms-propres des plantes ; il faut donc les conserver dans leur intégrité dans toutes les langues où on les introduit, ou du moins altérer très-peu leur terminaison ; et, de cette manière, la nomenclature sera moins confuse. Il suffira ensuite de rapporter les noms vulgaires dans la synonymie.33

21Millin reconnaît que, à un certain nombre d’exceptions près, Gouan s’est en général conformé à cette saine pratique.

… ou le paraphraser ?

22Toutes ces questions sont traitées en détail dans le Linné françois, ou Tableau du règne végétal (5 tomes) publié anonymement en 1809. L’auteur est en fait le naturaliste Marie-Jacques-Philippe Mouton-Fontenille de la Clotte (1769-1837), un élève de Gouan, auteur en 1803 d’un Dictionnaire des termes techniques de botanique dans lequel il dénonçait l’imperfection des traductions françaises des ouvrages de Linné, et, en 1804, de la première traduction en français du Système des plantes. Dès les premières pages de son livre, Mouton-Fontenille donne la mesure de son travail :

  • 34 Mouton-Fontenille de la Clotte Marie-Jacques-Philippe, Linné françois, ou Tableau du règne végétal (...)

Dans un ouvrage didactique du genre de celui-ci, la signification propre des expressions devient d’autant plus importante que la rareté des éditions latines de Linné empêche beaucoup de personnes d’y recourir, et qu’elles seroient consultées en vain par ceux à qui la langue latine n’est pas familière.34

  • 35 Ibid., p. lxxvi.

23Le livre, il est vrai, est principalement destiné, comme ceux de Gilibert ou de Gouan, aux étudiants en médecine « qui depuis la Révolution ont négligé l’étude de la langue latine »35.

  • 36 Mouton-Fontenille de la Clotte Marie-Jacques-Philippe, Système des plantes […] extrait et traduit d (...)
  • 37 Mouton-Fontenille Marie-Jacques-Philippe, Tableau des systêmes de botanique, généraux et particulie (...)

24Le Linné françois est en fait la réédition de l’ouvrage publié en 1804 par Mouton-Fontenille sous le titre Système des plantes […] extrait et traduit des ouvrages de Linné36, traduction du Genera et du Species plantarum prise sur l’édition de Reichard de 1778 et 1779, à laquelle l’auteur a ajouté celle de trois Aménités académiques (Pan suecus [Pan suédois], Esca avium domesticarum [La nourriture des oiseaux de basse-cour] et Plantae tinctoriae [Les plantes colorantes]). Mouton-Fontenille affectionne ce genre de « collage ». Il y a déjà eu recours en 1798 dans son Tableau des systêmes de botanique, généraux et particuliers dont il nous dit qu’il « est en quelque sorte une traduction du Classes Plantarum de l’immortel Linné, auquel [il a] fait quelques changemens, et des additions considérables. »37 Semblables manipulations conduisent à s’interroger sur ce qu’entendent véritablement ces auteurs par « traduction » de l’œuvre linnéenne, ainsi que sur le public auquel elles sont destinées.

  • 38 Mouton-Fontenille Marie-Jacques-Philippe, op. cit. note 34, t. I, p. xxvi.

25Le Linné françois s’ouvre par une très longue introduction de 74 pages. Sa deuxième partie, intitulée « Traduction et Ponctuation », doit surtout retenir notre attention. Mouton-Fontenille, au contraire de Millin, proscrit d’emblée toute francisation des termes latins. Selon lui, l’habitude de les terminer par un e muet explique que les traductions françaises de Linné sont « vicieuses ou infidelles »38 :

  • 39 Ibid., p. xxvi-xxvii.

quand on dit à un Élève, explique-t-il, Feuille acinaciforme, dolabriforme, ces deux mots francisés sont inintelligibles pour lui, sur-tout en supposant, ainsi qu’on doit le faire, qu’il ne connoît point la langue latine ; mais si on lui dit : Feuille en sabre, en doloire, il se rappelle un sabre qu’il connoît, une doloire qu’il connoît ou ne connoît peut-être pas, mais dont il trouve dans ce dernier cas la signification dans un Dictionnaire françois.39

