Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

La traduction comme mode de diffusion scientifique au Moyen Âge

Joëlle Ducos

Texte intégral

1L’expansion médiévale de la réflexion scientifique – ou du moins qualifiée comme telle – est généralement associée à la redécouverte du corpus aristotélicien qui a été faite au xiie siècle par le biais de traductions effectuées à partir du grec, comme celle de la Physique par Jacques de Venise, ou de l’arabe avec l’œuvre de Gérard de Crémone. Ce mouvement s’accentue au siècle suivant avec celles d’un dominicain, Guillaume de Moerbeke, à partir du grec dans la deuxième moitié du xiiie siècle. Cette association intime entre science et traduction a pourtant donné une image négative de la pensée médiévale : elle ne ferait que répéter les théories antiques avec de nombreux contresens sans apport véritable et, à ce titre, disparaît presque dans les histoires générales des sciences ou n’y est traitée que très sommairement. Or, ce jugement ne tient pas compte de l’activité intellectuelle médiévale, de ses caractéristiques propres et de ses modes d’expression : la traduction n’est pas une simple communication d’un savoir passé, mais est au cœur de toute réflexion scientifique en en étant à la fois source et aboutissement.

2Il ne s’agit pas seulement de donner un équivalent linguistique plus ou moins adéquat. L’activité de traduction s’accompagne, selon le support textuel et la langue utilisée, soit d’une réflexion sur le manuscrit et de réécritures, soit d’une vulgarisation des savoirs par le biais d’une réflexion lexicale. Et surtout, elle est à l’origine d’une littérature savante, faite de questions, de lectures et de commentaires qui imprègnent profondément le débat des sciences de la nature. En outre, si les traductions de l’arabe vers le latin ou du grec vers le latin constituent sans doute une part importante de la production médiévale, de nombreuses traductions en langue vernaculaire (français, anglo-normand, occitan, catalan, italien, allemand, etc.), voire des langues vernaculaires vers le latin, sont attestées, manifestant ainsi que la pensée scientifique médiévale va au-delà d’une communication en latin et se diffuse aussi dans d’autres langues. La traduction, en effet, paraît comme l’illustration de la translatio studii, le transfert de savoir, que les clercs ont longuement évoqué : il est à la fois géographique – de la Grèce vers l’Occident –, historique – de l’Antiquité au Moyen Âge –, et intellectuel – des écoles platoniciennes et aristotéliciennes à l’université médiévale –. Le traducteur Jean Corbechon, au xive siècle, illustre fort bien cette thématique lorsqu’il évoque une succession de monarques savants, depuis Salomon, Ptolémée, Alexandre et Jules César pour arriver à Charlemagne et à Charles V, commanditaire de sa traduction. Il indique le désir de science immanent à tout esprit royal :

  • 1 Jean Corbechon, Le livre des propriétés des choses, Prologue, mss. BNF fr 22531, f. 12vb.

Or appert il clerement que entre les desirs humains de cuer royal le desir de sapience doit estre le principal si comme il estoit ou roy Salemon qui a Dieu demanda qu’il lui donnast science et sapience par laquele il peust gouverner son peuple vistement. Et Dieu lui donna un cuer sage et entendant ainsi comme il est ecrit ou tiers livre des Roys. Pourtant, disoit Tulles ou Livre de ses Destinations que savoir estoit euvre royal et Seneque ou livre de ses Epistres que le siecle estoit doz quant les sages le gouvernoient.1

3La traduction devient ainsi le moyen pour les princes d’entrer dans la science.

4Pourtant, il ne faudrait pas limiter la traduction scientifique à un simple élargissement du lectorat vers des milieux qui ne connaissent pas le latin ou mal. Sa permanence amène à s’interroger sur sa ou ses fonctions : pourquoi traduire, pour qui et comment ? Ces questions, très évidentes dans toute réflexion sur la traduction, sont d’autant plus importantes au Moyen Âge que l’on a longtemps séparé le mouvement de traduction savante, vers le latin, de celui qui se produit vers les langues vernaculaires, considérant que le second n’était qu’une vulgarisation pour des seigneurs ignorants. Or, les travaux récents montrent plutôt une continuité de l’un vers l’autre, les milieux savants allant bien au-delà du milieu universitaire, et les pratiques des traducteurs invitant à une lecture savante. Il s’agit désormais d’envisager la traduction moins comme un mode de diffusion vulgarisant que comme un élément important dans la réflexion scientifique.

Pourquoi et comment traduire ?

  • 2 Sur les théories de saint Jérôme et leurs fortunes au Moyen Âge, voir Copeland Rita, « The fortune (...)

5Ces deux questions, qui se posent pour tout texte traduit, sont associées et aussi difficiles à résoudre l’une que l’autre au Moyen Âge. Le débat antique sur la traduction amenait à s’interroger sur une pratique littérale (ad verbum) ou centrée sur le sens (ad sensum)2. Si la période médiévale en est l’héritière et s’y réfère toujours, en revanche les pratiques et les causes des traductions tant en latin qu’en langues vernaculaires restent souvent difficiles à déterminer, aussi bien en général qu’au cas par cas.

