Version classiqueVersion mobile

Sport et santé

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 4. « Quel sport aujourd’hui, en France, pour une bonne santé demain ? »

À la recherche de soutiens incitatifs

Claude Schneider

Texte intégral

Présentation par Claude SCHNEIDER,
Président du Strasbourg Université Club

1À cette tribune, se trouvent parmi nous des personnes qui ont organisé ou contribué à l’organisation de l’opération « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! ». Dans la mise en place de cette opération, il y a un interfaçage fort nécessaire entre le professeur Schlienger, nutritionniste à la Faculté de Médecine, Sanofi-Aventis qui a été l’initiateur financier, la Direction Jeunesse et Sports qui a été un soutien fort, à la fois financier et institutionnel, et Patrice Feys qui s’est occupé de la partie physique. Il s’agit d’un excellent prétexte pour engager notre table ronde. « À la recherche de soutiens incitatifs » ? Dans un premier temps, je vous propose d’entendre le témoignage des personnes qui sont à la tribune. Nous allons avoir une idée plus précise de ce que peuvent être des initiatives bénéficiant de soutiens incitatifs, multiples mais complémentaires et indispensables. Dans un deuxième temps, nous ouvrirons le débat avec la salle.

Dr. Gilbert MEYER
Sanofi-Aventis France

2Je suis responsable des relations institutionnelles et médicales de Sanofi-Aventis en Alsace. Pour répondre à la question « Pourquoi Sanofi-Aventis s’implique dans la Prévention ? », je dirais que c’est une preuve de fidélité à notre devise : « L’essentiel, c’est la santé ». J’y reviendrai tout à l’heure.

3Sanofi-Aventis est le premier laboratoire pharmaceutique français et la première entreprise du médicament en Europe ; c’est aussi le premier investisseur en recherche et développement en France. J’insiste beaucoup sur ce point parce que le cœur de notre métier est l’innovation. D’ailleurs, les Strasbourgeois connaissent bien notre site de recherche et développement implanté depuis trente-cinq ans au quartier de l’Esplanade.

4Sanofi-Aventis est aussi un acteur économique majeur en France : en effet, nous sommes 28 000 collaborateurs répartis sur plus de 40 sites régionaux et quand on sait qu’un emploi dans l’industrie pharmaceutique dégage trois postes en aval, cela représente 100 000 emplois qui découlent directement de notre activité.

5C’est dans ce contexte que nous avons décidé de développer des partenariats régionaux, notamment en santé publique à travers l’appel à projets « Agir pour la Prévention », qui encourage chaque région à proposer un projet de prévention primaire des maladies cardio-vasculaires.

6Depuis 2005, un jury scientifique indépendant a désigné 13 projets lauréats qui représentent un investissement de 2 millions d’euros pour Sanofi-Aventis. Je suis très heureux que le projet alsacien « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! » en fasse partie. Il répond aux priorités de santé publique en Alsace où la mortalité d’origine cardio-vasculaire est supérieure de 17 % à la moyenne nationale, et celle du diabète de 30 %.

7Ce projet vise avant tout à donner envie aux familles de modifier certaines habitudes alimentaires et d’encourager l’activité physique, tout en se faisant plaisir sans rajouter de contrainte supplémentaire.

8Pour conclure, je reviens à notre devise « L’essentiel c’est la Santé ». Il est vrai qu’à une extrémité de cette longue chaîne de la santé, notre mission principale est l’innovation. D’ailleurs, vous savez que nous avons gagné quinze ans d’espérance de vie depuis les années 1950. Aujourd’hui, en France, nous avons pratiquement la longévité la plus grande des pays de l’Union Européenne, et les nouvelles thérapeutiques y ont contribué. Malheureusement, ces quinze années d’espérance de vie supplémentaires se sont accompagnées d’un accroissement des maladies chroniques.

9Il est donc tout à fait normal que Sanofi-Aventis, entreprise citoyenne, s’implique dorénavant aussi à l’autre extrémité de cette chaîne de la santé, c’est-à-dire la prévention, afin de contribuer à rester en bonne santé le plus longtemps possible ; d’où notre implication dans la réalisation d’actions concrètes de proximité pour préserver notre capital santé ; ces actions sont gratuites, accessibles à tous et fédèrent les professionnels de santé et les institutions régionales.

10Autrement dit, aujourd’hui agir pour la prévention est devenu aussi important que traiter la maladie.

Professeur Jean-Louis SCHLIENGER,
RESOO (Réseau de Soins Optimisés de l’Obésité)

11On ne pratique pas l’activité physique de façon structurée comme vous. Par contre, étant à même de soigner des patients, à force de répéter les mêmes choses, à force de convaincre, et parce que maintenant nous en avons les preuves, l’exercice physique est incontestablement bénéfique pour l’individu. La médecine est une discipline assez particulière, cela n’est pas scientifique, cela va le devenir, cela va donc imposer de s’appuyer sur des données d’enquêtes, et de plus en plus de données prouvent des choses. Quand on pratique la médecine, c’est pour améliorer la santé d’une population. Cela se traduit par l’allongement de la durée de vie, non pas en ajoutant des années aux années, mais de la santé aux années. Pour autant, nous connaissons les énormes problèmes que sont les maladies cardio-vasculaires, le diabète, l’obésité, les maladies dégénératives articulaires, le cancer, l’ostéoporose…

12Il y a deux grands secteurs sur lesquels vous pouvez agir par votre engagement personnel mais aussi par votre engagement associatif éventuel, c’est d’une part la nutrition et d’autre part l’activité physique. Il se trouve qu’en général, les partisans et les promoteurs de l’activité physique sont d’un côté, et les partisans et les promoteurs de la nutrition de l’autre. C’est idiot parce que c’est le même problème, le même enjeu qui les concerne, et il faut impérativement réunir ces deux types de spécialistes.

13Cela a été l’idée de cette action. Comment faire ? D’abord, il faut s’appuyer sur des données, nous avons une démarche qui se voudrait rationaliste. L’enjeu ? Il se trouve qu’en Alsace il y a plus de risques, avec une grande surmortalité.

