Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Retraduire la science. Le cas de l’Optique de Newton, de Pierre Poste (1720) à Jean-Paul Marat (1787)

Jean-François Baillon

Texte intégral

  • 1 À M. le comte Jean-Marie Mazzuchelli, 17 mars 1751, in Algarotti Francesco, Œuvres, Berlin, G. J. (...)

1L’Optique d’Isaac Newton, dont la première édition fut publiée en 1704 à Londres, constitue un cas relativement rare de retraduction d’un traité scientifique dans la même langue, dans un intervalle de temps restreint. La traduction publiée dans l’anonymat par Jean-Paul Marat en 1787, seulement trois quarts de siècle après celle de Pierre Coste, publiée en 1720, se veut en effet une nouvelle traduction du même texte. La comparaison des deux traductions entre elles et avec l’original anglais a déjà été faite et ne mène pas bien loin. Chacune des deux traductions a ses qualités et ses défauts, et aucune ne mérite l’opprobre dont il arriva que chacune soit couverte, pour des raisons qui n’ont jamais eu grand-chose à voir avec leurs qualités intrinsèques en tant que traductions. Voici par exemple le jugement porté par Francesco Algarotti : « M. Coste, qui entre tous les traducteurs s’est distingué par son exactitude et sa fidélité, pour n’avoir pas eu une entière connaissance de la matière, a fait une infinité de fautes dans sa traduction Françoise de l’Optique de Newton »1. La traduction de Coste est plus exacte, celle de Marat plus fluide.

  • 2 Hall A. Rupert, Philosophers at war : the quarrel between Newton and Leibniz, Cambridge, Cambridge (...)

2Au-delà de ces considérations générales, on pourrait donc se demander quel peut bien être l’intérêt de revenir sur ce dossier. La perspective adoptée ici consistera à envisager ces deux traductions comme deux cas de communication scientifique servant chaque fois des buts précis. L’histoire de la publication de chacune de ces traductions révèle en effet deux logiques très différentes. La traduction de Coste, publiée du vivant de Newton, doit être considérée comme une composante cruciale d’une stratégie de diffusion des théories newtoniennes à un moment particulièrement sensible des relations intellectuelles entre l’Angleterre et le Continent. Selon l’historien des sciences A. Rupert Hall, c’est en effet la traduction française de l’Optique qui confère à Newton, de son vivant, une gloire internationale2. Quant à la traduction de Marat, elle est l’œuvre d’un individu qui a tenté en vain de percer dans les milieux scientifiques de Paris et de Province, en proposant une théorie prétendument révolutionnaire de la lumière et des couleurs en rupture avec le modèle newtonien. Paradoxalement, c’est donc un adversaire déclaré de la science newtonienne qui publie une nouvelle traduction de l’Optique, censée être plus conforme à l’original – mais quel retraducteur n’a pas tenu ce discours ?

La traduction de Pierre Coste

  • 3 Guerlac Henry, Newton on the Continent, Ithaca, Cornell University Press, 1981, p. 76.
  • 4 Westfall Richard S., Never at Rest. A Biography of Isaac Newton, Cambridge, Cambridge University P (...)
  • 5 Ibid., p. 796.

3À strictement parler, la traduction de Coste ne constitue pas la première tentative de traduction du traité de Newton. Beaucoup plus tôt, une tentative avait été faite, conservée sous forme manuscrite et jamais publiée3. Nous en reparlerons un peu plus loin. Il existe deux éditions de la traduction de Coste : la première, imprimée à Amsterdam chez Pierre Humbert en 1720 ; la seconde, imprimée à Paris chez le libraire François Montalant en 1722 (« Traduit par M. Coste, sur la seconde édition angloise, augmentée par l’auteur. Seconde édition françoise, beaucoup plus correcte que la première »). Le suivi de cette dernière édition fut confié à l’abbé et académicien Pierre Varignon par Newton lui-même. Varignon, qui avait assisté aux expériences réalisées par Sébastien Truchet, est chargé par l’Académie royale des sciences du compte rendu de la première édition en français de l’Optique, l’édition d’Amsterdam de 1720, avant de se voir confier la responsabilité de l’édition de Paris – édition personnellement supervisée par le chancelier de France, Henri François d’Aguesseau4. Sur la demande de Varignon, Newton exécute un dessin pour la gravure, qui ornera chacun des deux volumes prévus. Il choisit l’expérience des deux prismes, l’experimentum crucis, accompagnée de la devise : « Nec variat lux fracta colorem » – la lumière ne change pas de couleur quand elle est réfractée5.

  • 6 Rumbold Margaret E., Traducteur huguenot. Pierre Coste, New York, P. Lang, 1991, p. 77.

4Natif d’Uzès, Pierre Coste (1668-1747) suit le destin de nombreux huguenots et fait ses études sur le chemin de l’exil à Genève, Lausanne, Zurich et Leyde. Auteur d’un Discours sur la philosophie où l’on voit en abrégé l’histoire de cette science (1691 ; traduction latine en 1705), il traduit du latin et de l’italien, avant de s’attaquer à l’anglais de John Locke en 1695 avec Some Thoughts Concerning Education (1693), dont il donne la première traduction française sous le titre De l’éducation des enfans. Arrivé en Angleterre en 1697, il devient le précepteur du jeune Francis Masham, protecteur de Locke, qui l’engage en qualité de secrétaire. Il poursuit une collaboration avec Locke jusqu’à la mort de ce dernier en 1704 (en 1705, il fera paraître un éloge de Locke dans les Nouvelles de la République des Lettres). Outre les pensées de Locke sur l’éducation, dont il assurera plusieurs rééditions nécessitées par le succès de l’ouvrage et par les additions de Locke au texte original, Coste aura traduit deux ouvrages majeurs du philosophe : l’Essai sur l’entendement humain et le Christianisme raisonnable. Il traduit en 1705 une œuvre de Lady Masham, Discours sur l’amour divin. Dans l’édition de 1715 du Christianisme raisonnable, augmentée des réponses de Locke au théologien John Edwards, Coste ajoute une Dissertation de son cru, où l’on établit le vrai et l’unique moyen de réunir tous les chrétiens, malgré la différence de leurs sentiments, ainsi que La Religion des dames, traduction de The Ladies’ Religion, ouvrage anonyme de 1698 attribué au théologien William Stephens. En d’autres termes, l’homme qui se voit confier la traduction de l’Optique vers la fin des années 1710 n’a rien d’un amateur : c’est un traducteur expérimenté de textes philosophiques parfois ardus et qui a eu l’occasion de réfléchir sur sa pratique (comme l’attestent son « Avertissement du traducteur » précédant sa traduction du Christianisme raisonnable, et surtout le copieux appareil de notes commentant l’Essai sur l’entendement humain). Selon la biographe de Coste, celui-ci « ne se voyait pas simplement comme traducteur : il était effectivement interprète d’idées et souvent ses traductions éclaircissent les originaux »6.

  • 7 Baillon Jean-François, « Early eighteenth-century Newtonianism : the Huguenot contribution », Stud (...)
  • 8 Rumbold Margaret E., op. cit. note 6, p. 75.

5Il devient ensuite précepteur des enfants d’Edward Clarke, l’ami de Locke qui était le premier destinataire de ses écrits sur l’éducation. Parallèlement, il poursuit sa carrière de traducteur (Francesco Redi, De animalculis ; Shaftesbury, Essai sur l’usage de la raillerie, Le Jugement d’Hercule ; des auteurs classiques comme Xénophon et Plaute). Huguenot exilé en Angleterre, il fait partie de ce réseau d’intermédiaires culturels, de traducteurs et de vulgarisateurs, journalistes et éditeurs, qui assurent la diffusion des Lumières anglaises dans l’Europe entière7. La décision de faire traduire l’Opticks de Newton par Coste serait due à l’intervention de la princesse de Galles8. Curieusement, sa traduction de l’Optique sera aussi sa dernière. Par la suite, ses travaux les plus marquants sont des éditions des Essais de Montaigne (1724), des Caractères de Théophraste (1733) et de Fables choisies de La Fontaine (1743). Il meurt à Paris au début de l’année 1747.