26La francisation suppose implicitement que le lecteur connaisse le latin. Mouton-Fontenille préfère paraphraser ou commenter les termes latins, en un mot les rendre plus intelligibles. Par exemple, quand un de ses confrères traduit la description spécifique de la Bruyère à trois fleurs (Erica triflora L.) par Anthères en crête ; corolles globuleuses, campanulées ; style renfermé ; feuilles ternées ; fleurs terminales, Mouton-Fontenille préfère écrire : Bruyère à trois fleurs à anthères en crête ; à corolles arrondies, en cloche ; à style renfermé dans la corolle ; à feuilles trois à trois ; à fleurs terminant les rameaux.

  • 40 Ibid., p. xxxiv.

27Paradoxalement, et contrairement à Millin, Mouton-Fontenille est favorable à la francisation des noms génériques des plantes dès lors que leurs terminaisons françaises lui paraissent conformes au texte : « La méthode de franciser les noms génériques a l’avantage de rappeler à l’Élève le nom latin, et de lui éviter la peine de retenir deux noms, savoir un latin et un françois, pour une seule et même plante. »40 De fait, il existe un grand nombre de genres botaniques dont les dénominations françaises correspondent aux noms latins, comme par exemple l’angélique (angelica), la campanule (campanula), l’héliotrope (heliotropium), l’asperge (asparagus) ou encore le romarin (rosmarinus). Il y a même des noms de genres dont la terminaison est identique dans les deux langues (iris, amaryllis, etc.). Ce décalque du latin n’a pas seulement une vocation pédagogique. Il permet aussi, selon Mouton-Fontenille, de débarrasser la nomenclature des noms génériques composés de deux mots, comme « langue de chien » pour cynoglosse, « pied-de-loup » pour lycope ou « patte-d’oie » pour chénopode, ou pire d’un nom de genre avec lequel ils n’ont aucun rapport, comme « lys-asphodèle » pour l’hémérocalle qui n’est ni un lys, ni un asphodèle, « trèfle d’eau » pour le ményanthe qui n’est pas un trèfle, « jonc fleuri » pour le butome qui n’est pas un jonc, ou « laurier Saint-Antoine » pour l’épilobe qui n’est pas un laurier.

28Dans sa conclusion, Mouton-Fontenille rejoint pourtant Millin :

  • 41 Ibid., p. xxxv.

Toutes ces imperfections dans le langage de la botanique, nous font souhaiter de voir s’opérer dans cette science une réforme semblable à celle qui a eu lieu en chimie. Il seroit à desirer qu’une assemblée de Botanistes instruits, sans préjugés et sur-tout sans esprit de parti, fixât la valeur de chaque mot, déterminât quels sont les noms qu’il convient de franciser, ceux qu’il faut traduire ; publiât une nomenclature qui universellement adoptée, fixeroit l’incertitude inséparable de la manière de philosopher de chaque traducteur de Linné.41

  • 42 L’article de Thierry Hoquet qui suit le nôtre dans le présent volume permet de comparer les partis (...)

29On le voit, il n’y a pas de solution unique au problème de la traduction de l’œuvre linnéenne. Les uns défendent une francisation pure et simple du latin, suggérant implicitement que la langue de l’histoire naturelle doit s’affranchir, à chaque fois que cela est nécessaire, des exigences de la grammaire : dans les sciences naturelles, les lois de la traduction sont subordonnées à des impératifs utilitaires. Pour les autres, au contraire, il convient d’expliciter le laconisme linnéen pour le rendre intelligible au plus grand nombre. Mais jusqu’à quel point et comment traduire les néologismes et la syntaxe de Linné ? Faut-il traduire sa nomenclature et ses diagnoses ? Seulement ces dernières ? La difficulté vient de ce que Linné a créé une langue neuve pour décrire et nommer les êtres vivants42.