14L’obésité, c’est une maladie. Nous avons mis en place un réseau de santé publique et de prise en charge de l’obésité. Nous vivons bien entendu avec les subsides de la collectivité puisqu’un réseau de santé publique reçoit de l’argent, est contrôlé et encadré. C’est la santé appliquée.

15Nous voudrions de la vraie santé appliquée, c’est-à-dire prévenir. Cela se passe donc en amont. Il s’agit de promouvoir l’activité physique avec une idée très simple : que cela concerne tout le monde. Il faut apprendre aux gens à bouger, à manger. Ils savent manger et bouger mais ils ne le font pas réellement parce qu’ils n’ont pas toujours la motivation nécessaire. Ils ont besoin d’être pris par la main aujourd’hui, alors que tout le monde réclame la liberté individuelle.

16Il faudrait prendre pour cible un petit nombre de familles de façon exemplaire, avec une idée extrêmement simple, c’est de passer aux actes et surtout de mettre en place une action pilote qui permettra d’être exportée en d’autres endroits, d’autres sites… Et charge à nous éventuellement de le faire en essayant de convaincre bien entendu le financier qui nous soutient.

17Nous avons pris pour cible des familles transgénérationnelles parce que, finalement, le premier exemple de comportement est dans le milieu familial.

18On est comme on est appris à être. Nous avons monté une opération avec cinq messages clés qui sont :

  • des pratiques familiales dans cette espèce de grand bain qui est le plaisir : devoir d’exister, devoir d’être, devoir de bouger, devoir de manger ;
  • l’accessibilité, quelque chose de proche, à portée de main ;
  • un mode de vie physiquement actif une heure par semaine, inciter les gens à bouger, à prendre un peu moins la voiture et un peu plus l’escalier ;
  • les inciter à découvrir la réalité d’un équilibre alimentaire au quotidien.

19On a fait le pari de la rencontre de deux univers qui sont souvent séparés. On essaie donc de les réunir. Comment fait-on en pratique ? On fait se rencontrer des vrais sportifs, il ne s’agit pas de sportifs de haut niveau, et on leur demande de mettre à portée de main les bienfaits d’une activité physique régulière. À côté, des diététiciens sont présents, avec leurs recommandations, avec leur calculette, pour dire ce qu’il est souhaitable de faire. C’est dans cette pluridisciplinarité que je simplifie à l’extrême, en parlant de diététique puisque bien sûr le terme de diététique n’est pas le mieux approprié dans cette histoire…

20Et puis, toujours cette pédagogie par l’exemple : montrer ce qu’on peut faire, parce que l’on sait à peu près ce qu’il faut faire mais on ne sait pas comment s’y prendre.

21Comment sont traitées les thématiques dans le cadre des ateliers ?

22Nous avons mis en place des cuisines pédagogiques avec un chef. Nous avons la chance d’avoir une école hôtelière très célèbre à Strasbourg qui a formé de très grands chefs. Il y a trois sites, parce si l’on veut vraiment être cohérent avec ce que l’on dit, c’est-à-dire jouer la carte de la proximité, il faut être proche des gens et dans une ville comme Strasbourg on a proposé de faire des sites espacés de façon à ce que les gens puissent être proches de chez eux.

23Dans ces ateliers, sont abordés les thèmes habituels : le sucre, les fruits et légumes, les graisses, en cohérence avec le Programme National Nutrition Santé. On propose bien sûr des démonstrations, on raconte des astuces, des trucs qui permettent de bien faire, on essaye de démêler les idées fausses dans le domaine de l’alimentation, on propose des recettes simples à faire.

24Quant aux activités physiques, ce qui est recherché, c’est redécouvrir le bonheur de bouger comme on a redécouvert le bonheur de manger. Dans ce domaine également, on essaye de motiver nos troupes en prêchant des conseils, des astuces.

25Ensuite, comme pour toute action, il y a une évaluation sur le sérieux, donc une évaluation de présence avec des tampons sur le passeport, on fait un recoupage du nombre de participants, du nombre de familles inscrites dans l’opération, on pose des questions aux internautes puisque l’on a bien entendu un site Internet, et on fait une évaluation plus scientifique qui consiste à mesurer la satisfaction, mais aussi le score de consommation alimentaire à partir d’un score alimentaire simple. Tout ceci va nous permettre, et c’est notre souhait le plus profond, d’essayer de pérenniser cette action pilote en essayant de la corriger en fonction du ressenti des participants, des organisations, et des évaluations chiffrées, données recueillies auprès des participants.

26Tout ceci se passe dans le cadre d’une perspective d’évolution. Il faut essayer de faire bénéficier d’autres personnes de cette expérience, de souhaiter que les familles qui sont engagées dans une action forte, momentanée, exportent en d’autres lieux, d’autres temps, ce qu’ils ont appris à faire. Et puis, laisser des traces : pour l’activité physique et pour l’activité culinaire, essayer d’encourager la poursuite de ces activités. Pour moi, la perspective d’évolution à préserver, c’est cette fusion entre deux facteurs majeurs de santé publique, que sont l’alimentation et l’activité physique, de les conjuguer dans une sorte de mallette qui soit exportable, vendable, qui soit quelque chose d’attractif et d’incitatif ailleurs.

27C’est le but de notre expérience. J’espère qu’elle continuera avec cet esprit de pluridisciplinarité, un financement également pluriel avec les institutionnels, industriels, politiques ou administratifs, autour de quelque chose qui a fait la preuve non seulement de ses intentions, mais également de son existence, de sa faisabilité et de son intérêt.

Claude SCHNEIDER

28J’aimerais que vous précisiez les modalités de « recrutement » des personnes engagées dans l’action.

Jean-Louis SCHLIENGER,

29Il y a globalement quatre niveaux de recrutement.

