Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport et santé

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture de l’université sportive d’été

Claude Schneider, Alexandre Feltz, Jean-Michel Martin et André Thevenon

Texte intégral

Présentation par Claude SCHNEIDER,
Président du Strasbourg Université Club

1Nous arrivons au terme de la 26e Université sportive d’Été. Le thème envisagé était particulièrement ambitieux : Sport et Santé. Sortir des contradictions, apporter des solutions. En trois journées bien remplies, nous avons essayé d’identifier des pesanteurs et des contradictions, d’esquisser des solutions pour y échapper, en particulier par la présentation d’expériences innovantes qui méritent d’être connues, améliorées, multipliées. Par ailleurs, la connaissance de ce qui se passe chez plusieurs de nos voisins européens nous a montré que nous étions, de ce point de vue, sur la bonne voie.

2Nous n’aurons pas la prétention d’apporter des solutions majeures. Au moins pouvons-nous considérer que l’USE de Strasbourg aura permis d’ouvrer ensemble de façon utile et qu’elle peut constituer un jalon dans les multiples initiatives qui ont fleuri dans le domaine du sport-santé au cours de l’année 2008, ainsi qu’a pu le souligner l’un d’entre nous dans l’une des tables rondes.

3Je vais céder tout d’abord la parole à Monsieur Alexandre Feltz. Il est vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg qui regroupe 27 communes, soit une population de 460 000 habitants. Il est en charge du secteur Diagnostic santé. Pour Strasbourg, la notion de santé publique est majeure et, aujourd’hui, dans le cadre des différentes démarches engagées au niveau des communes de la CUS, c’est un vaste chantier « projet santé », intégrant aussi la notion de sport, qui se met en place.

4Je donnerai ensuite la parole à Jean-Michel Martin qui nous présentera un bilan de l’opération « Le Message de Colette Besson ».

5Ensuite, le Professeur André Thévenon, qui est également membre de l’UNCU, aura la lourde tâche, selon la formule consacrée, de tirer quelques conclusions de l’USE 2008.

Strasbourg. La nouvelle charte du sport (Extraits)
(…)
Tenir compte des mutations : vers un nouvel âge du sport
La démocratisation du sport loisir
Le développement du sport pour tous a vu émerger de nouvelles pratiques sportives qui répondent à un besoin et à une éthique propres. Skate, roller, basket de rue, jogging, ces nouvelles pratiques se distinguent par le fait que les sportifs s’y adonnent de manière indépendante.
Le poids des nouvelles pratiques
La montée en puissance de ces nouvelles pratiques sportives urbaines est principalement le fait des jeunes, bien que le courant apparaisse de plus en plus comme transgénérationnel. La ville s’intéresse à ces activités, avec une préoccupation majeure : leur encadrement et la sécurisation des lieux de pratique, notamment par le biais d’infrastructures adaptées, comme le skate park.
La médiatisation du sport spectacle
La médiatisation des activités sportives et l’avènement du « sport spectacle » mettent en lumière le dynamisme sportif au plan local. Le sport de haut niveau contribue par ailleurs, efficacement, à élargir le rayonnement national, voire international, de la ville. Véritable vecteur d’image, il justifie tout à fait son titre d’ambassadeur du sport strasbourgeois. Le nouveau Rhenus Sport répond parfaitement à ces attentes.
Nouvelles contraintes financières
Au même titre que toute entreprise, les associations sportives sont soumises à un certain nombre d’obligations administratives et financières contraignantes. Confrontées aux besoins de financement liés au fonctionnement et aux équipements des clubs ainsi qu’à la professionnalisation du sport, ces associations se doivent d’assurer une gestion rigoureuse.
Recentrer la politique sportive sur les nouveaux enjeux du sport
L’enjeu éducatif : le sport comme école de la vie
Le sport et l’éducation partagent de nombreuses valeurs communes, au-delà de l’acquisition des savoirs, du savoir-être comme des savoir-faire. Plus précisément, le sport contribue à l’apprentissage et à l’application de la tolérance et du respect des lois et des règlements. C’est, tout simplement, l’apprentissage de la citoyenneté. Ce constat milite à l’évidence pour un réel développement des activités sportives, notamment pour les plus jeunes.
Un réel enjeu de santé publique
La pratique du sport fait partie des règles d’hygiène de vie, trop souvent délaissées, qui sont profitables à l’organisme en général, et au système cardio-vasculaire en particulier. Au-delà des valeurs positives qu’il véhicule, le sport représente donc un véritable moyen de prévention pour de nombreuses pathologies ou maladies. C’est un réel enjeu de santé publique.
L’enjeu social ou l’intégration par le sport
Au-delà de la dimension citoyenne qu’il incarne – notamment à l’école –, le sport véhicule des valeurs traditionnelles et saines d’effort, de loyauté et de respect de l’autre. Le sport apprend ainsi à vivre en société et peut, dans certains cas, assurer une véritable fonction de « thérapie sociale ». Les pratiques sportives favorisent aussi les relations entre les générations, ainsi que l’insertion et l’intégration dans la vie de la cité.
L’enjeu sportif
Qu’il s’agisse de haut niveau ou de pratique en amateur le dimanche matin, l’enjeu sportif est un enjeu majeur. La compétition amène au dépassement de soi et à l’épanouissement. Fraternité, esprit de solidarité, altruisme et générosité, telles sont en effet les valeurs du « sport co » dont l’actualité sportive témoigne d’ailleurs fréquemment. Lorsque l’équipe gagne, l’individu gagne aussi !
(…)