30Cette diversité de points de vue pose en fait la question du public auquel sont destinées ces traductions. Celles qui, comme chez Mouton-Fontenille, s’adressent aux débutants (amateurs) ou aux élèves/étudiants, recourent plus facilement au commentaire et à la paraphrase :

  • 43 Mouton-Fontenille Marie-Jacques-Philippe, op. cit. note 34, t. I, p. xxvii.

Si quelques personnes étoient blessées de la hardiesse avec laquelle nous avons élagué de notre traduction presque tous les termes grecs et latins conservés par les traducteurs très-modernes, nous leur dirons, explique-t-il, que les Philosophes et les Naturalistes Grecs, lorsqu’ils ont créé la nomenclature technique des sciences, ont précisément adopté notre méthode. Convaincus qu’il falloit connoître les bornes de la mémoire de leurs Élèves, ils n’imaginoient pas autant de substantifs et d’adjectifs qu’ils reconnoissoient d’espèces et d’attributs dans les animaux et les végétaux, etc. ; mais ils savoient d’une manière très-philosophique désigner chaque espèce et ses attributs caractéristiques par les sujets déjà connus du vulgaire, avec lesquels ces espèces et ces attributs avoient quelque analogie.43

  • 44 Ce débat est à rapprocher de celui qui occupe à la même époque les chimistes étrangers à propos de (...)

31À l’inverse, les traductions destinées aux savants, avertis de la concision et du laconisme de la langue linnéenne, ne s’éloignent guère du latin, qu’elles se contentent en quelque sorte de décalquer44.

32Ces difficultés ne concernent pas seulement la traduction des ouvrages de Linné, mais l’écriture en général des ouvrages de botanique. En 1795, le botaniste de Toulouse, Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), choisit de rédiger ses Figures de la Flore des Pyrénées en français plutôt qu’en latin. Il s’explique sur sa méthode dans le Discours préliminaire :

  • 45 Picot de Lapeyrouse Philippe, Figures de la Flore des Pyrénées, Paris, Du Pont, an III [1795], p. v(...)

Pour y parvenir, j’ai supprimé dans mes descriptions, les verbes et les articles ; je me suis permis l’usage de quelques mots peu usités, j’en ai même emprunté plusieurs du latin. On verra qu’il est possible, en procédant ainsi, de donner aux phrases et aux descriptions botaniques, cette tournure, cette précision et ce laconisme si nécessaires, et qu’on admire justement dans les écrits du Pline du Nord.45

Pourquoi traduire Linné ?

  • 46 Lettre du 12 avril 1753, in Aymen Henry, marquis de Lageard, Jean-Baptiste Aymen, botaniste entomol (...)
  • 47 Lettre du 10 février 1754, in ibid., p. 148.
  • 48 Broussonet Pierre-Marie-Auguste, « Aux Auteurs du Journal », Journal de Paris, 9 mai 1786, 129, p.  (...)
  • 49 Mornet Daniel, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littér (...)
  • 50 Stevens Peter F., The Development of Biological Systematics. Antoine-Laurent de Jussieu, Nature, an (...)

33De nombreux témoignages de naturalistes attestent que les ouvrages – en latin – de Linné ont toujours été à la fois rares et chers en France. En 1753, Jean-Baptiste Aymen (1728-1784), un correspondant de Linné à Bordeaux, demande à ce dernier de lui envoyer sa Philosophia botanica qu’il n’a « pu trouver chez aucun imprimeur de France, d’Angleterre, ni de Hollande »46. L’année suivante, il formule la même demande à propos du Species plantarum, concluant plaisamment que « si on le trouvait en France, je ne serais pas obligé de vous le demander de nouveau »47. En 1786, Broussonet souligne à son tour que « les Ouvrages du fameux Linné sont peu répandus en France »48. Dans aucun des cinq cents catalogues de bibliothèques privées parisiennes datés de 1750 à 1780, dépouillés par Daniel Mornet, ne figure le moindre ouvrage de Linné49. Cette pénurie n’est sans doute pas pour déplaire à ses détracteurs, Buffon notamment, dont l’autorité écrasante contraint les naturalistes linnéens à la discrétion, et la famille Jussieu. Cette dernière, représentée par Bernard (1699-1777) et Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), sans être hostile à Linné dont elle fait adopter la nomenclature binominale au Jardin du roi en 1774, oppose à son système botanique artificiel, qui distingue les classes en fonction du nombre d’étamines, une méthode naturelle fondée sur l’examen d’un grand nombre de caractères subordonnés les uns aux autres. À la fin du xviiie siècle, nombre de jardins botaniques en France sont replantés d’après leur méthode en remplacement du système de Linné50.