  • Le premier, c’est un supplément que l’on a fait paraître dans le journal local (Dernières Nouvelles d’Alsace), un « quatre pages » assez ludique. Le journal local nous a financés une partie.
  • Le deuxième niveau, c’est que nous avons une manifestation tout à fait exceptionnelle à Strasbourg, à la fois par son intérêt et par le nombre de personnes concernées, ce sont les journées de courses de Strasbourg organisées sur le samedi et le dimanche. Le samedi, les gens viennent s’inscrire et nous avons un stand de recrutement qui a bien fonctionné.
  • Le troisième niveau est le site Internet, largement consulté et utilisé.
  • Le quatrième niveau, c’est le « bouche à oreille », ce qui n’est pas négligeable. Il provient bien sûr des gens motivés mais aussi de ceux qui participaient au réseau de santé publique, qui sont d’anciens malades ayant créé une association. Ils exportent ce qu’ils ont appris au sein d’une association.

30Nous disposons donc de quatre entrées. Les deux principales étant la publicité directe et surtout la publicité de présentation lors des manifestations qui s’adressent à des familles sportives qui étaient là uniquement pour bouger. Maintenant, on leur propose à la fois de bouger, et aussi de faire autre chose dans le domaine de leur vie personnelle et de leurs activités de table.

Claude SCHNEIDER

31Comment va-t-on réussir à valoriser les personnes qui ont participé à cette opération ?

Jean-Louis SCHLIENGER,

32On va les valoriser en les prenant comme des acteurs exemplaires d’une opération pilote et on va leur demander de nous aider à exporter ce projet vers d’autres. Elles seront bien entendu invitées le 19 octobre prochain à partager à la fois une activité physique et une alimentation exemplaire sous la forme d’un buffet. C’est la valorisation immédiate.

33La valorisation future, c’est leur santé, c’est reproduire ce qu’ils ont appris dans leur vie de tous les jours auprès d’eux-mêmes et de leur famille.

34Notre objectif n’est pas seulement de monter l’opération mais qu’elle perdure. Pour qu’elle soit pérenne, nous devons nous associer avec les courses de Strasbourg par exemple, avec les associations, avec les pouvoirs publics, de façon à ce que cette opération soit portée vers l’avenir.

Patrice FEYS,
Conseiller Technique Régional à la FFEPMM Sports pour Tous

35La Fédération Française d’Éducation Physique dans le Monde Moderne est une fédération qui n’a pas de finalité compétitive. Son objectif est d’utiliser la pratique sportive comme un support, un mieux-vivre, un épanouissement, plus de santé, pour permettre à chacun de pratiquer une activité physique et sportive de manière encadrée par des gens formés, et adapter l’offre aux publics qui se dirigent vers nos associations.

36Aujourd’hui, acteurs sportifs et acteurs de santé se retrouvent et réussissent facilement à mettre en place des projets. Il est vrai que cela a été le cas sur l’opération « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! ». En revanche, si l’on se replace à deux ou trois ans en arrière, une collaboration entre acteurs du champ sportif et acteurs de santé n’était pas aussi évidente qu’aujourd’hui. Tout le monde s’accorde désormais pour dire qu’un travail en commun est devenu indispensable. L’adage suivant lequel le sport serait bon pour la santé est bien connu de tous. Reste à définir quel sport, à quelle intensité pratiquée, à quelle fréquence. Autant de questionnements auxquels les professionnels des métiers du sport sont en capacité de répondre. C’est en cela qu’il doit exister une collaboration étroite entre professionnels de santé et éducateurs sportifs.

37Pour ce qui est de la réalisation de ce projet « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! », son point d’ancrage a été la marche conviviale voulue par Claude Schneider durant les Courses de Strasbourg 2007.

38Le partenariat entre le Comité Régional EPMM Sports pour Tous Alsace et RESOO a pris source dans l’organisation d’une préparation des patients de RESOO (Réseau de Soins Optimisés de l’Obésité). On est donc parti sur l’idée de proposer tous les dimanches, un mois avant les courses, des espaces où tout le monde a pu découvrir la marche sportive, en complément de laquelle nous proposions deux activités ludiques.

39Nous avons été surpris par le succès de cette marche conviviale. En effet, près de 500 personnes ont participé à la manifestation dès la première année. On a donc reconduit l’opération les années suivantes, ce qui a donné lieu à un partenariat entre RESOO et le Comité Régional d’EPMM Sports pour Tous pour l’animation des personnes du réseau.

40Donc, lorsque l’on est parti sur le projet « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! », on a souhaité reproduire ce qui avait été fait, avec pour objectif cette fois-ci de ne plus cibler uniquement les patients de RESOO, mais d’ouvrir et de proposer une activité à caractère familial. Quels types d’activités pouvait-on leur proposer ? Se posait également la problématique du lieu de pratique. Et quels allaient être finalement les objectifs de cette démarche ?

41Nous avons travaillé sur ce concept d’activités familiales et nous avons choisi de privilégier l’accessibilité à la pratique d’activités physiques et sportives, de trouver un maillage sur la ville de Strasbourg permettant de répondre aux besoins de tous les Strasbourgeois et de la CUS. Quatre sites ont été choisis :

  • la forêt de la Robertsau,
  • la forêt d’Illkirch,
  • le parc de l’Orangerie,
  • la forêt de Lingolsheim.

42Nous avons ainsi un maillage du nord au sud de la ville de Strasbourg, permettant d’accueillir l’ensemble des Strasbourgeois qui ont souhaité s’inscrire dans cette opération.

43Nous proposons tous les dimanches matin, de 10h à 11h30, une activité sportive familiale, avec des temps forts pour couper une forme de routine et inciter les personnes à découvrir de nouvelles activités sportives.

44Pour le concept d’activités, il fallait trouver une idée porteuse. « Faites du sport », cela veut tout dire et rien dire à la fois. Nous avons donc essayé de trouver des activités qui soient nouvelles, capables de répondre aux besoins à la fois des parents et des enfants.

45Nous avons choisi de travailler sur les notions d’activités associées, où la famille pratique une activité ensemble, et d’activités dissociées, où chaque membre de la famille peut pratiquer l’activité de son choix.