Intervention d’Alexandre FELTZ,
Vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg

6Je suis heureux de vous accueillir dans notre ville, au nom de Roland RIES, Maire de Strasbourg, et de Jacques Bigot, Président de la Communauté Urbaine de Strasbourg. Serge Oehler, adjoint au Maire, en charge des Sports, pour la Ville de Strasbourg, m’a également demandé de le représenter et de vous saluer.

7Je suis intéressé par la problématique de votre Université d’Été au moins à deux titres.

8D’abord, on se rend compte que pour être impliqué entre « sport et santé », entre « activité physique et santé », lorsqu’on est médecin – je suis aussi médecin – c’est bien de faire du sport. Pour autant, le lien entre le sport et la santé, entre l’activité physique et la santé, n’est pas simple.

9Ensuite, je suis vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg délégué aux études et aux orientations en matière de santé, puisqu’il existe une vraie volonté politique au niveau de la Communauté Urbaine de Strasbourg de se doter d’un pôle Santé à l’échelle de la communauté de communes, autour et avec Strasbourg.

10Je vais présenter brièvement ces aspects. Nous allons installer une commission politique élargie, avec l’idée d’impliquer les élus dans les questions de santé publique. Nous allons donc solliciter le Maire, les adjoints au Maire, en charge du social, du sport, de la santé, de l’insertion, pour que les uns et les autres fassent partie de cette commission de réflexion, d’organisation autour des questions de santé publique.

11Cette commission sera aussi ouverte à ce que l’on appelle les fonctionnaires des services qui travaillent sur ces questions transversales autour de la santé, et à des gens extérieurs qui travaillent également sur ces questions.

12L’objectif est d’avoir un interlocuteur fort autour des questions de santé qui puisse travailler avec les différents intervenants qui s’occupent de la santé, que ce soit l’assurance maladie, les URCAM, la Jeunesse et Sports, l’État dans toutes ses composantes, les différentes collectivités, etc. Ceci afin d’avoir un impact plus fort en terme de communication et en terme d’efficacité d’action sur un territoire.

13Ensuite, il faut savoir que les différentes villes qui composent la Communauté Urbaine de Strasbourg ont délégué à la communauté la réalisation d’un DDOC : Diagnostic de Documentation et d’Orientation Communautaire. Cela veut dire que nous allons solliciter tous les maires et tous les services de cette communauté sur les problèmes, les questions, les réalisations et les projets qu’ils ont autour de la santé. Cela nous permettra de constituer un document de référence pour pouvoir aider, orienter et arbitrer les actions.

14Il est clair que les grandes actions que l’on s’attend à répertorier relèvent de la santé mentale, des problématiques autour de l’addiction et des dépendances, et des actions autour de l’activité physique, du sport, de l’éducation à la nutrition.