  • 9 Motte Charles de la, « La Vie de Coste » (c. 1747), in Bouchilloux Hélène et Pitassi Maria-Cristin (...)

6Selon un des premiers biographes de Coste, il fut nommé en 1714 précepteur du fils de Shaftesbury, alors âgé de quatre ans, et vers cette époque il traduisit pour la princesse de Galles « quelques pièces de M. Newton » (vraisemblablement liées à la controverse avec Leibniz)9. Toujours selon le même biographe,

  • 10 Ibid., p. 255.

M. Newton l’engagea à traduire son Optique, ce que M. Coste ne pouvoit se resoudre à entreprendre parce qu’il n’entendoit pas les Mathematiques, mais M. de Moivre qui étoit de ses amis et encore plus de M. Newton, promit de l’aider dans cette partie, mais il ne tint pas parole, ce qui chagrina beaucoup M. Coste, qui ne vouloit pas envoyer sa copie pour l’imprimer. Il le fit pourtant à force de sollicitations, d’autant plus qu’il l’avoit entreprise par ordre de la Princesse de Galles, et que M. De Sagulliers promit de revoir sa traduction.10

  • 11 Hall A. Rupert et Tilling Laura (eds.), The Correspondence of Isaac Newton, Cambridge, Cambridge U (...)

7Pourtant, Coste n’est pas un homme de science, et la traduction finalement publiée dans deux éditions successives est le résultat d’une révision par plusieurs membres de l’entourage de Newton, en particulier Jean-Théophile Desaguliers et Abraham de Moivre, qui sont eux aussi des membres de la diaspora huguenote en Angleterre. L’intervention de De Moivre porte sur la seconde édition, l’édition parisienne de 172211.

Les enjeux de la traduction de Pierre Coste

  • 12 Hall A. Rupert, « Newton in France : a new view », History of Science, 1975, 13, p. 238.

8L’intérêt manifesté par Newton pour la traduction de son traité des couleurs doit être relié à un contexte plus large, caractérisé par trois préoccupations : la querelle de priorité qui l’oppose à Leibniz, puis aux disciples de ce dernier après sa mort en 1716 ; les éditions successives du Traité d’Optique (éditions latines comprises) ; enfin, la préparation de nouvelles éditions des Principia (1713 et 1726). La correspondance de Newton entre 1718 et 1722 atteste en effet du très grand soin dont il entoure les deux projets successifs d’édition de l’Optique en traduction française. Il est à remarquer que l’Optique est le seul texte scientifique de Newton dont une traduction française fut imprimée de son vivant. Il faudra attendre 1759 pour voir publiée la traduction des Principia par la marquise du Châtelet. À la fin des années 1710, l’Opticks est aussi, avec les Principia, le seul des textes scientifiques de Newton dont il ait lui-même supervisé l’édition12, et donc le seul qu’il soit susceptible d’utiliser dans une stratégie de conquête de l’opinion scientifique sur le Continent.

  • 13 Baillon Jean-François, « Théologie newtonienne et théorie de la vision : quels contextes pour les (...)

9La traduction publiée en 1720 comporte des références aux expériences réalisées par Desaguliers en 1715 pour contrer les critiques de Edme Mariotte. S’il est exact que l’Optique de 1704 paraît à un moment où Newton lui-même a cessé d’enrichir et de compléter sa théorie, en revanche il serait exagéré de n’y voir qu’une simple répétition de thèses et d’expériences déjà anciennes. En particulier, entre la première édition anglaise de 1704 et la dernière édition anglaise de 1721, Newton ne cesse d’augmenter le nombre et le volume des Questions (Queries) qui terminent le livre III. Cet « appendice » au statut controversé développe des considérations qui vont très au-delà du champ de la théorie de la lumière et des couleurs, pour inclure des hypothèses sur la structure intime de la matière, sur l’attraction et sur la religion primitive13.

  • 14 Hall A. Rupert, op. cit. note 12, p. 237.
  • 15 Newton Isaac, Traité d’Optique, Amsterdam, 1720, p. XIII. Ce passage est repris verbatim dans l’éd (...)

10Les traductions publiées en 1720 et 1722 constituent un élément de l’offensive menée par les défenseurs anglais et continentaux du newtonisme, dans un contexte encore marqué par la polémique contre Leibniz : le projet de traduction remonte à la fin des années 1710, soit relativement peu de temps après la mort de Leibniz en 1716. La polémique s’est poursuivie au-delà de cette date, notamment à travers la publication des deux éditions du Recueil de diverses pièces qui rassemble la correspondance échangée par Leibniz et Samuel Clarke autour des conséquences théologiques et métaphysiques de l’attraction, ainsi qu’un certain nombre de documents annexes liés à la querelle entre partisans de Newton et partisans de Leibniz. L’édition supervisée par le proche de Newton, Clarke, est publiée en 1717 ; celle du huguenot Pierre Des Maizeaux paraît en 1718. L’une et l’autre connaîtront de multiples réimpressions au xviiie siècle. Associé étranger de l’Académie royale des sciences depuis 1699, Newton n’entre véritablement en communication avec l’auguste assemblée qu’en 171314, année de la deuxième édition des Principia, dont le Scholium Generale contient notamment une réponse à Leibniz. On lit dans la « Préface du traducteur » de l’édition de 1720 une mise au point sur la nature de la pesanteur, qui peut être interprétée comme une réponse à certaines critiques émises par Leibniz et par d’autres adversaires de Newton : « Enfin [Newton] nous donne ici ses conjectures sur la Pesanteur, d’où il apparaît évidemment qu’il n’a jamais regardé la Pesanteur comme une propriété essentielle aux Corps. On peut voir aussi par ce qu’il dit de l’Attraction, que ce Principe n’est rien moins que ce qu’on a nommé Qualité Occulte dans les Écoles »15.

  • 16 Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 794-795, et Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. not (...)
  • 17 Éloge de Polignac par Dortous de Mairan, 1747, cité in Hall A. Rupert et Tilling Laura, ibid., p.  (...)
  • 18 Hall A. Rupert, op. cit. note 12, p. 241-242.
  • 19 Ibid., p. 237.

11La première édition anglaise de l’Opticks (1704) était accompagnée de deux opuscules mathématiques portant sur le calcul infinitésimal (Also two treatises of the species and magnitude of curvilinear figures, à savoir : Enumeratio linearum tertii ordinis et Tractatus de quadratura curvarum, en latin), de même que la première traduction latine, l’Optice de 1706 (Tractatus duo ejusdem authoris de speciebus et magnitudine figurarum curvilinearum, latine scripti). Entre les deux éditions françaises, paraît une troisième édition anglaise (1721). À cette époque, la théorie optique de Newton n’avait encore eu qu’un très faible impact sur le Continent. Ce n’est qu’avec les expériences réalisées par Desaguliers en 1715 que des Continentaux commencent à s’y intéresser : la publication de la deuxième édition latine incite Sébastien Truchet (1657-1729), un membre honoraire de l’Académie royale des sciences, à répéter – avec succès – les expériences jadis contestées par Mariotte dans De la nature des couleurs (1681), ce qui avait suffi à réfuter la théorie newtonienne aux yeux de la plupart des hommes de science français de l’époque16. Dans une lettre probablement datée de 1721, Truchet remercie Newton de l’envoi d’un exemplaire du Traité d’Optique de 1720, et explique que, en s’aidant d’un exemplaire du texte anglais et grâce aux services de traducteur d’Étienne-François Geoffroy (1672-1731), il a réalisé la plupart des expériences décrites dans son traité, en présence d’un public qui comprenait notamment le cardinal de Polignac (1661-1742), adversaire de Newton en raison de « sa conformité avec les points fondamentaux de la Physique d’Épicure »17. Geoffroy, à qui le secrétaire de la Royal Society Hans Sloane avait envoyé en 1705 un exemplaire de la première édition du texte anglais, n’était autre que l’auteur d’une sorte de résumé-traduction qui avait été lu devant l’Académie royale des sciences au cours de dix sessions entre août 1706 et juin 170718. Geoffroy était le correspondant régulier de Sloane dans les premières années du xviiie siècle19. Le fait que la première traduction française de l’Opticks ait été publiée à Amsterdam témoigne du succès relativement précoce du newtonisme en Hollande, notamment grâce aux efforts de Desaguliers et de Wilhelm Jacob ’sGravesande (1688-1742).