46Nous avons donc dû organiser sur les sites un accueil généralement assuré par quatre éducateurs sportifs, présents sur chacun des sites, avec une prise en charge des parents autour du fitness walking et des enfants mobilisées sur des activités ludiques (speed-ball, indiaca, unihockey, flag…). Il faut bien savoir que les gens qui viennent sur nos espaces sont souvent des gens qui n’ont jamais fait de sport ou qui n’ont plus fait de sport depuis longtemps. L’objectif est donc de leur remettre le pied à l’étrier, de leur permettre de redécouvrir ce qu’est de transpirer, de faire un effort, de s’impliquer de manière régulière. Le fitness walking est une marche qui couple marche et activité type fitness. Un autre espace, avec le unihockey qui est une forme de hockey un peu plus accessible et moins dangereux que la forme clasique. C’est un espace fixe, les enfants peuvent rester là tandis que les parents peuvent partir en marche active.

47Le speed-ball hockey, le sport pour lequel la fédération a délégation, est un mât autour duquel tourne une balle reliée à un fil, donc une activité ludique et facile d’accès.

48Ensuite le flag, qui est un sport développé par la Fédération de Football Américain avec laquelle nous sommes en partenariat. Ce sport collectif permettait aux familles de se retrouver en fin de séances. Concrètement, des gens et les adultes vont marcher, les enfants restent sur l’espace ludique et ils terminent bien souvent par un flag collectif. Le caractère familial de l’opération est fortement ressorti sur les temps de pratique sportive. Pour la mise en œuvre de ce projet, le Comité Régional EPMM Sports pour Tous Alsace s’est appuyé sur des éducateurs sportifs que nous avons formés spécifiquement, qui ont eu une formation complémentaire par rapport à leur formation de base (Licence STAPS), de manière à bien appréhender le public, avec une dimension d’accueil du public et l’instauration d’une proximité avec les participants. Le public n’est pas un public sportif. Certains de nos adhérents ne savaient pas ce qu’ils venaient faire lors de la première séance. Ils voulaient s’inscrire dans une démarche de mieux-être au quotidien en calibrant une alimentation et en s’inscrivant dans une démarche de pratique d’activités sportives régulières.

49Ce qui est intéressant, et c’est l’interaction entre nutrition et activité physique, c’est le fait qu’il y ait un lien entre les ateliers cuisine et les ateliers basket. Ceux qui sont en atelier cuisine parlent de ce qui se passe en activité physique, et réciproquement. Toute une dimension conviviale importante est née des allers-retours entre ateliers sportifs et ateliers culinaires.

50La dimension de lien socia – le faire ensemble, redécouvrir le plaisir de faire ensemble une activité physique tout en modifiant ses habitudes alimentaires – a été au cœur du projet.

Claude SCHNEIDER

51Nous allons visionner les deux films et nous reprendrons ensuite le débat sur cet aspect convivial. Il nous faut entendre encore le témoignage de Martine Roegel, médecin à la DRJS, qui a été un incitateur très fort, et l’intervention de Jean-Paul Savart, de l’UJSF. Après quoi, nous ouvrirons une discussion.

Docteur Martine ROEGEL,
DRDJS Alsace

52Je suis le Docteur Martine Roegel, en poste à la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports, aujourd’hui encore. Je le précise puisque vous savez que nous allons intégrer sous peu une Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale.

53Je voudrais simplement exprimer devant vous le soutien institutionnel que la DRJS apporte à l’opération qui a été présentée. Je pense qu’il est très important de parler d’un soutien institutionnel par rapport à ce projet « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! ».

54Vous connaissez toute l’histoire de la santé alsacienne. Les intervenants, à cette tribune, n’ont pas manqué d’insister sur la situation locale. Nous avons des signes d’obésité majeurs, des problèmes de maladies cardio-vasculaires majeurs. En clair, deux déterminants de santé – l’alimentation et la promotion de l’activité physique – sont très importants et ils doivent devenir prioritaires en Alsace.

55Suite à un questionnaire envoyé en Région Alsace à de nombreux acteurs, porteurs de projets et institutionnels, sur les déterminants de santé considérés comme prioritaires à leurs yeux, l’alimentation et l’activité physique sont apparus primordiales.

56Tout le travail fait sur l’alimentation a déjà beaucoup d’antériorité. Nous travaillons pour améliorer l’alimentation des Alsaciens, mais l’activité physique pêchait quand même, faute d’une action soutenue. On fait du sport en Alsace, certes, mais la promotion de l’activité physique n’est pas encore véritablement dans les mœurs alsaciennes. Je pense que c’est surtout cette partie-là qui est très importante à mettre en avant. D’où l’appui fort et institutionnel de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports en la matière, par rapport à ce projet qui a pour objectif de couvrir l’Alsace entière.

57Cet appui est porté aussi par la Direction Régionale des actions sanitaires et sociales, c’est-à-dire la DRASS. Ce sont des déterminants de santé pris en compte dans le Plan Régional de Santé Publique d’Alsace et financés dans le cadre du Groupement Régional de Santé Publique (GRSP), qui est un GIP dans lequel tous les financeurs sont regroupés. Pour terminer, j’insiste sur ce soutien institutionnel et financier qui se fait également à travers le GRSP.

Claude SCHNEIDER

58Je vais donner la parole à Jean-Paul Savart, membre de l’UJSF. Merci à l’UJSF pour son implication dans cette USE, avec les Clubs Universitaires et merci à Jacques Marchand, que certains connaissent et d’autres pas, et qui est à l’origine de cette déjà longue coopération. Il est resté en région parisienne et nous lui apportons régulièrement des informations téléphoniques sur le déroulement de l’USE, quand ce n’est pas lui qui nous devance, et comme il l’a fait également dans la période des préparatifs et dans la mise en place du stage Com.

Jean-Paul SAVART,
Union des Journalistes de Sport en France

59Je vais vous apporter le regard du journaliste sur vos actions. Il faut savoir que vous avez une motivation et un message à faire passer. Nous, les journalistes, nous avons des informations à donner. Nous essayons de rendre compte de la réalité de façon désintéressée, non personnelle, et ceci d’une façon exhaustive.