  • 3 Sur la description de sa théorie et son insertion dans la réflexion médiévale, voir Lusignan Serge (...)
  • 4 Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde, Menut Albert D. et Denomy Alexander J. (dir.), Londres (...)

6Le besoin de traduction apparaît d’abord par une difficulté à comprendre le texte dans sa langue de départ et par l’importance d’autorités grecques et arabes que l’on souhaite mieux connaître, d’abord en latin, puis en français : citons par exemple Aristote, Hippocrate, ou encore Avicenne, Averroès, Albumasar ou Messahala. Mais les textes théoriques sur la traduction sont rares au Moyen Âge : les prologues des traducteurs, quand ils sont présents, n’en donnent que des traces. Quelques textes bien connus en français développent pourtant des réflexions sur la nature de cette traduction, mais leur caractère exceptionnel laisse à penser qu’ils ne sont peut-être pas très révélateurs des pratiques les plus fréquentes. Nicole Oresme3, qui insiste sur le rôle d’exercice de la langue par la traduction, en est sans doute le représentant le plus illustre. Pourtant, sa pratique n’est pas uniforme et le texte aristotélicien qui traite de questions scientifiques, Le Livre du ciel, mêle le latin à ses traductions alors qu’il s’agit de l’une de ses dernières traductions4. Le prologue n’est donc bien souvent qu’une déclaration de principe qui ne préjuge pas des procédés employés par le traducteur.

  • 5 Brams Jozef et Vanhamel Willy (dir.), Guillaume de Moerbeke. Recueil d’études à l’occasion du 700e (...)
  • 6 Jacquart Danielle, « Les manuscrits de traductions de Gérard de Crémone : quelques caractéristique (...)
  • 7 C’est le cas aussi des traductions du De magnis conjunctionibus d’Albumasar, pour lequel deux manu (...)
  • 8 Voir Alverny Marie-Thérèse d’, « Les traductions à deux interprètes, d’arabe en langue vernaculair (...)

7Ce sont les textes de traductions eux-mêmes qui donnent des pistes sur le travail du traducteur, et en particulier l’étude des manuscrits. La présence de plusieurs versions faites par le même traducteur permet par exemple de constater une réflexion, en particulier pour tout ce qui est terminologique. Les variations entre périphrases, équivalents ou emprunts sont révélateurs d’une conception qui évolue : tel est le cas de Guillaume de Moerbeke qui corrige et reprend plusieurs fois certains textes5. Les recherches récentes sur les traductions arabo-latines de Gérard de Crémone ont également montré l’importance des révisions ainsi que l’existence de notes marginales reproduites dans plusieurs manuscrits6 : les comparaisons de la terminologie employée entre différents manuscrits d’une même traduction soulignent ce travail permanent de corrections ou de gloses pour clarifier un premier état de la traduction7. Traduire est en effet une entreprise longue qui amène, en latin comme en langue vernaculaire, des transformations, voire des repentirs par rapport aux premiers éléments traduits. C’est aussi l’analyse des traductions et leurs comparaisons avec l’original arabe qui ont permis de poser l’hypothèse d’une lecture à voix haute du texte arabe pour un traducteur qui transcrit à partir de cette version orale8. Les textes que nous avons sont des indices qu’il s’agit d’interpréter en fonction des informations sur les milieux des traducteurs et leurs pratiques intellectuelles : les variations des manuscrits, les évolutions marquent à l’évidence que les traducteurs ne considéraient pas cette activité comme une simple équivalence mais bien comme un projet intellectuel de grande envergure.

  • 9 Bourgain Pascale, « Les langues chez Roger Bacon », in Traduction et traducteurs au Moyen Âge, ibi (...)
  • 10 Bourgain Pascale, ibid., p. 327-328.
  • 11 D’où un caractère arbitraire de la langue, ce qui empêche une connaissance naturelle.
  • 12 Cité et traduit du Compendium studii philosophiae, chapitre VIII, par Bourgain Pascale, op. cit. n (...)

8La question de la langue de traduction demeure également centrale : elle invite aussi bien à réfléchir sur le latin, comme langue des savoirs, que sur la place des langues, vernaculaires ou non. La réflexion sur la confrontation entre les langues, en particulier dans les traductions, s’insère souvent dans des textes théoriques sur la langue et le langage, par des usagers des traductions. À ce titre, Roger Bacon, franciscain du xiiie siècle et contemporain de l’expansion de la traduction latine comme en langue vernaculaire, fait partie de ces utilisateurs des traductions arabo-latines et il illustre particulièrement l’enjeu des traductions au Moyen Âge9. Affirmant que la connaissance des langues est la première porte de la sagesse, il est l’un des premiers à mettre en évidence les compétences nécessaires du traducteur, qui doit connaître à la fois la langue de départ, la langue d’arrivée et la matière que l’on traduit, condition rarement remplie à son époque, dit-il10. La langue est en effet selon lui un produit réfléchi de l’intelligence humaine : le mot reçoit sa signification de l’usage et d’un accord entre le locuteur et le locutaire, accord qui n’est pas toujours conscient11. Mais en même temps que Roger Bacon affirme la nécessité de la traduction, il en souligne l’impossibilité : « Il n’est pas possible que ce qui est exprimé dans une langue selon l’esprit propre de celle-ci le soit avec vérité et exactitude dans une autre », dit-il12. Pour lui, le domaine scientifique est particulièrement inapproprié au transfert linguistique en raison de sa difficulté. De fait, sa réflexion centrée sur l’équivalence terminologique, mais aussi sur les pratiques contemporaines des traducteurs, l’amène à penser que l’accès au sens ne peut se faire que par la connaissance de la langue et non par une traduction toujours approximative.