  • 20 Ibid.
  • 21 Bléchet Françoise, « L’abbé Bignon, président de l’Académie royale des sciences », in Demeulenaere (...)
  • 22 Newton accompagne son envoi du commentaire suivant : « Here I cultivate the experimental philosoph (...)
  • 23 Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 50-53 ; Westfall Richard S., ibid. (...)
  • 24 Varignon à Bernoulli, 10/11 octobre 1721, in Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vo (...)
  • 25 Ibid., p. 216.
  • 26 Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 791.
  • 27 Ibid., p. 776.

12Le projet d’une édition parisienne, finalement concrétisé en 1722, relève d’une tout autre stratégie : la conquête d’un public a priori hostile dans un pays où dominent les partisans de Descartes et de Leibniz, malgré la présence de quelques partisans de la théorie newtonienne des couleurs tels que Geoffroy, le chevalier de Louville ou Nicolas Malebranche20. Les deux préfaces du traducteur de 1720 et de 1722 ne manqueront pas de rappeler les premiers succès expérimentaux de la science newtonienne en France. Avant la première édition, Newton avait en quelque sorte préparé le terrain, en faisant adresser à l’abbé Bignon, président de l’Académie royale des sciences, par l’intermédiaire de l’abbé Varignon, un exemplaire de son Opticks21. En 1719, Newton envoie à Bernard le Bovier de Fontenelle un exemplaire de l’Opticks, accompagné d’une lettre où il aborde des questions de méthode22. Il envoie aussi à Varignon cinq exemplaires de l’édition de l’Optice latine de 1719. Dans une lettre du 15 juillet 1719, Varignon l’informe qu’il a fait don d’un exemplaire à l’Académie, à Johann Bernoulli, à Fontenelle et à Rémond de Montmort23. Entre 1714 et 1722, Varignon sert d’intermédiaire entre Newton et plusieurs hommes de science du Continent. Manifestement, l’envoi d’exemplaires du Traité d’Optique fait partie d’une tentative pour amadouer les hommes de science et philosophes du Continent, à un moment où les cendres de la querelle de priorité sont encore chaudes. En octobre 1721, Varignon écrit à Bernoulli pour lui annoncer que Newton lui destine trois exemplaires de l’édition parisienne du Traité d’Optique en cours d’impression24. Dans une lettre du 11 novembre 1722, le cartésien Fontenelle remercie Newton de l’envoi d’un exemplaire de la deuxième édition française de l’Optique, et confesse avoir été touché d’être mentionné dans la préface de Coste, modifiée à cette fin par rapport à l’édition hollandaise de 172025. De Moivre, qui participe à la révision de la traduction de Coste pour l’édition de Paris de 1722, joue le même rôle de conciliateur en 1721 et 172226. Quant à Coste, il avait traduit en français en 1716 une lettre de Newton adressée à Leibniz par l’intermédiaire de l’abbé Antonio Conti27.

  • 28 Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 90-91.
  • 29 Ibid., p. 147-148.
  • 30 Cf. lettres de Varignon à Newton, 7 septembre 1721, in Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. n (...)
  • 31 Ibid., p. 206-210.
  • 32 . Lettre à Newton, 17 septembre 1721, in ibid., p. 157-158.

13Cette stratégie porte ses fruits puisque, en mai 1720, Varignon fait part à Newton de l’intention d’un libraire parisien, Montalant, de publier la traduction française de l’Optique sur la base de l’édition hollandaise de 1720. Dans la même lettre, Varignon fait état de son intention de donner son approbation à ce projet28. Cependant, il ne s’agira pas d’une simple réédition : le texte de 1720 sera révisé par De Moivre, désigné par Newton lui-même. Cette concurrence déplaît à Coste, qui le fait savoir à Newton dans une lettre du 16 août 1721 : « I am used coarsely enough in not having had the perusal of the corrections of Mr. de Moivre before they were printed, by the slanders of Mr. Des Maizeaux, an effect of that denyal as I foretold it, & in not having the perusal of one third at least of the corrections of Mr. de Moivre »29. Finalement, Newton intervient auprès de Varignon pour inciter ce dernier à tenir compte des corrections suggérées par Coste30. Dans une lettre à Newton du 24 juillet 1722 accompagnant les épreuves du texte, Varignon insiste sur l’apport de De Moivre, Coste s’étant déclaré incompétent sur les aspects proprement scientifiques du traité, mais admet que les corrections suggérées par les deux co-traducteurs étaient rarement divergentes. En cas de litige, Varignon a arbitré en s’appuyant sur l’édition latine31. D’autres difficultés dues à la mauvaise volonté manifestée par le libraire Montalant ralentissent le progrès de l’entreprise, justifiant l’intervention du chancelier d’Aguesseau qui saisit l’occasion pour faire savoir à Newton tout le bien qu’il pense de ses travaux d’optique32.

  • 33 Newton à Varignon, 26 septembre 1721, in ibid., p. 160-166.
  • 34 Varignon à Newton, 28 novembre 1721, in ibid., p. 178-180.
  • 35 Newton à Oldenburg, 6 février 1672, in Cohen I. Bernard et Westfall Richard S. (eds.), Newton, New (...)
  • 36 Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 199-201.
  • 37 Ibid., p. 212-213.
  • 38 Sepper Dennis L., Goethe contra Newton. Polemics and the project for a new science of color, Cambr (...)

14L’un des sujets qui occupent la correspondance de Newton et de Varignon est le choix d’une illustration en tête de chacun des deux volumes prévus, dans ce qui sera, à la différence de l’édition hollandaise, une publication de prestige, notamment par le format : au lieu des deux volumes in-12° de l’édition de 1720, l’édition Montalant propose un luxueux in-quarto de près de 600 pages. C’est à la suggestion de Varignon que Newton songe à une illustration susceptible de résumer le mieux possible l’essence de sa théorie33. Le choix de Newton se porte rapidement sur la désormais célèbre « expérience cruciale » qui met en œuvre deux prismes. Varignon approuve sans réserve ce choix, puisque l’expérience cruciale établit selon lui sans le moindre doute l’immutabilité des couleurs, ce qui est un des points fondamentaux de la théorie34. Newton lui-même avait désigné l’expérience des deux prismes par le terme d’experimentum crucis dans une célèbre lettre à Henry Oldenburg du 6 février 1672 avant d’en développer le contenu dans un article publié la même année dans les Philosophical Transactions of the Royal Society of London ; mais c’est Desaguliers qui avait pris l’initiative de mobiliser à nouveau l’expression au service de la propagande newtonienne après 1714, tout en offrant aux visiteurs de la Royal Society le spectacle d’une mise en scène totalement renouvelée de l’expérience originelle35. Varignon et Newton accordent beaucoup d’importance à la vignette représentant cette expérience. Le 17 avril 1722, Varignon suggère à Newton des modifications de détail destinées à la rendre à la fois plus lisible et plus efficace36. Dans une lettre du 22 octobre 1722, Newton remercie le graveur Jacques-Antoine Arlaud du soin particulier apporté à la gravure37. De fait, le choix de cette vignette comme « résumé visuel » de la théorie accrédite l’idée que celle-ci est directement lisible dans les phénomènes eux-mêmes, c’est-à-dire que l’expérience des deux prismes donne directement à voir de façon incontestable à la fois la réfrangibilité différentielle et l’homogénéité des rayons colorés, double thèse qui sera précisément contestée par Marat, puis par Goethe38.