60Vous délivrez un message que l’on peut finalement assimiler à un message de propagande puisque c’est votre conviction pure : « Il faut absolument faire du sport et bien manger ». Nous, en notre qualité de journalistes, allons en faire une information relative à cette intention. Nous allons recueillir vos propos et allons voir comment les restituer.

61Quand vous me dites qu’il faut vous aider, je crois qu’il faut lever toute ambiguïté. Nous ne sommes pas là pour vous aider, nous sommes là pour dire ce qui se passe, ce que vous proposez, et pour que chaque individu – lecteur, auditeur, téléspectateur – puisse se déterminer. En tant que journalistes, que voit-on ? On regarde d’une façon scientifique, objective, comme vous sans doute, des choses que l’on ne peut pas contester. Par exemple, effectivement on meurt en France de maladies cardio-vasculaires, à cause de l’obésité, etc. Nous sommes devenus malades de notre bien-être et il y a forcément quelque chose à faire pour rompre ce cercle vicieux.

62Nous aussi, on constate que les Français meurent de bien-être, et on voit des chercheurs, des penseurs sportifs universitaires et le milieu médical qui s’interrogent… Il faut faire quelque chose. Notre rôle est de dire que face à cette situation, des gens font quelque chose. On analyse la situation : font-ils bien ou font-ils mal ? Cette question mobilise-t-elle ? Suscite-t-elle un changement d’attitude ? Quels sont les soutiens dont bénéficient les promoteurs ? Finalement, c’est au lecteur, au téléspectateur, à l’auditeur de décider si ces gens-là ont raison ou non de réagir de telle façon par rapport à un fait tangible. Nous nous contentons simplement de passer ce message. Ce qui ne signifie pas que notre fonction est de répéter simplement votre propre message.

63Quand vous dites que nous sommes votre partenaire, le terme n’est pas tout à fait exact, nous sommes plutôt des gens qui prennent connaissance de votre pensée et qui vous la restituent. Nous sommes en fait les représentants du public, mais comme nous sommes amenés à rechercher toutes les données du problème, nous réagissons d’une façon scientifique exactement comme vous. En d’autres termes, nous regardons les faits d’une façon exhaustive et désintéressée, c’est-à-dire objective, nous regardons ce que vous faites à partir de ces faits (les méfaits de la sédentarité, d’une mauvaise façon de manger, etc.), et ensuite nous délivrons le message, en notre qualité de journaliste(s). Nous nous permettons de dire ce que vous faites est bien ou pas bien, parce que nous l’avons observé d’une façon scientifique.

64Je peux donc déjà vous dire, en observant ces faits et les diverses opérations de sensibilisation en vue de substituer à de mauvaises habitudes des comportements qui permettront le maintien de la santé, que ce que vous faites est bien, utile et cohérent, et que de cette façon nous allons le relayer au niveau des médias. À ce moment-là, nous pourrons peut-être commencer à parler de « partenariat », mais je vous répète que ce terme est impropre. Nous allons dire que ce que vous faites est bien et qu’il faut aller dans ce sens, mais nous l’aurons dit parce que nous l’aurons analysé d’une façon objective et partiale et que notre devoir est de restituer. Si cela n’avait pas été bien, nous aurions regardé ce que vous faites et nous aurions dit que ce n’est pas bien. À partir de là, vous pouvez dire que nous sommes vos « partenaires », mais en fait nous sommes et restons des journalistes, et nous faisons notre métier.

65Ce que peut-être vous ne comprendrez pas, c’est la place relative que nous consacrerons aux opérations que vous conduisez. Vous allez nous reprocher de ne pas donner assez de publicité à vos actions. Là encore, il ne faut pas perdre de vue ce que sont les impératifs du journaliste. Dans le journalisme de sport, que demande d’abord le public ? En premier, de rendre compte de tous les titres de Michael Phelps, de parler des tourments de Laure Manaudou, etc. Notre public attend cela. Pour autant, on pourrait se contenter de lui donner uniquement cela, mais notre rôle à nous est d’être un peu les instituteurs des adultes. Alors, de ce point de vue, nous continuons d’apporter une éducation que les gens n’ont pas le temps d’aller chercher, cela fait partie de notre mission aussi. On doit dire autre chose que « bravo ».

66Dans notre mission éducative, nous pourrons dire que nous sommes vos partenaires et que, nous les journalistes de sport, nous allons pouvoir vous accompagner dans cette démarche pour la rendre plus accessible au public, qui a quand même plus envie d’applaudir les exploits de Phelps que d’animer vos propos scientifiques sur les bienfaits de la nutrition et du sport… Ainsi, nous allons essayer de rendre ce que vous faites, un petit peu plus attrayant pour le grand public en essayant de le montrer par le plaisir. Notre métier journalistique est aussi une façon de rendre l’émotion, de toucher les cinq sens du public auquel on s’adresse, de le convaincre que l’on va dans le bon sens, dans le sens de la raison. C’est à ce titre que nous pouvons être vos « partenaires » et que nous pouvons accompagner cette démarche.

Débat

Alain BRAUN

67Sur l’année universitaire ou scolaire 2007-2008, il y a eu une multitude de colloques et de congrès qui ont eu pour thème « Sport et Santé ». On peut qualifier cette période faste de « printemps du sport santé ». Cela a donné lieu à un bourgeonnement et on sait que la richesse naît de la diversité – mais le chaos aussi.

68Nous avons vu une multitude d’initiatives et de concrétisations, de mises en œuvre d’actions qui cherchaient à aller dans le sens du sport-santé.

69Cela me fait un peu peur. Nous avons ressenti à plusieurs reprises une marge énorme entre l’empirisme volontaire et l’expérimentation scientifique et cela m’inquiète.

70Hier, la visite à Fribourg, en Allemagne, a montré qu’il y avait une forme de coordination, un rôle de chapeau exercé par la Fédération de Gymnastique Allemande sur les notions de prévention, de rééducation, de réhabilitation…

71En Alsace, il y a un élément fort qui concerne le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports.