  • 13 Voir la citation de Hugo de Santalla dans son introduction à sa traduction de Jafar Indus, Liber i (...)
  • 14 Beaujouan Guy, « Le vocabulaire scientifique du latin médiéval », La lexicographie du latin médiév (...)

9Les critiques acerbes formulées par Bacon sur l’ignorance des traducteurs et leurs contresens viennent du constat selon lequel les traducteurs n’ont pas trouvé les mots correspondants ni inventé de nouveaux mots latins. Il dénonce ainsi l’illusion de certaines traductions médiévales qui pratiquent la translittération systématique : c’est le cas des traductions arabes, en particulier pour Gérard de Crémone. Mais c’est aussi, plus tard, la pratique de Guillaume de Moerbeke qui utilise des constructions grecques comme le génitif absolu. Le sens risque de disparaître par cette imitation excessive de la langue de départ au détriment de la langue d’arrivée, d’autant que des erreurs de lecture peuvent apparaître, qu’il s’agisse de l’arabe ou du grec. Ainsi, l’absence de marques diacritiques dans les manuscrits arabes est source de difficulté, voire de confusions de la part des traducteurs arabes, et peuvent aboutir à des traductions peu compréhensibles13. Aussi, les contresens, si souvent relevés dans ces traductions, sont moins des erreurs d’interprétation que des fautes de manuscrit ou de lecture14 et démontrent la grande difficulté du travail pour le traducteur qui s’appuie sur un ou plusieurs manuscrits dont la lecture ne va pas de soi.

10Il ne faudrait pas en conclure que le latin n’est qu’une langue très approximative pour la connaissance et en déduire que ce support est toujours considéré comme mauvais : c’est bien une langue de communication scientifique, dont les usages sont différents de la langue littéraire ou courante, et qui évolue au fur et à mesure de connaissances qui se diversifient. En témoigne Gilles de Rome, à la fin du xiiie siècle, qui affirme :

  • 15 Gilles de Rome, De regimine principum, II, 7, cité et traduit par Lusignan Serge, op. cit. note 3, (...)

Les philosophes, voyant qu’il n’existait aucune langue vulgaire complète et parfaite par laquelle ils pourraient exprimer la nature des choses, les mœurs des hommes, le cours des astres et tout ce dont ils souhaitaient discuter, s’inventèrent une langue qui à toute fin pratique leur est propre et qui s’appelle le latin ou langue littéraire. Ils la constituèrent riche et ouverte afin que par elle, ils puissent exprimer adéquatement tous leurs concepts.15

11La traduction est donc bien toujours tournée vers le sens, ce qui n’empêche pas une pratique littérale, la translittération ou la reproduction de la langue de départ étant considérées moins comme une insuffisance que comme moyen de créer un mode d’expression des concepts, d’où sa fréquence dans le domaine scientifique.

  • 16 Pour un aperçu de cette diversité, voir Thomasset Claude, « Les traités scientifiques », Heidelber (...)
  • 17 Voir son prologue, op. cit. note 1, f. 13ra : « Et pour vostre bon desir accomplir, il a pleu a vo (...)
  • 18 Voir la série de travaux menés depuis une dizaine d’années sur la traduction des Problèmes d’Évrar (...)

12Les traductions en langue vernaculaire, dont le développement s’intensifie de la fin du xiiie siècle à la fin du Moyen Âge, ne sont pas plus simples ni plus unifiées, aussi bien dans leurs pratiques que dans les genres de textes. Quoi de commun en effet entre des textes de recettes pharmaceutiques, des pronostics sur le temps qu’il fait, ou des actes privés, les Aphorismes d’Hippocrate, les textes d’Aristote, les traités de chirurgie ou peste, les traités de géométrie ou d’algèbre, les textes alchimiques ou les encyclopédies16 ? La matière dite scientifique n’est pas une, et les modes de transmission de ce savoir sont également divers : abrégés ou au contraire développements, emprunts multiples ou créations, gloses ou pas de glose, additions ou non, il est difficile de parler d’une traduction en langue vernaculaire, mais plutôt de pratiques qui parfois se justifient en raison du lectorat visé, ou de la matière, ou encore même du projet de traducteur. C’est, par exemple, le désir de clarté d’un Jean Corbechon17, traducteur du De proprietatibus rerum, encyclopédie de Barthélemy l’Anglais, qui l’amène à supprimer tout lexique trop spécialisé, toute tournure syntaxique qui relève des pratiques scolastiques ou tout ce qui semble complexe à ses yeux : la traduction paraît ainsi vulgarisation par simplification et gommage de tout trait de scientificité. Inversement, un autre traducteur, contemporain du précédent, Évrart de Conty, souhaite faire de sa traduction un intermédiaire entre langue scolastique et langue vernaculaire avec un texte qui est initiation au savoir latin : il sélectionne, ajoute, indique des références latines en note, voire des commentaires latins18.