  • 39 Schaffer Simon, op. cit. note 35, p. 215.
  • 40 Ibid., p. 216.

15À partir des années 1720, les éditions et traductions de textes scientifiques de Newton suivent largement l’essor du newtonisme en Europe, essor dont ces publications sont à la fois l’instrument et le reflet : A Treatise of the System of the World (1728) ; Optical Lectures (1728) ; The Mathematical Principles of Natural Philosophy (traduction anglaise d’Andrew Motte, 1729) ; The Method of fluxions and Infinite Series (traduction anglaise de John Colson, 1736) ; La Méthode des fluxions et des suites infinies (traduction française de Buffon, 1740) ; Sir Isaac Newton’s Two Treatises of the Quadrature of Curves, and Analysis by Equation of an Infinite Number of Terms (traduction anglaise de John Stewart, 1745) ; Principes mathématiques de la philosophie naturelle (traduction française de Mme du Châtelet, 1759). Le succès de la science newtonienne doit évidemment beaucoup au renfort des commentateurs et des vulgarisateurs : Wilhelm J.’sGravesande, Matheseos universalis elementa (Lyon, 1727) ; Henry Pemberton, A View of Sir Isaac Newton’s Philosophy (Londres, 1728 ; traduction italienne publiée à Venise en 1733 et traduction française publiée à Amsterdam et Leipzig en 1755) ; Francesco Algarotti, Il newtonianismo per le dame (Naples, 1737 ; traduction française publiée chez Montalant en 1738 et traduction anglaise d’Elizabeth Carter publiée à Londres en 1739) ;’sGravesande, An Explanation of the Newtonian Philosophy (Londres, 1735) ; James Hodgson, The Doctrine of Fluxions (Londres, 1736) ; Robert Smith, A Compleat System of Opticks (Londres, 1738 ; traduction néerlandaise en 1753, allemande en 1755 et française en 1767) ; Voltaire, Réponse à toutes les objections principales que l’on a faites en France contre la Philosophie de Neuton (Paris, 1739) ; Colin Maclaurin, Exposition des découvertes philosophiques de M. le Chevalier Newton (traduction française de Lavirotte, Paris, 1749). Ces commentaires et textes de vulgarisation favorisent la dissémination des idées newtoniennes, appuyée par le travail de communication scientifique consistant à réaliser des expériences en public, comme celles de Francis Hauksbee, Desaguliers et plus tard de Stephen Demainbray, dont les tournées en Europe au début et à la fin du siècle contribuent à l’affermissement de l’autorité des théories physiques de Newton (notamment en ce qui concerne Hauksbee et Desaguliers, dans le contexte de la rivalité avec Leibniz des années 1710)39. En 1715, Desaguliers réalise des expériences devant des visiteurs venus de Hollande, d’Italie et de France, expériences ensuite répétées avec succès à Paris et ailleurs40.

  • 41 Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 796 et note 48. Voir aussi Amalric Pierre, « Marat et l’o (...)

16Cependant, ce mouvement n’est pas uniforme, et il rencontre des oppositions tout au long du xviiie siècle : ce qu’on appelle parfois l’anti-newtonisme trouve des porte-parole éminents en Angleterre aussi bien qu’en France – et ailleurs : au moment de la publication des traductions françaises, Newton doit essuyer les critiques d’un certain Giovanni Rizzetti (1675-1751), qui publiera plus tard De luminis affectionibus specimen physico mathematicum (Trévise, 1727) et Saggio dell’antinevvtonianismo sopra le leggi del moto e dei colori (Venise, 1741)41, et de Nicolas Hartsoeker, auteur d’un Recueil de plusieurs pièces de physique, où l’on fait voir l’invalidité du système de Mr Newton (Utrecht, 1722). Tout au long du siècle, ce sont tous les domaines de la science newtonienne qui seront attaqués : le calcul infinitésimal combattu dans ses principes mêmes par George Berkeley dans The Analyst (1733), l’astronomie critiquée par Étienne-Simon de Gamaches dans son Astronomie physique (1740), et surtout la théorie des couleurs, qui trouve sur son chemin de nombreux adversaires : Louis-Bertrand Castel, auteur du Vrai système de physique générale de M. Isaac Newton (1743), Jacques Gautier d’Agoty et sa Chroma-génésie, ou génération des couleurs, contre le système de Newton (1749), ou encore Celaestinus Cominale, qui publie entre 1754 et 1756 les deux parties de son Antiaerotonianismi.

  • 42 Daumas Maurice, Les instruments scientifiques aux xviie et xviiie siècles, Paris, Jacques Gabay, 2 (...)
  • 43 Tonnelat Marie-Antoinette, « Diffusion de l’optique newtonienne », in Taton René (dir.), Histoire (...)
  • 44 Daumas Maurice, op. cit. note 42, p. 204-205.
  • 45 Tonnelat Marie-Antoinette, op. cit. note 43, p. 502.

17L’un des points discutables – et les plus discutés – de la théorie newtonienne est l’affirmation de l’impossibilité de supprimer l’aberration chromatique dans la construction des lunettes et télescopes. Sur la foi des expériences 7 et 8 de la Proposition III du Livre II de l’Optique, la théorie newtonienne des couleurs « avait acquis une telle autorité que, pendant plus de trente ans, on ne songea pas à revenir sur ses conclusions »42. En Angleterre, le crédit accordé à cette théorie menace de devenir un véritable obstacle épistémologique, puisqu’il empêche la diffusion des découvertes empiriques de Chester Moor Hall en 173343. Progressivement, vers le milieu du siècle, les recherches empiriques et théoriques de John Dollond, Leonhard Euler, Samuel Klingenstierna, James Short et quelques autres finissent toutefois par démontrer l’erreur de Newton44. En 1757, l’opticien Dollond répète les expériences de Newton et le résultat qu’il obtient l’amène à se prononcer en faveur de la possibilité de l’achromatisme45.

  • 46 Ibid., p. 506-507.
  • 47 Shapiro Alan E., Fits, Passions, and Paroxysms. Physics, method, and chemistry and Newton’s theori (...)

18Sur un plan plus théorique, les difficultés de la théorie newtonienne finiront par être examinées par certains de ses continuateurs : Roger Boscovich dans sa Dissertatio de lumine (Rome, 1749) et Euler dans ses Lettres à une princesse d’Allemagne (Berne, 1775)46. Euler examine ces difficultés dans sa Nova theoria lucis et colorum (1746) et dans son « Essai d’une explication physique des couleurs engendrées sur des surfaces extrêmement minces » (1752). Mais il reste dans la continuité du paradigme newtonien : l’un des spécialistes des recherches d’optique de Newton, Alan Shapiro, parle à son propos de « cadre newtonien » (« Newtonian framework »)47.

  • 48 Ibid., p. 237.