72Est-ce que l’on va vers un modèle général qui coordonne ce genre d’initiative ? Est-ce que cela nécessite une intervention de l’État pour aller, au-delà de l’effervescence printanière, non pas vers un été chaotique, mais vers un été radieux de la santé par le sport ?

Docteur Martine ROEGEL

73Nous sommes en train de profiter de la présidence française dans le cadre de l’Union Européenne pour travailler au niveau européen sur la promotion des activités physiques. Le nouveau Traité européen, signé par les États membres le 13 décembre 2007 à Lisbonne, reprend des éléments du Livre blanc sur le sport publié en juillet 2007. Comme vous le savez sans doute, l’Union entend contribuer « à la promotion des enjeux européens du sport », y compris à la « fonction sociale et éducative » du sport. Il est prévu que plusieurs thématiques soient développées de juillet à décembre 2008 durant la présidence française : la santé par le sport, la création d’un « réseau » sport, l’éthique et la lutte contre « l’argent sale ». En fait, nous avons l’intention de proposer un programme national de promotion de la santé par les activités physiques. Pour ma part, je ne peux pas vous apporter plus d’éléments à ce jour.

Alain BRAUN

74J’entends bien mais je ne suis pas certain que nous soyons prêts, en France, à traiter de façon méthodique la question de la santé par le sport. Au niveau européen, on aura plus à gagner à connaître ce qui se fait dans tel ou tel pays que d’arriver avec des propositions. Au niveau de la France, il est difficile de trouver des lignes de force qui permettent d’orienter les efforts vers l’objectif de la santé par une activité sportive bien comprise.

Jean-Louis SCHLIENGER

75Nous, médecins, avons la conviction que l’activité physique est un traitement, un outil thérapeutique. C’est le bien-être aussi, bien entendu, mais c’est un outil thérapeutique dans bon nombre de situations, dont par exemple le cancer. Il y a une relation nette, documentée, prouvée entre l’activité physique et l’incidence de certains cancers.

76Si vous pouvez effectivement créer une dynamique activité physiques santé, c’est bien parce qu’aujourd’hui elle est prouvée. Il serait dommage de faire n’importe quoi. Il faut le faire avec du suivi, avec une évaluation, avec d’autres facteurs que l’on peut modifier en termes de santé et d’amélioration de la santé.

77Environ 40 à 50 % des cancers sont liés à l’environnement, dont la moitié est liée à des pratiques comme le tabac, l’alcool, etc., et environ 20 % sont liés à des conduites quotidiennes comme le fait de manger, de bouger ; enfin, environ 1 % est lié à la pollution. Il y a donc une marge sur laquelle on peut agir, et pour bien faire, il faut vraiment marier l’activité physique et la nutrition, non pas la nutrition diététique, mais la nutrition appliquée, celle que vous faites tous les jours de façon obligée, sinon vous ne pouvez pas pratiquer d’activités physiques.

Walfried KÖNIG

78Je suis impressionné par cet exemple, par cette nouvelle initiative vraiment fantastique qui correspond aux besoins de la population strasbourgeoise et alsacienne.

79Vous avez dit que vous aviez l’intention de créer peut-être un nouveau club. Je m’adresse au représentant de RESOO. Est-il vraiment nécessaire de créer un nouveau club ? Est-ce que les clubs existants ne vous donnent pas la réponse attendue ?

80D’autre part, l’intervention de Madame Roegel sur l’Union Européenne est intéressante, mais tous vos propositions et toute la qualité de ce projet n’auront pas un écho significatif à l’échelle de l’Europe, ni même dans les autres pays de l’Union.

81La Commission Européenne ne vous donnera qu’une petite subvention pour continuer, pouvoir publier, mais ce sera tout. Je pense qu’un tel projet mérite d’être diffusé, mais d’abord à l’échelle de la France. Il faut donc un système de répartition, de multiplication. Il faut avoir des pôles, partout où l’on veut exister plus tard, il faut donc chercher des clubs dans toutes les régions françaises qui sont prêtes à imiter votre travail, de même pour les pays européens. C’est la seule possibilité de multiplier un bon projet sportif. Mais pour cela il faut aussi avoir un peu d’argent. Cela ne dépend pas complètement de l’argent. D’abord, il y a l’idée, puis il faut avoir la possibilité de supporter une telle initiative, ce qui relève du gouvernement, soit au niveau national, soit au niveau régional, qui intervient comme facilitateur.

82Tout ce que l’on a vu hier en Allemagne, et tout ce que je pourrais vous décrire sur d’autres évolutions au cours de ces dernières décennies, ce sont toujours des initiatives privées, mais subventionnées par la municipalité, par le Land, par le gouvernement national.

Jean-Louis SCHLIENGER

83Nous avons une association qui s’appelle RESOO, qui s’occupe surtout de malades et nous voudrions déconnecter cela de la maladie, et créer un nouveau club qui s’appelle différemment pour porter ce projet. Par contre, loin de moi l’idée de proposer la création d’un club spécialement pour cela. Au contraire, je souhaiterais « vendre » cette idée pour qu’elle soit appliquée par d’autres. Tous vos commentaires concernant le partenariat sont tout à fait ceux que l’on partage. Il faut de l’argent, c’est évident. Il est important d’avoir des structures fortes, et ensuite d’avoir des partenaires qui veulent bien mouiller leur chemise pour que le projet réussisse. Quand c’est institutionnel, c’est plus facile que quand c’est simplement du bricolage. L’un des messages que je donnerais, c’est que l’on ne peut pas bien réussir en ayant uniquement de bonnes intentions. Il faut vraiment des assises fortes qui soient à la fois financières et institutionnelles et des gens qui aient des compétences particulières. Le grand défi, dans cette histoire, c’est de les mettre autour d’une même action, avec des cultures différentes parce qu’il est évident qu’une diététicienne n’a pas la même culture qu’un moniteur d’éducation physique. Et il faut que les intéressés y trouvent également leur compte.