13Ces pratiques divergentes laissent à penser que la traduction scientifique était également une source d’interrogations en langue vernaculaire et amenait des choix, voire des corrections, comme le manifeste le manuscrit autographe de Évrart de Conty, qui est rempli de ratures, d’additions et de repentirs. Ces textes posent alors une série de questions : existait-il des centres avec des règles de traduction, quelle est la part d’initiative du traducteur, comment les textes étaient-ils choisis, quelle était la fonction de ces traductions ? Les recherches menées activement depuis plusieurs années sur ces questions ne permettent pas d’y répondre complètement, mais ont ouvert des pistes, entre autres sur la continuité entre les pratiques latines et celles en langue vernaculaire, sur des lecteurs différents, mais surtout sur l’importance de la traduction dans l’élaboration d’une réflexion scientifique, en latin comme en langue vernaculaire.

La traduction comme moteur de réflexion scientifique : commentaire, glose et travail lexical

  • 19 Les insertions des gloses se repèrent par exemple aux expressions du type or est a savoir, nous de (...)

14La pratique littérale des traducteurs a eu comme conséquence que le texte de traduction n’a pas été pris seulement comme un moyen de communiquer un savoir d’autorité, mais comme le support véritable de la réflexion théorique sur les choses de la nature. Penser sur le monde est avant tout penser sur un texte, aussi bien dans sa formulation que dans les idées qu’il communique. La pratique du commentaire est un prolongement du texte qu’il explicite : c’est ainsi que le commentaire des Météorologiques de Thomas d’Aquin est une paraphrase du texte aristotélicien tel qu’il est traduit par Guillaume de Moerbeke, expliquant les hellénismes et développant les expressions parfois complexes du traducteur. Ce prolongement paraît si évident et si indispensable que le traducteur français de ce même texte, Mahieu le Vilain, à la fin du xiiie siècle, mêle la traduction latine et le commentaire de Thomas d’Aquin dans ce qu’il présente comme un texte aristotélicien, alors qu’il distingue très bien par ailleurs ce qui relève de la glose et ce qui ne l’est pas19. Les traités d’inspiration aristotélicienne écrits par Albert le Grand sont l’illustration de cette imbrication entre traduction et réflexion personnelle. Ils comprennent la version arabo-latine augmentée d’un commentaire et de compléments qui permettent d’éclairer ou de corriger le texte aristotélicien. Les traductions latines ne se comprennent donc pas sans cet apparat critique qui les explicite et paraît un complément indispensable. Le texte aristotélicien, ainsi que tout texte d’autorité, n’est pas lu sans ce complément indispensable qui s’enrichit en permanence de nouvelles gloses et de nouveaux apports. Il n’est pas étonnant que les traductions françaises d’autorités, qu’il s’agisse d’Aristote, d’Hippocrate ou d’autres auteurs, fassent de même, en traçant ainsi une frontière avec les textes médiévaux secondaires, de compilation ou d’usage technique, qui ne sont guère glosés et peuvent même être abrégés. À ce titre, la comparaison entre la pratique de Nicole Oresme ou de Évrart de Conty, traducteurs aristotéliciens et auteurs de gloses, et celle de Jean Corbechon, traducteur d’une encyclopédie médiévale qu’il abrège plutôt qu’il ne développe, est révélatrice. La traduction d’autorité appelle au commentaire.

  • 20 Aristote, Météorologiques, III, 4, 374a-375b : il s’agit de phoinikous, prasinos et halourgos que (...)
  • 21 Gérard de Crémone, in Schoonheim Pieter L., Aristotle’s Meteorology in the Arabico-Latin Tradition (...)
  • 22 Isidore de Séville, Traité de la nature, Fontaine Jacques (éd. et trad.), Bordeaux, Féret et fils, (...)
  • 23 Alfred de Sareshel, Commentary on the Metheora of Aristotle, Otte James K. (ed.), Leyde, Brill, 19 (...)
  • 24 C’est en particulier l’affirmation d’Alexandre d’Aphrodisias dans son commentaire intitulé Comment (...)
  • 25 Albert Le Grand, Meteora, Hossfeld Paul (ed.), Aschendorff, 2003, III, tr. IV, c. 17, p. 193, c. 2 (...)
  • 26 Nicole Oresme, On Light, Color and the Rainbow. An Edition and Translation with Introduction and C (...)

