Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Entre traduction et vulgarisation : l’astronomie en français au xvie siècle

Violaine Giacomotto-Charra

Texte intégral

  • 1 Nicole Oresme (mort en 1382) avait en effet déjà traduit le Tractatus de Sphæra de Jean de Sacrobos (...)
  • 2 Ce sont des livres à destination des faiseurs de pronostics, des navigateurs ou de tout autre « usa (...)
  • 3 Le Tractatus de Sphæra de Jean de Sacrobosco est un texte qui date du début du xiiie siècle mais qu (...)
  • 4 Finé Oronce, La theorique des cielz, mouvements et termes practiques des sept planetes nouvellement (...)
  • 5 Non sans avoir au préalable considérablement fait évoluer le genre : cf. sur ce point Pantin Isabel (...)
  • 6 Gemma Frisius, De principiis astronomiæ et cosmographiæ, deque usu Globi Cosmographici ab eodem edi (...)
  • 7 Nous référencerons le texte français sous le nom de son traducteur : Claude de Boissière. Première (...)
  • 8 De principiis […]. Opus nunc demum ab ipso auctore multis in locis auctum, ac sublatis omnibus erra (...)
  • 9 Ces premières traductions, encore timides, ouvrent la voie à des textes plus ambitieux qui cherchen (...)

1Lorsque commence le xvie siècle, l’astronomie est une science qui s’exprime quasi exclusivement en latin. Hormis le précédent notable constitué par la Sphère de Nicole Oresme1, et si on laisse de côté les premières tables, canons et almanachs, qui sont plutôt des instruments de travail2, la science mathématique des cieux, comme toute véritable science de l’époque, ne laisse guère de place au français. Le statut particulier de l’astronomie au sein des autres disciplines et son intense bouillonnement à la Renaissance en font cependant un objet de curiosité particulier pour le public mondain. De ce fait, le développement d’un lectorat nouveau, qui ne peut ou ne veut plus lire le latin, ainsi que l’important mouvement de réflexion sur les langues vernaculaires, font passer, au cours du siècle, la question de la constitution d’une astronomie en langue française au premier plan. Les années 1550, qui voient de manière générale un renouveau marqué de l’intérêt pour les questions liées au ciel, ont ainsi connu une vague assez soudaine et assez rapide de traductions françaises, qui se caractérise à la fois par sa variété et par sa nature en partie expérimentale. Variété, car si, en toute logique, sont traduits d’abord des ouvrages d’initiation, l’on trouve aussi des textes d’un niveau plus difficile comme la Theorique des cielz ou la Sphere d’Oronce Finé, ainsi que de nombreux traités instrumentaux. Variété encore, parce que si l’on traduit à deux reprises le vieux Tractatus de Sphæra de Jean de Sacrobosco3, les textes plus récents ne demeurent pas à l’écart : les Theoricæ novæ planetarum de Georg von Peurbach sont traduites dès 1528 par Finé4, qui parallèlement rédige puis enrichit régulièrement son propre traité de la sphère (en latin) avant d’en livrer une version française en 15515, tandis que le De principiis astronomiæ et cosmographiæ de Gemma Frisius6, essentiellement orienté vers la cosmographie, est traduit par le mathématicien Claude de Boissière, traduction publiée en 15567 en même temps que l’édition parisienne du texte latin8. Caractère expérimental, ensuite, puisque ces premières traductions du latin au français sont aussi, pour certaines, des textes porteurs d’une ambition pédagogique et linguistique nouvelle, liée à la réflexion sur les implications et les modalités du passage de l’astronomie, dotée d’un lexique technique gréco-latin bien établi, dans la langue française9. Nous voudrions donc tenter d’examiner ici ce qu’ont pu être le travail et les interrogations de ces traducteurs dans une situation scientifique et culturelle conditionnée par le bilinguisme, comment ont pu peser de manière conjointe sur la pratique de la traduction les nécessités liées à la vulgarisation, la prise de conscience croissante des interactions entre la vitalité d’une science et la langue dans laquelle elle s’exprime, et les exigences linguistiques et stylistiques propres au contexte historique de la Renaissance française.

« Choses dignes d’estre sceues »10

  • 10 Finé Oronce, La Sphere du monde proprement dite cosmographie […], Paris, Michel de Vascosan, 1551, (...)
  • 11 Gemma Frisius, La cosmographie de Pierre Apian […], Paris, Vivant Gaultherot, 1553. (Première éditi (...)
  • 12 Ibid., f. 2 r °.
  • 13 Dans ce domaine en effet, l’Italien Alessandro Piccolomini fait figure de pionnier.
  • 14 Claude de Boissière, dans sa préface à sa traduction du De principiis astronomiæ de Gemma Frisius, (...)
  • 15 Le De revolutionibus orbium cœlestium de Copernic paraît en 1543.
  • 16 Astrologie qui elle-même « régnait sur deux éléments fondamentaux de la vie sociale : la médecine e (...)
  • 17 Et « astrologues » à la place « d’astronomes », sans confusion possible puisqu’il range Peurbach au (...)
  • 18 Cette préface est en fait la lettre de Melanchthon à Simon Gryne, placée en tête de sa propre éditi (...)
  • 19 Pantin Isabelle, La poésie du ciel, op. cit. note 2, p. 13.
  • 20 Gemma Frisius, op. cit. note 11, f. 2 r °.
  • 21 Dans l’édition donnée par Guillaume Cavellat, reprise de l’édition augmentée de 1553, en effet, la (...)
  • 22 Cf. dans le présent ouvrage notre contribution : « Le traducteur à l’œuvre : le De principiis de Ge (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 On peut voir, dans son refus de traduire la dernière partie, une sorte de répugnance du mathématici (...)

2L’astronomie n’est pas la seule discipline scientifique à connaître, au cours du siècle, un élargissement manifeste de son lectorat. Dans les années 1550, la science est dans son ensemble l’objet d’un intérêt croissant de la part du public mondain, curiosité nouvelle que souligne Gemma en introduction à sa traduction de la Cosmographie de Pierre Apian11 : « le peuple du temps present journellement devient plus entendu et aussi moult incliné à lire et avoir l’intelligence de plusieurs arts et sciences »12. Dans ce contexte, l’astronomie (et avec elle la cosmographie) est l’une des toutes premières sciences à faire l’expérience du vernaculaire, en Italie d’abord13, puis, rapidement, en France. Ceci tient certainement à son statut : celle qui est la plus haute des sciences dans la hiérarchie du système universitaire et qui traite des réalités physiques les plus élevées se tient de ce fait au plus près de la théologie14 ; elle connaît, au xvie siècle, un renouveau important (que ce soit pour corriger et compléter la tradition ptoléméenne ou pour la remettre en cause), dont les enjeux cosmologiques et religieux sont capitaux15 ; elle intéresse enfin nettement un large public, peut-être et surtout parce qu’elle est étroitement liée à l’astrologie16. Guillaume des Bordes, comme nombre de ses contemporains, utilise indifféremment les termes « astrologie » et « astronomie »17 et indique dans le titre même de sa traduction de la Sphere de Sacrobosco qu’il « a ajouté plusieurs bonnes sentences et arguments à une Preface qui est au commencement du Livre, pour prouver que l’Astrologie est très utile et necessaire au genre humain et qu’elle ne doit être mesprisée de l’homme Chrestien »18. Vers le milieu du siècle, « les meilleures conditions étaient donc réunies pour faire du ciel un sujet intéressant »19 et favoriser une forme de vulgarisation, car s’il y a curiosité manifeste du public mondain, il y aussi souci d’éducation de la part des savants. Il est si entendu que l’astronomie fait partie des choses « dignes d’estre sceues » que son apprentissage sert parfois d’argument à la traduction de sciences corollaires : Gemma ne craint pas d’affirmer, dans sa préface, que « ce present livre de cosmographie d’Apian (traduict du latin en françoys) sera tres expedient et necessaire, veu que la cosmographie est la droicte sente et chemin à la science d’Astronomie »20. L’attitude de Boissière face au De principiis du même Gemma est, d’une autre manière, significative : il ampute le texte originel de toute sa partie géographique, résumée en quelques lignes quand elle occupe dans l’ouvrage originel plus de la moitié du texte21. Même s’il s’en justifie, arguant par exemple des difficultés linguistiques à accorder la nomenclature géographique latine et les usages locaux vernaculaires22, il est manifeste que seule la partie spécifiquement astronomique retient son attention. Ceci modifie considérablement la nature et le sens même de l’ouvrage23, puisque ce qui ne devait être que l’exposé liminaire d’un traité de cosmographie se trouve transformé en ouvrage d’initiation à la seule astronomie24. La préface du mathématicien Oronce Finé à sa traduction des Theoricæ novæ planetarum de Peurbach, enfin, résume de manière exemplaire la pensée de ces vulgarisateurs :

  • 25 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 3.