Agnès LYLEIRE,
Faculté des Sports de Lille 2

84Vous avez parlé tout à l’heure de mariage. C’est également notre avis à nous, enseignants dans les universités et notamment responsables des Activités Physiques Adaptées et Santé (APSA). Je suis vraiment persuadée qu’il faut en effet marier les différents corps de métiers, même s’il y a encore beaucoup de luttes corporatistes. Tous les médecins ne sont pas toujours prêts à engager des personnels, même qualifiés d’un master universitaire. De même, les paramédicaux ont parfois l’impression que l’on va leur prendre leur métier. Sans oublier bien entendu les associations et les clubs qui utilisent des agents ayant un autre profil de compétences.

85Il faut savoir qu’il existe maintenant, sur le plan national, des fiches RNCP (Registre National de Certification Professionnelle) qui permettent aux employeurs d’intégrer, dans leur corps professoral, des gens issus de nos formations, notamment master APA en ce qui nous concerne, et ainsi d’entrer dans un cadre institutionnel.

86Or, il s’avère que vous avez parlé de thérapie par les activités physiques et que, malheureusement, les personnels qualifiés en Activités Physiques et Sportives Adaptées et Santé ne peuvent pas toujours entrer dans ce type de cadres institutionnels, et notamment publics, ce qui est à mon avis totalement regrettable.

Jean-Louis MICHEL,
SMUC, Administrateur de l’UNCU

87Un aspect social m’échappe. Les personnes défavorisées, qui n’ont pas accès à la connaissance, qui n’ont pas accès aux activités physiques, qui ont des difficultés pour se nourrir et pour avoir une alimentation normale et équilibrée telle que vous la définissez dans votre programme, ces personnes sont nombreuses dans notre société. Comment toucher ces gens-là ? J’ai remarqué que ce sont des gens relativement aisés ou de classe moyenne qui réussissent à intégrer les opérations de ce genre. Ils repèrent mieux les messages, la communication thématique. Ils s’interrogent. Ils possèdent une culture sportive mieux affirmée, etc. Mais dans les premiers éléments que l’on a découverts dans ces journées, je pense aux exposés des médecins, des sociologues, on a pu constater que c’étaient les gens défavorisés qui avaient le plus de problèmes au niveau de la santé et qui devaient être récupérés dans le cadre des activités physiques et sportives. Je voudrais donc savoir comment vous pouvez intégrer ces milieux défavorisés, car il paraît que c’est d’abord vers eux que l’on doit tendre avant de s’occuper peut-être de ceux qui sont plus aisés.

Jean-Louis SCHLIENGER

88Vous mettez le doigt sur ce qui est le plus cruel. D’une façon générale, toutes les actions de promotion et de dépistage ne touchent pas exactement la cible visée, pour la raison simple que dans ce cas de figure la cible échappe au système d’information, de médiatisation que l’on utilise.

89Par exemple, le dépistage du cancer du sein, qui est gratuit et médiatisé, qui en profite ? Celles qui n’en ont pas besoin puisqu’elles sont déjà suivies par ailleurs par le système de santé traditionnel, et seules les femmes qui en ont le plus besoin, qui échappent au système de santé, ne vont pas jouer le jeu du dépistage. Dans ce cas, nous sommes relativement démunis.

André THEVENON

90Je vais contester un peu ce qui a été dit : « Il faut faire de l’activité physique et il ne faut pas faire de sport ».

91On sait très bien que les programmes d’activité physique individuelle donnés aux gens ont un taux d’observance qui chute dramatiquement au bout de trois mois, à moins d’un tiers. Par conséquent, nous n’avons aucune évaluation du fait de faire monter les gens les escaliers, de les faire marcher ou de ne pas prendre l’ascenseur. Cela n’a jamais vraiment été évalué et on ne sait pas si les gens le font.

92Ce que l’on a remarqué comme facteur d’observance, c’est que l’activité physique proposée doit être structurée, que le fait d’avoir un encadrant, et mieux encore un encadrant de qualité, est un facteur déterminant pour que les gens restent dans le programme d’activité physique. J’ajouterai que cet encadrant, pour qu’il fasse quelque chose de bien avec ses patients, doit proposer des activités socialisantes parce que ce facteur de lien social est important dans la dynamique de groupe, et un caractère ludique pour ces activités. Dans ces conditions, il fait du sport, du sport adapté mais du sport tout de même.

93Je suis un peu déçu – sans doute parce que les programmes de santé ne sont pas faits pour les sportifs – que l’on n’attache pas cette dimension positive du sport, à la fois socialisante, ludique et motivante qui est un facteur clé de réalisation de l’activité physique et de la fidélisation des pratiquants.

Jean-Louis SCHLIENGER

94Le terme de sport m’agace un peu parce que le sport est quelque chose de ponctuel, d’encadré, véhiculant l’image de la jeunesse, de la compétition. Pour ma part, j’aimerais bien qu’il y ait une profession de moniteur d’éducation physique de santé.

95Pensons aux fléchages dans un grand magasin par exemple. On indique plutôt l’escalator que l’escalier, qui est de l’autre côté. Je ne suis pas sportif du tout, vous l’avez compris, mais je prends l’escalier. Apparemment, ce n’est pas le cas de tout le monde. Nous avons évalué dans un grand magasin en Angleterre que moins de 10 % des visiteurs ou acheteurs prennent l’escalier. Ils se dirigent naturellement vers l’escalator. L’expérience a été faite de mettre un fléchage au sol pour dire « Prenez l’escalier » et, grâce à cette incitation, on atteint 30 % d’utilisateurs de l’escalier.

96Il est donc vrai que l’encadrement, c’est l’incitation, l’exemple, l’exemplarité et c’est ce que l’on essaie de faire. Mais il faut penser aussi à toutes ces situations de la vie quotidienne où de nombreuses occasions de faire une « activité physique » se perdent.

Patrice FEYS

97Ce qui change, c’est le sens qui va être donné aux activités en distinguant activités sportives et activités physiques. La dimension compétitive n’est pas présente du tout alors que la dimension sportive est un fil conducteur. Les gens viennent pour se retrouver, être bien ensemble, et non pas dans une logique de performance. Une dame me disait dans un témoignage : « J’arrive à nouveau à remonter la côte, à côté de chez moi, sans être essoufflée ». Voilà sa performance à elle, mais ce n’est pas ce qui guide son intention quand elle vient sur le lieu de pratique.