15Ce sera donc un axe important. De nombreuses choses se font déjà sur Strasbourg et sur la CUS. Il me semble que vous en avez débattu dans vos sessions de travail. En définitive, ce qui manque un peu, c’est une vraie volonté politique de soutenir notamment les associations qui accomplissent un travail remarquable, dont les associations sportives, universitaires qui travaillent beaucoup dans ce domaine.

16En fait, ce qui est paradoxal en santé publique, c’est que lorsque l’on met en place des campagnes autour de la promotion de la santé, de l’éducation à la santé, on augmente souvent les inégalités sociales de santé. L’explication est assez simple. Les gens qui vont se saisir des projets que l’on met en place sont déjà des gens qui ont un accès plus simple au sport, à la culture, aux loisirs, un vécu dans ces domaines d’expression. Ils vont donc naturellement bénéficier, et bien plus que les gens en difficulté sociale, de ce que l’on va proposer. Vous savez d’ailleurs que les inégalités sociales de santé en France n’ont jamais été aussi importantes, et c’est vrai également de l’espérance de vie nettement différenciée selon les milieux socio-professionnels. Là, nous sommes confrontés à un véritable défi pour tenter de réduire ces inégalités sociales de santé.

17L’accès à l’activité physique et au sport est un enjeu majeur qui permettra de traiter en partie la question. Il faut que les gens qui vivent dans les quartiers dits « en difficulté » puissent avoir accès le plus simplement et de façon la mieux adaptée possible à tous les dispositifs qui existent. Or, aujourd’hui, ce n’est pas le cas.

18Il existe plusieurs outils qui ne sont pas très connus mais qui, pourtant, sont très intéressants. C’est ce que l’on appelle les « Ateliers Santé Ville ». Ce sont des outils de réduction des inégalités sociales de santé qui fonctionnent dans ce que l’on appelle les ZUS (Zones Urbaines Sensibles).

19Le concept des Ateliers Santé Ville, c’est la possibilité de réunir sur le territoire du quartier ou de la zone en difficulté sociale du politique (le Maire, l’adjoint au Maire, le Vice-Président en compétence, le conseiller municipal qui s’occupe du social, de l’insertion, du sport), des représentants du citoyen, des associations, des gens engagés au niveau de la pratique physique et sportive et des professionnels, des professionnels de santé au sens large (c’est-à-dire les centres médico-sociaux et des professionnels du soin). Cette cellule mise en place dans le territoire d’une zone urbaine sensible va établir un diagnostic local sur la question. Par exemple, il est clair que dans les quartiers, la structuration du sport ou de l’activité physique est encore plus compliquée, il faut se servir de cela et mettre en place des actions d’éducation et de promotion à la santé.

20Au niveau des moyens, l’État met 20 000 € par Atelier Santé Ville ouvert et fonctionnel, ce qui permet d’avoir un outil et des moyens financiers pour mettre en place des projets d’éducation et de promotion de la santé dans ces zones urbaines sensibles.

21À Strasbourg, il existe quatre Ateliers Santé Ville qui sont structurés, mais que l’on aimerait développer et structurer différemment. On aimerait d’abord les ouvrir dans tous les quartiers ou les zones urbaines sensibles, et on aimerait les ouvrir dans d’autres villes de la Communauté Urbaine de Strasbourg, afin de disposer d’un véritable maillage qui permettrait d’avoir une vraie dynamique dans les quartiers en termes d’éducation, de promotion de la santé et de réduction des inégalités sociales de la santé.

22Dans quasiment toutes les communautés urbaines de France, et dans de nombreuses villes françaises, ces Ateliers Santé Ville existent. Ils ont des développements et des fonctionnements très différents selon les cas. Mais ils sont un moyen, un outil pour travailler sur ces questions-là, en particulier dans les quartiers en difficulté.

23C’est compliqué parfois, dans la mesure où il est indispensable de travailler aussi sur les représentations. Il y a le travail autour des confrères politiques et ensuite tout le travail de proximité avec et auprès de la population pour changer les comportements. Changer les comportements, surtout quand il s’agit d’améliorer la santé et de viser à une amélioration dont bénéficieront les moins favorisés, est quelque chose de difficile, jamais acquis définitivement sans doute, mais vous l’aurez compris, c’est aussi un défi-exaltant.