Et comme ainsi soit que entre les sciences et disciplines, la divine science de Astronomie, tant par raison et dignité de son subjet (qui est le ciel) que pour la certitude et desmonstration d’icelle, soit la plus excellente et parfaicte : il est evident que la communication et declaration de ladicte science de Astronomie et à preferer à toutes aultres : et le plus grand bien qu’on sçauroit communiquer aux hommes raisonnables et mortels.25

  • 26 « Veu que nostre but est de proffiter à tous », dit Jacques Bassantin, Astronomique discours […], L (...)
  • 27 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 1 v °.

3Le goût des lecteurs rejoignant (peut-être pour des raisons différentes) les préoccupations des savants, il convenait donc de traiter de ce sujet de manière à « proffiter à tous »26, c’est-à-dire en français. L’éloge de l’astronomie, en effet, n’a rien d’original en soi et figure peu ou prou dans les préfaces ou les adresses de tous les ouvrages latins ; en revanche, l’argument de la nécessité de former un public nouveau à la pratique de cette science si importante, s’il a certes un caractère topique, revient de manière convaincante dans les préfaces des ouvrages en français. Il atteste que la mise sur le marché d’une astronomie d’expression française ne vise pas simplement à satisfaire une mode mais participe d’un véritable projet pédagogique, qui veut instruire un curieux d’un nouveau genre (qui n’est plus seulement un clerc) dans une situation linguistique nouvelle marquée par le déclin du latin. La définition (plus ou moins réaliste) du public visé est ainsi étroitement associée à la nécessité de pallier l’absence de bilinguisme. Le privilège de la Theorique des cielz de Finé indique que « Jehan Pierre marchant demourant à Paris […], à l’utilité de tous gentilz hommes et aultres gens de sçavoir lesquelz n’ont l’usaige de la langue latine, [a] fait rediger et traduire de latin en françois ung livre intitulé les theoriques des planetes »27. Mais plus que les « gens de sçavoir », on peut penser que sont visés, comme le dit Finé lui-même dans sa préface, les « bourgeois » et « mechaniques » :

  • 28 Ibid., f. 3.

Parquoy desirant le profit salutaire et bien souverain des aultres comme le mien propre, considerant aussi que plusieurs nobles et bons esprits naturelz tant de gentilz hommes bourgeois que mechaniques sont privez de la langue latine par le deffault de leurs parens : j’ay voulu rediger et clairement exprimer en langaige françoys et finablement communiquer les theoriques des sept planetes, principal et souverain livre de ladicte science astronomique et ou sont contenuz les plus haultains secretz et termes necessaires d’icelle.28

  • 29 Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, extrait de la dédicace au comte de Tande, p. 4.

4« Exprimer en français » va donc de pair avec « communiquer », c’està-dire « diffuser », le latin faisant désormais obstacle à la transmission élargie des savoirs. Des Bordes, moins indulgent pour ses contemporains, affirme d’ailleurs avoir mis Sacrobosco « en françoys à fin qu’aucun ne se puisse excuser de l’estude de tant belles sciences, comme font quand sont seulement escriptes en Latin »29.

  • 30 Gemma Phrysius, De principiis astronomiæ et cosmographiæ, deque usu globi cosmographici ab eodem ed (...)
  • 31 L’Usage de l’anneau astronomic, traduction du De annuli astronomici usu de Gemma lui-même, paru à A (...)
  • 32 . Boissière Claude de (trad. Gemma Frisius), Principes d’astronomie, deuxième partie, « De l’usage (...)

5Ce souci d’instruire un public nouveau est également rendu patent par un autre aspect récurrent des ouvrages en traduction : l’association en recueil des textes théoriques élémentaires avec des manuels pratiques (les traités instrumentaux). Le procédé existe aussi pour les textes latins, mais il semble plus volontiers repris et accentué par les traducteurs : s’il ne traduit pas la partie géographique du texte de Gemma, Boissière réintroduit en revanche l’Usage de l’anneau astronomique, texte de Gemma présent dans l’édition de 1548 mais qui avait disparu de celle de 155330, auquel il ajoute une Exposition sur la mappemonde de son propre cru31. Oronce Finé avait avant lui complété sa traduction des Theoricæ novæ planetarum par un Traité des Armilles pour verifier les estoilles selon la tradition de Ptolémée. On peut donc y voir, en sus de la volonté de mettre l’accent sur l’astronomie afin de satisfaire aux goûts du lectorat, celle de lui fournir des manuels « tout-en-un » qui allient l’utile à l’agréable et la pratique à la théorie, et qui, « après avoir ouvert & deployé la proprieté & theorique aux principes de l’art, dresseron[t] et mettron[t] en main l’usage et pratique d’icelle »32 de manière simple et ludique.

Un « lecteur peu exercité »

6Il est ainsi manifeste que la considération d’un lectorat nouveau, intellectuellement et socialement différent du public traditionnellement très restreint des ouvrages savants en langue latine, apparaît d’entrée comme un élément déterminant du travail de traduction. Il semble en effet aller de soi, pour les traducteurs, que leur public est nécessairement un public de débutants, l’ignorance du latin étant un indice sûr du niveau d’instruction. Auteur d’un Astronomique discours qui est une paraphrase des Theoricæ novæ planetarum de Peurbach (1557), l’Écossais Jacques Bassantin déplore la faiblesse des connaissances mathématiques des Français et place donc en tête de son ouvrage une série de petits traités et de définitions de géométrie, sans lesquels il serait, selon lui, parfaitement inutile de prétendre se lancer dans l’exploration des cieux :

  • 33 La première édition date de 1557 (Lyon, Jean de Tournes). Nous citons dans la seconde : Bassantin J (...)

Congnoissant, amis lecteurs, ceste science astronomique n’estre encore des plus avancées, mesmement en vulgaire françois, et que ceux qui s’y voudroyent addonner, sans estre autrement institués aux demonstrations geométriques, se pourroyent trouvez loing de leur compte : certes je n’ay trouvé impertinent de leur proposer d’entrée, et par bon ordre, aucunes propositions des triangles, tant rectilignes que spheriques, lesquelles, par la conduite des tables des sinus, leur ouvrissent l’intelligence de tout ce qu’on sçaurait inferer en l’astronomie, touchant les mouvements des cieux et de leurs astres : en sorte que par la consideration d’iceux ils peussent nombrer les equations des planettes, pour icelles rediger en tables…33

  • 34 Ne sont ainsi jamais traduits ce que l’on peut appeler les grands traités ou systèmes, qu’il s’agis (...)
  • 35 « D’une façon générale, on publie en vernaculaire ce qui est susceptible de se diffuser assez rapid (...)

7L’idée même de mettre l’astronomie à disposition d’un public ignorant le latin exclut donc du champ de la traduction tout texte destiné aux seuls et véritables savants, textes que leur dimension mathématique rend de toute façon à la fois illisibles et inintéressants pour un public de non-spécialistes34. Seuls des ouvrages simples sont donc traduits, « traités de la sphère » ou « principes » qui constituent des manuels d’initiation (quoique celui de Finé soit en réalité complet et compliqué) et ne donnent guère plus qu’une vague teinture astronomique : ils apprennent à tracer les lignes de la sphère, à mesurer le temps et enseignent de manière sommaire ce que sont les mouvements des planètes. Plus timidement est abordée la difficile question du détail des mouvements célestes, exposée dans les « théoriques » des planètes. Ce choix, qui se comprend aisément, laisse ainsi finalement de côté la « véritable » science et inscrit profondément la traduction dans un mouvement de vulgarisation35.

8La visée d’un public de débutants, cependant, n’implique pas seulement un choix dans les ouvrages traduits : elle suppose également des aménagements, qui se produisent à l’échelle du livre avant de se produire à l’échelle du texte. Le traducteur ne peut en effet pas toujours se permettre de laisser en l’état des textes qui, même très simples, font parfois appel à d’importants prérequis ou utilisent des arguments qui appartiennent de longue date à la tradition astronomique. Certains traducteurs n’hésitent ainsi pas à intégrer au texte traduit des développements de leur main, qui fournissent ou complètent les informations nécessaires à la compréhension, ou à y apporter, par le biais de leurs choix de traduction, de substantielles modifications.

  • 36 On remarque en effet que les astronomes, en tant que mathématiciens, ne manquent pas de se distingu (...)
  • 37 Taton René (dir.), La science antique et médiévale, Paris, PUF, 1957, p. 495.
  • 38 « Est appellée des Philosophes quinte essence, comme Aristote en son premier Livre du Ciel, qui la (...)
  • 39 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 9 v °.
  • 40 Édition consultée : Jean de Sacrobosco, Sphæra emendata. Eliæ Vineti scholia in eandem […], Paris, (...)