15Mais si commentaire il y a, en latin comme en français, il ne porte pas uniquement sur le texte mais invite à s’interroger sur les théories proposées. La question des couleurs de l’arc-en-ciel est sans nul doute l’une des plus révélatrices de ces développements : Aristote affirme la présence de trois couleurs dans l’arc-en-ciel20. Or, les deux traductions latines ne s’accordent pas sur les dénominations de ces couleurs : Gérard de Crémone en mentionne trois qu’il appelle rubeus, viriditas et vinosus, mais signale aussi une couleur intermédiaire, rubedo ou citrinitas21. Guillaume de Moerbeke, lui, traduit par purpureum, puniceum et viridis. Ces divergences ne sont guère étonnantes. Il est bien connu que la traduction des noms de couleur montre la structuration sémantique propre à chaque langue en relation avec une perception et un univers culturel propres. Mais, pour l’arc-en-ciel, elle est également liée à des traditions livresques : la perception des couleurs varie en effet selon les auteurs et la cosmologie qu’ils présentent. Isidore de Séville, dans son Traité de la nature, par exemple, considère qu’il y a quatre couleurs par correspondance avec les quatre éléments22. Ces quatre couleurs ont varié selon les cosmologies. De plus, les commentateurs des traductions aristotéliciennes ont pu également se distinguer de leur source, comme Alfred de Sareshel qui n’utilise pas les mêmes dénominations23. En outre, si l’analogie avec les quatre éléments apparaît comme un argument en faveur du nombre quatre, d’autres affirment que le nombre trois est un nombre parfait et justifient ainsi la pensée aristotélicienne24. La diversité des dénominations et la tradition isidorienne, outre les progrès qui s’opèrent en optique au xiiie siècle, font que les commentaires des Météorologiques présentent tous une question sur le nombre de couleurs. Les divergences amènent les auteurs à s’interroger sur la perception des couleurs, la distinction entre couleurs réelles et apparentes, et sur la diversité des arcs-en-ciel. C’est notamment le cas d’Albert le Grand, qui envisage la possibilité de couleurs supplémentaires dans certains types d’arcs-en-ciel ou s’interroge sur la présence du jaune25. Les questions d’optique de Nicole Oresme dans son commentaire sur les Météorologiques sont également centrées sur ce point, et tout spécialement sur le rôle de l’imagination et de l’illusion d’optique, qui font voir un nombre de couleurs supérieur à celles qui existent réellement26. D’une difficulté de traduction naissent ainsi des questions scientifiques, alors que l’optique se développe et permet de dépasser l’analogie isidorienne.

  • 27 Sur le détail de ces réflexions, voir Ducos Joëlle, La météorologie en français au Moyen Âge, Pari (...)
  • 28 Pour le détail, voir Ducos Joëlle, « Traduction et lexique scientifique : le cas des Problèmes d’A (...)

16D’autres exemples d’écarts entre les deux traductions sont à l’origine de nouvelles réflexions. La formation de la rosée donne lieu à débat car les deux textes ne sont pas similaires : si la version gréco-latine suit le texte aristotélicien, celle de Gérard de Crémone considère que la rosée ne s’oppose pas aux autres précipitations par le lieu de formation mais par la vitesse de chute et la taille des gouttes. Cet écart amène à opérer une distinction entre dépôt et chute de pluie, ainsi que des réflexions sur les zones de l’air et leurs températures respectives27. De même, la multiplicité des dénominations des vents entre les deux versions et la tradition latine suscite des interrogations sur leur pertinence. Certains, comme Jean Buridan, n’hésitent pas à préférer la rose de marins, plus claire ou plus utile, dit-il. Évrart de Conty, quant à lui, renonce, au début de la 26e partie des Problèmes qu’il traduit, à l’énumération traditionnelle et à la description d’un schéma devenu incompréhensible, et présente sous forme de rose des vents plusieurs nomenclatures : celle des marins, celle des philosophes, sujette à controverse, et celle qui est utilisée communément et qui est constituée des dénominations en langue vernaculaire28. Il ne s’agit cependant pas seulement d’une question de désignations, mais bien d’une réflexion sur la possibilité d’effectuer une taxinomie rationnelle des vents : le souffle aérien est analysé à la fois dans ses qualités de chaleur et d’humidité, mais aussi selon son origine, ce qui permet d’en induire ses effets possibles. L’équivalence entre les langues est le point de départ d’une définition du phénomène naturel, pour permettre la désignation la plus rationnelle.

  • 29 Kuhn Thomas S., La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983.

17La création d’une terminologie n’est pas un pur travail de langue, mais naît de cet échange entre traduction et commentaire, analyse et emploi de moyens linguistiques, et réflexion scientifique sur le phénomène. En ce sens, elle participe à l’installation d’un paradigme au sens de Thomas Kuhn29 : c’est à partir des traductions que la scolastique, en opérant un travail de définition et de précision aussi bien des concepts que des désignations, favorise l’intégration du modèle aristotélicien dans la pensée scientifique occidentale. L’importance des néologismes, d’origine arabe ou grecque, signale moins une reproduction d’une pensée que son intégration, et l’abondance des définitions dans les commentaires démontre cette interaction entre réflexion scientifique et création linguistique. De fait, les textes de la scolastique confrontent les dénominations et montrent comment les théories scientifiques, en s’élaborant et en s’affinant, conduisent à la constitution d’usages lexicaux établis au contact des autorités, mais séparés ensuite d’eux pour une expansion plus grande. L’emprunt grec antiperistasis, qui désigne le renforcement d’une qualité au contact de son contraire, dans un effet de choc en retour, est très vite élargi à d’autres textes que ceux du corpus aristotélicien, et utilisé par exemple dans une traduction d’Avicenne.