19D’autres remises en question de certaines thèses newtoniennes émanent de néocartésiens comme Étienne-François Dutour, auteur de « Considérations optiques », mémoires publiés entre 1773 et 1776 dans le Journal de physique. Cette publication est anonyme, ce dont l’auteur se justifie en arguant du fait qu’il a conscience de s’opposer au « célèbre Newton »48.

  • 49 Ibid., p. 242-245.
  • 50 Sur le rôle de Senebier dans la découverte de la photosynthèse, voir Tomic Sacha, Cussenot Michell (...)
  • 51 Shapiro Alan E., op. cit. note 47, p. 257.

20À partir de 1776, l’offensive vient des chimistes, qui combattent la théorie newtonienne des corps colorés. C’est le cas de Christophe Opoix, auteur d’« Observations physico-chymiques sur les couleurs » (1776). Mais Opoix s’inspire notamment des remarques de Newton lui-même dans les Queries de l’Optique (Q. 22/30 et 23/31)49. Il faut surtout noter le cas du Genevois Jean Senebier, qui publie dans le Journal de physique un mémoire « Sur le phlogistique » (1776-1777), puis un ouvrage intitulé Mémoires physico-chymiques (Genève, 1782). Pourtant, Senebier, qui mène des expériences pionnières sur la photosynthèse et sur la sensibilité à la lumière des sels d’argent, invoque lui aussi les mêmes passages de l’Optique et propose une réinterprétation des expériences décrites par Newton (Livre II, Prob. III, Prop. V)50. Plus que de contester la théorie newtonienne, il s’agit pour Senebier de la modifier en incluant une théorie chimique de la nature des corps, ce qui justifie le jugement de Shapiro pour qui des chimistes comme Opoix ou Senebier défendaient ce qui demeurait une position newtonienne légitime, et ne sortaient pas du cadre de la description newtonienne d’un univers de corpuscules, de forces et d’affinités51.

21Au moment de la publication de la traduction de Marat, la théorie de la lumière de Newton a donc un statut quelque peu ambigu. Faisant figure de science « officielle » en Angleterre et en France, elle a subi des attaques qui ont fini par révéler quelques points faibles et quelques insuffisances, sans que pour autant ses paradigmes fondamentaux soient remis en question. C’est précisément cette allégeance paradoxale, ce double bind, qui va caractériser l’entreprise de Marat.

Jean-Paul Marat (re)traducteur de l’Optique

  • 52 Gillispie Charles Coulston, Science and Polity in France at the End of the Old Régime, Princeton, (...)

22Jean-Paul Marat (1743-1793), comme Coste, a une réelle expérience de l’anglais. Dans les années 1770, il a vécu en Angleterre où il a pris part à la vie des lettres. Il a publié notamment An Essay on the Human Soul (1772), A Philosophical Essay on Man (1773), The Chains of Slavery (1774), An Essay on Gleets, wherein the defects of the actual method of treating those complaints of the urethra are pointed out, and an effectual way of curing them indicated (1775) – rédigé il est vrai dans un assez mauvais anglais – et An Enquiry into the nature, cause and cure of a singular disease of the eyes, hiherto unknown, and yet common, produced by the use of certain mercurial preparations (1776). Selon l’historien des sciences américain Charles Coulston Gillispie, cette dernière publication atteste que Marat avait déjà acquis un certain savoir théorique en optique52.

  • 53 Cité in Coquard Olivier, Jean-Paul Marat, Paris, Fayard, 1993, p. 142. Cf. aussi une lettre de 178 (...)
  • 54 Shapiro Alan E., op. cit. note 47, p. 229.

23Toutefois, dans les années 1780, les efforts de Marat pour proposer une théorie alternative se heurtent à une opposition de l’institution académique au sein de laquelle les convictions newtoniennes sont profondément ancrées. Voici par exemple ce qu’écrit l’abbé Bertholon (1741-1800) : « Quel est cet homme pour oser poser avec l’immortel Newton ? Lui qui, pendant plus de quarante ans, a fait des expériences sur l’optique. Le sieur Marat se sert de mauvais prismes et regarde ses résultats vicieux comme preuves contre Newton »53. Marat se heurte visiblement au newtonisme officiel encouragé par la diffusion des théories newtoniennes, résultat de tout un processus de traduction et de vulgarisation ainsi qu’il a été indiqué plus haut. En France, certains artisans de ce succès sont d’Alembert, auteur de l’article « Couleurs » de l’Encyclopédie, et l’abbé Nollet, dont les expériences réalisées en public illustrent la puissance des théories newtoniennes. Mais les diverses éditions de l’Optique elle-même ne sont pas étrangères à ce phénomène puisque, selon Shapiro, l’Optique est peut-être le livre scientifique le plus lu au xviiie siècle54.

  • 55 Registres de l’Académie royale des sciences, 10 mai 1780, cité in Coquard Olivier, op. cit. note 5 (...)
  • 56 Ibid., p. 162.
  • 57 Hahn Roger, L’Anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803 (...)
  • 58 Ibid., p. 218.
  • 59 Gillispie Charles Coulston, op. cit. note 52, p. 315.
  • 60 Cité in Poirier Jean-Pierre, « Marat et l’Académie des sciences : le différend avec Lavoisier », i (...)
  • 61 BI, MS. 876, fol. 95-96, cité in Hahn Roger, op. cit. note 57, p. 223-224.
  • 62 Darnton Robert, La Fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Odile Jacob, 1995, p.  (...)

24On peut, par commodité, examiner les ambitions scientifiques de Marat en deux temps : d’abord, sa tentative ratée de convaincre l’Académie royale des sciences de la pertinence de ses expériences d’optique (vers 1779-1780) ; puis sa tentative, plus réussie mais néanmoins inaboutie, de conquérir les académies de province. Sa tentative de séduction de l’Académie se heurte immédiatement à l’hostilité de Lavoisier, puisque selon ce dernier, les expériences réalisées par Marat « ne [lui] paraissent pas prouver ce que l’auteur imagine qu’elles établissent » et qu’« elles sont contraires en général à ce qu’il y a de plus connu dans l’optique »55. Cela n’empêche pas Marat de publier aussitôt ses Découvertes sur la lumière constatées par une suite d’expériences nouvelles réalisées sous les yeux de MM. les commissaires de l’Académie des Sciences, ce qui provoque le démenti officiel de Lavoisier56. La réticence de l’Académie à prendre les objections de Marat au sérieux est considérée par Jacques-Pierre Brissot de Warville comme un exemple du mauvais fonctionnement des académies, fermées à toute critique de la doctrine officielle. Selon Brissot, qui fut longtemps l’ami de Marat avant de devenir un de ses adversaires après 1789, Marat était « un expérimentateur enthousiaste qui osait combattre l’orthodoxie newtonienne de l’Académie et à qui on avait empêché de la manière la plus insupportable d’exposer ses nouvelles conceptions devant la communauté scientifique »57. Dans son ouvrage De la Vérité (Neufchâtel, 1782), Brissot rapporte une longue conversation avec Pierre-Simon Laplace, au cours de laquelle celui-ci affirmait avec force son opposition aux vues de Marat alors qu’il n’en connaissait pas la teneur précise58. Laplace justifiait son refus d’assister aux expériences organisées par Marat ou de lire ses mémoires par l’argument que les calculs démontraient que Newton avait raison59. Dans le récit de sa conversation avec Laplace, Brissot décrit Marat comme un héros qui a « courageusement renversé l’idole du culte académique et substitué aux erreurs de Newton sur la lumière un système de faits bien prouvés, bien enchaînés »60. La position de Lavoisier et de Laplace est relayée par Nicolas de Condorcet : « Le seul tort de l’Académie a été d’avoir d’abord eu l’air d’accueillir des expériences données comme nouvelles mais qui étaient connues, et qui n’avaient de neuf que le jargon systématique dont l’auteur les avait revêtues »61. C’est apparemment sous l’influence de Marat que Brissot finira par croire en l’existence d’une conspiration au sein de l’Académie royale des sciences62. En effet, comme il l’avouera par la suite dans Les Charlatans modernes (1791), Marat s’estime alors victime d’une cabale qui apporte aux théories de Newton un soutien dogmatique qui n’a rien à voir avec la dynamique de la découverte scientifique :

  • 63 Marat Jean-Paul, Les Charlatans modernes ou lettres sur le charlatanisme académique, Paris, 1791, (...)