9Un premier aspect du travail accompli consiste ainsi à dessiner clairement les cadres de la discipline. Martin de Perer, Claude de Boissière et Oronce Finé évitent par exemple soigneusement de traduire æthereus par « éthéré » et optent pour « céleste » : le terme « éther » appartient en effet à la tradition aristotélicienne et désigne la matière propre aux cieux, selon laquelle ils s’opposent à l’univers sublunaire, composé des quatre éléments et donc agité par la génération et la corruption. En n’utilisant pas « éther », les traducteurs évitent d’entrer dans la querelle philosophique sur la matière céleste (la Renaissance étant marquée par le retour en force des hypothèses platoniciennes et stoïciennes qui font des cieux un espace igné) ou de devoir appeler de plus amples développements36. En outre, et surtout, le terme entre en contradiction partielle avec la notion d’orbe, puisque c’est justement « pour éviter les difficultés supposées d’un mouvement des planètes dans l’éther » que l’astronome arabe al-Khazin suggéra, dès le Xe siècle, « que les astres étaient supportés par des sphères solides transparentes »37, idée que l’on retrouve dans les orbes épais de Peurbach. Seul Des Bordes fait l’effort, bien qu’utilisant également le terme « céleste », d’apporter quelques précisions (peut-être parce que le texte de Sacrobosco mentionnant également la « quinte essence », l’allusion devenait difficile à camoufler)38. Certains éléments des textes originaux, par ailleurs, sont parfois corrigés, complétés ou situés dans la chronologie de la discipline : Finé ajoute la mesure de la révolution du neuvième ciel au texte de Peurbach qui n’en fait pas mention : « faisant sa révolution selon Ptolemée en trente-six mille ans : et selon Albategny en vingt-trois mil cent soixante ans : ou selon les canons des tables du Roy Alfonse en quarante-neuf mil ans »39, tandis que Des Bordes apporte, sous forme d’annotations (puisées dans le commentaire latin d’Elie Vinet40 et donc également traduites par lui), de nombreux compléments ou corrections au texte de Sacrobosco, dont les données sont parfois obsolètes, comme pour le nombre des sphères :

  • 41 Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, 1, p. 18.

Les Astrologues qui de plus fraiche memoire ont escrit, ilz ont ajousté la dixiesme Sphere pour raison du troisiesme mouvement qu’ilz ont cogneu et entendu en la huictiesme Sphere : lequel ilz ont appellé le mouvement de Trepidation ou tremblement : et le mouvement de l’approchement et reculement : duquel Purbachius parle en ses Theoriques.41

10Ou pour les mesures :

  • 42 Ibid., 2, p. 52. Voir aussi la « computation dudict mouvement du Soleil », 1, p. 110.

Aujourd’huy la plus grande declination du Soleil est de 23. degrez et 30. minutes, la cause de ceste varieté et changement, les Astronomes veulent qu’on l’attribue à ce tiers mouvement qu’on a observé en l’Octave Sphere vers les poles du monde.42

  • 43 Cf. Giacomotto-Charra Violaine, op. cit. note 22.
  • 44 Ibid.

11Ce mouvement, s’il est net dans le travail des traducteurs, ne leur appartient cependant pas en propre : il nous semble qu’il participe d’une tendance plus générale à la vulgarisation, dont la traduction demeure néanmoins la forme ultime, et qui vise à transmettre au lecteur non seulement les rudiments de l’astronomie mais également une initiation à son histoire. Il s’agit peut-être également de lui permettre de retrouver ses éventuels repères (comme les connaissances transmises par la tradition des encyclopédies) en même temps que d’admettre les « nouveautés » en la matière. Il est en effet frappant de constater que, si on laisse de côté l’importante modification scientifique que constitue l’ajout d’un chapitre à la seconde partie43, les rares additions apportées par Gemma à son De principiis dans l’édition amendée de sa main sont du même ordre que celles que l’on trouve chez les traducteurs. Dans l’édition de 1553, Gemma ne se contente plus d’indiquer que la révolution céleste se fait en 49 000 ans mais en attribue la mesure à son auteur supposé (le roi Alphonse) et donne aussi les chiffres de Ptolémée ; plus loin, il justifie un choix de calcul ; enfin, il semble céder à la mode d’une astronomie plaisante en intégrant quelques vers de Lucain dans son chapitre sur les différents lieux de la terre44. Des Bordes, s’il n’est pas l’auteur des annotations qu’il ajoute au texte de Sacrobosco, est celui qui les a choisies et adaptées : dans l’importante matière qui lui est fournie par le commentaire de Vinet, il ne prélève que rarement des compléments scientifiques (et, le cas échéant, les résume et les vide en grande partie de leur dimension proprement technique) ; il retient de préférence les remarques philologiques et culturelles, édifiant ainsi le socle d’une culture plutôt que d’une science astronomique en langue française. Il s’agit donc peut-être de construire un savoir plus humaniste que technique, touchant non seulement la discipline mais également son histoire et ses sources, d’autant que les corrections et compléments qui, dans un travail comme celui de Des Bordes, sont apportés sous forme d’annotations clairement distinguées du texte originel, sont, chez Finé ou chez Boissière, purement et simplement intégrés au texte traduit, le geste du traducteur se faisant ainsi instrument de culture.

  • 45 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 6 r °.
  • 46 Supplémentaire par rapport à l’édition latine donnée par Guillaume Cavellat car les premières éditi (...)
  • 47 Cette planche figure en effet dans de nombreuses éditions, dont des éditions latines du Tractatus d (...)

12Un deuxième élément de ces traductions est constitué par un apport explicatif aux données techniques. Lorsque Gemma évoque la répartition de l’eau à la surface de la terre, il conclut sobrement : ita tamen ut Sphæram constituant (« de manière à ce que pourtant elles constituent une sphère »). Cette information est jugée manifestement sommaire par Boissière, qui développe donc ce passage en le traduisant (« ce neantmoins tousjours gardant à ladicte assemblée perfection de rondeur, comme clairement appert aux eclypses en la Lune »45) et en y ajoutant une illustration supplémentaire46 et des commentaires portant autant sur les images insérées que sur le texte traduit. Une « figure de l’eclypse de lune », qui illustre également l’original latin chez Guillaume Cavellat, est ainsi accompagnée du titre suivant : « Cy apert en la Lune l’ombre de la Terre, & l’eau ronde, qui monstre suffisamment la figure d’icelle estre ronde & spherique », tandis qu’une autre, qui ne figure pas dans l’édition latine, et qui vient en particulier des éditions de Sacrobosco47, qui en a vulgarisé l’argument, montre comment la vue que l’on a du haut du mât d’un bateau prouve également la « rotondité » de la terre et de l’eau :

  • 48 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 6 r °-v°.

Semblablement est evidente ceste chose sur la Mer, car d’autant que souvent advient, que ceux qui sont en haute mer, peuvent voir plusieurs choses estans montez sur l’arbre de la nef, qu’ils ne sçauroient apercevoir dès la basse partie d’icelle à cause de la bosse spherique des eaux, peuvent iceux conclure la mer accomplir figure ronde avec la terre.48

  • 49 « Habet autem sese terra ad cœlum veluti punctum, nam cœlum undiquaque non plus nec minus dimidia p (...)

13L’argument, issu de la tradition et livré brut au lecteur latin de Gemma, est à la fois expliqué et redoublé dans le travail du traducteur qui, conformément au projet plus global que signale le remaniement général du texte, en marque plus nettement la spécificité astronomique. De la même façon, pour indiquer au lecteur que la terre « au respect du ciel n’est non plus qu’un poinct à l’esgard de son cercle », Gemma se contente d’invoquer comme preuve que « de tous les lieux du monde nous est descouverte & apparante la moitié du ciel »49. Boissière développe et illustre encore une fois le propos, le commentaire s’appuyant explicitement sur l’image :

  • 50 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 7 r °.

Si la terre avoit quelque quantité au respect du Firmament, comme la pomme mise dedans ce cercle au respect d’iceluy, il s’ensuyvroit que tout ainsi que la ligne qui passe par sus icelle pomme n’entresie point la moitié du cercle, nous qui sommes sus la terre ne verrions point la moitié du ciel. Mais il appert au contraire : car tousjours la moitié nous est apparente tout ainsi que si nous estions au centre, comme rapporte la ligne, laquelle passe par le centre.
Voyans doncq que nulle quantité de la terre n’empesche que ne voyons le ciel, comme si estions au centre, conclurons la quantité de la terre n’estre au respect du ciel, aucunement sensible, ains seulement comme centre du Firmament.50

  • 51 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 2 r °.

14Bien souvent donc, explications, illustrations et modernisation se fondent dans le mouvement de la traduction, comme le signale le titre éloquent de l’un des chapitres de Peurbach dans la version de Finé : « Sensuit la theorique des cielz, mouvements et termes practiques des sept planetes : nouvellement et clerement redigee en langaige françois selon la tradition des modernes et plus approuvez astronomiaux : avec les figures tres propres en leurs lieux tres utilement inserrées »51.

  • 52 On peut penser qu’il est de mauvaise foi puisqu’il semble avoir amputé sciemment le prologue de sa (...)
  • 53 Le « quem habent virtute motus octavæ sphæræ » qui figure dans le texte de Peurbach disparaît de la (...)
  • 54 « Quorum supremus secundum superficiem convexam est mundo concentricus, secundum concavam autem ecc (...)