Conclusion

18Le Moyen Âge favorise ainsi la constitution d’un lexique spécialisé, aussi bien en latin qu’en langue vernaculaire. Les textes scientifiques français, fondés largement sur des traductions, témoignent de ce désir de donner une scientificité à la langue et de marquer une continuité avec la langue savante. Les traducteurs hésitent entre emprunts, calques sémantiques ou créations françaises, et un même concept peut donner lieu à de nombreuses dénominations, différentes selon les auteurs. Cette multiplication ne signifie pas une ignorance, ni une pure créativité linguistique, mais plutôt une recherche pour trouver l’équivalent le plus adéquat au concept qui doit être formulé. Ainsi, il n’est pas rare qu’un traducteur varie dans ses procédés pour la traduction d’un même mot latin, et utilise un emprunt, une création française, ou préfère parfois une périphrase à l’équivalent par un terme. Cette hésitation peut paraître une maladresse et un manque de métier. Elle démontre le travail de réflexion qu’opère le traducteur, entre un emprunt peu compréhensible ou une formulation qui fait perdre le caractère scientifique à la langue.

  • 30 Voir Ducos Joëlle, op. cit. note 27, p. 209-281.
  • 31 Voir par exemple les différentes versions de la Chirurgia Magna de Guy de Chauliac ou celles des t (...)

19La traduction paraît comme un chantier lexical où se forge une langue avec des tentatives qui peuvent être reprises ou non. Tel est le cas de Mahieu le Vilain, dont les termes les plus originaux ne sont pas repris, comme emprainture pour désigner les phénomènes météorologiques, ou buee seche pour l’exhalaison tellurique à l’origine des vents ou des météores ignés. En revanche, les emprunts qu’il fait au latin, comme impression et passion, ou fumee, sont utilisés par d’autres et demeurent jusqu’au xvie siècle30. La relation entre latin et français, pensée savante et vulgarisation, y est sans doute plus marquée, et surtout le lexique présente alors un trait de scientificité plus net. Les traductions successives d’un même texte marquent également ces oscillations révélatrices de projet de vulgarisation différent, entre une langue technique qui suppose un lectorat averti ou du moins désireux d’acquérir une terminologie, et une langue où les emprunts sont rares et qui est très proche de la langue courante31. De fait, si les traducteurs suscitent un foisonnement lexical avec beaucoup de néologismes, peu demeurent dans la langue.

  • 32 Sur les néologismes de Nicole Oresme dans les traités philosophiques et la distinction que l’on pe (...)
  • 33 Sur le terme, le concept et la dénomination, voir Lerat Pierre, Les langues spécialisées, Paris, P (...)

20Ce constat marque que l’existence d’une terminologie et son fonctionnement dans la langue ne peuvent se faire que si le lecteur comprend le concept qui lui est associé. Cette place du lecteur dans l’élaboration même de la traduction se fait sentir : il est bien connu que les textes techniques comme les recettes, les traités d’astrologie ou les réceptaires abondent en langue vernaculaire de latinismes, voire de mots latins. On peut supposer que le lectorat est souvent instruit dans la discipline, mais sans être suffisamment familier avec les textes latins pour les lire directement. Les traductions de Nicole Oresme marquent cette différence de lectorat : le traité le plus scientifique, le Livre du ciel et du monde, abonde en latinismes et en emprunts, alors que les autres traités aristotéliciens qu’il traduit sont accompagnés de glossaires et de définitions plus abondantes. C’est que ce traité s’adresse à des lecteurs plus compétents dans la science scolastique, contrairement aux autres traités de portée plus générale comme l’Éthique32. La traduction scientifique semble ainsi se distinguer de celle des textes philosophiques et acquérir une spécificité liée à la création d’une terminologie. Or, qui dit terme suppose une relation entre concept et dénomination qui est aussi épistémologique, le savoir modifiant le concept et le terme qui lui est associé33. La traduction joue donc pleinement une fonction épistémologique en mettant en évidence et favorisant une réflexion qui n’est pas strictement linguistique mais s’intéresse aussi au phénomène naturel.

21Répétition sans originalité d’une pensée vivante auparavant ou ailleurs ? La traduction médiévale paraît fort loin de ce constat pour qui s’intéresse précisément aux textes et aux pratiques. Elle joue un rôle moteur dans l’évolution et la formation d’une pensée scientifique dans le monde occidental, et dans l’élaboration d’outils linguistiques pour des concepts qui se précisent et sont fondamentaux jusqu’au xviie siècle. Qu’il s’agisse des traductions latines ou de celles qui sont faites en langue vernaculaire, il ne s’agit pas simplement de fournir un équivalent linguistique mais de contribuer à une réflexion scientifique qui s’élabore à partir de textes et de concepts. Cette importance se mesure à la constitution d’une terminologie qui est remarquable par sa permanence pendant plusieurs siècles. Si les questions sur le mode de traduction ou sur les destinataires demeurent nombreuses, elles prouvent par là même la complexité de ces textes, à la fois moyen de diffusion et de vulgarisation d’une pensée et source de nouvelles réflexions.

Notes

1 Jean Corbechon, Le livre des propriétés des choses, Prologue, mss. BNF fr 22531, f. 12vb.

2 Sur les théories de saint Jérôme et leurs fortunes au Moyen Âge, voir Copeland Rita, « The fortune of ‘non verbum pro verbo’ or why Jerome is not a ciceronian », in Ellis Roger (dir.), The Medieval Translator. The Theory and Practice of Translation in the Middle Ages, Cambridge, 1989, p. 15-85.