Quoi qu’on ait très bien démontré dans ces derniers temps plusieurs erreurs de Newton en optique, on les prêchera sans doute encore pendant un siècle dans les collèges ; et je n’en suis pas surpris, mais qu’au lycée, établissement qui ne peut se soutenir que par la recherche des nouveautés qui réunissent la solidité à l’agrément, on continue à rabâcher la doctrine de la différente réfrangibilité, de la différente réflexibilité, et toutes les opinions erronées qui en découlent ; c’est ce dont je ne puis revenir d’étonnement.63

  • 64 Cité in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 169.
  • 65 Ibid., p. 170.
  • 66 Ibid., p. 210.

25Marat se tourne ensuite vers les académies de province : Bordeaux, Lyon, Montpellier et Rouen. Son choix s’explique en partie par des raisons biographiques, en partie par la solidarité maçonnique. Ce sont des académies plutôt prestigieuses. La question mise au concours en 1786 par l’Académie de Rouen porte sur des questions d’optique, et Marat obtient le premier prix. Le rapport, élogieux, est rédigé par Dom Gourdin, un ami de Marat, qui écrit : « Il est vrai que cette théorie est absolument opposée à celle de Newton et que cette théorie n’est point encore portée jusqu’à l’évidence, mais elle semble appuyée sur des faits nombreux et variés »64. Dans un manuscrit ultérieur, Dom Gourdin révèle : « C’est pour lui donner lieu de développer son système contre l’optique de Newton que j’ai fait les frais d’un prix extraordinaire en 1786 »65. Marat remporte à nouveau le prix de l’Académie de Rouen en 1787, sur un sujet qu’il a peut-être lui-même rédigé : « Les expériences sur lesquelles porte la doctrine moderne de la chaleur latente sont-elles décisives ? » En 1788, son Mémoire sur l’irisation des lames de verre, des bulles de savon et autres matières diaphanes extrêmement minces sera couronné par la même Académie66.

  • 67 Lettre du 28 février 1784 à M. de La Tourrette, citée in Coquard Olivier, « Marat et les académies (...)
  • 68 Cité in ibid., p. 83.
  • 69 Lettre de janvier 1788, citée in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 176.
  • 70 Rapport du concours, cité in ibid., p. 179.

26En revanche, Marat essuie des échecs répétés à Lyon (1785) puis à Montpellier (1786). Le sujet proposé à l’Académie de Lyon par le duc de Villeroy, gouverneur de la ville et ami de Marat, a très vraisemblablement été soufflé par ce dernier. La lettre de Villeroy à l’Académie de Lyon, sans doute préparée par Marat lui-même, fait état d’attaques récentes contre la théorie de Newton : « Depuis que les expériences de Newton ont fait changer de face à l’optique, la construction des lunettes d’astronomie, de marine et de tous les instruments de dioptrique, est fondée sur la théorie de la différente réfrangibilité. Cette théorie vient d’être attaquée avec force ; et il importe de savoir si c’est avec fondement : car tant que l’on ne sera pas éclairé par des principes sûrs, ses productions ne peuvent dépendre que d’une routine aveugle, et doivent toujours être imparfaites »67. Pendant le processus de sélection des mémoires, l’ami de Marat, Dom Gourdin, fait discrètement pression sur les académiciens de Lyon sous la forme d’une lettre au secrétaire perpétuel de l’Académie de Lyon, M. de La Tourrette, où il écrit : « Il paroit qu’en Angleterre on abandonne la théorie newtonienne »68. Marat reçoit le soutien tardif du cristallographe Romé de L’Isle dans une lettre de ce dernier à La Tourrette : « Newton a pour lui, j’en conviens, les astronomes, les géomètres et les calculateurs, mais quel physicien voudrait aujourd’hui prendre la défense du philosophe anglais ? En un mot, monsieur, comme la vérité est une et que les expériences de M. Marat sont entièrement destructives de la théorie newtonienne, ou il faut démontrer le faux de ces dernières expériences, ou il faut convenir de bonne foi que Newton s’est trompé »69. À Montpellier, le premier prix va au mémoire de Honoré de Flaugergues, qui prend le parti de Newton : « La dissertation de M. Flaugergues sur l’arc-en-ciel méritera l’attention de tous les physiciens ; il y a rigoureusement démontré la théorie de Newton qu’il avait déjà défendue avec force dans un ouvrage sur la différente réfrangibilité des rayons hétérogènes, auquel cette dissertation peut servir de suite, et qui a été couronnée par l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon »70. Parallèlement, Marat, qui publie en 1784 ses Notions élémentaires d’optique, essuie également deux échecs dans ses tentatives d’établissement à l’étranger : en Espagne (1783) puis à Berlin (1785).

27L’offensive de Marat n’est ni neuve, ni originale. En 1740, dans l’Optique des Couleurs, le père Castel récuse les prétentions des partisans de Newton, et affirme qu’il faut rejeter la théorie de Newton en bloc. Selon Castel, les expériences conduites par Newton à l’aide du prisme sont loin de produire les effets qu’il décrit, et son insistance sur les phénomènes le conduit à faire passer pour réalité ultime ce qui n’est qu’apparence.

  • 71 Ibid., p. 143.
  • 72 Blay Michel, « Marat théoricien de l’optique et critique de Newton », in Scientifiques et sociétés (...)
  • 73 Molella Arthur, « Marat et ses recherches physiques sur l’électricité », in Bernard Jean et al., M (...)
  • 74 Blay Michel, « Sur quelques enjeux théoriques de la lumière et des couleurs chez Jean-Paul Marat » (...)
  • 75 Gillispie Charles Coulston, op. cit. note 52, p. 309 et 314.
  • 76 Schaffer Simon, op. cit. note 35, p. 215.

28Toutefois, Marat « inscrit sa propre théorie dans la perspective newtonienne à bien des égards »71. Selon Michel Blay, la critique développée par Marat est « une critique plus épistémologique que physique de la théorie newtonienne »72. En langage kuhnien, on pourrait dire que la critique de Marat n’appelle pas un changement de paradigme mais une révision de la théorie-cadre au sein d’un paradigme inchangé, à savoir – en particulier – le paradigme de l’attraction. Dans ses recherches sur l’électricité, Marat « cherche à démontrer que tous les phénomènes électriques connus peuvent être dérivés de l’attraction entre les particules »73 combiné avec celui de la composition de la lumière blanche74. Selon Gillispie, les modèles théoriques mis en place par Marat étaient « naïvement newtoniens », et une lecture attentive de ses travaux scientifiques révèle un mélange complexe de dépendance et d’hostilité envers Newton75, ce qui situe finalement Marat dans la continuité de bon nombre de critiques de Newton du xviiie siècle, et confirme la prégnance des paradigmes newtoniens fondamentaux jusqu’à la fin du siècle. En effet, selon Marat, les rayons colorés sont affectés non pas d’une réfrangibilité mais d’une « déviabilité » spécifique, c’est-à-dire que, lors de leur passage à proximité d’un bord, ils sont attirés vers ce bord selon un coefficient de déviation constant, propre à chaque couleur fondamentale. À la différence de Newton, Marat ne veut reconnaître que trois couleurs fondamentales ou primaires, alors que Castel, par ailleurs très critique de la théorie newtonienne, s’accordait avec lui sur le nombre – à savoir sept – pour des raisons très peu empiriques. On pourrait ajouter qu’en exerçant sa critique sur les théories newtoniennes, Marat s’inscrit dans l’esprit même affiché par Newton, tant dans sa démarche expérimentale – Newton reconstituait des expériences décrites par Descartes et ne retrouvait pas le résultat attendu – que dans la philosophie des Queries sur lesquelles se clôt le troisième livre (Newton y dessine notamment les grandes lignes d’un programme de recherches destiné à compléter et rectifier les résultats exposés dans son traité). Il faut ajouter que les critiques de Marat, quoique peu originales et exprimées sans modestie, sont loin d’être absurdes, surtout si l’on tient compte des difficultés bien réelles liées à la réalisation des expériences décrites par Newton et refaites par Mariotte puis par Desaguliers76.