15Qu’une telle pratique ressortisse évidemment à la nécessité de parler aussi à des lecteurs dépourvus de toute connaissance préalable est, en toute logique, encore plus net quand les textes se compliquent. Le travail accompli par Finé sur les Theoricæ de Peurbach est à ce titre tout à fait significatif d’une intervention si massive du traducteur dans le texte qu’il traduit que le résultat oscille, selon les moments, entre traduction, commentaire et rédaction personnelle. Les Theoricæ sont en effet, quand Finé les traduit, un ouvrage compliqué et récent, émanation directe d’un cours d’astronomie. La traduction en est en outre particulièrement précoce puisqu’elle paraît dès 1528, à un moment où ne sont pas encore disponibles en français les manuels d’initiation. Il lui faut donc jongler à la fois avec l’ignorance du lectorat, la difficulté du texte et le fait que la tradition ptoléméenne n’est pas complètement ignorée, puisque des données astronomiques sommaires transitent depuis des siècles par les encyclopédies médiévales en langue vernaculaire, encore très largement utilisées en ce début de xvie siècle, ce qui suppose qu’il faille parfois, comme on l’a vu, corriger la tradition. Le texte de Peurbach, de ce fait, n’est pas simplement traduit : il sert de support à tout un ensemble de développements apportés par Finé lui-même, qui les intègre si bien au texte traduit que, presque un siècle plus tard, son fils prendra, ou voudra prendre, cette adaptation pour un texte original52. La comparaison du texte de Peurbach et de celui de Finé est éclairante : les 375 mots que Peurbach consacre à la Theorique du soleil, par exemple, deviennent 1 260 environ dans la traduction de Finé. Ce dernier commence par suivre assez fidèlement le texte latin, mais en le réorganisant partiellement et en en modifiant légèrement le contenu, de manière à rendre la lecture plus progressive. S’il introduit bien le lexique technique utilisé par Peurbach sous une forme simplement francisée, il ajoute des explications qui ne figurent pas dans le texte originel et gomme les aspects problématiques, comme les allusions au mouvement de la huitième sphère, qui constitue pourtant la principale innovation des Theoricæ53. La traduction de Finé ne laisse ainsi rien apparaître de cette question avant le chapitre qui lui est réservé. Introduisant pour la première fois la notion d’orbe (au moment de définir les orbes solaires), Finé procède en utilisant d’abord le goût de la Renaissance pour les doublets : il accompagne le terme technique traduit au plus près (le latin orbis devient « orbe ») par un terme plus courant, celui de « ciel » (c’est d’ailleurs l’une des techniques très régulièrement employée par les traducteurs), mais doit aussi opérer des distinctions et apporter des précisions propres à la vulgarisation. Ainsi, le texte latin « sol habet tres orbes » devient-il « le ciel et orbe total du Soleil est divisé en trois orbes particuliers ». On note le soin que met le traducteur à expliciter ce qui, pour un astronome, va de soi. Mais donner « orbe » et « ciel » pour synonymes n’avance guère le néophyte si l’on songe à la polysémie du mot « ciel ». Il convient donc pour le traducteur de rappeler ce qu’est, au xvie siècle, un orbe : non une ligne mais un espace. De ce fait, là où Peurbach se contente d’exposer que la limite convexe de l’orbe supérieur est concentrique au monde, et sa limite concave, excentrique, et ainsi de suite pour les deux autres54, voici ce que commence par écrire Finé, qui constitue donc une insertion dans le texte traduit :

  • 55 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 7 v°-8.

Le ciel et orbe total du Soleil est divisé en trois orbes particuliers : dont les deux extremes sont difformes, c’est-à-dire de diverse & inegale espoisseur. Lesquels sont tellement colloquez & situez, que la plus espoisse partie de l’un, est droictement respondant à la plus estroicte de l’autre. […] Entre ces deus orbes est colloqué le tiers orbe totalement uniforme, c’est-à-dire d’une mesme et egale crassitude à tout endroit : dedans laquelle crassitude ou espoisseur est figé le corps du Soleil.55

  • 56 Puisque chez Ptolémée, les orbes étaient des lignes : l’idée d’orbes épais provient de l’astronomie (...)
  • 57 « Le dit tiers orbe est appellé le deferent du Soleil : lequel est du tout eccentrique, tant au reg (...)

16Il insiste, on le voit, sur le fait que les orbes se définissent fondamentalement par leur épaisseur, qui permet que vienne s’y loger le corps des planètes, élément essentiel pour bien comprendre le fonctionnement de l’horlogerie ptoléméenne telle qu’elle est parvenue, ainsi modifiée, à la Renaissance56. Ce n’est qu’ensuite qu’il reprend véritablement le fil du texte de Peurbach57. Mais son effort pour rendre celui-ci compréhensible ne s’arrête pas là : à la fin d’une série de paragraphes qui correspond à son travail de traduction proprement dit (et même si celui-ci est assez libre, on retrouve parfaitement le texte d’origine), il ajoute une partie de son cru qui à la fois glose la théorie astronomique qu’il vient d’exposer et la situe dans la tradition scientifique. C’est le moyen de rappeler au lecteur ce dont il a certainement déjà entendu un peu parler, mais aussi et surtout l’occasion d’introduire dans le texte les notions fondamentales de l’astronomie, celles que l’on apprend normalement dans les Traités de la Sphère et que Peurbach, s’adressant à un public déjà initié, n’a évidemment pas jugé nécessaire de rappeler :

  • 58 Ibid., f. 9 r°-v°.

Conséquemment il faut entendre que les deux orbes difformes ont un mouvement tout conforme à celuy du firmament ou des estoilles fixes, c’est à sçavoir d’Occident en Orient, faisant sa révolution selon Ptolemée en trente-six mille ans : et selon Albategny en vingt-trois mil cent soixante ans : ou selon les canons des tables du Roy Alfonse en quarante-neuf mil ans. Quoy qu’il en soit le mouvement desditz orbes difformes est du tout semblable à celuy des estoilles fixes. Et se faict ledict mouvement sur les poles & axes, ou ligne diametrale de l’eclypticle [sic] : c’est à dire de la voye du Soleil : au long & regard de laquelle sont considerez les mouvements des cieux. Car l’eclyptique n’est autre chose que la circunference qu’on imagine estre descripte par le bout de la ligne qui procede du centre du monde, par le centre du soleil jusques au firmament […].58

  • 59 Ce qui donne par exemple la chose suivante : « L’exemple est evident par la suivante figure, en laq (...)

17Et il enchaîne ainsi les définitions. Ce procédé, se répétant tout au long de l’ouvrage, se double par ailleurs d’un important travail d’illustration intégré dans le corps du texte59. Il ne s’agit donc pas seulement de rendre le texte lisible pour celui qui ignore le latin : il s’agit de le rendre lisible aussi pour celui qui ignore tout de l’astronomie.

18Le travail de Finé, dans lequel on reconnaît parfaitement, à condition d’avoir l’original sous les yeux, les passages traduits, intègre donc dans un même et unique mouvement la traduction proprement dite, la glose et la vulgarisation du texte d’origine, et peut donc être considéré comme un parfait exemple de la conception qu’ont les savants de la traduction en ce début de xvie siècle : non un simple procédé de diffusion du texte mais d’abord un vecteur de vulgarisation et une occasion d’enseigner à un public nouveau des éléments aussi bien théoriques que pratiques, scientifiques que culturels. Mais si ce point de vue semble partagé par l’ensemble des traducteurs, quoique appliqué à des degrés très variables, il en est un autre en revanche qui laisse transparaître des préoccupations différentes : c’est celui de la langue.

« Faire mieux parler françoys » : la langue en question

19Pour aborder cette dernière question, les traductions du Tractatus de Sphæra de Sacrobosco constituent un exemple intéressant. La première traduction, donnée par Martin de Perer en 1546, ne s’embarrasse pas de considérations linguistiques et procède systématiquement par simple adaptation. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’est guère élégante – souvent un simple décalque non seulement lexical mais également syntaxique du latin –, usant par exemple de termes tels qu’« isopérimètre » ou traduisant per obliquum par « par une obliquité ». Les entorses au texte latin sont rares mais significatives : Perer n’utilise pas « orbe » mais « ciel », moins technique et plus courant, et traduit, comme nous l’avons dit, æthereus par « céleste ». Ces modifications mises à part, le texte français suit pas à pas le texte d’origine et ne fournit d’explications lexicales que si elles y étaient déjà présentes : une bonne partie du lexique technique demeure donc obscur au lecteur qui ne possèderait pas quelques rudiments de latin ou de grec. Cette première traduction, relativement peu diffusée, a été suivie par une seconde, rédigée par Guillaume des Bordes en 1570 et qui a connu un certain succès, attesté par plusieurs rééditions. Or Des Bordes justifie son entreprise en affirmant que le texte de Sacrobosco :

estoit tellement traduit de latin en françois qu’on n’y pouvoit voir ou cognoistre aucune forme ou trace dudict livre selon l’intention dudict auteur, ce qui pouvoit estre advenu plutost pour la faulte d’un bon exemplaire que par l’ignorance ou malice du traducteur.

  • 60 Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, extrait de la dédicace à Monseigneur le comte de (...)