24J’espère que votre séjour à Strasbourg et vos travaux auront comblé vos attentes. Je vous remercie pour votre attention.

Intervention de Jean-Michel MARTIN,
Secrétaire Général adjoint de l’UNCU

25Il nous est apparu important de parler quelques instants, au cours de cette Université Sportive d’Été, d’une opération initiée en 2007-2008 intitulée « Le Message de Colette Besson ».

26Cette opération avait comme slogan : « Je veux vivre avec dignité, je me bats pour celle des autres ». Ce slogan, pour nous, est un message concernant un sport qui a beaucoup de mal à se développer… Je veux parler du sport ou d’un sport éducatif. Ce sport éducatif, aujourd’hui, n’existe pratiquement plus. Comme certains l’ont affirmé, le sport peut même n’être pas du tout éducatif tant il peut aller très loin dans les dérives dont on connaît de multiples illustrations.

27Aussi, nous avons souhaité, avec ce symbole magnifique qu’était Colette Besson, 40 ans après sa médaille d’or, faire en sorte que les jeunes Français dans leur ensemble puissent accéder à ce message et le relayer.

28Ce qui s’est passé avant les derniers Jeux Olympiques, en particulier au moment du passage de la flamme en France, n’a pas été du tout favorable à diffuser un message de ce type puisque personne n’était prêt à relayer cette information, d’ailleurs complètement éclipsée par la controverse relative à la participation/non-participation de la France aux Jeux Olympiques, présence officielle ou non lors de la cérémonie d’ouverture...

29Notre objectif aurait été de pouvoir emmener des jeunes aux Jeux Olympiques de Pékin pour y porter ce message.

30Nous avons mis en place une opération qui a consisté à faire courir des jeunes sur 400 mètres, afin de rappeler la distance de prédilection de Colette Besson, et ensuite un certain nombre de ces jeunes se sont dirigés vers un site Internet, le site de Colette Besson, pour dire qu’ils avaient couru ce 400 mètres, donner leurs impressions et souligner qu’en même temps ils s’engageaient à faire en sorte que les valeurs éducatives du sport puissent être respectées et développées à l’avenir.

31Cette première opération, qui se voulait nationale, nous a permis de constater à quel point, par exemple, le CNOSF n’était pas concerné du tout par ce type de préoccupation. Un simple constat, plus qu’une réelle surprise à vrai dire.

32La manifestation nous a également permis de découvrir que la presse, elle non plus, n’était pas du tout intéressée. Et de même pour l’Éducation Nationale… Bref, nous nous sommes interrogés. Bien des clichés circulent sur le sport, sur sa valeur éducative, sur sa valeur d’éducation, mais ils ne sont que de vagues hologrammes produits par des numéros d’illusionnistes alors que d’authentiques champions ou championnes, comme Colette Besson, qui ont incarné l’exemplarité, sont totalement perdus de vue.

33Reconsidérant ce qui fut ici ou là une mobilisation réussie, ailleurs une ignorance ou un manque d’information, « Le Message de Colette Besson » nous a permis, durant cette année 2008, de rencontrer un grand nombre de personnes, de comprendre comment notre intention était perçue, comprise, relayée ou pas.

34Notre intention et de persister pour 2009 avec l’objectif suivant. Nous souhaitons reconduire l’opération Colette Besson avec bien sûr quelques évolutions : toujours le même message à porter, mais dans une perspective qui est celle des Jeux de la Jeunesse de 2010.

35Les Jeux de la Jeunesse de 2010, c’est, pour être précis au niveau de l’histoire du sport, une initiative de Nelson Paillou, formé par les Clubs Universitaires – est-ce un hasard ! – et élu à la présidence du CNOSF, qui avait mis en place les Jeux de l’Avenir. Ces Jeux ont été très rapidement repris en Belgique dès qu’ils se sont appelés les Jeux de la Jeunesse. Jacques Rogge a repris à son compte les Jeux de la Jeunesse, avec tout de même une idée directrice, à savoir que les Jeux Olympiques d’aujourd’hui sont des jeux déconnectés de la jeunesse.