  • 51 Cf. Duris Pascal, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993 ; id., « L’enseignement de l’h (...)

34La mort de Buffon en 1788 et le culte de la botanique caractéristique des années de la Révolution permettent un brusque renouveau des idées de Linné, dont ses premiers traducteurs sont les animateurs. Tous sont des linnéens fervents, impatients de rendre enfin l’hommage qui lui est dû au naturaliste suédois. Beaucoup enseignent dans les écoles centrales créées par la Convention en 1795. Ils en profitent pour former leurs élèves aux préceptes de Linné, et contrarier ainsi la diffusion de la méthode naturelle des Jussieu51. Ce sont donc des hommes de l’art avant d’être des hommes de lettres. Il y a du militantisme, certains diront du fanatisme, dans leur entreprise.

  • 52 Cf. Brunot Ferdinand, Histoire de la langue française des origines à 1900, Paris, Armand Colin, 193 (...)
  • 53 Anonyme, [Sur les Stirpes novae… de L’Héritier], Journal de Paris, 19 mars 1786, 78, p. 314. Mais l (...)
  • 54 Cité dans Letouzey Yvonne, Le jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1 (...)

35Celle-ci doit évidemment aussi se lire à la lumière du déclin radical, au xviiie siècle, du latin comme langue de la science52. Ce mouvement, sensible en Angleterre, en Allemagne et en Italie, est particulièrement puissant en France, où les trois grands naturalistes du siècle, Buffon, Adanson et Lamarck, publient tous en français (encore que le deuxième malmène sérieusement l’orthographe dans ses Familles des plantes [1763-1764]…). Il n’y a guère que d’Alembert, dans le discours préliminaire à l’Encyclopédie (1751), pour s’émouvoir de la disparition du latin comme « Langue universelle & de convention ». L’usage de la langue vernaculaire est encouragé par le siècle des Lumières car il permet de diffuser plus largement le savoir. Le latin, au contraire, fait de plus en plus figure de langue d’exclusion pratiquée par une élite. En 1786, on regrette que les descriptions des Stirpes novae… de Charles-Louis L’Héritier de Brutelle (1746-1800) « soient en latin, & par là qu’elles ne soient pas à portée d’être appréciées que par un moindre nombre de Lecteurs »53. On attendra de même « avec impatience » la traduction en français du Genera plantarum (1789) d’Antoine-Laurent de Jussieu. En 1790, André Thouin (1747-1824), jardinier en chef du Jardin du roi, suggère que les étiquettes de l’École de botanique portent « en tête les noms français et en gros caractères parce qu’il est indispensable qu’on parle la langue de la Nation dans le jardin qui lui appartient »54. L’heure n’est plus aux savoirs confidentiels mais au partage des connaissances avec le plus grand nombre.

36Autant d’aspirations qui hypothèquent la possibilité d’une langue de la science commune à tous les pays. Louis Daubenton (1716-1800), garde et démonstrateur du Cabinet du roi, plaide d’ailleurs dès 1782 pour la motivation des noms utilisés dans la nomenclature scientifique. L’idée d’une nomenclature internationale compréhensible par tous les savants lui paraît à la fois utopique et vaine :

On voudroit que toutes les nations convinssent entre elles d’une langue commune pour les sciences : il seroit encore plus à desirer qu’il n’y eût qu’une seule langue pour tous les hommes ; mais il n’y a pas plus à espérer pour cette convention, que pour celle de l’uniformité des poids & des mesures. Chaque peuple tient à ses anciens usages, & ne les change qu’à l’aide du temps & des circonstances.