20Et de conclure : « Je me suys essayé de le traduire et le faire mieulx parler françois, qu’il ne faisoit par cy devant et ce selon le petit sçavoir que dieu m’a donné »60. Or dans la plupart des cas, Des Bordes a simplement recopié pas à pas la traduction de Perer, à qui l’on pourrait reprocher d’être plutôt trop proche du texte latin que pas assez. Certains chapitres sont ainsi identiques à la virgule près. Il faut donc croire que c’est dans l’argument apparemment secondaire (« faire mieux parler françoys ») que réside, pour son auteur, l’intérêt du travail accompli. Et de fait, bien que les deux traductions soient parfois identiques l’une à l’autre, la réflexion sur le lexique y est différente.

  • 61 Ibid., p. 20.
  • 62 Ibid., respectivement p. 28, annotations 1 et 2, et p. 34, annotation 1.
  • 63 Ibid., p. 66.
  • 64 Guillaume des Bordes traduit Sacrobosco : « comme la queuë du beuf saulvaige eslevée faict un demy (...)

21Dans la traduction proprement dite d’abord, Des Bordes procède en doublant régulièrement le terme employé par son prédécesseur par un synonyme plus courant. Cette manière de faire, qui n’a rien d’original, a un double intérêt : en sacrifiant au goût prononcé du xvie siècle pour les doublets, Des Bordes donne de la Sphere de Sacrobosco une traduction « à la mode », et c’est d’abord d’un point de vue esthétique et stylistique que son texte « parle mieux françoys ». Mais les doublets ont également une vertu pédagogique, puisqu’ils créent de facto une forme d’éclaircissement lexical. Ce phénomène, cependant, n’intervient qu’aux marges du lexique scientifique car il n’affecte guère les termes vraiment techniques : ainsi peut-on lire « de la sphere, ou du monde » pour Sphæra, « horizon declinant et penchant » là où Perer traduit littéralement « horizon declive », ou encore « tumeur et enflure » là où Perer utilise simplement « tumeur » pour tumor. La traduction se fait souvent plus imagée, en même temps qu’elle distingue parfois le terme savant par l’emploi autonyme : « la zone torride » de Perer (zona torrida) devient « la zone rostie et bruslée, dite torride », et le soleil qui la réchauffe « qui fait toujours son discours entre les tropiques » chez Perer est « courant et tournant » chez Des Bordes. Le lexique se veut donc plus simple, plus naturel et souvent plus parlant, Des Bordes préférant « au ciel » à « ez parties hautes » de Perer, ou « soit ronde » à « s’approchant de la rotondité ». Il serait abusif de parler de poétisation, ou même d’élégance, mais il est manifeste que la traduction de Des Bordes se veut plus polie et moins abrupte que celle de son prédécesseur. L’intérêt réel de son travail, cependant, ne réside pas tant dans les procédés de traduction eux-mêmes que dans l’insertion des annotations qu’il a traduites du commentaire d’Elie Vinet, ce second procédé intervenant essentiellement pour les termes clairement techniques et prenant donc le relais du recours au doublet. Ces notes peuvent ainsi compléter une explication technique (comme la définition de la sphère) ou corriger, comme nous l’avons vu, une donnée de la tradition. Très souvent, cependant, elles consistent en des commentaires lexicaux ou étymologiques visant à améliorer, de toutes manières possibles, la maîtrise du lexique technique. Cela peut ainsi porter sur les terminologies synonymes (« Qu’est-ce qu’en ce lieu cy est appellé horizon artificiel, […] tu entendras que c’est celuy qui au second chappitre sera dict et nommé oblique et panchant d’un costé »61) ou, le plus souvent, sur le sens ou l’étymologie des termes employés. La manière dont le lexique antique utilisé a pu être construit est en particulier ainsi explicitée. Le lecteur peut, entre autres, apprendre que la « quintessence » se nomme ainsi parce qu’elle se distingue des quatre autres éléments, que archetypos est « la premiere forme, l’idée, le patron », que le fameux « isoperimetre » est issu de « iso, esgal, peri, à l’entour, metron, mesure », que perimetros signifie « la ligne environnant » ou que « homogenique » est « pris du Grec µoγενς » et signifie « de mesme genre et nature »62. Des Bordes, qui aime donner les étymons en caractères grecs (à moins qu’il ne se contente d’imiter strictement Vinet), ne craint pas de reprendre à son compte la parole de ce dernier et signale ainsi que « Sacrobosco monstre en plusieurs lieux qu’il est peu sçavant en la langue Grecque »63 ou conteste par exemple l’étymon du terme « colure », qui signifie « queue de bœuf » selon Sacrobosco64, et dont il dit qu’il signifie au contraire « privé de queue », « car nous ne voyons jamais une des parties du cercle ». On le voit, le choix de ces remarques lexicales est guidé par la volonté de mettre en cohérence l’étymologie du terme et la réalité décrite, l’apprentissage étymologique devenant un instrument premier pour celui de l’astronomie. En procédant ainsi, et en limitant aux termes secondaires le recours à des doublets qui affaiblissent le sens technique du mot latin, Des Bordes préserve donc un lexique véritablement technique dont la valeur spécialisée ne se dilue pas dans l’usage courant.

  • 65 « Joinct aussi, qu’avons aperceu aux mains de nostre amy J. P. de Mesme un singulier traicté concer (...)
  • 66 Ibid., f. 98 v°.

22Du point de vue linguistique, cependant, la traduction la plus intéressante qui ait été proposée est celle que donne Boissière aux Principes d’astronomie de Gemma. Mathématicien et auteur d’un art poétique, Boissière est aussi un ami de Jean-Pierre de Mesmes, dont il connaît le travail en cours65. Il s’y réfère d’ailleurs, espérant sa parution prochaine, et affirme pour sa part sa volonté « qu’un chacun de bon esprit voulut tascher (comme font les autres nations) de communiquer à sa patrie les sciences qui encor sont detenues et mussées es langues estrangeres »66. L’allusion est importante, car les plus clairvoyants des savants ou des traducteurs de l’époque n’hésitent pas à affirmer que seule la traduction de la science permettra à la science de se développer. L’argument n’est pas rare et n’est pas propre à l’astronomie, mais il est bien réel et figure justement très explicitement dans la préface de l’ouvrage de Jean-Pierre de Mesmes :

Les Grecz la receurent & entre autres Hipparque & Ptolemée l’ont subtilement descrite. Elle est amplement expliquée en latin, bien tournée en italien, & traictée en diverses langues. […] Par quel desastre donq & malheur la nation Françoise, princesse des nations, a esté privée si long temps de ceste doctrine ? […] Puis peu de temps les langues antiques se sont apprivoisées en France. O roy François, pere de toutes bonnes lettres, nous te devons ce bien. J’espere que ton filz Henry, ores regnant, continuera le soustien des arts & sciences : car je voy desja la poësie et l’histoire Françoise hors de page : les deux philosophies, moralle et naturelle, sortans de nourrice : & les mathematiques en leur naissance. O bon Dieu, faictes moy la grace de les voir une fois toutes hors de tutelle et d’aage, et (ce que plus je desire) vrayes et bonnes Françoises. Lors (comme j’espere) les bons esprits François ne consumeront plus la meilleure partie de leurs premiers ans à parler & escrire disertement en grec et Latin, comme ilz font aujourdhuy : car prevoyans la vie des hommes estre de peu de durée, les arts & sciences longues, difficiles à comprendre, & plus difficiles à practiquer & mettre en usage par les lettres estrangieres. Ilz apprendront en François sur la verdeur de leurs aages, & les oberveront a mesure que la raison, le jugement & l’aage croistront. Par ainsi les sciences spéculatives viendront à leur point parfaict, & mesmement la celeste doctrine, qui gist totalement en longues et continuelles observations. J’espere encores voir, avant que rendre le dernier soupir, en temps de paix le gentilhomme, le marchant, le citoyen : & en temps de guerre le capitaine, traicter, disputer & user de ceste noble partie [...].

23La visée pédagogique (former le public des non-latinistes) commune à toutes les traductions se double ici d’une vision plus profonde du développement scientifique, qui lie étroitement à l’expression de la science dans la langue maternelle des hommes qui la pratiquent les conditions de possibilité de son développement. C’est donc cette idée qu’exprime aussi Boissière, en voulant libérer du joug étranger, intellectuel parce que linguistique, une astronomie « detenue et mussée es langues estrangeres ». Sa traduction de Gemma constitue ainsi un entre-deux intéressant entre la tradition des traductions littérales à la Perer ou à la Finé et (toutes proportions gardées) la tentative à venir de Jean-Pierre de Mesmes pour créer une astronomie purement française.

  • 67 « Et sont dicts tels poincts jours egaux [ haec Æquinoctialia vocantur], par ce que le Soleil estan (...)
  • 68 C’est nous qui traduisons.
  • 69 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 4 v°. Le texte latin dit exactemen (...)