La retraduction de Jean-Paul Marat

  • 77 Mémoires de Brissot, Paris, 1830, t. I, p. 358, cité in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 143.
  • 78 Ibid., p. 144.
  • 79 Ibid.
  • 80 Gillispie Charles Coulston, op. cit. note 52, p. 321.

29À la lumière de l’enquête sur la carrière scientifique de Marat qui vient d’être menée, il est tentant de penser que la retraduction du texte de Newton, dont la qualité est louée par certains spécialistes de l’Optique (par exemple par Michel Blay, responsable de sa réédition en 1989), fait partie d’un projet plus ambigu qu’il n’y paraît. Ainsi, selon le témoignage de Jacques-Pierre Brissot, « Marat était acharné à vouloir obtenir un éloge de l’Académie des sciences, et cet acharnement lui suggéra l’idée d’une ruse qui lui coûta un travail immense. Il entreprit de donner une nouvelle traduction des Principes d’optique de Newton. C’était la meilleure manière de les détruire, car je ne doute pas qu’il les eût altérés »77. Dans une note ultérieure (1793), Marat fait remonter la date de sa traduction à 178578. Selon Gillispie, Marat avait une conscience très aiguë de l’impact de l’apparence matérielle des livres, indépendamment de leur contenu. La publication de l’Optique est en elle-même un geste empreint de signification : alors que Marat voit ses ambitions académiques se heurter à l’orthodoxie newtonienne défendue par Lavoisier, Laplace et les autres académiciens, il publie, dans une édition de prestige, une traduction du symbole même de la théorie qui fait obstacle à sa carrière personnelle. Toutefois, selon le jugement du biographe de Marat, « Brissot s’égare en affirmant que Marat a dénaturé l’œuvre de Newton. La traduction n’est certes pas littérale, beaucoup moins que celle de Pierre Coste publiée en 1720 et que celle de Pierre Varignon publiée en 1722. En revanche, elle est incomparablement plus claire et facile à lire »79. Un jugement similaire est porté par Gillispie : « It is a free rendering, somewhat abbreviated in wording though not in content, and it gains thereby in readability, for Newton could be prolix »80.

  • 81 Newton Isaac, Traité d’Optique, Paris, Leroy, 1787, t. I, p. xxi.
  • 82 Ibid., t. II, p. 281-300.

30On peut cependant faire l’hypothèse qu’en publiant cette traduction, Marat escomptait que les expérimentateurs qui répéteraient les expériences décrites par Newton constateraient, comme lui-même avait pu le faire, l’absence de fondement de la théorie que Newton avait cru pouvoir en tirer. Comme l’écrit Marat dans la notice qui précède sa traduction : « C’est peut-être travailler à la gloire de Newton même, que de mettre les Lecteurs judicieux en état de mieux l’apprécier »81. En outre, le texte de Newton n’est pas publié seul, mais il est accompagné d’un commentaire critique. La traduction de Marat est en effet assortie d’« Observations particulières » concernant « les parties faibles ou défectueuses de la théorie de Newton » et « les progrès que l’optique a faits depuis ce grand homme »82. Marat mentionne les travaux de l’abbé Rochon, d’Euler, de Dollond, d’Alexis-Claude Clairaut, de d’Alembert, de Boscovich et de Klingenstierna. Les « lecteurs judicieux » sont peut-être ceux qui auront envie de réaliser eux-mêmes les expériences décrites et qui, ne constatant pas toujours le bien-fondé des conclusions théoriques tirées par Newton lui-même, sauront élaborer leurs propres hypothèses. Il faut se souvenir que Marat justifie son refus d’une traduction littérale dans la manière de Coste par le fait que le style de Newton fait obstacle aux attentes liées à ce genre de traité : « Cette manière d’écrire, faite pour un Génie fécond & plein de son objet, est peu propre au developement de la Science, moins encore à la marche d’un traité élémentaire » (notice du traducteur, p. xvii). Je ne développerai pas ici l’hypothèse sous-jacente à laquelle se livre implicitement Marat sur le rapport de Newton à l’écriture de la science et sur le caractère spontané et non rhétorique de son discours.

  • 83 Sur Young, voir Cantor Geoffrey, « Anti-Newton », in Fauvel John, Flood Raymond, Shortland Michael (...)

31La publication d’une retraduction accompagnée d’un abondant commentaire critique peut donc être interprétée comme une tentative de libérer le texte newtonien de la gangue de respect un peu mortifère qui en fait davantage une pièce de musée qu’un traité expérimental appelant à son propre dépassement. Marat s’inscrivait ainsi dans la continuité de prédécesseurs moins respectueux de la lettre que de l’esprit du traité de Newton. On peut en dire autant de critiques postérieurs comme Thomas Young, voire Goethe83. Ce constat n’est pas sans conséquence sur le bilan que l’on peut vouloir tirer de l’influence et de la postérité de Newton au xviiie siècle. Définie dogmatiquement comme un corps de doctrines devant être vérifiées ou invalidées par l’expérience, la théorie newtonienne de la lumière et des couleurs eut tôt fait de montrer ses limites. En revanche, conçue comme un ensemble de paradigmes et de protocoles d’expériences susceptibles de structurer les recherches à venir, l’Optique a certainement fourni à plusieurs générations d’hommes de science des Lumières européennes les moyens de son propre dépassement, inscrivant le principe de sa falsifiabilité au cœur même de sa démarche scientifique.

Notes

1 À M. le comte Jean-Marie Mazzuchelli, 17 mars 1751, in Algarotti Francesco, Œuvres, Berlin, G. J. Decker, 1772, vol. VII, p. 290.

2 Hall A. Rupert, Philosophers at war : the quarrel between Newton and Leibniz, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 252.

3 Guerlac Henry, Newton on the Continent, Ithaca, Cornell University Press, 1981, p. 76.

4 Westfall Richard S., Never at Rest. A Biography of Isaac Newton, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 795.

5 Ibid., p. 796.

6 Rumbold Margaret E., Traducteur huguenot. Pierre Coste, New York, P. Lang, 1991, p. 77.

7 Baillon Jean-François, « Early eighteenth-century Newtonianism : the Huguenot contribution », Studies in History and Philosophy of Science, 2004, 35, p. 533-548.

8 Rumbold Margaret E., op. cit. note 6, p. 75.

9 Motte Charles de la, « La Vie de Coste » (c. 1747), in Bouchilloux Hélène et Pitassi Maria-Cristina (éd.), John Locke. Que la religion chrétienne est très-raisonnable, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 254.

10 Ibid., p. 255.

11 Hall A. Rupert et Tilling Laura (eds.), The Correspondence of Isaac Newton, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, vol. VII, p. xxxvi.