  • 55 Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle des animaux, Paris, Panckoucke, 1782, t. I, Introductio (...)

Pourquoi les Sçavans auroient-ils pour les sciences une langue différente de celle de leur Nation ? Ce seroit pour s’entendre avec les Sçavans étrangers, & pour mieux profiter de leurs lumières ; mais il est encore plus utile pour chaque Nation, que les Sçavans écrivent dans la langue nationale, pour se faire mieux entendre de leurs compatriotes.55

  • 56 Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle. Contenant les poissons, ibid., p. viii et p. xii.

37On voit ici que la nomenclature binominale latine des espèces, systématisée par Linné dans les années 1750 et adoptée partout en Europe à la fin du xviiie siècle, est loin d’être acceptée par Daubenton. Il n’y a guère que dans le dictionnaire des Poissons (1787) de l’Encyclopédie méthodique qu’il s’y conforme. Encore déplore-t-il les « dénominations barbares » de Malacoptérygiens, Acanthoptérygiens, Chondroptérygiens et autres Branchiostèges conservées d’ailleurs jusqu’à aujourd’hui par les zoologistes : « pourquoi rechercher dans les Langues mortes des racines Grecques & Latines pour composer des mots difficiles à entendre, à prononcer & à retenir, tandis que nous avons dans les Langues vivantes assez d’expressions pour qui sçait les choisir ? », demande Daubenton. D’ailleurs, constate-t-il un peu plus loin, « pour entendre des étymologies tirées d’une Langue ancienne, il faut avoir appris cette Langue. À présent peu de gens sçavent le Grec »56.

  • 57 Candolle Alphonse de, op. cit. note 17, p. 296 (Section VIII : « Avantage pour les sciences d’une l (...)
  • 58 Ibid., p. 298.

38Quoi qu’en pensent Daubenton et ses contemporains, le latin, par un curieux retournement de situation, va pourtant s’imposer au xixe siècle comme langue internationale des sciences naturelles, pour la nomenclature des espèces comme pour leurs diagnoses. Ce latin est celui de Linné, et le botaniste Alphonse de Candolle (1806-1893) nous prévient en 1885 que « renoncer à ce langage spécial de l’illustre Suédois, serait rendre les descriptions moins claires et moins accessibles aux savants des divers pays. Quand on essaye de traduire en latin de Linné certaines phrases des flores modernes écrites en anglais ou en allemand, on s’aperçoit bien vite de longueurs inutiles et d’un certain défaut de clarté. »57 Toutefois, l’usage du latin décline chaque jour davantage et Candolle pronostique en science « la prépondérance future de la langue anglo-américaine »58. L’utilisation, toujours à notre époque, par une communauté scientifique internationale ne publiant effectivement qu’en anglais, d’une nomenclature latine codifiée au milieu du xviiie siècle, témoigne de la solidité des concepts mis en œuvre par Linné.

Notes

1 Ce texte reprend l’article que nous avons publié sous le même titre dans Early Science and Medicine. A Journal for the Study of Science, Technology and Medicine in the Pre-modern Period, 2007, 12 (2), p. 166-186. L’auteur remercie les éditions Brill (Hendrik van Leusen) et l’éditeur de Early Science and Medicine (Christoph Lüthy) de l’avoir autorisé à le reproduire dans le présent volume.

2 Buffon Georges-Louis Leclerc de, « De la manière d’étudier & de traiter l’Histoire Naturelle », Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du Roy, Paris, Imprimerie royale, 1749, t. I, p. 39-40.

3 Ibid., p. 9.

4 Lamoignon de Malesherbes Chrétien-Guillaume de, Observations de Lamoignon-Malesherbes sur l’Histoire naturelle générale et particulière de Buffon et Daubenton, Paris, Pougens, an VI [1798], t. I, p. 138-141.