24Fidèle au texte de Gemma, en effet, sa traduction conserve le lexique fondamental traditionnellement utilisé par les astronomes, tout en en proposant, en parallèle, une version spécifiquement française dont la formation obéit aux principes mêmes qui ont présidé à la création du lexique grec et latin, c’est-à-dire des termes appartenant à un lexique relativement courant et dont surtout le sens soit clair. Boissière propose ainsi de nombreuses équivalences lexicales, dont certaines sont de simples synonymes ou des explicitations (« De zonis & climatibus » devient « Des Zones & climats, ou bien bendes & gradations »), d’autres des gloses (« De longitudine locorum » est traduit par « de la distance des lieux en longueur ») et d’autres enfin sont des néologismes ou des restitutions étymologiques qui doublent la traduction plus usuelle : « les antipodes ou contrepieds », « les points jours égaux » pour traduire æquinoctialia67, ou « micercle » pour hemisphærium. Tout un vocabulaire particulier, parfois original, est ainsi proposé à la sagacité de l’astronome français : « esseau » pour axem, généralement traduit par « axe » ou « essieu », « coupeaux » pour les sommets de l’axe, plus souvent traduits par « gons », et qui rend donc plus exactement le latin vertices (alors que « gons » traduit ici cardines). Le zodiacus oblicus devient un « oblique cercle et traversier », de même que ascensio obliqua est traduit par « montée traversière ». Les signes du zodiaque eux-mêmes, pourtant largement codifiés, se francisent, et l’on peut aller se promener sous le Trope de l’Écrevisse ou sous celui du Boucpoisson. Parallèlement, Boissière opte souvent pour une traduction développée, qui soit à la fois plus explicite parce que plus imagée, et plus plaisante que le texte latin. Quand Gemma écrit par exemple que « le soleil glisse du levant vers le couchant en passant par le méridien, et ensuite revient à son levant par le septentrion »68, Boissière écrit qu’il « fait son cours continuel d’Orient par le Midy coulant en Occident, duquel lieu par sous terre revient derechef en Orient »69 ; plus loin, l’impetu latin devient « l’impétueux tournoiement ». À l’inverse (et plus rarement), certains termes ont, dans sa traduction, un sens technique plus précis : motus, « mouvement », est ainsi systématiquement traduit par « révolution ».

  • 70 Cf. Giacomotto-Charra Violaine, op. cit. note 22.

25On pourrait ainsi multiplier les exemples, mais si l’astronomie prend, sous la plume de Boissière, un petit air de poésie, il est aussi incontestable que ses choix, pour plus parlants et élégants qu’ils soient, ne vont pas sans poser problème. Comme beaucoup de ses contemporains, Boissière opte par exemple pour le terme « cieux » afin de traduire orbes, ce qui le conduit à une impasse lorsque le latin a recours lui-même à cœlum. Ainsi, le huitième orbe, définit par Gemma comme « le ciel proprement dit, ou encore le firmament », devient simplement chez Boissière « le Firmament ». Plus loin, la perte de sens technique occasionnée par l’usage de « ciel » l’oblige à traduire orbes inferiores par « cieux inférieurs [qui] conduisent leurs planettes »70. De la même manière, l’utilisation des termes « largeur » pour « latitude » et « longueur » pour « longitude » est évidemment moins précise, et le conduit en outre à des variations de traduction qui ne rendent plus compte du texte initial. Si latitudo est la « largeur » dans les Principes, elle devient « élargissement » dans l’Usage du Globe, et il n’est pas toujours aisé de savoir si le texte parle de latitude ou simplement de la largeur d’une zone, au sens courant du terme (ainsi, la « largeur » du zodiaque renvoie bien au fait qu’il s’agit d’une bande épaisse et non d’une ligne). Le même type de confusion peut s’observer avec le terme « méridional », qui désigne, chez Boissière, aussi bien un point ou une zone située au midi qu’un méridien, Boissière compliquant encore les choses en utilisant, pour désigner les méridiens, tantôt le calque technique de « méridien », tantôt sa traduction, « méridional », et même, au moins une fois, le terme « midi ».

  • 71 Nicole Oresme, Le traicté, op. cit. note 1, « Prologue de l’auteur », n. p. Il précise un peu plus (...)
  • 72 Par exemple, cette insertion à la suite de la phrase « et comme ainsi soit que ces vapeurs soient u (...)

26La transformation des traductions sèches en des traductions commentées, complétées et agrémentées de nombreuses citations, peut donc être considérée comme l’indice d’une double évolution : une prise de conscience de la nécessité de former le lecteur au lexique astronomique selon les principes propres qui ont présidé à la création de ce dernier, et la nécessité de rendre l’enseignement de l’astronomie plus plaisant et plus attractif. Mais ce travail consistant à « faire mieux parler françoys » est peut-être et surtout interdépendant d’une autre ambition, déjà exprimée au xive siècle par Nicole Oresme, qui ne dissociait pas l’élaboration d’un savoir en langue française de la sélection des informations, afin d’élaborer un homme également « poli » : « Je veuil dire en françois generalement et plaisement ce qui est convenable à sçavoir à tout homme sans trop arrester es demonstrations et subtilitez qui appartiennent aux astronomes »71. Le savoir que l’on construit par le geste de la traduction est donc intrinsèquement différent de celui que l’on construit en latin, car l’enjeu philologique peut conditionner l’enjeu scientifique, comme en témoignent certains ajouts de Guillaume des Bordes72 : ce « qui est convenable à sçavoir » pour un homme poli est intrinsèquement différent de la culture latine du savant, la traduction opérant la transformation de la science en un savoir mondain.

***

27Le travail des traducteurs scientifiques, dans sa variété, se trouve ainsi pris en tension entre deux objectifs contradictoires : « naturaliser » la science et former le lecteur débutant. Le travail de traduction de Claude de Boissière, comme la formidable synthèse que donne, un an après, Jean-Pierre de Mesmes, est donc révélateur des contraintes que fait subir au traducteur scientifique le cadre intellectuel dans lequel prend place ce grand mouvement de translatio de l’astronomie du latin vers le français, en même temps qu’elle fait apparaître clairement les obstacles qu’oppose au développement de la science une vulgarisation qui tendrait trop vers un usage mondain. Comme l’a en effet montré Isabelle Pantin dans son étude détaillée des Institutions astronomiques, les mots comme « rond » ou « largeur » ne sont plus assez techniques, alors que les termes latins, qui ne l’étaient plus en latin courant, le redeviennent grâce à la traduction savante. De même, chez Boissière comme chez Jean-Pierre de Mesmes, le sens se dilue dans les adjectifs et les périphrases, au lieu de se concentrer dans les substantifs, ou éclate entre diverses traductions concurrentes. Sans compter que parler du « cercle traversier possesseur de signes » pour désigner le zodiaque n’est pas ce qu’il y a de plus économique, ni de plus clair. Il est frappant de constater que, bien souvent, la traduction de Boissière est si confuse qu’il vaut mieux avoir recours au texte latin pour saisir exactement la réalité scientifique qu’il décrit. L’inélégance et la sécheresse des traductions littérales ne doivent donc pas occulter le rôle fondamental qu’elles ont joué à la fois dans la constitution d’un lexique technique viable, spécifique à la discipline et clairement identifiable, et dans la prise de conscience de la nécessité d’un tel lexique, qu’illustrent aussi a contrario les limites des traductions mondaines.

Notes

1 Nicole Oresme (mort en 1382) avait en effet déjà traduit le Tractatus de Sphæra de Jean de Sacrobosco. Le texte a ensuite été édité au xve siècle, cf. Nicole Oresme, Le traicté de la Sphere : translaté de latin en françois par maistre Nicole Oresme, tresdocte et tres renommé philosophe, Paris, Simon Dubois, 1491.

2 Ce sont des livres à destination des faiseurs de pronostics, des navigateurs ou de tout autre « usager » de la carte céleste. Comme le souligne Isabelle Pantin, d’une part « cette branche “utilitaire” prospéra beaucoup grâce au livre imprimé mais ne faisait que prolonger une tradition médiévale » (« Alessandro Piccolomini en France : la question de la langue scientifique et l’évolution du genre du traité de la sphère », in Perifano Alfredo (dir.), La réception des écrits philosophiques, scientifiques et techniques italiens en France à la Renaissance, Paris, Presses de l’Université Paris III, 2000, p. 9-28), et d’autre part « il ne s’agit pas là, cependant, d’un “vernaculaire de prestige” : écrire l’astronomie en français pour les gens de métier ou l’écrire dans un français “poli” n’étaient pas deux projets équivalents » (La poésie du ciel en France dans la seconde moitié du xvie siècle, Genève, Droz, 1995, p. 42, note 33). Il faut donc distinguer les ouvrages de métier des ouvrages de science, seuls à nous intéresser ici.

3 Le Tractatus de Sphæra de Jean de Sacrobosco est un texte qui date du début du xiiie siècle mais qui continue de servir de manuel d’initiation à l’astronomie dans la plupart des universités renaissantes. Il est traduit une première fois par Martin de Perer en 1546 (La Sphere de Sacrobosco traduite du latin en françois, augmentée de nouvelles figures, Paris, Jean Louis), puis une seconde par Guillaume des Bordes en 1570 (La Sphere de Jean de Sacrobosco […], À Paris, chez Hierosme de Marnef et la veufve Guillaume Cavellat). Nous citons dans la réédition de 1584.

