Version classiqueVersion mobile

Traduire la science

 | 
Pascal Duris

Introduction

Pascal Duris et Joëlle Ducos

Texte intégral

  • 1 Lwoff André, « Sur le prétendu principe de falsification de Karl Popper et sur quelques divagation (...)

1Le biologiste André Lwoff raconte l’histoire terrible de ce traducteur d’un ouvrage anglais consacré au potentiel d’oxydo-réduction, abrégé en anglais en redox, qui avait traduit ce terme par… « bœuf rouge ». Et de tempêter : « Le traducteur ne s’est pas demandé comment un bœuf, fût-il rouge, pourrait intervenir à l’échelon moléculaire dans l’équilibre d’une réaction chimique. »1

  • 2 Sur les rapports entre la science et les langues du Moyen Âge à nos jours, lire Chartier Roger et (...)

2Traduire la science a toujours été une entreprise complexe quant à ses a priori linguistiques et à ses méthodes2. Traduire Aristote, Galilée, Newton ou Linné en français, Lavoisier en espagnol ou Buffon en allemand, pose des problèmes spécifiques liés à la technicité d’une pensée et d’une langue scientifiques souvent personnelles. Le latin réformé de Linné n’est pas celui de Cicéron ou de Tacite. Les traducteurs d’hier, en même temps qu’ils s’en faisaient les interprètes, se devaient d’expliciter pour leurs lecteurs qui les découvraient pour la première fois des théories, des concepts, des vocabulaires, des nomenclatures inédits faisant encore l’objet de débats. Ils se faisaient tour à tour glosateurs, commentateurs, rédacteurs, illustrateurs, vulgarisateurs, suivant les modes du moment. Au passage, la langue du traducteur s’enrichissait, non sans certaines résistances parfois, de mots nouveaux : les termes « émission », « réflexible », « réflexibilité », « réfrangible », « réfringent », « réfracter », par exemple, proviennent de la francisation des mots inventés par Newton. Au reste, la décision de traduire des termes scientifiques ne semble répondre à aucune logique : si l’« abdomen » des insectes n’a jamais été traduit en français, l’entomologiste Réaumur préfère « sous-division » à « subdivision », trop latin à son goût.

3Les traducteurs d’aujourd’hui n’ont plus à souligner l’importance d’œuvres relevant désormais de l’histoire des sciences, ni à craindre de rebuter les lecteurs par l’emploi d’un lexique depuis longtemps consacré (ou abandonné). Par contre, sauf à tomber dans l’anachronisme le plus condamnable, ils doivent se résigner à exprimer lourdement une pensée devenue incompréhensible dans le cadre de nos paradigmes et de nos concepts actuels. Exemple : il est question dans les traités zoologiques d’Aristote d’entoma, que les auteurs latins ont traduit par insecta, et que nous sommes tentés de rendre par insectes. Or, Aristote donne ce nom d’entoma à quantité d’animaux qui ne sont plus aujourd’hui considérés par les biologistes comme des insectes, c’est-à-dire des invertébrés à six pattes, mais plutôt comme des arthropodes, c’est-à-dire des invertébrés dont les appendices sont articulés, voire, dans certains cas, comme d’authentiques vertébrés (l’hippocampe par exemple). Nos « insectes » ne sont plus ceux d’Aristote. Comment, dans ces conditions, rendre compte autrement que par une périphrase du concept aristotélicien d’entoma sans le dénaturer ? Les textes scientifiques anciens foisonnent de ces faux-amis.

4L’objet de ce livre, qui réunit la plupart des contributions à une journée d’études organisée dans le cadre du programme de recherche sur « Le livre scientifique. Définition et émergence d’un genre (1450-1850) » qu’anime Joëlle Ducos à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), est de proposer les éclairages croisés de l’histoire (des sciences ou des idées), de la linguistique, de la philosophie, de la littérature, sur le travail de traduction à différentes époques et dans divers champs scientifiques (astronomie, botanique, physique, chimie, etc.), et sur ses acteurs.

5Bien que les textes théoriques sur la traduction soient rares au Moyen Âge, c’est vraisemblablement dès cette époque que se posent les questions qui taraudent jusqu’à aujourd’hui tout traducteur : pourquoi traduire, pour qui, comment ? La redécouverte de la science antique qu’autorise aux xiie-xiiie siècles la traduction de textes grecs ou arabes a installé l’idée d’une pensée médiévale sans originalité, qui n’aurait fait qu’exprimer, le plus souvent en latin, des connaissances figées depuis des siècles. Joëlle Ducos montre qu’il n’en est rien et que ces premiers traducteurs considèrent leur activité comme une entreprise intellectuelle de grande envergure, relevant d’une authentique réflexion scientifique sur le monde.