3 Sur la description de sa théorie et son insertion dans la réflexion médiévale, voir Lusignan Serge, Parler vulgairement au Moyen Âge. Les intellectuels et la langue française aux xiiie et xive siècles, Montréal et Paris, Presses de l’Université de Montréal et Vrin, 1986, p. 154-166.

4 Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde, Menut Albert D. et Denomy Alexander J. (dir.), Londres, University of Wisconsin Press, 1968.

5 Brams Jozef et Vanhamel Willy (dir.), Guillaume de Moerbeke. Recueil d’études à l’occasion du 700e anniversaire de sa mort, Louvain, Leuven University Press, 1989 ; Brams Jozef, « Les traductions de Guillaume de Moerbeke », in Hamesse Jacqueline (dir.), Les traducteurs au travail, leurs manuscrits et leurs méthodes. Actes du colloque international organisé par le Ettore Majorana Centre for Scientific Culture (Erice, 30 septembre-6 octobre 1999), Turnhout, 2001, p. 231-256.

6 Jacquart Danielle, « Les manuscrits de traductions de Gérard de Crémone : quelques caractéristiques formelles », in Les traducteurs au travail, ibid., p. 207-220.

7 C’est le cas aussi des traductions du De magnis conjunctionibus d’Albumasar, pour lequel deux manuscrits qui reposent sur la même version du texte arabe sont en écho, le manuscrit C, postérieur, corrigeant et complétant le manuscrit V : voir les analyses très précises de Burnett Charles, in Les traducteurs au travail, ibid., p. 51-113 et tout spécialement p. 75-79.

8 Voir Alverny Marie-Thérèse d’, « Les traductions à deux interprètes, d’arabe en langue vernaculaire et de langue vernaculaire en latin », in Contamine Geneviève (dir.), Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Actes du colloque international du CNRS, IRHT 26-28 mai 1986, Paris, CNRS, 1989, p. 193-206. Voir également le texte de Daniel de Morley sur lequel est fondée cette hypothèse, Philosophia, Maurach Gregor (dir.), Mittellateinisches Jahrbuch, no 14, 1979, p. 192 : « Cum vero predicta et cetera talium in hunc modum necessario evenire in Ysagogis Japharis auditoribus suis affirmaret Girardus Tholetanus qui Galippo mixtarabe interpretante Almagesti latinavit ».

9 Bourgain Pascale, « Les langues chez Roger Bacon », in Traduction et traducteurs au Moyen Âge, ibid., p. 317-331 ; Lusignan Serge, op. cit. note 3, p. 67-68.

10 Bourgain Pascale, ibid., p. 327-328.

11 D’où un caractère arbitraire de la langue, ce qui empêche une connaissance naturelle.

12 Cité et traduit du Compendium studii philosophiae, chapitre VIII, par Bourgain Pascale, op. cit. note 9, p. 329.

13 Voir la citation de Hugo de Santalla dans son introduction à sa traduction de Jafar Indus, Liber imbrium : « Plerumque etiam interpres… inter angustiarum pressuras anhelans, verbum quodlibet peregrinum quod aut elementorum diversi apices aut eorum penuria-etiam linguarum implacabilis diversitas quibus omnibus ethimologie variatur significatio-… recte non patitur transmutari, ne quidem pretermisisse aut ne, desipiens, desipere videatur, ad libitum transfert », cité par Burnett Charles, « Strategy of Revision in Arabic-Latin Translations », in Les traducteurs au travail, op. cit. note 5, p. 88. Cf. également les remarques de Roland Hissette, ibid., sur les manuscrits surchargés et difficiles à lire des commentaires moyens d’Averroès et de l’Al-Jabr d’Abu-Kamil, traduits par Guillaume de Luna, p. 257-273.

14 Beaujouan Guy, « Le vocabulaire scientifique du latin médiéval », La lexicographie du latin médiéval et ses rapports avec les recherches actuelles sur la civilisation du Moyen Âge, Paris, CNRS, 1981, p. 345-354.

15 Gilles de Rome, De regimine principum, II, 7, cité et traduit par Lusignan Serge, op. cit. note 3, p. 43.

16 Pour un aperçu de cette diversité, voir Thomasset Claude, « Les traités scientifiques », Heidelberg, p. 306-320, GRLMA, VIII, 1.

17 Voir son prologue, op. cit. note 1, f. 13ra : « Et pour vostre bon desir accomplir, il a pleu a vostre royal majesté a commander a moy qui suis le plus petit de vos chappelains et vostre creature et la faicture de vos mains que je translate le livre devant dit de latin en francois le plus clerement que je pourray » (souligné par nous).

18 Voir la série de travaux menés depuis une dizaine d’années sur la traduction des Problèmes d’Évrart de Conty, en particulier tout récemment le colloque organisé par Goyens Michèle et Leemans Pieter de, Aristotle’s Problemata in Different Times and Tongues, Louvain, Leuven University Press, 2006, et particulièrement les articles de Françoise Guichard-Tesson et Geneviève Dumas. Voir également Goyens Michèle et Leemans Pieter de, « La transmission des savoirs en passant par trois langues : le cas des Problemata d’Aristote traduits en latin et en moyen français », in Nobel Pierre (dir.), La transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2005, vol. 1, p. 231-258, et « Traduire du grec au latin et du latin au français : un défi à la fidélité », in Andersen Peter H. (dir.), Pratiques de traduction au Moyen Âge. Actes du colloque de l’université de Copenhague, 25-26 octobre 2002, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2004, p. 204-224.