5 Anonyme, Traduction complète des ouvrages de Charles Linné, Paris, Guillot, 1787.

6 Ibid., p. 3.

7 Ibid., p. 4.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 5.

10 Sous le titre Philosophie botanique de Charles Linné, Paris et Rouen, Cailleau et Leboucher, 1788, IV + 460 p. Il s’agit de la traduction de la 2e édition, publiée à Vienne en 1770 et à Berlin en 1780 (ibid., p. iii).

11 Millin Aubin-Louis, [Sur le Systême de la Nature de Linné], Magazin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, 1795 [an III], 2, p. 5-17 (p. 7). La traduction en espagnol est parue à Madrid en 1771.

12 Lecarpentier, [Notice nécrologique sur M. Quesné, botaniste à Rouen], Séance publique de la Société d’émulation de Rouen, 9 juin 1820, p. 52-55 (p. 53).

13 Marquis Alexandre-Louis, « Linné (Charles de) », Dictionaire [sic] des sciences médicales. Biographie médicale, Paris, Panckoucke, 1824, t. VI, p. 54-76 (p. 72).

14 Cf. Guédès Michel, « L’édition originale de la Philosophia botanica de Linné (1751) », Journal of the Society for the Bibliography of Natural History, 1968, 4 (7), p. 385-389.

15 C’est le cas des noms de ses classes botaniques forgés sur les racines : andrie si les fleurs sont hermaphrodites et leurs étamines libres et égales ; dynamie si elles sont libres et inégales ; adelphie si elles sont soudées entre elles par leurs filets ou oecie si les fleurs n’ont qu’un sexe. Sa classe de la Cryptogamie renferme les plantes dont les organes sexuels sont cachés. Cf. Schmitz Hélène et Uddenberg Nils, Linné. Le rêve de l’ordre dans la nature, Paris, Belin, 2007.

16 Cf. Stearn William T., Botanical Latin. History, Grammar, Syntax, Terminology and Vocabulary, Londres, Nelson, 1966. Employé par Tournefort en 1694, le mot même de « botanique » doit attendre le premier tiers du xviiie siècle pour s’imposer vraiment, tant en France qu’en Angleterre (botany) ou en Allemagne (Botanik). Jusqu’à la veille de la Révolution, il a de nombreux concurrents : botanosophie, botanologie, phytologie, phytographie, botanographie, etc. La botanique n’est longtemps considérée que comme une partie de la médecine (Furetière) ou de l’agriculture (Richelet).

17 Alphonse de Candolle, dans son Histoire des sciences et des savants depuis deux siècles, d’après l’opinion des principales académies ou sociétés scientifiques [2e éd., 1885], Paris, Fayard, réédition de 1987, parle du latin de Linné comme d’un « langage dans lequel chaque mot est précis, et chaque phrase ordonnée logiquement, clairement, comme aucun auteur romain ne l’a fait. Linné n’était pas linguiste. Il savait à peine quelque chose des langues modernes, et il est aisé de s’apercevoir qu’il luttait contre beaucoup de difficultés quand il écrivait en latin. Avec un vocabulaire limité et une tournure d’esprit qui répugnait à la fois aux périodes cicéroniennes et aux réticences de Tacite, il sut créer une langue précise, appropriée à la description des formes et intelligible même pour les écoliers. Il ne s’est jamais servi d’un terme sans l’avoir défini. » (p. 295-296).

18 Philosophie botanique…, op. cit. note 10, p. 49 (note). Pour Linné [PB 82], « Le TRONC porte les Feuilles & la Fructification ; il y en a VII especes, la Tige, le Chaume, la Hampe, le Peduncule, le Petiole, le Frondin, le Stipe » (cf. aussi la note p. 308).

19 Ibid., p. 66 (note).

20 Ibid., p. 341, « Note du traducteur ».

21 Linné Carl von, « Dissertation sur les sexes des plantes », Observations sur la physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts, 1788, 32, p. 440-462 (traduction effectuée à partir de la version anglaise publiée par le linnéen anglais James Edward Smith (1759-1828), un ami de Broussonet).