6L’astronomie est, dans les années 1550, l’une des premières sciences à faire l’expérience du vernaculaire. L’intérêt croissant qu’elle suscite auprès du public mondain alimente un puissant mouvement de traduction en français d’œuvres variées (traités de la Sphère par exemple). Violaine Giacomotto-Charra considère que l’ambition des traducteurs de la Renaissance est, moyennant des aménagements de fond comme de forme de leurs textes, d’instruire des débutants qui ne maîtrisent plus le latin. Ce faisant, ils inscrivent leur entreprise dans un mouvement de vulgarisation qui ignore l’astronomie complexe d’un Ptolémée ou d’un Copernic. Mais toute traduction scientifique ne répond pas forcément à ce souci pédagogique. C’est ce qu’explique Jean-François Baillon à propos des deux traductions en français de l’Optique (1704) d’Isaac Newton. L’histoire de leur publication au xviiie siècle révèle que la première, parue du vivant de Newton, participe d’une stratégie de conquête des milieux scientifiques français, alors que la seconde émane d’un adversaire déclaré de la physique newtonienne, ulcéré de l’indifférence de l’Académie royale des sciences à l’encontre de ses propres théories.

7À partir du xviiie siècle, les femmes s’impliquent publiquement dans l’activité de traduction de la science européenne. Émilie du Châtelet traduit les Principes mathématiques de la philosophie naturelle de Newton, Marie-Anne Lavoisier l’Essai sur le phlogistique de Kirwan. Patrice Bret nous fait découvrir Claudine Picardet, traductrice des Mémoires de chymie de Scheele et du Traité des caractères extérieurs des fossiles de Werner. Maîtrisant le suédois, l’allemand, l’anglais et l’italien, elle est une des principales traductrices des œuvres de chimie des Lumières. Avec elle, s’annonce une manière de professionnalisation du traducteur. Son apport à la diffusion des nouveaux savoirs chimiques est majeur – notamment dans les journaux scientifiques – et fait d’elle une authentique femme de science : traduire la science, c’est faire de la science.

8Nombre de difficultés rencontrées par les traducteurs d’hier demeurent d’actualité. Philippe Selosse et Thierry Hoquet nous donnent, chacun à leur manière, une leçon sur l’art de la traduction scientifique et ses pièges. Le premier, à partir d’un exemple unique puisé dans la nomenclature néo-latine des plantes au xvie siècle, montre tout l’intérêt d’une analyse linguistique méticuleuse du texte à traduire pour accéder, sans commettre d’anachronisme, aux représentations scientifiques des auteurs de la Renaissance. Le second, traducteur de quelques-uns des textes fondamentaux de Carl von Linné, s’interroge à partir de plusieurs exemples sur le moyen de rendre la précision d’une langue aphoristique neuve, dont certains, au xviiie siècle, comme le montre Pascal Duris dans sa contribution, louent le laconisme et d’autres dénoncent le pédantisme jargonnant. Cette « lecture rapprochée » à laquelle nous convient Philippe Selosse et Thierry Hoquet permet en outre de révéler certaines caractéristiques de la matérialité des textes qu’ils traduisent : architecture, conventions typographiques, etc. Pour illustrer le geste du traducteur scientifique, Violaine Giacomotto-Charra examine, dans une étude placée en annexe de ce volume, les difficultés rencontrées au xvie siècle par le mathématicien Claude de Boissière pour traduire en français le De principiis astronomiæ et cosmographiæ (1530) de Gemma Frisius, et commente ses choix.

9Une question revient constamment en filigrane de ces différentes études : pour écrire ou traduire la science, faut-il connaître la langue et/ou la science ? Isabelle Poulin tente, pour conclure, d’y répondre à partir d’une réflexion sur l’œuvre de l’écrivain et lépidoptériste Vladimir Nabokov. Peut-être, en effet, comme elle l’explique, le talent d’un traducteur scientifique réside-t-il dans sa capacité à raconter la science.

Notes

1 Lwoff André, « Sur le prétendu principe de falsification de Karl Popper et sur quelques divagations logomachiques », La Recherche, 1983, 14 (142), p. 368-369.

2 Sur les rapports entre la science et les langues du Moyen Âge à nos jours, lire Chartier Roger et Corsi Pietro (dir.), Sciences et langues en Europe, Centre Alexandre Koyré, EHESS, 1996.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search