19 Les insertions des gloses se repèrent par exemple aux expressions du type or est a savoir, nous devon savoir, etc., ou aux adresses au dédicataire, le comte d’Eu. Pour l’insertion du commentaire, voir Ducos Joëlle, « L’œuvre de Mahieu le Vilain : traduction et commentaire des Météorologiques », in Les traducteurs au Moyen Âge, op. cit. note 8, p. 285-309, ainsi que l’édition préparée par l’auteur, à paraître aux éditions Honoré Champion.

20 Aristote, Météorologiques, III, 4, 374a-375b : il s’agit de phoinikous, prasinos et halourgos que Pierre Louis traduit respectivement par rouge, vert et violet (Paris, Les Belles Lettres, 1982, t. II, p. 17).

21 Gérard de Crémone, in Schoonheim Pieter L., Aristotle’s Meteorology in the Arabico-Latin Tradition, Leyde, Brill, 2000, p. 126. Sur la signification de citrinitas, entre rouge, jaune cuivré et orange, voir Jacquart Danielle, « Arabisants du Moyen Âge et de la Renaissance : Jérôme Ramusio, correcteur de Gérard de Crémone », Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. 47, 1989, p. 399-415.

22 Isidore de Séville, Traité de la nature, Fontaine Jacques (éd. et trad.), Bordeaux, Féret et fils, 1960, p. 284-285 : « Il est en effet de quatre couleurs et emprunte leur aspect à tous les éléments : il tire en effet du ciel sa couleur du feu, de l’eau le violet, de l’air le blanc et de la terre il prend le noir ».

23 Alfred de Sareshel, Commentary on the Metheora of Aristotle, Otte James K. (ed.), Leyde, Brill, 1988, p. 51.

24 C’est en particulier l’affirmation d’Alexandre d’Aphrodisias dans son commentaire intitulé Commentaire sur les Météores d’Aristote. Traduction de Guillaume de Moerbeke, Smet Alfons J. (éd.), Louvain, Publications universitaires de Louvain, 1968, III, 4, p. 247.

25 Albert Le Grand, Meteora, Hossfeld Paul (ed.), Aschendorff, 2003, III, tr. IV, c. 17, p. 193, c. 20-21, p. 196-197.

26 Nicole Oresme, On Light, Color and the Rainbow. An Edition and Translation with Introduction and Critical Notes of Part of Book Three of his Questiones super quatuor libros Metheororum, Mac Cluskey S. (ed. et trad.), mém. non publié, University of Wisconsin, Madison, 1974.

27 Sur le détail de ces réflexions, voir Ducos Joëlle, La météorologie en français au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 122-133.

28 Pour le détail, voir Ducos Joëlle, « Traduction et lexique scientifique : le cas des Problèmes d’Aristote traduits par Évrart de Conty », in Brucker Charles (éd.), Traduction et adaptation en France à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Actes du colloque organisé par l’Université de Nancy II, 23-25 mars 1995, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 242-247.

29 Kuhn Thomas S., La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983.

30 Voir Ducos Joëlle, op. cit. note 27, p. 209-281.

31 Voir par exemple les différentes versions de la Chirurgia Magna de Guy de Chauliac ou celles des traités de peste : cf. Bazin-Tacchella Sylvie, « Rupture et continuité du discours médical à travers les écrits sur la peste de 1348 », in Bazin-Tacchella Sylvie, Quéruel Danielle et Samama Évelyne (éd.), Air, miasmes et contagion. Les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Langres, Guéniot, 2001 ; idem, « L’exemple des noms des intestins et des os dans les traductions françaises de la Chirurgia Magna de Guy de Chauliac », in Bertrand Olivier, Gerner Hiltrud et Stumpf Béatrice (dir.), Lexiques scientifiques et techniques. Constitution et approche historique, Palaiseau, Éditions de l’École polytechnique, 2007, p. 65-80. Voir également sur le lexique médical, dans ce même volume : Vedrenne-Fajolles Isabelle, « Tradition hippocratique et pseudo-hippocratique aux xiiie-xive siècles », p. 81-104, et sur celui de l’astronomie : Dörr Stephen, « La création du lexique astronomique et astrologique en ancien français : observations méthodologiques et pratiques », p. 175-182.

32 Sur les néologismes de Nicole Oresme dans les traités philosophiques et la distinction que l’on peut faire entre néologismes occasionnels et néologismes prospectifs, voir Städtler Thomas, « Le traducteur, créateur de néologismes : le cas de Nicole Oresme », in Lexiques scientifiques et techniques, ibid., p. 47-61.

33 Sur le terme, le concept et la dénomination, voir Lerat Pierre, Les langues spécialisées, Paris, PUF, 1995 ; Depecker Loïc, Entre signe et concept. Éléments de terminologie générale, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002 ; La terminologie, nature et enjeux, Langages, no 157, Larousse, mars 2005.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search