22 Ibid., p. 444, note 3.

23 Cf. Daudin Henri, Cuvier et Lamarck. Les classes zoologiques et l’idée de série animale (1790-1830) [1926-1927], Paris, Éditions des archives contemporaines, réédition de 1983, t. I, p. 129-130.

24 Lamarck Jean-Baptiste, « Sur les ouvrages généraux en histoire naturelle ; Et particulièrement sur l’Édition du Systema Naturae de Linneus, que M. J. F. Gmelin vient de publier », Actes de la Société d’histoire naturelle de Paris, 1792, 1, 1re partie, p. 81-85 (p. 82).

25 Millin Aubin-Louis, op. cit. note 11, p. 8.

26 Ibid., p. 9.

27 Ibid., p. 10.

28 Ibid., p. 11. « Personne n’aime plus que moi le systême [de] Linneus, commente Millin, personne n’a plus cherché à faire prévaloir la doctrine de ce grand naturaliste ; mais il ne faut pas toujours jurer d’après la parole du maître, il ne faut pas recevoir jusques à ses erreurs. Il faut adopter ses principes, sa manière de traiter l’Histoire naturelle, mais non pas suivre aveuglément tout ce qu’il a écrit sur cette matière. Ce seroit se refuser d’avancer avec la science et ne pas vouloir suivre ses progrès. » (souligné par lui).

29 Ibid., p. 16.

30 Millin Aubin-Louis, [Sur le Nomenclateur botanique de Gouan], Magazin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, 1795 [an III], 2, p. 319-329 (p. 322).

31 Ibid., p. 322-323 (souligné par lui). Qu’entendre par « génie d’une langue » ? Voltaire, dans son Dictionnaire philosophique (1764), en donne la définition suivante : « son aptitude à dire de la manière la plus courte et la plus harmonieuse ce que les autres langues expriment moins heureusement ». Pour Guyton de Morveau, l’un des premiers réformateurs de la nomenclature chimique, il s’agit d’une « sorte de convenance du matériel des sons, de la métaphysique du style, avec les opinions & les habitudes de la Nation ; il n’est donc pas moins exigeant pour l’oreille que pour l’esprit. L’Anglois & l’Allemand admettent facilement des mots formés de plusieurs mots assemblés sans liaison grammaticale, sans inflexion paragogique. La langue Françoise est bien plus réservée dans l’usage de ces composés, & ne reçoit même dans les Arts que des mots arrangés pour être au ton d’une douce articulation. » (Guyton de Morveau Louis-Bernard, « Mémoire sur les Dénominations Chymiques, la nécessité d’en perfectionner le systême, & les règles pour y parvenir », Observations sur la physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts, 1782, 19 (1), p. 370-382 (p. 376)).

32 Millin Aubin-Louis, ibid., p. 324. Comme nous l’avons vu, Quesné, dans sa traduction de la Philosophia botanica de 1788, combine les deux et, concernant la feuille, traduit sagittatum par « sagittée, en fer de Fleche » et hastatum par « hastée, en fer de Pique » [PB 83. A. b. 20-21].

33 Ibid., p. 325.

34 Mouton-Fontenille de la Clotte Marie-Jacques-Philippe, Linné françois, ou Tableau du règne végétal d’après les principes et le texte de cet illustre naturaliste, Montpellier, A. Seguin, 1809, t. I, p. 2.

35 Ibid., p. lxxvi.

36 Mouton-Fontenille de la Clotte Marie-Jacques-Philippe, Système des plantes […] extrait et traduit des ouvrages de Linné, Lyon, Bruyset, 1804.

37 Mouton-Fontenille Marie-Jacques-Philippe, Tableau des systêmes de botanique, généraux et particuliers, Lyon, an VI [1798], p. 1.

38 Mouton-Fontenille Marie-Jacques-Philippe, op. cit. note 34, t. I, p. xxvi.

39 Ibid., p. xxvi-xxvii.

40 Ibid., p. xxxiv.

41 Ibid., p. xxxv.

42 L’article de Thierry Hoquet qui suit le nôtre dans le présent volume permet de comparer les partis pris des traducteurs d’hier avec ceux d’aujourd’hui. Cf. également Hoquet Thierry (dir.), Les fondements de la botanique. Linné et la classification des plantes, Paris, Vuibert, 2005, principalement p. 173-175.