36Nous souhaitons pouvoir envoyer à Singapour, en 2010, des représentants, des jeunes garçons et filles parmi ceux et celles qui auront participé à l’opération 2009, de manière à porter ce message au-delà des frontières.

37Voilà nos intentions et nous espérons que, par la suite, nous pourrons présenter l’impact de cette action, à l’occasion d’une prochaine Université Sportive d’Été, par exemple.

38Dans l’immédiat, nous souhaitons que chacun d’entre vous, dans votre environnement, fasse : passer le message en disant « Allez sur le site de Colette Besson » ; exprimez-vous, de manière à enrichir les différentes actions que nous souhaitons développer au cours de cette année.

39Les Clubs Universitaires doivent pouvoir se mobiliser autour de ce message d’éducation, sachant que nous avons toujours défendu la culture sportive comme un moyen privilégié d’émancipation personnelle au contact d’autrui et de conquête de liberté.

40J’ai été particulièrement sensible à un point développé par Jean-Paul Savart, représentant de l’Union des Journalistes de Sport en France, lors de la conclusion d’une des tables rondes de l’USE. Il nous a dit : « Nous autres, journalistes, on est là aussi pour aider les gens à vivre dans la plus grande liberté. Et les journalistes de sport ne peuvent que s’intéresser à tout ce qui peut favoriser la conquête et la reconquête de la liberté physique des gens ». Bien sûr, il faisait directement référence à la santé que la pratique de l’activité sportive permet d’améliorer, de conquérir ou de reconquérir. Il ajoutait que chacun doit avoir ainsi « la liberté de son corps, la liberté dans son corps ». Avec « Le Message de Colette Besson », nous souhaitons ajouter ce petit déclic, cette liberté de conscience, cette garantie pour l’avenir par lesquels tout jeune doit pouvoir comprendre le sport, la compétition et le « faire ensemble » à leur juste valeur.

41Et je ferai à nouveau référence au propos de Jean-Paul Savrat que je citerai au futur, et en interpellant aussi tous nos amis journalistes de l’UJSF : si vous mettez en place « une telle action, qui a pour finalité de donner aux gens la possibilité d’être mieux dans leur corps et dans leur tête, nous autres journalistes on le dira, on l’écrira, on le commentera et, de la sorte, on vous accompagnera nécessairement ».

42À nous de nous mettre à l’ouvrage !

  • 1 « Il faut remuer nos enfants », Metro, lundi 30 mars 2009, p. 4.

La parole à Jacques Beaune, Président de la Fédération française de cardio-logie, à l’occasion des mille « Parcours du cœur » organisés en France les 28 et 29 mars 20091.
Les enfants d’aujourd’hui sont-ils les cardiaques de demain ?
Oui, car leur mode de vie change. L’activité physique diminue car leurs loisirs se passent désormais devant les écrans. Ils fument plus qu’avant, surtout les filles, et touchent leur première cigarette dès 11 ans. Leur alimentation est plus riche en graisses, en sucres et parfois en alcool, qu’avant. Autant de facteurs favorisant l’obésité infantile et le diabète. Si l’on n’y prend garde, dans vingt à trente ans, la proportion des maladies cardio-vasculaires risque d’exploser !
Comment résoudre ce problème de santé publique ?
Il ne s’agit pas d’interdire mais plutôt d’insister sur le côté positif d’une activité physique quotidienne et d’une vie libre sans tabac. Il faut également que la société favorise cette activité, à travers l’urbanisme et la création de sentiers piétons et des pistes de vélo autonomes. C’est toute une politique à penser pour le futur.
Les campagnes de prévention sont-elles efficaces ?
Oui, sur le long terme, même s’il est toujours délicat de modifier les comportements. Pour les enfants, cela passe avant tout par les parents et par l’école. Un plan national de prévention par l’activité physique ou sportive a été remis au ministère de la Santé en octobre 2008. Il est en cours de discussion, mais il prévoit de rendre le sport accessible à tous. On espère que ce sera le cas.