Stéphane WERNERT,
Membre de l’Office des Sports de Strasbourg

98Je suis également Chargé de projet pour la promotion de la santé pour la ville de Strasbourg et je réagis à une des questions de tout à l’heure qui évoquait le lien social.

99Il y a aujourd’hui une démarche intitulée l’« Atelier Santé Ville », qui est une réponse aux actions santé pouvant être menées dans les quartiers. Cette démarche est initiée par l’État et coordonnée par la ville de Strasbourg. Elle permet justement, d’une part grâce à un apport financier et d’autre part une dynamique partenariale, de monter des actions de santé.

100En tout cas, sur la question des actions de prévention dans les quartiers, c’est-à-dire auprès des populations les plus modestes, des choses existent. Il ne faut pas croire que tout y est voué à l’échec.

Emmanuel PATY

101J’ai bien noté les principes de ce projet et on sait que pour motiver les gens, il faut bien répondre à trois besoins : faire se sentir les gens compétents, affiliés et autonomes.

102Les faire se sentir compétents à travers les activités que vous proposez. Les faire se sentir affiliés aussi puisque vous avez travaillé avec différentes générations et beaucoup par groupes. Les faire se sentir autonomes. J’ai perçu des pistes pertinentes pour le futur et je voudrais savoir pourquoi ne pas avoir mis cette notion d’autonomie au cœur du projet puisque, depuis tout à l’heure, on entend beaucoup dire qu’« il faut prendre les gens par la main » et leur faire faire. Vous le faites et c’est très bien, mais comment faire perdurer les gens dans l’engagement ? Comment peuvent-ils, en définitive, se prendre en charge ?

Patrice FEYS

103Pour ce qui est de l’autonomie, c’est ce qui guide les séances. Vous savez bien qu’avec une séance d’activité physique ou de sport par semaine, les effets sur la santé sont infimes. L’objectif est que les gens s’inscrivent dans une démarche individuelle ou de groupe. C’est l’exemple qui a été donné avec RESOO l’année précédente, c’est-à-dire que les gens que l’on avait encadrés dans un premier temps se sont eux-mêmes structurés et se retrouvent encore aujourd’hui le jeudi matin et le dimanche matin pour poursuivre. Pour la suite du projet, nous avons des clubs relais qui sont déjà en place, qui permettront aux gens de rentrer dans un dispositif traditionnel. Nous leur donnons des pistes en les ouvrant à la pratique sportive d’une manière générale. Ils ont envie d’aller plus loin, ils redécouvrent leur corps, des sensations, et l’autonomie vient par là.

Intervention

104Vous avez parlé tout à l’heure d’un jury scientifique qui avait effectivement désigné un certain nombre de projets en fonction de critères d’évaluation. Parmi ces critères, l’un des coefficients principaux était de savoir ce que l’on mettait comme évaluation et toutes les échelles d’évaluation qui étaient contenues dans le projet à six mois et à un an. Bien entendu, c’est effectivement le nombre de personnes qui avaient continué à maintenir un comportement alimentaire ou un certain nombre d’activités physiques différentes. Aujourd’hui, dans toutes les démarches de santé publique, tout est axé sur l’évaluation pour valider a posteriori la légitimité du projet. C’est logique.

Claude SCHNEIDER

105Nous arrivons au terme du temps prévu pour la table ronde. Puisque Jean-Paul Savart, nous a dit tout à l’heure que le journaliste devait garder du recul par rapport aux événements et aux situations dont il informe son public, je vais lui soumettre une dernière interrogation. Quelles impressions, quelles remarques lui inspirent les témoignages qui viennent d’être exprimés et nos échanges en général ? Ce sera en même temps le mot de la fin de cette table ronde.

Jean-Paul SAVART

106Nos convictions communes ? Il me semble que nous œuvrons en fait pour que chacun puisse exercer son entière liberté. Il est clair que lorsqu’on est ventripotent, on n’exerce plus sa liberté physique et c’est une grande atteinte à la liberté. Quand on est dans le sport-santé, on va dans le même sens, avec comme objectif prioritaire la reconquête de l’aisance et de la liberté physique.

107Nous autres, journalistes, on est là aussi pour aider les gens à vivre dans la plus grande liberté. Et les journalistes de sport ne peuvent que s’intéresser à tout ce qui peut favoriser la conquête et la reconquête de la liberté physique des gens. Ceux-ci doivent avoir la liberté de leur corps, la liberté dans leur corps. Donc, quand vous mettez en place une telle action, qui a pour finalité de donner aux gens la possibilité d’être mieux dans leur corps et dans leur tête, nous autres journalistes on le dit, on l’écrit, on le commente et, de la sorte, on vous accompagne forcément.

108En ce qui concerne le chaos ou le risque de chaos évoqué dans le débat, à mon avis ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une initiative privée, marginale, qui ne s’inscrit pas dans un contexte général et réglementaire, que l’on va vers le chaos. Je crois plutôt que le cadre réglementaire va se nourrir des initiatives privées des gens qui font avancer le monde. Avec toutes ces initiatives, les actions de ceux qui font des petites choses, on arrive aux grandes choses…

109Nous, les journalistes, c’est comme cela que l’on procède d’ailleurs. Pour intéresser les gens, on ne commence pas par raconter un cadre réglementaire, comme de dire que l’Europe est d’abord un Conseil, un Parlement, etc., mais on raconte concrètement la vie d’une personne bouleversée par les institutions européennes. Le marin-pêcheur ne sera pas forcément intéressé par le Conseil de l’Europe, ni par le Parlement, mais quand il s’aperçoit qu’il ne pourra plus pêcher telle ou telle espèce de poisson pour telle raison (le respect des quotas, une espèce en voie de disparition, etc.), sa vie sera bouleversée, et c’est à partir de là qu’on lui fera comprendre qu’il doit s’intéresser aux instances européennes et aller voter parce qu’il en va de sa liberté.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search