4 Finé Oronce, La theorique des cielz, mouvements et termes practiques des sept planetes nouvellement et tresclerement redigée en langaige françois. […], Paris, Simon Dubois, 1528.

5 Non sans avoir au préalable considérablement fait évoluer le genre : cf. sur ce point Pantin Isabelle, « Alessandro Piccolomini en France… », op. cit. note 2.

6 Gemma Frisius, De principiis astronomiæ et cosmographiæ, deque usu Globi Cosmographici ab eodem editi. De Orbis divisione et Intitulis, rebusque nuper inventis. […], Antverpiae, J. Graphæus, 1530. Le texte est réédité avec quelques variantes : De principiis […]. Opus nunc demum ab ipso auctore multis in locis auctum, ac sublatis omnibus erratis integritati restitutum, Anvers, in ædibus Ioan. Steelsii, 1553. La traduction de Boissière est un mélange des deux éditions.

7 Nous référencerons le texte français sous le nom de son traducteur : Claude de Boissière. Première édition : Les Principes d’astronomie et de cosmographie avec l’usage du globe, le tout composé en latin par Gemma Frizon, et mis en langage françois par M. Claude de Boissière, daulphinois. Plus est adjousté l’usage de l’anneau astronomic, par ledit Gemma Frizon. Et l’exposition de la Mappemonde, composée par ledict de Boissière, Paris, Guillaume Cavellat, 1556. Nous citerons dans l’édition identique donnée à Paris, chez Hierosme de Marnef et la veufve Guillaume Cavellat, 1582.

8 De principiis […]. Opus nunc demum ab ipso auctore multis in locis auctum, ac sublatis omnibus erratis integritati restitutum, Lutetiæ, apud Gulielmum Cavellat […], 1556. Le privilège a été accordé pour six ans, le 30 septembre 1552, à la fois pour une traduction française et pour la réédition du texte latin. La première paraît en janvier 1556 et la seconde en février de la même année.

9 Ces premières traductions, encore timides, ouvrent la voie à des textes plus ambitieux qui cherchent à construire une astronomie « naturalisée », propre au génie français. Ceux-ci ne sont pas l’œuvre de praticiens de la discipline mais le fruit d’un travail de synthèse scientifique indéniable autant que littéraire et poétique. Dans le cadre de la réflexion linguistique de la Renaissance, ils cherchent à enrichir d’un même mouvement la langue et la culture françaises. Dans cette catégorie se rangent les Institutions astronomiques de Jean-Pierre de Mesmes et, dans une moindre mesure, l’Univers de Pontus de Tyard.

10 Finé Oronce, La Sphere du monde proprement dite cosmographie […], Paris, Michel de Vascosan, 1551, « Préface », f. 2 r °.

11 Gemma Frisius, La cosmographie de Pierre Apian […], Paris, Vivant Gaultherot, 1553. (Première édition : Antverpiæ, G. Bonte, 1544).

12 Ibid., f. 2 r °.

13 Dans ce domaine en effet, l’Italien Alessandro Piccolomini fait figure de pionnier.

14 Claude de Boissière, dans sa préface à sa traduction du De principiis astronomiæ de Gemma Frisius, n’hésite pas à étalonner la valeur humaine sur la connaissance des réalités célestes, jouant sur l’ambiguïté du mot « ciel » : « Aussi ceux qui estans procréez en ce monde sçavent postposer les choses terrestres aux spirituelles choisissans les plus singulieres pour leur estat sont grandement à preferer entre les hommes, non pas que je les vueilles honorer ou reverer au respect d’eux mesme, leur appropriant telles vertus, mais plus tost par la consideration de la vertu laquelle provenante des cieux repose en eux » (Principes d’astronomie, op. cit. note 7, dédicace à François de Carnavalet, f. 2 v °).

15 Le De revolutionibus orbium cœlestium de Copernic paraît en 1543.

16 Astrologie qui elle-même « régnait sur deux éléments fondamentaux de la vie sociale : la médecine et le gouvernement des états » (Pantin Isabelle, La poésie du ciel, op. cit. note 2, p. 11).

17 Et « astrologues » à la place « d’astronomes », sans confusion possible puisqu’il range Peurbach au rang des astrologues. Cf. infra.

18 Cette préface est en fait la lettre de Melanchthon à Simon Gryne, placée en tête de sa propre édition du texte de Sacrobosco (Wittenberg, 1531) et qui accompagne par la suite toutes les éditions latines du De Sphæra publiées par Guillaume Cavellat.

19 Pantin Isabelle, La poésie du ciel, op. cit. note 2, p. 13.

20 Gemma Frisius, op. cit. note 11, f. 2 r °.

21 Dans l’édition donnée par Guillaume Cavellat, reprise de l’édition augmentée de 1553, en effet, la première partie (De principiis cosmographiæ) occupe 19 pages (p. 5-24, dont une illustration pleine page), la deuxième partie (De usu globi), 63 pages (p. 25-88) et la troisième (De orbis divisione), 96 pages (p. 89-185).

22 Cf. dans le présent ouvrage notre contribution : « Le traducteur à l’œuvre : le De principiis de Gemma Frisius et sa traduction par Claude de Boissière ».

23 Ibid.

24 On peut voir, dans son refus de traduire la dernière partie, une sorte de répugnance du mathématicien, homme des sciences exactes, au caractère alors particulièrement incertain de la géographie. C’est peut-être surtout la différence radicale de méthode qui motive le désintérêt de Gemma, comme on peut le deviner à travers ses arguments. La « topographie » est en effet une discipline soumise à l’erreur, en raison des « diverses mutations qui journellement sont faictes, tant par l’usurpation d’un pays sur l’autre, comme par le changement des noms, qui engendre continuelle diversité d’opinions entre nous et les anciens quant aux descriptions des lieux particuliers. Et d’autant que pour deuement et fidelement traicter et accorder telles diversitez sont necessaires plusieurs peregrinations, plusieurs tesmoignages et recits tant des habitants, comme des historiens geographes anciens et modernes, obmetrons pour le present icelle particuliere description, et procederons seulement à la generale, comme s’ensuyt » (Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 68 r °).

25 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 3.

26 « Veu que nostre but est de proffiter à tous », dit Jacques Bassantin, Astronomique discours […], Lyon, Jean de Tournes, 1557, p. 46 v °.

27 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 1 v °.

28 Ibid., f. 3.

29 Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, extrait de la dédicace au comte de Tande, p. 4.

30 Gemma Phrysius, De principiis astronomiæ et cosmographiæ, deque usu globi cosmographici ab eodem editi. De orbis divisione & intulis, rebusque nuper inventis. Eiusdem De annuli astronomici usu. Ioannis Schoneri De usu Globi astriferi opusculum, Antverpiæ, in ædibus Ioan. Steelsii Anno 1548. Gemma lui-même avait donc procuré une édition recueil dans laquelle la part des textes astronomiques était nettement augmentée, mais il revient sur ce principe lors de l’édition corrigée de 1553.

31 L’Usage de l’anneau astronomic, traduction du De annuli astronomici usu de Gemma lui-même, paru à Anvers en 1548, et L’Exposition sur la mappemonde qui est, selon Philippe Renouard, « une sorte de description de la carte terrestre universelle de Gemma Frisius parue à Anvers en 1540 », rédigée par Boissière lui-même (Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, ouvrage publié d’après les manuscrits de Philippe Renouard, fascicule « Cavellat, Marnef et Cavellat », Paris, Bibliothèque Nationale, 1986, p. 93).

32 . Boissière Claude de (trad. Gemma Frisius), Principes d’astronomie, deuxième partie, « De l’usage du globe », op. cit. note 7, f. 24 v °.

33 La première édition date de 1557 (Lyon, Jean de Tournes). Nous citons dans la seconde : Bassantin Jacques, L’Astronomique discours, seconde édition revue et augmentée, Genève, Jean de Tournes, 1613, p. 3.

34 Ne sont ainsi jamais traduits ce que l’on peut appeler les grands traités ou systèmes, qu’il s’agisse de l’Almageste de Ptolémée ou de l’œuvre toute fraîche de Copernic, qui demeurent déjà en latin, comme le dit Isabelle Pantin, des « sommets aussi rares que peu fréquentés » (La poésie du ciel, op. cit. note 2, p. 29).

35 « D’une façon générale, on publie en vernaculaire ce qui est susceptible de se diffuser assez rapidement parmi un public plus large que celui des lettrés et des professeurs : les livres utiles et pratiques […] ou bien ceux qui peuvent plaire et intéresser » (Pantin Isabelle, « Langues », in Halleux Robert et Blay Michel (dir.), Dictionnaire critique de la science classique, Paris, Flammarion, 1998, p. 76).