Intervention d’André THEVENON,
Professeur de Médecine à l’Université Droit et Sante, Lille 2

Tirer les leçons de l’université d’été 2008

43Cette Université d’Été a été riche et les intervenants, d’origines multiples, nous ont montré qu’on pouvait aborder le thème « Sport et Santé » sous de nombreux angles.

44La santé nous a été présentée avec des définitions plus ou moins étendues. Elle est parfois abordée de manière réductrice et par défaut, sous l’angle de la maladie. Maladie somatique, en particulier cardio-vasculaire, mais aussi maladie mentale ou trouble de la personnalité. À côté des personnes malades, on a beaucoup parlé des personnes à risques et notamment à risque de maladies cardio-vasculaires. Enfin, la conception très large de la santé, s’appuyant sur la définition de l’OMS, a été abordée dans les discussions, et dans une certaine mesure par nos amis du SUAPS de Strasbourg. Il s’agit alors d’un état de bien-être physique et mental. L’évaluation de la santé dépend donc de la conception qu’on en a. Les professionnels du sport vont avoir tendance à mesurer les performances physiques, comme la détermination de la VO2max à l’Université de Strasbourg, ou l’Athlétest proposé par la Fédération Française d’Athlétisme. Mais si l’on veut évaluer la santé telle qu’elle est définie par l’OMS, il faudrait ajouter aux mesures précédentes une évaluation de la santé telle qu’elle est perçue par la personne. Des échelles ou indices de santé perceptuelle existent, ils se présentent sous la forme de questionnaires, mesurant la perception de l’état de santé, ou l’estime de soi, ou la qualité de vie. Pourtant, ces questionnaires ne sont pas encore proposés dans les évaluations d’action sport-santé. Un aspect du bien-être n’a pas du tout été abordé au cours de ces journées, c’est celui de l’habilité relationnelle et de la capacité à s’insérer. Le sport, par la discipline qu’il impose, le respect de certaines règles, l’interaction humaine, est certainement un moyen de développer certaines capacités favorables à l’insertion sociale.

45Activité physique et sport sont deux notions différentes. Certains préfèrent la promotion d’une vie active ou d’une activité physique autogérée, modérée ou intense. D’autres privilégient des activités physiques structurées et encadrées comme en proposent les clubs sportifs. Nous avons vu cependant que des activités supervisées, ludiques, collectives, s’apparentant tout à fait au sport adapté, ne sont pas reconnues par les promoteurs de ces actions comme une activité sportive. Le sport demeure, dans l’esprit des non sportifs, uniquement associé à la compétition avec ses abus et ses dangers.

46Les acteurs qui interviennent dans le domaine Sport et Santé ont été passés en revue par M. William Gasparini. L’État et les collectivités ont un rôle d’éducation mais aussi de promotion par des plans et des financements dont la caractéristique essentielle est qu’ils ne sont pas pérennes. Nous sommes encore loin de ce qui se passe en Allemagne ou encore au Pays-Bas, avec une Assurance Maladie qui prend en charge une partie des actions à visée thérapeutique ou de prévention. Le système sanitaire a également un rôle d’éducation et de promotion d’actions pilotes à visée de recherche, là aussi limitées dans le temps. Les associations et les structures privées sont en concurrence. Elles ont l’avantage de pouvoir proposer des activités sans limitation de durée si elles sont financées par les participants eux-mêmes. Elles peuvent aussi être les partenaires ou les prestataires des structures précédentes dans le cadre d’actions ponctuelles.

47Les personnes bénéficiaires des actions Sport et Santé peuvent être les malades. Les pathologies bénéficiant de l’activité physique sont extrêmement nombreuses. Ces « patients » sont orientés vers des séances spécialisées par des médecins dans le cadre d’actions thérapeutiques. Nos amis de Fribourg ont une activité très développée dans ce domaine. L’action « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! » est une action pilote à la française, avec ses problèmes de pérennité.