43 Mouton-Fontenille Marie-Jacques-Philippe, op. cit. note 34, t. I, p. xxvii.

44 Ce débat est à rapprocher de celui qui occupe à la même époque les chimistes étrangers à propos de la traduction dans leurs langues respectives de la nouvelle nomenclature chimique. Tandis que les chimistes anglais anglicisent les noms donnés par Lavoisier, leurs homologues suédois ou allemands préfèrent les traduire : par exemple, le français « oxygène » a donné « oxygen » en anglais et « sauerstoff » en allemand (cf. Beretta Marco, « T. O. Bergman and the Definition of Chemistry », Lychnos, 1988, p. 37-67 (p. 55-56)). Notons que la réforme nomenclaturale menée à bien par les chimistes français dans les années 1780 est la référence constante des naturalistes.

45 Picot de Lapeyrouse Philippe, Figures de la Flore des Pyrénées, Paris, Du Pont, an III [1795], p. v.

46 Lettre du 12 avril 1753, in Aymen Henry, marquis de Lageard, Jean-Baptiste Aymen, botaniste entomologiste, 1728-1784, Bergerac, 1939, p. 119.

47 Lettre du 10 février 1754, in ibid., p. 148.

48 Broussonet Pierre-Marie-Auguste, « Aux Auteurs du Journal », Journal de Paris, 9 mai 1786, 129, p. 523.

49 Mornet Daniel, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de la France, 1910, 17, p. 449-496. Il est vrai que seules quatorze d’entre elles appartiennent à des hommes de science, médecins ou apothicaires (p. 453). Pourtant, l’Histoire naturelle de Buffon et le Spectacle de la nature de l’abbé Pluche sont, après le Dictionnaire de Bayle et les Œuvres de Clément Marot, les deux ouvrages les plus fréquents dans ces bibliothèques.

50 Stevens Peter F., The Development of Biological Systematics. Antoine-Laurent de Jussieu, Nature, and the Natural System, New York, Columbia University Press, 1994.

51 Cf. Duris Pascal, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993 ; id., « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) », Revue d’histoire des sciences, 1996, 49 (1), p. 23-52.

52 Cf. Brunot Ferdinand, Histoire de la langue française des origines à 1900, Paris, Armand Colin, 1930, t. VI, 1re partie, fascicule 2, p. 523-675, et Reynaud Denis, Problèmes et enjeux littéraires en histoire naturelle au XVIIIe siècle, thèse de doctorat de l’Université Lumière – Lyon 2, 2 tomes, 1988.

53 Anonyme, [Sur les Stirpes novae… de L’Héritier], Journal de Paris, 19 mars 1786, 78, p. 314. Mais l’auteur convient que « les descriptions de plantes faites en latin ont un grand avantage sur celles qu’on pourroit faire en françois : un nombre considérable de termes techniques que la délicatesse de notre langue rejette, expriment en latin, d’une manière aussi laconique que précise, les différens attributs des végétaux » (ibid.).

54 Cité dans Letouzey Yvonne, Le jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1824), Paris, Éditions du Muséum national d’histoire naturelle, 1989, p. 272.

55 Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle des animaux, Paris, Panckoucke, 1782, t. I, Introduction à l’histoire naturelle, p. vi. Cf. aussi Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle. Contenant les poissons, Paris, Panckoucke, 1787, t. III, Introduction. Caractères distinctifs & nomenclature des Poissons, p. xii-xiii.

56 Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle. Contenant les poissons, ibid., p. viii et p. xii.

57 Candolle Alphonse de, op. cit. note 17, p. 296 (Section VIII : « Avantage pour les sciences d’une langue dominante et laquelle des langues modernes sera nécessairement dominante au xxme siècle »).

58 Ibid., p. 298.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search