12 Hall A. Rupert, « Newton in France : a new view », History of Science, 1975, 13, p. 238.

13 Baillon Jean-François, « Théologie newtonienne et théorie de la vision : quels contextes pour les éditions de l’Optique de Newton de 1704 à 1722 ? », Bulletin de la Société d’Études Anglo-américaines des xviie et xviiie siècles, juin 2006, 62, p. 129-141.

14 Hall A. Rupert, op. cit. note 12, p. 237.

15 Newton Isaac, Traité d’Optique, Amsterdam, 1720, p. XIII. Ce passage est repris verbatim dans l’édition de 1722.

16 Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 794-795, et Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 116.

17 Éloge de Polignac par Dortous de Mairan, 1747, cité in Hall A. Rupert et Tilling Laura, ibid., p. 117, note 5.

18 Hall A. Rupert, op. cit. note 12, p. 241-242.

19 Ibid., p. 237.

20 Ibid.

21 Bléchet Françoise, « L’abbé Bignon, président de l’Académie royale des sciences », in Demeulenaere-Douyère Christiane et Brian Éric (dir.), Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Paris, Tec & Doc, 2002, p. 66.

22 Newton accompagne son envoi du commentaire suivant : « Here I cultivate the experimental philosophy as that which is worthy to be called philosophy, and I treat hypothetical philosophy, not as knowledge, but by means of queries », cité in Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 792.

23 Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 50-53 ; Westfall Richard S., ibid., p. 787.

24 Varignon à Bernoulli, 10/11 octobre 1721, in Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 167-170.

25 Ibid., p. 216.

26 Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 791.

27 Ibid., p. 776.

28 Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 90-91.

29 Ibid., p. 147-148.

30 Cf. lettres de Varignon à Newton, 7 septembre 1721, in Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 152-156, et de Newton à Varignon, 26 septembre 1721, ibid., p. 160-166.

31 Ibid., p. 206-210.

32 . Lettre à Newton, 17 septembre 1721, in ibid., p. 157-158.

33 Newton à Varignon, 26 septembre 1721, in ibid., p. 160-166.

34 Varignon à Newton, 28 novembre 1721, in ibid., p. 178-180.

35 Newton à Oldenburg, 6 février 1672, in Cohen I. Bernard et Westfall Richard S. (eds.), Newton, New York et Londres, Norton, 1995, p. 173 ; Schaffer Simon, « Glass Works », in Cohen I. Bernard et Westfall Richard S., ibid., p. 216.

36 Hall A. Rupert et Tilling Laura, op. cit. note 11, vol. VII, p. 199-201.

37 Ibid., p. 212-213.

38 Sepper Dennis L., Goethe contra Newton. Polemics and the project for a new science of color, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 130-157.

39 Schaffer Simon, op. cit. note 35, p. 215.

40 Ibid., p. 216.

41 Westfall Richard S., op. cit. note 4, p. 796 et note 48. Voir aussi Amalric Pierre, « Marat et l’optique », in Bernard Jean, Lemaire Jean-François et Poirier Jean-Pierre (dir.), Marat homme de science ?, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1993, p. 123-128.

42 Daumas Maurice, Les instruments scientifiques aux xviie et xviiie siècles, Paris, Jacques Gabay, 2003, p. 203 [1re édition : Paris, PUF, 1953].

43 Tonnelat Marie-Antoinette, « Diffusion de l’optique newtonienne », in Taton René (dir.), Histoire générale des sciences, Paris, PUF, 1958, t. II, La Science moderne (de 1450 à 1800), p. 501.

44 Daumas Maurice, op. cit. note 42, p. 204-205.

45 Tonnelat Marie-Antoinette, op. cit. note 43, p. 502.

46 Ibid., p. 506-507.

47 Shapiro Alan E., Fits, Passions, and Paroxysms. Physics, method, and chemistry and Newton’s theories of colored bodies and fits of easy reflection, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 234-237.

48 Ibid., p. 237.

49 Ibid., p. 242-245.

50 Sur le rôle de Senebier dans la découverte de la photosynthèse, voir Tomic Sacha, Cussenot Michelle et Dreyer Erwin, « La lumière et les plantes : la découverte de la “photosynthèse”, 1779-1804 », in Changeux Jean-Pierre (dir.), La Lumière au siècle des Lumières et aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 145-161.

51 Shapiro Alan E., op. cit. note 47, p. 257.

52 Gillispie Charles Coulston, Science and Polity in France at the End of the Old Régime, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 295.

53 Cité in Coquard Olivier, Jean-Paul Marat, Paris, Fayard, 1993, p. 142. Cf. aussi une lettre de 1780 citée dans ibid., p. 148-149 : « Cet homme est un fou qui a cru viser à la célébrité en attaquant beaucoup de grands hommes, et en donnant des paradoxes qui n’ont séduit personne, parce que l’expérience est la vraie pierre de touche ».

54 Shapiro Alan E., op. cit. note 47, p. 229.

55 Registres de l’Académie royale des sciences, 10 mai 1780, cité in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 161-162.

56 Ibid., p. 162.

57 Hahn Roger, L’Anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1993, p. 217-218.

58 Ibid., p. 218.

59 Gillispie Charles Coulston, op. cit. note 52, p. 315.

60 Cité in Poirier Jean-Pierre, « Marat et l’Académie des sciences : le différend avec Lavoisier », in Bernard Jean et al., Marat homme de science ?, op. cit. note 41, p. 46.

61 BI, MS. 876, fol. 95-96, cité in Hahn Roger, op. cit. note 57, p. 223-224.

62 Darnton Robert, La Fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 97-99.

63 Marat Jean-Paul, Les Charlatans modernes ou lettres sur le charlatanisme académique, Paris, 1791, p. 18, note 1, cité in Newton Isaac, Optique, Blay Michel (éd.), Paris, Bourgois, 1989, p. 494, note 238.

64 Cité in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 169.

65 Ibid., p. 170.

66 Ibid., p. 210.

67 Lettre du 28 février 1784 à M. de La Tourrette, citée in Coquard Olivier, « Marat et les académies de province », in Bernard Jean et al., Marat homme de science ?, op. cit. note 41, p. 79.

68 Cité in ibid., p. 83.

69 Lettre de janvier 1788, citée in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 176.

70 Rapport du concours, cité in ibid., p. 179.

71 Ibid., p. 143.

72 Blay Michel, « Marat théoricien de l’optique et critique de Newton », in Scientifiques et sociétés pendant la Révolution et l’Empire, Paris, CTHS, 1990, p. 95.

73 Molella Arthur, « Marat et ses recherches physiques sur l’électricité », in Bernard Jean et al., Marat homme de science ?, op. cit. note 41, p. 100.

74 Blay Michel, « Sur quelques enjeux théoriques de la lumière et des couleurs chez Jean-Paul Marat », in ibid., p. 139-140.

75 Gillispie Charles Coulston, op. cit. note 52, p. 309 et 314.

76 Schaffer Simon, op. cit. note 35, p. 215.

77 Mémoires de Brissot, Paris, 1830, t. I, p. 358, cité in Coquard Olivier, op. cit. note 53, p. 143.

78 Ibid., p. 144.

79 Ibid.

80 Gillispie Charles Coulston, op. cit. note 52, p. 321.

81 Newton Isaac, Traité d’Optique, Paris, Leroy, 1787, t. I, p. xxi.

82 Ibid., t. II, p. 281-300.

83 Sur Young, voir Cantor Geoffrey, « Anti-Newton », in Fauvel John, Flood Raymond, Shortland Michael et Wilson Robin (dir.), Let Newton Be ! A new perspective on his life and works, Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 210. Une fois de plus, une tentative de dépassement de la théorie s’appuyait sur les Queries de l’Optique (complétées, dans le cas de Young, par les travaux d’optique de 1672 et 1675). Sur Goethe, voir Sepper Dennis L., op. cit. note 38.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540