48Viennent ensuite les sujets à risques ou potentiellement à risques. Le risque est parfois bien identifié. On se retrouve alors dans une situation comparable à celle des malades : c’est le médecin qui oriente la personne vers une activité déterminée. Parfois, le sujet à risques décide de reprendre de lui-même une activité physique, il se sait insuffisamment en forme, mais son état de santé n’a pas réellement été évalué. Les structures sportives peuvent lui proposer des évaluations comme l’Athlétest. Après l’évaluation, des activités physiques plus ou moins adaptées, plus ou moins intégrées aux séances proposées aux sportifs confirmés sont mises en place. Cette évaluation des performances et cette promotion du sport de masse sans évaluation médicale de non contre-indication ne sont pas approuvées par tout le monde.

49Le dernier groupe est celui des sportifs. Pour faire leur sport, de loisir ou de compétition, ceux-ci doivent bénéficier d’un certificat de non contre-indication. Tout l’enjeu est alors de garder le sportif en bonne santé malgré son activité sportive, comme l’a souligné le Professeur Rochcongar dans sa conférence introductive.

50Divers partenaires peuvent aussi nous solliciter : le monde sanitaire dans le cadre de protocoles ou de participation à des actions multidisciplinaires à des réseaux de soins. Fribourg le fait, mais c’est également possible en France ; par exemple le Lille Université Club est membre du réseau de soins « Diabète Obésité de la Métropole Lilloise ». Les collectivités locales et territoriales peuvent nous utiliser pour encadrer les actions de masse dont ils sont les promoteurs ou pour diverses prestations entrant dans le cadre d’une politique régionale de santé. Enfin, les entreprises ont de plus en plus conscience que des travailleurs en bonne forme physique sont plus efficaces et présentent moins d’accidents du travail ou de maladies professionnelles. Le coach Athlétisme nous a indiqué qu’il effectuait quelques prestations pour des entreprises de la région Strasbourgeoise. À Lille, c’est Nord-Pac, la filiale de Bouygues, qui a initié l’échauffement sur les chantiers. De même, Toyota à Valenciennes, à l’occasion de la mise en route d’une nouvelle chaîne de montage, nous a sollicités pour lui fournir deux enseignants d’éducation physique adaptée afin de mettre en forme leurs nouveaux employés. L’un d’entre eux a été conservé en CDI. Des clubs pourraient donc avoir une activité de prestataires auprès d’entreprises qui souhaitent évaluer ce type d’action avant d’embaucher elles-mêmes du personnel d’encadrement des APS.

51Les clubs sportifs, notamment les Clubs Universitaires, peuvent proposer plusieurs prestations.

52Tout d’abord, l’évaluation des capacités physiques qui conduiront à la définition de programmes d’entraînement personnalisés.

53Les activités collectives peuvent être extrêmement variées comme nous l’ont démontré nos amis de Fribourg ; celles-ci peuvent être définies par le public concerné (prévention des chutes, groupe obésité, groupe post-infarctus, sport et cancer, sport en famille…) ou par l’activité elle-même (tai-chi, aquagym, gym douce, etc.).

54Le sport-loisir est appelé à se développer. On nous l’a dit, la pratique non structurée, hors club, y compris dans le domaine des sports collectifs, est croissante. Ceci est sympathique mais l’absence de licence-assurance s’accompagne en général d’une absence de contrôle médical. De nombreuses fédérations proposent des licences loisirs à côté des licences de compétition, et de toute façon l’appartenance à un club suppose une visite de non contre-indication. Ce développement du sport loisir nécessite un changement des mentalités et des dirigeants des sections dont la motivation est souvent limitée à la compétition.

55Bien sûr, le sport de compétition a toujours sa place ; il amène une certaine constance dans la pratique et une préoccupation de forme physique qui change le comportement quotidien. Il favorise à sa manière l’intégration sociale et forge le caractère.

56En conclusion, la politique sport-santé actuelle apporte à un club omnisport des opportunités de développement. On a vu également que le sport pouvait faire peur et que certains acteurs dans le domaine de la santé lui préféraient « l’activité physique ». Notre charte des Clubs Universitaires, dans laquelle nous nous engageons à ne pas nuire à la santé des sportifs, voire à promouvoir la santé de nos sportifs, mériterait d’être mieux connue, et ceci pour rassurer le monde sanitaire et nous ouvrir les portes de précieux partenariats.

Notes de fin

1 « Il faut remuer nos enfants », Metro, lundi 30 mars 2009, p. 4.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540