36 On remarque en effet que les astronomes, en tant que mathématiciens, ne manquent pas de se distinguer des philosophes : parvenu au moment où il évoque, en quelques lignes, l’existence d’un monde sublunaire élémentaire, Gemma Frisius précise bien qu’il s’agit là de l’opinion commune de ceux qui s’adonnent à la philosophie. Plus loin, usant des termes generatio et corruptio, typiquement aristotéliciens, il précise : « ut philosophice loquamur », « pour parler en philosophe » (cf. Giacomotto-Charra Violaine, op. cit. note 22).

37 Taton René (dir.), La science antique et médiévale, Paris, PUF, 1957, p. 495.

38 « Est appellée des Philosophes quinte essence, comme Aristote en son premier Livre du Ciel, qui la nomme ousia c’est-à-dire essance » (Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, 1, p. 23).

39 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 9 v °.

40 Édition consultée : Jean de Sacrobosco, Sphæra emendata. Eliæ Vineti scholia in eandem […], Paris, Hierosme de Marnef, 1577.

41 Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, 1, p. 18.

42 Ibid., 2, p. 52. Voir aussi la « computation dudict mouvement du Soleil », 1, p. 110.

43 Cf. Giacomotto-Charra Violaine, op. cit. note 22.

44 Ibid.

45 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 6 r °.

46 Supplémentaire par rapport à l’édition latine donnée par Guillaume Cavellat car les premières éditions du De principiis ne comportent pas d’images. C’est Cavellat qui choisit d’illustrer la réédition qu’il donne du texte en 1556 par un grand nombre de « figures », qui sont en soi un important apport pédagogique.

47 Cette planche figure en effet dans de nombreuses éditions, dont des éditions latines du Tractatus de Sphæra. Sacrobosco développe ainsi l’argument correspondant, qui ne concerne ici que la « rondeur » de l’eau : « Que l’eau ayt tumeur s’approchant d’une rotondité, il apert ainsi : qu’on mette une marque au bord de la mer, et que la navire partant du port s’esloigne, tant que l’œil d’iceluy qui est au pied du mast ne puisse veoir ladicte marque, et la navire estant là arrestée, l’œil d’iceluy qui sera au sommet du mast voirra tresbien icelle marque : toutesfois l’œil de celuy qui est pres du pied du mast debveroit veoir mieulx la marque, que celuy qui est au sommet du mast, comme appert par les lignes tirées desdictz lieux à la marque. La cause de cecy n’est aultre, sinon que la rondeur et tumeur de l’eaue », op. cit. note 3, p. 33-34.

48 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 6 r °-v°.

49 « Habet autem sese terra ad cœlum veluti punctum, nam cœlum undiquaque non plus nec minus dimidia parte conspicuum est ».

50 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 7 r °.

51 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 2 r °.

52 On peut penser qu’il est de mauvaise foi puisqu’il semble avoir amputé sciemment le prologue de sa partie explicite. En effet, dans la première édition, le prologue est clairement identifié et contient, outre les déclarations d’intention du traducteur-glosateur, un rapide rappel des notions de base de la cosmologie aristotélicienne : « Pour avoir doncques plus facile cognoissance des choses qui s’en suyvent, il fault premierement noter que tout le monde est universellement composé de deux principales parties, c’est à sçavoir de la region celeste et de la region elementaire. Par la region elementaire nous entendons les quatre simples elemens […] » (Finé Oronce, op. cit. note 4, p. 3). Dans la réédition faite par le fils après la mort de son père, le prologue a disparu. En revanche, la traduction commence par ce qui était en réalité une partie de ce prologue, soit « Tout le monde est universellement composé de deux principales parties, c’est à sçavoir de la region celeste… ». Tout ce qui précède, dont le « Pour avoir doncques plus facile cognoissance des choses qui s’en suyvent, il fault premierement noter que » a disparu, laissant croire que l’exposé de physique aristotélicienne fait partie du texte original.

53 Le « quem habent virtute motus octavæ sphæræ » qui figure dans le texte de Peurbach disparaît de la traduction de Finé.

54 « Quorum supremus secundum superficiem convexam est mundo concentricus, secundum concavam autem eccentricus. Infimus vero secundum concavam concentricus, sed secundum convexam eccentricus. Tertius autem in horum medio locatus tam secundum superficiem suam convexam quam concavam est mundo eccentricus ».

55 Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 7 v°-8.

56 Puisque chez Ptolémée, les orbes étaient des lignes : l’idée d’orbes épais provient de l’astronomie arabe et a été justement l’une des modifications principales introduites par Peurbach dans ses Theoricæ.

57 « Le dit tiers orbe est appellé le deferent du Soleil : lequel est du tout eccentrique, tant au regard de la superfice convexe & superieure d’iceluy, que de l’inferieure et concave : c’est à dire que tout ledit orbe a un mesme centre, avec le centre universel de tout le monde. Mais les autres deux orbes difformes sont en partie concentriques & en partie eccentriques : c’est que l’une de leurs superfices a pour son centre le centre du monde, & le centre de l’autre est dehors » (Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 8 r°).

58 Ibid., f. 9 r°-v°.

59 Ce qui donne par exemple la chose suivante : « L’exemple est evident par la suivante figure, en laquelle A est le centre du monde, & B le centre du deferent de l’eccentrique. Car combien que le soleil en descrivant les deux arcs de l’eccentrique CD & EF, qui sont egaux : ne mette plus de temps en l’un qu’en l’autre : toutesfois l’arc de l’ecclyptique GH respondant à l’arc CD, est beaucoup moindre que l’arc IK, respondant audict arc EF » (Finé Oronce, op. cit. note 4, f. 12 r°-v°).

60 Des Bordes Guillaume, La sphere, op. cit. note 3, extrait de la dédicace à Monseigneur le comte de Tande, p. 3 (pour les deux citations).

61 Ibid., p. 20.

62 Ibid., respectivement p. 28, annotations 1 et 2, et p. 34, annotation 1.

63 Ibid., p. 66.

64 Guillaume des Bordes traduit Sacrobosco : « comme la queuë du beuf saulvaige eslevée faict un demy cercle et non parfait, ainsi le colure nous apparoist toujours imparfait, car seulement la moitié de celuy apparoist » (ibid., p. 50) et annote : « du grec χωλον. Mais plus tost de χόλον qui signifie mutilé et privé et χόλον qui est queuë. Par ce que en l’espace de 24 heures tout le zodiaque et tout l’equinoctial font leur entiere revolution à l’entour de la terre et peuvent estre veuz d’un chascun. Mais des Colures jamais ceste partie ne peult estre veuë, qui est comprise dans le cercle Antarctique semblable aux Arctiques que les Grecz descrivent. Pour ceste raison ces cercles quasi ayans perdu une partie de leur circunference, laquelle pour autant qu’est la plus basse nous l’appelons queuë, nous disons qu’ilz nous sont imparfaictz, mutilés et retranchez d’une de leurs parties » (ibid., p. 52).

65 « Joinct aussi, qu’avons aperceu aux mains de nostre amy J. P. de Mesme un singulier traicté concernant l’Astronomie, lequel, comme j’espère, en brief verrons en nostre langue Françoise » (Exposition de la Mappemonde, op. cit. note 7, f. 98 v°).

66 Ibid., f. 98 v°.

67 « Et sont dicts tels poincts jours egaux [ haec Æquinoctialia vocantur], par ce que le Soleil estant sous iceux, faict le jour egal à la nuit [ æquinoctium constituit ] », ibid., f. 11 r°. Pour tous ces exemples, cf. Giacomotto-Charra Violaine, op. cit. note 22.

68 C’est nous qui traduisons.

69 Boissière Claude de, Principes d’astronomie, op. cit. note 7, f. 4 v°. Le texte latin dit exactement : « … ab ortu in occasum per meridiem labitur, deinde per septentrionem rursus ad ortum ». C’est donc le per septentrionem que Boissière rend par « par sous terre », adoptant le point de vue de l’observateur naïf.

70 Cf. Giacomotto-Charra Violaine, op. cit. note 22.

71 Nicole Oresme, Le traicté, op. cit. note 1, « Prologue de l’auteur », n. p. Il précise un peu plus haut : « La figure et disposition du monde, le nombre et ordre des elements et les mouvements des corps du ciel appartiennent à sçavoir à tout homme qui est de franche condition et de noble engin »

72 Par exemple, cette insertion à la suite de la phrase « et comme ainsi soit que ces vapeurs soient un corps diaphane » : « Diaphane, je ne sçay si Rodiginus l’a leu en quelques Aucteurs approuvez : quant est de moy j’ai memoire d’avoir seulement leu διαφνες. Car διαφανη en grec sont l’air, l’eaue, le verre, le cristal, les vapeurs et autres telles choses semblables, tellement rares et de tenue substance qu’on puisse voir tout au travers sans empeschement. J’estime que les latins ont dit Pellucidum, comme le crible et la lanterne punique et un agneau tellement maigre que vivant et se tenant au Soleil, on luy pouvoit voir toutes les entrailles de son corps. Plaute en sa Ruden. et Aulul. a dit Pellucere. Mais pourquoy les effigies et figures sont veues dans l’eaue plus grandes, qu’elles ne sont veritablement, Macrobe le dispute en son septiesme livre des Saturnales », op. cit., p. 28-29.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search